1666_320

L’au-delà, l’après mort apparaît à beaucoup, comme un sanctuaire que la science matérialiste ne pourra jamais atteindre ou corrompre. Seuil ultime de régénérescence pour se fondre en Dieu ou dans le cosmos, le processus de la mort est considéré comme une chose sacrée que rien ni personne ne devrait pouvoir altérer ou modifier à des fins peu louables et préjudiciables pour la création. Pourtant l’idée même de vendre son âme au Diable peut être envisager à la lumière d’explications de nature scientifique. Les expériences de Beneveniste nous ont révélé que l’on pouvait induire un effet homéopathique à des milliers de kilomètres de distance via internet. Le signal électromagnétique d’une molécule est enregistré, amplifié, véhiculé et rediffusé sur du matériel biologique qui réagit comme s’il était en présence de la molécule même. On pourrait tout aussi bien faire des expériences de masse avec notre couverture satellitaire en induisant des signaux de substances anticancéreuses, des signaux de substances propices à l’équilibre du métabolisme renforçant l’immunité, la longévité et l’équilibre psychique de toute une population. Malheureusement nos satellites sont aux mains d’autocrates paranoïaques dont les objectifs sont beaucoup moins nobles. Plus élaborée et encore plus étonnante la bio-transmission à UHF du docteur Tsiang Khan Zheng permet une transmission énergétique et informationnelle qui tend à modifier de manière harmonieuse les gènes de plantules ou encore d’animaux (Morphéus N°10 pages 7 et 8). Cette technique prometteuse pour toute maladie génétique est devenue une boite de Pandore aux mains de l’armée qui cherche à créer des maladies nouvelles plutôt qu’à soigner des civils.

 

Le miracle final de la science : Frankenstein

A New Delhi et en Suède, des médecins et scientifiques tentent de perfectionner l’expérimentation de formes de vie artificielles. Créer des cellules artificielles n’est pas nouveau, tout le problème consiste à leur créer une sorte d’âme artificielle. Cette union artificiellement obtenue, permettrait la communication entre cellules artificielles et formerait une plus grande forme de vie, unie comme un véritable organisme vivant. Des créations embryonnaires « d’âme » seraient expérimentées sous forme de flux électromagnétique. Or, une énergie groupée, participant à l’intercommunication de cellules artificielles survivrait un temps à la destruction physique de la forme artificielle de vie. Enregistrer ce flux afin de le réutiliser sur un autre modèle de cellules artificielles, semble donc à la portée de nos éminents scientifiques. Ils affirment dans Indiadaily : « Nous devons vraiment gagner du terrain dans le domaine de la création, de la gestion et de la réutilisation des formes électromagnétiques d’énergie et de la conception du mécanisme hiérarchique recyclable de l’énergie groupée… le miracle final de la science n’est pas trop lointain ». En clair, l’objectif est de créer des âmes électromagnétiques artificielles, enregistrables et recyclables à souhait dans des machines dotées de cellules mi-biologiques mi-artificielles. Le miracle final de la science consiste à réaliser une âme artificielle suffisamment élaborée et hiérarchisée pour créer un homme artificiel et pourquoi pas, pour proposer une âme de rechange en cas de mort subite. Bill Gates est peut-être déjà sur une étude de marché pour vendre des âmes en boîte, intégrées aux nouvelles générations d’ordinateur WIFI ? Allez savoir ?

L’âme gigogne

Selon Boris Iskakov (voir Morphéus N°10) l’homme est entouré d’hologrammes énergétiques et d’ondes absorbées et émises par des centaines de points biologiquement actifs se superposant de façon à former une série d’ondes stationnaires. Le corps est un noyau dense entouré d’hologrammes énergétiques. Le premier hologramme imite les contours du corps et contient, toute l’information de celui-ci. Cette information est accumulée le long de l’enveloppe quantique servant de limite au premier hologramme. Un deuxième hologramme enveloppe le premier, un troisième enveloppe le second et ainsi de suite jusqu’à former un sorte d’âme gigogne. Plus l’on s’éloigne du premier hologramme plus l’information est faible et diffuse. La puissance énergétique de la première enveloppe correspond à quelques fractions d’électron-volt. Cette approche nous amène à penser que l’âme tout ou partie est une substance matérielle. L’enveloppe serait un bioplasma froid qui renferme toute l’information sur le noyau à savoir l’homme physique. Pensées et sentiments seraient matériels et transmis par les impulsions extra-faibles des champs électromagnétiques. Les images visuelles, auditives et autres, existeraient sous forme d’amas de particules élémentaires extrêmement légères. Il en va de même pour toutes les fonctions métaboliques conscientes et inconscientes enregistrées dans les champs quantiques de l’enveloppe holographique. Au moment de la mort, ces champs informationnels et hologrammes gigognes se désintègrent progressivement. Selon Iskakov la période de demi-vie des hologrammes relativement lourds serait de 7 à 9 jours. A l’expiration d’une quarantaine de jours, ils se désagrègent à 99%. Seules des fractions très légères existeraient éternellement : l’âme est immortelle selon la tradition.

