Physique quantique : Superposition quantique.

             

La  superposition quantique montre que les particules existent   à plusieurs endroits de l'univers simultanément même à des distances infinies et communiquent entre elles                    

            

Mis  en évidence par Schrödinger avec sa célèbre    expérience de pensée du "Chat"                    

   

Un des aspects les plus intrigants de la mécanique quantique est sans doute l'existence de superpositions                     d'états. L'état quantique contient toute l'information   sur un système. Il décrit, par exemple, un atome préparé            dans un niveau d'énergie bien défini ou un électron localisé à une certaine position dans l'espace. La mécanique quantique est une théorie linéaire. Cela signifie que toute somme (toute combinaison linéaire) d'états possibles est aussi un état possible. Un état   quantique peut donc décrire un atome qui est à la fois dans deux niveaux d'énergie, un électron qui est localisé  à la fois en deux positions distinctes. L'existence de ces " états superposition" apparaît clairement dans  les interférences quantiques, très similaires aux interférences observées en optique ou en acoustique. Dans l'expérience des " fentes d'Young ", réalisée  depuis peu avec des atomes, l'atome " suit " en                fait simultanément deux chemins dans l'appareil, entresource et détection, et la probabilité de le détecter à                   tel endroit ou tel autre révèle cette " superposition                     ".

                   

Lorsqu'un photon rencontre un miroir demi-tain (un miroir demi-tain est un miroir qui réfléchit la moitié de la lumière qui  lui parvient et laisse passer l'autre moitié) placé à  45°, sa fonction d'onde se sépare en deux. L'une est                     réfléchie et l'autre continue sa trajectoire au travers du miroir. La fonction d'onde du photon a alors deux pics.

                   

Avec  le temps, l'espace entre les deux pics augmente sans limite. Au bout d'un an, les deux protons de la fonction d'onde seront séparés de plus d'une année lumière dans l'espace. Ainsi le photon est en quelque sorte est à deux              endroits au même moment, deux endroits distants d'une   année lumière. Ne peut-on pas considérer le photon comme     ayant 50% de chance de se trouver dans cette position et 50%  dans l'autre ? Car quel que soit le temps écoulé il y a          toujours possibilité que les deux parties soit réfléchies puis réunies à nouveau et interfèrent (et ceci ne peut                être le résultat d'une probabilité 50-50 que le photon prenne une route ou l'autre).

                   

Par  conséquent, du moment qu'il y a possibilité que la fonction d'onde soit a nouveau réduite à un seul pic         (situation avant le passage sur le miroir demi-tain) le photon en question se comporte comme s'il était à deux       endroits en même temps.

Animation    de: http://library.thinkquest.org/C005775/Francais/Observations/particle.php

                   

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

                   

Réalisons   l'expérience suivante : un faisceau lumineux rencontre un     miroir demi-tain positionné à 45° par rapport au   faisceau. Chaque partie du faisceau rencontre ensuite un   miroir à 45° et les deux faisceau sont réfléchis de               façon qu'ils soient réunis sur un dernier miroir    demi-tain. Deux cellules photoélectriques sont placées                     dans l'axe des deux faisceaux. Que constate-t-on? S'il  s'agissait d'une probabilité pour que le photon suive une                 trajectoire ou l'autre, il y aurait 50-50 de chance que l'un   des 2 détecteurs enregistre le photon.

                   

 

Mais    ce n'est pas ce qui se produit. Si les deux trajectoires sont exactement de même longueur, il y a 100% de chance  que le photon atteigne le détecteur A (dans la direction initiale du photon). Bien entendu, une telle expérienc  n'a jamais été réalisée pour des longueurs d'onde de  l'ordre de l'année lumière, mais les physiciens ne doutent pas du résultat. De telles expériences ont   effectivement été réalisées mais pour des distances de   quelques mètres et les résultats sont en parfait accord  avec les prédictions. Que pouvons nous donc déduire surla réalité de l'état d'existence du photon entre sa   rencontre avec le premier miroir et le dernier ? Il semble  inévitable que le photon, d'une façon ou d'une autre, soit passé par les deux chemins en même temps. Car si un écran absorbant est placé en travers d'une des deux  routes, alors le photon a autant de chance d'atteindre A que B.                    

                   

Lorsque les deux chemins sont accessibles (et de même longueur), seul A est atteint, comme si le photon " savait "   qu'il ne peur atteindre B, ce qui signifie qu'il doit avoir " senti " les deux chemins.                    

Aussi   étranges que nous paraissent les superpositions quantiques, elles sont nécessaires pour comprendre le monde        microscopique. En revanche, imaginer leur extension au monde macroscopique conduit souvent à des absurdités. Schröding imagina ainsi un chat " préparé " dans une superposition quantique de deux états, le décrivant   respectivement vivant et mort. Si la mécanique quantique  autorise, en principe, des chats vivants et morts, nous  savons bien que le monde ne tolère, à notre échelle, que des chats vivants ou morts. Il existe donc un mécanisme excluant ces superpositions. Si l'imagedu " chat de Schrödinger " ne doit être prise que comme une métaphore  des superpositions quantiques, celles-ci jouent urôle essentiel dans la mesure quantique. Une mesure est unetranscription à l'échelle macroscopique (la position d'une aiguille...) de l'état d'un système quantique. Si des    superpositions quantiques macroscopiques pouvaient exister, on devrait observer l'aiguille de nos appareils de mesure   pointant à la fois dans toutes les direction correspondant  à tous les résultats possibles, ce qui n'est bien sûr jamais le cas.                        

