La preuve du paradis, Dans le comas le Voyage d'un neurochirurgien dans l'après-vie

CANALBLOG

Eben Alexander, neurochirurgien à l'esprit rationnel, nous en donne la preuve, après avoir vécu une NDE (expérience de mort imminente). Cet homme de 52 ans atteste de l'existence du Paradis dans ce livre témoignage, aussi extraordinaire que bouleversant. L'auteur nous invite à partager son voyage dans une autre dimension, là où il a rencontré des êtres de lumière, très différents de tout ce que l'on peut connaître sur notre planète...

"La preuve du paradis, Voyage d'un neurochirurgien dans l'après-vie"... est un récit dont l'authenticité a été reconnue par le Dr Raymond Moody, spécialiste renommé de l'au-delà.

 Odyssée dans l'au-delà

Du trajet entre sa maison, où il a perdu connaissance, jusqu’à l’hôpital, le Dr Alexander a tout oublié. Son premier souvenir, alors qu’il est dans le coma, se rapporte à des sensations visuelles et auditives : « L’obscurité, mais une obscurité visible, comme être pris dans la boue tout en étant capable de voir à travers ;[...] entourés d’objets comme des racines, ou des vaisseaux sanguins [...]. Entendant seulement un son, irritant, mécanique, répétitif. » A ce moment-là, il se sent à la fois immergé dans ce monde flou et vaguement conscient :

« Je suis conscient, mais sans mémoire ni identité. Cette conscience est très limitée, elle n’est pas humaine, pas même animale. Simplement un point de conscience. »

Avec le recul, le Dr Alexander se souvient que cet état avait l’air d’être hors du temps, qui lui a semblé durer « des éons » : « Je n’avais pas du tout la mémoire d’avoir été Eben Alexander, ni d’avoir eu des attributs humains. J’étais juste une tâche de conscience. Et même si je n’avais pas de mots, j’ai quand même commencé à expérimenter une sorte de questionnement : qui ? quoi ? où ? » C’est alors qu’apparaît une chose qui, en tournant lentement, irradie

« de fins filaments de lumière blanche et dorée ».

La vision se conjugue avec « une mélodie absolument parfaite, un son vivant, comparable au morceau de musique le plus beau, le plus riche, et le plus complexe que j’aie jamais entendu ». Sur certains mots qui illustrent une importante qualité de l’expérience, la voix d’Eben Alexander se fait plus intense. « Et comme cette lumière magnifique s’approchait de moi, poursuit-il, elle a ouvert une déchirure dans l’environnement boueux juste devant moi. Très vite, j’ai été tiré au travers de cette ouverture lumineuse, vers le haut dans un monde complètement différent, où je volais au-dessus d’une vallée verdoyante et absolument magnifique. A côté de moi se trouvait une belle jeune fille aux yeux bleus pétillants et au sourire le plus aimable qu’on puisse imaginer. Elle m’a lancé un regard d’un amour indicible, et m’a dit : « Tu es aimé et chéri pour toujours. Il n’y a rien que tu doives craindre. Il n’y a rien que tu puisses faire mal ici. » Tout cela sans mots, l’essentiel de son message pénétrant directement mon être. »

Puis vient une autre phase de l’expérience « Il y a eu comme une chaude brise divine. Cela a tout changé, élevant le monde autour de moi encore une octave au-dessus, à une plus haute vibration. Même si je n’avais pas pleinement la fonction du langage, j’ai commencé à poser des questions à cette brise, et aussi à la présence divine que je sentais derrière (ou dedans).

Où est cet endroit ? Qui suis-je ? Pourquoi suis-je ici ?

A chaque fois que je posais une question, la réponse venait instantanément, dans une explosion de lumière, de couleurs, d’amour et de beauté qui me balayait comme une vague. Les pensées pénétraient en moi directement, pas comme nous l’expérimentons sur terre. Et comme je les recevais, j’étais capable de comprendre instantanément et sans effort des concepts que dans ma vie terrestre, j’aurais mis des années à comprendre. » Présence centrale de l’amour, existence du mal comme conséquence du libre-arbitre, multiplicité des univers et des dimensions… Les connaissances transmises sont multiples. « Il me faudra le reste de ma vie, et plus encore, pour redécouvrir ce que j’ai appris là-haut », écrit-il dans son livre.

Source :  inrees


Comment devenir vraiment invisible sur le réseau social.Facebook

billet-blog-reseaux-sociaux-FB1

Le nouvel outil de recherche surpuissant de Facebook, le Graph Search, pourrait se révéler être le pire ennemi de votre vie privée. Voici quelques conseils pour devenir vraiment invisible sur le réseau social. L'homme invisible Publié le 19 juillet 2013 RSS 7 41 44 5 190 1 2 3 Page suivante Depuis le 10 juillet, Facebook commence à déployer à grande échelle de nouvelles fonctions de recherche. Graph Search permet aux usagers du réseau social de découvrir de nouveaux contenus en formulant des requêtes "en langage naturel". Cette nouveauté concerne tous les membres du réseau, soit environ 28 millions de profils en France.

L’utilisateur pourra désormais effectuer des requêtes en fonction de ses centres d’intérêts et de ceux de ses amis sur Facebook en combinant différents items. Par exemple, il pourra taper "musique que mes amis aiment", "amateurs de cyclisme dans ma ville d’origine" ou "amis célibataires habitant à Paris" et obtenir une liste de réponses précises. Graph Search est un moyen inédit de faire des découvertes, mais qui signifie aussi que les utilisateurs doivent accroître le contrôle des informations qu’ils partagent. Que permet exactement Graph Search ? Toutes les personnes que vous n’avez pas bloquées peuvent faire une recherche sur vous, mais ce qu’elles voient dans les résultats de leur recherche dépend de ce que vous avez partagé avec elles.

En clair, les résultats de la recherche dans le graphe sont différents pour chaque utilisateur, en fonction de ce que vous avez partagé avec lui et des interactions que vous avez en commun. Vos paramètres de confidentialité déterminent ce que vos amis voient dans le cadre de leurs recherches. Facebook respecte les paramètres de confidentialité que vous lui indiquez pour chaque publication et chaque information partagée sur votre profil. Nous allons expliquer comment optimiser ces paramètres. Quelles sont les informations sur mon profil susceptibles d’être accessibles lors d’une recherche ? Facebook propose de recouper les informations courantes des profils entre elles.

