La raison pour laquelle Freud à inventé la psychanalyse moderne.

67961429

La carrière de Sigmund Shlomo Freud illustre comment un culte satanique, les Illuminati, jette son sort morbide sur l'humanité.

Les Illuminati sont le fruit de l'hérésie juive sabbatéenne du 17e siècle.

Sigmund Freud (1856-1939) était un sabbatéen qui a vendu ses croyances satanistes perverties au monde sous le couvert de la science et de la médecine. Les médias et le système éducatif contrôlés par les Illuminati l'ont salué comme un grand prophète.

Le sabbatéens étaient un culte sexuel qui se livrait à toutes les perversions sexuelles imaginables, dans le but de cracher à la face de Dieu. C'est ce que les satanistes pratiquent: l'inceste, la pédophilie, les orgies, l'homosexualité, tout ce qui n'est pas naturel et sain.

Freud et ses soutiens du B'nai Brith (Illuminati) ont convaincu le monde que le désir sexuel (libido) est la principale motivation de la vie humaine, et que le sexe est une panacée universelle. Il ont enseigné que la répression des pulsions sexuelles est nuisible et se traduit par des névroses. Il ont enseigné que les hommes souffrent de l' »angoisse de castration« , et les femmes de l' »envie du pénis« .

Comme initiation à l'inceste et à la pédophilie, il a enseigné que les enfants ont des désirs sexuels pour leur parent du sexe opposé, et ressentent de l'hostilité pour leur parent du même sexe. À l'extrême, son « complexe d'Œdipe« , dit qu'un garçon veut inconsciemment tuer son père et violer sa mère.

Le philosophe Karl Popper a déclaré que la psychanalyse freudienne était aussi peu scientifique que la lecture des lignes de la main. Il a dit que le complexe d'Œdipe Freudien n'avait absolument aucun fondement scientifique.

Typique d'un sataniste, Freud a nié la dimension spirituelle de l'homme, notre soif de Dieu, qui est illustrée par des absolus spirituels tels que l'harmonie, l'amour, la vérité et la beauté. La Kabbale enseigne que Dieu n'a pas de caractéristiques. Influencé par la Kabbale, Freud a enseigné que Dieu n'est que la projection d'une figure paternelle imaginaire conçue dans le but de nous amener à refouler nos pulsions sexuelles.

Selon Wikipedia, Freud « est considéré comme l'un des plus importants penseurs de la première moitié du 20e siècle, en termes d'originalité et d'influence intellectuelle. »

APPRENDRE D'UN SATANISTE (ou LECONS TIREES D'UN SATANISTE)

Après avoir rejoint le maçonnique B'nai Brith en 1897, la carrière avortée de Freud a connue une ascension fulgurante.

Le professeur de psychologie David Bakan décrit la psychanalyse freudienne comme un dérivé de la Kabbale Lurianique et du Zohar. La Kabbale Lurianique est une formulation gnostique du 2ème siècle qui a été reprise par l'hérétique juif Sabbataï Tsevi. [Sigmund Freud et la tradition mystique juive, (Beacon Press, Boston 1958)]

Freud a discuté de Kabbale avec un rabbin nommé Chaim Bloch en 1920. Le rabbin a dit au professeur Bakan que les deux hommes ont commencé à débattre lorsque Freud a suggéré que Moïse avait été un pharaon égyptien, et non un Juif. Freud est parti en claquant la porte, laissant le rabbin seul dans son cabinet. C'est alors que Bloch a repéré des livres sur les étagères qui permettaient d'identifier Freud comme un disciple de Sabbataï Tsevi, (le fondateur des sabbatéens.)

Freud a remercié les membres de la Loge B'nai Brith pour leur soutien. En effet, plusieurs membres de la loge ont fourni le cadre qui a fondé la fraude appelée psychanalyse.

Selon E. Michael Jones, l'Association psychanalytique de Freud a été structurée comme une société secrète. (Libido dominandi, p. 122) Il est probable qu'elle poursuivait les mêmes buts secrets que le B'nai Brith, à savoir subvertir, exploiter, et asservir.

Les lettres de Freud ont révélé qu'il prenait ses clients pour des cons.

Il s'est comparé lui-même au lion qu'il avait vu dans un dessin animé. Le lion jette un oeil à sa montre au moment du repas et demande: « où sont mes nègres? » Freud disait que ses patients étaient ses « nègres ». (Jones p. 116)

Refusant une invitation à voyager, Freud a écrit qu'une cliente riche « pourrait aller mieux en mon absence. »

« Mon humeur dépend en grande partie de mes gains. L'argent c'est du gaz hilarant pour moi », écrit-il. (116)

Surnommée la « cure parlante », la psychanalyse était une escroquerie. Comme l'écrit Michael Jones, moyennant paiement, des gens riches recevaient l'absolution pour leur plaisirs coupables et la permission de continuer.

Jones estime que la psychanalyse est fondée sur le rituel initiatique Illuminati, et est une forme de contrôle mental.

« Les deux étaient fondées sur le fait que les patients ou adeptes se livrent à un examen de conscience approfondi, quasi-confessionnel, au cours duquel ils donnaient aux contrôleurs Illuminati, ou au psychothérapeute, des détails sur leur vie personnelle qui pourraient ultérieurement être utilisés contre eux. Tant l'illuminisme que la psychanalyse aboutissaient à une forme dissimulée de contrôle mental, par laquelle le contrôleur s'informait de la passion dominante des adeptes et les manipulaient en conséquence. » (p.127)

L'essentiel ici est que les psychiatres, qu'ils le sachent ou non, font partie de cette société secrète satanique. Le véritable objectif des Illuminati c'est de rendre les gens malades et de leur soutirer leur argent. Cela expliquerait pourquoi les psychiatres mettent des millions de personnes, y compris les enfants, sous calmants. Voir aussi: « L'art soviétique du lavage de cerveau. »

Le modèle de la société secrète peut s'appliquer à la profession médicale dans son ensemble, ainsi qu'à d'autres professions.

Freud a été un précurseur d'Alfred Kinsey, le pervers qui s'est tué en essayant de se masturber. Kinsey remplissait son célèbre rapport parrainé par Rockefeller avec les modèles de comportement de ses collègues homosexuels. Ainsi, il convainquit les Américains que la promiscuité et la déviance étaient la norme.

De même Freud a eu une aventure avec la sœur de sa femme, Minna Bernays, qui est tombée enceinte. Ses théories psychiatriques à propos de l'inceste et du sexe ont été des tentatives de se disculper. De façon ironique, Adam Weishaupt, l'organisateur des Illuminati, a également mis sa belle-sœur en cloque.

Freud a traversé une période où il a été séduit par les effets bénéfiques de la cocaïne. Lorsqu'il s'est aperçu que des amis étaient devenus dépendants, il y aurait renoncé. Cependant Wikipédia rapporte (voir également la version française): « Certains critiques ont suggéré que la plus grande partie de la théorie psychanalytique de Freud était un sous-produit de son addiction à la cocaïne. »

CONCLUSION

L'exemple de Sigmund Freud montre que la culture moderne est contrôlée par une secte satanique, dont le but est de dégrader et asservir l'humanité. Nous avons été trompés au nom de la science et de la médecine.

Les satanistes promeuvent les excès sexuels et la perversion dans le but d'asservir l'humanité. « Tout est acceptable », est le mot d'ordre sataniste. Freud a donné à la société carte blanche pour se comporter comme une meute de porcs sauvages.

Le sexe libre foule aux pieds le mariage et la famille, institutions indispensables à la stabilité sociale et à la santé. Elle avilit toute relation humaine au plus bas dénominateur commun, le sexe. Elle présente le sexe et la « promiscuité » comme des passerelles uniques vers le développement personnel et le bonheur.

Durant les 200 dernières années, le « progrès » et les « lumières » ont été mesurés en termes d'augmentation de la licence sexuelle, jusqu'à aujourd'hui, nous nous prosternons devant les bouffonneries obscènes des manifestants gays obèses, et dénudés des « Gay Pride« .

C'est ce qu'on appelle le « progrès » en termes sataniques. Nous sommes les victimes d'un complot diabolique multi-générationnel qui devient de plus en plus insolent à mesure que le temps passe.

La psychanalyse de Freud livre des victimes drogués par les médicaments aux néfélims qui s'emparent des malades d'ailleurs il est grand temps de se poser la question sur l'origine de certaine pathologie qui ne sont que de la possession démoniaque ,il savait très bien ce qu'il faisait lorsqu'il décida de plonger dans le noir ces malades attachés et jetés en pâture aux forces des ténèbres sachant que l'obscurité augmentent  leurs forces je vous laisse imaginer la souffrance de ces pauvres patients, il serait grand temps de changer certaine méthode qui sont indigne d'une societe dite civilisée....la mission de Freud etait bel est bien de faire croire que le diable n'existe pas et que tout etait que déséquilibre .

"Typique d’un sataniste, Freud a nié la dimension spirituelle de l’homme, notre soif de Dieu, qui est illustrée par des absolus spirituels tels que l’harmonie, l’amour, la vérité et la beauté. La Kabbale enseigne que Dieu n’a pas de caractéristiques. Influencé par la Kabbale, Freud a enseigné que Dieu n’est que la projection d’une figure paternelle imaginaire conçue dans le but de nous amener à refouler nos pulsions sexuelles.

Freud a remercié les membres de la Loge B’nai Brith pour leur soutien. En effet, plusieurs membres de la loge ont fourni le cadre qui a fondé la fraude appelée psychanalyse.

