nde3

 

QU’EST-CE QUE LA PENSÉE?

Rudolf Steiner disait que «la pensée est de l’électricité.» D’après plusieurs clairvoyants, les pensées se manifestent sous forme d’ondes électriques traversant la sphère mentale de l’humanité. Plus une pensée est émise de façon claire, plus l’onde lui correspondant sera précise. Cette onde, entrant en contact avec le corps mental d’une personne, pénètre ce dernier, qui accepte l’onde, à moins qu’il soit en mesure de la repousser en répondant par une onde équivalente. A contrario, une idée confuse émettra une onde floue, qui se dissoudra rapidement. C’est pourquoi l’orateur qui a confiance en ce qu’il affirme est beaucoup plus convainquant que celui qui répète passivement ce qu’il a appris d’un autre.

Imaginez maintenant une onde de pensée nourrie par plusieurs personnes différentes. Elle va gagner en force. C’est le cas d’une pensée de groupe. Plus le nombre de personnes qui entrent en sympathie avec une idée est élevé, et plus l’onde correspondant à cette idée est facile à communiquer. Elle peut même devenir irrésistible, comme on l’observe dans certains mouvements de masse.

Mais revenons à Internet. Le même procédé entre en jeu avec des ondes électromagnétiques. Toute l’énergie mentale que vous émettez lorsque vous êtes devant votre écran n’est pas perdue. Elle rencontre les ondes issues de l’ordinateur et les nourrit. Les circuits électromagnétiques gagnent alors en puissance et deviennent les canaux de votre pensée. Au lieu de capter les ondes éthériques (c’est-à-dire les ondes électriques naturelles), votre pensée surfe sur les ondes électromagnétiques. C’est, bien sûr, au mouvement de la pensée que fait référence l’expression surfer sur Internet. Plus on nourrit les ondes de la machine, plus on renforce la Toile, qui devient un enclos pour la pensée. Imaginez la force mentale accumulée par des millions d’internautes partout dans le monde. Ce n’est pas nécessairement une force qualitative, mais c’est très certainement une force quantitative. Comment garder une pensée libre et indépendante devant cette force?

C’est pourquoi nous renvoyons dos à dos internautes attestataires et internautes contestataires, l’important étant de nourrir le réseau, qui est indifférent aux pensées mêmes des utilisateurs d’Internet. Militer, contester et même s’informer sur Internet est tout à fait illusoire. Nous l’avons souvent démontré, la pensée humaine est littéralement attaquée par l’informatique. D’abord parce que les rayonnements de l’ordinateur, et plus particulièrement ceux du microprocesseur, nuisent au fonctionnement de la glande pinéale, qui est le siège de la conscience.

Ensuite, parce que la capacité de réflexion est affectée par la machine. Au lieu de construire un raisonnement, par association d’idées (mouvement actif), l’internaute subit une réflexion préconstruite, à travers les liens qui le mènent d’une page à l’autre. Il développe une pensée passive, dite «lunaire.» Cette passivité le rend toujours plus vulnérable aux ondes électromagnétiques décrites plus haut.

Passé un certain temps devant l’ordinateur, l’homme moderne n’aura bientôt plus aucune pensée n’appartenant pas au réseau global. Mais il ne s’en rendra pas compte. C’est la véritable pensée unique, présentée bien sûr sous un très beau jour. D’aucuns l’accueillent déjà avec enthousiasme en s’écriant «C’est le progrès!» Alors que chacun est littéralement interné sur Internet. Après la camisole physique, puis la camisole chimique, voici la camisole psychique.

Les êtres humains pourront accéder à la connaissance totale, à tout moment, en toute liberté. Mais la pensée sera guidée d’une main de fer à travers LA connaissance unique, débarrassée de toutes les idées dérangeantes pour le système. Et qui décidera du contenu de cette connaissance? Le pouvoir qui censure Internet, c’est-à-dire l’armée américaine. Quoi que l’on puisse croire, on n’a jamais vu autant de censure qu’à l’ère d’Internet.

LE CONTRÔLE DU NET

Etant à la base du concept d’Internet, la DARPA continue à «se sentir largement responsable de la protection d’Internet», dixit son directeur, Regina Dugan. Et donc va augmenter de moitié son budget consacré à la cybercriminalité au cours des cinq prochaines années, soit pour cette année une augmentation d’environ 200 millions de dollars. Imaginez ce qu’on peut faire avec une telle somme.

Ce n’est bien sûr pas un hasard si Regina Dugan, jusqu’alors à la tête de la DARPA, vient de signer chez Google. Diplômée d’un doctorat en ingénierie mécanique, elle occupait le poste de directrice au sein de l’organisation de recherche et développement de l’armée américaine depuis juillet 2009. Spécialisée dans les questions de cyber sécurité, Regina Dugan est une avant-gardiste des nouvelles technologies.

Si la lutte contre le terrorisme a permis de produire le Patriot Act et autres lois liberticides, la lutte contre la cybercriminalité permettra un contrôle plus grand encore, cette fois au niveau des pensées. La chasse aux «dissidents de la pensée» a commencé. Internet a d’ailleurs été conçu à cette fin.

Ce qui signifie, si vous n’en êtes pas encore conscient, que Google est la police de la nouvelle ère, la véritable police de la pensée.

L’aphorisme de Goethe, «Nul n’est plus en esclavage que celui qui croit à tort qu’il est libre», semble plus que jamais d’actualité. Et vous, pensez-vous jouir d’une liberté de pensée totale?