free-wallpaper-desktop-wallpaper-nature-sunset-Voetmann

Les élites scientifiques de la DARPA savent – j'ai pu le vérifier par moi-même – que les dépressions atmosphériques et autres phénomènes météorologiques ne sont pas dû qu’à des lois physiques, mais qu'ils sont le fruit de forces dont ils n'ont pas (encore) le contrôle. Les "anti-cyclones", par exemple, se forment de manière tout à fait "aléatoire" et autonome dans une région du pôle Nord, avant de descendre vers le Sud.

Comment expliquer cela? En cessant de voir des phénomènes physiques là où il y a des êtres. Il n'y a pas si longtemps, les hommes craignaient de prendre la mer car ils savaient qu'ils étaient à la merci des êtres élémentaux de l'eau, les ondines. Certaines îles sont restées longtemps inaccessibles car des tempêtes se levaient dès qu'on tentait de les aborder. Pour ces raisons "magiques", Rome a dû remettre à plus tard son expansion dans certaines régions de l'Angleterre et de la Scandinavie.

En revanche, les peuples qui étaient bien accordés avec les ondines pouvaient bénéficier de conditions de navigation exceptionnelles. Les peuplades du Nord qui, comme nous l'expliquions plus tôt, prirent possession du pourtour méditérannéen voilà 3000 ans, vouaient un culte au dieu de la mer Poséidon/Neptune. Un épisode de l'Odyssée d'Homère raconte que leurs navires à proue de dragon pouvaient traverser de grandes étendues d'eau presque sans aucun effort, comme si les ondines les poussaient. C'est cette même alliance qui permettra, deux millénaires plus tard, aux vikings d'accéder aux côtes du Canada malgré une technologie maritime rudimentaire.

Les puissances "sudistes" qui perpétuent le mensonge de Troie agissent, elles, d'une toute autre manière. Refusant de s'accorder avec les lois cosmiques, elles durent au fil des siècles développer une ruse et une technologie toujours plus élaborée pour s'imposer au-dessus des forces de la Nature. Nous avons indiqué que c'est l'ancêtre de la DARPA qui a mis au point les radars et les sonars. Aujourd'hui, ces mêmes intelligences cherchent à maîtriser le climat grâce à HAARP.

Depuis peu, beaucoup de revues annoncent que la prochaine guerre sera la guerre climatique. Il semble que les élites mondialistes aient décidé qu'ils n'accepteraient désormais plus d'être les victimes impuissantes des tempêtes et autres séismes. HAARP et les chemtrails (qui permettent la diffusion des ondes EMF grâce au sel de baryum répandu dans l'atmosphère) constituent l'arsenal de base de cette nouvelle lutte. Cependant, plutôt qu'une régularisation du climat, les experts constatent que le climat passe de plus en plus d'un extrême à l'autre.

Les êtres élémentaux de l'air, ceux qu'on appelait autrefois les sylphes, se débattent, ils résistent à cet emprisonnement qu'on veut leur faire subir. Certains clairvoyants de ce côté de l'Atlantique ont fait remarqué que les sylphes venaient dissoudre les chemtrails. Ils seraient aussi occupé à endommager certains avions à réacteur nucléaire, au point qu'un tiers d'entre eux seraient aujourd’hui immobilisés sur le sol.


Le phénomène OVNI

cimetierre-530-350

Le démonisme des forces noires qui dirigent l'Amérique va cependant plus loin encore. Les différentes données que j'ai fournies ici vont permettre de comprendre, en partie, un autre phénomène qui a beaucoup mobilisé l'attention ces 50 dernières années: les OVNIs.

La propagande officielle, diffusée sur Internet et par le biais de superproductions hollywoodiennes, a voulu nous faire croire que les apparitions de vaisseaux dans le ciel était due à des visiteurs d'autres planètes. Si d'occasionnelles incursions extraplanétaires ne sont bien sûr pas à exclure, surtout depuis la généralisation des expérimentations nucléaires qui constituent – comme j'ai pu l'indiquer ailleurs – une attaque des dimensions supérieures de l'univers, la grande majorité de ces "OVNIs" sont en fait des sylphes qui se sont regroupés dans des structures éthériques communes.

