L’Illinois saisit illégalement les abeilles résistantes a Monsanto; et tue les reines restantes.

 

cadres-abeillesimages

 

 

L’Ag Departement de l’Illinois a saisi illégalement abeilles privées du célèbre naturaliste, Terrence Ingram, sans lui donner un mandat de perquisition et avant que le tribunal soit mis au courant de l’affaire, rapporte « Prairie Advocate News ».

 

Derrière les violations flagrantes de ses droits constitutionnels se trouve Monsanto. Ingram faisait des recherches sur les effets du Roundup sur les abeilles qu’il élève depuis 58 ans. « Ils ont détruit 15 ans de ma recherche », a déclaré l’avocat de « Prairie », en volant la plupart de son élevage.

 

Dans une lettre certifiée du superviseur de l’inspection des ruchers de l ‘Ag Departement, Steven D. Chard a déclaré:

« Au cours d’une inspection de routine de vos colonies d’abeilles par les inspecteurs … Susan Kivikko et Eleanor Balson le 23 Octobre 2011, la maladie bactérienne «loque américaine» a été détecté dans un certain nombre de colonies situées derrière votre maison …. La présence de la maladie dans certains de vos colonies a été confirmée par les résultats des tests du Laboratoire de recherches apicoles USDA à Beltsville, Maryland, qui ont analysé les échantillons prélevés sur votre rucher ….  »

 

Ingram peut prouver que ses abeilles n’ont pas la « loque », et prévoyait de le faire lors d’une audience prévue en Avril, mais l’Etat a saisi ses abeilles à la fin de Mars. Ils ne les ont pas retournées et personne à l’Ag Dept semble savoir où sont ses abeilles.

 

Les abeilles auraient été détruites, ou elles auraient pu être remises à Monsanto pour déterminer pourquoi certaines de ses abeilles sont résistantes au Roundup. Sans les abeilles comme preuve, Ingram ne peut tout simplement pas se défendre contre les fausses accusations de « loque ».

Pire encore, tous ses reines sont mortes après que Kivikko et Balson aient « inspecté » sa propriété, en dehors de sa présence et sans mandat.

 

Fait à noter, les apiculteurs Illinois vont dans la clandestinité après l’expérience de Ingram et refusent d’enregistrer leurs ruches, au cas où l’Etat essaie de voler leur propriété privée sur les fausses allégations.

 

Source originale : Foodfreedomgroup.com

http://www.internationalnews.fr/article-monsanto-a-interet-a-la-disparition-des-abeilles-video-118163162.html

Traduction: Nutty juggler pour les moutons enragés

Posté par rusty james à 13:48 - - Permalien [#]


Inde: Le vinaigre une arme efficace de lutte contre le cancer

10427-inde_femmes

 

Le cancer du col utilisé pour tuer plus de femmes aux États-Unis que tout autre cancer. Aujourd'hui, les décès aux Etats-Unis sont presque du jamais vu grâce à un test vieux de plusieurs décennies appelé un test de Papanicolaou, qui permet la détection et le traitement précoce.

En Inde, cependant, des dizaines de milliers de femmes meurent encore chaque année du cancer du col de l'utérus.

«Il n'est tout simplement pas possible pour nous de fournir [le test de Pap] aussi souvent que cela est fait dans l'Ouest", explique le Dr Surendra Shastri, un spécialiste du cancer au Tata Memorial Hospital à Mumbai.

Le test de Pap nécessite un personnel formé et des laboratoires bien équipés, dont beaucoup de régions de l'Inde n'ont pas.

"Alors que faisons-nous?" Shastri demande. «Nous ne pouvons pas laisser les femmes mourir

Il s'avère qu'il ya peut-être une réponse simple. C'est un test pas cher et facile développé par des chercheurs de l'Université Johns Hopkins et d'autres institutions. Et il s'appuie sur quelque chose que vous avez probablement dans votre cuisine.

