article_v4
Le groupe Anonymous a mis hors de service le site de l’Interpol en réponse aux arrestations de ses membres.

L’expert Andrei Massalovitch, chef du département de la reconnaissance concurrentielle de la compagnie Dialogue-Naouka:

«Le groupe de hackers Anonymous a mis hors de service le site de l’Interpol en réponse aux arrestations la veille de 25 hackers de 17 à 40 ans du Chili, d’Argentine, de Colombie et d’Espagne. L’Interpol les a arrêtés dans le cadre de l’opération Unmask. Plus de 250 dispositifs de réseau ont été confisqués».  

L’Interpol persécute les hackers qui attaquent constamment depuis début 2012 les sites de l’UE, de la CIA, les ressources d’Etat d’Amérique latine. Les hackers déploient les efforts en vue de réaliser leur objectif essentiel: déconnecter le Réseau fin mars. Parviendront-ils à mettre en œuvre leur plan perfide?

«Il y a eu deux tentatives d’attaquer Internet. Initialement – lorsqu’il était tout petit et il était très simple de le détruire. Or, à l’époque personne n’en avait besoin parce que ce n’était pas une force mondiale. La seconde tentative a été entreprise il y a cinq ou six ans lorsque les hackers chinois ont essayé de mettre hors de service le degré supérieur des DNS ce qui aurait détruit la structure des adresses d’Internet. Les hackers ont réussi à mettre pour une courte période hors de service trois serveurs sur huit ce qui a entraîné des échecs au niveau régional n’ayant pas ébranlé le Réseau mondial», dit Andrei Massalovitch, chef du département de la reconnaissance concurrentielle de la compagnie Dialogue-Naouka.  

Ce groupe de hackers est aujourd’hui l’unique au monde, poursuit Andrei Massalovitch.  

«Ce sont des professionnels parallèles de grandes classe. N’ayant pas de stratégie nette, ils prétendent combattre sans, pourtant, préciser à quelles fins et contre qui».
Le groupe Anonymous a fixé au 31 mars l’opération Blackout global et  l’humanité aura alors la possibilité d’apprécier l’ampleur des possibilités des hackers.

french.ruvr.ru