Animation de: http://library.thinkquest.org(...)schrodinger_cat.php                    

                   

                                                                                                                                                        

Imaginons d'abord une cellule parfaitement close, ne subissant ni ne produisant aucune influence avec ou sur l'extérieur. Un chat est placé à l'intérieur de la cellule. Un flacon contenant du poison est relié à une cellule photoélectrique.   L'événement quantique est la mise en marche d'une  cellule photoélectrique par un photon. Le photon, issu d'une source lumineuse se reflète sur un miroir demi-tain (un miroir demi-tain réfléchit la moitié seulement des rayons lumineux lui parvenant et transmet l'autre moitié).La réflexion sur le miroir coupe donc la fonction d'onde   du photon en 2 parties, l'une d'elle est réfléchie par   le miroir et va droit sur la cellule photoélectrique qui provoque la chute du poison et la mort du chat.                    

                   

 

L'autre partie de la fonction d'onde est transmise à travers le     miroir sur le mur, et le chat reste vivant. Si nous nous        plaçons du point de vue d'un observateur à l'extérieur    de cette cellule, pour lui aucune mesure n'a été faite.    L'évolution de l'état quantique du système n'est autre qu'une superposition d'alternatives jusqu'a l'échelle du                       chat. (équation de Schrodinger). Les deux alternatives sont donc présentes et de même poids. Donc pour                       l'observateur à l'extérieur, le chat est dans une superposition d'états, mort et vivant en même temps..                    

                   

                              

http://www.cnrs.fr/Cnrspresse/n34a2.php                

http://library.thinkquest.org/C005775/Francais/Observations/particle.php

                   

 

lifter procédé antigravitationnel et énergie libre

Je n'ai jamais  personnellement construit de lifter, mais j'ai pas mal étudié  leur fonctionnement et je voulais me lancer à en faire moi aussi il y a un an  J'ai déjà vu des photos de lifter de diverses formes, la forme n'a pas d'importance. C'est un effet dû à un condensateur, et l'inventeur du principe, un Mr Townsend Brown, il y a de cela plus de 50 ans, a démontré le fonctionnement sur des condensateurs discoïdaux.Les lifters sont constitués de condensateur en                  "bandes" de papier d'aluminium et fil de cuivre extra fin sur des supports très légers (balsa), et plus il                     y a de bandes, et mieux ça marche; mais les bandes peuvent   être alignées pour former la figure que l'on veut. Le              principe est qu'une force dissymétrique apparaît du côté du pole positif lorsqu'on soumet le condensateur à une très   haute tension (plusieurs dizaines de milliers de volts). Alors plus on accumule de condensateur, et plus l'ensemble         est soumis à une force importante (en général de l'ordre  de 30 000V)

                                                                            

                                      

Les contraintes: que le lifter soit plus léger que la force  qui tend à le soulever, sinon il ne décolle pas. Après,  pour la forme, c'est une question artistique.
                   

  Dommage que les forces engendrées soient si faibles: on ne peut que soulever quelques grammes ou dizaines de grammes   avec les lifters de laboratoire, alors que Brown était   arrivé à propulser des charges de plusieurs dizaines de       kilo: question de puissance de la source d'alimentation;  mais ses travaux ont été repris par les militaires pour                     qui il a travaillé, faute d'autres financements.

                                                    

  Le problème d'ailleurs est en fait d'intégrer un générateur de THT (Très Haute Tension) délivrant une énergie assez importante pour soulever son propre poids, si on veut  construire un engin autonome capable de se soulever par effet Brown sans être relié à un générateur au sol qui  l'alimente, et là en labo, pas possible (je me rappelle avoir vu une expérience où c'était le cas, mais le gars trichait: il avait mis son installation sur des ballons à hélium   qui compensaient exactement le poids du dispositif complet   avec son petit générateur THT qui fonctionnait sur batteries, et alors la moindre force permettait de soulever  le dispositif, et avec une télécommande afin de faire pivoter la direction des condensateurs-lifters, il pouvait même  diriger son installation).                                       

Voir ici par exemple: http://blazelabs.com/e-intro.asp
                   

Mais un certain ufologue nous a beaucoup parlé de réacteurs  nucléaires miniatures de la taille d'un ballon de football,  construits par l'armée: ça, c'est une source certainement assez puissante et légère pour soulever son propre  poids ou un peu plus: de quoi alimenter les OVNIs construits par l'homme en propulsion antigravitique

http://www.conspirovniscience.com/lifter.php

Posté par rusty james à 00:28 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

le projet phenix et voyage dans le temps

304820Le projet Phœnix 1 fut mené entre 1948 et 1968.   La première phase du projet concernant le contrôle mental consistait   à placer un individu à environ 76 m de l'antenne. Le radar SAGE   dispensait une puissance de crête impulsive de .5 MW et un gain d'antenne   de 30 dB. Cela représente une puissance de rayonnement d'au moins un   gigawatt. Pouvez-vous imaginer le tort que cela peut causer aux humains ? Je   suis surpris qu'ils soient encore vivants. Cet engin peut causer des lésions   cérébrales, des troubles psychiques, des lésions aux poumons   (générées par une intense chaleur), etc. Ils ont mené   ces expériences sur nombre de personnes et peu y survécurent.