Acid Test

Je suis venu au village de Dervan dans l'Etat indien du Maharashtra pour voir comment le test fonctionne.

Les médecins avaient mis en place une clinique temporaire dans la coquille d'un magasin vide. Une feuille accrochée au plafond pour donner un peu d'intimité. Il n'y avait pas d'électricité - pas même une ampoule - dans la vitrine.

Une douzaine de femmes musulmanes portant le voile étaient venus pour le test. On était sur la table d'examen, sa longue jupe marron écarté. Avec ses amis assis à proximité, elle avait l'air calme et prêt.

Dr Archana Saunke pris un coton-tige et appliquer un liquide clair au col de l'utérus de la femme.

"Nous attendons une minute, et nous voyons s'il ya un patch - Patch jaunâtre," at-elle expliqué.

Si le liquide rend le col tour normalement rose blanche ou jaune, cela signifie qu'il ya des cellules précancéreuses - les cellules qui pourraient devenir cancer.

Moins d'une minute ou deux, le médecin avait quelques bonnes nouvelles pour son patient.

«C'est normal», a déclaré Saunke. La femme sourit largement.

Lorsque les tests donnent des mauvaises nouvelles et montrent des cellules précancéreuses, celles-ci peuvent être retirés sur place avec un jet d'azote liquide. Aucun voyage de retour est nécessaire.

Quel est donc ce liquide clair Dr. Saunke appliquée?

«Acide acétique», dit-elle. Vinaigre de ménage commun.

Surmonter la résistance

Les tests sont effectués ici font partie d'un programme d'essais en cours d'exécution par Tata Memorial Hospital et l'Hôpital Walawalkar, où le Dr Suvarna Patil est le directeur médical.

Patil dit lorsque le test de vinaigre a été portée dans les villages, les femmes n'étaient pas intéressés, même si c'était gratuit.

«Chaque fois que nous avions l'habitude d'aller à leurs maisons, ils servent à fermer les portes. Ils disaient:« Non, nous ne voulons pas [elle]. Tu t'en vas ».

Patil dit que beaucoup de femmes ont trouvé tester une peine. Ils ont été gêné d'avoir un examen vaginal, et pour quoi? Ils ne pensaient pas que le cancer peut être traité.

L'Inde étant un pays de solutions de haute et de basse technologie, Patil a envoyé des agents de santé avec les ordinateurs chargés de présentations animées. Ils ont mis en place des affiches dans la ville et joué des pièces. Ils ont parlé aux élèves des écoles et aux chefs de village.

Pourtant, , les femmes ne viendraient pas.

"les femmes  musulmanes,  ne viendront jamais parce que c'est leur culture»,. "Même les femmes ndiennes, elles sont très timides. Donc tout d'abord ce que nous avons fait, c'est de nommer [un] personnel entièrement féminin."

Le personnel a obtenu une formation de sensibilisation. Ils ont appris à tester non seulement pour le cancer du col, mais aussi pour l'hypertension artérielle, problèmes dentaires, le diabète et d'autres maladies femmes ont été inquiet. Les hommes ont également été invités pour les autres projections - et de soutien masculin pour le programme a été un facteur clé pour les femmes.

 Puis ce fut une question de temps pour que les attitudes changent.

Résultats positifs

Ce qui l a fait une grosse différence c'est quand les femmes ont vu d'autres femmes réellement vaincre le cancer.

«Maintenant, ils voient les résultats, parce que  le cancer est dépister très tot , , dit-elle. «Les gens viennent nous voir et nous diisent :« S'il vous plaît organiser un camp de dépistage du cancer pour nos femmess. Mais il a fallu huit ans. C'était si difficile. "

Il est évident que ces huit années ont porté leurs fruits.

Retour à la clinique de dépistage temporaire, Sojata Sanjay Kapril a dit qu'elle était heureuse, elle a subi le dépistage. Résultat de son test était négatif, mais elle a dit que si une anomalie a été trouvé », alors nous pouvons le guérir."

