06 mai 2012

8 millions de Français vont voter sur des machines à voter (tricher) électroniques, programmables à dist

vote_electronique-14fa3

Ces machines de marque Diebold qui seront largement utilisées an 2012, à travers le Monde, sont les pires machines à tricher, qu'un esprit malin ait jamais inventé : http://www.computerworld.com/s/article/9220356/Argonne_researchers_hack_Diebold_e_voting_system_

Ceux qui ont lu : « Un Grand Projet pour la France », savent que la création de la Communauté Européenne est une création de la CIA, pour le compte du Cartel des Banques, destinée à empêcher l'Europe de se construire intelligemment et pour au contraire la détruire. On observe aujourd'hui, partout en Europe, les premiers résultats de cette stratégie. Ces lecteurs savent aussi que c'est la Commission Européenne, un repère de soldats des Rothschild, et non le Parlement Européen, qui dirige et organise l'implosion de l'Union.

Ce que vous ne savez pas, c'est que 8 millions de Français vont voter sur ces machines à voter (tricher) électroniques, dont les résultats sont programmables à distance. Ces machines construites entre autres par la société Diebold, ont déjà été utilisées aux Etats-Unis, en novembre 2000 et novembre 2004 pour faire élire George W. Bush. Voir à ce sujet ce que j'en écrivais en 2005, dans « Stop the Warbiz ».

Extrait du livre « Stop au Warbiz », chapitre 5, publié en juin 2005. La version Anglaise de ce livre « Stop the Warbiz » est toujours disponible ici : http://www.amazon.com/s/ref=nb_sb_noss?url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=stop+the+Warbiz , et à la Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis.

Adieu Démocratie...
La mascarade de l'élection de 2004

Avant même l'élection, Karl Rove (Le pouvoir derrière le trône), « l'empaleur », avait dit qu'il ferait tout ce qui sera nécessaire - c'est-à-dire n'importe quoi - pour s'assurer de la victoire de Bush.

Pour s'assurer du gain de l'élection présidentielle de novembre 2004, les Républicains ont changé de tactique. Après les tricheries de Floride en 2000, ils ont misé cette fois sur des moyens plus modernes. Des machines à voter flambant neuves ont été utilisées dans 30 Etats, pour... 28% des votes prévus. Malheureusement, ces machines ont déjà prouvé en Georgie en 2002 qu'elles pouvaient inverser le résultat d'une élection. Elles sont exclusivement fabriquées par des sociétés détenues par des républicains notoires (Diebold Election Systems dans l'Ohio, Sequoia Voting Systems, basé en Californie et Election Systems & Software à Omaha, Nebraska). Elles sont "largement en dessous des minima de sécurité requis pour de tels équipements" et sur un panel de 1600 spécialistes informatiques, dont 200 docteurs, pas un seul ne s'est trouvé pour dire que ces machines étaient pour le moins "sures, fiables et contrôlables".

Par contre, le panel a été unanime a déclarer que « ces machines à voter sont peu sûres, sujettes au piratage informatique interne et externe, et qu'elles présentent un (grave) danger pour des élections démocratiques ».

Ces trois compagnies ont toutes de très forts liens avec l'administration Bush. Quelle coïncidence, leurs principaux actionnaires sont aussi les toutes premières multinationales du WARBIZ... Northrop-Grumman, Lookheed-Martin, EDS (Electronic Data Systems) et Accenture. Diebold a fait appel à Scientific Applications International Corporation (SAIC) de San Diego pour développer les logiciels sécurisés des machines à voter... alors qu'une majorité des membres du conseil d'administration de SAIC viennent, soit du Pentagone ou de la CIA :
- Le Général d'Armée Wayne Downing, un ancien du Conseil National de Sécurité,
- Bobby Ray Inman; ancien directeur de la CIA,
- William Owens, ancien patron de l'Etat-major des armées aujourd'hui à la retraite,
- Robert Gates, un autre ancien directeur de la CIA.

Ainsi, c'est une société privée liée au complexe militaire et à la CIA qui assure l'intégrité de la programmation des machines à voter pour le compte des sociétés du WARBIZ...

Tous les casinos du monde utilisent des machines à sous électroniques. Ces machines sont programmées pour obtenir les résultats escomptés par leurs propriétaires... Ces gens ont inventé des machines à voter sur le même principe... c'est-à-dire « qui permettent d'obtenir les résultats escomptés... »

Cette année, la fraude post et préélectorale était tellement massive qu'il aurait fallu des années de combat juridique pour que cette élection ressemble à un processus honnête. En jetant l'éponge si rapidement, John Kerry a dévoilé au monde la franche mascarade qu'aura été cette élection. La seule possibilité qu'elle soit conforme aux vœux des patrons du « WARBIZ »... était la reconnaissance de sa « défaite » par John Kerry. Ce qu'il s'empressa de faire au plus grand mépris des 60 millions d'Américains qui avaient voté pour lui...

