Decouverte d'une pyramide en Indonésie plus grande que celle d'Egypte.

 faroe_island_pyramids


Le mont Sadahurip à Garut, Java de l'ouest, appelé "la pyramide de garut"  est actuellement en train d'être examiné par des équipes d'archéologistes pour voir si en fait ce mont ne sera pas une structure humaine.


oyrb



En utilisant des instruments géo-électriques afin de mesurer la résistance des différentes couches géologiques, ils ont déterminé qu'effectivement cette structure ne pouvait pas être de formation naturelle. Un relevé 3D de la topographie locale supporte également l'hypothése humaine.

indonesie-montsadahurip-java



Les analyses au Carbone 14 révélent de la terre daterait de 6000 avant Jc alors qu le sol plus profonfd est daté de 7500 avant JC. Avant de tester les archéologies ont fait différentes excavations et ont trouvé un certain nombre de roches couvertes d'écritures.

 


Ils calculent que cette pyramide serait plus grande que celle de Giseh , la hauteur étant estimée à au moins 200 m et aurait été construite vers 10 000 avant JC. La Deutsche Orient-Gesellscaaft (DOG) avec le professeur Bonatz , actuellement en charge, va rencontrer Stephen Oppenheimer de l'université d'Oxford afin d'accéder à des fonds pour accélérer des fouilles et déterminer la validité des récentes trouvailles. Source originale

 

Vu le nombre de pyramide à travers le monde il est clair qu'une énorme civilisation a dominé le monde mais l'histoire est un mensonge que nul ne conteste ........

Posté par rusty james à 16:57 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


30 janvier 2012

L'Ascension ou la perte de l'ancrage programmé

 

gaia4

Je suis au plus haut point énervé par toutes des théories sur l’ascension, par les groupes au sujet de l’ascension, par le travail sur le corps de lumière pour le préparer à l’ascension vers la 5e dimension. Vous savez où cela mène ? À la perte totale de l’ancrage ! Voilà de quoi il s’agit. Les ascensionnistes sont des proies terriblement faciles. Comme tous ceux qui n’ont aucun ancrage, on peut facilement les manipuler. Nombreux parmi ces volontaires sont doués spirituellement. Mais malheureusement vos forces ne peuvent plus servir à la Terre parce que vous avez abandonné votre contact avec elle, et vos forces sont utilisées par des êtres de l’ombre, même si vous croyez le contraire. Et comme vous croyez à la Fédération Galactique, vous ne pouvez pas voir les nombreux vrais groupes de nos amis. Mais ils sont là, et ils ont besoin de notre aide tout comme nous avons besoin de la leur.

Pour moi, penser que les gens spirituellement supérieurs seront sauvés de la chute, alors que les autres, qui n’en sont pas encore là, devront encore passer quelques millénaires dans leur destin d’esclave terrestre – cette pensée est pour moi plutôt un signe de sous-développement spirituel. Je n’aime pas citer la Bible, mais il se pourrait bien que les premiers soient les derniers. Pour ce que j’ai pu constater jusqu’à présent, le rôle dans lequel quelqu’un se trouve (plus ou moins coincé) ne dit pas grand-chose de sa véritable évolution. Ceux justement qui avec beaucoup de courage ont combattu et combattent encore contre les ténèbres, sont peut-être ceux qui errent dans les rues comme des asociaux ou des demi-fous. D’autres osent à peine se servir de leurs forces particulières, parce que dans des vies antérieures, ils ont été abominablement torturés à cause d’elles ; ils végètent dans une vie d’inconscience sans rien connaître de leur passé. Ces humains sont hautement évolués et ont combattu avec bravoure. (Ce fut leur erreur.) Ceux qui en ce moment attendent leur salut sont généralement plutôt des lâches.

Encore autre chose au sujet du « salut ». Sur la base de nombreuses perceptions et de nombreux contacts, je peux dire la chose suivante : les Gris non plus n’ont pas été sauvés. Ils ont perdu leur planète dans ces mêmes circonstances qui prévalent en ce moment chez nous – par la destruction progressive de leur planète par le jeu d’influences ennemies restées inaperçues. La majorité des Gris s’est retrouvée en esclavage, a fait l’objet de manipulations génétiques, a été programmée, implantée. Ils croient aujourd’hui devoir nous combattre. Quelques-uns ont pu se cacher dans certains coins de l’univers.



Fin des temps

L’idée d’une fin des temps, d’une apocalypse, a été implantée par les Draconiens dans la psyché humaine il y a fort longtemps. Et les Dracos, les meilleurs psychologues des profondeurs, en connaissaient le résultat : perte de l’ancrage. Quelle que soit la forme sous laquelle on croit à l’apocalypse, que l’on ait peur de mourir et qu’éventuellement on se sauve vers les montagnes, que l’on croie que l’on va survivre parce qu’on est évolué spirituellement, ou que l’on croie que la Fédération Galactique va venir nous chercher à temps, ou que l’on pense que de toute façon on ne peut rien faire et que l’on continue à vivre comme d’habitude jusqu’à ce que tout saute, dans tous les cas l’ancrage est parti, car toutes ces pensées gênent la confiance en la Terre. Et sans ancrage nous sommes particulièrement faibles et vulnérables. Ce qui doit émerger finalement à la fin des temps, c’est le pouvoir des Dracos sur les humains. Si nous arrivons à les mettre dehors, notre planète pourra devenir un Paradis à peine imaginable.



Indigos

Les humains qui viennent de groupes extraterrestres amis et qui se sont incarnés en tant qu’hommes n’ont rien à voir avec les soi-disant enfants indigo. Je ne sais pas ce qu’il en est des infants indigo. Une chose est sûre – celui qui arrive avec des facultés sortant de l’ordinaire se retrouve sur la liste repto des hommes à abattre, et il doit combattre sans fin. Aucune aura bleue ne peut te sauver. Si tu crois qu’en tant qu’indigo tu as un contrat important à accomplir ici, mais que tu vas bien, il y a quelque chose qui cloche.



Tout ceci n’est qu’un jeu (?)

Sans arrêt on essaye de me convaincre que tout ceci n’est qu’un jeu. Il ne faut pas prendre parti, il faut rester en dehors. On pense que je me suis laisser hypnotiser par ce combat contre les Reptos. Et si je n’arrête pas, le combat va devenir de plus en plus difficile. Je connais ces théories depuis des dizaines d’années, et pendant peu de temps, je les ai même défendues. Mais ceux qui y croient sincèrement (et qui éventuellement considèrent cette attitude comme une illumination) perdent leur ancrage. Celui qui ne prend pas parti pour la Terre perd son ancrage. Peut-être pensent-ils qu’ils n’en ont pas besoin, ils sont tellement proches du divin ? Je crois que celui qui pense ainsi va perdre son point fixe, sa base, et ne sera bientôt plus capable de se défendre contre quoi que ce soit. C’est déjà arrivé pour certains, et le résultat n’était pas beau à voir.



Que peut-on faire ?

Toujours important : libérer ses anciens liens karmiques, ce dont j’ai déjà parlé dans d’autres articles. Ainsi on libère ou on renforce certaines facultés. D’ailleurs, au sujet de ces facultés, il semblerait que les Reptos aient la capacité de nous mettre des limites. C’est-à-dire que nous ne sommes en ce moment pas capables de nous guérir complètement, ni d’utiliser toutes nos forces. J’ai décrit au-dessus d’où ils tirent cette capacité. Que pouvons-nous y changer ? Aucune idée.

Développer et approfondir une conscience unifiée par rapport à la Terre. Celui qui n’a pas de facultés extrasensorielles peut au moins se représenter la Terre comme une partenaire et parler avec elle, par exemple sur le temps que tu voudrais qu’il fasse. Celui qui a certaines facultés à utiliser peut naturellement le faire, mais il devrait le faire pour guérir des lieux. Celui qui a du mal à reconnaître le parasitage peut demander. Par exemple, je pose toujours la question au sujet de trois catégories principales : les êtres de l’ombre, les énergies sombres et les âmes de défunts non libérées. Et puis je ressens la réponse énergétique. Les deux premiers points peuvent être détaillés autant que l’on souhaite.

Il est important de travailler sur le climat. La Terre veut nous offrir un climat agréable, mais on l’en empêche sournoisement. Elle a besoin de notre influence bienveillante. Vous devez trouver votre solution individuelle. Essayez. Le plus important, c’est le contact. Je peux vous donner un conseil issu de l’expérience : n’influencez le climat que dans la région où vous habitez. Vous ne pouvez pas combattre une sécheresse en Afrique si vous n’y vivez pas. Mais là où tu habites, tu peux stopper un orage, mettre fin à une sécheresse, etc. Ce sont des expériences que j’ai faites ces dernières années.



La situation est sérieuse et dangereuse, mais évitons les peurs injustifiées, surtout avec toutes ces histoires sur 2012. C’est l’intention de nos ennemis de nous faire très peur. L’apocalypse n’existe pas, ni naturelle, ni voulue par Dieu. Nos ennemis tentent de mettre en scène une apocalypse. Si nous comprenons cela, nous pouvons mieux nous défendre.

Je sais que certains individus, et des petits groupes, sont arrivés par leurs propres recherches très près de la vérité, et qu’ils travaillent sans relâche à la guérison de l’humanité et de la planète. Ils font du bon travail. Mais la grande percée n’est pas encore en vue.

http://www.psitalent.de/Fr/Erreursfatales.htm


Ce texte est extrait du site psitalent traduit en 5 langues :
http://www.psitalent.de/Fr/Findex.htm

 

Posté par rusty james à 07:54 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Vous etes betes le meilleur livre que vous lirez cette année.

canalblog rusty james

C’est le missile que nous envoie en plein visage le journaliste David McRaney dans son livre You are not so smart.

Il ne prétend pas faire une découverte: c’est depuis les années 1970 que des psychologues démontrent, statistiques à l’appui, que les méthodes que nous utilisons pour rendre un jugement ou prendre une décision sont très souvent erronées.

McRaney, qui tient un blogue du même nom, énumère 48 types de «raccourcis mentaux» —ce que d’autres appelleraient l’intuition— qui nous conduisent à faire des erreurs: estimer une valeur sur la base d’un chiffre complètement faux par exemple, ou se bâtir une histoire pour expliquer après coup nos actions.

