adn

Des champs électromagnétiques complexes déterminent l'organisation de tous les systèmes biologiques. Fondamentalement, nous sommes des êtres électromagnétiques plutôt que chimiques. L'interaction ondulatoire est la clef qui détermine la structure biologique et son fonctionnement optimal. Les biosystèmes sont sensibles aux champs électromagnétiques naturels et artificiels. Les perturbations des champs de l'environnement peuvent induire des changements dans les organismes que ces champs informent. Les fréquences et amplitudes de champs affectent notre état biodynamique.

2 - Les fréquences ELF de la Résonance de Schumann sont intimement liées a celles des ondes cérébrales humaines. Des changements induits naturellement ou artificiellement dans la RS pourraient affecter de manière subtile, voire forte, la génération des ondes cérébrales. En particulier, cela pourrait conduire à des changements de schémas de fréquences de résonance et aux phénomènes qui en résultent tels que l'homéostasie, les REM, la psi et la guérison.
Pendant une dizaine d'années, Robert Beck fit des recherches sur l'activité des ondes cérébrales des guérisseurs de toutes cultures et religions, (il énumère les médiums, les chamans, les radiesthésistes, les guérisseurs chrétiens, les voyants, les lecteurs d'ESP, les praticiens de Kahuna, Santeria, Wicca et autres), qui, indépendamment de leurs systèmes de croyances, manifestaient "des signatures EEG quasi identiques" au moment de leurs actions de "guérison" : une activité d'ondes cérébrales de 7,8 à 8 Hz, qui durait d'une à plusieurs secondes et qui était "synchronisée en phase et en fréquence avec les micro-pulsations géoélectriques de la Terre ; la RS". (Sidorov, 2001).
Les cristaux liquides (l'ADN, les ventricules cervicaux et les structures cellulaires) du corps humain peuvent fonctionner comme des antennes qui détectent et décodent les signaux ELF globaux et locaux. Beal (1996) suggère que les cristaux liquides (qui sont des éléments intrinsèques des membranes cellulaires) agissent comme des mécanismes de détection, amplification et mémorisation pour les schémas ELF EM de l'environnement. Les protéines tendent à s'orienter selon le EMF (champ électromagnétique) résonnant à 10 Hz et seraient donc très sensibles aux changements d'ELF dans cette gamme. Un champ d'ondes cohérent peut émaner de la matrice de cristaux liquide (LC) du corps.
La structure propre et l'organisation des tissus vivants sont cependant gouvernées par la molécule clé qu’est l'ADN. Le système génétique (qui, pour être plus précis, est constitué d'une fonction de translation equidirectionnelle qui peut partir aussi bien de l'ADN, de l'ARN que de la protéine) s’avère être un code complexe, multidimensionnel avec des matériaux (nucléotide) à la fois locaux (codon) et globaux (contexte) et des paramètres de champs (hologramme EM), tous interdépendants et sujets aux influences externes de l'environnement. (Sidorov, 2002).

3 - Il existe un rapport étroit entre les désordres du comportement humain et les périodes de perturbations solaires et magnétiques. Réciproquement, des études ont montré que des sujets qui vivent assez longtemps isolés des rythmes électromagnétiques développent des irrégularités croissantes et des rythmes physiologiques chaotiques. Ceux-ci sont rétablis de façon spectaculaire par l'intervention d'un faible champ électrique de 10 Hz. Les premiers astronautes en furent victimes jusqu'au moment où des générateurs RS furent installés dans les vaisseaux spatiaux.

4 - Les anomalies géomagnétiques (tensions tectoniques, earthlights, perturbations du champ géomagnétique) peuvent induire certaines formes de perception paranormale, telles que des hallucinations visuelles et auditives, et les TLT (transitoires du lobe temporal, ou attaque légère).
Aussi, un des effets de la méditation est de "calmer l'esprit" c’est une méthode permettant d’installer le "libre cours" (ou périodes de silence thalamique) et d'être entrainé par les rythmes géophysiques naturels. Cette forme d'accord ou de "magnétoréception" est relayée par la glande pinéale (30 % de ses cellules sont sensibles au magnétisme) et les tissus organiques contenant de la magnétite. (Nous Avons un Sixième Sens Magnétique : S&V 2012).
Persinger (1989) fait observer que l'activité profonde du lobe temporal existe en équilibre avec la condition géomagnétique globale. Lorsqu'il y a une brusque diminution de l'activité géomagnétique, il semble se produire une majoration des processus qui facilitent la perception psi, particulièrement la télépathie et la clairvoyance. Les augmentations de l'activité géomagnétique peuvent réduire le niveau de mélatonine de la glande pinéale et contribuer à réduire les seuils d'attaques corticales. En fait, la mélatonine est en relation avec les désordres du lobe temporal tels que les dépressions et les attaques. (Krippner ; 1996).