Aussi longtemps que de telles machines à tricher (pardon à voter) existeront, il n'y aura PLUS AUCUNE DEMOCRATIE, dans les pays qui les utilisent. (Seuls pour le moment, début 2012, les Allemands ont déclaré ces machines illégales...)

Ces nouvelles "boîtes noires" informatiques qui servent de machines à voter ne produisent aucune trace papier. Il ne sera donc jamais possible de vérifier les résultats d'une élection contestée.

Quand on sait - qu'avant même le jour de l'élection - l'on dénie systématiquement le droit de vote (une fois de plus) aux noirs et à de nombreux autres démocrates pour des raisons iniques... Quand on sait que de nombreuses machines électroniques à voter contenaient plusieurs milliers de voix pour Bush, avant même que quiconque ait voté... Quand on connaît le risque de fraude massive que représentent les nouvelles machines à voter électroniques... Quand on sait que l'on a comptabilisé 14,3 millions de votes de plus en 2004 qu'en 2000... et quand on constate que cet accroissement du nombre de voix s'est réparti entre 10 millions pour les représentants du WARBIZ et 4,5 pour ceux qui défendent la sécurité sociale, l'emploi et l'état providence et que l'on entend les trompettes de Bush essayer de vous faire croire que ces dix millions sont le résultat d'une poussée du vote populaire, on a besoin de personne pour comprendre que cette élection fut une énorme escroquerie...

En réalité, cette différence ne peut s'expliquer que par une combinaison de la poussée d'électrons dans les machines à voter électroniques avec les méthodes crapuleuses utilisées par le WARBIZ pour éliminer massivement les votes des quartiers populaires... Une façon de prétendre que les Américains sont plus intéressés par la politique et que Bush a obtenu le support des personnes dont il a détruit les emplois, la protection sociale, pris les dollars et les fils et filles pour les envoyer en Iraq et en Afghanistan assumer l'appétit des avides « hors-la-loi » du WARBIZ... Faut-il que les Américains soient naïfs et indolents.

La triche a toujours fait partie de l'élection présidentielle, mais cette fois, la trahison de l'électeur a fait déborder la coupe. Soixante millions de votants qui avaient porté leurs voix sur le candidat John Kerry, ont été floués, non seulement par l'équipe Bush, mais plus grave encore par l'homme qui représentait l'espoir de revivre en démocratie. Pourquoi John Kerry a-t-il si rapidement capitulé ? A-t-il oublié les millions de cas de votants noirs et hispaniques retirés des listes électorales ? Comment a-t-il pu ne pas protester et récuser, avant même le vote, les (vicieuses) machines à voter (Républicain) électroniques ? Son appartenance à la société maçonnique secrète de l'Université de Yale « Skull & Bones » dont la réputation fût bâtie au 19ème siècle sur le commerce de l'opium en Extrême-Orient et qui n'a pas toujours été fréquentée par la « crème de la crème » (Prescott, George H., George W. Bush...), explique-t-elle qu'il n'aurait été qu'un "perdant programmé"? Ou bien serait-ce plutôt lors de son apparition à la conférence de Bilderberg (le congrès mondial des patrons tireurs de ficelles, de leurs éminences grises, de leurs porteurs de valises et de leurs porte-plumes) en 2001 qu'il aurait fait allégeance au « WARBIZ » ? On comprend mieux sa difficulté à admettre l'obligation morale d'un retrait Américain de l'Iraq, même après qu'il eut été prouvé l'absence totale d'armes de destruction massives et de menace et que Saddam Hussein ait été neutralisé.

source Ben Peri de sott.net


Réchauffement climatique ,90% de l’excédent de chaleur a été absorbé par les océans.

 

ac96e962ea846a00d3450fe52a1bf7fe_large

Une  étude scientifique menée par la Scripps Institution of Oceanography, à San Diego, vient de montre que le réchauffement de la planète a commencé depuis au moins un siècle. Cette étude s'appuie sur la première comparaison globale de l'évolution de la température depuis le voyage historique du HMS Challenger qui a eu lieu de 1872 à 1876 et les données modernes obtenues grâce à des robots immergés dans l'eau de différentes mers de la planète.

La recherche, dirigée par l'océanographe Dean Roemmich, montre une augmentation de 0,33°C en moyenne dans les parties supérieures de l'océan, jusqu'à 700 mètres de profondeur. La plus forte hausse a été remarquée à la surface de l'océan indien avec 0,59°C de plus. Les scientifiques ont déjà déterminé que près de 90 % de l'excédent de chaleur - ajouté au système climatique de la Terre depuis les années 1960 - ont été stockés dans les océans.