Des lecteurs en sortiront rassurés à l’idée de ne pas être seuls...



La quasi-totalité des gens se considère, à un niveau individuel, supérieur à la moyenne. C’est logique puisque c’est un mécanisme de défense de l’égo. Sans cette certitude, cela devient beaucoup plus compliqué de se lever le matin. On pense tous être plus intelligent, juste, honorable que la moyenne. Le problème étant que, statistiquement, la moitié d’entre nous l’est forcément moins. Cette illusion n’est qu’un des nombreux travers de notre esprit, et la psychosocio est un peu le SOS Fantômes de l’intelligence. Non, nous ne sommes pas si malins. Et depuis plusieurs années, un excellent blog s’emploie à nous prouver pourquoi. Il s’appelle You Are Not So Smart, et vient d’être relié entre deux tranches de papier cartonné dans un excellent livre. Peut-être le meilleur livre que vous lirez cette année.

David McRaney est journaliste diplômé de sociologie. Passionné par les sciences humaines, il dévore études après études sur le comportement des vrais gens. Son blog est un espace de vulgarisation. Il y explique pourquoi on aime ce qu’on achète et pas le contraire, pourquoi en cas de catastrophe naturelle on reste calme au lieu de paniquer, comment les préjugés sont plus forts que nous et ainsi de suite. L’auteur se base sur une multitude d’études et exemples connus (Milgram, le jeu de l’Ultimatum, la théorie des jeux) tout comme sur des papiers publiés uniquement dans des revues spécialisées pour étayer son propos. Le livre You Are Not So Smart est un prolongement du blog dans le sens où l’on retrouve beaucoup d’articles publiés sur le net, mais allongés et mieux référencés.

Les sceptiques et passionnés se délecteront de la bonne trentaine de pages de sources et liens qui viendront écraser tout doute quant à la qualité des démonstrations.

You Are Not So Smart est un livre salvateur parce qu’il explique avec des mots simples les trois quart de nos emmerdes quotidiennes. On comprend mieux comment on a pu acheter tel bidule dont on se fout, pourquoi l’autre moitié de son couple a pété un plomb ou comment une autre personne peut vous détester aveuglement. Le lecteur qui prend des notes en tirera quelques leçons de vie, qui pourraient d’ailleurs bien lui sauver (la vie). Plus que tout, ce bouquin est une invitation à prendre du recul et à se demander quelle est la part de notre comportement que l’on maîtrise réellement, et comment reprendre petit à petit le contrôle de ses humeurs de son égo. C’est aussi un bon bouclier contre les critiques et préjugés d’autrui, qui ne font parfois que répéter des schémas mentaux encrés depuis la préhistoire.

Enfin, avec You Are Not So Smart, on a toujours de quoi briller en société, preuves à l’appui. Que ce soit par saine curiosité et désir de s’améliorer en tant qu’être humain, ce bouquin est indispensable, le genre qu’on devrait faire bouffer à chaque individu qui compose la société dans laquelle on vit. Le monde s’en porterait mieux.


Vous les utilisez mais ils n'ont aucune efficacité...

Des boutons d’ascenseur aux dentifrices "dents blanches", en passant par les chaussures qui musclent et le bracelet énergisant, les produits "placebos" nous envahissent. La rédaction de Gentside vous propose de découvrir le top 10 des objets, trucs, choses que vous utilisez, mais qui n'ont absolument aucune efficacité.

Dans le cadre de tests médicaux, la méthode du placebo est régulièrement utilisée. Celle-ci consiste à donner à un groupe de patients un traitement totalement factice sans qu'il ne le sache, afin de voir s'il réagit comme le groupe qui a reçu le véritable médicament. En cas de réaction identique, on peut ainsi prouver l’inefficacité d'un traitement.

La méthode du placebo n'est pas uniquement utilisée en médecine, mais également dans le monde du business et partout autour de nous. Nous avons complété la liste du site américain Mainstreet pour vous présenter les 10 placebo qui nous entourent.

- Le bouton fermant les portes d'un ascenseur: Tout le monde a appuyé au moins une fois sur le bouton permettant la fermeture plus rapide des portes d'un ascenseur. Sachez que la plupart du temps, celui-ci est totalement factice ! Toutefois, il n'a pas été placé là par hasard. "Le bouton est là pour les travailleurs et le personnel d'urgence. Il fonctionne uniquement avec une clé", explique David McRaney, auteur de "You Are Not So Smart", un livre sur l'auto-illusion.

- Le bouton permettant de passer le feu piéton au vert : Installé principalement dans les grandes villes ou sur les grands axes, ces boutons servent à raccourcir la durée des feux tricolores afin de laisser passer les piétons. S'ils sont la plupart du temps efficaces, n'espérez pas vous servir de ceux de la ville de New York. Cette dernière a avoué il y a quelques années que ceux-ci étaient inopérants car les feux tricolores étaient réglés à la seconde près pour éviter au mieux les embouteillages. Et si la population n'est pas au courant, c'est tout simplement parce qu'une campagne de sensibilisation coûterait chère...

- Le téléviseur HD : Aujourd'hui, tous les téléviseurs vendus en magasin sont marqués du sigle HD, qui veut dire Haute Définition. Pourtant, la plupart ne sont pas reliés à un canal HD, ce qui fait qu'ils affichent la même image qu'un téléviseur classique. Pour exemple cette étude réalisée par New Scientist : 60 personnes ont regardé un clip musical sur des télés identiques. Seulement, les scientifiques ont expliqué à 30 d'entre-eux qu'il s'agissait d'une image HD. Ces derniers ont tous trouvé l'image de meilleure qualité que le premier groupe...

- Le dentifrice "dents blanches" : Les différentes marques de dentifrices proposent aujourd'hui de la pâte permettant de rendre vos dents blanches. Sachez que pour la plupart d'entre eux, il n'y a aucun effet significatif. En effet, la grande majorité des dentifrices ont un taux d'abrasivité qui n'est pas suffisant pour avoir des effets notables... et heureusement ! Plus un dentifrice est abrasif, plus il met à mal votre émail !

- Les chaussures qui musclent Reebok : C'est la dernière publicité mensongère à avoir fait grand bruit. En sortant sa nouvelle gamme de baskets, Reebok avait affirmé qu'elles augmentaient la musculature des mollets, des cuisses et des fesses entre 11 et 28% par rapport à des chaussures classiques. Seulement, ces affirmations ne sont basées sur aucune étude scientifique, si bien que la marque a été condamnée à rembourser tous ses clients américains.

- Le bracelet énergisant : C'était la mode de l'année 2010. De nombreuses célébrités se sont mises à porter un bracelet fabriqué aux États-Unis et permettant de rééquilibrer les différentes énergies du corps afin d'améliorer ses performances naturelles. Il améliorait également la concentration, boostait l'énergie et réduisait le stress. Mais en janvier 2011, la marque Power Balance, leader sur ce marché a fini par reconnaître la publicité mensongère vantant les mérites de son bracelet.

- Le liquide vaisselle mains douces : De plus en plus de marques développent des gammes de liquides-vaisselle pour les peaux sensibles. Si les produits sont bien fabriqués de telle sorte qu'ils limitent l'agression de la peau, n'oubliez pas qu'il s'agit d'un dégraissant et qu'il agit sur tout ce qu'il touche. Attention également aux allergies !

- Le déodorant anti-transpirant 24/48/72 et 96h: En rayon, 80% des déodorants sont aujourd'hui catalogué "anti-transpirant", si bien que l'argument est aujourd'hui galvaudé. En effet, empêcher notre corps de transpirer durant 24, 48, 72, voire 96 heures serait tout simplement dangereux pour notre santé, les agents des déodorants ayant pour but de bloquer les pores de notre peau. N'oubliez pas que transpirer est quelques chose de naturel...

- Le thermostat dans l'open-space: Dans les opens-space des grandes entreprises, les employés ont toujours accès à un thermostat afin de régler la température de la salle... enfin, c'est ce qu'il croît ! Une enquête menée par le Wall Street Journal en 2003 révèle que 90% de ces thermostats sont factices et font croire aux employés qu'ils agissent sur la température de la salle. "Certains patrons pensent qu'ils ne peuvent pas faire confiance aux gens pour la température, et pensent que cela va leur coûter de l'argent", explique McRaney.

- La boisson anti-gueule de bois : Régulièrement, des entreprises tentent de commercialiser des boissons permettant de lutter contre la "gueule de bois". En effet, elles seraient capable d’accélérer le processus d’élimination de l’alcool dans l’organisme. Heureusement, une étude réalisée en 2007 en Autriche explique que ce genre de boissons agit en ralentissant l’absorption gastrique de l’alcool. En clair, vous êtes aussi ivres, mais vous avez l'impression de vous sentir mieux. Ce n'est toutefois pas ce qui vous permettra d'avoir moins mal à la tête le lendemain.

Naviguer dans l'inconnu: Un entretien avec Carlos Castaneda

castaneda canalblog

Q: Mr Castaneda, pendant des années vous êtes resté dans un anonymat absolu. Qu'est-ce qui vous a poussé à changer cet état et à parler publiquement des enseignements que vous et vos trois compagnons reçurent du nagual Juan Matus?

A: Ce qui nous force à diffuser les idées de don Juan Matus c'est un besoin de clarifier ce qu'il nous a enseigné. Pour nous, il s'agit d'une tâche qui ne peut être différée plus longtemps. Ces trois autres étudiants et moi-même sommes arrivés à la conclusion que le monde que don Juan nous présenta se trouve à l'intérieur des possibilités perceptuelles de tous les êtres humains. Nous avons débattu entre nous de ce que pourrait être la voie la plus appropriée à suivre. Rester anonymes tel que don Juan nous le proposa? Cette option n'était pas acceptable. L'autre voie qui s'offrait à nous était de diffuser les idées de don Juan: un choix infiniment plus dangereux et épuisant, mais le seul qui, croyons-nous, possède la dignité qui imprégnait tous les enseignements de don Juan.

Q: Si on considère ce que vous avez dit à propos du côté imprévisible des actions d'un guerrier, ce que nous avons pu confirmer au cours de trois décennies, pouvons-nous espérer que cette phase publique que vous traversez dure pendant un moment?