Il s’est comparé lui-même au lion qu’il avait vu dans un dessin animé. Le lion jette un oeil à sa montre au moment du repas et demande: « où sont mes nègres? » Freud disait que ses patients étaient ses « nègres ». (Jones p. 116)

Surnommée la « cure parlante », la psychanalyse était une escroquerie. Comme l’écrit Michael Jones, moyennant paiement, des gens riches recevaient l’absolution pour leur plaisirs coupables et la permission de continuer.

source :
http://www.henrymakow.com/freud_sabbatean.html

Posté par rusty james à 07:21 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Brûlot "anti-islam" : un coup monté pour attiser les haines

4398863

Brûlot "anti-islam" : un coup monté pour attiser les haines

Créé le 13-09-2012 à 12h32 - Mis à jour le 14-09-2012 à 12h12

L'ensemble des insultes contenues dans la vidéo n'ont pas été écrites

Illustration : des manifestants égyptiens avec des masques de Guy Fawkes devant l'ambassade américaine au Caire, en Égypte, le 11 septembre 2012. (AP Photo/Nasser Nasser)
Sur le même sujet

On savait déjà que la promotion du film "L’innocence des musulmans", à l’origine d’une vague de manifestations dans plusieurs pays arabe, était le fruit d’une campagne orchestrée dans le but d'attiser les tensions. En réalité, il se pourrait bien que le fameux long-métrage annoncé se résume au seul brûlot de 13 minutes diffusé sur internet.

De fait, ce jeudi 13 septembre, il était toujours impossible de trouver une seule personne ayant vu le film dans son intégralité. Le réalisateur, se présentant comme un Américain juif nommé Sam Bacile, avait expliqué à la presse que son film n’avait été diffusé qu’une seule fois, dans la salle quasiment déserte d’un obscur cinéma d’Hollywood.

Une production de 5 millions de dollars

Mais le cinéaste amateur, de son vrai métier promoteur immobilier, était formel : son "œuvre" était une production bien réelle de 5 millions de dollars, financée par des "donateurs juifs " et ayant nécessité trois mois de tournage et plusieurs dizaines d’acteurs et de techniciens.

De nombreux internautes s’étaient étonnés de la piètre qualité technique du film au regard de son budget. Différences de son flagrantes en plein milieu d’un dialogue, la quasi-totalité des scènes tournées sur un fond vert mal réalisé… Au vu des images, on a peine à voir où sont passés les 5 millions de dollars.

Selon plusieurs sources, la réponse serait que le film n'ait jamais été destiné à être diffusé au cinéma. En effet, si un permis de tournage a bien été délivré, il est impossible de retrouver un spectateur. Le responsable d'un cinéma hollywoodien aujourd'hui fermé, le Vin Theatre, se souvient bien qu'un certain "Sam" lui avait loué une salle il y a quelques mois, mais le film n'aurait été projeté qu'une seule journée.

De nombreux observateurs ont également repéré que lors des dialogues, extrêmement mal doublés, les voix des acteurs semblent se modifier lorsqu’ils évoquent l’islam. Lorsque l’on se concentre sur les dialogues, on a même l’impression que les propos les plus insultants envers les musulmans ont été enregistrés a posteriori et ajoutés au montage pour remplacer les dialogues originaux (voir des exemples dans la vidéo ci-dessous)

L'équipe de tournage "trompée"

La chaîne CNN a retrouvé quelques 80 personnes ayant participé au tournage du film. Or, la totalité d'entre eux affirme avoir été "trompée" par le réalisateur. Le film, qui portait au départ le titre de "Desert Warrior", était censé être "un film d’aventure historique dans le désert arabe". Plus grave, les acteurs confirment que leurs propos ont été modifiés et que le script n’évoquait à aucun moment le prophète de l’Islam.

Une des actrices, interrogée cette fois par le site Gawker, confirme que toutes les références religieuses ont été rajoutées au moment du doublage. Des accusations avérées par le blog "On the Media" qui s’est penché en détails sur les dialogues du film et ces étranges changements de son.

Des doutes sont également nés sur l’identité même du réalisateur présumé, Sam Bacile. Le site The Atlantic a réussi a retrouvé Steve Klein, un "consultant" ayant pris une part active dans la production du film. Or, ce dernier affirme que Sam Bacile n’est en fait qu’un nom d’emprunt. Klein explique avoir été contacté par téléphone par le mystérieux réalisateur et ne l’avoir jamais rencontré en personne. En revanche, le consultant assume, lui, totalement l’aspect polémique du film. L’homme se vante même d’être un militant anti-islam particulièrement actif.

Qui se cache derrière "Sam Bacile" ?

Il se pourrait que le film soit en fait une "œuvre collective". En effet, s’il explique ne pas connaître Sam Bacile, Klein affirme que ce dernier n’est pas juif et que pas moins de 15 personnes ont été impliquées dans la réalisation : "Rien d’autre que des citoyens américains actifs", explique-t-il, avant de préciser. "Certains sont de Syrie, de Turquie, du Pakistan, il y en a qui sont en Egypte. Certains sont coptes, mais la grande majorité sont des évangélistes".

Une chose est sûre, Sam Bacile n’a aucune existence sur internet ou les réseaux sociaux. CNN, qui, de son côté, a vérifié les registres publics, a également fait chou blanc. Interrogé par la chaîne américaine, le ministère des Affaires étrangères israélien affirme également n’avoir aucune trace de ce Sam Bacile. "Ce type est totalement anonyme", a confirmé Yigal Palmor, le porte-parole du ministère.

Selon l'Associated press, le mystérieux réalisateur se nommerait finalement Nakoula Basseley Nakoula, un Californien de confession copte de 55 ans ayant reconnu faire partie de l'équipe de production et dont l'agence a pu vérifier l'identité. En effet, Sam Bacile, que l'agence avait interviewé par téléphone la veille, utilise un téléphone renvoyant à la même même adresse physique que Nakoula Basseley Nakoula. Ce dernier est notamment connu pour avoir été condamné en 2010 pour des malversation financières.

L'homme, de confession copte, vit depuis reclus dans sa maison située à 40 km de Los Angeles, encerclé par les journalistes. Il a était placé, à sa demande, sous protection de la police.

Ce film n'a qu'un but celui de diviser le monde occidental avec l'oriental pour légétimer toutes les atrocités commises et à venir dans le monde musulman ,les journaliste qui défendent les caricatures sont hypocrites car elle est ou la liberté d'expression lorsque je vous insulte et me moque de vos croyance ,la liberté dans le respect des autres oui

pas dans l'injure si quelqu'un venait publier un article sur vos parent en les traitant de tout et après que vous protestiez on vous répondrez ah non mr laissez nous vous insulter c'est la liberté d'expression ,on prend les gens pour des cons et sa marche tellement la stigmatisations des musulmans incessantes depuis le 11 septembre a été grandissanter .ne soyez pas aveugles et sourds  meme le sport n'echappe pas a ces manipulation pour eradiquer l'islam  avec le complot contre l'équipe de France regardez cette vidéos et comment on vous monte contre eux ,vous aviez pas compris ?..RJ

 

Posté par rusty james à 12:50 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

La pollution des OGM ne s’arrête JAMAIS car leur ADN s'auto- réplique

 

 

319065_pub-fne-salon-agriculture-6-jpg-9247409

 

Grâce à ce reportage, vous découvrirez :


1) Que les organismes génétiquement modifiés (qu’ils soient végétaux ou animaux) ont DEJA échappé à tout contrôle, et ont DEJA commencé à produire des dégâts incalculables (sur la santé, sur l’environnement etc.). Et donc que nous sommes très mal barrés…

2) Que l’étiquetage des produits OGM possède une triple importance, et ne peut être écarté

3) Que les humains sont utilisés à titre de cobayes, souvent à leur insu

4) Que les produits OGM menacent des espèces entières de plantes et d’animaux

5) Que la révolution cartésienne (qui date d’il y a 4 siècles) est une des causes principales des nombreux problèmes que nous connaissons à l’heure actuelle, car elle considère tout de façon matérialiste et mécaniste, et que pour elle, un être vivant n’est, en définitive, rien d’autre qu’une « machine »

6) Qu’un rat, un chat, un singe ou un humain sont à présent reconnus par l’odieux et méprisable gouvernement des Etats-Unis (et sans doute aussi par d’autres gouvernements), SELON LA LOI, comme de vulgaires machines, au même titre qu’un lave-vaisselle ou qu’un réfrigérateur.

7) Que contrairement à d’autres formes de pollution, la pollution des OGM ne s’arrête JAMAIS, car les animaux et les plantes se reproduisent, et l’ADN s’auto-réplique !



8) Que les scientifiques véritablement indépendants ne représentent plus que 5% du total des scientifiques, et donc que les enquêtes indépendantes et non tronquées sont peu nombreuses et possèdent peu de poids face aux scientifiques vendus à au système pourri de l’industrie !


Les Monstrueux Animaux De La Génétique 1/3 ARTE par Nhomme-Beur-One
Les Monstrueux Animaux De La Génétique 2/3 par Nhomme-Beur-One
Les Monstrueux Animaux De La Génétique 3/3 par Nhomme-Beur-One

Posté par rusty james à 11:58 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Scandale de Guantanamo Des prisonniers innocents achetés 5 000 dollars par les USA

IllustrationPrincipale


LE TEMOIGNAGE DU COLONEL LAWRENCE WILKERSON, L'ANCIEN BRAS DROIT DU SECRETAIRE D'ETAT COLIN POWELL, EST ACCABLANT POUR GEORGE W. BUSH. IL AFFIRME QUE L'ANCIEN PRESIDENT AMERICAIN SAVAIT QUE LA PLUPART DES DETENUS DE GUANTANAMO AVAIENT ETE ARRETES PAR ERREUR ET QU'ILS N'ONT PAS ETE RELACHES POUR DES RAISONS « POLITIQUES » DE CREDIBILITE.

Les États-Unis n'ont pas fini de solder les comptes des années Bush. Le témoignage publié le 9 avril par le Times (cf. http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/us_and_americas/article7092435.ece ), quotidien britannique, est un nouveau coup porté à l’administration de l'ancien président des États-Unis, George W. Bush.