La nouvelle étude avance donc le début du réchauffement des océans. "L'importance de cette étude n'est pas seulement que nous voyons une différence de température qui indique un réchauffement à l'échelle mondiale, mais que l'ampleur de cette variation de température depuis les années 1870 représente le double de celles observées au cours des 50 dernières années. Le réchauffement ne concerne donc pas seulement les 50 dernières années, mais au moins les 100 dernières années".

SIO

Planetary Resources, une mystérieuse entreprise pour forer des astéroides

deep5
Le patron de Google investit dans un mystérieux projet spatial

Et si on allait chercher des ressources naturelles dans l'espace ? Voilà ce que semble être le projet de Planetary Resources, une entreprise dans laquelle Larry Page, Eric Schmidt ou encore James Cameron ont investi.

 
Voilà de quoi exciter l’imaginaire des fanatiques de science-fiction. La semaine prochaine, une conférence de presse dévoilera Planetary Resources, une mystérieuse entreprise fondée par quatre fous de l’espace, dont deux anciens de la Nasa, Peter Diamandis et Eric Anderson, qui ont tous deux déjà fondé des firmes dédiées au tourisme spatial. L’ambition de cette start-up est encore inconnue, mais le Technology Review du MIT croit savoir qu’il s’agira tout bonnement de... forage d’astéroïdes
 
L’alerte média que reproduit la revue du MIT est – volontairement – mystérieuse et évoque, en toute modestie, « une nouvelle entreprise spatiale dont la mission est d’aider à garantir la prospérité de l’humanité ». Comment ? « En couvrant deux secteurs décisifs – l’exploration spatiale et les ressources naturelles – pour ajouter des trillions de dollars au PIB global. Cette start-up innovante créera une nouvelle industrie et une nouvelle définition des ressources naturelles », dit encore l’alléchant communiqué.
Planetary Resources pourrait donc, en déduit le MIT, effectuer des missions d’extraction de minerai dans l’espace, notamment sur des astéroïdes, riches en métaux rares. Vous avez dit bizarre ? On ose imaginer en effet le prix d’une telle exploitation de ressources extra-terrestres !
Planetary Resources s’enorgueillit en tout cas d’avoir du très beau linge parmi ses investisseurs. Larry Page, le patron de Google, mais aussi Eric Schmidt, le président exécutif du moteur de recherche. Et ce n’est pas tout : le réalisateur James Cameron, le créateur d’Excel Charles Simonyi – fameux touriste spatial – ou encore le milliardaire Ross Perot ont mis la main au portefeuille pour financer cette entreprise. 
 
Christopher Mim
http://www.technologyreview.com/blog/mimssbits/27776/?ref=rss

Posté par rusty james à 18:25 - - Permalien [#]
Tags : ,

La Darpa lance un concours pour remplacer les soldats américains par des robots humanoïdes

T4 Movie

Les robots imaginés par la Darpa au travail

Le concours lancé le 10 avril 2012 par la Darpa affiche un objectif plus pacifique :( en façade) TERMINATOR DEVIENDRA T IL REEL DANS  LE FUTUR ......

“Développer les capacités de la robotique terrestre pour exécuter des tâches complexes dans des environnements conçus par l’homme, dangereux et dégradés”.

La Darpa n’est autre que l’agence américaine qui développe les nouvelles technologies destinées à l’armée. La signification de l’acronyme est d’ailleurs très explicite: Defense Advanced Research Projects Agency. Avec ses 240 personnes, l’agence dispose d’un budget de plus de 3 milliards de dollars. Elle s’est illustrée dans le passé, lorsqu’elle s’appelait encore Arpa, avec le développement de l’ancêtre d’Internet, le réseau Arpanet. Sous la tutelle du ministère de la défense (DOD) américain depuis 1972, elle est devenue l’un des principaux pourvoyeurs de fonds de la recherche américaine, des travaux liés à la guerre bactériologique jusqu’aux techniques d’enseignement assisté par ordinateur en passant par les drones, le contrôle des machines par le cerveau et la robotique. Dans ce domaine, elle a lancé en 2004 un Grand Challenge doté de 2 millions de dollars pour stimuler la recherche en matière de véhicules sans conducteur tout terrain afin que l’armée américaine dispose d’un tel engin d’ici 2015.

