13 décembre 2010

un essain de tremblement de terre inquiétant en islande .

volcan_islandais

krisuvik_iceland_earthquake_swarm_6_dec_2010L’Islande est une terre de haute activité volcanique, probablement la seconde après les régions indonésiennes. L’Islande est située directement au-dessus des frontières de plaques tectoniques et gronde d’activité due surement au mouvement du magma sous la surface.

La localisation des essaims de séismes au sud-est de l’Islande est située près du volcan Krísuvík. L’essaim est très actif en ce moment et est principalement concentrée à un endroit d’une crête à environ 2,5 km à l’est.

La situation sur le plan du tremblement de terre montrant l’essaim près du volcan Krísuvík de l’Islande
Un autre essaim de séismes est soudainement survenu près de Arnarvatnsheidi, situé dans le centre – ouest de l’Islande, un lieu de hauts plateaux plats criblé de lacs.

Carte de localisation des essaims de séismes près Arnarvatnsheidi, de l’Islande
arnarvatnsheidi-iceland-earthquake-swarm-6-dec-2010
Pourtant, un autre essaim tremblement de terre a grondé dans la région près du volcan Askja, situé dans le centre – est Islande, directement sur une frontière de plaques tectoniques.

Carte de localisation de l’essaim de tremblements de terre près du volcan Askja de l’IslandeL ,ctte activité sismique et souvent le signe d'une prochaine eruption volcanique ,je pense au katla 10 fois plus grand que le volcan qui a paralysé le trafic aérien,s'il rentre en éruption nous aurons un climat glacière.
http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=14001arnarvatnsheidi_iceland_earthquake_swarm_6_dec_2010

’Islande est bien le centre de la terre ! Jules Verne le savait !
On ne sait pas comment ni pourquoi il le savait ! D’où ce
génial écrivain breton tenait-il cet impossible savoir ?
Dans son livre : « Voyage au centre de la terre », il situe la découverte
du centre de la terre dans le cratère Islandais Sneffells le 28
juillet 1863 !
136 années plus tard, la science lui donne raison et est démontrée
par l’université de Bristol qui résout ainsi une des veilles énigmes
scientifiques.
Le fond marin, au niveau de l’Islande est surélevé de 4,5 km et les
scientifiques ont également découvert une colonne rocheuse très
chaude et moins dense que les roches qui surgissent normalement
dans les chaînes montagneuses du centre des océans. Les gaz qui
remontent des profondeurs révèlent des anomalies générées par
l’activité volcanique…
On trouve ainsi à cet endroit de nombreuses formes de vie encore
inconnues mais aussi une centaine d’espèces différentes parmi
lesquelles Congres, Cambas, Langoustes, Serpents et Étoiles de
mer.