A: Il n'existe pour nous aucun moyen d'établir un critère de temporalité. Nous vivons selon les prémisses proposées par don Juan Matus et nous n'en dérivons jamais. Don Juan Matus nous a donné l'exemple formidable d'un homme qui vivait en accord avec ce qu'il disait, et je dis qu'il s'agit d'un exemple formidable parce que c'est la chose la plus difficile à imiter; être monolithique et en même temps avoir la flexibilité de faire face à tout. C'est ainsi que don Juan menait sa vie.
  A l'intérieur de ces prémisses, la seule chose que l'on puisse être, c'est être un médiateur impeccable. On n'est pas le joueur dans cette partie d'échecs cosmique, on est simplement un pion sur l'échiquier. Ce qui décide de tout est une énergie consciente et impersonnelle que les sorciers appellent l'intention ou l'esprit.

Q: Pour autant que j'ai pu le vérifier, l'anthropologie orthodoxe, aussi bien que les prétendus défenseurs de l'héritage culturel de l'Amérique précolombienne récusent la crédibilité de votre travail, l'opinion selon laquelle votre travail est simplement le produit de votre talent littéraire, qui, soit dit en passant, est exceptionnel, continue d'exister aujourd'hui. D'autres secteurs vous accusent aussi d'avoir deux systèmes de valeurs parce que, soi-disant, votre style de vie et vos activités contredisent ce que la majorité attend d'un chaman. Comment pouvez-vous dissiper ces soupçons?

A: Le système cognitif de l'homme occidental nous oblige à nous en remettre à des idées préconçues. Nous basons nos jugements sur quelque chose qui est toujours "a priori", par exemple l'idée de ce qui est "orthodoxe". Qu'est-ce que l'anthropologie orthodoxe? Celle qui est enseignée dans les amphithéâtres? Qu'est-ce que le comportement d'un chaman? Porter des plumes sur la tête et danser avec les esprits?
      Pendant trente années les gens ont accusé Carlos Castaneda de créer un personnage littéraire simplement parce que ce que je leur rapporte ne coïncide pas avec l'"a priori" anthropologique, les idées établies dans les amphithéâtres et sur les terrains de recherche anthropologique. Cependant, ce que don Juan m'a présenté ne s'applique qu'à une situation qui appelle une action totale et, dans ces circonstances, très peu ou presque rien de ce qui est préconçu n'a lieu d'être.
      Je n'ai jamais eu la possibilité de tirer des conclusions au sujet du chamanisme, parce que pour faire cela on a besoin d'être un membre actif du monde des chamans. Pour un scientifique du domaine social, disons par exemple, un sociologue, il est très facile d'arriver à des conclusions sociologiques sur tout sujet touchant au monde occidental. Mais comment un anthropologue, qui passe tout au plus deux années à étudier d'autres cultures, peut-il arriver à leur sujet à des conclusions fiables? Il faut toute une vie pour être capable d'obtenir l'adhésion à un monde culturel. J'ai travaillé pendant plus de trente ans dans le monde cognitif des chamans de l'ancien Mexique et, sincèrement, je ne crois pas avoir obtenu cette adhésion qui permettrait de tirer des conclusions ou simplement d'en proposer.
      J'ai discuté de cela avec des personnes de disciplines différentes et elles ont toujours été d'accord avec les prémisses que je présente. Mais ensuite, elles s'en retournaient et oubliaient tout ce sur quoi elles étaient tombées d'accord et continuaient de soutenir les principes académiques "orthodoxes" sans se préoccuper de la possibilité d'une absurdité dans leurs conclusions. Notre système cognitif semble être impénétrable.

Q: Dans quel but vous interdisez-vous d'être photographié, de laisser enregistrer votre voix et de faire connaître des renseignements biographiques? Cela pourrait-il affecter ce que vous avez réalisé dans votre travail spirituel, et de quelle manière? Ne pensez-vous pas que cela pourrait être utile à quelques chercheurs de vérité de savoir qui vous êtes réellement, comme une manière de confirmer qu'il est vraiment possible de suivre la voie que vous proclamez?

A: Concernant les photographies et les renseignements personnels, les trois autres disciples de don Juan et moi-même suivons ses instructions. Pour un chaman comme don Juan, l'idée principale derrière le fait de s'abstenir de donner des renseignements personnels est très simple. Il est impératif de laisser de côté ce qu'il appelait "l'histoire personnelle". S'éloigner du "moi" est quelque chose d'extrêmement ennuyeux et difficile. Ce que les chamans comme don Juan recherchent c'est un état de fluidité où le "moi" personnel ne compte pas. Il croyait qu'une absence de photographie et de renseignements biographiques influaient de façon positive, bien que subliminale, sur quiconque entrait dans ce champ d'action. Nous sommes sans cesse accoutumés à utiliser des photographies, des enregistrements et des renseignements biographiques, qui tous surgissent de l'idée d'importance personnelle. Don Juan disait qu'il était préférable de ne rien savoir à propos d'un chaman; de cette manière, au lieu de rencontrer une personne, on rencontre une idée qui peut être soutenue; l'opposé de ce qui se passe dans le monde de tous les jours où nous faisons face uniquement à des gens qui ont des problèmes psychologiques mais pas d'idée, tous ces gens remplis à ras bord de "moi, moi, moi".

Q: Comment vos partisans doivent-ils interpréter la publicité et l'infrastructure commerciale qui entourent la connaissance que vous-même et vos compagnons diffusez?

A: A ce point de mon travail j'ai eu besoin de quelqu'un capable d'être mon représentant en ce qui concerne la diffusion des idées de don Juan Matus. Cleargreen est une compagnie qui a une grande affinité avec notre travail, tout comme Laugan Production et Toltec Artists. L'idée consistant à diffuser les enseignements de don Juan dans le monde moderne implique l'utilisation de médias commerciaux et artistiques qui se trouvent hors de ma portée. En tant que compagnies ayant des affinités avec les idées de don Juan, Cleargreen Incorporated, Laugan Production et Toltec Artists ont la possibilité de fournir les moyens de diffuser ce que je veux diffuser.
      Il y a toujours une tendance chez les compagnies impersonnelles à dominer et à transformer tout ce qui se présente à elles et à l'adapter à leur propre idéologie. S'il n'y avait pas eu le sincère intérêt de Cleargreen, Laugan Production et Toltec Artists, tout ce que don Juan a dit aurait déjà été transformé en autre chose.

Q: Il y a un grand nombre de gens qui, d'une manière ou d'une autre, s'accroche à vous afin d'acquérir une notoriété publique. Quelle est votre opinion sur les actions de Victor Sanchez, qui a réinterprété et réorganisé vos enseignements afin d'élaborer une théorie personnelle? Et les assertions de Ken Eagle Feather qui dit avoir été choisit par don Juan pour être son disciple, et que don Juan est revenu rien que pour lui?

A: En effet, il y a un certain nombre de gens qui s'appellent eux-mêmes mes étudiants ou les étudiants de don Juan, des gens que je n'ai jamais rencontrés et que, je peux vous l'assurez, don Juan n'a jamais rencontrés. Don Juan s'intéressait uniquement à la perpétuation de sa lignée de chamans. Quatre de ses disciples restent de nos jours. Il en a eu d'autres qui sont partis avec lui. Don Juan n'était pas intéressé à enseigner sa connaissance; il l'a transmise à ses disciples afin de continuer sa lignée. En raison du fait qu'ils ne peuvent pas continuer la lignée de don Juan, ses quatre disciples ont été obligés de diffuser ses idées.
      La notion d'un professeur qui enseigne sa connaissance fait partie de notre système cognitif mais ne fait pas partie de la connaissance des chamans de l'ancien Mexique. Enseigner était pour eux quelque chose d'absurde. Transmettre sa connaissance à ceux qui vont perpétuer leur lignée est une autre affaire.
      Le fait qu'il y ait un certain nombre d'individus qui insistent dans l'utilisation de mon nom ou du nom de don Juan est simplement une manoeuvre facile pour tirer un bénéfice personnel sans trop d'efforts.

Q: Considérons le sens du mot "spiritualité" comme un état de conscience dans lequel les êtres humains sont pleinement capables de contrôler tous les potentiels de l'espèce, quelque chose qui se réalise en transcendant la simple condition animale à travers un difficile entraînement psychique, moral et intellectuel. Etes-vous d'accord avec cette affirmation? Comment le monde de don Juan s'intègre-t-il dans ce contexte?

A: Pour don Juan Matus, un chaman extrêmement sobre et pragmatique, la "spiritualité" était une idéalité vide, une assertion sans aucune base que nous pensons être très belle car elle se trouve incrustée de concepts littéraires et d'expressions poétiques, mais qui ne va jamais au delà de ça.
      Les chamans comme don Juan sont essentiellement pratiques. Pour eux il n'existe qu'un univers prédateur dans lequel l'intelligence ou la conscience est le produit des défis de la vie et de la mort. Il se considérait lui-même comme un navigateur de l'infini et disait que pour naviguer dans l'inconnu comme le fait un chaman, on a besoin d'un pragmatisme illimité, d'une sobriété sans fin et de tripes en acier.
      Aux vues de tout ceci, don Juan estimait que la "spiritualité" est simplement une description de quelque chose d'impossible à réaliser au sein des modèles du monde de la vie de tous les jours, et pas une véritable façon d'agir.

Q: Vous avez indiqué que votre activité littéraire, tout comme celles de Taïsha Abelar et Florinda Donner-Grau, est le résultat des instructions de don Juan. Quel en est l'objectif?

A: L'objectif de l'écriture de ces livres fut donné par don Juan. Il affirma que même si on n'est pas un écrivain on peut quand même écrire, mais l'écriture, d'un acte littéraire, devient un acte chamanistique. Ce qui décide du sujet et du développement d'un livre n'est pas la pensée de l'écrivain mais plutôt une force que les chamans considèrent comme la base de l'univers, et qu'ils appellent l'intention. C'est l'intention qui décide de la production d'un chaman, qu'elle soit littéraire ou de n'importe quelle autre sorte.
      D'après don Juan un praticien du chamanisme a le devoir de se saturer avec toutes les informations disponibles. Le travail des chamans est de s'informer eux-mêmes de façon consciencieuse à propos de tout ce qui peut se rapporter à leur centre d'intérêt. L'acte chamanistique consiste à abandonner tout intérêt à diriger le cours que prend l'information. Don Juan avait l'habitude de dire, "Celui qui arrange les idées qui surgissent d'un tel puits d'informations n'est pas le chaman, c'est l'intention. Le chaman est simplement un conduit impeccable". Pour don Juan écrire était un défi chamanistique, et pas une tâche littéraire.