La technique de vinaigre a été adoptée dans plusieurs pays aujourd'hui, et il ya un autre test plus coûteux pour le cancer du col utérin que certains disent peut finalement s'avérer être encore mieux.

Ces tests pourraient sauver la vie de dizaines de milliers de femmes chaque année en Inde - tant que les femmes continuent d'être convaincu de les utiliser.

traduction par Rusty james

http://www.pbs.org/newshour/rundown/2012/12/in-india-a-secret-weapon-against-cancer-vinegar.html

Des ogives nucléaires disparues aux USA auraient servi à fukushima

ogives nucléaires

Plus fort que le 11 septembre, les accusations incroyables qu’un journaliste japonais de premier plan a récemment portées au sujet de la centrale de Fukushima qui a subi une catastrophe nucléaire en Mars 2011, créant onde de choc à travers le monde.

Tout d’abord, l’ancien rédacteur en chef d’un grand journal au Japon déclare que les Etats-Unis et Israël savaient qu’il y avait de l’uranium et du plutonium militaire exposés à l’atmosphère à Fukushima après que la vague du tsunami ait frappé le réacteur.

Deuxièmement, il soutient que les services israéliens ont saboté le réacteur en représailles au soutien du Japon à un Etat palestinien indépendant.

Selon Yoishi Shimatsu, ancien rédacteur en chef du Japan Times Weekly, ces matières nucléaires ont été expédiés à l’usine en 2007 sur les ordres de Dick Cheney et George W. Bush, avec la complicité du Premier ministre israélien Ehud Olmert.

L’envoi aurait été fait sous la forme de cœurs d’ogives secrètement enlevés des États-Unis de têtes nucléaires des installations BWX Plantex près d’Amarillo, au Texas.

Agissant en tant qu’intermédiaire, Israël aurait transporté ces ogives du port de Houston, et dans le processus gardé les meilleurs noyaux tout en donnant les ogives âgées aux Japonais, celles qui ont dû être enrichies à Fukushima.

Shimatsu pense que l’ agent de la CIA en retraite et mercenaire Roland Vincent Carnaby a appris que les ogives ont été transportés à partir de Houston.

Coïncidence étrange, Carnaby a été mystérieusement abattu moins d’un an plus tard par la police de Houston à un arrêt de la circulation.

Il a reçu une balle dans le dos et une dans la poitrine. Il n’avait pas d’armes dans les mains.

Des sources du renseignement ont affirmé qu’il suivait une une unité du Mossad en charge de la contrebande du plutonium américain des quais de Houston pour un réacteur nucléaire israélien.

Dans une accusation encore plus explosive, le journaliste affirme que 20 minutes avant la catastrophe nucléaire de la centrale de Fukushima, Israël, excédé par le soutien japonais à une déclaration palestinienne d’Etat indépendant, aurait trahi le Japon en lâchant le virus Stuxnet sur des ordinateurs de l’usine.

Le virus aurait entravé l’arrêt du réacteur, avec pour retombées la panne de l’usine abritant l’uranium et le plutonium extraits des ogives fournies en 2007.

Bien qu’il soit impossible de vérifier certaines des affirmations de Shimatsu, il est incontestable qu’une dissimulation importante a eu lieu au moment de la catastrophe de Fukushima en Mars. Les explosions sur le site ont ainsi été immédiatement minimisées.

Alors qu’il a été ensuite révélé que trois réacteurs avaient sauté, les autorités japonaises ont dans un premier temps classé catastrophe comme de niveau 4 sur l’International Nuclear Event Scale, bien que des experts externes l’aient évalué à 7, soit le plus haut niveau.

Il est à noter qu’en 2009, deux ans après que les ogives aient été secrètement déplacées vers le Japon, selon Shimatsu, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a publié un avertissement voilé au Japon lui demandant de ne pas abandonner sa politique en matière d’armement nucléaire.

L’AIEA sait, cependant, que le Japon a depuis logtemps le potentiel de construire des armes nucléaires.