lumière elctrique à l'époque des pyramides d'egyptes

1Située dans un couloir de la partie
Est de la Vallée des Rois, à Louxor (Égypte), se trouve la tombe du pharaon SETI 1er (1304-1287 av. J.C.).
Si nous descendons ses 4 étages desservis par des escaliers, que nous traversons plus de 10 couloirs et chambres,
nous arrivons finalement à une crypte contenant des fresques au plafond  représentant des scènes astronomiques et différents
passages du livre du AM-DUAT ; ce couloir se rencontre à 105 m de profondeur, et la délicatesse de ces peintures
n’a oublié aucun détail, même ceux apparemment sans importance.
− 4.000 ans après la décoration de cette crypte, il nous est encore impossible de savoir quelle méthode
les anciens Égyptiens ont employée pour éclairer l’intérieur de ce genre de construction.
− Paradoxalement, aujourd’hui nous pouvons seulement démontrer
avec certitude quelles méthodes n’ont pu être utilisées, que ce soitla simple torche de feu ou la technique des plaques réfléchissantes…
Ainsi, on n’a retrouvé aucune trace de suie, ce qui écarte le principe d’utilisation des torches. Les miroirs réfléchissants, quant à
eux, posent d’insolubles difficultés qui résultent du continuel mouvement du soleil et de l’énorme
perte de luminosité à chaque changement de direction dans les tunnels. Enfin, la lampe à
huile, à cause de son important dégagement de fumée et sa faible luminosité, ne pouvait en aucun
cas être employée. Hors, nous ne connaissons que ces 3 possibilités qui étaient à la portée des
Égyptiens antiques…Au début des années 1980, Peter Krassa et R. Habeck révolutionnèrent les
égyptologues en publiant un livre intitulé
« Lumière pour les Pharaons » dans lequel ils montrent, entre autre, sur les fresques
en bas-relief des temples de Dendera, Edfou, Kom-Ombo, ainsi que Philae…
des symboles qui semblent représenter des ampoules électriques, ainsi
que des Égyptiens qui tiennent ces ampoules devant eux. Le filament central en
forme de serpent est très visible, ainsi que le culot et la forme en aubergine de l’ampoule.
De plus, tous ces bas-reliefs montrant ces « ampoules » datent de la même époque Ptolémique (322 av. J.C.).
Dans le livre de AM-DUAT, le plus important des livres funéraires égyptien, qui décrit les 12 régions qui se situent
dans l’Au-Delà, et le parcours triomphal du dieu solaire RÉ, on peut voir 12 divinités exécutant leur trajet nocturne…
Chaque divinité tient devant elle le filament en forme de serpent, peut-être le même « serpent » qui a permis aux artistes
de décorer les fabuleuses tombes de la Vallée des Rois ! Mais alors, si cette technologie a vraiment été utilisée dans l’Égypte Antique,
pourquoi n’en a t-on retrouvé aucun élément ?
Pour ma part, il est clair que cette technologie électrique ne devait pas être vulgarisée ; elle a du même rester secrète.
Seuls quelques rares prêtres « techniciens » devaient la manipuler avec de grandes précautions ; elle devait
même être très dangereuse, car faute d’isolants efficaces, l’électricité est d’un emploi très délicat et mortel.
Donc, si cela se trouve, il n’existait qu’un générateur d’électricité et quelques lampes à incandescence dans toute l’Égypte,
ce qui fait que, lorsque cette technologie s’est perdue (soit volée, soit faute de personnes compétentes pour la manipuler),
il est normal qu’on n’en retrouve aucune trace (mais peut-être est-elle encore présente dans un lieu secret — voir
Comment cette technologie
a t-elle pu tomber entre les mains
des anciens Égyptiens ?

Zone du grand vampire sur Mars ! des nauffrages a répétitions.

mars01 Depuis les premiers lancements de satellites vers la planète Mars jusqu'à l’année 2006, il y a eu environ 14 appareils qui ont eu de gros problèmes par rapport aux autres lancements vers d’autres planètes du système solaire ?

« Mariner 7 » fut la première victime de la « Ghoul » ; ses batteries explosèrent. Le vaisseau automatique n’envoya que fort peu d’information sur « Mars ». Ce premier incident remonte à 1969. Les deux victimes suivantes furent respectivement un observatoire russe de la classe des « sondes » planétaire, puis un an plus tard un deuxième engin Russe destiné à se mettre en orbite autour de la planète Mars.

Les Américains ont laissé dans la zone des « trépassés » martiens 5 autres véhicules interplanétaires. Voilà tout de même de quoi inquiéter même les plus indifférents.

Quelle est la nature de cette « poche » qui semble attirer irrésistiblement les engins les plus perfectionnés que nous envoyons à destination de la planète Mars, et qui nous empêche ainsi d’explorer cette planète ?

Est-ce l’effet du seul hasard ? Ce n’est évidemment pas exclu. Rappelons-nous la mission du Mariners américain qui fut aveugle pendant plus de trois mois par un formidable nuage jaune surgi dans la haute atmosphère martienne. On ne trouve l’impossibilité totale de filmer quoi que ce soit, tant que cet écran se maintint en place.