Selon le colonel Lawrence Wilkerson, 31 ans de service dans l’armée américaine et ancien chef de cabinet de Colin Powell au Département d’Etat, « GEORGE BUSH, DICK CHENEY ET DONALD RUMSFELD SAVAIENT QUE DES CENTAINES D’INNOCENTS AVAIENT ETE ENVOYES A GUANTANAMO MAIS N’ONT PAS VOULU LES LIBERER, PAR PEUR DES CONSEQUENCES POLITIQUES. »

« J'ai parlé au secrétaire Powell des détenus de Guantanamo (cf. http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2565p060-061.xml0/usa-liberation-terrorisme-prisonnierpeut-on-sauver-l-ame-d-un-terroriste.html ). J'AI APPRIS QU'IL ETAIT D'AVIS QUE CE N'ETAIT PAS SEULEMENT LE VICE-PRESIDENT CHENEY ET LE SECRETAIRE RUMSFELD, MAIS EGALEMENT LE PRESIDENT BUSH QUI ETAIT IMPLIQUE DANS TOUT LE PROCESSUS DE DECISION CONCERNANT GUANTANAMO », écrit-il dans une déclaration de soutien à la PLAINTE POUR TORTURE ET MAUVAIS TRAITEMENTS que Adel Hassan Hamad, un Soudanais détenu à Guantanamo de 2003 à 2007, a déposé devant un tribunal fédéral de Washington. UNE PLAINTE EN HABEAS CORPUS (contestation du bien-fondé de sa détention) QUI, AVEC CELLES DE 104 AUTRES ANCIENS DETENUS DE GUANTANAMO, A ETE REJETEE AU DEBUT DU MOIS PAR UN JUGE DE LA CAPITALE FEDERALE AMERICAINE. CELUI-CI A ESTIME QUE LES HOMMES AYANT ETE RELACHES, LEUR ACTION EN JUSTICE S'ETEIGNAIT.


Des prisonniers vendus 5 000 dollars

S’agissant du vice-président DICK CHENEY, le colonel Wilkerson écrit : « Il N'AVAIT ABSOLUMENT AUCUN PROBLEME AVEC LE FAIT QUE LA GRANDE MAJORITE DES DETENUS DE GUANTANAMO ETAIENT DES INNOCENTS... SI DES CENTAINES D'INNOCENTS DEVAIENT SOUFFRIR POUR QU'UNE POIGNEE DE VRAIS TERRORISTES SOIENT DETENUS, CELA EN VALAIT LA PEINE. »

Parmi les 742 détenus que le camp de détention accueillait en 2002, « LA PLUPART N'AVAIENT PAS ETE ARRETES PAR LES FORCES AMERICAINES » MAIS VENDUS 5 000 DOLLARS PAR TETE AUX ETATS-UNIS, assure M. Wilkerson. EN REVANCHE, « AUCUN ELEMENT A CHARGE N'ACCOMPAGNAIT LE PRISONNIER » ET « IL N'Y AVAIT PAS VRAIMENT DE MOYEN DE SAVOIR POUR QUELLE RAISON IL AVAIT ETE ARRETE AU DEPART ». Selon le Times, la déclaration du colonel a reçu l'appui du général Powell, qui a quitté l'administration Bush en 2005.

 

Posté par rusty james à 09:19 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Un nouveau virus proche du SRAS identifié au Royaume-Uni

779697_106249897981

Un nouveau virus proche du SRAS identifié au Royaume-Uni

 

k
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) surveille de près l’éclosion d’un nouveau coronavirus identifié au Royaume-Uni. Photo tirée du site de l’agence Destination santé

Maladies pulmonaires Un nouveau virus proche du SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) a été identifié récemment par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chez un patient. À ce stade, le nouveau virus ne suscite pas une inquiétude, mais la vigilance est de mise.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) surveille de près l’éclosion d’un nouveau coronavirus identifié au Royaume-Uni chez un patient de 49 ans. Originaire du Qatar et ayant séjourné en Arabie saoudite, ce dernier est actuellement pris en charge dans un hôpital londonien pour une infection respiratoire aiguë sévère et une insuffisance rénale.
« Le patient est toujours en vie, mais d’après ce que nous savons, dans un état grave », a déclaré hier Gregory Hartl, porte-parole de l’OMS, basée à Genève. « Nous sommes en train d’enquêter là-dessus, a-t-il ajouté. Nous demandons à quiconque aurait observé de tels cas de nous contacter, mais pour le moment nous n’avons pas reçu de nouvelle notification. »


Il convient de rappeler que le SRAS était apparu fin 2002 en Chine. Le virus, qui s’était rapidement diffusé dans trente pays, avait été responsable d’une pandémie en 2003 touchant en trois mois 8 096 personnes dans le monde dont près de 800 décès. Le virus a été maîtrisé en trois mois grâce à des mesures de prévention et de contrôle drastiques. Aucun cas n’avait été identifié au Liban.
« Étant donné qu’il s’agit d’un nouveau virus, l’OMS travaille actuellement à rassembler de plus amples informations afin de déterminer les implications sur la santé publique », a précisé l’organisation onusienne dans un communiqué.

Séquences virales identiques
Pour Peter Openshaw, directeur du Centre des infections respiratoires à l’Imperial College de Londres, le nouveau virus ne semble pas, à ce stade, devoir être un sujet de préoccupation publique. « Pour le moment, la vigilance s’impose, mais pas l’inquiétude », a-t-il insisté.
Le patient présentait les symptômes d’une infection respiratoire aiguë lors de son examen par des médecins le 3 septembre. Le 7 septembre, il avait été admis dans une unité de soins intensifs à Doha avant d’être transféré en Grande-Bretagne par vol sanitaire.
« L’Agence de veille sanitaire britannique (AVS) a mené des examens en laboratoire et confirmé la présence d’un nouveau virus », a souligné l’OMS, sans préciser où a été réalisé le diagnostic initial. Les chercheurs de l’AVS ont comparé des séquences génétiques du virus à partir d’un échantillon prélevé sur le patient qatari avec celles d’un virus prélevé par des scientifiques néerlandais sur des tissus pulmonaires d’un Saoudien décédé cette année. Les deux séquences virales se sont révélées identiques à 99,5 %.
Peter Openshaw note qu’aucun lien n’a été établi entre les deux cas et leur apparition peut relever d’une coïncidence qui, en d’autres temps, n’aurait pas été diagnostiquée. « La preuve d’une transmission (du virus) entre deux humains serait inquiétante, a-t-il toutefois admis. On pourrait s’inquiéter de l’apparition d’un nouvel agent (viral) du type du SRAS. »
L’OMS ne recommande aucune restriction sur les déplacements internationaux.
(Sources : Reuters et Destination santé)

Posté par rusty james à 08:17 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Qui a coulé le Titanic? Les dessous de la création de la Federal Reserve

3063808595_2_11_XslJEVOY


En 1910, sept hommes se rencontrèrent sur l'île de Jekyll, au large des côtes de la Géorgie, aux États-Unis, pour mettre au point l'avènement de ce qui allait devenir la banque "nationale" américaine : la Federal Reserve. Nelson Aldrich et Frank Valderclip représentaient l'empire financier des Rockefeller. Henry Davidson, Charles Norton et Benjamin Strong représentaient J.P. Morgan. Paul Warberg représentait la dynastie européenne de la Banque Rothschild. Habituellement en concurrence acharnée, ils firent cette fois cause commune.

Ces trois puissantes familles étaient en réalité, sans le savoir, sous le contrôle de l'Ordre des Illuminés de Bavière, ceux que l'on a vulgarisés sous le nom d'illuminati. Et ce sont ces illuminati qui, après avoir fait acheter la White Star Lines par J.P. Morgan, ordonnèrent, en 1909, la construction du Titanic pour une raison que nous allons bientôt comprendre.

Depuis le tout début, le luxueux paquebot était voué à un destin funeste.

Il se trouvait qu'un certain nombre de personnages influents n'étaient pas favorables au projet de création de la Federal Reserve. Benjamin Guggenheim, Isaac Strauss et John Jacob Astor s'opposaient à sa formation. Non seulement ces hommes – indiscutablement les plus riches au monde – étaient contre l'institution de la Federal Reserve mais, en outre, ils auraient usé de leur richesse et de leur influence pour faire éviter la Première Guerre Mondiale.

On leur déroula le tapis rouge afin qu'ils embarquent pour le voyage inaugural du plus grand navire jamais construit. La campagne en faveur de « l'insubmersibilité » du Titanic promettait aux passagers un haut niveau de sécurité. Il fallait, en fait, que l'élimination du trio Guggenheim-Strauss-Astor ait lieu d'une manière si absurde que personne ne puisse penser à un meurtre.

Le capitaine du Titanic s'appelait Edward Smith. C'était un initié illuminati qui travaillait pour J.P. Morgan. Lorsque le navire appareilla de Southampton, dans le Sud de l'Angleterre, un photographe irlandais du nom de Francis Browne, prêtre jésuite, se trouvait à bord pour la première partie du voyage entre Southampon et Queenstown, en Irlande. Celui qui deviendra l’une des personnalités les plus puissantes de l'Irlande était le maître spirituel d'Edward Smith. Francis Browne profita de la première partie de la traversée pour photographier les victimes. Il en profita probablement aussi pour rappeler au capitaine les implications de son serment et, le matin suivant, lui souhaita bon vent…

Le capitaine Smith avait une foi inébranlable en son supérieur. Browne l'instruisit sur ce qu'il devrait faire une fois rendu dans les eaux de l'Atlantique Nord. Cela faisait 26 ans que le capitaine Smith voyageait dans l'Atlantique Nord. C'était le plus grand spécialiste au monde de ces eaux froides. Le capitaine savait très bien pourquoi ce navire avait été construit. Il avait toujours été convenu qu'il coulerait lors de son premier voyage.

Par une nuit sans lune, il donna, en secret, l'ordre de propulser le Titanic à pleine vitesse, soit 22 nœuds, à travers une gigantesque zone de glace d'une surface de 80 miles carrés ! Il savait parfaitement qu’il s’y trouvait des icebergs. Il avait reçu des ordres et rien ne l'aurait fait dévier de sa mission.

Les agissements du Capitaine Smith au cours de ses dernières heures ne furent pas dignes de sa fonction. Il semblait toutefois lutter contre sa conscience. Devait-il se conduire en brave capitaine, ou obéir à son maître et couler le navire ?