Q: Permettez-moi d'affirmer ceci: votre travail présente des concepts qui sont en relation très proche avec les enseignements philosophiques orientaux, mais en contradiction avec ce qui est communément connu de la culture indigène mexicaine.

A: Je n'en ai pas la moindre idée. Je ne suis instruit ni dans l'une ni dans l'autre. Mon travail est un rapport phénoménologique du monde cognitif que don Juan me présenta. Du point de vue de la phénoménologie en tant que méthode philosophique, il est impossible de faire des affirmations qui soient en relation avec le phénomène observé. Le monde de don Juan Matus est si vaste, si mystérieux et contradictoire, qu'il ne convient pas à un exercice d'exposition linéaire; le plus que l'on puisse faire est de le décrire, et rien que cela représente un suprême effort.

Q: En admettant que les enseignements de don Juan soient devenus un élément de la littérature occulte, quelle est votre opinion à propos des autres enseignements de cette catégorie, par exemple la philosophie Maçonnique, la rose-croix, l'Hermétisme et des disciplines comme la Kabbale, les tarots et L'astrologie comparés au nagualisme? Avez-vous déjà eu ou maintenu un contact avec l'un de ceux-ci ou avec leurs partisans?

A: Encore une fois je n'ai pas la moindre idée de ce que sont les prémisses, ou les points de vue ou sujets de ces disciplines. Don Juan nous a posé le problème de naviguer dans l'inconnu, et ceci prend tout de nos forces disponibles.

Q: Est-ce que certains concepts de votre travail, comme le point d'assemblage, les filaments énergétiques qui composent l'univers, le monde des êtres inorganiques, l'intention, traquer et rêver, ont des équivalents dans la connaissance occidentale? Par exemple, certaines personnes considèrent que l'oeuf lumineux est une expression de l'aura.

A: Autant que je sache, rien de ce que don Juan nous a appris ne semble avoir de contrepartie dans la connaissance occidentale.
      A un moment donné, alors que don Juan était encore là, j'ai passé toute une année à la recherche de gourous, de professeurs et de sages pour obtenir un aperçu de ce qu'ils faisaient. Je voulais savoir s'il y avait dans le monde de cette époque quelque chose de similaire à ce que don Juan disait et faisait.
      Mes ressources étaient très limitées et elles ne m'ont conduit qu'à rencontrer des maîtres bien établis qui ont des millions d'adeptes et, malheureusement, je n'ai pas pu trouver de similitudes.

Q: En se concentrant spécifiquement sur votre travail littéraire, vos lecteurs trouvent différents Carlos Castaneda. Nous trouvons d'abord un universitaire occidental quelque peu incompétent, en permanence déconcerté par le pouvoir de vieux indiens comme don Juan et don Genaro (principalement dans "L'Herbe du Diable et la Petite Fumée", "Voyage à Ixtlan", "Histoires de Pouvoir" et "Le Second Anneau de Pouvoir"). Plus tard nous trouvons un apprenti instruit dans le chamanisme ("Le Don de l'Aigle", "Le Feu du Dedans", "La Force du Silence", et tout particulièrement "L'Art de Rêver"). Si vous êtes d'accord avec cette répartition des choses, quand et comment avez-vous cessez d'être l'un pour devenir l'autre?

A: Je ne me considère pas comme un chaman, ni un professeur, ni un étudiant avancé en chamanisme; je ne me considère pas non plus comme un anthropologue ou un scientifique social du monde occidental. Mes présentations ont toutes été des descriptions d'un phénomène impossible à discerner dans les conditions de la connaissance linéaire du monde occidental. Je ne pourrais jamais expliquer ce que don Juan m'a enseigné en terme de relations de cause à effet. Il n'y avait aucun moyen de prédire ce qu'il allait dire ou ce qui allait se passer. Dans de pareilles circonstances, le passage d'un état à un autre est subjectif et non pas quelque chose d'élaboré, ou de prémédité, ou le produit d'une sagesse.

Q: On peut trouver dans votre travail littéraire des épisodes qui sont vraiment incroyables pour l'esprit occidental. Comment quelqu'un de non-initié peut-il corroborer que tous ces états de "réalités séparées" sont réels, comme vous le déclarez?

A: Cela peut être corroboré très facilement en y prêtant le corps dans son entier au lieu d'y prêter l'intellect. On ne peut pas pénétrer le monde de don Juan intellectuellement, comme un dilettante recherchant une connaissance rapide et passagère. Rien ne peut non plus, dans le monde de don Juan, être vérifié absolument. La seule chose que l'on peut faire est d'arriver à un état de conscience accrue qui nous permette de percevoir le monde autour de nous de façon plus complète. En d'autres termes, le but du chamanisme de don Juan est de briser les paramètres de la perception historique et quotidienne et de percevoir l'inconnu. C'est pour cela qu'il s'appelait lui-même un navigateur de l'infini. Il affirmait que l'infini repose au delà des paramètres de la perception quotidienne. Briser ces paramètres était le but de sa vie. Parce qu'il était un chaman extraordinaire, il instilla ce même désir en chacun de nous quatre. Il nous força à transcender l'intellect et à incorporer la notion de briser les frontières de la perception historique.

Q: Vous affirmez que la caractéristique de base des êtres humains est de "percevoir l'énergie". Vous faites allusion au mouvement du point d'assemblage comme quelque chose d'impératif pour percevoir l'énergie directement. Comment cela peut-il être utile à l'homme du XXIe siècle? D'après les concepts définis auparavant, comment la réalisation de ce but peut-elle aider son propre perfectionnement spirituel?

A: Les chamans comme don Juan affirment que tous les êtres humains ont la capacité de voir l'énergie directement telle qu'elle circule dans l'univers. Ils croient que le point d'assemblage, comme ils l'appellent, est un point qui existe dans la sphère d'énergie totale de l'homme. En d'autres mots, lorsqu'un chaman perçoit un homme en tant qu'énergie qui circule dans l'univers, il voit une boule lumineuse, le chaman peut voir un point d'une brillance plus importante positionné à la hauteur des omoplates, approximativement à une longueur de bras derrière ceux-ci. Les chamans soutiennent que la perception s'assemble à ce point; que l'énergie qui circule dans l'univers se transforme là en informations sensorielles, et que ces informations sensorielles sont ensuite interprétées, donnant comme résultat le monde de la vie de tous les jours. Les chamans affirment que l'on nous apprend à interpréter, et par conséquent on nous apprend à percevoir.
      La valeur pragmatique du fait de percevoir l'énergie directement telle qu'elle circule dans l'univers pour un homme du XXIe siècle ou du Ier siècle est la même. Cela lui permet d'élargir les limites de sa perception et d'utiliser cet accroissement dans son propre domaine. Don Juan disait que voir directement la merveille de l'ordre et du chaos de l'univers devait être extraordinaire.

Q: Vous avez présenté récemment une discipline physique appelée la Tenségrité. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s'agit exactement? Quel est son but? Quels bénéfices spirituels une personne qui la pratique individuellement peut-elle obtenir?

A: Selon ce que don Juan Matus nous a appris, les chamans qui vivaient dans le Mexique ancien ont découvert une série de mouvements qui lorsqu'ils étaient exécutés par le corps apportaient une telle aisance physique et mentale qu'ils décidèrent d'appeler ces mouvements des passes magiques.
      Don Juan nous a dit que, à travers leurs passes magiques, ces chamans atteignirent un niveau accru de conscience qui leur permit de réaliser des exploits de perception indescriptibles.
      Pendant des générations, les passes magiques furent uniquement enseignées aux praticiens du chamanisme. Les mouvements furent entourés d'un immense secret et de rituels complexes. C'est ainsi que don Juan les a appris et qu'il les a enseignés à ces quatre disciples.
      Nous nous sommes efforcés d'étendre les enseignements de ces passes magiques à quiconque désire les apprendre. Nous les avons appelés la Tenségrité, et nous les avons transformés, partant de mouvements spécifiques uniquement en relation avec chacun des quatre disciples de don Juan, en mouvements généraux pouvant convenir à tout le monde.
      Pratiquer la Tenségrité, individuellement ou en groupe, favorise la santé, la vitalité, la jeunesse et un sentiment de bien-être en général. Don Juan disait que pratiquer les passes magiques aide à accumuler l'énergie nécessaire pour accroître la conscience et élargir les paramètres de la perception.

Q: En plus de vos trois compagnons, les gens qui ont participé à vos séminaires ont rencontré d'autres personnes, comme les Chacmools, les Pisteurs d'énergie, les Eléments, l'Eclaireur Bleu... Qui sont-ils? Font-ils partie d'une nouvelle génération de voyants que vous guidez? Si c'est le cas, comment peut-on prendre part à ce groupe d'apprentis?

A: Chacune de ces personnes est une personne définie que don Juan Matus, en tant qu'administrateur de sa lignée, nous demanda d'attendre. Il prédit l'arrivée de chacun d'entre eux comme partie intégrante d'une vision. Puisque la lignée de don Juan ne peut pas continuer, en raison de la configuration énergétique de ses quatre étudiants, leur mission est passée de perpétuer la lignée à fermer la lignée, si possible, avec une fermeture d'or.
      Nous ne sommes en aucun cas en position de changer ces instructions. Nous ne pouvons ni chercher ni accepter des apprentis ou des membres actifs de la vision de don Juan. La seule chose que nous pouvons faire est d'acquiescer aux desseins de l'intention.
      Le fait que les passes magiques gardées si jalousement pendant tant de générations, soient maintenant enseignées, est la preuve que l'on peut, en effet, de façon indirecte, prendre part à cette nouvelle vision à travers la pratique de la Tenségrité et en suivant les prémisses du chemin du guerrier.

Q: Dans Readers of Infinity, vous utilisez le terme "naviguer" pour définir ce que les sorciers font. Allez-vous bientôt hisser les voiles pour commencer le voyage définitif? Est-ce que la lignée des guerriers Toltèques, les gardiens de cette connaissance, se terminera avec vous?