Les ingénieurs de l'armée américaine – dont bien sûr ceux de la DARPA – étudient ces déplacements avec un grand intérêt, non pour l'amour de la science, mais dans le but de les imiter. Oui, vous avez compris: de même que Rome imita les Carthaginois pour les vaincre, les scientifiques cherchent à imiter les sylphes pour conquérir leurs domaines éthérés.

Lorsque j'ai participé au programme d'intégration de la DARPA, j'ai eu la confidence d'un chercheur qui m'a dit qu'ils étudiaient le mouvement et la nature des ondines afin de développer des sous-marins toujours plus rapides et discrets. Quoique peu enclin à fantasmer sur les êtres de la nature, lui et son équipe avaient été contraints d’en admettre l’existence lorsque leurs machines ont détectés des formations énergétiques qui se déplaçaient de manière tout à fait autonomes, comme des êtres et non comme des « champs de forces » obéissant à de simples lois physiques.

Or, les différents projets que finance actuellement la DARPA sont très souvent en lien avec des technologies permettant de rendre les avions plus rapides et plus discrets… Connaissant leur mentalité, n’ont-ils pas naturellement le désir de créer des engins volants qui, comme les vaisseaux des sylphes, seraient suffisament éthérés pour disparaître à l’œil nu ? Et le projet Montauk, dans lequel on aurait soi-disant fait disparaître un bateau de la Navy, n’est-il pas en relation avec cet objectif stratégique ?

Nous attendons encore des confirmations pour ces hypothèses. Il y a toutefois de grandes chances que, longtemps cachées dans les laboratoires de l'armée, ces technologies aériennes vont petit à petit être diffusées à des entreprises privées qui en feront un usage commercial. Mais jamais on ne vous parlera des forces élémentales qu'il a fallu observer et exploiter pour arriver à ces fins. Cela fait partie des secrets de la DARPA!


Les Forces Libres

Pour être complet, il me faudrait encore vous parler du lien qu'il y a entre les sylphes de l'air et la pensée. Car alors on verrait que le développement de l'Internet et des divers systèmes de contrôle de l'information – ECHELON, IAO, etc – est indissociable du déploiement d'HAARP. Mais cela nous emmenerait vers de trop longues digressions, digressions que j'ai déjà eu l'occasion de faire dans d'autres communiqués.

J'espère cependant vous avoir convaincu qu'il y a bel et bien une guerre contre les forces élémentales de la Nature, et que ces forces résistent et se débattent autant qu'elles le peuvent. Les conspirationnistes ont beau jeu de mettre tous les tremblements de terre récents sur le dos d'HAARP. Certaines catastrophes sont sans doute le fruit de forces élémentales enchaînées et dirigées électromagnétiquement vers une cible qui dérange l'Ordre Mondiale, mais d'autres sont "naturelles" (du moins si l'on considère que cette guerre est naturelle dans l'ordre cosmique des choses).

Ne vous trompez pas: les forces élémentales sont puissantes et une grande partie d'entre elles sont encore libres. Toutefois leur champ d'action sur le plan matériel est limité, en particulier en ce qui concerne leur désir d'entraver le développement de nouvelles technologies avilissantes.

L'organisation des Forces Libres à laquelle j'appartiens a pour but, entre autres, de servir de relais sur Terre pour ces forces élémentales. Nos cellules – composées notamment d'un certain nombre de scientifiques qui se sont rebellés contre l'establishement – sont petites et discrètes, mais par la juste orientation des pensées et des actions, elles bénéficient de l'aide de puissants alliés sur le plan invisible.

Nous aussi, comme la DARPA, nous étudions les vaisseaux éthérés des sylphes, mais ce n'est pas pour en faire des copies matérielles. La science des vaisseaux est la plus haute science spirituelle, et elle était aussi associé au dieu Neptune des anciens nordiques. L'eau et l'air sont deux éléments indissociables. Nous avons espoir que notre association avec les sylphes et autres élémentaux finira pour nous fournir des possibilités que le commun des mortels ne pourra jamais imaginer.

Contrairement aux apparences, l'issue de la guerre contre les élémentaux est loin d'être décidée.

 | Extrait de Séminaire C.R.O.M. : Technologies du Futur