On avait fait en sorte qu'il n'y ait pas assez de canots de sauvetage. Dès la collision, la plupart des canots furent mis à flot avec seulement quelques passagers à leur bord : des femmes et des enfants. On envoya des fusées éclairantes blanches. Or les bateaux qui croisaient à proximité pensèrent qu'il y avait une fête à bord puisque les fusées de secours sont habituellement rouges. Ces exemples n'illustrent pas l'arrogance d'un équipage qui croyait le Titanic insubmersible. Non ! Ces défaillances étaient programmées.

Ces riches parmi les riches qui s'opposaient à la mise en place de la Federal Reserve périrent au beau milieu des classes moyennes et défavorisées. Le navire insubmersible, le palace flottant avait été conçu pour devenir leur tombeau. Le naufrage du Titanic reste peut-être le plus grand désastre du 20ème siècle, après les deux guerres mondiales.

Le 14 avril (la même date que celle de l'assassinat d'Abraham Lincoln) de l'année 1912, le Titanic heurta un iceberg et toute opposition à la Federal Reserve fut gommée. En décembre 1913, l'institution bancaire vit le jour aux États-Unis. Huit mois plus tard, grâce à la Federal Reserve, les illuminati disposaient de suffisamment de fonds pour déclencher la Première Guerre mondiale.

Posté par rusty james à 07:35 - Permalien [#]
Tags : , , ,

Election au quebec Mme Marois se fait tirer dessus en plein discours .

20120905-000420-g

Montréal) Un homme armé jusqu'aux dents, cagoulé et vêtu d'une robe de chambre a tué une personne et en a blessé une autre grièvement lors du discours de victoire de la nouvelle première ministre du Québec, Pauline Marois, au Métropolis.

Au moment de mettre cet article à jour (3h15 mercredi), un large périmètre de sécurité était toujours érigé près du Métropolis.

À minuit, l'homme a réussi à entrer par la porte des artistes de la salle de spectacle, se retrouvant à environ 20 ou 25 pieds de la scène où Mme Marois livrait son discours, selon un témoin.

Il n'aurait fait que quelques pas dans l'immeuble et aurait tiré deux coups de feu, a confirmé le commandant Ian Lafrenière du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). L'un atteignant mortellement un technicien de scène du Metropolis. Un autre, blessé par une balle reçue au niveau de la ceinture, a été transporté en ambulance vers un hôpital et repose dans un état critique.

Une troisième personne a été hospitalisée pour un choc nerveux.

Le tireur, âgé dans la cinquantaine, a été arrêté par le SPVM derrière la salle où se rassemblaient les militants péquistes, a confirmé le porte-parole du SPVM Dany Richer. Il avait sur lui une arme longue et une arme de poing. La première d'entre elles avait un chargeur incurvé à l'instar des fusils d'assaut militaires. Le suspect n'était pas connu des services de police, a confirmé le commandant Lafrenière.

En ressortant du Métropolis, il aurait également mis le feu près d'une des portes à l'arrière de la scène, sur laquelle se tenait Mme Marois. Cette porte serait l'entrée des artistes située sur la rue Boisbriand.

Il semblerait qu'au cours des longues minutes au cours desquelles les policiers du SPVM l'ont maintenu au sol, l'homme criait «les anglais se réveillent, its gonna fucking payback».

Les policiers s'adressaient à lui en le nommant Richard.

Lorsque les gardes du corps ont été mis au fait de ce qui se passait, ils ont immédiatement interrompu le discours de la chef du PQ pour s'assurer que Mme Marois quitte les lieux. Lorsqu'ils sont arrivés à la sortie de secours, celle-ci ressemblait «à une boule de feu», selon un témoin qui a assisté à la scène.

Cette même personne a affirmé à La Presse avoir vu une quinzaine de jeunes partir à la course sur la rue Ste-Catherine, en direction est. Il n'est pas possible pour l'instant de déterminer si ces personnes seraient liées à l'homme arrêté.

Le groupe d'intervention du SPVM a évacué la rue Ste-Catherine.

La SQ, responsable de la protection des trois chefs de parti, a tenu à se faire rassurante. «Jamais la sécurité de madame Marois n'a été compromise, les policiers ont agi rapidement pour la sécuriser», assure le capitaine Jean Finet.

Pauline Marois a indiqué qu'elle ne commentera pas l'événement, dans la nuit de mardi à mercredi.

Le Métropolis a dû être évacué, dans une scène chaotique.

Un camion a été identifié sur la rue Boisbriand comme pouvant appartenir au tireur. Les policiers l'ont inspecté dans le but d'y trouver des indices qui pourraient les aider à mener leur enquête.

Les policiers ont demandé aux résidents des immeubles HLM situés tout près de ne pas se tenir aux fenêtres, au cas où le camion contiendrait des explosifs, ce qui ne semble pas être le cas pour l'instant.

Posté par rusty james à 08:11 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Einstein n'a pas découvert de théories, il se les est simplement appropriées.

eclipse-solaire-totale-1

Einstein, c'était juste un imposteur qui a plagié les travaux de Poincarré (la relativité c'était  lui) et qui a contribué  à la ruine de l'authentique génie Nicolas Tesla, decouvreur d'une énergie gratuite non polluante.
D'ailleurs, si les inventions de Tesla avaient étés démocratisées, le projet d'empire énergétique sioniste n'aurait jamais pu voir le jour. les travaux d'Einstein s'inscrivent donc dans la continuité de ce projet.

Toutes ses belles citations qui fleurissent un peu partout (et qu'il a sans doute répétées tel un perroquet ) ne sauraient nous faire oublier que son influence a été l'une des plus néfastes que le genre humain ait eu à subir.
Des millions d'être humains meurent chaque année à cause de la pollution générée par les moteurs à combustions voir celle des centrales nucléaires, même la biosphère de notre planète en paye le prix fort.

Apparemment le jeu en vaut la chandelle et quand les goyim devront les implorer les sionistes pour obtenir un peu de pétrole ou de gaz, ces derniers auront sûrement une pensée émue pour l'un des plus grands charlatans que le monde ait jamais connu.



Video : Einstein a plagié Poincarré : />  Un article paru dans la revue Nexus :

Les défenseurs d'Einstein (1879-1955), ont agi d'une manière qui apparaît comme une falsification de l'histoire. Celui qui a été déclaré "L'Homme du Siècle" par Time Magazine a écrit un long traité sur la relativité restreinte ("Sur l'électrodynamique des Corps en Mouvement"), sans citer aucune référence. Avant qu'Einstein n'écrive ce fameux traité, beaucoup des idées présentées étaient connues de Lorentz (par exemple, la transformation de Lorentz) et de Poincaré.

C'est assez typique chez Einstein. Il n'a pas découvert de théories, il se les est simplement appropriées. Il a puisé un ensemble de connaissances existantes, il a cueilli et choisi les idées qui lui plaisaient et les a entremêlées ensemble pour fabriquer un conte sur sa contribution à la relativité restreinte. Ceci a été fait avec la connaissance pleine et entière et le consentement de ses pairs, et notamment des éditeurs des Annalen der Physik.
et de conspiration du silence; c'est en restant simplement spectateurs qu'ils ont permis la mise en place d'une hyperinflation de la réputation d'Einstein. Ce silence a bénéficié à tous les supporters d'Einstein.

Einstein, le Plagiaire

C'est maintenant le moment de dire carrément ce que fut Einstein : d'abord et surtout, il a été un plagiaire. Il n'a eu aucun scrupule de voler le travail des autres et de le publier comme si c'était le sien. Il semble évident que cela a été fait délibérément.

Prenez ce passage de Ronald W. Clark dans Einstein: The Life and Times (on n'y trouve aucune référence à Poincaré, juste quelques renvois mineurs). On y lit page 101: "Sur l'électrodynamique des Corps en Mouvement" ...est sous bien des aspects l'un des plus remarquables papiers scientifiques qui ait jamais été publié. Même dans sa forme et dans son style, il est inhabituel, avec l'absence de notes et de références qui donnent du poids aux plus sérieux développements" ...(!)

Pourquoi Einstein, avec son expérience de spécialiste de brevets, n'aurait-il pas éprouvé le besoin de citer des références dans son article sur la relativité ?  On aurait pu penser qu'Einstein, un néophyte, aurait surréférencé plutôt que sousréférencé.

N'aurait-on pas pu également attendre un meilleur sérieux de la part d'un éditeur placé devant un long manuscrit qui, de toute évidence, n'avait pas été contrôlé ? Apparemment, il n'y a eu aucune recherche de contrôle de qualité quand il a été publié dans les Annalen der Physik. Des éditeurs plus compétents auraient rejeté le papier sans même l'avoir lu. Au grand minimum, on aurait pu attendre de l'éditeur qu'il fasse une recherche dans la littérature existante pour déterminer si la prétention d'Einstein à la nouveauté était justifiée. 

Max Born a déclaré : "Le point qui choque est qu'il ne contient pas la moindre référence à la littérature antérieure" (Born, 1956). Il  indique clairement que l'absence de références est anormal et que, même avec les habitudes du début du 20ème siècle, ceci est des plus bizarres, on peut même dire non professionnel.

Einstein a biaisé et entortillé les choses pour éviter d'être accusé de plagiat, c'est transparent.

Bjerknes, en 2002, signale le passage suivant écrit par James MacKaye: "L'explication de la conduite d'Einstein est qu'il veut se cacher derrière Lorentz. Ainsi la théorie d'Einstein n'est ni le refus ni une alternative de celle de Lorentz : ça en est seulement la copie et le camouflage.  Einstein maintient continuellement que la théorie de Lorentz est bonne, et qu'il n'est en désaccord que sur son "interprétation". Il n'apparaît donc pas clairement si, dans ce cas comme dans d'autres, la théorie d' Einstein est simplement le déguisement de celle de  Lorentz, le désaccord sur l' "interprétation" étant en fait purement verbal.