A: Oui, c'est exact, la lignée de don Juan se terminera avec nous.

Q: Voici une question que je me suis souvent posée à moi-même: est-ce que le chemin du guerrier implique, comme les autres disciplines le font, un travail spirituel pour le couple?

A: Le chemin du guerrier implique toute chose et tout le monde. Il peut y avoir une famille complète de guerriers impeccables. La difficulté repose dans le fait terrible que les relations individuelles sont basées sur des investissements émotionnels, et à partir du moment où le praticien pratique réellement ce qu'il ou elle apprend les relations s'écroulent. Dans la vie quotidienne, les investissements émotionnels ne sont normalement pas examinés, et nous vivons notre vie entière en attendant la réciproque. Don Juan disait que j'étais un investisseur intransigeant et que ma manière de vivre et de sentir pouvait se décrire simplement: "je donne uniquement ce que les autres me donnent".

Q: A quels progrès possibles peut aspirer quelqu'un qui désire travailler spirituellement selon la connaissance diffusée dans vos livres? Que recommanderiez-vous à ceux qui désirent pratiquer les enseignements de don Juan par eux-mêmes?

A: On ne peut en aucun cas mettre une limite sur ce qui peut être accomplit individuellement si l'intention est une intention impeccable. Les enseignements de don Juan ne sont pas spirituels. Je répète cela car la question refait surface encore et encore. L'idée de spiritualité ne correspond pas avec la discipline de fer d'un guerrier. Pour un chaman comme don Juan l'idée de pragmatisme est la chose la plus importante. Lorsque je l'ai rencontré, je me croyais un homme pratique, un scientifique spécialisé dans le domaine social et rempli d'objectivité et de pragmatisme. Il détruisit mes prétentions et me fit voir que, comme tout véritable homme occidental, je n'étais ni pragmatique ni spirituel. J'en vins à comprendre que je répétais simplement le mot "spiritualité" en opposition avec le côté mercenaire de la vie de tous les jours. Je voulais m'écarter du mercantilisme de la vie de tous les jours et mon empressement à faire cela était ce que je nommais "spiritualité". J'ai réalisé que don Juan avait raison lorsqu'il me demanda d'arriver à une conclusion: définir ce que je considérais comme la spiritualité. Je ne savais pas de quoi je parlais.
      Ce que je dis peut paraître présomptueux, mais il n'y a pas d'autres moyens de le dire. Ce qu'un chaman tel que don Juan veut, c'est accroître la conscience, c'est être capable de percevoir avec toutes les possibilités humaines de perception; ceci implique une tâche colossale et un dessein inflexible, qui ne peuvent pas être remplacés par la spiritualité du monde occidental.

Q: Y-a-t-il quelque chose que vous voudriez expliquer aux gens de l'Amérique du Sud, spécialement aux Chiliens? Voulez-vous faire d'autres déclarations en plus de vos réponses aux questions?

A: Je n'ai rien à ajouter. Tous les êtres humains sont au même niveau. Au début de mon apprentissage avec don Juan Matus, il essaya de me faire voir quelle était la situation de l'homme du commun. J'étais, en tant que sud-américain, très engagé, intellectuellement, dans l'idée de réforme sociale. Une fois, je posais à don Juan ce que je pensais être une question très grave: comment pouvez-vous rester sans bouger devant la situation horrible de vos compatriotes, les indiens yaquis de Sonora?
      Je savais qu'un certain pourcentage de la population yaqui souffrait de tuberculose et qu'en raison de leur situation économique ils ne pouvaient se faire soigner. "Oui", dit don Juan, "c'est une chose très triste mais, vois-tu, ta situation aussi est très triste, et si tu crois que tu es dans une meilleure condition que les indiens yaquis tu te trompes. La condition humaine est d'une manière générale dans un état de chaos horrifiant; personne ne s'en sort mieux qu'un autre. Nous sommes tous des êtres qui vont mourir et, à moins que nous ne le reconnaissions, il n'y a pas de remède pour nous".
      Il s'agit d'un autre aspect du pragmatisme chamanistique: prendre conscience que nous sommes des êtres humains qui vont mourir. Ils disent que lorsque nous faisons cela toute chose acquiert un ordre et une mesure transcendantaux.

* Traduit à partir de la version anglaise. Reproduit avec l'autorisation de Uno Mismo. Copyright 1997 Laugan Productions.

Posté par rusty james à 07:14 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

UN SCIENTIFIQUE DE HAUT NIVEAU DÉFEND LE MASSACRE DE 90 % DE LA POPULATION HUMAINE

codex canalblog

Des camarades professeurs et des scientifiques applaudissent et crient leur approbation par rapport à l'agenda tordu et génocidaire de l'élite (et qui porte) sur le contrôle de la population

Paul Joseph Watson et Alex Jones/Prison Planet.com,

Un scientifique de haut niveau a donné un discours à la Texas Academy of Science (académie Texane des sciences) le mois dernier, un discours dans lequel il préconisait la nécessité d'exterminer 90% de la population par le virus Ebola qui se transmet par l’air. Les commentaires qui donnent froid dans le dos du Dr. Eric R. Pianka et leur réception enthousiaste soulignent encore une fois l'agenda de l'élite visant à décréter des mesures horrifiantes de contrôle des populations

On avait ordonné que les mots de Pianka soient tenus hors des enregistrements avant même qu'il ait commencé, alors que les caméras étaient éloignées et que des centaines d'étudiants, de scientifiques et de professeurs s’asseyaient dans le public.

Disant que le public n'était pas prêt à entendre l'information présentée, Pianka a commencé en hurlant : "Nous ne sommes pas meilleurs que des bactéries!", alors qu’il sautait dans un trip malthusien de fin du monde au sujet du surpeuplement qui détruit la Terre.

Se tenant devant une image de crânes humains, Pianka a joyeusement défendu le virus Ebola, transmis par l’air, comme étant sa méthode préférée pour exterminer les 90% nécessaires d'humains, le préférant au SIDA en raison de sa période plus rapide de mise à mort. Les victimes de l'Ebola souffrent de la plus affreuse des morts imaginable, au fur et à mesure que le virus les tue en liquéfiant leurs organes internes. Le corps se dissout littéralement alors que la victime se tord de douleur en saignant par chaque orifice. Pianka a alors cité le leurre du pic du prix de l’essence ( http://www.prisonplanet.com/archives/peak_oil/index.htm ) comme une autre raison pour lancer le génocide mondial. "Et les combustibles fossiles s'épuisent," a-t-il dit, "aussi je pense que nous pourrions devoir retrancher de nouveau deux milliards (de personnes), ce qui correspondrait environ à un tiers des personnes nécessaires (devant être tuées)."

Plus tard, le scientifique a fait bon accueil à la dévastation potentielle due à la grippe aviaire et a brillamment parlé de la politique obligatoire de limitation des enfants de la Chine, avant de commenter avec zèle : "Nous devons stériliser tout le monde sur Terre."

A la fin du discours de Pianka, l’assistance n’a pas éclaté en un chœur de huées et de sifflements mais en une réception rauque d’applaudissements et d’acclamations alors que les membres du public clamèrent pour se rapprocher du scientifique afin de lui poser des questions ultérieures. Pianka s’est vu remettre, plus tard, une récompense de scientifique distingué par l'académie. Pianka n'est pas un cinglé. Il a donné des conférences dans des universités prestigieuses du monde entier.

Un observateur horrifié a été capable de prendre des notes sur ce discours et notre gratitude va à Forrest M. Mims http://www.sas.org/tcs/weeklyIssues_2006/2006-04-07/feature1p/index.html pour avoir porté cet écoeurant discours à l’attention du monde.

À travers l'histoire, les élites ont inventé une justification à des pratiques barbares en tant que couverture pour leur véritable agenda de pouvoir absolu et de contrôle sur les populations. Jusqu'au 19ème siècle, le commerce transatlantique des esclaves a été justifié en disant que la pratique était biblique et donc moralement rachetable en nature, malgré le fait qu’aucun passage de ce genre n'existe dans la Bible.

De 1932 jusqu'en 1972, le Tuskegee Study Group ( http://en.wikipedia.org/wiki/Tuskegee_syphilis_study ) (illustré ci-dessous) a délibérément infecté les communautés noires pauvres en Alabama avec la syphilis sans leur consentement et en empêchant tout traitement alors que les malades écumaient la ville, tuant des familles entières. En 1951, le gouvernement israélien a utilisé la technologie fournie par le gouvernement des USA afin d’irradier 100.000 enfants juifs (http://www.prisonplanet.com/articles/october2005/281005ringwormchildren.htm ) lors d’une expérience atomique de masse menée sur une génération entière de jeunes Sépharades utilisés comme cobayes. 6.000 moururent juste après les expériences et le reste souffrit pendant le restant de leurs jours de maladies débilitantes et du cancer.

L'avertissement digne du jugement dernier de Pianka concernant le boom de la population, pour lequel Mims prétend qu’il n’a présenté aucune preuve que ce soit, est de la pseudo-science complète. Les populations dans les pays développés diminuent et elles n’augmentent de façon dramatique que dans les pays du tiers-monde. L'industrialisation elle-même égalise les tendances de population et même en dépit de cette population mondiale, les modèles prouvent par habitude que la population de la Terre s'égalisera à 9 milliards d’individus en 2050 et diminuera lentement par la suite. "La population des pays les plus développés restera pratiquement inchangée à 1,2 milliards d’individus jusqu'en 2050," déclare un rapport des Nations Unies ( http://www.cnn.com/2005/US/02/24/un.population des Nations Unies/ ).

L’étude propre de Conservation Internationale (http://www.cnsnews.com/ViewCulture.asp?Page=%5CCulture%5Carchive%5C200212%5CCUL20021206b.html ) a révélé que 46% de la surface de la Terre était une zone sauvage intacte, ce qui signifie des secteurs de terre et qui n’incluent pas la mer. On accepte généralement que la population entière du monde pourrait se tenir dans l'état du Texas et que chacune pourrait posséder un acre de sa propre terre.

Pensez à l'importance des déclarations de Pianka. Il veut tuer neuf personne sur dix de votre famille et il veut les tuer par l’un des moyens les plus douloureux et agonisant imaginables.