Enregistrement du principe directeur

Le clonage de Dolly et d’autres animaux présentés en mondio-vision a soulevé l’indignation. Différents procédés de clonage ont été présentés et nous en sommes restés là, sans trop comprendre ce que représente réellement le clonage. Il ne suffit pas d’avoir du matériel biologique bien agencé pour cloner un mammifère, encore faut-il avoir un principe directeur, un programme morphogénétique qui contient toutes les informations nécessaires à l’accomplissement d’un être biologiquement complexe. En clair, il faut incarner une pseudo-âme dans l’éprouvette pour réussir un clonage. Il a donc été nécessaire d’enregistrer les champs informationnels et hologrammes quantiques d’un animal au moment critique de sa mort. Par quel procédé, nous ne le savons pas. Mais une fois enregistré, ce champ morphogénétique à été transmis à des éprouvettes contenant de potentiels clones. C’est à cette seule condition que des clonages de mammifères ont pu aboutir. Le clonage soulève donc l’indignation à plus d’un titre. D’une part, il engendre une chimère biologique et, d’autre part, il nécessite l’enregistrement ou la création d’une pseudo-âme comme principe directeur. Il recycle des âmes pour créer des monstres à souhait.

Les divertissements protègent l’Armée

Le divertissement cinématographique américain a quelque chose de pervers. Il imprègne les foules d’implants informatifs imaginaires. Quand le film Octobre Rouge est sorti, l’idée était de faire passer pour purement fictif et imaginaire la propulsion MHD. Aujourd’hui des bateaux, sous marins, avions et torpilles MHD existent pourtant. Quand le film « la Guerre des Etoiles » est sorti, personne n’aurait imaginer un président US parlant de guerre des étoiles. C’est pourtant ce que fit Reagan des années plus tard. Ainsi la plupart des divertissements US, rendent non crédibles des réalités en les mettant sur le devant de la scène sous la bannière « irréel ». Ce type de désinformation par surexposition d’informations réelles et imaginaires fonctionne à plein régime avec Hollywood, court-circuitant les esprits critiques et protégeant de fait les réalisations peu avouables de l’armée en général. L’armée associée au secret défense fonctionne en vase clos sans que la société civile ait un quelconque droit de regard. C’est sans tabou, sans éthique, sans contrôle, sans la moindre étincelle d’humanisme que se développent les pires projets militaires. Une partie du personnel militaire pourrait être utilisé comme simple matériel biologique expérimental, nous n’en saurions rien. Quand une institution humaine s’autorise un pourcentage de perte sans avoir à se justifier, le pire est envisageable et nous l’envisageons.

Petits gris et clones

Les assertions fantaisistes présentant des extraterrestres gris dénués d’émotion et pratiquant des manipulations génétiques sont sortis directement de l’esprit de stratèges de l’Armée. Pendant que votre imaginaire tourne en boucle sur de méchants ET, vous n’exigez aucune transparence de la part de votre armée. Vous n’imaginez aucune sorte de révolte passive pour savoir ce qui se passe dans des laboratoires secrets. Vous ne vous posez pas la question de savoir quelle part de vos impôts finance des projets militaires monstrueux. Vous n’avez même pas la lucidité de voir que la raison d’Etat n’a en soi absolument rien de raisonnable. En somme on vous divertit, on vous dissocie, on vous détourne des vraies questions, des vrais enjeux, concernant des réalités inavouables.

Nous pensons que le clonage humain a abouti sous le sceau du Secret Défense dans les laboratoires de l’armée. C’est pour cela que l’armée a dû monter des histoires fantaisistes mais sur un fond de vérité dont elle est témoin dans ses expériences. Les clones sont issus d’un matériel génétique humain, voire exotique, associé à un principe directeur qui peut très bien être enregistré sur des champs de bataille ou dans des hôpitaux militaires au moment critique du décès d’hommes de troupe.

Le principe directeur morphogénétique ainsi recyclé, demeure cependant incomplet par rapport à l’incarnation naturelle. D’une certaine manière, les clones auraient une âme de seconde classe avec une sphère émotionnelle quasi inexistante. Leur patrimoine génétique peut aussi avoir été modifié afin d’obtenir, puissance physico-psychique, obéissance et agressivité, en somme un soldat fait sur mesure par nos structures militaro-industrielles. Des recyclages successifs de l’âme par clonage bloquent la complète régénérescence de cette dernière, mais ils ont l’avantage de maintenir certaines mémoires d’outre-tombe, ce qui engendre des facultés parapsychiques hors normes. Une des particularités obtenues serait une solidité psychique propice au voyage spatial. Par ailleurs, le principe directeur morphogénétique enregistré peut sans doute être répliqué à volonté. Cela nous entraîne de manière prospective vers la possibilité de créer une armée spatiale de clones. Une armée de clones ? Encore un film d’Hollywood ! Non ?

http://www.indiadaily.com/editorial/1666.asp