Source : L’Express Blog)

Une violente explosion sur le Soleil suivie par le rejet dans l’espace de plasma à une température de 6000 degrés aurait été observée par une sonde russe. Heureusement, le tir solaire n’était pas dirigé vers la Terre.

L’instrument TESIS à bord de la sonde russe Coronas-Photon aurait observé une violente éruption sur la surface du Soleil au mois de septembre 2009. Annoncée le 21/12/2009 sur plusieurs sites officiels français (CNES, BE Russie de l’Ambassade de France) et le 12/10 sur Rianovosti, cette observation rappelle étrangement le scénario du film "Prédictions". La comparaison s’arrête là car le tir de matière du Soleil est parti dans une direction opposée à celle de la Terre.

Le site russe de la sonde ne fournit aucun élément précis (en russe). Il est donc difficile de confirmer par l’image ou par des chiffres la puissance de cette explosion. En juin 2009, TESIS avait déjà pu observer une éjection massive de gaz similaire à celle en vignette datée du 17 avril. Le BE Russie précise en citant un astronome russe que "ces protubérances forment des nuages d’un plasma ionisé assez froid (par rapport au coeur du Soleil), d’une température de 6 à 8.000 degrés. Ils peuvent demeurer longtemps dans l’atmosphère du Soleil. Si l’équilibre est détruit, les protubérances s’échappent dans l’espace ouvert".

Le jet de milliards de tonnes de gaz incandescent aurait une longueur d’un million de km (la Terre est à 150 millions de km du Soleil). Dirigé vers la Terre, le jet de plasma aurait mis quelques dizaines d’heures avant de frapper l’atmosphère. Cela nous rappelle la toute puissance du Soleil si calme en apparence où des phénomènes violents sont assez fréquents. En 2009 également, les sondes STEREO mesuraient la formation d’un tsunami de 100.000 km de haut se propageant à 250 km par seconde sur la surface solaire (voir vidéo ci-dessous).

Share