D'où   provenaient les participants à ces expériences ?

On   accrochait des gens dans la rue, comme ça, et on les poussait devant   le faisceau radar. C'est ce genre de conneries qui amuse le gouvernement.

Qui   était responsable du projet à cette époque ?

Le   docteur John Von Neumann et Jack Pruett.

Étaient-ils   associés à une agence en particulier ?

Je   ne saurais vous dire; mais quelqu'un a eu la brillante idée de mettre   les sujets en ligne directe avec le pavillon à gain de l'antenne. À   leur grande surprise, ils ont obtenu les résultats désirés   sans brûler personne. Ils ont découvert qu'en variant la modulation   de phase, le saut entre fréquences et l'impulsion à phases multiples,   ils pouvaient efficacement contrôler l'esprit des individus.

Combien   de personnes y travaillaient ?

Environ   une trentaine.

Qui   leur accorda l'autorisation d'utiliser la base ?

C'était   un projet conjoint impliquant des membres du personnel de la Marine et des Forces   aériennes. Nous avons des copies des ordres émis au personnel   des Forces aériennes.

Quel   subterfuge ont-ils utilisé pour masquer leurs opérations ?

Aucun.   Cette base était désuète et abandonnée. Elle avait   été confiée à la GSA (General Services Administration)   comme excédant budgétaire aux environs de 1969 ou 1970, au moment   où tous les systèmes de radar SAGE étaient en voie de fermeture.

C'était   une opération " inexistante ". Un parfait camouflage.

D'où   provenait le financement ?

De   sources privées, uniquement.

De   corporations ?

Au   départ, non; mais plus tard, des corporations ont participé. À   l'origine, l'argent provenait du gouvernement nazi.

Vous   parlez toujours de Phœnix 1 ?

Non,   je veux parler de Phœnix 2 et 3. En 1944, un train militaire américain   a traversé un tunnel ferroviaire en France. À bord du train se   trouvaient 10 milliards de dollars en or nazi que les soldats américains   avaient trouvés. Imaginez ce que pouvaient représenter 10 milliards   de dollars au prix de 20 dollars l'once en 1944. Le train explosa à l'intérieur   du tunnel. Une cinquantaine de soldats américains y ont perdu la vie.   Dix ans plus tard, l'or faisait surface à Montauk. Ce fait est documenté   et vérifiable. Cet argent a servi à financer le projet Montauk   pendant quelques années alors que le prix de l'or était à   la hausse. Ils ont tout dépensé et se sont retrouvés sans   le sou. C'est alors qu'ils ont approché ITT, une corporation qui appartenait   au groupe Krupp en Allemagne. En termes de personnel, plusieurs civils et scientifiques   allemands ayant appartenu aux Nazis sont venus se joindre au projet avant et   après la guerre. Le gouvernement américain supervisait le projet,   et les services de renseignements savaient très bien ce qui se passait.   La CIA surveillait tout, de même que d'autres agences de renseignements   gouvernementales. De 30 à 50 personnes travaillaient directement à   la base. Le financement provenait entièrement du secteur privé.   Après 1983, le sénateur Goldwater eut vent de l'affaire et mena   une enquête. Il ne trouva aucune trace d'un financement gouvernemental   quelconque. Pruett était le métaphysicien en chef. Il provenait   des Forces aériennes. Il fut succédé par Herman C. Untermann.   Ils avaient aussi le docteur Mathew E. Zerrett, un expert en électronique   venu d'Allemagne en 1946, en compagnie de Werhner von Braun. La raison probable   de l'épuisement des ressources financières était qu'il   fallait maintenir environ 25 bases partout aux États-Unis. Les dernières   bases ont fermé le 12 août 1983. La base de Montauk, de qui toutes   les stations reçurent un enseignement relatif au temps-zéro, a   également fermé, et les deux autres qui restaient ont fermé   peu de temps après.

new_york_24_720px

Parlez-nous   des effets du conditionnement mental.

Autant   que je me souvienne, puisque j'en faisais partie, je fus exposé aux programmes   de contrôle mental non pas au départ -----car ils s'intéressaient   à mes facultés de perception élevées-- mais plus   tard. On m'a confié l'endoctrinement de jeunes recrues. Mon premier essai   fut un fiasco. Je leur ai dit de ne plus compter sur moi. Ils m'ont placé   devant un faisceau de conditionnement et j'ai subi des effets néfastes.   Finalement, quelqu'un a dit : " Coupez, coupez; il ne pliera pas. "   Et quelqu'un a coupé le circuit. D'autres participants ont subi un pire   sort. En général, les effets vous dévastaient. Ça   vous brûlait la cervelle. Ils sortaient souvent dans la rue pour ramasser   des jeunes de 12 à 16 ans…

Cela   expliquerait-il la disparition de plusieurs enfants d'Amérique ?

