mu-mondes-engloutis canalblog

La structure de Yonaguni reste un mystère, elle deviendrait alors la plus vieille structure jamais construite, plus ancienne de 7000 ans que les pyramides de Gizeh et tendrait à prouver l’existence d’une civilisation antérieur inconnue? voir  Les reptiliens Égyptiens et la magie incubatoire : révélation sur les créateurs des pyramides Beaucoup de scientifiques commencent à croire, cela nous ramènerait 12.000 ans en arrière quand cette zone était encore au-dessus du niveau de la mer, avant la fin de l’âge glaciaire.

Le monument de Yonaguni  Yonaguni-jima kaitei chikei/iseki?, littéralement « relief/vestige sous-marin de Yonaguni-jima ») est découvert lors d’un repérage en 1985 par un tour opérateur en plongée sous-marine, Kihachiro Aratake dans les eaux claires de Arakawa Point, à la pointe sud de l’île Yonaguni dans l'archipel japonais Ryūkyū. Cette énorme structure de pierre qui semble être mégalithique est pourvue d’immenses terrasses interrompues par de très grandes marches angulaires et de très grandes parois à l’apparence lisse. La structure mesure plus ou moins 75 mètres de long et 25 mètres de haut. Il faudra au moins dix ans pour que les médias relatent la découverte.

cjchurch canalblog

 "James Churchward était un écrivain britannique spécialisé dans les livres occultes. En 1926, il publie Mu, le continent perdu dans lequel il affirme qu'un continent, Mu, est englouti dans l'océan Pacifique. L'ouvrage sera suivi de plusieurs autres sur le même thème. Churchward affirmait qu'un prêtre indien l'avait instruit dans l'art de déchiffrer les textes de cette civilisation disparue, celle du peuple Naacal.

 

Dans une autre île du Pacifique, ces curieuses faces caricaturales sont elles aussi attribuables à Mu la mystérieuse

 

D'abord, le prêtre lui a parlé de tablettes, mais sans lui montrer. Après d'habiles palabres, le colonel Churchward est parvenu à l'amadouer et le prêtre a fini par lui montrer ces fameuses tablettes, écrites -ou plutôt gravées- par les Naacals eux-mêmes.

 

mu, la lettre grecque, est le symbole même de cette culture engloutie

 

Selon le colonel, les tablettes, incomplètes, faisaient partie d'un ensemble nettement plus important. Cependant, il disait avoir des preuves et prétendait que d'autres infos étaient cachées dans des archives antiques. Selon lui, Mu s'étendait du nord de Hawaii jusqu'à l'île de Pâques et aux Fidji.

 

Table d'équivalence des alphabets maya, mu et egyptien par ChurchwardIl affirmait que Mu était le Jardin d'Eden, habité par 64 millions de Naacals. D'autres terres étaient alors des colonies de l'empire Naacal. Cette civilisation aurait atteint son apogée en 50.000 BP avec une technologie plus sophistiquée que la nôtre et des colonies sur les restes desquelles seraient bâties les anciennes civilisations indienne, babylonnienne, égyptienne, perse et maya." (source)Que son grade de colonel ne vous abuse pas, Churchward était avant tout un Rêveur de réalité.

 

Ses descriptions inspirées de la civilisation de Mu ont frappé plusieurs générations de lecteurs. Ce visionnaire nous conte par le menu l'histoire de Mu, les moeurs de ses habitants, et l'énorme influence que cet empire colonialiste allait exercer sur les civilisations à venir. La même question s'est posée, dans l'océan atlantique, pour un certain nombre de civilisations sans passé, qui apparaissent déjà très évoluées, développées, voire raffinées, sans qu'on puisse dire comment elles ont appris tout ça.

 

Carte de Mu selon James Churchward

 

Les détracteurs de Churchward soulignent le côté fantaisiste de ses recherches, et font remarquer que son inspirateur, Auguste LePlongeon, n'était qu'un mayaniste de second ordre. Il aurait fait une erreur en traduisant le Codex Troano, et c'est sur cette base fausse que Churchward se serait lancé dans sa quête. "Vers la même époque, Bourbourg a prétendu avoir découvert le nom de Mu dans les anciens codex mayas, dont l'écriture était encore demeurée indéchiffrée. Ses travaux d'historien sont maintenant jugés fantaisistes."(source)

 

Détail de la structure : on voit parfaitement des marches taillées...


Ces divers bémols ne comptent pas. Dans un lieu de conscience que les gens trop raisonnables ne visitent jamais, d'autres puisent à pleins seaux l'eau de vérité. Ce lieu intérieur porte de nombreux noms, sans importance. Les poètes inspirés le prennent pour muse, les auteurs occultes y trouvent la lumière dont ils nous régalent. La beauté est dans l'oeil de celui qui regarde. Le monde est ce que notre intention en fait. Mais trop d'archéologues préfèrent ricaner en dénonçant une erreur de trado.

 

Les vestiges cyclopéens
de Yonaguni (Japon) seraient peut-être les premières traces crédibles de Mu, le mystérieux continent disparu des Naacals.

 

On se réjouit d'autant plus de voir les faits étayer l'hypothèse visionnaire du colonel Churchward : une importante découverte archéologique sous-marine relance sérieusement la réalité de Mu. Près de l'île japonaise de Yonaguni, des plongeurs ont découvert une pyramide singulière, qui a tout l'air d'un artefact.  Longue de 200 m et haute de 30 m, composée de gigantesques blocs de pierre aux angles parfaitements droits, l'imposante construction rectiligne affecte plus ou moins la forme d'une ziggourat de Babylone.