Tout ce que vous indiquez sur votre profil, toutes les actions que vous menez et tous les contenus que vous partagez sont susceptibles d’être affichés dans les listes de résultats de recherche d’autres utilisateurs (à partir du moment où vous avez accepté que cette information soit partagée). Votre âge, votre ville, votre situation professionnelle, vos études, votre opinion religieuse, votre liste d’amis, les pages que vous avez likées, les photos / vidéos que vous avez publiées, les lieux où vous avez effectué un "check-in", etc. sont susceptibles d’apparaître. Par défaut, la plupart de ces informations sont accessibles à tous si vous n’avez pas modifié vos paramètres de confidentialité depuis la création de votre compte. Il est donc essentiel de les revoir et d’attribuer des règles strictes de confidentialité aux contenus que vous partagez.

Facebook vous offre de nombreux outils pour contrôler la confidentialité des informations que vous partagez sur son réseau. Comment puis-je sécuriser mon profil et contrôler l’accès aux contenus que je publie? En deux mots, vous devez restreindre l’accès à votre profil et l’accès aux contenus que vous avez publié. On ne répétera jamais assez qu’un peu de bon sens est la meilleure des manières de protéger son identité en ligne en se montrant responsable : être conscient que tout ce que l’on partage laisse une trace, se connecter uniquement avec des personnes en qui l’on fait confiance, publier des informations non sensibles, contrôler ce que l’on dit et ce que l’on fait…
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-vraiment-disparaitre-facebook-erwan-nagard-790576.html#MMDgGDbs2Kfr00Jj.99

Le nouvel outil de recherche surpuissant de Facebook, le Graph Search, pourrait se révéler être le pire ennemi de votre vie privée. Voici quelques conseils pour devenir vraiment invisible sur le réseau social. L'homme invisible Publié le 19 juillet 2013 RSS 7 41 44 5 190 1 2 3 Page suivante Depuis le 10 juillet, Facebook commence à déployer à grande échelle de nouvelles fonctions de recherche. Graph Search permet aux usagers du réseau social de découvrir de nouveaux contenus en formulant des requêtes "en langage naturel". Cette nouveauté concerne tous les membres du réseau, soit environ 28 millions de profils en France. L’utilisateur pourra désormais effectuer des requêtes en fonction de ses centres d’intérêts et de ceux de ses amis sur Facebook en combinant différents items. Par exemple, il pourra taper "musique que mes amis aiment", "amateurs de cyclisme dans ma ville d’origine" ou "amis célibataires habitant à Paris" et obtenir une liste de réponses précises. Graph Search est un moyen inédit de faire des découvertes, mais qui signifie aussi que les utilisateurs doivent accroître le contrôle des informations qu’ils partagent. Que permet exactement Graph Search ? Toutes les personnes que vous n’avez pas bloquées peuvent faire une recherche sur vous, mais ce qu’elles voient dans les résultats de leur recherche dépend de ce que vous avez partagé avec elles. En clair, les résultats de la recherche dans le graphe sont différents pour chaque utilisateur, en fonction de ce que vous avez partagé avec lui et des interactions que vous avez en commun. Vos paramètres de confidentialité déterminent ce que vos amis voient dans le cadre de leurs recherches. Facebook respecte les paramètres de confidentialité que vous lui indiquez pour chaque publication et chaque information partagée sur votre profil. Nous allons expliquer comment optimiser ces paramètres. Quelles sont les informations sur mon profil susceptibles d’être accessibles lors d’une recherche ? Facebook propose de recouper les informations courantes des profils entre elles. Tout ce que vous indiquez sur votre profil, toutes les actions que vous menez et tous les contenus que vous partagez sont susceptibles d’être affichés dans les listes de résultats de recherche d’autres utilisateurs (à partir du moment où vous avez accepté que cette information soit partagée). Votre âge, votre ville, votre situation professionnelle, vos études, votre opinion religieuse, votre liste d’amis, les pages que vous avez likées, les photos / vidéos que vous avez publiées, les lieux où vous avez effectué un "check-in", etc. sont susceptibles d’apparaître. Par défaut, la plupart de ces informations sont accessibles à tous si vous n’avez pas modifié vos paramètres de confidentialité depuis la création de votre compte. Il est donc essentiel de les revoir et d’attribuer des règles strictes de confidentialité aux contenus que vous partagez. Facebook vous offre de nombreux outils pour contrôler la confidentialité des informations que vous partagez sur son réseau. Comment puis-je sécuriser mon profil et contrôler l’accès aux contenus que je publie? En deux mots, vous devez restreindre l’accès à votre profil et l’accès aux contenus que vous avez publié. On ne répétera jamais assez qu’un peu de bon sens est la meilleure des manières de protéger son identité en ligne en se montrant responsable : être conscient que tout ce que l’on partage laisse une trace, se connecter uniquement avec des personnes en qui l’on fait confiance, publier des informations non sensibles, contrôler ce que l’on dit et ce que l’on fait…
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-vraiment-disparaitre-facebook-erwan-nagard-790576.html#MMDgGDbs2Kfr00Jj.99

Posté par rusty james à 11:46 - Permalien [#]
Tags : ,

L’incroyable imposture de la réforme bancaire

CANALBLOG

La réforme bancaire à la française dont on nous a tant parlé vient d’être adoptée définitivement par le parlement ce mercredi 17 Juillet.

Le projet était ambitieux et devait originellement, entre autres, limiter le Trading Haute Fréquence, donner plus de moyens à l’état pour lutter contre les risques systémiques et séparer « les activités des banques qui sont utiles à l’investissement et à l’emploi de leurs opérations spéculatives. » tel que l’avait annoncé le candidat Hollande pendant sa campagne.
Allons nous  enfin en terminer avec le chantage du « too big to fail » ?

La réponse est des plus prévisible, non.
Seules seront isolées de leurs activités de dépôt « les activités spéculatives réalisées par les banques pour elles-mêmes, en leur nom propre », soit entre 0,75 % et 1,5 % du produit net bancaire des banques françaises de l’aveu de Frédéric Oudéa, PDG de la société générale.

Mais pourquoi ce chiffre n’est alors pas mentionné dans le texte de loi et cette dernière élargie à d’autres activités?
Pour « raisons de confidentialité et de respect du secret des affaires » à en croire ce même texte. Les activités de marché représentaient pourtant selon les chiffres fournies par les banques elle-même près de 40 % de leur bénéfice avant la crise.
Aller plus loin dans la séparation n’aurait « pas été productif » et apparaît comme « non nécessaire » selon Mr Moscovici.