Si Pianka, ou « The Lizard Man » (« l'Homme-Lézard » comme il aime s'appeler, est si véhément dans la nécessité de massacrer la population humaine, fera-t-il un pas en avant pour être le premier sur la liste ? Sacrifiera-t-il ses enfants pour le soi-disant plus grand bien de la planète? Nous en doutons. Les étudiants qui ont salué de façon si enthousiaste ses idées rentreront-ils à la maison et se tueront-ils eux-mêmes pour la cause, si cette cause est si juste ?

On a remarqué la façon dont Pianka a présenté son argument avec le genre de joie que vous verriez chez un serial killer dément avant qu’il achève sa victime. C'est une attitude que nous avons rencontrée à de nombreuses reprises. Discuter du massacre de 90% de la population mondiale par l'intermédiaire d'une maladie terrifiante est suffisamment malade en soi mais vous vous attendriez au moins à ce que ses défenseurs soient sérieux et sobres dans leur approche du sujet. L'opposé semble être le cas, où le sujet est abordé dans un contexte de joyeux lèchement de babines et frottement de mains comme si l'individu était sur le point de plonger ses dents dans un bifteck à l'os.

Cette fenêtre nous donne une vue claire sur la raison exacte pour laquelle ces salauds de dérangés mentaux entourent cette idéologie. Ils aiment la mort et leurs vies sont motivées par de sombres influences très différentes de vous ou de moi

L'approbation de Pianka sur la façon dont l'état-policier chinois a efficacement contrôlé sa population nous indique que cette rhétorique est juste la colle qui fait tenir le véritable agenda de l'élite. Une attaque biologique montée de toutes pièces et reprochée à des terroristes pourrait être la couverture parfaite pour mettre en place le programme de réduction de la population et de l'usurpation des libertés qu’il nous reste.

Au 21ème siècle, l'élite s’inquiète du fait que depuis plus de 6 milliards de personnes pourrait jaillir une nouvelle élite pour défier leur emprise sur les rênes du pouvoir. C'est une raison pour le désir d’exterminer la population jusqu’à un niveau maniable. Un autre raison est le contrôle du comportement des cerfs existants et de les mener en troupeau, comme du bétail, jusqu’à l’abattoir

Comme nous l’avons documenté, les membres de l'élite sont assez ouverts dans leur convoitise fébrile que pour commettre des meurtres de masse et le nettoyage ethnique. Dans l'avant-propos de sa biographie « If I were an Animal » (« Si j'étais un animal », le prince Philip a écrit : "Dans le cas où je serais réincarné, je voudrais revenir en tant qu’un virus mortel, afin d’être de quelque utilité pour résoudre la surpopulation."

Le National Security Memo 200, daté du 24 avril 1974, et intitulé "Implications de la croissance de la population mondiale pour la sécurité des Etats-Unis et les intérêts d'outre-mer," dit : "Le Dr. Henry Kissinger a proposé dans son mémorandum au NSC que « la dépopulation devrait être la priorité la plus élevée de la politique étrangère des Etats-Unis envers le Tiers- Monde. » Il a cité des raisons de sécurité nationale, et parce que l'économie des Etats-Unis exigera de grandes et croissantes quantités de minerais provenant de l'étranger, particulièrement des pays moins développés...

Partout où une diminution de la population peut augmenter les perspectives pour une telle stabilité, une politique de population devient appropriée aux ressources, aux approvisionnements et aux intérêts économiques des Etats-Unis." Kissinger prépara pour le président Jimmy Carter un manifeste de dépopulation appelé « Global 2000 » ( http://www.schillerinstitute.org/food_for_peace/kiss_nssm_jb_1995.html )qui détaillait l’utilisation de la nourriture comme une arme afin de dépeupler le Tiers-Monde.

Une des plus effrayantes reconnaissances d'intention mortelle provint des lèvres du défunt Jacques Cousteau, la sainte icône environnementale. Dans une entrevue avec l’UNESCO Courier de novembre 1991, le célèbre océanographe a dit: "Les dégâts que les gens causent à la planète sont dûs à la démographie -- ils correspondent au degré de développement. Un Américain encombre la Terre beaucoup plus que vingt habitants du Bangladesh. Les dommages sont directement liés à la consommation. Notre société se tourne vers davantage de consommation inutile. C'est un cercle vicieux que je compare au cancer...."

"C'est une chose terrible à dire. Afin de stabiliser la population du monde, nous devons éliminer 350.000 personnes par jour. C'est une chose horrible à dire, mais c’est tout aussi mauvais de ne pas l'exprimer."

Le Melbourne Age ( > http://www.prisonplanet.com/Pages/100604_burnets_solution.html ) a rendu compte de documents récemment découverts détaillant le projet du microbiologiste qui a gagné le Prix Nobel de la Paix, Sir Macfarlane Burnet, visant à aider le gouvernement australien à développer des armes biologiques pour utilisation contre l'Indonésie et autre pays "surpeuplés" de l'Asie du Sud-Est.

Posté par rusty james à 07:02 - - Permalien [#]
Tags : , , ,


CODEX ALIMENTARIUS LE CONTRÔLE ET LE DÉNI DE LA SCIENCE

codexn10

CODEX ALIMENTARIUS:
LE CONTRÔLE ET LE DÉNI DE LA SCIENCE



Par Paul Anthony Taylor
Nous ne voulons pas changer. Chaque changement constitue une menace à la stabilité. C'est une autre des raisons pour lesquelles nous sommes si circonspects quant à l'application de nouvelles inventions. Toute découverte de la science pure est subversive en puissance ; même la science doit parfois être traitée comme un ennemi potentiel. -
Aldous Huxley, Le meilleur des mondes.


La 29ème session du Comité du Codex sur la nutrition et les aliments diététiques ou de régime s'est tenue à Bad Neuenahr-Ahrweiler en Allemagne, du 12 au 16 novembre 2007. Il s'agit d'un organe subsidiaire de la Commission du Codex Alimentarius sponsorisée par la FAO/l'OMS. Les activités de ce Comité sont de plus en plus perçues par les partisans de la santé naturelle comme l'une des menaces mondiales les plus importantes pesant sur la future disponibilité des compléments alimentaires en vitamines thérapeutiques et autres thérapies de santé naturelle basées sur les micronutriments. Paul Anthony Taylor, directeur des relations extérieures de la Dr. Rath Health Foundation, a participé à cette réunion en qualité de délégué de la Fédération Nationale de la Santé , la seule organisation en faveur de la santé naturelle et orientée vers les consommateurs au monde qui bénéficie du statut d'observateur officiel lors des réunions du Codex. Le rapport-témoignage de Paul présenté ci-dessous décrit comment le Codex continue à réfuter les bienfaits des vitamines, des micronutriments et de la nutrition dans la lutte contre les maladies actuelles les plus courantes et explique la façon dont ses principaux bénéficiaires sont les grandes multinationales des secteurs de l'alimentation et des biotechnologies, ainsi que l'industrie pharmaceutique.
L'abandon flagrant des préoccupations des consommateurs concernant les aliments génétiquement modifiés


Le Comité du Codex sur la nutrition et les aliments diététiques ou de régime se réunit à Bad Neuenahr-Ahrweiler, en Allemagne, en novembre 2007.

Il ne fait pratiquement aucun doute que les consommateurs sont largement opposés à la consommation d'aliments génétiquement modifiés. À maintes occasions, les enquêtes et les sondages entrepris dans des pays du monde entier ont révélé cet état de fait qui va bien au-delà de tout doute raisonnable. Néanmoins, le fait que les graines génétiquement modifiées puissent être brevetées – parce que, contrairement aux graines normales, elles sont créées dans des laboratoires et n'existent pas dans la nature – continue à en faire une proposition d'investissement extrêmement attrayante aux yeux des sociétés biotechnologiques et pharmaceutiques qui les produisent. Les brevets relatifs aux graines génétiquement modifiées et les milliards de dollars de bénéfices potentiels ainsi que le contrôle du marché qui peuvent en résulter représentent de puissantes sources de motivation permettant à ces fabricants de trouver des moyens d'amener ces aliments dans les assiettes des consommateurs, quels que soient les dangers potentiels pour la santé humaine.
Ainsi, on trouve parmi les participants à la réunion du Comité de cette année le Dr. H. Yoshikura, Président du Groupe Spécial Intergouvernemental du Codex sur les aliments dérivés des biotechnologies, un groupe qui a déjà publié plusieurs directives mondiales sur les aliments génétiquement modifiés. La création de ces directives par le Groupe Spécial s'est avérée par la suite être prépondérante aux États-Unis, au Canada et en Argentine, dans le cadre de l'instigation et de la victoire d'un litige commercial au niveau de l'Organisation Mondiale du Commerce contre l'Union Européenne (UE). Il a soutenu avec succès que l'UE avait appliqué un moratoire sur l'homologation et l'importation d'aliments contenant des matières génétiquement modifiées et que ceci était contraire aux règles de l'OMS.
Yoshikura a été invité à participer à cette réunion du Codex car le Groupe Spécial a récemment travaillé sur l'annexe d'une directive mondiale relative aux aliments qui ont été génétiquement modifiés afin de (soi-disant) procurer des bienfaits nutritionnels ou pour la santé. Étant donné que le texte de cette annexe contient des références à des concepts ayant trait à la nutrition, le Comité a été invité à examiner l'ébauche de l'annexe et à donner ses commentaires à ce sujet.
Outre quelques commentaires mineurs, le Comité a toutefois décidé d'approuver le texte de l'annexe sans y apporter aucune modification.
En réponse à cela et en remarquant qu'aucun pays ne s'était déclaré en faveur des intérêts des consommateurs concernant ce problème, la Fédération Nationale de la Santé a fait la déclaration suivante:
Le Dr. Rolf Grossklaus, Président du Comité du Codex sur la nutrition et les aliments diététiques ou de régime, déclare que les consommateurs ne réalisent pas les bienfaits procurés par les aliments génétiquement modifiés et qu'ils finiront par changer d'avis à leur sujet.