Nous   estimons que pas moins de 10 000 enfants américains furent enlevés   dans la rue et séquestrés à Montauk, au Long Island. Au   total, environ 250 000 personnes furent enlevées de cette manière   et séquestrées dans les 25 centres répartis sur le territoire   américain. (Ndt : des statistiques plus récentes porteraient   ce taux à 500 000.) Les motifs de l'enlèvement d'un si grand   nombre d'enfants demeurent toujours un mystère. Nous n'avons pas les   réponses. Nous savons qu'ils ont été programmés   dans un but précis. Nous savons également que des progrès   technologiques ont permis " d'adoucir " leur sort. Le programme de   conditionnement original était beaucoup plus physique, car il sortait   du laboratoire de Reich. Dans les années qui ont suivi, ils ont amélioré   leurs techniques en intégrant les programmes de Reich à des ordinateurs.   Alors tout le programme fonctionnait plus rapidement et on notait que peu d'effets   secondaires.

Êtes-vous   toujours en contact avec des gens qui ont participé à ces programmes   ?

J'en   ai rencontré quelques-uns au fil des années. Si vous êtes   le moindrement sensible, vous pouvez repérer à 10 km à   la ronde un survivant du programme Montauk. Leur comportement est très   distinctif et structuré. J'en ai repéré une douzaine dans   la région de Long Island, dans l'état de New York.

Et   Von Neumann… qu'est-il devenu ?

Aux   dernières nouvelles, il est toujours en vie. Il a connu un démêlé   avec le gouvernement et d'autres problèmes sont survenus. Entre autres,   il a souffert de troubles de la personnalité en 1977, suite à   sa démission comme directeur de programme. Il est par la suite devenu   consultant. Le gouvernement a annoncé qu'il était mort en 1956,   mais nous savons qu'il est toujours en contact avec les instances gouvernementales.

Vers   1979 ou 1980. L'engin était pleinement opérationnel. Le transmetteur   était assez puissant pour générer des décalages   au niveau de l'espace-temps. L'individu sur le fauteuil était obligé   de synthétiser la fonction influençant le vortex parce que techniquement,   ils en étaient incapables. De nos jours, il est possible de synthétiser   mécaniquement. Ils ont essayé toutes sortes de choses.
  Ils ont demandé au sujet de penser à une créature, et la   créature s'est matérialisée. Ensuite, ils lui ont demandé   de penser à tous les animaux de Montauk Point et d'imaginer leur ruée   vers le centre-ville. Et c'est effectivement ce qui s'est passé. Ils   avaient presque le pouvoir de créer un être. Le problème   c'est que l'être ne pouvait exister sans le soutien de l'amplificateur.   La puissance se situait entre les gigawatts et les terrawatts. Un pouvoir fabuleux.   Le diamètre du vortex pouvait mesurer jusqu'à 15 km.

brooklyn_720px

Pouvez-vous   décrire ce vortex ?

C'est   comme regarder à l'intérieur d'un curieux tunnel en spirales qui   serait illuminé de tout son long. Vous pourriez vous mettre à   marcher à l'intérieur du tunnel et soudainement vous sentir projeté   dans ses profondeurs. Vous étiez plus ou moins propulsé. Vous   pouviez voyager partout dans l'espace-temps.

Pouviez-vous   rapporter des choses avec vous ?

Oui.

Avez-vous,   effectivement, rapporté des choses avec vous ?

Oui.

Pouvez-vous   nous décrire un peu plus le tunnel ?

Les   murs étaient solides mais revêtus de cannelures. Le tunnel n'était   pas droit, je dirais plutôt en forme de tire-bouchon.

Et   si quelqu'un parvenait à couper le courant, auriez-vous été   coincé dans une dimension temporelle ?

Si,   vous auriez été coincé.

Ont-ils   expédié des enfants dans le tunnel ?

Oui,   mais nous ignorons toujours pourquoi. Ils en ont perdu plusieurs.

Puisqu'il   existe un bouclage temporel (time loop) entre votre destination ultime dans   le futur et votre destination ultime dans le passé, les choses sont-elles   fixes ?

Oui.   Aux premiers essais ils ont expédié des recrues dans le futur   vers l'an 6030 après J.-C.
  Ils aboutissaient toujours au même endroit. C'était quelque part   dans une ville abandonnée où se trouvait une statue en or massif.   Quand les sujets revenaient on leur demandait ce qu'ils avaient observé.   Nous ne savons pas s'ils s'attendaient à obtenir les mêmes réponses   des divers participants. Ils jetaient un coup d'œil dans le tunnel pour   s'assurer que l'environnement était vivable avant de les envoyer. Ils   prenaient des échantillons.

Y   a-t-il des futurs potentiels où l'on pourrait expédier des gens   ?

Non.   Une fois qu'un individu est projeté dans le futur, la ligne temporelle   se fixe à ce point.

Peut-on   modifier le présent en envoyant quelqu'un dans le passé ?

Oui,   et vous pouvez également modifier le présent en envoyant quelqu'un   dans le futur; sous certaines conditions, bien sûr. Le gouvernement se   sert présentement de machines à voyager dans le temps pour suivre   la ligne temporelle Montauk.

Voulez-vous   dire que nous ne pouvons pas modifier le présent maintenant parce que   nous avons établi un bouclage temporel reliant le futur au passé   ?