Quant au Trading Haute Fréquence qui consiste à programmer des ordinateurs pour acheter chaque milliseconde des titres afin de profiter de chaque écart de prix, il n’est pas non plus interdit contrairement à ce que veulent nous faire croire notre premier ministre et nos principaux médias.
On nous dit qu’on va ralentir la machine en imposant un délai de 0,50 secondes entre chaque modification d’un ordre précédemment acquis, du moment que cela ne concerne pas les « activités de tenue de marché ».

Or, comme le révèle L’Expansion, « les activités de haute fréquence sont majoritairement enregistrées comme des activités de tenue de marché » et même les traders sont « inscrits auprès des places boursières comme des teneurs de marché ».
Ainsi, grâce à un lobbying intense, 90% du Trading Haute Fréquence ne sera pas concernée par cette réforme.

Après de telles concessions réalisées par les banques, il fallait bien une petite compensation.
Et quelle compensation ! Après avoir obtenu sous Sarkozy l’autorisation de distribuer le Livret A, il était nécessaire de pouvoir bénéficier un peu mieux des 363 milliards d’euros de l’encours du livret A et du livret développement durable.

Et cette fois-ci, c’est Mediapart qui lance la charge : « À l’avenir, les banques pourront conserver 50 % des sommes récoltées sur le livret d’épargne populaire au lieu de 30 % actuellement. Surtout, la Caisse des dépôts s’engagerait à l’avenir à reverser aux banques tous les excédents d’épargne récoltés sur le livret A et le livret développement durable, au-delà d’un ratio de 135 % de ses ressources par rapport à ses emplois (le ratio est aujourd’hui de 173 %). Par un simple décret, le gouvernement s’apprête ainsi à redonner au moins 25 milliards d’euros de l’épargne réglementée aux banques ! »

Alors certes, on nous dit que c’est pour mieux relancer l’économie, en finançant par exemple les PME, mais quand on sait que les prêts aux entreprises stagnent depuis des années et représentent à peine 10 % des encours dans leur bilan, on peut se permettre d’avoir un doute.

Et malgré les alertes répétées de l’Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP) sur le risque de faillite important des banques françaises (incapables de nettoyer leurs bilans malgré les 1000 milliards à taux zéro injectés par la BCE)  en cas de nouvelle crise, cette réforme semble pour l’instant satisfaire tout le monde, y compris la grande partie des français à qui l’on répète tous les jours qu’ils paieront désormais moins d’agios.

Finalement, cette réforme bancaire est  moins contraignante que celles votées en Allemagne et en  Angleterre voire aux Etats-Unis. Pour preuve, Christian Nijdam, de la société d’analyse indépendante AlphaValue estime que cette réforme touche « à peine 0,5 % du produit net bancaire global de BNP Paribas. » 

En France, la spéculation a encore de très beaux jours devant elle.

Lilian D – News360xhttp://news360x.fr/lincroyable-imposture-de-la-reforme-bancaire/

Une forêt vieille de 50 000 ans découverte à 18 mètres de profondeur dans le Golfe du Mexique.

foret-sous-marine-Alabama

Il s'agit d'une forêt de cyprès chauve qui se situe au large des côtes de l'Alabama.

Selon les scientifiques, son exploration a certainement été rendue possible par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. Impressionnant Publié le 9 juillet 2013 RSS 3 1.2K 64 8 1.7K Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Crédit Reuters La Terre regorge de mille paradis. Mais aussi de mille mystères. Il existe en effet encore des endroits sur la planète que l'homme n'a pas exploré. Des zones inconnues, des territoires étrangers où la nature possède encore le dessus. Au fil des siècles, les découvertes archéologiques, scientifiques, naturelles se sont multipliées.

Ainsi, il n'est pas rare que l'actualité traite de ces sujets. (Retrouvez par exemple ici le panorama des plus grandes découvertes scientifiques de 2012). Mais, en géographie aussi, il demeure des secrets bien enfouis. Le mythe de l'Atlantide en est le parfait exemple. Depuis les calendes grecques, les chercheurs tentent vainement de mettre la main sur cette île qui serait enfouie dans les mers. Si, pour le moment, la mission s'avère impossible, les explorateurs sont parfois plus chanceux.

C'est le cas de Ben Raines, directeur de la fondation à but non lucratif "Weeks Bay". En réalité, il s'agit d'un des premiers plongeurs à avoir eu la chance d'explorer une forêt vierge sous-marine récemment découverte. Plus précisément, une forêt de cyprès chauve a été mise à jour au large des côtes de l'Alabama. Celle-ci était ensevelie depuis plus de 50 000 ans et protégé par un environnement dépourvu d'oxygène, selon le site LiveScience. Cette découverte a été rendue possible, selon les scientifiques, par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. "La forêt contient des arbres tellement bien conservés que, quand ils sont coupés, il y a des odeurs fraîches de sève de cyprès qui ressortent" assure Ben Raines dans Business Insider. Cette forêt a été retrouvée à 18 mètres de fond et à plus de 16 kilomètres des côtes de l'Alabama, en plein cœur du golfe du Mexique. Elle couvre une superficie de près d'un kilomètre carré. Malgré sa découverte en 2005, il a fallu attendre les dernières semaines avant de pouvoir l'explorer. En effet, son lieu a été tenu secret pendant plusieurs années.

Car cette découverte est totalement insolite comme le raconte Ben Raines. En le directeur de la fondation discutait avec un ami possédant un magasin de plongée. Celui-ci lui confie qu'un pêcheur local a trouvé un site regorgeant de poissons et dont la faune est particulièrement abondante. Mais le propriétaire ne souhaite pas donner plus d'indications à Ben Raines. A force de persuasion et après lui avoir fait jurer de ne pas le répéter, en 2012, son ami lui révélera tout de même l'emplacement de cet endroit si merveilleux. Et lorsque Ben Raines plonge, il est subjugué. Il se retrouve face à une véritable forêt vierge de cyprès en parfait état. Cette forêt est devenue un récif artificiel, attirant poissons, crustacés, anémones de mer et autres formes de vie sous-marines. Un véritable paradis océanique.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/foret-vieille-50-000-ans-decouverte-18-metres-profondeur-dans-golfe-mexique-781443.html#fEVL3AHEX4u0XzuT.99

 