Poincaré a écrit 30 livres et plus de 500 papiers sur la philosophie, les mathématiques et la physique. Einstein a écrit sur les mathématiques, la physique et la philosophie, mais prétend qu'il n'a jamais lu les contributions de Poincaré sur la physique.

Cependant, beaucoup des idées de Poincaré - par exemple, que la vitesse de la lumière est une limite et que la masse augmente avec la vitesse - refont surface dans le papier d'Einstein, "Sur l'électrodynamique des Corps en Mouvement" sans avoir été référencées.

L'attitude d'Einstein de voler la presque totalité de la littérature écrite par Lorentz et Poincaré pour écrire son document atteint le niveau du plagiat. Mais à l'âge de l'informatique cette sorte de plagiat ne peut jamais rester indéfiniment ignorée, bien que la communauté des physiciens n'en ait pas encore pris réellement conscience.

Dans son papier de 1907, Einstein exprime sa conception du plagiat : "Il m'apparaît qu'il est dans la nature des choses que ce qui suit ait déjà été partiellement solutionné par d'autres. Malgré celà, étant donné que le sujet concerné est ici traité d'un point de vue différent je me sens délié d'avoir à faire une recherche approfondie dans la littérature ..."

Avec cette déclaration, Einstein considère que le plagiat, lorsqu'il est convenablement camouflé est un acceptable outil de recherche.

Voici la définition du mot "plagier" extrait d'une source inattaquable : le Webster's New International Dictionary of the English Language, Second Edition, Unabridged, 1947, p. 1,878: "Voler ou détourner et faire passer comme étant siennes, les idées, mots, productions artistiques, etc. d'un autre; utiliser sans le signaler clairement les idées, expressions ou productions d'un autre. Commettre un plagiat". N'est-ce pas exactement ce qu'a fait Einstein ?

Reconnaître le mérite d'un autre comporte deux aspects ; dans le temps et dans la forme.  Dire 30 ans après les faits que Lorentz a établi les bases de la relativité restreinte (voir plus bas) n'est pas convenable et n'est pas une vraie reconnaissance. Rien de ce que Einstein a pu écrire, bien après coup, sur les contributions de Lorentz ne peut effacer la réalité du plagiat.

La vraie nature du plagiat d'Einstein apparaît dans son papier de 1935,  "Elementary Derivation of the Equivalence of Mass and Energy", où dans une discussion sur Maxwell il écrit : "La question est de savoir si l'indépendance de ces relations est naturelle, parce que la transformation de Lorentz, la véritable base de la théorie de la relativité restreinte...

Ainsi, Einstein avoue que la transformation de Lorentz était la véritable base de son papier de 1905.  Quiconque conserve un doute qu'il fut un plagiaire doit se poser la simple question :  "Que savait Einstein, et quand l'a-t-il su ?" Einstein a commis un plagiat prémédité, pas un plagiat accidentel qui peut toujours arriver (Moody, 2001).

 

L'histoire de  E = mc2

Qui est à l'origine du concept que la matière peut être transformée en énergie, et vice versa ? Cela remonte au moins à Sir Isaac Newton (1704).  Brown (1967) dit ce qui suit :   "Ainsi, progressivement, est apparue la formule E = mc2, suggérée sans preuves réelles par Poincaré en 1900".

Ce qui est certain, c'est qu'Einstein n'est pas l'auteur de l'équation E = mc2.

Et la question devient : "Qui est l'auteur ?"

Bjerknes (2002) a suggéré comme candidat possible S. Tolver Preston, qui " a formulé l'énergie atomique, la bombe atomique et la supra conductivité dans les années 1870, en se basant sur la formule E = mc2".

En plus de Preston, un acteur important dans l'histoire de E = mc2, qui mérite crédit, est Olinto De Pretto (1904). Ce qui rend cette date suspecte est le fait qu'Einstein parlait couramment l'italien, qu'il a revu des papiers écrits par des physiciens italiens et que son meilleur ami était Michele Besso, un Suisse italien. Il est clair qu'Einstein, en1905, aurait pu avoir accès à la littérature et qu'il pouvait la lire. Dans la phrase "la formule E = mc2 d'Einstein était une idée italienne" (Carroll, 1999), nous avons une évidence assez claire que De Pretto précédait Einstein en ce qui concerne la formule E = mc2.

En ce qui concerne la compréhension qu'une énergie considérable pouvait être dégagée d'une masse faible, Preston (1875) peut être crédité de l'avoir su avant même qu'Einstein soit né. Preston a utilisé la formule E = mc2 dans son travail, puisque la valeur qu'il a calculée - à savoir qu'un grain peut permettre de hisser un objet de 100 000 tonnes à une hauteur de 1.9 miles - satisfait à l'équation E = mc2.

Selon Ives (1952), l'exploitation qu'Einstein a tenté de faire de la formule E = mc2 était fatalement défectueuse car Einstein cherchait à prouver ce qu'il supposait. C'est la même chose pour le manque de soin avec lequel il a traité les équations de la décroissance de la radioactivité. Il en ressort qu'Einstein a mélangé cinématique et mécanique, et a éliminé le neutrino. Le neutrino peut être une particule mythique accidentellement créée par Einstein (Carezani, 1999). Nous avons deux choix pour ce qui est du neutrino : ou bien il y en a d'au moins 40 sortes, ou bien il y en a zéro.

 

L'éclipse de 1919

Il n'y a pas de plus clair exemple de fraude scientifique que celle venue des Tropiques le 29 Mai 1919. Ce qui est particulièrement clair, c'est que Eddington a falsifié les données de l'éclipse de soleil de manière à rendre les résultats conformes aux travaux d' "Einstein" sur la relativité générale. Poor (1930), Brown (1967), Clark (1984) et McCausland (2001), tous ont publié les résultats concernant cette éclipse.

Ce qui rend les expéditions à Sobral et à Principe si suspectes est le support zélé d'Eddington à Einstein, comme on peut le voir dans sa déclaration : "En faisant principalement des essais, et finalement en vérifiant la théorie ennemie, notre observatoire national a perpétué les plus belles traditions de la science ..." (Clark, 1984). Dans cette circonstance, Eddington n'était pas apparemment familier des principes de base du scientifique qui était de collecter les données et non de vérifier les théorie d'Einstein.

Une preuve supplémentaire de la fraude peut être déduite des propres déclarations d'Eddington et de la présentation qui en a été faite par Clark (ibid., p. 285): "Le 29 Mai débuta avec une forte pluie qui ne se calma seulement qu'aux environs de midi. Ce n'est pas avant 1h30 de l'après midi, alors que l'éclipse avait déjà commencé, que l'équipe put jeter son premier regard sur le soleil : Nous avions à exécuter notre programme de photographies à l'aveuglette...".   Eddington révèle son véritable préjudice : il était prêt à faire n'importe quoi pour prouver qu'Einstein avait raison. Mais Eddington n'était pas homme à se décourager : "Tout se passait comme si nos efforts, au moins pour ce qui concerne l'expédition de Principe, allaient devoir échouer";  "Nous developpâmes les photographies, deux chaque nuit pendant les six nuits suivant l'éclipse. Le temps nuageux avait contrarié mes plans et j'eus à traiter les mesures d'une manière différente de ce que j'avais prévu : en conséquence je n'avais pu faire aucune déclaration préalable du résultat" (Clark, ibid.).

En réalité, les mots d'Eddington concernant le résultat remplissent des volumes.  Dès qu'il a eu trouvé un fragment de preuve ayant quelque consistence avec la théorie de la relativité générale d'Einstein, il a immédiatement proclamé que c'était une preuve de la théorie. Est-ce cela la science ?

Où étaient les astronomes quand Eddington a présenté ses conclusions ? L'un d'entre eux a-t-il devant Eddington regardé réellement les plaques photographiques ? Poor le fit et il a complètement réfuté les conclusions d'Eddington. Cela aurait dû stopper n'importe quel scientifique honnête. 

Voici quelques citations prises dans le commentaire de Poor : "La formule mathématique avec laquelle Einstein a calculé sa déviation de 1.75 secondes des rayons lumineux passant au bord du soleil, est une formule simple et bien connue de l'optique physique";  "Il n'y a là dedans pas un seul concept fondamental de temps variable, d'espace déformé ou tordu, de simultanéité, ou de mouvement relatif qui soit de manière quelconque impliqué dans les prédictions ou les formules d'Einstein concernant la déviation de la lumière"; "On a donné une importance imaginaire aux nombreuses et minutieuses expéditions qui ont été organisées pour les éclipses. Leurs résultats ne peuvent ni prouver, ni désapprouver la théorie de la relativité"  (Poor, 1930).

Par Brown (1967), nous apprenons que Eddington n'avait pas pu attendre pour informer la communauté mondiale que la théorie d'Einstein était confirmée. Ce sur quoi Eddington se basait était un jugement prématuré des plaques photographiques. Tout d'abord, les étoiles "semblaient" se courber comme elles l'auraient dû, selon Einstein, mais  ensuite, selon Brown, l'imprévu arriva : quelques étoiles pouvaient être observées se courbant dans une direction perpendiculaire à celle prévue tandis que d'autres se courbaient même dans la direction opposée à celle prévue par la relativité.

L'absurdité des données collectées durant l'éclipse de 1919 fut démontrée par Poor (1930), qui attira l'attention sur le fait que 85% des données de l'éclipse Sud-Américaine avaient été éliminées au motif "d'erreurs accidentelles", c'est à dire contraires à Einstein. Par une étrange coïncidence les 15 % de bons résultats satisfaisaient aux lois d'Einstein.  En quelque sorte, les étoiles qui ne suivaient pas les lois d'Einstein étaient commodément mises hors jeu temporairement - et c'est ainsi que débuta le mythe.