Oui.   Cela veut dire que peu importe ce que font les gens entre l'ultime destination   du passé et l'ultime destination du futur, ils le feront à tout   jamais.

Que   serait donc l'ultime destination dans le futur que nous ayons atteinte ?

10   000 ans après J.-C.

Vous   voulez dire que tout est verrouillé jusqu'à 10 000 ans après   J.-C. ?

Oui   C'est une réalité onirique. Personne n'a réussi à   observer un futur tangible au-delà de 2012. Y'a comme un mur et on ne   peut pas voir au-delà de ce mur.

Certaines   prédictions annoncent des bouleversements terrestres autour de cette   date.

Bizarre,   n'est-ce pas ?

Est-il   possible de se projeter de deux heures dans le futur et se rencontrer soi-même   ?

Oui,   mais c'est très dangereux. L'individu qui entre dans le tunnel est déphasé   par rapport à l'individu qui sort à l'autre bout. Cela s'est déjà   produit. L'individu en meurt incinéré.

Vous   a-t-on déjà tendu une arme pour vous défendre contre une   quelconque force négative ?

Ce   n'était pas nécessaire. Le vortex était configuré   de façon à pouvoir ramener un individu en aucun temps si jamais   quelque chose n'allait pas. On pouvait les surveiller à l'aide d'un moniteur.   Ils ont donc réussi à créer un portail temporel. À   un moment donné, une espèce de monstre est sorti du tunnel et   tout le monde a paniqué. On a tout de suite coupé la transmission.   Le monstre avait dévoré des personnes et de l'équipement.   Ils furent obligés de retourner dans le temps, à Philadelphie,   et couper la transmission dans le futur afin de contrer le monstre en 1983.   C'est arrivé le 12 août 1983. Le vortex s'est verrouillé   au test du 12 août 1943 et a créé un bouclage temporel.   Tout ça à cause d'une suggestion faite à un individu assis   sur un fauteuil de penser à une créature. On soupçonnait   le sabotage. Plusieurs croyaient que le projet était allé trop   loin. Quand j'ai travaillé pour eux entre 1971 et 1983, j'étais   épuisé en arrivant à la maison. Ils avaient machiné   quelque chose. Une fois ma mission terminée, ils me retournaient à   quelques millisecondes avant mon point de départ. De cette perspective,   je paraissais n'avoir jamais quitté. Bien entendu, après mon départ   du programme, tout ça s'est terminé.

Pour   quelle raison ces expériences se sont-elles déroulées ?

Si   vous retournez au point de départ, c'est-à-dire l'expérience   de Philadelphie, il est clair que des forces supérieures étaient   derrière tout ça…parce que les expériences ne se seraient   jamais déroulées n'eusse été de cette période   de 40 ans séparant deux dates bien précises, le 12 août   1943 pour le projet de Philadelphie (Projet Rainbow) et le 12 août 1983   pour le projet Montauk.

Si   vous me permettez, j'aimerais ouvrir une parenthèse. Lorsqu'un individu   arrivait aux deux-tiers de son parcours dans le tunnel, il percevait d'habitude   un bruit très sourd. À ce moment-là, sa conscience quittait   son corps physique. La tendance nous oblige à considérer cet aspect.   Je suis persuadé que des forces intelligentes seraient impliquées.   Il me serait difficile d'expliquer davantage, mais il me semble que des forces   extérieures étaient impliquées. Ce qu'ils ont tenté   de faire à Montauk c'était de stabiliser les mécanismes   de perception lorsque la conscience d'un individu quittait le corps physique.   Nous ne connaissons pas les motifs d'une telle exploration.

Mars9

Quel   était le rôle des extraterrestres dans toute cette affaire, à   part leur prototype du fauteuil psychotrope ?

Voilà,   nous n'avons toujours pas abordé cette question. Examinons d'un point   de vue technique les débuts du projet de Philadelphie. Le tout a commencé   à Chicago dans les années 30 avec la participation de trois personnes,   le docteur John Hutchinson (père), qui était le doyen de l'Université   de Chicago, le docteur Kurtenaur, un professeur de physique autrichien à   l'emploi de l'université, et Nikola Tesla. Ils ont voulu étudier   le concept de l'invisibilité. À cette époque, le sujet   était souvent discuté et toutes sortes de spéculations   circulaient depuis déjà quelques années.
  Ces trois scientifiques se sont donc réunis pour effectuer des recherches   à l'université de Chicago aux environs de 1931 ou 1932. En 1933,   la Institute for Advanced Studies fut fondée à Princeton, et le   projet fut déménagé dans ces locaux en 1934. À l'institut   se trouvait une personne du nom de John Erich Von Neumann, professeur de chimie   natif de Budapest, en Hongrie.
  Il obtint son diplôme en chimie en 1925 et son doctorat en mathématiques   en 1926. Il enseigna pendant 4 ans en Europe et ensuite émigra aux États-Unis   pour y enseigner au deuxième cycle universitaire pendant 3 ans, après   quoi il fut invité à se joindre à l'Institut.

