chemtrails

Des bactéries dans les couches supérieures de l’atmosphère influenceraient le climat  29/01/2013 12:22 (Par Sandra BESSON)
Des bactéries dans les couches supérieures de l’atmosphère influencent le climat
Des bactéries vivant dans les couches supérieures de l’atmosphère auraient une certaine influence sur le climat et la météo.

Malmenées par les vents arides et les rayons ultraviolets, certaines bactéries arrivent non seulement à survivre dans les couches supérieures de l’atmosphère, mais pourraient également affecter le climat, d’après une étude publiée le 28 Janvier dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences.

 

Dans le cadre de l’une des premières tentatives visant à explorer la microbiologie atmosphérique dans les altitudes élevées, des chercheurs ont analysé des échantillons d’air prélevés par une mission de recherche sur les ouragans menée par la NASA pendant six semaines en 2010.

 

 

 

Un total de 314 types différents de bactéries a été collecté dans les masses atmosphériques autour de 10 kilomètres au-dessus du Golfe du Mexique, de la Mer des Caraïbes, de l’Océan Atlantique et des Etats-Unis continentaux.

 

 

  Que se passe-t-il là haut et comment cela change dans le temps ? Il y a des choses que nous ne savons pas

 

Bien que les scientifiques n’aient piégé qu’une petite partie des matières, les bactéries ne représentaient que 20% de l’ensemble des particules –biologiques et non-biologiques- soit un pourcentage plus important que dans l’atmosphère plus proche de la Terre.

 

« Je suis extrêmement surprise de la densité bactérienne élevée dans ces altitudes élevées » a déclaré Ulrich Karlson, un microbiologiste environnemental de l’Université d’Arrhus au Danemark, qui n’a pas été impliqué dans l’étude. « C’est un environnement difficile ».

 

« L’un des prochains défis est de comprendre le rôle de ces organismes » a déclaré Konstantinos Konstantinidis, un microbiologiste environnemental de l’Institut Georgia de Technologie à Atlanta et l’un des auteurs de l’étude.

 

Les analyses génétiques ont révélé que certains microbes dans les couches supérieures de l’atmosphère étaient liés aux bactéries censées catalyser la formation de cristaux de glace et la condensation de nuages. Le processus fondamental, appelé nucléation, a lieu lorsque les molécules dans l’air se regroupent autour d'un ensemble de particules, souvent de la poussière ou de la suie. En fonction de la température, ces complexes peuvent former des gouttes d’eau plus grosses ou des cubes de glace gelés, conduisant à la formation de nuages, à la pluie ou à des chutes de neige.

 

Ces derniers résultats appuient les théories émergentes selon lesquelles les communautés de bactéries, et notamment dans les couches supérieures de l’atmosphère où la poussière est relativement rare, pourraient influencer le climat et la météo, d’après ce qu’a indiqué un co-auteur de l’étude, Athanasios Nenes, un scientifique atmosphérique pour l’Institut Georgia de Technologie.

 

« Il y a une reconnaissance accrue selon laquelle ce ne sont pas seulement des spores qui flottent dans l’air » a déclaré Noah Fierer, un écologiste microbien de l’Université du Colorado à Boulder. Mais Noah Fierer a déclaré que davantage de recherches étaient nécessaires pour comprendre l’importance relative des bactéries nées dans l’air, par rapport à d’autres éléments atmosphériques.

PS .l'auteur ne connait pas les chemtrails ,il aurait ainsi fait le rapprochement avec ces bactéries qui ne réchauffe pas le climat c'est de la désinformation mais assure la rentabilité pharmaceutique ........

 

Des échantillons prélevés par une mission de la NASA auparavant, pendant et après deux ouragans, ont aussi permis aux chercheurs d’étudier les effets de la météo extrème sur le microbiome atmosphérique. Les tempêtes ont injecté un grand nombre de nouvelles cellules –y compris des bactéries fécales- dans le ciel.

 

La composition bactérienne varie en fonction du lieu et du moment, mais 17 types de bactéries formaient le noyau du microbiome parmi les échantillons. Noah Fierer a déclaré qu’une meilleure compréhension de l’écologie bactérienne du ciel représente une nouvelle frontière excitante pour l’histoire naturelle. « Que se passe-t-il là haut et comment cela change dans le temps ? Il y a des choses que nous ne savons pas ».