Il s'agit d'une forêt de cyprès chauve qui se situe au large des côtes de l'Alabama. Selon les scientifiques, son exploration a certainement été rendue possible par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. Impressionnant Publié le 9 juillet 2013 RSS 3 1.2K 64 8 1.7K Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Crédit Reuters La Terre regorge de mille paradis. Mais aussi de mille mystères. Il existe en effet encore des endroits sur la planète que l'homme n'a pas exploré. Des zones inconnues, des territoires étrangers où la nature possède encore le dessus. Au fil des siècles, les découvertes archéologiques, scientifiques, naturelles se sont multipliées. Ainsi, il n'est pas rare que l'actualité traite de ces sujets. (Retrouvez par exemple ici le panorama des plus grandes découvertes scientifiques de 2012). Mais, en géographie aussi, il demeure des secrets bien enfouis. Le mythe de l'Atlantide en est le parfait exemple. Depuis les calendes grecques, les chercheurs tentent vainement de mettre la main sur cette île qui serait enfouie dans les mers. Si, pour le moment, la mission s'avère impossible, les explorateurs sont parfois plus chanceux. C'est le cas de Ben Raines, directeur de la fondation à but non lucratif "Weeks Bay". En réalité, il s'agit d'un des premiers plongeurs à avoir eu la chance d'explorer une forêt vierge sous-marine récemment découverte. Plus précisément, une forêt de cyprès chauve a été mise à jour au large des côtes de l'Alabama. Celle-ci était ensevelie depuis plus de 50 000 ans et protégé par un environnement dépourvu d'oxygène, selon le site LiveScience. Cette découverte a été rendue possible, selon les scientifiques, par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. "La forêt contient des arbres tellement bien conservés que, quand ils sont coupés, il y a des odeurs fraîches de sève de cyprès qui ressortent" assure Ben Raines dans Business Insider. Cette forêt a été retrouvée à 18 mètres de fond et à plus de 16 kilomètres des côtes de l'Alabama, en plein cœur du golfe du Mexique. Elle couvre une superficie de près d'un kilomètre carré. Malgré sa découverte en 2005, il a fallu attendre les dernières semaines avant de pouvoir l'explorer. En effet, son lieu a été tenu secret pendant plusieurs années. Car cette découverte est totalement insolite comme le raconte Ben Raines. En le directeur de la fondation discutait avec un ami possédant un magasin de plongée. Celui-ci lui confie qu'un pêcheur local a trouvé un site regorgeant de poissons et dont la faune est particulièrement abondante. Mais le propriétaire ne souhaite pas donner plus d'indications à Ben Raines. A force de persuasion et après lui avoir fait jurer de ne pas le répéter, en 2012, son ami lui révélera tout de même l'emplacement de cet endroit si merveilleux. Et lorsque Ben Raines plonge, il est subjugué. Il se retrouve face à une véritable forêt vierge de cyprès en parfait état. Cette forêt est devenue un récif artificiel, attirant poissons, crustacés, anémones de mer et autres formes de vie sous-marines. Un véritable paradis océanique. Voir une vidéo de cette forêt sous-marine :
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/foret-vieille-50-000-ans-decouverte-18-metres-profondeur-dans-golfe-mexique-781443.html#fEVL3AHEX4u0XzuT.99
Il s'agit d'une forêt de cyprès chauve qui se situe au large des côtes de l'Alabama. Selon les scientifiques, son exploration a certainement été rendue possible par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. Impressionnant Publié le 9 juillet 2013 RSS 3 1.2K 64 8 1.7K Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Crédit Reuters La Terre regorge de mille paradis. Mais aussi de mille mystères. Il existe en effet encore des endroits sur la planète que l'homme n'a pas exploré. Des zones inconnues, des territoires étrangers où la nature possède encore le dessus. Au fil des siècles, les découvertes archéologiques, scientifiques, naturelles se sont multipliées. Ainsi, il n'est pas rare que l'actualité traite de ces sujets. (Retrouvez par exemple ici le panorama des plus grandes découvertes scientifiques de 2012). Mais, en géographie aussi, il demeure des secrets bien enfouis. Le mythe de l'Atlantide en est le parfait exemple. Depuis les calendes grecques, les chercheurs tentent vainement de mettre la main sur cette île qui serait enfouie dans les mers. Si, pour le moment, la mission s'avère impossible, les explorateurs sont parfois plus chanceux. C'est le cas de Ben Raines, directeur de la fondation à but non lucratif "Weeks Bay". En réalité, il s'agit d'un des premiers plongeurs à avoir eu la chance d'explorer une forêt vierge sous-marine récemment découverte. Plus précisément, une forêt de cyprès chauve a été mise à jour au large des côtes de l'Alabama. Celle-ci était ensevelie depuis plus de 50 000 ans et protégé par un environnement dépourvu d'oxygène, selon le site LiveScience. Cette découverte a été rendue possible, selon les scientifiques, par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. "La forêt contient des arbres tellement bien conservés que, quand ils sont coupés, il y a des odeurs fraîches de sève de cyprès qui ressortent" assure Ben Raines dans Business Insider. Cette forêt a été retrouvée à 18 mètres de fond et à plus de 16 kilomètres des côtes de l'Alabama, en plein cœur du golfe du Mexique. Elle couvre une superficie de près d'un kilomètre carré. Malgré sa découverte en 2005, il a fallu attendre les dernières semaines avant de pouvoir l'explorer. En effet, son lieu a été tenu secret pendant plusieurs années. Car cette découverte est totalement insolite comme le raconte Ben Raines. En le directeur de la fondation discutait avec un ami possédant un magasin de plongée. Celui-ci lui confie qu'un pêcheur local a trouvé un site regorgeant de poissons et dont la faune est particulièrement abondante. Mais le propriétaire ne souhaite pas donner plus d'indications à Ben Raines. A force de persuasion et après lui avoir fait jurer de ne pas le répéter, en 2012, son ami lui révélera tout de même l'emplacement de cet endroit si merveilleux. Et lorsque Ben Raines plonge, il est subjugué. Il se retrouve face à une véritable forêt vierge de cyprès en parfait état. Cette forêt est devenue un récif artificiel, attirant poissons, crustacés, anémones de mer et autres formes de vie sous-marines. Un véritable paradis océanique. Voir une vidéo de cette forêt sous-marine :
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/foret-vieille-50-000-ans-decouverte-18-metres-profondeur-dans-golfe-mexique-781443.html#fEVL3AHEX4u0XzuT.99
