722311_882980Chamov, qui a été limogé de son ambassade à Tripoli par Medvedev plus tôt ce mois-ci, a déclaré que l'échec de Moscou pour s'opposer au  bombardements fera perdre aux sociétés russes d'énormes sommes d'argent dans les armes et les autres contrats. Il a nié les rumeurs selon lesquelles il a écrit un télégramme à Medvedev le traitant de traître, mais a déclaré: «J'ai écrit un télégramme dans lequel j'ai souligné que je représente les intérêts de la Russie en Libye. Récemment, nos pays ont cherché à une coopération étroite, et il n'est pas dans l'intérêt de la Russie à perdre un tel partenaire »Il a ajouté:". les Compagnies russes ont signé des contrats très avantageux pour des milliards d'euros depuis plusieurs années à venir qui pourraient être perdus ou ont déjà été perdus. D'une certaine façon, qui peut être considéré comme une trahison des intérêts de la Russie. La crise libyenne a été l’occasion de la mise en évidence très publique d’un désaccord bruyant entre le président Medvedev et son Premier ministre Poutine. La surprise vient beaucoup moins du désaccord que de l’expression publique de ce désaccord et de l’affirmation de ce désaccord, notamment du côté de Medvedev dont on jugeait en général qu’il était de caractère faible, et plutôt incliné à faire taire ses propres opinions pour rester aligné sur celui, Poutine, qui aurait été son mentor et son inspirateur, sinon son manipulateur.

Dans un texte publié le 24 mars 2011 sur Novosti, Hugo Natowicz s’attache à cette querelle publique et sonore pour analyser la situation du pouvoir, des rapports des deux hommes et d’un dilemme politique qui déchire la Russie entre deux voies qui s’offre à elle, l’une plus nationaliste (Poutine), l’autre plus internationaliste et par conséquent plus proche de la “communauté internationale” (essentiellement le bloc américaniste-occidentaliste, ou BAO). Bien entendu, Natowicz place cet incident dans le cadre de la tension qui monte entre Poutine et Medvedev à l’approche de l’élection présidentielle qui, à l’instar d’autres aussi importantes (France, Mexique, USA), a lieu en 2012.

http://www.guardian.co.uk/world/2011/mar/24/sacked-ambassador-russian-tension-libya