obi rusty jamesMegaplex-comprend des bureaux pour la CIA, le FBI, la DEA, la Defense Intelligence, BATF, Département du Trésor et d'autres.

- Les agents de renseignement américains n'auront plus à se déguiser en diplomates.

- Le Mexique va désormais avoir un militaire «de liaison» pour NORTHCOM.

- Etats-Unis est désormais en charge de tous les efforts tactiques contre la guerre de drogue, de contre-insurrection et de contre-terrorisme au Mexique.

- Obama et Hillary Clinton sont crédités pour la création de l'Office du bi-latérzl de renseignement au Mexique (OBI).
Traduit par Mario Andrade

Avec l'approbation de l'Administration Felipe Calderón, le gouvernement américain a finalement obtenu ce qu'il a toujours voulu: Pour mettre en place un centre de super espion à Mexico. Il a été l'escalade de la guerre contre la drogue dans le pays ce qui a ouvert la porte à toutes les agences de renseignement américaines, y compris les militaires, d'opérer à partir du District fédéral, sans avoir à déguiser leurs agents comme diplomates.

L'établissement du Bureau de la bi-nationale de renseignement (OBI) a été autorisée par Calderon, après des négociations avec Washington, qui a commencé sous le gouvernement de son prédécesseur, Vicente Fox Quesada. La création du centre de super espion a été autorisée par le directeur du Centre d'investigation et de sécurité nationale (CISEN), Guillermo Valdés Castellanos, sans tenir compte des objections de l'armée mexicaine.

Grâce à l'OBI, Calderon a donné le feu vert à US agents de renseignement pour espionner les syndicats du crime organisé et les cartels de la drogue. Ils peuvent aussi espionner les agences gouvernementales mexicaines, y compris le Secrétariat de la Défense nationale, la marine et les missions diplomatiques au Mexique.

Le siège du bâtiment, qui comprend des bureaux du Pentagone, la Central Intelligence Agency (CIA), le Federal Bureau of Investigation (FBI), les ministères de la Justice, Sécurité intérieure et le département américain du Trésor est située au 265 Paseo de la Reforma Avenue, à environ 250 mètres de l'ambassade américaine.

La présence la plus significative à la construction OBI est celle du Pentagone, qui comprend la Defense Intelligence Agency (DIA), le National Reconnaissance Office (NRO) et la National Security Agency (NSA). Elle est suivie par les Etats-UnisMinistère de la Justice, également avec trois organismes: le FBI, la Drug Enforcement Agency (DEA) et le Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms et explosifs (ATF).

Avec deux services, il est le Department of Homeland Security: la Garde côtière du renseignement (CGI) et le Bureau des douanes et l'immigration (ICE), tandis que le département du Trésor a des agents du Bureau de renseignement sur le terrorisme et des affaires financières (TFI).

En outre, l'OBI a ouvert deux bureaux distants: l'un à Ciudad Juarez et celui de Tijuana, au logement des agents américains et "Les commandants de force" qui coordonnent les opérations contre le trafic de drogue avec le soutien du personnel du gouvernement mexicain.

On ne sait pas combien d'agents de renseignement des États-Unis sont implantées au Mexique avec l'autorisation du gouvernement fédéral mexicain, depuis la création de ce centre a été annoncée le 31 août. L'soutiennent que le nombre exact est «classé».

Le bâtiment occupé par l'OBI dans le District fédéral est juste à côté à la Bourse mexicaine et fait partie de ce que les services de sécurité et de renseignement au Mexique définissent comme une «zone cible molle» en référence à la possibilité d'une attaque sur les intérêts américains en Mexique.

À ce point stratégique pour Washington dans le district fédéral du Mexique, il ya aussi des installations pour les sociétés transnationales telles que Ford, American Airlines, ainsi que Marriott et Sheraton, entre autres.

Le bâtiment où est situé l'OBI donne l'impression d'une installation d'affaires ordinaires, avec les banques, les assurances, les télécommunications, les bureaux commerciaux et de bureaux privés. La seule chose qui ressort, c'est l'entrée et le départ des citoyens américains.