C'est ainsi que, sur la base d'une poignée de données ambigües, 200 ans de théories, d'expérimentation et d'observations ont été mises au panier pour faire place à Einstein. Encore maintenant, les expériences discréditées d'Eddington sont toujours considérées comme l'Evangile pour Stephen Hawking (1999). On peut difficilement comprendre comment Hawking peut affirmer que " La nouvelle théorie de l'espace-temps courbe appelée relativité générale a été confirmée de manière éclatante en 1919, lorsqu'une expédition britannique en Afrique de l'Ouest a observé lors d'une éclipse un léger glissement dans la position des étoiles près du soleil. Leur lumière, comme Einstein l'avait prédit, fut incurvée lorsqu'elles passèrent derrière le soleil. Ce fut une preuve directe que l'espace et le temps se déforment". Hawking croit-il honnêtement qu'une poignée de données, plus soigneusement triturées que le flanc d'un boeuf de Kobé, peut constituer une base pour jeter par dessus bord un paradigme qui a survécu à deux siècles d'examens minutieux ?  

La véritable question, cependant, est : "Où était Einstein dans tout cela ?".  Au moment où il a écrit son papier de 1935 il avait sûrement connaissance du travail de Poor :  "Les réels déplacements d'étoiles, s'ils sont confirmés, n'ont pas la plus petite ressemblance avec les déviations prédites par Einstein :  ils ne sont conformes ni pour la direction, ni la taille, ni le taux de décroissance en fonction de leur distance au soleil". Pourquoi ne les a-t-il pas mentionnés et émis un papier sur ce qui contredisait complètement son travail ? Pourquoi les partisans d'Einstein n'ont-ils pas essayé de rectifier les fausses données de 1919 ?

Ce qui les rend si prudents est le fait que, à la fois les instruments et les conditions matérielles, ne permettent pas d'effectuer des mesures de grande précision. Ainsi que le British Institute of Precise Physics  l'a signalé dans un article Internet paru en 2002, les instruments de visées utilisés dans les expéditions n'étaient précis qu'à seulement 1/25ème de degré. Ceci pour les seuls instruments de visées, alors qu'Eddington prétendait lire des valeurs plus de 200 fois plus précises...

McCausland, en 2001, cite le précédent éditeur de Nature, Sir John Maddox: "Ils  [Crommelin and Eddington] étaient résolus à mesurer la déviation de la lumière";  "Ce qui n'est pas très connu, c'est que les mesures faites en 1919 n'étaient pas particulièrement précises ";  "En dépit du fait que les preuves expérimentales en faveur de la relativité semblent avoir été tout à fait fragiles en 1919, la renommée énorme d'Einstein est demeurée intacte et sa théorie a dès lors été tenue comme étant l'un des plus grands succès de la pensée humaine" 

Il est clair, d'après le contexte, que Eddington n'était en aucune façon intéressé à tester la théorie d'Einstein; il ne voulait que la confirmer.   L'un des facteurs qui a motivé Eddigton dans sa décision de promouvoir Einstein a été que tous deux partageaient une même vision politique : le pacifisme. Pour suggérer que la politique n'a tenu aucun rôle dans son chaleureux support d'Einstein, il suffit de poser une question: "Eddington aurait-il été si attentif pour supporter Einstein, si Einstein avait été un faucon ?  Ceci n'est pas une question innocente. Eddington a tenu très sérieusement son rôle de grand faiseur de paix. Il voulait rassembler les scientifiques Britanniques et Allemands après la première guerre mondiale. Quoi de mieux que d'élever l'"ennemi" théoricien Einstein à un statut élevé ? Dans son zèle de faiseur de paix, Eddington a perdu l'objectivité fondamentale qui est la conduite essentielle de tout vrai scientifique. Eddington a cessé d'être un scientifique et, à la place, est devenu un avocat d'Einstein.

La falsification évidente des données par Eddington et consorts est une subversion éhontée du progrès scientifique et peut avoir égaré la recherche scientifique pour une bonne part du siècle. Elle dépasse probablement l'Homme de Piltdown comme étant le plus grand canular de la science du 20ème siècle. On peut poser la question : "Quel a été le canular du siècle ?" et répondre "C'est le rapport de l'éclipse de 1919 de la Royal Society qui a dupé le monde pendant 80 ans!"  McCausland déclare que "Dans son opinion, l'annonce outrecuidante de la confirmation décisive de la théorie de la relativité générale d'Einstein en Novembre 1919 ne fut pas un moment glorieux pour la science, comme on la présente généralement, mais l'un des plus graves accidents dans l'histoire de la science du 20ème siècle."

Posté par rusty james à 06:55 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

La pression politico-médiatique française monte pour faire accepter les gaz de schiste

schiste-forage

Puits de forage dans le gisement de Barnett shale, Alvarado, Texas - Etats-Unis
© Greg Barnes

Ambiguïtés ministérielles, lobbying intensif de l'industrie pétrolière et gazière, appels pressants d'éditorialistes et de chroniqueurs en faveur de leur extraction, multiplication de permis d'exploration, camions sismiques en attente d'autorisation... Alors que s'est terminée la conférence environnementale, les gaz de schiste sont loin d'être définitivement enterrés. Retour sur une bataille qui se joue en coulisse depuis un an.

Il est déjà loin le temps où les leaders socialistes s'opposaient fermement aux gaz de schiste. « Une fausse bonne idée aux risques écologiques démesurés », expliquait il y a un an Arnaud Montebourg. Lors du débat sur la loi du 13 juillet 2011, interdisant la fracturation hydraulique, le futur ministre du Redressement productif, le futur Premier ministre et le futur Président – alors dans l'opposition – ont même signé une proposition de loi « visant à interdire l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels, à abroger les permis exclusifs de recherche de mines d'hydrocarbures non conventionnels et à assurer plus de transparence dans le code minier ». C'était avant d'arriver au pouvoir.

Depuis, tout a soudainement changé : « Le débat n'est pas tranché », explique Jean-Marc Ayrault dans Libération le 22 août. « Le 14 septembre va s'ouvrir une conférence environnementale et [...] il faut qu'on mette sur la table les différentes solutions qui pourraient exister et [établir s'il faut ou non] les utiliser ». Arnaud Montebourg s'est également dit prêt à reconsidérer la question, le 11 juillet, à l'occasion d'une réunion de la Conférence nationale de l'industrie. Delphine Batho, devenue ministre de l'Écologie après l'éviction de Nicole Bricq, doit se sentir bien seule. « Je pense que la transition énergétique, ce n'est pas d'aller chercher de nouveaux hydrocarbures », a-t-elle déclaré lors des journées d'été d'Europe écologie – Les verts, à Poitiers, où elle était invitée.

Des permis toujours valides

La loi du 13 juillet 2011, votée sous le gouvernement Fillon, interdit bien « l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche » (Article 1). Mais le texte laisse quelques fenêtres ouvertes. D'abord, la fracturation hydraulique – la seule technique d'extraction possible, excessivement gourmande en eau et comportant des risques de pollution chimique n'est pas clairement définie. Ensuite, la loi crée une « Commission nationale d'orientation, de suivi et d'évaluation des techniques d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux » en vue « d'évaluer les risques environnementaux ». Sa composition a fait l'objet d'un décret publié au Journal Officiel le 22 mars 2012, mais la commission n'a toujours pas été installée. Enfin, la loi autorise la « mise en œuvre d'expérimentations réalisées à seules fins de recherche scientifique sous contrôle public ».

C'est sur ces bases légales que trois permis d'exploration de gaz de schiste – les plus médiatisés – ont été abrogés en octobre 2011 : ceux de Nant et Villeneuve-de-Berg (détenus par l'entreprise texane Schuepbach) et celui de Montélimar (Total). Les autres – plus d'une soixantaine – sont pour l'instant gelés. Pour prospecter, les industriels doivent remettre à l'administration des rapports « précisant les techniques employées ou envisagées dans le cadre [des] activités de recherches ». De Château-Thierry à Foix, en passant par Alès, au moins une dizaine d'autres permis concernant principalement les gaz de schiste auraient ainsi pu être annulés. En refusant de les abroger, l'ancien gouvernement UMP a-t-il voulu, à sa manière, ne pas clore le débat ? Une continuité dans laquelle semblent s'inscrire les ténors socialistes du gouvernement.

Des camions sismiques en Ardèche

Sur le terrain, une multitude de compagnies pétrolières continuent de s'activer, et de saisir les opportunités laissées ouvertes par la loi. Début septembre, la société Mouvoil SA, détentrice du permis « Bassin d'Alès », couvrant une partie de l'Ardèche et du Gard, a ainsi adressé une demande aux préfectures pour faire circuler des camions sismiques. « Ce permis vise en particulier de forer à 1 400 m de profondeur. Il prévoit également l'utilisation d'une technique de fracturation, ce qui paraît extrêmement risqué dans cette zone dont le sous-sol karstique comporte de nombreuses failles dans lesquelles l'eau circule », alerte le collectif ardéchois « Stop aux gaz de schiste ». Précisons que Mouvoil SA est une société basée en Suisse, dans le canton de Zoug, l'un des paradis fiscaux les plus prisés. Elle a été fondée en juin 2008 par d'anciens cadres dirigeants (géologues et financiers) de Total et d'Elf, dont un certain Jack Sigolet, bien connu de ceux qui se sont intéressés de près à l'affaire Elf.

« Jack Sigolet, spécialiste des « préfinancements pétroliers » (avance de fonds aux Etats producteurs de pétrole, contre gage de barils de brut), était aussi dans les années 1990 président de la FIBA-Banque française intercontinentale, l'une des banques d'Elf-Aquitaine, gérée avec le clan du dictateur gabonais Omar Bongo. Devenu consultant, il a conseillé des responsables du pétrole angolais - via notamment sa société Crossoil Trading -, ce qui lui a valu dès 2008 l'attention du juge d'instruction genevois Yves Aeschlimann dans les nombreux développements de l'affaire dite « Angolagate », rappelle le journaliste suisse Gilles Labarthe. Dans ces conditions, autoriser d'obscures compagnies pétrolières, bien abritées dans des paradis fiscaux, à prospecter est-il vraiment raisonnable ?