Par la suite, le sol de Mars révéla des détails tout à fait inattendu tels que des vallées profondes de cours d’eau anciens, des deltas ressemblant à ceux de notre Terre et à nos grands fleuves. Les photos des sondes de 2005 confirment d’une manière plus détaillées les traces d’eau en surface, mais ceci reste évidemment encore dans les secrets de la N.A.S.A. !

A maintes reprises, Mars a intrigué les hommes depuis toujours. Schiaparelli y voit des canaux et bien d’autres Astronomes également .Il y a déjà plus de 50 ans, le Soviétique Chklowski, éminent radioastronome, publia un étonnant commentaire sur le comportement des satellites de Mars : PHOBOS et DEIMOS .

Les mouvements de ces satellites, leur masse, les effets gravitationnels de la planète Mars sur ces deux lunes : tout cela fourmille d’anomalies, et incite Igor Chklowski à supposer que les satellites Phobos et Deimos ne sont pas naturels, cette idée a été reprise par de nombreux scientifiques astronomes au cours des années suivantes. La N.A.S.A. a réalisée des photos qui pourraient prouver cette éventualité, non diffuser dans le public. Ils se comportent purement et simplement comme des satellites artificiels creux et légers ! L’un tourne en rétrograde par rapport à la planète, c'est-à-dire dans sens contraire de rotation de Mars, se qui est illogique.

Cela signifie bien que l’on ne peut rejeter l’idée d’une certaine coexistence éventuelle, avec d’autres intelligences, dans le vaste univers.

Est-ce à dire que ces anomalies des naufrages de 14 véhicules interplanétaires, dans cette même région du « Great Galactic Ghoul » soient de toute évidence organisé par des êtres pensants ?

Depuis les 10 dernières années, tout semble rentrer dans l’ordre, nos amis ont dû mettre à l’abri de notre vue, tout leur matériel.

Je me garderai d’affirmer cela : je constate simplement qu’une défense intelligente des accès à la planète Mars n’aurait pas procédé autrement ? Action délibérée ?

Les informations recueillies sur l’ensemble de la planète Mars permettent, dans l’état actuel de notre interprétation, d’éliminer l’hypothèse d’une vie martienne intelligente de surface. Toute la question est de savoir si mon interprétation est bonne ou non.

D’autre régions de l’espace interplanétaire, au sein même de notre système solaire, présentent quelques étranges singularités. Ce sont par exemple ces fameux « points lagrangiens », ainsi appelés, par le savant français Lagrange qui fut le premier à en supposer l’existence, par le seul raisonnement, mathématique.

Ce sont des points situés dans le cadre du couple Terre-Lune, où l’attraction gravitationnelle de celui-ci s’équilibre. Si un véhicule est placé à une vitesse nulle, l’un des points lagrangiens reste en équilibre entre la Terre et la Lune.

Il ne sera pas nécessaire de dépenser de l’énergie pour opérer des rajustements de position : le véhicule ou l’habitat interplanétaire restera tranquillement dans cette sorte de marais du cosmos.

La condition : arriver à une vitesse zéro semblait paradoxale. Si un objet vient dans ce marais gravitationnel, c’est qu’il n’y était pas précédemment. Il s’en est donc approché avec une certaine allure, fût-elle infime, mais vitesse tout de même ; qui sera suffisante pour l’en faire sortir.

Un astronome polonais a constaté que des cailloux sont immobilisés dans cette zone, pendant l’époque des vols habités vers la Lune, la N.A.S.A. avait pris des précautions à ce sujet.

Comment ces météorites sont-elles venues là ?

Pourquoi y sont-elles demeurées ?

Encore une énigme.

On n’en finit pas, à vrai dire, d’additionner les mystères du proche univers.