Cela a été clairement établi dès 1996, quand une fuite de documents du ministère des Affaires étrangères a exposé comment le Japon avait mis en oeuvre une double stratégie à l’égard de l’arme nucléaire depuis le milieu des années 1960.

Il s’agissait de professer publiquement une politique de refus de l’armement nucléaire tout en maintenant la capacité de construire un arsenal nucléaire. Le Parti libéral démocrate, qui a dominé la vie politique japonaise depuis 45, a toujours dit qu’il n’y a aucun obstacle constitutionnel à disposer de têtes nucléaires.

Le facteur qui aurait encouragé l’administration Bush-Cheney de la Maison Blanche à fournir au Japon les moyens de construire des armes nucléaires secrétement serait la montée en puissance de la Chine. Cheney et Bush auraient cherché à armer le Japon et l’Inde avec des armes nucléaires afin de gêner la Chine.

Info ou intox ? A vous de juger !


Le 16 novembre 2007

Selon de nombreux rapports, plusieurs bombes nucléaires ont été « perdues » pendant 36 heures après qu’elles aient décollé le 29-30 août 2007 pour un voyage d’un bout à l’autre des États-Unis, de la base militaire de l’US Air Force de Minot dans le Dakota du Nord à la base militaire de l’US Air Force de Barksdale en Louisiane. [1] Selon certaines informations, six ogives nucléaires W80-1 armées sur des missiles de croisière AGM-129, auraient été « perdues. » [2] L’histoire a été signalée pour la première fois par le Military Times, après que des militaires aient laissé filtrer l’histoire.  
 





Il est également intéressant de noter que le 27 août 2007, soit quelques jours avant l’incident des missiles nucléaires « perdus », trois bombardiers B-52 effectuaient des missions spéciales sous mandat direct du général Moseley, chef d’état-major de l’US Air Force. [3] Il a été rapporté que l’exercice était une mission de collecte d’images et d’informations aériennes. La base de Minot est aussi le siège de la 91ème Space Wings [NDT : une unité de missiles stratégiques], une unité sous le commandement de l’Air Force Space Command [NDT : Force aérienne spatiale des États-Unis, ayant entre autre la responsabilité des missiles intercontinentaux à têtes nucléaires].

 

Selon les rapports officiels, les pilotes de l’US Air Force ne savaient pas qu’ils transportaient des armes de destruction massive. Une fois rendus en Louisiane, ils ont également laissé les armes nucléaires sans surveillance sur la piste d’atterrissage pendant plusieurs heures. [4]

 

Le Major Général Richard Y. Newton III, adjoint du chef d’état-major de l’US Air Force pour les Opérations, les Plans et les Besoins, a commenté l’incident en disant qu’il y avait eu une série d’erreurs de procédure « sans précédent », qui a révélé « l’effritement du respect des normes de manipulation des armes. » [5]

 

Ces déclarations sont trompeuses. Le relâchement de la sécurité ne résultait pas de négligences dans les procédures au sein de l’US Air Force, mais plutôt d’une falsification délibérée de ces procédures.

 

Quand un soldat, un marine, un aviateur ou un matelot reçoit un fusil et un chargeur, armes de moindre importance par leur dangerosité et leur coût, cette action est soumise au contrôle d’une série de procédures administratives très strictes, elles-mêmes soumises à la chaîne de commandement. Cela fait partie de la série de contrôles et de mesures utilisés par tous les services des forces armées US.

 

Les militaires qualifiés pour parler de ce sujet peuvent confirmer qu’il existe une procédure rigoureuse relative à la manipulation des armes nucléaires. Lorsqu’il s’agit de manipuler de telles armes, la chaîne de commandement est sévère et pratiquement inflexible : un simple soldat, matelot, aviateur ou marine n’est évidemment pas autorisé à les manipuler. Seuls les militaires spécialisés dans les procédures spécifiques de manutention et de chargement sont autorisés à accéder, manipuler et charger les ogives nucléaires.