Parmi   les autres participants se trouvait Albert Einstein qui avait quitté   l'Allemagne en 1930. Il enseigna trois ans au California Institute of Technology   et visita la Institute for Advanced Studies après y avoir été   convié. Au fil des années, plusieurs autres effectuèrent   des visites, et en 1936, le projet avait pris de l'ampleur, surtout avec Tesla   au poste de directeur. Tesla s'était lié d'amitié avec   le président Franklin Roosevelt, ayant fait sa connaissance en 1917 alors   que FDR était secrétaire de la Marine. Sur l'invitation du secrétaire   Roosevelt, Tesla s'était rallié à l'effort de guerre et   accepta de diriger un projet de recherches sur l'invisibilité. En 1936,   suivant des études approfondies, ils décidèrent de mettre   le projet à exécution. Ils ont partiellement réussi à   produire ce qu'ils voulaient. La Marine était satisfaite des résultats   et injecta d'autres fonds dans la recherche.

Jusqu'en   1939, des scientifiques allemands avaient réussi à émigrer   aux États-Unis. Vint ensuite la guerre. En 1940, suite à des recherches   fondées sur la démarche de Tesla, les dirigeants du projet se   sentirent prêts à faire un essai complet depuis la Brooklyn Navy   Yard. Ils avaient un petit navire et un navire instable de chaque côté,   l'un procurant la puissance, l'autre la force motrice pour les bobines. Les   deux navires d'appoint étaient reliés au navire principal au moyen   de câbles, lesquels pouvaient facilement être coupés en cas   de difficulté. Le tout a cependant très bien fonctionné   et le projet fut considéré un grand succès.

Ce   qu'il faut souligner concernant les tests de 1940, c'est qu'il n'y avait personne   à bord du navire. Ce fut strictement un essai à blanc. Nous y   reviendrons.

D'autres   se sont joints au projet, entre autres Thomas T. Brown, un expert en électrogravité.   Il avait pour tâche de résoudre le problème des mines magnétiques   allemandes qui déstabilisaient le réseau de transport de la Marine   américaine. Ses efforts menèrent à la création d'un   projet parallèle consacré à la destruction des mines par   l'utilisation de câbles de démagnétisation à distance.   La Marine était intéressée à ce que plusieurs personnes   observent les essais. C'est ici que j'ai fait mon entrée. Je rédigeais   des rapports techniques.

Aurait-on   administré certains hallucinogènes aux participants de Montauk   ?

Je   ne crois pas, non. Ils ont eu recours à un stimulant qui a été   utilisé dans le programme de Reich pour augmenter la sensibilité   d'un sujet, mais j'en oublie le nom. Cette drogue vous excitait sexuellement.

Elle   pouvait vous rendre euphorique, également ?

Ce   qui est important de souligner c'est qu'ils ont effectué deux essais   à un intervalle de 40 ans, jour pour jour. On pourrait parler d'une séparation   de 40 ans dans l'hyperespace. Voici…la Terre elle-même possède   un biorythme dont la crête d'un cycle de 20 ans aboutit le 12 août.   Cette crête arriva " par hasard " et servit de lien direct avec   les champs magnétiques de la planète pour que les deux expériences   fassent contact dans l'hyperespace. Au cours de ces expériences, les   extraterrestres peuvent accéder plus facilement à notre réalité   espace-temps.

Le   navire fut aspiré dans l'hyperespace. Nous nous trouvions à l'intérieur   du navire et savions que quelque chose de terrible venait d'arriver. Nous avons   tenté de fermer le courant, mais ce fut peine perdue. Nous sommes donc   sortis en vitesse, courant sur le pont, et nous nous sommes précipités   par-dessus bord. Mais au lieu de tomber à l'eau nous avons été   propulsés dans un tunnel temporel. Notre destination : Montauk, Long   Island, le 12 août 1983, en soirée. Nous fûmes repérés   très rapidement et escortés au sous-sol où nous attendait   Von Neumann. Nous étions sous l'effet du choc. Il avait vieilli de 40   ans. Il nous a dit que le projet s'était figé dans l'hyperespace   et qu'il fallait que nous retournions dans le temps pour fermer les générateurs   sinon la brèche qui venait d'ouvrir dans l'hyperespace s'agrandirait,   et que possiblement la planète serait engloutie. Il nous attendait depuis   40 ans.

L'équipe   de Montauk réussit à nous relancer et nous avons saccagé   l'équipement à la hache. Le navire retourna à son point   d'origine dans l'espace, mais environ trois heures plus tard. Le Von Neumann   de 1943 ne savait pas ce qui s'était tramé. Il avait modifié   de l'équipement en 1943 et ainsi s'était doté d'une véritable   machine à voyager dans le temps. Les Allemands à l'époque   s'intéressaient également aux voyages temporels et tout juste   avant la fin de la guerre en 1945, avaient réussi à faire fonctionner   leurs propres machines. Ces faits sont documentés.

Quand   la Marine mit fin au projet en 1943, Von Neumann fut expédié à   Los Alamos pour joindre une équipe de travail affectée au développement   de la bombe atomique. En 1947, le département de la Défense procéda   à un remue-ménage important, et parmi les nouveaux effectifs se   trouvait un curieux qui désirait étudier de nouveau le projet   de Philadelphie dans le but de déterminer les causes du fiasco. Von Neumann   fut invité à y jeter un second regard, et il acquiesça.