Il s'agit d'une forêt de cyprès chauve qui se situe au large des côtes de l'Alabama. Selon les scientifiques, son exploration a certainement été rendue possible par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. Impressionnant Publié le 9 juillet 2013 RSS 3 1.2K 64 8 1.7K Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Crédit Reuters La Terre regorge de mille paradis. Mais aussi de mille mystères. Il existe en effet encore des endroits sur la planète que l'homme n'a pas exploré. Des zones inconnues, des territoires étrangers où la nature possède encore le dessus. Au fil des siècles, les découvertes archéologiques, scientifiques, naturelles se sont multipliées. Ainsi, il n'est pas rare que l'actualité traite de ces sujets. (Retrouvez par exemple ici le panorama des plus grandes découvertes scientifiques de 2012). Mais, en géographie aussi, il demeure des secrets bien enfouis. Le mythe de l'Atlantide en est le parfait exemple. Depuis les calendes grecques, les chercheurs tentent vainement de mettre la main sur cette île qui serait enfouie dans les mers. Si, pour le moment, la mission s'avère impossible, les explorateurs sont parfois plus chanceux. C'est le cas de Ben Raines, directeur de la fondation à but non lucratif "Weeks Bay". En réalité, il s'agit d'un des premiers plongeurs à avoir eu la chance d'explorer une forêt vierge sous-marine récemment découverte. Plus précisément, une forêt de cyprès chauve a été mise à jour au large des côtes de l'Alabama. Celle-ci était ensevelie depuis plus de 50 000 ans et protégé par un environnement dépourvu d'oxygène, selon le site LiveScience. Cette découverte a été rendue possible, selon les scientifiques, par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. "La forêt contient des arbres tellement bien conservés que, quand ils sont coupés, il y a des odeurs fraîches de sève de cyprès qui ressortent" assure Ben Raines dans Business Insider. Cette forêt a été retrouvée à 18 mètres de fond et à plus de 16 kilomètres des côtes de l'Alabama, en plein cœur du golfe du Mexique. Elle couvre une superficie de près d'un kilomètre carré. Malgré sa découverte en 2005, il a fallu attendre les dernières semaines avant de pouvoir l'explorer. En effet, son lieu a été tenu secret pendant plusieurs années. Car cette découverte est totalement insolite comme le raconte Ben Raines. En le directeur de la fondation discutait avec un ami possédant un magasin de plongée. Celui-ci lui confie qu'un pêcheur local a trouvé un site regorgeant de poissons et dont la faune est particulièrement abondante. Mais le propriétaire ne souhaite pas donner plus d'indications à Ben Raines. A force de persuasion et après lui avoir fait jurer de ne pas le répéter, en 2012, son ami lui révélera tout de même l'emplacement de cet endroit si merveilleux. Et lorsque Ben Raines plonge, il est subjugué. Il se retrouve face à une véritable forêt vierge de cyprès en parfait état. Cette forêt est devenue un récif artificiel, attirant poissons, crustacés, anémones de mer et autres formes de vie sous-marines. Un véritable paradis océanique. Voir une vidéo de cette forêt sous-marine :
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/foret-vieille-50-000-ans-decouverte-18-metres-profondeur-dans-golfe-mexique-781443.html#fEVL3AHEX4u0XzuT.99
Il s'agit d'une forêt de cyprès chauve qui se situe au large des côtes de l'Alabama. Selon les scientifiques, son exploration a certainement été rendue possible par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. Impressionnant Publié le 9 juillet 2013 RSS 3 1.2K 64 8 1.7K Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Crédit Reuters La Terre regorge de mille paradis. Mais aussi de mille mystères. Il existe en effet encore des endroits sur la planète que l'homme n'a pas exploré. Des zones inconnues, des territoires étrangers où la nature possède encore le dessus. Au fil des siècles, les découvertes archéologiques, scientifiques, naturelles se sont multipliées. Ainsi, il n'est pas rare que l'actualité traite de ces sujets. (Retrouvez par exemple ici le panorama des plus grandes découvertes scientifiques de 2012). Mais, en géographie aussi, il demeure des secrets bien enfouis. Le mythe de l'Atlantide en est le parfait exemple. Depuis les calendes grecques, les chercheurs tentent vainement de mettre la main sur cette île qui serait enfouie dans les mers. Si, pour le moment, la mission s'avère impossible, les explorateurs sont parfois plus chanceux. C'est le cas de Ben Raines, directeur de la fondation à but non lucratif "Weeks Bay". En réalité, il s'agit d'un des premiers plongeurs à avoir eu la chance d'explorer une forêt vierge sous-marine récemment découverte. Plus précisément, une forêt de cyprès chauve a été mise à jour au large des côtes de l'Alabama. Celle-ci était ensevelie depuis plus de 50 000 ans et protégé par un environnement dépourvu d'oxygène, selon le site LiveScience. Cette découverte a été rendue possible, selon les scientifiques, par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. "La forêt contient des arbres tellement bien conservés que, quand ils sont coupés, il y a des odeurs fraîches de sève de cyprès qui ressortent" assure Ben Raines dans Business Insider. Cette forêt a été retrouvée à 18 mètres de fond et à plus de 16 kilomètres des côtes de l'Alabama, en plein cœur du golfe du Mexique. Elle couvre une superficie de près d'un kilomètre carré. Malgré sa découverte en 2005, il a fallu attendre les dernières semaines avant de pouvoir l'explorer. En effet, son lieu a été tenu secret pendant plusieurs années. Car cette découverte est totalement insolite comme le raconte Ben Raines. En le directeur de la fondation discutait avec un ami possédant un magasin de plongée. Celui-ci lui confie qu'un pêcheur local a trouvé un site regorgeant de poissons et dont la faune est particulièrement abondante. Mais le propriétaire ne souhaite pas donner plus d'indications à Ben Raines. A force de persuasion et après lui avoir fait jurer de ne pas le répéter, en 2012, son ami lui révélera tout de même l'emplacement de cet endroit si merveilleux. Et lorsque Ben Raines plonge, il est subjugué. Il se retrouve face à une véritable forêt vierge de cyprès en parfait état. Cette forêt est devenue un récif artificiel, attirant poissons, crustacés, anémones de mer et autres formes de vie sous-marines. Un véritable paradis océanique. Voir une vidéo de cette forêt sous-marine :
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/foret-vieille-50-000-ans-decouverte-18-metres-profondeur-dans-golfe-mexique-781443.html#fEVL3AHEX4u0XzuT.99