 

Chaque membre du personnel qui déplace ou même qui touche ces armes doit signer un formulaire de suivi et de contrôle qui le rend entièrement responsable de leur mouvement. Les procédures administratives qui régissent ces manipulations existent pour de bonnes raisons. Les officiers qui ordonnent le déplacement des armes nucléaires, notamment les commandants des bases militaires, doivent également remplir les formulaires en question.

 

Autrement dit, déménager sans autorisation des armes nucléaires serait pratiquement impossible à accomplir à moins que la chaîne de commandement soit contournée, ce qui impliquerait dans ce cas la falsification délibérée des formulaires et des procédures de suivi.

 

 

FUKUSHIMA : 36 milliards de Bq/m³ de Cs-134/137 dans les eaux retenues du réacteur 2

rusty james canalblog

Ce 27 juillet 2013, Tepco annonce qu’ils ont relevé 2 350 000 000 000 Bq/m³ dans les eaux retenues côté mer de la tranchée du réacteur 2.

C’est la tranchée de la prise du câble électrique du réacteur 2. Le 19 juillet 2013, Tepco avait foré un trou (de 20 cm de diamètre) dans cette tranchée à partir de sa surface. Ils ont pris l’échantillon le 26 juillet 2013.
Le 19 juillet 2013, le Fukushima Diary publiait “36 milliards de Bq/m³ de Cs-134/137 dans les eaux retenues dans la tranchée du réacteur 2 / le tritium en cours d’analyse ” Cette fois, c’est dans la tranchée voisine.

Au bilan, ils ont relevé un niveau extrêmement élevé de radioactivité :
Cs-134 : 750 000 000 000 Bq/m³ (750 milliards)
Cs-137 : 1 600 000 000 000 Bq/m³ (1 600 milliards)

Ce n’est que dans une portion de la tranchée. Ils ne donnent pas la quantité totale d’eau retenue dedans.

imagebot748-450x305

↓ Le trou dans la tranchée.

スクリーンショット(2013-07-27-11

 http://www.asahi.com/koshien/95/fukushima/

Posté par rusty james à 11:46 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

Source : http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=8211 via

Ufoetscience – Actu du Web

En utilisant le télescope spatial (L’utilisation d’un télescope (Un télescope (du grec tele signifiant « loin » et skopein signifiant « regarder, voir ») est un…) sur Terre (La Terre, foyer de l’humanité, est surnommée la planète bleue. C’est la troisième planète du système solaire en partant…) est limitée par les turbulences de l’atmosphère, qui dégradent considérablement…) européen Herschel, un équipe internationale incluant des chercheurs de l’Observatoire de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville…), de l’Institut de Radio Astronomie (Avec plus de 6 000 ans d’Histoire, l’astronomie est probablement la plus ancienne des sciences naturelles, ses origines…) Millimétrique – IRAM et de l’Observatoire de Grenoble en France ont découvert de la vapeur () d’eau là où l’on pensait jusqu’ici qu’elle ne pouvait se former: enfouie profondément dans l’atmosphère d’une étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme…) géante (Branche asymptotique des géantes, naines blanches, nébuleuses planétaires) rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) carbonée qui pulse, CW du Lion. Ce résultat, publié le 2 septembre 2010 dans la revue Nature, devrait aider à mieux comprendre comment une telle étoile évoluée produit et expulse les ingrédients clefs de toutes les formes connues de la vie.