Offensive médiatique en faveur des gaz de schiste

Qu'importe ! « Profitons de la richesse du sol français en gaz de schiste ! », lance Claude Perdriel, dans une tribune publiée par Challenges du 12 juillet, magazine dont il est le propriétaire [1]. Partant du principe que leur extraction profitera à tout le monde – plus d'emplois, gaz moins cher, indépendance énergétique... Bref, rien à voir avec l'extraction pétrolière, c'est promis... –, Claude Perdriel invite à « y réfléchir rapidement avant de prendre une décision qui engage notre liberté ». Rien que ça.

« N'enterrons pas le débat sur les gaz de schiste », renchérit un éditorial non signé du Monde, le 26 juillet. « Faut-il vraiment, a priori, renoncer à cette ressource ? (...) Comment savoir, inventer, progresser si l'exploration même est interdite ? Les arguments des scientifiques sont sérieux, ceux des pétroliers aussi », interroge le quotidien, qui au passage place sur le même plan argument scientifique et argument de businessman. L'édito s'accompagne d'un reportage favorable à l'extraction des gaz de schiste. Un reportage qui fait suite à un voyage de presse au Texas, à Fort Worth, la ville aux 2 000 puits. Un voyage organisé par... Total, les 17 et 18 juillet. Trois journalistes, du Monde, du Point et de L'Usine Nouvelle, plus un photographe américain, sont partis, aux frais de la compagnie, visiter les installations de son partenaire américain Chesapeake. Une visite sélective : ni les bassins de décantation, ni le ballet des camions ne sont décrits. Quant à aller à la rencontre des populations qui dénoncent les conséquences environnementales de l'extraction des gaz de schiste...

Début juillet, c'est l'inévitable Claude Allègre qui lançait dans Le Point son cri du cœur : « Monsieur Hollande, n'ayez pas peur des gaz de schiste ! » Selon le géochimiste, « la solution, la seule, l'unique » pour retrouver de la croissance « c'est l'innovation technologique, avec comme condition première l'énergie à bon marché ». (...) « L'attitude responsable, c'est donc à la fois d'exploiter une richesse utile et de protéger l'environnement », juge-t-il. Depuis la fin de l'été, et à l'approche de la conférence environnementale, « experts » et représentants de l'industrie pétrolière se succèdent sur les ondes et les plateaux pour promouvoir cette « attitude responsable ».

Vers une guerre de l'information

Cette offensive médiatique fait étrangement écho aux préoccupations de l'industrie pétrolière et gazière. « Fermer la porte pour toujours à l'exploitation de cette ressource serait une erreur majeure », regrettait Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez, en avril 2011. En janvier 2012, le PDG de Total, Christophe de Margerie annonce que le débat « va nécessairement évoluer ». Au même moment, un colloque est organisé à Paris sous le « haut patronage » de François Fillon et d'Éric Besson, alors respectivement Premier ministre et ministre de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie. Parmi les table rondes : « L'interdiction française, comment en sortir ? », où seuls un intervenant de la Direction générale de l'énergie et du climat (ministère de l'Écologie) et des représentants des multinationales pétrolières et gazières prendront la parole.

Sans oublier l'affaire du rapport de l'Association de l'École de guerre économique (AEGE). En juillet 2011, ce « réseau d'experts en intelligence économique » publie un rapport intitulé « L'intérêt du gaz de schiste pour la France ». Le texte est initialement présenté comme un « rapport de mission [confidentiel destiné à Total] pour une action de contre-information afin de faire basculer l'opinion française au sujet des gaz de schiste et de leur exploitation ». Contre-information, le mot est lâché. Le rapport propose des « argumentations et éléments de langage » et identifie quatre « cibles stratégiques » : les politiques, les médias, les scientifiques, les populations. Il s'agit par exemple de « faire la pédagogie de la réalité de l'exploitation des gaz de schiste auprès des populations qui n'en ont eu, jusqu'à présent, qu'une présentation partiale ».

Chantage à l'emploi

Le rapport est rendu public un an plus tard par le site d'information indépendant whistle.is. L'AEGE dément et assure que le rapport a été réalisé « par des étudiants de l'École de guerre économique, dans le cadre d'un exercice universitaire » et que le document « n'engage en rien Total, qui n'en a jamais eu connaissance » (Lire aussi l'article qu'y a consacré Arrêt sur images). De son côté, le site whistle.is maintient sa version, détaillant les « exercices », sur les OGM notamment, réalisés au sein de l'École de guerre économique, « une fabrique d'influence au service des grandes entreprises » réputée « dans le domaine de la guerre de l'information ».

Quels que soient les commanditaires de cette étude, ses préconisations constituent aujourd'hui les grandes lignes du dispositif de communication des lobbies pétroliers et gaziers : ne pas fermer la porte aux gaz et pétrole de schiste ; rouvrir un débat étayé par des faits présentés comme « scientifiques » ; insister sur les bienfaits de l'extraction tant en termes d'emplois, de croissance et d'indépendance énergétique, voire de réduction d'émissions de CO2. Autant d'arguments relayés par plusieurs médias « mainstream ». Et partagés par une partie de la haute administration.

Adieu la transition énergétique ?

Le rapport remis en février 2012 par des ingénieurs du corps des Mines et du corps des Ponts, des eaux et des forêts aux anciens ministres de l'Énergie Eric Besson et de l'Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet ne préconise pas autre chose : « Il serait dommageable, pour l'économie nationale et pour l'emploi, que notre pays aille jusqu'à s'interdire, sans pour autant préjuger des suites qu'il entend y donner, de disposer d'une évaluation approfondie de la richesse potentielle ». Si le rapport demeure prudent sur la fracturation hydraulique et appelle à davantage de concertation locale avant de délivrer un permis, il préconise des expérimentations techniques : « Ces études et expérimentations contribueront à l'émergence et à la formation d'opérateurs et de sous-traitants nationaux susceptibles de se positionner sur le marché mondial. » De quoi séduire un ministre du Redressement productif en mal d'imagination, à l'heure où les plans sociaux se multiplient.

Rouvrir le débat sur les gaz de schiste : l'objectif est en passe d'être atteint. Quelle sera la prochaine étape visée par l'industrie pétrolière et gazière ? Le gouvernement socialiste enterrera-t-il toute ambition en matière de transition énergétique pour relancer la dépendance aux hydrocarbures ? Prendra-t-il le risque de susciter de nouvelles mobilisations ? Et de se couper de ses alliés écologistes ? La conférence environnementale et la réforme à venir du code minier devraient nous livrer des éléments de réponse.

Rédacteur

Ivan du Roy

Posté par rusty james à 07:47 - Permalien [#]
Tags : , , ,

Liste des brevets qui permettent d'ecouter vos pensées

pensee10

Le cerveau fonctionne sur des bandes de fréquences, lorsqu'on emet une pensée ou qu'on visualise quelque chose mentalement, cette action est traduite par des émissions à telle ou telle fréquence.

Pour shématiser le cerveau est comme un radio transmetteur, en connaissant ces fréquences, on peut non seulement littéralement "écouter les pensées" d'un individu, matis parler dans sa tete sans que quiquonque ne le sache, et lui faire croire qu'il entend des voix ou qu'il parle avec des divinites, ou lui faire faire des actions contre sa volonté.

Certaines de ces technologies sont vielles de plusieures décénies.
Je pense que c'est tres claire, la raison pour laquelle la majorité des gens n'en n'ont jamais entendu parlé, enfin hors des séries télé et film au cinéma.

Si le seul endroit où une personne lambda à entendu parlé du lavage de cerf veau et controle d'esprit est par le biais de la science fiction, c'est pas difficile de comprendre pourquoi les gens sont incapables de concevoir que ces choses soient vrai, pourtant elles le sont.

Et ces technologies sont pas utilisées sur des pseudo térrorristes vivant dans des caves en Afghanistan, ces technologies sont utilisées sur VOUS, vos enfants, vos familles et vos amis.

Un groupe de gens convincus que le gouvernement US "diffuse des voix" directement dans leurs esprits font parler d'eux sur internet. Ils sont peut-etre fous, mais on sait que le pentagon a fait des recherches, pour accomplir exactement cet effet, serai-ce une coincidence ?

 

US PATENT --4,717,343 --METHOD OF CHANGING A PERSON'S BEHAVIOR--A method of conditioning a person's unconscious mind in order to effect a desired change in the person's behavior which does not require the services of a trained therapist. Instead the person to be treated views a program of video pictures appearing on a screen. The program as viewed by the person's unconscious mind acts to condition the person's thought patterns in a manner which alters that person's behavior in a positive way. SOURCE: Judy Wall, Mike Coyle and Jan Wiesemann. Paranoia Magazine Issue 24 Fall 2000 -Article -'Technology to Your Mind' - By Judy Wall
 
US PATENT 5,270,800 --SUBLIMINAL MESSAGE GENERATOR--A combined subliminal and supraliminal message generator for use with a television receiver permits complete control of subliminal messages and their manner of presentation. A video synchronization detector enables a video display generator to generate a video message signal corresponding to a received alphanumeric text message in synchronism with a received television signal. A video mixer selects either the received video signal or the video message signal for output. The messages produced by the video message generator are user selectable via a keyboard input. A message memory stores a plurality of alphanumeric text messages specified by user commands for use as subliminal messages. This message memory preferably includes a read only memory storing predetermined sets of alphanumeric text messages directed to differing topics. The sets of predetermined alphanumeric text messages preferably include several positive affirmations directed to the left brain and an equal number of positive affirmations directed to the right brain that are alternately presented subliminally. The left brain messages are presented in a linear text mode, while the right brain messages are presented in a three dimensional perspective mode. The user can control the length and spacing of the subliminal presentations to accommodate differing conscious thresholds. Alternative embodiments include a combined cable television converter and subliminal message generator, a combine television receiver and subliminal message generator and a computer capable of presenting subliminal messages. SOURCE: Judy Wall, Mike Coyle and Jan Wiesemann. Paranoia Magazine Issue 24 Fall 2000 -Article -'Technology to Your Mind' - By Judy Wall
 
US PATENT 5,123,899 --METHOD AND SYSTEM FOR ALTERING CONSCIOUSNESS--A system for altering the states of human consciousness involves the simultaneous application of multiple stimuli, preferable sounds, having differing frequencies and wave forms. The relationship between the frequencies of the several stimuli is exhibited by the equation g=s.sup.n/4 .multidot.f where: f=frequency of one stimulus; g=frequency of the other stimuli of stimulus; and n=a positive or negative integer which is different for each other stimulus. ALSO SEE: US PATENT --5,289,438 --METHOD AND SYSTEM FOR ALTERING CONSCIOUSNESS SOURCE: Judy Wall, Mike Coyle and Jan Wiesemann. Paranoia Magazine Issue 24 Fall 2000 -Article -'Technology to Your Mind' - By Judy Wall
 
US PATENT 4,877,027--HEARING SYSTEM --Sound is induced in the head of a person by radiating the head with microwaves in the range of 100 megahertz to 10,000 megahertz that are modulated with a particular waveform. The waveform consists of frequency modulated bursts. Each burst is made up of ten to twenty uniformly spaced pulses grouped tightly together. The burst width is between 500 nanoseconds and 100 microseconds. The pulse width is in the range of 10 nanoseconds to 1 microsecond. The bursts are frequency modulated by the audio input to create the sensation of hearing in the person whose head is irradiated.
 