2 millions de dollars

Le nouveau Robotics Challenge de la Darpa s’inscrit donc dans ce type particulier d’appel à contribution ouvert à tous. L’agence offre pas moins de 2 millions de dollars à “quiconque pourra aider à faire avancer l’état de l’art de la robotique au delà de ses capacités actuelles en matière de support à la mission de secours du DOD en cas de désastre”, précise-t-elle. L’originalité du concours réside en grande partie dans son ouverture à des candidatures extérieure au monde des spécialistes. La Darpa insiste lorsque précise sa position dans ce domaine: “Réaliser de véritables innovations en robotique, et donc remporter de challenge, imposera la contribution de communautés qui dépassent celle des développeurs traditionnels de robots”. La Darpa subventionne déjà les entreprises spécialisées. Sans rencontrer le succès escompté, semble-t-il. D’où ce recours à “tout le monde” qui peut permettre de débusquer un petit génie installé dans une université ou dans son garage. Il faudra bien cela pour respecter le cahier des charges très précis imposé par la Darpa.

8 tâches à accomplir

Ce cahier des charges ne va pas jusqu’aux trois lois de la robotique d’Asimov, mais il ne définit pas moins de 8 aptitudes imposées :

  1. Conduire un véhicule utilitaire sur le site
  2. Marcher à pied dans les décombres
  3. Déplacer les débris obstruant une entrée
  4. Ouvrir une porte et entrer dans un immeuble
  5. Grimper à une échelle industrielle et franchir une passerelle
  6. Utiliser un outil pour détruire un pan de béton (image de droite ci-dessus)
  7. Localiser et fermer une vanne près d’une fuite sur un tuyau (image du haut)
  8. Remplacer un composant tel qu’une pompe de refroidissement

Centrales nucléaires

Rien de vraiment militaire dans un tel programme. On pense plutôt à l’intervention dans une centrale nucléaire détruite. Justement, la Darpa cite nommément le drame de Fukushima lors duquel elle estime que “les robots ont joué un rôle de support pour minimiser les émissions radioactives”.  En fait, les Japonais ne disposaient pas de robots adaptés, justement, à l’intervention dans un bâtiment encombré de gravats et dans un environnement très fortement radioactif qui impose une électronique spécifique. Et c’est une entreprise américaine, iRobot, fabriquant également de l’aspirateur autonome Rumba, qui est venue à la rescousse.

Au delà des capacités actuelles

“Le travail réalisé par la communauté robotique mondiale, qui a amené les robots au point d’être capables de sauver des vies et d’améliorer l’efficacité des interventions, nous a conduit en envisager d’autres aptitudes”, explique Gill Pratt, le directeur de ce programme à la Darpa. Le Robotics Challenge va permettre de tester des avancées en matière d’autonomie supervisée en perception et en prise de décision, de capacité de déplacement à pied ou en véhicule, de dextérité, de force et d’endurance dans un environnement détruit par une catastrophe auquel le robot devra pouvoir s’adapter quel que soit le type de désastre, par essence imprévisible. On comprend ainsi le choix de la Darpa visiblement en faveur de robots humanoïdes. Les nouveaux ouvriers robotiques n’interviendront pas, comme leurs homologues industriels, dans une usine conçus pour eux. Ils devront se substituer le plus possible aux hommes qui seront, eux-aussi, à l’oeuvre. Pour cela, il leur faudra utiliser les mêmes outils et les mêmes véhicules. Cette robotique de substitution se révèle relativement nouvelle. Jusqu’à présent, les robots d’intervention tenaient plutôt de R2-D2. Il va leur falloir se rapprocher de C-3PO

C’est la voie dans laquelle s’est déjà engagée la firme Boston Dynamics, issue du MIT, avec son robot Petman. Le voir évoluer, même sans tête, commence à donner ce petit frisson caractéristique des humanoïdes lorsqu’ils se meuvent d’une façon proche de la notre.

Michel Alberganti

 http://blog.slate.fr/globule-et-telescope/2012/04/16/us-army-robot-wanted/

Posté par rusty james à 18:11 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

une tornade ravage le nord de Tokyo

ALeqM5iu0yds0K-MEmcx5LDoFqh-Mr1JxQ

30 personnes ont été blessées dimanche par le passage d'une tornade à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Tokyo. Plusieurs dizaines de maisons ont été endommagées, et des milliers de personnes privées d'électricité.

Des pompiers et des équipes médicales se sont rendus à Tsukuba, une ville durement frappée par la tornade. Un garçon de 14 ans, blessé, était dans un état grave, et dix autres personnes étaient soignées dans des hôpitaux, selon les pompiers.

Selon la chaîne de télévision NHK, quelque 200 maisons ont été endommagées. Et d'après Tokyo Electric Power Co. (TEPCO), 24.000 foyers étaient privés d'électricité, alors que des vents violents et des éclairs s'ajoutaient aux dégâts provoqués par la tornade.

La centrale de Fukushima n'a pas été affectée par la tornade, a précisé TEPCO.

Les tornades sont relativement rares dans la région de Tokyo.

http://naturealerte.blogspot.fr/

 

Posté par rusty james à 17:43 - - Permalien [#]
Tags : , , ,