L’étoile géante rouge carbonée CW Leonis vue par PACS et SPIRE, deux des caméras-spectromètres d’Herschel.
L’étoile est trop lumineuse pour être bien distinguée. Mais elle libère de la matière sous forme d’un vent
stellaire violent, dont une partie apparaît comme un ‘choc en forme d’arc’ à gauche de l’étoile dans cette image.
Les observations ont montré que la vapeur d’eau se forme en profondeur près de la surface (Il existe de nombreuses acceptions au mot surface, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, souvent…) de l’étoile,
ce qui était jusqu’ici considéré comme impossible. Les astronomes en déduisent que le vent stellaire
doit être beaucoup plus "grumeleux", hétérogène, qu’on ne pensait.
Certaines régions connaissent un vent beaucoup plus faible que d’autres.
Ce phénomène permet à la lumière (La lumière désigne les ondes électromagnétiques visibles par l’œil humain, c’est-à-dire comprises dans des…) ultraviolette de l’espace interstellaire d’atteindre en profondeur
les régions les plus chaudes et d’y déclencher la création de la vapeur d’eau.

Les principaux éléments constitutifs de la vie sur Terre sont l’eau et les molécules organiques à base de carbone. Les deux entités sont synthétisées en quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre…) par les étoiles comme le Soleil ((pourcentage en masse)) à la fin de leur vie. Quand ils vieillissent, ces astres deviennent des étoiles géantes rouges. Ils expulsent leur atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :). Celle-ci, on l’a déjà vu, peut contenir des molécules d’eau ou organiques ; mais jusqu’ici on pensait que les deux espèces ne pouvaient coexister. Les nouveaux résultats obtenus avec les Photodetector Array Camera Spectrometer – PACS et Spectral and Photometric Imaging Receiver – SPIRE à bord de l’observatoire Herschel lancé, en mai 2009, par l’Agence spatiale européenne ESA ont conduit à réviser cette notion par la détection de vapeur d’eau chaude qui abonde dans l’atmosphère d’une étoile géante rouge pulsante, très riche en carbone.

CW du Lion (alias IRC+10216) est une étoile géante rouge située dans la constellation du Lion. De quelques fois la masse du Soleil, elle s’étend pourtant à des centaines de fois la taille de notre étoile – dans le Système solaire (Le système solaire est le nom donné au système planétaire composé du Soleil et des objets célestes gravitant autour de…), elle se prolongerait jusqu’au-delà de l’orbite de Mars. A peine détectable dans le visible, même par les plus grands télescopes, c’est la plus brillante étoile du ciel (Le ciel est l’atmosphère de la Terre telle qu’elle est vue par les êtres humains depuis le sol de la planète.) observé dans l’infrarouge, à des longueurs d’onde dix fois plus élevées que celles perçues par l‘œil humain. Ceci suggère que d’énormes quantités de particules de poussière se sont condensées autour de l’astre. Elles absorbent le rayonnement (Le rayonnement est un transfert d’énergie sous forme d’ondes ou de particules, qui peut se produire par rayonnement…) visible pour le réemettre, ensuite, dans l’infrarouge.

L’étoile est classifiée comme ‘carbonée’. À une distance d’environ 500 années-lumière, c’est l’objet de ce genre le plus proche de la Terre. En profondeur, dans son cœur, les réactions de fusion nucléaire (La fusion (En physique et en métallurgie, la fusion est le passage d’un corps de l’état solide vers l’état liquide. Pour un corps…) nucléaire (Le terme d’énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) (dite parfois thermonucléaire) est, avec la fission, l’un des deux principaux types de réactions…) convertissent l’hélium en carbone. L’astre émet actuellement 10 000 fois plus d’énergie que le Soleil. Et ses couches externes enflent en un ‘vent stellaire’ – un milliard de fois plus intense que le vent solaire (Le vent solaire est un flux de plasma constitué essentiellement d’ions et d’électrons qui sont éjectés de la haute…). Cette matière est riche de nombreuses molécules à base de carbone et de particules de poussière. CW Leonis achèvera bientôt son existence en devenant une étoile naine blanche chaude entourée d’une nébuleuse planétaire – un nuage diffus de gaz (Au niveau microscopique, on décrit un gaz comme un ensemble d’atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi…) et de poussière fait de la matière présente dans son atmosphère et ensuite expulsée.