US PATENT 6,011,991--COMMUNICATION SYSTEM AND METHOD INCLUDING BRAIN WAVE ANALYSIS AND/OR USE OF BRAIN ACTIVITY--A system and method for enabling human beings to communicate by way of their monitored brain activity. The brain activity of an individual is monitored and transmitted to a remote location (e.g. by satellite). At the remote location, the monitored brain activity is compared with pre-recorded normalized brain activity curves, waveforms, or patterns to determine if a match or substantial match is found. If such a match is found, then the computer at the remote location determines that the individual was attempting to communicate the word, phrase, or thought corresponding to the matched stored normalized signal.
 
US PATENT 4,858,612 - HEARING DEVICE --A method and apparatus for simulation of hearing in mammals by introduction of a plurality of microwaves into the region of the auditory cortex is shown and described. A microphone is used to transform sound signals into electrical signals which are in turn analyzed and processed to provide controls for generating a plurality of microwave signals at different frequencies. The multifrequency microwaves are then applied to the brain in the region of the auditory cortex. By this method sounds are perceived by the mammal which are representative of the original sound received by the microphone.
 
US PATENT 3,951,134 - APPARATUS AND METHOD FOR REMOTELY MONITORING AND ALTERING BRAIN WAVES--Apparatus for and method of sensing brain waves at a position remote from a subject whereby electromagnetic signals of different frequencies are simultaneously transmitted to the brain of the subject in which the signals interfere with one another to yield a waveform which is modulated by the subject's brain waves. The interference waveform which is representative of the brain wave activity is re-transmitted by the brain to a receiver where it is demodulated and amplified. The demodulated waveform is then displayed for visual viewing and routed to a computer for further processing and analysis. The demodulated waveform also can be used to produce a compensating signal which is transmitted back to the brain to effect a desired change in electrical activity therein.
 
US PATENT 5,159,703 - SILENT SUBLIMINAL PRESENTATION SYSTEM --A silent communications system in which nonaural carriers, in the very low or very high audio frequency range or in the adjacent ultrasonic frequency spectrum, are amplitude or frequency modulated with the desired intelligence and propagated acoustically or vibrationally, for inducement into the brain, typically through the use of loudspeakers, earphones or piezoelectric transducers.
 
US PATENT 5,507,291- METHOD AND AN ASSOCIATED APPARATUS FOR REMOTELY DETERMINING INFORMATION AS TO A PERSON'S EMOTIONAL STATE
 
US PATENT: US5629678:IMPLANTABLE TRANSCEIVER-Apparatus for Tracking And Recovering Humans.
 
US PATENT FOR BARCODE TATTOO--Method for verifying human identity during electronic sale transactions. A method is presented for facilitating sales transactions by electronic media. A bar code or a design is tattooed on an individual. Before the sales transaction can be consummated, the tattoo is scanned with a scanner. Characteristics about the scanned tattoo are compared to characteristics about other tattoos stored on a computer database in order to verify the identity of the buyer. Once verified, the seller may be authorized to debit the buyer's electronic bank account in order to consummate the transaction. The seller's electronic bank account may be similarly updated.
 
US PATENT 5,539,705 - ULTRASONIC SPEECH TRANSLATOR AND COMMUNICATIONS SYSTEM--A wireless communication system undetectable by radio frequency methods for converting audio signals, including human voice, to electronic signals in the ultrasonic frequency range, transmitting the ultrasonic signal by way of acoustical pressure waves across a carrier medium, including gases, liquids, or solids, and reconverting the ultrasonic acoustical pressure waves back to the original audio signal. The ultrasonic speech translator and communication system (20) includes an ultrasonic transmitting device (100) and an ultrasonic receiving device (200). The ultrasonic transmitting device (100) accepts as input (115) an audio signal such as human voice input from a microphone (114) or tape deck.
 
US PATENT 5,629,678 - PERSONAL TRACKING AND RECOVERY SYSTEM--Apparatus for tracking and recovering humans utilizes an implantable transceiver incorporating a power supply and actuation system allowing the unit to remain implanted and functional for years without maintenance. The implanted transmitter may be remotely actuated, or actuated by the implantee. Power for the remote-activated receiver is generated electromechanically through the movement of body muscle. The device is small enough to be implanted in a child, facilitating use as a safeguard against kidnapping, and has a transmission range which also makes it suitable for wilderness sporting activities. A novel biological monitoring feature allows the device to be used to facilitate prompt medical dispatch in the event of heart attack or similar medical emergency. A novel sensation-feedback feature allows the implantee to control and actuate the device with certainty.
 
US PATENT 5,760,692 - INTRA-ORAL TRACKING DEVICE-An intra-oral tracking device adapted for use in association with a tooth having a buccal surface and a lingual surface, the apparatus comprises a tooth mounting member having an inner surface and an outer surface, the inner surface including adhesive material.
 
US PATENT 5,868,100 - FENCELESS ANIMAL CONTROL SYSTEM USING GPS LOCATION INFORMATION--A fenceless animal confinement system comprising portable units attached to the animal and including means for receiving GPS signals and for providing stimulation to the animal. The GPS signals are processed to provide location information which is compared to the desired boundary parameters. If the animal has moved outside the desired area, the stimulation means is activated. The signal processing circuitry may be included either within the portable unit or within a separate fixed station.
 
US PATENT 5,905,461 - GLOBAL POSITIONING SATELLITE TRACKING DEVICE--A global positioning and tracking system for locating one of a person and item of property. The global positioning and tracking system comprises at least one tracking device for connection to the one of the person and item of property including a processing device for determining a location of the tracking device and generating a position signal and a transmitter for transmitting said position signal.
 
US PATENT 5,935,054 - MAGNETIC EXCITATION OF SENSORY RESONANCES--The invention pertains to influencing the nervous system of a subject by a weak externally applied magnetic field with a frequency near 1/2 Hz. In a range of amplitudes, such fields can excite the 1/2 sensory resonance, which is the physiological effect involved in "rocking the baby".
 
US PATENT 5,952,600 -ENGINE DISABLING WEAPON-- A non-lethal weapon for disabling an engine such as that of a fleeing car by means of a high voltage discharge that perturbs or destroys the electrical circuits.
 
US PATENT 6,006,188 - SPEECH SIGNAL PROCESSING FOR DETERMINING PSYCHOLOGICAL OR PHYSIOLOGICAL CHARACTERISTICS USING A KNOWLEDGE BASE
 
US PATENT 6,014,080 - BODY WORN ACTIVE AND PASSIVE TRACKING DEVICE --Tamper resistant body-worn tracking device to be worn by offenders or potential victims for use in a wireless communication system receiving signals from a global positioning system (GPS).
 
US PATENT 6,017,302 - SUBLIMINAL ACOUSTIC MANIPULATION OF NERVOUS SYSTEMS --In human subjects, sensory resonances can be excited by subliminal atmospheric acoustic pulses that are tuned to the resonance frequency. The 1/2 Hz sensory resonance affects the autonomic nervous system and may cause relaxation, drowsiness, or sexual excitement, depending on the precise acoustic frequency near 1/2 Hz used. The effects of the 2.5 Hz resonance include slowing of certain cortical processes, sleepiness, and disorientation. For these effects to occur, the acoustic intensity must lie in a certain deeply subliminal range. Suitable apparatus consists of a portable battery-powered source of weak subaudio acoustic radiation. The method and apparatus can be used by the general public as an aid to relaxation, sleep, or sexual arousal, and clinically for the control and perhaps treatment of insomnia, tremors, epileptic seizures, and anxiety disorders. There is further application as a nonlethal weapon that can be used in law enforcement standoff situations, for causing drowsiness and disorientation in targeted subjects. It is then preferable to use venting acoustic monopoles in the form of a device that inhales and exhales air with subaudio frequency.
 
US PATENT 6,051,594 - METHODS AND FORMULATIONS FOR MODULATING THE HUMAN SEXUAL RESPONSE--The invention is directed to improved methods for modulating the human sexual response by orally administering a formulation of the vasodilator phentolamine to the blood circulation and thereby modulating the sexual response on demand.
 
US PATENT 6,052,336 - APPARATUS AND METHOD OF BROADCASTING AUDIBLE SOUND USING ULTRASONIC SOUND AS A CARRIER--An ultrasonic sound source broadcasts an ultrasonic signal which is amplitude and/or frequency modulated with an information input signal originating from an information input source. If the signals are amplitude modulated, a square root function of the information input signal is produced prior to modulation. The modulated signal, which may be amplified, is then broadcast via a projector unit, whereupon an individual or group of individuals located in the broadcast region detect the audible sound.
 

Posté par rusty james à 09:35 - - Permalien [#]
Tags : , ,