Les-chemtrails-ca-n-existe-pas

 

Un phénomène déjà connu En 2007, les Etats-Unis tirent la sonnette d'alarme : les abeilles disparaissent massivement et soudainement. Partout dans le monde, le taux de mortalité apicole atteint des records, de la fin de l'année 2006 à la fin de l'hiver 2007 : perte de 60 % des colonies aux USA et jusqu'à 90 % dans certains Etats de l'Est et du Sud ; 40 % des ruches se sont vidées au Québec, 25 % des colonies sont décimées en Allemagne, idem à Taiwan, en Suisse, au Portugal, en Grèce et dans de nombreux autres pays d'Europe. Pour la première fois, une estimation des pertes financières potentielles liées à la disparition des abeilles est réalisée : près de 15 milliards de dollars rien qu'aux Etats-Unis. Les médias alertent alors l'opinion publique. Des colonies victimes d'un « syndrome d'effondrement » Les premières traces de colonies d'abeilles anéanties brutalement remontent au XIXe siècle. Mais la situation actuelle présente des caractéristiques particulières. Phénomène planétaire, la disparition des abeilles est spectaculaire : du jour au lendemain la ruche se vide et l'on ne retrouve que peu ou pas de cadavre. Ce syndrome d'effondrement des colonies, appelé en anglais Colony Collapse Disorder (CCD) est décrit depuis les années 1970. Il est caractérisé par une absence d'ouvrières, seules restent la reine qui continue de pondre et quelques jeunes abeilles. Les rares adultes encore présents sont infestés par différents virus pathogènes et des champignons.  Ces germes pathogènes sont véhiculés par voie aeriennes cela vise à la stérilisation de toute forme de vie baisse de la fécondité humaine