fmiL’histoire du FMI
La Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale ont conduit à la création du FMI, dont la mission est de promouvoir la coopération monétaire, la stabilité financière et la croissance pour tous les pays.

1919 Après la Première Guerre mondiale, le traité de paix de Versailles impose le paiement de réparations à l’Allemagne. Années 20 Les pays commencent à adopter une politique d’«égoïsme sacré» — par exemple dépréciations concurrentielles des
changes; aux États- Unis, la loi Smoot- Hawley accroît la protection des agriculteurs contre les importations agricoles.

1922–23L’Allemagne, convaincue de sa victoire, avait fait de gros emprunts. Incapable de financer les réparations, elle imprime des quantités massives de billets. L’hyperinflation fait rage. Années 30 La Grande Dépression a des effets ruineux sur l’économie. Les pays ont du mal à équilibrer leur budget. Le commerce s’effondre.

1931 Durement touché par la dépression, le Japon envahit la Manchourie, riche en minéraux, forêts et terres arables, pour résoudre ses problèmes intérieurs.

1936 Entrée en vigueur de l’Accord tripartite (États-Uni, France et Royaume-Uni), dont l’objet est d’éviter les dépréciations concurrentielles des changes. 1939 Début de la Seconde
Guerre mondiale.
1944 Les Statuts du FMI et de la Banque mondiale sont rédigés à la Conférence monétaire et financière internationale
de Bretton Woods,New Hampshire, États-Unis. Quarante-quatre pays y participent. 1945 Fin de la Seconde Guerre mondiale.
1947 Le FMI commence à exercer ses activités, avec la France pour premier emprunteur (25 millions de dollars). Création du GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce), organisation internationale du commerce. 1952 Le FMI approuve les propositions relatives aux accords de confirmation pour aider les pays à résoudre leurs problèmes
de balance des paiements à court terme.

1963 Le FMI crée le mécanisme de financement compensatoire pour aider les pays touchés par les fluctuations des prix mondiaux des produits de base.

1967 Le FMI approuve le plan de création du DTS (droit de tirage spécial), nouvel actif de réserve international, à l’appui
du régime de taux de change fixes. Le plan est mis en oeuvre en 1969 (premier amendement des Statuts).
1971 Les États-Unis annoncent qu’ils n’achèteront ni ne vendront plus d’or pour le règlement des transactions internationales. Les parités fixes et la convertibilité du dollar, deux éléments clés du système de Bretton Woods, sont
abolies. Les monnaies des pays industrialisés sont réalignées et le prix de l’or augmente. Le FMI crée un régime temporaire de taux centraux et de marges élargies.

1973 Le flottement généralisé des principales monnaies entre en vigueur. Première crise pétrolière mondiale.

1974 Le Comité des Vingt (C-20) pour la réforme du système monétaire international adopte un programme visant
à favoriser l’évolution du système monétaire. Les orientations pour la gestion des taux de change flottants sont adoptées. Le mécanisme élargi de crédit est créé sur la proposition du C-20 et permet au FMI d’appuyer des programmes à moyen terme. 14 Finances & Développement Septembre 2004

Tapissage d’un mur avec des billets allemands Les troupes japonaises entrent en Manchourie John Maynard Keynes et Harry Dexter White, architectes de Bretton Woods 1976–78 Accords de confirmation avec le Royaume-Uni,
l’Italie et l’Espagne; il n’y a pas eu d’accords ultérieurs avec les pays industrialisés. 1978 Le deuxième amendement des Statuts du FMI donne aux pays membres le droit d’adopter le régime des changes de leur choix. Le FMI est chargé d’exercer une «ferme surveillance» sur les politiques de ses pays membres. 1979 Seconde crise pétrolière. 1982 Les difficultés du Mexique à assurer le service de sa dette extérieure déclenchent une crise d’endettement.

1985 Le FMI et la Banque mondiale appuient une initiative appelant les débiteurs à procéder à un ajustement,
les banques multilatérales de développement à accorder des prêts plus importants et plus efficaces et les banques commerciales à accroître aussi leurs prêts.

1986 Le FMI crée la facilité d’ajustement structurel pour fournir aux pays pauvres une aide concessionnelle à la balance
des paiements, suite à la réorientation de ses prêts en faveur des pays en développement qui s’est amorcée dans les dix années précédentes. Dans le droit fil de l’Accord du Plaza conclu en 1985 par les membres du G-7, le FMI appelle à une coordination plus étroite des politiques économiques pour améliorer le fonctionnement du système de taux de change flottants. 1987 Le FMI crée la facilité d’ajustement structurel renforcée (FASR). 1989 Chute du mur de Berlin. Le FMI renforce la stratégie visant à résoudre le problème de la dette des pays en développement, dont l’axe principal est la
réduction de la dette. Années 90 Entrée dans l’ère de la mondialisation, marquée par une intégration plus poussée
des économies et sociétés du monde entier par le biais de la circulation des biens et des capitaux ainsi que des personnes et de la technologie par-delà les frontières.

1991 Éclatement de l’Union soviétique et de la Yougoslavie.
1992 Le FMI approuve la demande d’admission du premier groupe d’anciennes économies planifiées.
1995 L’Organisation mondiale du commerce succède au GATT.
1996 Adoption de l’initiative commune du FMI et de la Banque en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).
1997 La crise financière éclate en Thaïlande et gagne d’autres économies asiatiques.
1998 La Russie est touchée par la crise financière.
1999 Le Brésil est victime de la crise financière. Le FMI et la Banque adoptent une nouvelle approche pour aider les pays à faible revenu,qui met l’accent sur l’internalisation des stratégies de réduction de la pauvreté. La FASR est remplacée par la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance.

2000 L’Argentine et la Turquie traversent une crise financière.
2001 Face aux attentats terroristes du 11 septembre, le FMI élargit son effort de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.
2003 Adoption d’un projet FMI/Banque de suivi des mesures nécessaires pour atteindre les objectifs de développement pour le Millénaire (réduction de la pauvreté, éducation primaire pour tous, baisse de la mortalité infantile, etc.) d’ici à 2015.