Mais   il y a une autre histoire dans tout ça. À compter du 6 août   1943, des ovnis sont apparus au-dessus du Eldridge pendant 6 jours environ.   Ils étaient présents pendant l'essai. L'un des ovnis fut même   aspiré dans l'hyperespace en même temps que le Eldridge et aboutit   dans les installations souterraines de Montauk en 1983. À l'intérieur   du vaisseau spatial se trouvait un dispositif de chargement et les extraterrestres   voulaient que nous retournions dans le futur pour le récupérer.   Ils s'opposaient à ce que les humains en prennent possession. Nous ne   connaissons toujours pas leur identité. Pruett s'inquiétait d'une   invasion extraterrestre.

En   outre, en 1947, Von Neumann fut interpellé par le gouvernement pour assister   aux constats de l'écrasement d'un ovni à Aztec, au Nouveau-Mexique.   Des Gris se trouvaient à bord de l'engin et ils étaient tous morts.   Un deuxième écrasement eut lieu l'année suivante dans la   même région, et au moins un des occupants survécut. Ce sont   les systèmes radar qui ont causé l'écrasement, mais par   inadvertance. Suite à ce succès inespéré, les militaires   ont délibérément fait appel au radar, mais les Gris se   sont vite adaptés. Le survivant trouvé au site du second écrasement   n'était pas un Gris, et Von Neumann eut l'occasion de discuter avec lui   et de l'interroger sur la cause des problèmes qu'il connaissait en matière   d'invisibilité. Von Neumann vint à comprendre qu'il lui fallait   retourner à ses études en métaphysique. Le problème,   c'est que l'équipage du navire n'était pas verrouillé à   la référence du temps-zéro du navire. Lorsqu'il est question   d'un temps de référence, les humains sont d'habitude verrouillés   au point de leur conception, non pas au point du temps-zéro. Le verrouillage   du flux temporel (time stream lock) permet à un individu de synchroniser   ses mouvements avec le système électronique pour qu'il y ait interaction.  

Les   verrous temporels sont délicats. Tout le pouvoir généré   par le projet a dérangé les verrous temporels personnels des membres   de l'équipage qui se trouvaient sur le pont du navire. Lorsque le navire   est revenu au présent, les gens étaient déphasés   par rapport à leur référence au point initial.

Von   Neumann réalisa qu'il fallait maintenant un ordinateur et une connaissance   supérieure en métaphysique pour réussir à verrouiller   la référence-temps personnelle des participants à la référence-temps   du navire. À cet effet, il fit construire en 1950 un système informatique.   En 1952, l'ordinateur était prêt et un essai fructueux fut réalisé   l'année suivante. Somme toute, ils ne se sont pas égarés   dans l'espace et la Marine changea le nom du Projet Rainbow à celui de   Phœnix.

Le   projet Rainbow aura généré des retombées négatives   importantes, notamment les programmes de recherches en matière de contrôle   mental issus du projet Phoenix. Les recherches en matière d'invisibilité   ont mené vers la technologie antidétection (Stealth), ainsi que   vers d'autres projets hautement classifiés.

En   1983, ils procédèrent au contrôle mental de tous les participants   afin de mieux camoufler l'existence de tels projets. Ils ont également   abordé un autre projet, celui de la régression de l'âge.   Tesla avait déjà fait des recherches à ce niveau dans les   années 40. Il avait conçu de l'équipement qui permettait   aux participants de restaurer tout décalage de leurs verrous temporels   personnels. Le gouvernement mit à profit cette recherche et créa   un programme en régression de l'âge physique. Ce programme aurait   permit d'effacer la mémoire d'un individu ayant eu connaissance de son   moi futur.

La   théorie de Tesla stipulait que si l'on faisait avancer dans le temps   le verrou temporel d'un individu, il serait alors possible d'éliminer   le vieillissement. C'est ce qui s'est produit. Il fallait de 30 à 60   jours à un corps pour assimiler la nouvelle référence temporelle.

Il   en fut question dans The Philadelphia Experiment, un long métrage qui   est sorti en 1984. Le gouvernement réussit à obtenir une injonction   afin d'en interdire la projection dans les salles de cinéma américaines.   Mais l'injonction fut levée deux ans plus tard et le film fut distribué   en format vidéo. J'ai visionné le film en 1988, ce qui me rappela   certains souvenirs.

Auriez-vous   des commentaires au sujet des champs électromagnétiques ?

Si   vous arrivez à comprendre ces principes fondamentaux et comment ils existent   en corrélation avec des champs énergétiques supérieurs,   tels le soliton et les champs tensoriels, à ce moment-là vous   comprendrez comment fonctionne un moteur antigravité. Il est vrai que   la théorie du champ unitaire fut complétée par Einstein   et ensuite remise au gouvernement américain. Et ils ne veulent pas que   le public en soit informé. La théorie ne fut jamais publiée   dans des livres. Cette forme de connaissance secrète est monnaie courante   entre gouvernements, et ils s'en servent à des fins de contrôle.   Le gouvernement est sensé être " pour le peuple et par le   peuple ". C'est ce que proclame la Constitution. Je me demande parfois   à quand remonte la dernière lecture de la Constitution par le   Président.

Il   me semble qu'il y a beaucoup plus de gens impliqués dans les affaires   secrètes qu'il n'y a de scientifiques. Où sont donc tous ces scientifiques   ?