 

Maquette du monument sous-marin de Yonaguni.

 

Avec sa silhouette massive et ses proportions imposantes, on la dirait bâtie par des hommes beaucoup plus grands et plus forts que nous. "Cet objet n'a définitivement pas été fabriqué par la nature", a déclaré le prof Masaki Kimura géologue à l'Université d'Okinawa, premier scientifique à examiner le site. La découverte d’autres tertres sous-marins, plus petits, dans les environs de Yonaguni, apporte une confirmation quant à l'origine artificielle de cette structure.

 

Cette pierre singulière, sur le site de Yonaguni, intrigue les plongeurs. Est-ce une
borne sculptée ? Les restes d'une statue ? Une poterne ? Une pierre de sacrifice ? Toutes les conjectures sont ouvertes.Reste une énigme horripilante pour les archéologues : les premières traces de civilisation au Japon remontent à  11.000 BP ; il s'agit d'une civilisation de chasseurs-cueilleurs, capables de tailler des pointes de flèches, mais pas des blocs cyclopéens. Depuis plus de vingt ans, un passionnant débat oppose les géologues aux archéologues qui s'accrochent bec et ongles à une vision quasi-simiesque de nos origines, ough, ough, gourdin sur la gueule et slip en peau de zébu. 

 

"Il n’y a rien dans les archives archéologiques qui permettent de penser à la présence à cette époque d’une culture assez avancée pour bâtir une structure telle qu’une ziggourat." déclarent les archéologues vexés. Le géologue Masaki Kimura n'a pas fini de les faire bisquer en piétinant leur pré carré : il a aussi  découvert une curieuse pierre gravée, datée d'au moins 10.000 ans, qui présente des similitudes frappantes avec les tablettes de Churchward.

 

La pierre gravée du prof Kimura présente des symboles
reconnaissables. Viendrait-elle de l'antique Mu ?

 

On y distingue un engin spatial de type OVNI, des spirales, une silhouette humaine filiforme et ce qui semble être des caractères, une écriture, d'après le prof Kimura. L'écriture de Mu ? Mais alors, Churward avait vu juste ? C'en a tout l'air.

 

Le même prof Kimura a daté les vestiges de Yonaguni. La structure sous-marine date d'au moins huit mille ans, mais elle pourrait même être antérieure : -12.000 selon Hancock. L'apparition de la civilisation de Mu, selon Churchward, remonterait à -60.000. Et sa destruction aurait eu lieu vers -25.000. Ainsi que le sera l'Atlantide, Mu a été engloutie par une catastrophe de grande ampleur, comme notre planète en a connu tant et tant dans le dernier million d'années.

 

Admirez la qualité et la précision de ce travail sur une pierre dure. Daté d'au moins douze mille ans, on se demande quel homme préhistorique aurait pu tailler ça avec ses malheureux silex

 

Pour ceux qui, toute honte bue, douteraient encore de la réalité de cette cité engloutie, je suggère d'escalader les flancs de la petite île de Yonaguni pour y découvrir ce magnifique travail, juste en vis à vis de la cité engloutie il y a 12.000 ans. dans du granit taillé à même le massif rocheux… Une taille biseautée avec ovalisation bombée et symétrie parfaite, réalisée à même dans le massif granitique, voilà de quoi vaincre les dernières réticences des plus bornés. Un tel chef d'oeuvre n’a évidemment pas pu être réalisé par un sinanthrope avec ses petites mains et sa jolie hache en silex… Réveillez-vous les moutons, on nous ment depuis toujours sur notre passé.

 

Maquette du monument sous-marin de Yonaguni.

 

"Comme la venue des cycles était connue avec précision, les hommes avaient la chance de se préparer et, durant ces périodes extrêmes, tous les sommets du monde devenaient des refuges de la dernière chance.

 

Au pied du mur, on juge les plongeurs ! Ruines submergées au large de Yonaguni, au sud du Japon. Les hauts plateaux entourés de montagnes étaient privilégiés pour le refuge qu'ils offraient. Cinq endroits sont à signaler pour avoir été  des "arches" servant de refuge aux excès climatiques. Le nord du plateau himalayen mit au monde la race turanienne, elle-même enfantant la race mongole ; la partie sud du même plateau donna jour à la race indienne. Le plateau iranien donna naissance aux races akkadienne, sémitique et égyptienne qui occupèrent le pourtour de la Méditerranée.

 

Le plateau abyssinien donna naissance à la race rmoahal, ancêtre de la race noire. La société des Rmoahal se développa et finit par occuper presque toute l'Afrique dans ce qui fut appelé le grand Royaume de Nyumbani. Le plateau mexicain donna la race toltèque, qui ne tarda pas à dominer les Amériques. Le plateau péruvien donna les Tlavatis qui peuplèrent toute la côte ouest des Amériques et furent par la suite dominés par les Toltèques. C'est ainsi qu'à l'aube d'un nouvel âge d'or, il y a de cela 25.000 ans, tous ces hommes, des géants de plus de trois mètres de haut à la carrure de taureau, furent le noyau de départ des générations futures.http://eden-saga.com/fr/james-churchward-ocean-pacifique-civilisation-engloutie-mysterieuse-mu.html