20 octobre 2010

Des casseurs de grève bien entrainés et bien protégés

RaffinerieTotalDongesGreveLevee20100224
Sur ces images de Reuters, on voit une personne casser une vitrine de banque.
Une autre personne essaye de l’arrêter mais se prend un coup de pied d’un troisième qui tient apparemment une matraque dans la main.

Ensuite la personne qui cassait la vitrine est entouré de ce qui est présenté comme un “anarchiste” (mais qui pourrait tout à fait être bien autre chose…) et se fait exfiltrer pendant que les manifestants leurs lancent des objets dessus.
Aurions-nous là une preuve flagrante de manipulation , d’infiltration afin de stigmatiser le mouvement social ?Extrait Article eco89 / Manifs: le pouvoir toujours sourd, la rue encore là

19h12. Dans le quartier de Bastille, à Paris, la situation a dégénéré. De petits groupes de casseurs, certains équipés de matraques, ont investi les avenues partant de la place de la Nation, courant pour échapper aux forces de l’ordre, jetant des canettes de bière, enflamment des poubelles aux carrefour et saccageant des terrasses de café.

La vitrine d’une agence du Crédit lyonnais a été défoncée. Un passant qui tentait de dissuader les vandales a été frappé de coups de poing et de pied portés au corps et au visage, avant que d’autres participants interviennent pour le dégager.

Pendant le passage -éclair- de ces groupes visiblement bien organisés, des touristes affolés se réfugient à l’intérieur des bars et restaurants. Trois personnes au moins ont été interpellés.

Certains sont parvenus à entrer à l’intérieur de l’opéra Bastille, avant que les policiers ne parviennent à en bloquer l’accès. Ces petits groupes très mobiles se sont ensuite (provisoirement ? ) dispersés une fois arrivé à Bastille. Rue89 [...]

Commentaire du 21H01 | 16/10/2010

“La vitrine d’une agence du Crédit lyonnais a été défoncée. Un passant qui tentait de dissuader les vandales a été frappé de coups de poing et de pied portés au corps et au visage, avant que d’autres participants interviennent pour le dégager.”
Le passant c’est mon père. J’étais là et je souhaite apporter quelques précisions et soulever quelques questions. Nous étions allé manifester comme des milliers de français aujourd’hui. Nous avions démarré vers 15h30 à République, avancé à pas de fourmi jusqu’à Bastille (17h30) puis rejoins Nation vers 18h30. La manif s’est passé dans le calme? dans une ambiance bon enfant. Même le bouchon de ma bouteille d’eau tombé par terre n’a pas été piétiné.

Arrivés à Nation, les syndicats ont appelé à la dispersion. Nous sommes redescendus par le boulevard Diderot. Les policiers et CRS étaient déjà plus nombreux. Mais tout était calme. Quelques minutes après, l’ambiance a changé puisque les sirènes et le ballet des voitures et des camionettes de police avait commencé.

Nous étions assis, mes parents et moi à la terrasse du café situé à quelques mètres de la Banque. Nous avons vu une quarantaine de cars de CRS, police et autres forces de l’ordre remonter le boulevard Diderot.

Puis quelque minutes après, une cinquantaine de personnes descendent le boulevard, alignées, étandards noir. En arrivant au niveau du Crédit Lyonnais, il se sont mis à casser la vitrine. Mon père à tenté de s’interposer comme vous l’écrivez. J’ai pris peur en voyant certains d’entre eux tentaient de le taper et je me suis lancée à sa défense, prise de panique. Je me suis pris une canette de bière sur la main. Elle saigne.

Comment ont-il pu passer ? Comment les CRS ne les ont ils pas croisés ? Impossible ! Les “casseurs” descendaient la rue le champs libre. Toute la place pour eux. Plus un flic à l’horizon. Ils étaient pourtant loin de se cacher.

D’autre “casseurs” on tenté de calmer la situation. Un homme, la cinquantaine, très calme, habillé d’un imperméable gris m’a pris de côté et m’a dit de me calmer. “C’est une erreur ” Non les flics n’était pas là, quoi que. Qui était cet homme en gris. Pas un anarchiste c’est sûr ! Il avait l’air d’encadrer le groupe. Un flic ? II y avait en tout cas une dizaine de photographes qui accompagnaient ce groupe. On me prend en photo. Je refuse. Je ne veux pas que mon image soit utilisée pour montrer que les manifestations ont « dégénéré »

C’était organisé !! Comment la quarantaine de cars de CRS a pu ne pas croiser ces “casseurs” : on les a laissé passer ! Ce n’était pas un groupuscule seul dans son coin. Les photographes étaient là. Qui était cet homme en gris ? Je suis en colère !!!