"Monsieur le Président, la NHF aimerait consigner que, alors que la question de l'évaluation des risques liés aux aliments dérivés des biotechnologies est en cours de discussion, 95% des consommateurs européens et des millions de consommateurs venant d'autres parties du monde ont continué à manifester leur refus à l'égard de ce genre d'aliments. Nous voudrions donc savoir comment le Groupe Spécial compte justifier le besoin de mener des études d'exposition sur des populations humaines représentatives alors que tellement de personnes rejettent d'emblée ces aliments ?"
Autrement dit, la Fédération demandait comment le Groupe Spécial prévoyait de réaliser des études de sécurité humaine sur des aliments génétiquement modifiés alors que rares sont les personnes qui sont prêtes à les manger.
Le Dr. Rolf Grossklaus, Président du Comité, a donné une réponse incroyablement dédaigneuse à cette question et, refusant d'admettre que les études d'exposition humaine complètes ne seraient pas réalisées avant que ces aliments soient commercialisés, il a indiqué que ces aspects ne pouvaient pas être évoqués lors de cette réunion. Pourtant, de façon assez stupéfiante, il a ensuite déclaré que les consommateurs ne réalisent pas les bienfaits procurés par ces aliments et qu'il est persuadé que les consommateurs finiront par changer d'avis à leur sujet.
Plus tard, à la fin de la semaine, pendant la réunion visant à adopter le rapport officiel du Comité, j'ai demandé, au nom de la Fédération Nationale de la Santé, que le rapport mentionne la déclaration de la Fédération concernant cette affaire. Le Dr. Grossklaus a toutefois refusé, soutenant que la question ne faisait pas l'objet de discussions et que la mention de toutes les questions qui n'étaient pas évoquées rendrait le rapport trop long.
L'un dans l'autre, il s'agissait donc incontestablement de l'exemple le plus flagrant d'abandon des préoccupations des consommateurs que j'aie jamais vu lors d'une réunion du Codex.
suite
http://www4fr.dr-rath-foundation.org/sujets/codex/codex2007-badneuenahr.html



à propager sans modération!


Le Codex Alimentarius !!!! Attention DANGER ...... par openyourspirit

Posté par rusty james à 06:34 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 janvier 2012

Le soda light accroîtrait le risque d'accident vasculaire

Coca-light

Selon une récente étude américaine, une consommation régulière de soda light augmenterait de 61 % le risque d'accidents vasculaires.

Si le soda light apparait comme une bonne alternative diététique aux boissons sucrées, il semblerait que celui-ci ne soit pas sans danger. C'est ce que viennent de découvrir des chercheurs américains à l'issue d'une étude présentée en début de semaine à la conférence internationale de l'American Stroke Association à Los Angeles.

Selon leurs résultats, les personnes qui boivent du soda light quotidiennement augmentent leur risque d'accident vasculaire de 61% comparé à celles qui ne consomment aucun soda. Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques américains ont suivi pendant plus de 9 ans près de 2.560 individus dans le cadre du projet baptisé Northern Manhattan Study (NOMAS).

Par l'intermédiaire de questionnaires, ils ont interrogé les participants sur la quantité et le type de soda que ceux-ci avaient l'habitude de consommer : sur les 2.564 individus, 24% ont avoué boire du soda light, dont environ 5% de façon quotidienne, alors que 35% ont déclaré ne jamais consommer de soda . Ainsi, les participants ont été groupés en sept catégories allant de ceux ne buvant jamais de soda, à ceux qui en buvaient modérément et quotidiennement. Pour compléter ces données, les scientifiques se sont aussi intéressés à l'âge, au sexe, à l'origine ethnique et à d'autres facteurs tels que la consommation d'alcool, le régime alimentaire, l'activité physique et le fait de fumer ou non. 

A l'issue de l'étude, 559 individus étaient décédés d'accidents vasculaires. Et même en tenant compte de l'excès de poids et des antécédents des participants, le risque d'accidents vasculaires des gros consommateurs de soda light restait supérieur de 48% à ceux des autres. "Si nos résultats se confirment, ceux-ci suggéraient que le soda light n'est pas le meilleur substitut aux boissons sucrées dont les conséquences sur la santé ont déjà été démontrées", indique le Dr Hannah Gardener épidémiologiste à l'Université de Miami et principale auteur des recherches. Les chercheurs attendent désormais d'autres études pour confirmer cette association coca,entre soda light et risque de maladies vasculaires.

Posté par rusty james à 22:58 - - Permalien [#]
Tags : ,

Angleterre: une mystérieuse structure de la période romaine découverte

photo-de-william-bowden-presentant-l-equipe-archeologique-dans-le-fondations_72485_w250

La récente découverte d'une mystérieux bâtiment "ailé" en Angleterre, qui à l'époque romaine a pu être utilisée comme un temple, se révèle être un casse-tête pour les archéologues: en effet, il n'y a pas d'autre bâtiment connu avec lequel faire un parallèle.
Construit il y a environ 1800 ans, l'ensemble a été découvert dans le Norfolk, dans l'est de l'Angleterre, juste au sud de l'ancienne ville de Venta Icenorum.
La structure a deux ailes rayonnantes à partir d'une pièce rectangulaire qui elle-même mène à une salle centrale.

 

La structure romaine en forme de Y vue du ciel. Credit: Michael Page


"En général, pendant l'Empire romain les gens construisaient selon un répertoire de formes architecturales fixe", a déclaré William Bowden, professeur à l'Université de Nottingham. L'étude a été réalisée en collaboration avec le Groupe de Recherche Historique et Archéologique de Norfolk.

La forme ailée de l'édifice semble être unique dans l'Empire romain, il n'en existe aucun autre exemple connu. "Il est très rare de trouver un bâtiment comme celui-ci où vous n'avez pas de parallèle connu", a ajouté Bowden. "Ce qu'ils essayaient d'atteindre en utilisant ce modèle est vraiment très difficile à dire."

Le bâtiment semble avoir fait partie d'un complexe qui comprenait une villa au nord et au moins deux autres structures au nord et nord-ouest. Une photographie aérienne suggère l'existence d'un bâtiment de forme ovale ou polygonale avec une abside située à l'Est.


Le bâtiment ailé 

La fondation des deux ailes et de la salle rectangulaire a été faite d'une fine couche d'argile et de craie. "Cela suggère que la superstructure d'une grande partie du bâtiment était assez légère, probablement en bois et des murs d'argile avec un toit de chaume", écrit Bowden.
Cela soulève la possibilité que le bâtiment n'était probablement pas destiné à être utilisé à long terme.
D'autre part, la pièce centrale était faite d'un matériau plus résistant, ses fondations ayant été conçues à partir de mortier de chaux mélangé avec de l'argile et de petits morceaux de silex et de brique. Cet section a probablement eu un toit en tuiles... et les tuiles romaines sont très lourdes.

Quelque temps après la disparition de cette structure en forme d'aile, un autre bâtiment, décoré celui-ci, a été construit par-dessus. Les archéologues ont retrouvé des trous de poteaux avec la paroi intérieure en plâtre peinte.

Ce diagrame montre le bâtiment romain en forme de Y vieille de 1800 ans. Quelque temps plus tard, une autre structure, dont les trous de poteaux sont encore présents, a été construite par dessus. Credit: William Bowden


Quelques artéfacts ont été trouvés sur le site mais aucun n'a pu être lié avec certitude à la structure ailée.
Une charrue est passé en plusieurs endroits du site, éparpillant les débris.

En outre, les détecteurs de métaux sont un problème majeur dans la région du Norfolk, où des personnes utilisent ces appareils pour localiser et prendre des matériaux, ce qui a pu arriver à ce site.
Cependant, alors même que l'équipe a pu trouvre des couches intactes, il y avait très peu d'artéfacts. "Cela pourrait suggérer que le bâtiment ailé n'a pas été utilisé pendant un temps très long", en a conclu Bowden.


Le pays des Icènes

Les chercheurs ne sont pas certains de l'utilité qu'a pu avoir ce bâtiment. Bien que sa position élevée le rendait visible depuis la ville de Venta Icenorum, les fondations des ailes sont particulièrement faibles. «Il est possible que ce fut un bâtiment temporaire construit pour un seul événement ou une cérémonie, ce qui pourrait expliquer sa construction peu signifiante», suppose Bowden, "D'un autre côté, le bâtiment pouvait très bien représenter un sanctuaire ou un temple sur une colline à proximité d'une voie romaine, visible de la route ainsi que de la ville."

A ces suppositions s'ajoute l'ancienne histoire de Norfolk où la structure a été trouvée. La population locale dans la région, qui vivait ici avant la conquête romaine, était les Icènes (ou Iceni).
Il se peut que ce soit leurs descendants qui aient et construit le bâtiment ailé. Il faut savoir que l'architecture Icène était assez simple.
D'autre part, leur religion était étroitement liée à la nature, quelque chose qui peut expliquer la situation du site en plein vent. "Les dieux Iceni tendent à être associés avec les sites naturels: les printemps, les arbres, les bosquets sacrés, ce genre de chose ", a expliqué Bowden.

Les Icènes ont disparu de l'histoire après la révolte de Boudicca en 60-61 après JC. Mais, les indices archéologiques font allusion au fait que leur esprit est resté très vivace.  
Bowden et David Mattingly, archéologue à l'Université de Leicester, soulignent que la région dispose d'un faible nombre de villas romaines par rapport à d'autres régions de Grande-Bretagne, suggérant que les gens ont continué à résister à la culture romaine même après que la révolte de Boudicca ait échoué.

Cette structure n'en reste pas moins mystérieuse: en effet, son style architectural ne ressemble ni au style romain, ni au style Icène...

Source:

Des artéfacts Mayas découverts sous une avenue

squelette_san_ignacio

Lors de la pose de nouveaux tuyaux et câbles sur l'avenue Burns à San Ignacio, dans l'ouest du Belize, des ouvriers ont trébuché sur une cache d'artéfacts mayas datant de plus de deux mille ans.