Posté par rusty james à 00:36 - Permalien [#]
Tags : , ,

Le mystère de la mort de Louis V

Louis_VLe mystère de la mort
de Louis V
Louis V (967 à 987), fils de Lorhaire, régna sur le royaume de 986 à 987,
l'année de sa mort. Avec sa mort,s'éteignait la dynastie des Carolingiens.
Une autre allait y succéder durant plus de huit siècles : celle des Capétiens.
Le premier représentant de la branche capétienne à succéder à Louis V, a été Hugues Capet, qui se fit
proclamer Roi le 1er juin 987. Nos historiens qui trafiquent sans
aucun scrupule notre patrimoine, en accord pour cela, avec les divers
groupes occultes qui gouvernent ce pays, possèdent à n'en pas douter, des
informations qui, si elles étaient divulguées aux pauvres “populaces”
que nous sommes, ébranleraient sérieusement les fondements de nos
cro yances et de nos institutions. Bien entendu, ces pontifes arrogants
et poussiéreux, n'avoueront jamais que l'histoire, depuis 3000 ans (et plus peut-
être), est inventée de toutes pièces, lorsqu'il s'agit de masquer certains faits
établis qui les dérang ent. Dans cette optique, les causes réelles
de la mort de Louis V sont passées sous silence. Les livres d'Histoire de France
indiquent simplement de façon
laconique, que le Roi est mort d'un accident de chasse. C'est là une
“commodité” permettant de cacher les curieuses circonstances de la mort du
Roi, lors de cette chasse. Il est inconcevable pour ses pseudo- historiens de relater les faits tels qu'ils
furent, car ce serait admettre qu'il existe bien des phénomènes étranges et
inexpliqués ne pouvant recevoir de réponses concordantes avec leur esprit
cartésien. Il est pour ces gens, beaucoup plus aisé d'ignorer et d'occulter les faits,
lorsque ceux-ci ne cadrent pas avec la vision qu'a la science sur les choses de ce bas-monde.
Mais, revenons-en au Roi Louis V, et aux circonstances étranges qui
accompagnèrent sa mort. Un jour de mai 987, Louis V partit
chasser le loup avec ses seigneurs en forêt de Compiègne et ce, malgré les
mises en garde du seigneur de Senlis. Non pas que les loups soient plus
féroces ici que dans le reste du royaume, mais ils étaient sous la
protection des démons (comme dans l'histoire des menhirs, nous sommes
encore confrontés à des “démons” qui ressemblent plus à des humanoïdes qu'à
de véritables démons, comme vous pourrez le constater). Personne ne
pouvait les traquer sans être aussitôt assailli par une horde hurlante de
monstres au regard vide et luisant comme la braise.

Un bûcheron du nom de Pietard en fit l'amère expérience. De lui, on ne
retrouva que sa hache. Un métayer, Golbert, réussit à s'enfuir grâce à la
longueur de ses jambes. Malibron le charbonnier resta quant à lui terré trois
jours entre les roseaux d'un étang,
terrorisé à l'idée de retomber nez-à-nez avec la horde sauvage qui l'avait
pourchassé toute la nuit. Mais les mises en garde du seigneur
de Senlis et les témoignages des paysans ne dissuadèrent pas le Roi de
participer à cette chasse. En début d'après-midi, ayant débusqué un grand
loup mâle, Louis V se lança à sa poursuite. Lorsque ses compagnons de
chasse le retrouvèrent, le Roi gisait au pied de son cheval, étendu dans une
mare de sang. Transporté dans sa résidence de Compiègne, il y mourut trois jours plus
tard en murmurant à l'Archevêque Adalberon :
“Ils n'ont pas d'yeux mon Père, seul le feu de l'enfer brille derrière  leurs paupières .
” . Ce genre de regard n'est pas sans rappeler l'humanoïde de
Chilcomb et ses yeux rougeâtres sans pupille ni iris
lothaire_fils_louis_IV_lehugeur