Il s'agit d'une forêt de cyprès chauve qui se situe au large des côtes de l'Alabama. Selon les scientifiques, son exploration a certainement été rendue possible par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. Impressionnant Publié le 9 juillet 2013 RSS 3 1.2K 64 8 1.7K Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Crédit Reuters La Terre regorge de mille paradis. Mais aussi de mille mystères. Il existe en effet encore des endroits sur la planète que l'homme n'a pas exploré. Des zones inconnues, des territoires étrangers où la nature possède encore le dessus. Au fil des siècles, les découvertes archéologiques, scientifiques, naturelles se sont multipliées. Ainsi, il n'est pas rare que l'actualité traite de ces sujets. (Retrouvez par exemple ici le panorama des plus grandes découvertes scientifiques de 2012). Mais, en géographie aussi, il demeure des secrets bien enfouis. Le mythe de l'Atlantide en est le parfait exemple. Depuis les calendes grecques, les chercheurs tentent vainement de mettre la main sur cette île qui serait enfouie dans les mers. Si, pour le moment, la mission s'avère impossible, les explorateurs sont parfois plus chanceux. C'est le cas de Ben Raines, directeur de la fondation à but non lucratif "Weeks Bay". En réalité, il s'agit d'un des premiers plongeurs à avoir eu la chance d'explorer une forêt vierge sous-marine récemment découverte. Plus précisément, une forêt de cyprès chauve a été mise à jour au large des côtes de l'Alabama. Celle-ci était ensevelie depuis plus de 50 000 ans et protégé par un environnement dépourvu d'oxygène, selon le site LiveScience. Cette découverte a été rendue possible, selon les scientifiques, par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. "La forêt contient des arbres tellement bien conservés que, quand ils sont coupés, il y a des odeurs fraîches de sève de cyprès qui ressortent" assure Ben Raines dans Business Insider. Cette forêt a été retrouvée à 18 mètres de fond et à plus de 16 kilomètres des côtes de l'Alabama, en plein cœur du golfe du Mexique. Elle couvre une superficie de près d'un kilomètre carré. Malgré sa découverte en 2005, il a fallu attendre les dernières semaines avant de pouvoir l'explorer. En effet, son lieu a été tenu secret pendant plusieurs années. Car cette découverte est totalement insolite comme le raconte Ben Raines. En le directeur de la fondation discutait avec un ami possédant un magasin de plongée. Celui-ci lui confie qu'un pêcheur local a trouvé un site regorgeant de poissons et dont la faune est particulièrement abondante. Mais le propriétaire ne souhaite pas donner plus d'indications à Ben Raines. A force de persuasion et après lui avoir fait jurer de ne pas le répéter, en 2012, son ami lui révélera tout de même l'emplacement de cet endroit si merveilleux. Et lorsque Ben Raines plonge, il est subjugué. Il se retrouve face à une véritable forêt vierge de cyprès en parfait état. Cette forêt est devenue un récif artificiel, attirant poissons, crustacés, anémones de mer et autres formes de vie sous-marines. Un véritable paradis océanique. Voir une vidéo de cette forêt sous-marine :
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/foret-vieille-50-000-ans-decouverte-18-metres-profondeur-dans-golfe-mexique-781443.html#fEVL3AHEX4u0XzuT.99
Il s'agit d'une forêt de cyprès chauve qui se situe au large des côtes de l'Alabama. Selon les scientifiques, son exploration a certainement été rendue possible par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. Impressionnant Publié le 9 juillet 2013 RSS 3 1.2K 64 8 1.7K Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Une forêt sous-marine a été découverte au large des côtes de l'Alabama Crédit Reuters La Terre regorge de mille paradis. Mais aussi de mille mystères. Il existe en effet encore des endroits sur la planète que l'homme n'a pas exploré. Des zones inconnues, des territoires étrangers où la nature possède encore le dessus. Au fil des siècles, les découvertes archéologiques, scientifiques, naturelles se sont multipliées. Ainsi, il n'est pas rare que l'actualité traite de ces sujets. (Retrouvez par exemple ici le panorama des plus grandes découvertes scientifiques de 2012). Mais, en géographie aussi, il demeure des secrets bien enfouis. Le mythe de l'Atlantide en est le parfait exemple. Depuis les calendes grecques, les chercheurs tentent vainement de mettre la main sur cette île qui serait enfouie dans les mers. Si, pour le moment, la mission s'avère impossible, les explorateurs sont parfois plus chanceux. C'est le cas de Ben Raines, directeur de la fondation à but non lucratif "Weeks Bay". En réalité, il s'agit d'un des premiers plongeurs à avoir eu la chance d'explorer une forêt vierge sous-marine récemment découverte. Plus précisément, une forêt de cyprès chauve a été mise à jour au large des côtes de l'Alabama. Celle-ci était ensevelie depuis plus de 50 000 ans et protégé par un environnement dépourvu d'oxygène, selon le site LiveScience. Cette découverte a été rendue possible, selon les scientifiques, par le passage de l'ouragan Katryna en 2005. "La forêt contient des arbres tellement bien conservés que, quand ils sont coupés, il y a des odeurs fraîches de sève de cyprès qui ressortent" assure Ben Raines dans Business Insider. Cette forêt a été retrouvée à 18 mètres de fond et à plus de 16 kilomètres des côtes de l'Alabama, en plein cœur du golfe du Mexique. Elle couvre une superficie de près d'un kilomètre carré. Malgré sa découverte en 2005, il a fallu attendre les dernières semaines avant de pouvoir l'explorer. En effet, son lieu a été tenu secret pendant plusieurs années. Car cette découverte est totalement insolite comme le raconte Ben Raines. En le directeur de la fondation discutait avec un ami possédant un magasin de plongée. Celui-ci lui confie qu'un pêcheur local a trouvé un site regorgeant de poissons et dont la faune est particulièrement abondante. Mais le propriétaire ne souhaite pas donner plus d'indications à Ben Raines. A force de persuasion et après lui avoir fait jurer de ne pas le répéter, en 2012, son ami lui révélera tout de même l'emplacement de cet endroit si merveilleux. Et lorsque Ben Raines plonge, il est subjugué. Il se retrouve face à une véritable forêt vierge de cyprès en parfait état. Cette forêt est devenue un récif artificiel, attirant poissons, crustacés, anémones de mer et autres formes de vie sous-marines. Un véritable paradis océanique. Voir une vidéo de cette forêt sous-marine :
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/foret-vieille-50-000-ans-decouverte-18-metres-profondeur-dans-golfe-mexique-781443.html#fEVL3AHEX4u0XzuT.99