Vous   avez des agents et des agences gouvernementales qui veillent à ce que   les choses demeurent secrètes. De nos jours, la nature des secrets concerne   davantage les applications des systèmes, non pas l'équipement.   Ce n'est pas du tout comme dans les années 50. Par exemple, on a déclassifié   le dossier concernant l'ensemble propulsif (guidance package) du nouveau missile   Minuteman X, lequel fut développé par Northrop pour le compte   des Forces aériennes. Il n'existait aucune classification au niveau de   la circuiterie. Ce mécanisme était tellement précis que   vous pouviez lancer un missile et le guider précisément dans une   cheminée. Ce sont les applications de ces systèmes de circuits   qui furent classifiées.

Pouvez-vous   expliquer comment fonctionne un bouclage temporel fermé ? (closed time   loop)

L'un   des problèmes c'est lorsque vous voyagez dans le temps, vous ne pouvez   pas revenir au point d'origine précis. Vous devez toujours arriver un   peu plus tard. Revenir précisément au point d'origine veut dire   que vous êtes deux fois au même endroit, au même moment, et   cela représenterait un sérieux problème.

Pourriez-vous   me rafraîchir la mémoire quant aux dates des programmes de recherches   en matière de contrôle mental aux États-Unis ?

Les   programmes au niveau du contrôle mental furent déménagés   à Montauk vers 1969. La phase impliquant de l'équipement électronique   a commencé vers 1975. Vers 1973, les dirigeants commandèrent de   l'équipement pour modifier le transmetteur SAGE.

La   corporation ITT assumait la direction générale et elle engageait   des sous-contractants. La plupart des contrats furent décernés   à des firmes de Long Island.

Alors   qu'ont-ils réussi à prouver à la fin de ces expériences   ?

Ils   ont réussi à prouver qu'ils pouvaient manipuler une personne dont   ils possédaient la " signature ". Ce motif unique d'un individu   pouvait être informatisé et dirigé au transmetteur. Une   longueur d'onde de deuxième ordre serait transmise, à fréquence   atténuée, et elle affecterait directement la pensée de   cet individu. Un ordre dirigé vers la personne lui dicterait une action   quelconque. Ils ont construit un dispositif illustrant ce principe à   grande échelle. Un message psychique fut émis pour que quiconque   entendait le message devait composer un certain numéro de téléphone.   Plus de 600 appels furent reçus en provenance de la côte est, depuis   les états du Nord jusqu'en Floride. Et cela a marché.

Très   intéressant, en effet. Il y a un type qui se nomme Matreiya et qui prétend   être la réincarnation du Christ; il dit qu'une fois branché   aux médias internationaux il émettra un message télépathique   à toute la planète et que toutes les cultures entendront ce message   dans leurs langues respectives. Tout le monde capterait également une   image visuelle du messager. Alors…ils possèdent cette technologie   ?

Oui.   Il n'y a pas que la signature individuelle. Il existe une signature raciale   et une signature mondiale pour la race humaine. Le gouvernement s'est servi   des trois signatures pour cibler des individus spécifiques. Il a également   transmis des messages collectifs qui étaient destinés à   divers groupes ethniques. C'est une chose courante. À Boston et New York,   ils menaient des expériences en contrôle de l'humeur (mood control)   à l'échelle de ces villes. Les transmetteurs qu'ils ont utilisés   n'existent plus, mais la technologie demeure.

L'individu   qui est ciblé, se perçoit-il comme l'auteur de ses propres pensées   ?

Oui.

Peut-on   s'en protéger ?

Oui   et non. En théorie, non, on ne peut pas. C'est ce que recherche le gouvernement.   À toutes fins utiles, le gouvernement ne peut pas manipuler tout le monde.   Certaines gens y résistent, tout naturellement, selon leur niveau de   développement mental et psychique. Possiblement que 5 pour cent de la   population ne répond pas du tout aux signaux. Alors, si les manipulateurs   obtiennent l'asservissement de 95 pour cent de la population, ils se foutent   carrément de l'autre 5 pour cent. C'est la raison pour laquelle ils ont   établi des escouades anti-émeutes et des camps de concentration.   Il n'y a pas de défense à moins de pouvoir contrer le signal.   Il y a de ces gens qui ne réagissent pas.

Quelle   est l'ampleur des installations souterraines à Montauk ?

Les   installations sont très vastes. Elles s'étendent sur plusieurs   kilomètres, tout particulièrement les paliers 5 et 6. Elles furent   construites presque entièrement vers la fin des années 20 et le   début des années 30. Nous avons rencontré l'un des entrepreneurs.   Il nous a dit que le gouvernement avait donné l'ordre de construire le   site au moment où la Grande dépression a débuté.   Il y a six paliers en tout. Ils ont tout couvert de terre. On a nommé   cet endroit " la colline ". C'est une énorme base. Elle est   presque complètement désaffectée, mais nous croyons que   des activités sont toujours menées quelque part dans l'enceinte.   L'électricité circule depuis deux ans. C'est un courant simple   de 220 volts. L'ascenseur fonctionnait sur un courant triple de 440 volts, et   il semble n'avoir pas été réanimé. Nous pensons   qu'ils ont bouché le puits de l'ascenseur avec du ciment ainsi que toutes   les entrées principales.