cyborg

BrainGateArray

LE BRAINGATE DONNE AUX PARALYSES LE POUVOIR DU CONTROLE MENTAL

Une minuscule PUCE IMPLANTABLE permet aux personnes paralysées ET BLESSEES de déplacer des objets par la puissance de leur pensée - et, dans le temps, les chercheurs espèrent qu'elle pourrait les aider à remarcher.


observez bien que le titre utilise bien les mots « contrôle mental », et que l’on parle à présent de personnes blessées ! Avant, on ne réservait ces implants que pour les personnes paralysées… on est donc DEJA en train d’élargir les publics auxquels ces implants sont destinés !

Le concept du BrainGate est simple. Il postule que le problème, pour la plupart des patients, ne se trouve pas dans les parties du cerveau qui contrôlent le mouvement, mais dans le fait que les voies reliant le cerveau au reste du corps, tels que la moelle épinière, ont été brisées. LE BRAINGATE SE BRANCHE SUR LE CERVEAU, CAPTE LES BONS SIGNAUX NEURONAUX ET LES ENVOIE DANS UN ORDINATEUR OU ILS SONT TRADUIS EN DEPLACEMENT D’UN CURSEUR OU EN CONTROLE DU CLAVIER D'UN ORDINATEUR. PAR CE MOYEN, LES PERSONNES PARALYSEES PEUVENT DEPLACER UN BRAS ROBOTISE OU CONDUIRE LEUR PROPRE FAUTEUIL ROULANT, JUSTE EN Y PENSANT.

Dans son livre, Bauby appelé son corps immobilisé une « cloche de plongée », et son esprit un « papillon » emprisonné à l'intérieur. Il décrivait sa tristesse de ne pouvoir répondre lorsque ses proches lui parlaient au téléphone. « Combien j'aimerais être capable de répondre par autre chose que le silence à ces tendres appels », a-t-il écrit. La femme sur la vidéo que Donoghue vient de visionner souffre des symptômes presque exacts que Bauby avait. Maintenant, elle est capable de parler à Donoghue sur Internet, en déplaçant un curseur sur un clavier avec son esprit et en communiquant beaucoup plus rapidement que Bauby ne le faisait.

Donoghue travaille depuis l'intérieur d'une vieille maison perchée au sommet d'une colline. Mais les bureaux de l'Institut Brown pour les sciences du cerveau n’ont pas vraiment l'étoffe des vieux FILMS D'HORREUR. Le bâtiment, agréable à l'œil, fait partie de la Brown University dans la jolie ville universitaire de Providence, dans l’état de Rhode Island, sur la côte de la Nouvelle Angleterre.

Le génie de Donoghue fut de développer un DISPOSITIF TROMPEUSEMENT PETIT QUI PEUT SE BRANCHER DIRECTEMENT DANS LE CERVEAU ET RECUEILLIR CES SIGNAUX AFIN QU’UN ORDINATEUR LES TRADUISE.

DES FILS EN OR SONT IMPLANTES DANS LES TISSUS CEREBRAUX DU CORTEX MOTEUR, QUI CONTROLE LE MOUVEMENT. CES FILS D'ALIMENTATION SONT CONNECTES A UNE PETITE BATTERIE D’ELECTRODES - UN DISPOSITIF DE STOCKAGE DE L'INFORMATION – ET SONT ATTACHES A UN "PIEDESTAL" DANS LE CRANE. UN AUTRE CABLE TRANSMET LES DONNEES DEPUIS LA BATTERIE D’ELECTRODES VERS UN ORDINATEUR. On dirait que les personnes faisant l’objet d'essais avec le BrainGate possèdent une grosse prise qui sort du dessus de leur tête. Ou, comme le fils de Donoghue le décrivit une fois, ils ressemblent aux « BATTERIES HUMAINES », DANS LE FILM « THE MATRIX ».

C'est le monde remarquable de L'INTERFACE CERVEAU-ORDINATEUR, OU BCI (POUR « BRAIN-COMPUTER INTERFACE »), dont BrainGate est l'un des principaux dispositifs et dont Donoghue est un des pionniers qui a obtenu le plus de succès. C’EST UNE BRANCHE DE LA SCIENCE QUI EXPLORE COMMENT LES ORDINATEURS ET LE CERVEAU HUMAIN PEUVENT ETRE RELIES. Cela sonne comme de la science-fiction (et peut y ressembler aussi), mais c’est motivé par un désir d'aider les blessés chroniques. Ceux-ci incluent les personnes qui ont perdu des membres, les personnes atteintes de la maladie de Lou Gehrig, ou ceux qui ont été paralysés par des blessures graves à la moelle épinière. Mais le groupe de personnes que cela pourrait aider le plus sont ceux que la médecine considérait comme étant au-delà de toute espérance: les personnes souffrant du « locked-in syndrome » (syndrome de l’enfermement).

au-delà du prétexte « médical », L’OBJECTIF EST DONC BIEN DE RELIER LES ORDINATEURS ET LES CERVEAUX ! DEJA 4 CATEGORIES DE PATIENTS PEUVENT SE FAIRE METTRE UNE PUCE DE CONTROLE ET D’ESCLAVAGE MENTAL DANS LE CERVEAU :

http://www.guardian.co.uk/science/2011/apr/17/brain-implant-paralysis-movement