62435833La France qui dispose déjà d'une production d'électricité "en base" d'origine nucléaire très (trop) importante a décidé la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR (Flamanville, Penly)... Pour le privé, les centrales nucléaires ne sont pas rentables, alors pourquoi continuer en France à maintenir une proportion aussi importante d'électricité d'origine nucléaire dans le réseau alors qu'il existe des énergies renouvelables moins couteuses à mettre en place ?

Le mode de financement du parc nucléaire français (amortissement, subventions) introduit des erreurs d'appréciation du coût réel de production de l'électricité. Ainsi, il est courant d'entendre dire que le nucléaire permet de produire de l'électricité bon marché. Cela est du au fait qu'EDF annonce aujourd'hui un cout de production du MWH nucléaire de 33 euros (2010). Hors, ce prix extrêmement bas ne tient plus compte du prix de construction des réacteurs. En effet, EDF avait dans un premier temps prévu une durée de fonctionnement et d'amortissement économique de 20 ans pour ses centrales nucléaires. Cette période ayant été dépassée, les couts de production prennent en compte uniquement les frais de fonctionnement, la maintenance et le combustible.

EDF a estimé à 600 millions d'euros par réacteur le coût pour prolonger la vie des centrales nucléaires françaises de deux fois dix ans. L'électricien demanderait une hausse de 30% du prix public de l'électricité étalée sur 5 ans pour rentrer dans ses frais... Le parc nucléaire français est composé de 58 réacteurs dont 34 réacteurs de 900 MW construits à partir des années 70. L'ASN (autorité de contrôle des installations nucléaires) a validé en juillet 2009, la capacité d'EDF à maîtriser la sûreté de ces réacteurs jusqu'à 40 ans.