Avec autant de carbone dans son atmosphère, la quasi totalité de l’oxygène devrait se trouver piégée sous forme de monoxyde de carbone CO, pensaient les scientifiques. Ce qui signifie que la molécule d’eau H2O doit être absente. Cependant, en 2001, le Submillimeter Wave Astronomy Satellite – SWAS (Satellite d’astronomie en ondes submillimétriques) a détecté des émissions de CW Leonis à une longueur (La longueur d’un objet représente la distance entre deux de ses extrémités, les plus éloignées possibles. Lorsque…) d’onde particulière liée à la vapeur d’eau. Une proposition d’origine possible était alors que le vent stellaire libère des molécules d’eau à partir d’un nuage de comètes glacées autour de l’étoile.

Toutefois, désormais, Herschel a détecté la signature définitive de l’eau à des longueurs d’ondes beaucoup nombreuses. La vapeur d’eau apparaît portée à des températures allant jusqu’à 1000 degrés, ce qui implique que la vapeur d’eau se trouve distribuée à travers le vent stellaire y compris en profondeur, près de l’étoile elle-même. Le modèle de vent stellaire en interaction avec un nuage de glace cométaire doit maintenant être remplacé par celui où la vapeur d’eau est créée par des processus chimiques jusque-là insoupçonnés et déclenchés avec l’aide du rayonnement ultraviolet (Le rayonnement ultraviolet (UV) est un rayonnement électromagnétique d’une longueur d’onde intermédiaire entre celle de…) interstellaire. La lumière ultraviolette brise le monoxyde de carbone et libère l’oxygène qui réagit ensuite avec l’hydrogène pour former les molécules d’eau.

La seule source plausible de lumière ultraviolette est l’espace interstellaire ambiant. On savait déjà que le vent stellaire est hétérogène, ‘grumeleux’, et les résultats apportés par Herschel montrent que certaines régions autour de l’étoile sont effectivement presque vides. Elles permettent à la lumière ultraviolette d’atteindre les couches les plus profondes de l’atmosphère de l’étoile et d’y initier les réactions qui conduisent à l’eau.

Sur la Terre primitive, le rayonnement ultraviolet sévère en provenance de notre propre Soleil pourrait avoir joué un rôle crucial dans le déclenchement des processus prébiotiques qui ont finalement abouti à créer les briques moléculaires de la vie. Les nouveaux résultats du télescope Herschel impliquent que des réactions analogues opèrent autour d’étoiles géantes rouges qui continuent de fournir du matériel pour les nouvelles générations d’étoiles et de planètes dans les galaxies comme notre Voie lactée.

Référence:

Ces informations sont issues d’un article scientifique intitulé "Warm water vapour in the sooty ouflow from a luminous carbon star" et paru le jeudi 2 Septembre 2010 dans la revue internationale Nature.

Equipe:

Le travail d’analyse a été conduit pas 37 chercheurs ressortissants de 8 pays. L’auteure principale est Leen Decin, de l’Université catholique de Louvain (Belgique). Marcelino Agúndez de l’Observatoire de Paris, Michel Guélin de Institut de Radio Astronomie Millimétrique – IRAM et Claudine Kahane de l’Observatoire de Grenoble ont contribué en France.

Marcelino Agúndez est chercheur post-doctorant au Laboratoire Univers (On nomme univers l’ensemble de tout ce qui existe, comprenant la totalité des êtres et des choses (celle-ci comprenant…) et Théories – LUTH, unité mixte de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de…) entre l’Observatoire de Paris, le CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de…) et l’Université Paris-Diderot.

L’Institut de Radio Astronomie Millimétrique – IRAM est un organisme de recherche franco-germano-espagnol. Ses activités sont soutenues en France par l’INSU/CNRS.

Le télescope Herschel

Le télescope Herschel un observatoire de l’ESA. Les instruments PACS et SPIRE ont été réalisés par un consortium d’instituts avec le soutien, en France, du CEA, du CNES et du CNRS.