 Le site Maya Cahal Pech se trouve non loin au Sud de San Ignacio. D'après le Directeur de l'Archéologie du Belize, le Dr Jaime Awe: "Ce que nous avons ici sont trois bocaux, ou ollas comme on les appelle en espagnol, et, par le style de ceux-ci, par la façon dont ils ont été faits, nous savons qu'ils datent de la fin Préclassique ou entre 300 avant JC à la naissance de Christ, il y a donc plus de 2000 ans. Le type d'artéfact que nous avons trouvé indique un ménage ordinaire, pas d'élite, ni de dirigeants qui eux vivaient plus près du centre de Cahal Pech. 
Un des aspects intéressant à propos des artéfacts découverts est que nous croyons qu'ils sont l'indice de quelques maisons d'anciens Mayas; elles se trouvaient là sur le chemin de Cahal Pech dont elles devaient faire partie. Peut-être, ces habitations ont-elles étaient recouvertes par des crues (de la rivière voisine Macal) et les habitants les ont abandonné pour se déplacer vers les hauteurs."


recipient_maya_san_ignacio

Récipient Maya découvert sous l'avenue Burns à San Ignacio, Belize. Image credit Belize Institute of Archaeology.

Source:

25 janvier 2012

L'intelligence du coeur a son langage et ce langage est le symbolisme


ShowingLove
Le terme "Intelligence du Coeur " est emprunté aux anciens égyptiens pour désigner cet autre aspect dans l'homme qui nous permet de pénétrer au-delà de notre limitation animale et en vérité fait la caractéristique de l'homme humain pour aller vers l'Homme Divin ; c'est-à-dire l'éveil de ce principe originel qui sommeille en tout être humain animé.

Dès lors, l'Esotérisme, ne peut pas être écrit, ni dit, ni par conséquent être trahi. C'est ce que pense et dit Schwaller. Il faut être préparé pour le saisir, le voir, l'entendre, à votre choix. Cette préparation n'est pas un Savoir, mais un Pouvoir et ne peut s'acquérir finalement que par l'effort de la personne elle-même par un combat contre ses obstacles et une victoire sur la nature animale humaine.

Il y a une Science Sacrée et depuis des millénaires, d'innombrables curieux ont, en vain, cherché à en pénétrer les secrets. C'est comme si, avec une pioche, ils voulaient creuser un trou dans la mer. L'outil doit être de la nature de la chose qu'il veut travailler. On ne trouve l'Esprit qu'avec l'Esprit, et l'Esotérisme est l'aspect spirituel du monde inaccessible à l'intelligence cérébrale.

L'Initié véritable peut guider un élève doué pour lui faire parcourir le chemin de la Conscience plus rapidement et l'élève, arrivé à des étapes d'Illumination, par sa propre Lumière intérieure, lira directement l'Esotérisme de tel enseignement. Personne ne pourra le faire pour lui. L'éveil est l'éveil de "L'Intelligence du Coeur" : La Raison est née avec nous; si nous lui donnons la prépondérance sur l'intelligence cérébrale, sur le Mental, elle nous dira tout, car elle est l'Intelligence de l'univers.

L'intelligence du coeur est au-delà de la raison. Pour Schwaller, la véritable connaissance est issue de cette intelligence ; il considère le fonctionnement du mental comme second, au même titre que la lune est seconde par rapport au soleil. Elle n'est qu'un reflet de sa lumière. De même, la pensée mentale ne devrait être qu'un reflet de l'intuition. Cette intelligence n'est pas à confondre avec le samadhi des grands mystiques. C'est un état intermédiaire qui permet de se confondre avec les êtres et les choses et donc de les connaître dans leur réalité.

L'Esotérisme pour Schwaller n'est donc pas un "sens particulièrement caché dans un texte" mais un "état de confondement" entre l'état vital du lecteur et l'état vital de l'auteur ; ceci dans le sens de la vision spirituelle, spatiale, synthétique qui, précisément, cesse avec la concrétisation de la pensée. Il conçoit donc que l'enseignement ésotérique n'est qu'une "évocation" et ne peut être que cela. L'initiation ne réside pas dans le texte, quel qu'il soit, mais dans la culture de "l'Intelligence du Coeur " (au sens o_ elle a été définie plus haut). Alors rien n'est plus "occulte" ni secret parce que l'intention des "Illuminés", des "prophètes" et des "envoyés du ciel" n'est jamais de cacher, au contraire.

Donc pour être certains de notre Connaissance comme nous sommes certains de notre Savoir, nous devons rechercher la preuve expérimentale démontrant que l'Esprit, l'abstrait, devient effectivement concret par un chemin déterminé. La Science Sacrée affirme ceci possible. Elle nous l'enseigne par son "Esotérisme" qui n'est hermétiquement clos que pour l'intelligence cérébrale et le restera si nous ne cultivons pas un autre aspect d'Intelligence et une autre mentalité. C'est pour cela que les Sages laissent aux oisifs la spéculation et ils regardent la Nature. Celle-ci enseigne tout. Un son évoque toutes ses harmoniques, un gland de chêne évoque le chêne etc.

Seul l'homme a en lui ce Don qui lui permet de se libérer des réactions émotives égo'stes et d'atteindre à la liberté aristocratique, par le confondement avec le Tout, l'Amour sans cause, sans but, sans récompense, donc sans déception. Ce Don est la Raison qui fait, de l'animal, l'Homme ; et c'est là une 2ème naissance au Monde, car la nature s'arrête à l'animal, y compris l'animal humain. C'est un deuxième "Fiat Lux" que celui du baptême de l'Esprit, la Pentecôte qui donne la "Raison".

La Raison nous affirme ce que le cerveau ne peut pas comprendre, c'est une Connaissance : "à priori" ; la Raison nous montre la noblesse de l'inutile qui est la Beauté, le Pardon, la Foi, le Sacrifice : l'acte sacré.

La Raison est "l'Intelligence du Coeur" qui nous permet en Amour d'être la chose, en la chose, de croître avec la plante, de voler avec l'oiseau, de ramper avec le serpent . C'est à cette "Raison" que s'adresse "l'Esotérisme".

Mais nous avons prostitué cette Raison pour en tirer du Rationalisme qui est Utilitarisme.

La Réalité est confondement de la Conscience avec l'objet : il y a identité, c'est la fonction vécue isolément et innée dans l'organisme qui fait l'Intelligence du Coeur. L'Intelligence du Coeur, qui établit le rapport de la Conscience innée avec l'observation, est l'Identification. Identification signifie vivre avec et dans le fait observé, être soi-même ce fait, subir, agir, souffrir, se réjouir avec lui. C'est la "Conscience sympathique".


LE SYMBOLISME

L'intelligence du coeur a son langage et ce langage est le symbolisme. Le symbole évoque une réalité qui n'est pas présente donc pas objective. Ce symbole est vie, il est mouvement de la conscience. Mais il est plus encore : il exprime un moment vital éternel. Il se relie à une idée, un archétype qui préside au développement des formes.
Le symbolisme livre le sens. Pour Schwaller, tout est symbole et ce qui lui permit d'atteindre à cette profondeur des mystères et des choses.

Ces symboles, le sens, le monde des archétypes et les clés de l'homme, il les étudie dans l'univers égyptien et plus précisément dans le temple de Louxor pendant 12 années de sa vie qu'il va . 12 années de recherche, d'analyse et de méditation.

René Schwaller développe la notion d'anthropocosme qui signifie que la nature est le reflet de l'homme. L'homme synthétise toutes les formes, toutes les espèces minérales, végétales, animales en lui-même. Il est l'Adam Kadmon de la Kabbale. C'est donc une notion équivalente à celle du microcosme. Sa grande idée est que l'homme n'est pas seulement à la fin mais aussi à l'origine de l'évolution. Il montre ainsi comment chaque règne de la nature est l'expression d'un organe de cet homme cosmique. Et l'univers entier résume toutes ses phases, ses moments, ses aspects.

Il a même divisé l'Egypte en neuf périodes qui sont pour lui les neuf phases de la gestation de l'Horus-Christ. Il voit donc dans le christianisme un résumé de la sagesse égyptienne, particulièrement l'évangile de Saint Jean. Mais il prétend que cette gnose chrétienne a été détournée par l'Eglise catholique qui a détruit le véritable Christ dont l'esprit s'est perpétué à travers les tenants du symbolisme de la rose et de la croix. Il faut préciser ici que Schwaller considérait le Christ comme la Pierre Philosophale de l'Ouest / Occident. Sa femme, Isha, a continué son oeuvre en développant l'idée d'un christianisme ésotérique et il est extrêment riche de se tourner vers les ouvrages de l'un comme de l'autre (sachant que le "Temple de l'Homme" est d'une lecture ardue qui peut en décourager plus d'un).

Les symboles sont le langage qui parle à notre être intérieur et qui peuvent livrer le secret de toutes choses.



La Lumière du chemin

Présentation de l'éditeur
L'appel lancé par La Lumière du Chemin revêt un caractère de gravité exceptionnelle par le fait qu'il éclaire la situation chaotique de notre Epoque contemporaine.
La Lumière du Chemin précise et clarifie les problèmes essentiels dont l'incompréhension est la cause d'un grand nombre des drames actuels. Quoique fidèlement conforme à l'antique Sagesse Traditionnelle, son enseignement est, pour certains sujets, effectivement nouveau par son adaptation aux nécessités nouvelles d'un nouveau Temps.
Cet enseignement est présenté sous forme de scènes dialoguées qui permettent de répondre aux objections posées par les disciples du Sage. Il développe et clarifie en images vivantes :
- La relation des états physiques, psychiques et spirituels.
- Le libre-arbitre et la fatalité. La responsabilité. La chance et le hasard. Le désespoir. Le suicide.
- Brahmanisme, Bouddhisme et Christianisme.
- La féminité cosmique. Du Saint-Esprit. La sagesse et la Vierge cosmique.
http://www.amazon.fr/Lumi%C3%A8re-chemin-Isha-Schwaller-Lubicz/dp/2914946015

Tout homme qui ne veut pas subir les incertitudes houleuses de la masse doit avoir le courage, aujourd'hui de chercher sa propre lumière, librement et sans contrainte. "Aujourd'hui" est une étape toute nouvelle. Entre hier et ce jour un gouffre s'est déjà creusé. Les bouleversements de notre époque chaotique ont au moins cet avantage d'avoir renversé des barrières et ébranlé des valeurs auxquelles la société n'osait encore toucher. Ceux-là seraient fort avisés qui, au lieu de subir l'effondrement de cet échafaudage, se hâteraient de creuser les vieilles bases de la Sagesse pour en trouver les fondations indestructibles. C'est pour les y aider que sont écrites ces lignes.