7h9a85ay(De New York) Si vous développez soudainement une force surhumaine, que vous parlez une langue jamais apprise à l'école, ou que vous faites une réaction violente à l'eau bénite, ne cherchez pas plus loin : vous êtes possédé par le diable.

C'est notamment pour rappeler ces quelques symptômes de l'emprise diabolique que l'évêque de Springfield (Illinois) Thomas Paprocki a organisé mi-novembre à Baltimore une séance de formation à l'exorcisme,une pratique qui vise à « délivrer » tout individu habité par le Diable.

Cinquante-six évêques et soixante-six prêtres ont participé au séminaire qui s'est tenu à huis-clos, en marge de la conférence annuelle des évêques catholiques américains.

Selon son organisateur, le « boot-camp » de deux jours répond à une demande de longue date de certains membres du corps clérical, débordés par les demandes d'exorcisme.

Le film « L'Exorciste », sorti en 1973, ravive l'intérêt pour la pratique

Aux Etats-Unis, seule une poignée de prêtres -dix tout au plus- serait habilitée à pratiquer des exorcismes, et ils ne peuvent plus faire face aux sollicitations si l'on en croit Thomas Paprocki qui préside également le comité des affaires canoniques de l'Eglise catholique américaine :

« Beaucoup de prêtres et d'évêques ont exprimé de l'intérêt pour savoir comment gérer les demandes d'exorcisme. Ils veulent savoir comment distinguer quelqu'un qui est réellement possédé de quelqu'un qui ne l'est pas. »

L'exorcisme n'est pas un phénomène nouveau aux Etats-Unis. Les spécialistes estiment qu'il était sur le déclin dans la première moitié du XXe siècle, mais qu'Hollywood l'a ressuscité.

La sortie de « L'Exorciste », film cultissime de 1973, et d'une série de livres sur la question ont permis son développement dans les cercles évangéliques américains et la classe moyenne. C'est ce que raconte Michael Cuneo, sociologue à l'université Fordham (New York) et auteur d'un livre sur la question, paru en 2001 :

« Hollywood et l'industrie du divertissement ont beaucoup fait pour médiatiser l'exorcisme ces trente dernières années et le rendre acceptable par un grand nombre de personnes. »

La récente sortie dans les salles américaines de « The Last Exorcism » ne fait que confirmer l'intérêt continu d'Hollywood pour la chose. Le film raconte à la manière d'un documentaire l'histoire d'un prêtre-exorciste de Louisiane qui ne croit pas en la pratique, jusqu'au jour où il croise une jeune fille réellement possédée.

Mais selon Thomas Paprocki, les vrais exorcismes ne sont pas aussi dramatiques qu'on veut nous le faire croire. Pas de lévitation ni de changement de voix ni de convulsions. On serait presque déçu.

Une procédure contraignante établie par le Vatican

L'intervention de l'exorciste obéit à une procédure stricte édictée par le Vatican en 1999 : un prêtre saisi d'un cas suspicieux doit obtenir l'accord de son évêque avant toute intervention. Le « possédé » présumé doit, en outre, être examiné par un psychiatre au préalable :

L'organisation de cette formation de Baltimore peut alors surprendre. Thomas Paprocki admet lui-même ne pas avoir connaissance d'une recrudescence particulière de la pratique ces dernières années.

Pour l'expliquer, les observateurs citent pêle-mêle :

  l'augmentation des cas de suicides et de schizophrénie
    * le besoin réaffirmer son statut d'institution supra naturelle alors que les institutions dites « humaines » sont fragilisées par la crise
    * une volonté de contrer l'attirance de nombreux chrétiens américains, en particulier en provenance d'Afrique et d'Amérique latine, pour des formes de croyances moins établies, comme le pentecôtisme et le charismatisme.

Ainsi, 14% des catholiques hispaniques aux Etats-Unis disent avoir fait l'objet d'un exorcisme ou ont assisté à une séance d'exorcisme (contre 6% des non-hispaniques), souligne un portrait des catholiques américains réalisé par l'Institut Pew en 2006.

« Les statistiques montrent que le nombre de personnes ne croyant pas en la religion établie augmente. Elles cherchent d'autres formes de spiritualité », souligne Neal Lozano, auteur catholique qui a signé deux livres sur la pratique dite de la « délivrance » :

« Il ne faut pas oublier que l'œuvre du diable la plus répandue n'est pas la possession mais l'obsession et la tentation. »
le mal existe depuis la nuit des temps évidemment nombreux de nos jours n'y croit pas ,mais si vous voulez avoir le coeur net tapez exorcisme sur you tube et vous jugerez par vous même au lieu de nier renseignez vous ,mais cela dépend de votre degrès d'éveil et de foi .celui qui ne croit pas en Dieu  ne s'est jamais dis qu'en c'est grâce au Diable les suggestions vous amènes a croire des faussetés juste parce que vous n'etes pas sous la protection de Dieu ,il est écrit que ceux qui se détourneré de Dieu il leur assignerait un demon comme compagnon qui vous amènera a moins de compréhension et jusqu'à votre perte alcool drogue suicide violence ,si vous ne me croyez pas alors pourquoi vous révez d'animaux que vous tombez de haut ,d'endroit salle et désert que votre poitrine se serre a la tombé de la nuit que vos pupille s'accélère toute seule ,vous croyez que c'est juste par hasard ce sont les signes d'une activité maléfique autour de vous ....
...........
voila ce que j'ai trouvé sur la possesion et les symptomes,

Ses symptômes durant le sommeil

      Angoisse et insomnie

      Les cauchemars très frequents

      La vision d'animaux dans les rêves tels que des serpents, des chiens noirs…

      Pousser des cris, rire ou pleurer

      Se lever durant la nuit et marcher tout en étant endormi

      Se voir tomber d'un lieu élevé durant son sommeil

      Se voir dans un cimetière, un endroit sale telle qu'une décharge publique

      Faire des rêves érotiques trop fréquemment (c'est le cas du djinn amoureux)

      Voir des gens ayant une apparence bizarre dans ses rêves

      Voir toujours une même personne ou un même animal dans un rêve

      Se voir parmi des morts durant ses rêves

Ses symptômes à l'état de veille

      Les maux de tête fréquents, migraine

      Le fait de se détourner et de répugner fortement à l'écoute du Coran et de l'appel à la prière

      L'évanouissement, l'entrée dans une crise ou le fait de tomber quand on récite (du Coran) sur l'intéressé;

      Le fait que le démon qui possède l'intéressé parle quand on récite sur lui

      La distraction mentale, le malade est tout le temps absent

      L'indolence et la paresse, le malade n'a envie de rien faire, il se laisse aller

      Une douleur persistante dans un membre ou dans tout le corps

      Le malade parle seul ou ne parle pas du tout

      Pensées obsessionnelles

      Avoir la poitrine serrée à partir de la tombée de la nuit

      Troubles de la vision (flashs, filets grisâtres, visions étranges..)