Après m’être fait soigner ma main, légèrement érraflée (plus de peur que de mal, mon père n’a rien), nous redescendons à pied vers la Bastille. Tiens les flics sont de nouveau présents, et en masse ! Que faisaient-ils quelques minutes auparavant ! C’est de la blague. Je suis en colère contre eux. Ils manipulnt tout. Ils cherchent la bagarre pour décrédibiliser une manifestation.
Manipulation : Quand les flics se déguisent en casseurs
envoyé par SudSdis. - L'info video en direct.


Quels sont les effets du lait sur la santé ?

Quels sont les effets du lait sur la santé ?  verre_de_lait

Le lait est souvent considéré comme une solution nutritionnelle pour apporter du calcium. C’est cependant un mélange complexe de nutriments, d’hormones favorisant la croissance et d’autres protéines. Ce n’est donc pas surprenant que sa consommation provoque des effets complexes sur la santé. Contrairement aux convictions de nombreux nutritionnistes, il n’existe pas de preuves réelles qu’une consommation importante de lait réduise les risques de fractures.

En fait, les grandes études prospectives sur l’homme montrent systématiquement qu’il n’y a pas de bénéfice lié à une consommation élevée de lait. Au contraire, de nombreuses études montrent qu’une consommation importante de lait, telle que trois verres par jour, contribue à un risque élevé de cancer de la prostate. Toutes les études ne montrent pas cela, mais le lien statistique a été confirmé si l’on fait une analyse statistique pour l’ensemble des données. Pour les femmes, trois portions ou plus de lait par jour pourraient augmenter le risque de cancer des ovaires, mais le lien n’est pas aussi évident que pour le cancer de la prostate.

Une forte consommation de laitages augmente les risques de cancer de la prostate

Walter Willett, responsable du département de nutrition de l’école de santé publique d’Harvard, a réalisé de nombreuses études sur les liens entre alimentation et santé.

Ne risque-t-on pas une carence en calcium si la consommation de lait est réduite ?

La majorité des adultes ont besoin de moins de calcium que ce qui est recommandé aux Etats-Unis et dans de nombreux autres pays : 1 200 mg par jour pour les plus de 50 ans. L’OMS a statué que 500 mg par jour représentaient un apport suffisant, et cet apport peut être obtenu avec moins d’un verre de lait par jour ou avec le calcium contenu dans un régime équilibré sans produits laitiers. En fait, la plupart des adultes à l’échelle mondiale ne consomment pas de produits laitiers et leur taux de fractures est plus faible que ceux observés aux Etats-Unis et en Europe où pourtant l’apport en calcium est bien supérieur.

Quelles sont vos recommandations ?

Je pense que l’apport du lait n’est pas une partie essentielle de l’alimentation, et si une personne souhaite consommer des produits laitiers, il est préférable de limiter sa consommation à une ou deux parts par jour.

Quelles sont les études les plus intéressantes à ce sujet ?

Il existe deux importantes études de 2006 et 2008 reliant la consommation de lait et le cancer de la prostate. Mais nous ne disposerons sans doute jamais d’une étude aussi vaste et aussi bien faite que nous le souhaiterions.

Propos recueillis par Laure Belot et Pascale Santi Article paru dans l’édition du 20.01.10

Le lait, pas forcément un ami pour la vie

Article publié le 20 Janvier 2010 Par Laure Belot et Pascale Santi Source : LE MONDE

Plusieurs médecins remettent en cause les bienfaits supposés des produits laitiers. Et si les produits laitiers n’étaient pas « nos amis pour la vie », contrairement au célèbre slogan publicitaire des années 1990 ? La consommation de lait est en baisse depuis vingt ans, soit 24 % entre 1999 et 2007, selon l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Sur cette même période, en comptant les yaourts et les produits frais qui progressent légèrement, la baisse est de 12 % pour l’ensemble des produits laitiers. La France reste toutefois le deuxième consommateur au monde de fromage, mais se retrouve en 11e position mondiale pour le lait seul.
www.greenlightcenter.fr