Le répertoire de construction énumère les noms des occupants tout le chemin jusqu'à la 21ème étage. Cependant, après le 22ème étage, il ya trois penthouses qui ne sont énumérés comme «occupés». Et sur le toit il ya une douzaine d'antennes paraboliques placées juste au-dessus du logo de l'entreprise de télécommunications Axtel.

"C'est le meilleur emplacement pour les agences secrètes pour fonctionner", a déclaré la source qui a fourni l'emplacement de l'OBI. L'apparence ordinaire de l'édifice est la manière dont les Etats-Unis masquent souvent des centres de renseignements du monde entier.

La réception et le stationnement sont gardés par des services privés de sécurité, tandis que la police du district fédéral de fournir un soutien extérieur.

Par ailleurs, le gouvernement de la ville a installé des caméras de surveillance spéciale avec des sirènes pour observer le mouvement des piétons et des véhicules à l'extérieur du bâtiment.

La portée et la puissance de l'OBI au Mexique est similaire au Centre El Paso Intelligence, au Texas (EPIC), qui remonte à 1974 et opère exclusivement pour lutter contre le trafic de drogue, des armes et le blanchiment d'argent, à la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

EPIC a été crédité de la création des stratégies lancées contre le trafic de drogue et le crime organisé au Mexique. Parmi les plus réussies sont l'Opération Tigre Blanc, qui a été utilisée pour enquêter sur les activités de la famille Hank Rhon, en 1997, la capture et l'extradition, un an plus tôt, du golfe de drogue chef Cartel Juan Garcia Abrego, et la découverte de tombes dans le narco- Ciudad Juarez, Chihuahua, en 1998.

Subordination

Envahi par le trafic de drogue, le gouvernement de Felipe Calderón a accepté de la création de l'OBI au Mexique une proposition de la tête puis du renseignement national aux États-Unis, l'amiral Dennis Blair, dont la dernière Mars était accompagné par le secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, au cours de sa visite de travail au Mexique.

Selon l'accord officiel, les Etats-Unis de nouveauxemployés de bureau d'interagir avec leurs homologues mexicains, sous la coordination du Département d'Etat et le ministère mexicain des Affaires étrangères (SRE).

Pour le Pentagone, la forte présence de ses agents au Mexique est destinée à fusionner les services de renseignement et d'espionnage des deux pays à identifier et à exploiter les vulnérabilités des organisations de trafic de drogue et les gangs du crime organisé.

Selon cette directive, publiée le 18 Mars par le général Victor Renuart Eugène, alors chef du Commandement du Nord (NORTHCOM), le Mexique a mené plusieurs opérations contre des trafiquants de drogue.

Depuis lors, parmi quelques-unes des mesures prises barons de la drogue ont été le meurtre d'Arturo Beltran Leyva, (alias El Barbas), Ignacio "Nacho" Coronel , et Ezequiel Cardenas Guillen (alias Tony Tormenta), en plus des arrestations d'autres barons de la drogue, tels que Valdez 'Barbie' Edgar Villarreal .

Depuis l'assassinat de Beltran Leyva en Décembre 2009, les services de renseignement américains, principalement de la DEA, ont mentionné leur participation à diverses opérations, contre le très Arturo Beltran Leyva, Barbie Valdez, Teodoro Garcia Simental (alias El Teo), Jose Gerardo Alvarez Vazquez (alias El Indio ou El Chayan), exploitant de l'organisation et Carlos Beltran Leyva Ramon Castro, un trafiquant de drogue qui a travaillé pour plusieurs organisations.

Dans le cadre de nécessité pour le gouvernement mexicain pour justifier la militarisation de la lutte contre le trafic de drogue, le Pentagone a renforcé sa coopération avec l'armée mexicaine. Au début de 2009, tout comme le Département d'État et le mexicain des relations extérieures du Secrétariat (SRE) peaufiné les détails pour la création de l'OBI, le Département américain de la Défense intensifié la formation militaire pour les Mexicains au Mexique et dans plusieurs bases américaines militaires .