La France traite l’eau potable "fluorisée" avec un résidu toxique

 

canalblog_miageAu prétexte de prévenir les caries, les producteurs d’eau "fluorisent" l’eau du robinet depuis des décennies dans le monde entier, une pratique qui ne suscite aucun débat en France, alors qu’elle est interdite en Allemagne et en Suède, et très majoritairement rejetée dans les pays de l’Union Européenne. Si les USA, le Canada ou l’Australie l’appliquent également, la "fluorisation" y soulève des questions éthiques et y inspire des luttes, totalement méconnues en France, où la question, totalement occultée pourrait déclencher de nouvelles polémiques, à raison même de cette occultation…

 

Tout dentiste sait fort bien que le fluor peut causer des dommages aux dents, sous forme de fluorose dentaire, qui n’est que la partie visible des dommages du fluor sur tout le système osseux. S’il peut présenter certains bénéfices, en application locale, il est fortement déconseillé aux parents de donner des suppléments de fluor par ingestion, et donc par voie digestive à leurs enfants.

On sait moins, car ce n’est que très rarement indiqué sur les tubes de dentifrice, il faut contacter un centre anti-poison en cas d’ingestion de dentifrice…

La plupart des dentifrices contiennent en effet, en plus du fluorure de sodium, du Triclosan, un perturbateur endocrinien bio-accumulatif.

Les dangers du fluor

Le fluor qui est lui aussi bio-accumulatif et s’associe aux ions d’aluminium et de plomb est, d’une part, l’élément essentiel pour la production de l’aluminium, et d’autre part le principal résidu issu de cette industrie. Le fluor et l’aluminium adorent en effet se combiner en fluorure d’aluminium, qui traverse la barrière sang-cerveau et cause des dommages semblables à ceux de la maladie d’Alzheimer, en altérant l’intégrité neuronale et cérébro-vasculaire, causant des déficiences immunes provoquant une forme de "démence micro-vasculaire immune".

Une étude (en anglais) publiée en 1998 par Brain Research a ainsi établi que O,5ppm (parts par million) de fluorure d’aluminium ajoutés à l’eau de boisson d’un groupe de rats peut causer plus de mortalité et d’infections que dans d’autres groupes qui ont reçu 5ppm ou même 50ppm de fluorure de sodium.

L’eau potable fluorisée avec un résidu toxique?

Quel rapport avec la production de l’eau potable en France?

À priori, l’ajout de "médicaments" dans l’eau est illégal, mais l’Association française de normalisation (AFNOR) a homologué, comme l’établit "l’Avis relatif à l’homologation et à l’annulation de normes publié au Journal Officiel du 24 octobre 2006", au chapitre "Eau: milieux et usages", parmi les produits chimiques autorisés "pour le traitement de l’eau destinée à la consommation humaine (NF EN 12175) l’acide hexafluorosilicique (indice de classement: T94-213)."

En France, pour produire de l’eau potable, on injecte donc dans les usines de potabilisation, non pas du fluorure de sodium de qualité pharmaceutique, mais de l’acide hexafluorosilicique qui, comme l’établit sans conteste la fiche de sécurité des Laboratoires Solvay, est un résidu toxique concentré, issu des déchets polluants des industries de l’aluminium et des engrais phosphatés…

Cet acide est extrait à partir des filtres épurateurs anti-pollution installés dans les usines, et il est contaminé par des métaux lourds, de l’arsenic, du plomb, du mercure, du cadmium, du phosphore, des sulfates et des isotopes radioactifs…

J’exagère? Voir ci-dessous un extrait du lien http://www.oag-bvg.gc.ca/internet/Francais/pet_221_f_30308.html:

Préoccupations en matière de santé et d’environnement relativement à la fluoration de l’eau potable

[Traduction]

En ce qui concerne l’utilisation d’acide hexafluorosilicique comme source de fluorure pour la fluoration de l’eau, l’Agence (EPA, Environmental Protection Agency, agence de protection de l’environnement US, ndt) estime qu’il s’agit d’une solution environnementale idéale à un problème de longue date. En récupérant l’acide hexafluorosilicique, un sous-produit de l’industrie des engrais, on réduit la pollution de l’air et de l’eau, et les services d’approvisionnement en eau disposent d’une source de fluorure à faible coût.

   – Rebecca Hanmer, administratrice adjointe du Bureau de surveillance de la pollution de l’eau, EPA, 30 mars 1983.

Essentiellement, nous retirons des agents polluants de l’air (où ils contaminent les régions aux alentours des cheminées) pour les déverser dans notre eau (où ils sont dilués de manière plus efficace). Il n’en demeure pas moins que nous ajoutons des produits chimiques toxiques à notre eau. Est-ce bénéfique? Légal? Éthique?

[Traduction]

Si ces substances sont rejetées dans l’atmosphère, ce sont des polluants; si on les déverse dans les rivières, ce sont des polluants; si on les déverse dans les lacs, ce sont des polluants; mais si on les verse directement dans notre réseau d’eau potable, ce ne sont plus des polluants. C’est incroyable!

   – Dr. Hirzy, 2000, premier vice-président, Syndicat des professionnels de l’EPA.

(…)

Force est donc de constater qu’un cocktail de poisons peut être ajouté à l’eau du robinet en toute impunité depuis décembre 2001, lors même que le nouveau décret du 20 décembre 2001 relatif aux eaux destinées à la consommation humaine insistait à l’envi qu’en matière d’information sur l’eau primait désormais le souci de la transparence…

Normes et santé publique

La décision de l’AFNOR témoigne à contrario que la France a préféré ne pas s’embarrasser d’un débat public (perdu d’avance), sur les prétendus bienfaits du fluor (et de la médication forcée), sur la santé dentaire, face aux dangers bien réels de l’utilisation de l’acide hexafluorosilicique dans la production de l’eau potable…

On nous objectera qu’il n’existe aucune étude prouvant la nocivité de l’acide fluorosilicique ajouté à "l’eau du robinet"…

Les faits sont têtus. de très nombreuses études scientifiques existent, prouvant la neurotoxicité aigüe de ce cocktail de poisons bio-accumulatifs (arsenic, plomb, mercure, chrome, cadmium, fluorure d’hydrogène et baryum…). Ces études démontrent par ailleurs que l’assertion consistant à prétendre que des doses infimes sont inoffensives est fausse en raison du caractère bio-accumulatif de ces déchets industriels toxiques.