Source: Observatoire de paris

Posté par rusty james à 15:44 - Permalien [#]

Méningite B: le Royaume-Uni refuse d'inclure le vaccin de Novartis dans le calendrier vaccinal officiel

606x341_219544_inde-le-geant-pharmaceutique-novarti

Le géant pharmaceutique suisse Novartis a essuyé un nouveau revers mercredi au Royaume Uni, l'organisme chargé d'évaluer les vaccins ayant décidé pour l'instant de ne pas recommander le Bexsero, destiné à prévenir la méningite B.

 

AFP - Le géant pharmaceutique suisse Novartis a essuyé un nouveau revers mercredi au Royaume Uni, l'organisme chargé d'évaluer les vaccins ayant décidé pour l'instant de ne pas recommander le Bexsero, destiné à prévenir la méningite B.

 

Dans un rapport intermédiaire, le Joint Committee on Vaccination and Immunisation (JCVI), le comité chargé de conseiller les départements de la santé outre-Manche, a considéré qu'il ne pouvait pas recommander ce produit dans les programmes de vaccinations de routine pour des raisons de coûts.

 

"Le JCVI a conclu, sur la base des données disponibles, qu'il est hautement improbable que l'immunisation de routine des nourrissons et jeunes enfants utilisant Bexsero soit efficace en termes de coûts", a indiqué le comité dans son rapport.

 

En janvier, l'Union européenne avait donné son feu vert à la commercialisation de ce vaccin, destiné à prévenir le méningocoque B, responsable de la grande majorité des méningites graves.

 

Dans un communiqué, le groupe bâlois s'est dit déçu par cette position provisoire du comité, estimant que cette décision n'allait pas dans l'intérêt du public.

 

"Il est décevant de voir que la décision a été motivée principalement par des considérations financières et sans aucune discussion sur les prix avec Novartis", a déclaré Andrin Oswald, directeur de la division Vaccins et Diagnostiques, cité dans un communiqué.

 

Il a ajouté que les modèles d'évaluation ne rendaient pas justice à ce vaccin, qui permet de lutter contre cette infection à l'origine de décès ou de séquelles graves chez les nourrissons et les jeunes enfants.

 

Le groupe suisse a précisé qu'il entend fournir davantage d'informations sur ce vaccin avant la décision finale du comité.

 

En février, Novartis avait déjà subi un revers au Royaume-Uni sur Javaki, les autorités britanniques ayant jugé trop onéreux ce traitement pour une forme rare de cancer du sang.

 

Les groupes pharmaceutiques sont actuellement confrontés à des pressions croissantes sur les prix alors que de nombreux États cherchent à réduire leurs dépenses de santé pour équilibrer leur budget.

 

Source : France24 avec l’AFP.

 

Cet article montre ce que nous avons plus d’une fois expliqué : que le soutien (financier) des autorités publiques est ESSENTIEL pour écouler les vaccins. Quand les gens paient de leur poche, ils ont en effet tendance à davantage s’informer ou à ne pas se lancer dans des investissements qui peuvent être trop risqués (à tous points de vue). Quand les vaccins sont gratuits en revanche, ça donne l’illusion trompeuse à beaucoup de gens que c’est sûr et valable. Les gens ont souvent la tendance à « prendre tout ce qu’ils peuvent de gratuit ».

 

Que le Comité Britannique des Vaccinations (JCVI) ait rejeté l’idée de rembourser et d’inclure ces vaccins dans le calendrier officiel, est aussi indicatif. Ces gens-là doivent sans doute aussi « sentir le vent tourner » étant donné que trente années de documents confidentiels ont montré à quel point ils étaient capables de taire des données essentielles de sécurité au public pour sauver la poursuite des programmes de vaccination 

!!http://www.initiativecitoyenne.be/article-meningite-b-le-royaume-uni-refuse-d-inclure-le-vaccin-de-novartis-dans-le-calendrier-vaccinal-offic-119231254.html