La formation a été un événement sans précédent dans l'histoire des relations militaires entre les deux pays. Pour la première fois, le Pentagone a apporté de contre-insurrection et de contre-terrorisme expertise de l'Irak et l'Afghanistan à leurs bureaux dans le centre du Mexique.

Dans le cas du Mexique, les cours de formation sont développés et gérés par le Département de la Défense, et sont axés sur le renseignement et les opérations tactiques contre le trafic de drogue, le terrorisme et la mise en œuvre des tactiques contre-insurrectionnelles.

En plus des cours offerts au Mexique, l'armée mexicaine a considérablement augmenté le nombre de soldats des forces spéciales de l'Armée, Force aérienne et la Marine pour assister à la formation de renseignement spécialisé dans les bases militaires américaines.

Liaisons

Le principal exemple de cette coopération est la présence-pour la première fois dans la relation bilatérale, un membre de l'armée mexicaine comme une «liaison» entre l'armée mexicaine (Central Command) et le Commandement du Nord dans le Colorado (NORTHCOM), selon une source militaire qui a parlé de la revue mexicaine Proceso.

Le mercredi 10, Le Washington Post a publié en première page une note l'informant que la liaison servira également en tant que commandant adjoint de l'Institut pour la sécurité et la coopération dans l'hémisphère occidental à Fort Benning, en Géorgie.De la soixantaine d'années quatre-vingt, ces installations logées dans l'école dite des Amériques, qui s'est inscrite dans l'histoire comme un centre d'approvisionnement pour les dictateurs d'Amérique latine, qui sont caractérisées par la violation systématique des droits humains.

Un responsable américain, qui a déclaré au Post sous condition d'anonymat, a déclaré qu'étant donné la gravité de la violence de drogue au Mexique, "nous avons reçu une instruction directe du président (Barack Obama) et les plus hauts niveaux du gouvernement, pour vraiment examiner de plus ce peut être fait dans cette coopération antidrogue avec le Mexique. "

L'établissement du Bureau de la bi-nationale de renseignement (OBI) implique que pour la première fois dans l'histoire du Mexique, de la surveillance, la supervision et la qualification du travail contre le crime organisé entre les agences gouvernementales fédérales, y compris les militaires, repose en partie sur des fonctionnaires étrangers .

Selon le document dévoilé par la Maison Blanche le 25 Mars 2009 sur la création de l'OBI, le bureau est également chargé de superviser la bonne utilisation des ressources que Washington donne à l'administration Calderon dans la lutte contre le trafic de drogue à travers le «Initiative Mérida».

«Nous allons coordonner nos efforts avec le gouvernement du Mexique par contacts de haut niveau, qui sont en partie liées à des services de renseignement nouveaux chargé de superviser la mise en œuvre de l'Initiative de Merida", selon le document publié par la Maison Blanche (publié par Proceso).

Un an plus tard, sur Mars 23, 2010, Hillary Clinton a annoncé au cours de sa visite de travail au District fédéral, dans le contexte de la mise en œuvre du Plan Mérida, la création de deux «programmes pilotes» dans le Tijuana-San Diego et Ciudad Juárez- El Paso couloirs.

Les deux gouvernements ont déclaré dans un communiqué commun, que dans le cas de Ciudad Juárez, le programme envisage le développement d'un «modèle pour le gouvernement mexicain pour recueillir et analyser le renseignement tactique», ainsi que de «prendre des mesures contre le trafic de drogue, l'extorsion, enlèvements et d'autres activités criminelles. "

Toutefois, les opérations proprement dites de l'OBI en matière de sécurité et les services de renseignement, les Mexicains seront subordonnés de l'US. Agences de l'USLe gouvernement va jouer le rôle d'experts dans le travail de renseignement, en dehors de précédents rôles consultatifs en vue d'accroître la capacité du Mexique à utiliser les ressources d'information contre les opérations cartel de la drogue.

http://www.stratfor.com/memberships/176439/analysis/20101122_mexico_security_memo_nov_22_2010