In fine l’affaire repose aussi la question de la validité des normes définies par les organismes privés que sont l’AFNOR et l’ISO, normes élaborées par des industriels et qui sont ensuite, on le voit, intégrées aux réglementations et législations publiques, comme ici, par le biais d’un simple "Avis" publié au Journal Officiel…

Le débat au Canada

Le site Internet du Bureau du Vérificateur Général du Canada une institution hélas sans équivalent en France, permet de prendre connaissance d’une pétition déposée en novembre 2007 qui demandait à tous les ministères concernés de rendre publiques les précautions qu’ils entendent prendre contre les dangers des effets de l’ajout de fluorure dans l’eau du robinet, et des réponses qu’y ont apporté les différentes institutions canadiennes concernées:

La pétitionnaire désire obtenir des réponses de divers ministères au sujet de l’ajout de fluorure (acide fluorosilicique) dans notre eau potable, un procédé qui, selon elle, introduit dans l’eau des substances toxiques, notamment de l’arsenic et du plomb. Elle demande aux ministères de fournir des études toxicologiques démontrant l’innocuité des composés chimiques actuellement utilisés dans la fluoration de l’eau potable. La pétitionnaire demande aussi que les ministères avisent les personnes qui travaillent dans l’industrie des pêches des effets de la fluoration de l’eau sur notre écosystème. Enfin,elle demande aux ministères quelles sont les mesures qu’ils entendent adopter pour protéger les enfants et les autres groupes à risque (par ex. les diabétiques) contre le fluorure présent dans l’eau et les aliments.

Le gouvernement répondait… en noyant le poisson, mais ces réponses n’en sont pas moins révélatrices (extraits):

Le fluorure est naturellement présent dans les sources d’eau du Canada. Il peut également être ajouté à l’eau potable à titre de mesure de santé publique afin de protéger la santé dentaire et de prévenir ou réduire les caries.

La fluoration des réserves d’eau potable est une mesure acceptée, fortement soutenue par des preuves scientifiques.

Le fluorure est utilisé à l’échelle internationale pour protéger la santé dentaire; il est ajouté aux réserves d’eau potable partout dans le monde depuis plus de 50 ans à titre de mesure de santé publique et dentaire.

Le rôle du fluorure dans la prévention des caries continue d’être appuyé par plus de 90 associations de professionnels de la santé nationales et internationales, dont Santé Canada, l’Association dentaire canadienne, l’Association médicale canadienne, l’Organisation mondiale de la santé et la Food and Drug Administration (FDA) des USA.

Question 3:

Santé Canada ou tout autre ministère fédéral croit-il que le fait d’ajouter de l’acide fluorosilicique contaminé par des éléments tels l’arsenic, le plomb, le mercure, le cadmium, le baryum et le chrome dans l’eau potable et, par conséquent, dans l’environnement répond à un intérêt légitime du gouvernement? Dans l’affirmative, quel est cet intérêt?

Réponse de Santé Canada:

Santé Canada recommande fortement que tous les produits ajoutés à l’eau potable au cours de son traitement et de sa distribution respectent les normes de la NSF applicables, y compris tous les autres additifs utilisés dans la fluoration, ce qui signifie que la concentration de toutes les impuretés contenues dans l’additif est inférieure au niveau qui constituerait un risque pour la santé humaine.

L’eau traitée adéquatement à l’aide de ces additifs homologués ne présente aucun risque pour la santé, que ce soit du fluorure ou de toute impureté.

Les normes de la NSF sont des normes volontaires qui peuvent être incorporées à des lois ou à des règlements pour les rendre exécutoires. Les produits qui satisfont à des normes précises sont homologués. Un additif qui ne satisfait pas les exigences de la norme 60 ne peut pas être homologué.

(…)

Question 9:

En l’absence d’études sur l’innocuité, y a-t-il des ministères fédéraux qui soient prêts à affirmer que l’acide fluorosilicique ne présente aucun danger? En l’absence d’études sur l’innocuité des produits utilisés dans la fluoration de l’eau, comment justifiez-vous vos actions visant à promouvoir l’utilisation de déchets dangereux qui n’ont jamais fait l’objet d’analyses d’innocuité?

Réponse de Santé Canada:

Tel que nous l’avons indiqué dans notre réponse à la question 2, la fluoration de l’eau potable ne constitue pas une surce d’exposition à l’acide fluorosilicique. Ajouté à l’eau, les fluorosilicates s’hydrolisent entièrement pour libérer des ions fluorure, ce qui signifie que l’eau potable ne constitue pas une source d’exposition à ces composés."

(…)

Question 14:

Un ministère ou organisme fédéral ou provincial peut-il obliger une personne à prendre une substance médicinale dont l’utilisation prévue n’a pas encore été approuvée et, plus particulièrement, dont le mode d’administration n’a pas été approuvé? Est-ce que l’approbation d’une substance ou d’une voie d’administration se traduit automatiquement par l’approbation d’une substance médicinale ou d’un mode de distribution différent?

Réponse de Santé Canada:

La fluoration de l’eau potable municipale vise à fournir une source de fluorure facilement accessible. L’acide fluorosilicique ou toute autre forme de fluorure utilisée dans la fluoration de l’eau potable est une source de fluorure minéral nutritif. Lorsqu’il est ajouté aux niveaux recommandés, le fluorure fournit l’apport quotidien que divers organismes sanitaires jugent adéquat pour une nutrition optimale.

Santé Canada ne réglemente pas les additifs de fluoration ajoutés aux réserves d’eau potable, car il incombe aux gouvernements provinciaux et territoriaux de s’assurer de l’innocuité et de la qualité des réserves d’eau potable publiques des municipalités.

En vertu de la Loi sur les aliments et les drogues, l’approbation d’un médicament et de sa voie d’administration ne se traduit pas automatiquement par l’approbation d’une substance semblable ou d’un mode d’administration différent. Toutefois, puisque le fluorure utilisé dans la fluoration de l’eau potable n’est pas considéré comme un médicament, les exigences d’approbation ne s’appliquent pas.

Pour en savoir plus: http://www.greenfacts.org/fr/fluorures/apropos-fluorures.htm

Source: http://tvkasos-reportages.over-blog.com/article-france-traite-l-eau-potable-fluorisee-avec-un-residu-toxique-110329834.html