5 - Les conditions ELF globales optimales (nuit calme, faible activité solaire, faible pollution EM) peuvent faciliter les perceptions paranormales, y compris psi telles que ESP, vision et guérison à distance.
La psi est toujours présente dans l'espace et le temps, attendant d'être activée par une crise, par l'émotion ou par des paramètres de stimulus optimaux en laboraroire. L'activité géomagnétique est susceptible d'affecter la capacité de détection de cette information par le cerveau, particulièrement les chemins neuraux qui facilitent la consolidation et l'accès conscient à cette information. En l'absence de cette activité géomagnétique, l'éveil au stimulus psi serait moins probable et les "capacités de réserves latentes" du cerveau ne seraient pas utilisées. (Krippner ; 1996).

6 - Sidorov (2001) et d'autres ont suggéré que l'intention humaine fonctionne comme une fenêtre variable de transmission/réception dans l'échange d'information extrasensorielle, peut-être dans la gamme des fréquences ELF électromagnétiques. La synchronisation cérébrale de l'émetteur et du récepteur avec la RS facilite la psi ou "l'entrainement thérapeutique", amplifiant, ré-émettant des formes d'ondes cohérentes dérivées de l'environnement, imitant le schéma d'ondes de l'environnement. Sidorov avance l'hypothèse : Les ondes cérébrales (particulièrement dans la gamme alpha) peuvent être transmises via le système périneural (ou via l'excitation de Frohlich) vers n'importe quelle zone éloignée du corps, et même vers des organismes adjacents, par les ondes EM ELF. Ces fréquences peuvent être amplifiées par des ondes RS voisines ou par un mécanisme de feedback typique des chemins physiologiques du corps (semblables aux cascades immunologiques et neuroendocrinologiques). A leur tour ces fréquences de base peuvent réactiver les processus de guérison interrompus, favoriser la croissance, accélérer les réponses immunitaires et en général provoquer le démarrage des fonctions inhérentes aux tissus corporels en "rééquilibrant ses énergies" (selon la médecine orientale) ou (dans la terminologie de Beal) en reconfigurant l'orientation des cristaux liquides des composants des membranes cellulaires et en déclenchant ainsi des réponses intracellulaires spécifiques. (Sidorov, 2001).
Nous émettons l'hypothèse, avec Pitkanen et Sidorov, que la RS pourrait être le substrat d'un mécanisme de perception extrasensorielle de type radar commun à tous les êtres vivants. De même que l'eau bondissant sur les rochers ou sur tous objets submergés, cette fréquence non-spécifique est absorbée et ré-émise en schémas interférentiels uniques propres à chaque objet rencontré. Ce schéma d'interférence est un composite de propriétés externes et internes, puisque les atomes et molécules les constituants ainsi que leur assemblage global retransmettent tous cette énergie selon leurs configurations spécifiques. Non seulement cela, mais les "ondes de sonde" peuvent être modulées en fréquence et en forme de manière intentionnelle afin de fournir une information spécifique (schémas d'interférence). Décodées par le cerveau, elles reviennent quasi instantanément "sur le dos" de la RS. Une fois reprises, le cerveau décode le schéma. Dans cette transformation de type Fourier, l'information est traduite en données conscientes, de fagon similaire à d'autres processus sensoriels.
Réciproquement, des effets spécifiques peuvent être empreints comme bioinformation et "produire une action mystérieuse à distance" lorsque le signal arrive à destination. Sous de bonnes conditions globales (préalables), le schéma peut, à son tour, éviter la dissipation usuelle et s'accoupler à l'onde stationnaire dominante (état de conscience") qui est saisie et portée par la RS.
L'intention mentale peut fonctionner comme une fenêtre variable de transmission/réception dans l'échange d'information extrasensorielle. Accordée à la RS, elle peut porter à des cibles lointaines une telle information et fonctionner comme un interface primitif de type radar. Tout ceci et d'autres mécanismes dépend de ce que les fréquences RS demeurent dans leur gamme médiane, en harmonie avec nos ondes cérébrales.
A l'issue de près de huit décades d'EEG et autres études d'imageries du cerveau, nous sommes contraints d'admettre que nous ne pouvons toujours pas préciser avec certitude d'où proviennent les voltages de l'EEG. (Becker ; 1985, pg.88)...
Il est concevable que le système périneural selon Becker ou la matrice LC de l'organisme (incluant, sans limitation, les tissus conjonctifs, les membranes cellulaires et l'ADN) pourrait fonctionner comme un réseau de récepteurs sensoriels du corps entier pour le canevas de signaux sensoriels magnétiques de Pitkanen, avec encodage de schémas d'excitation pour différents types d'information...
Les réseaux de cristaux liquides omniprésents du corps et leurs possibilités de configurations quasi infinies en font des candidats de premier plan pour constituer les récepteurs sensoriels primaires que la parapsychologie espère trouver. On peut même concevoir que les propriétés de conjugaison de phase de l'ADN (Popp et Chang, 1998) leur conférent un fonctionnement d’antenne multi-mode, modifiant leurs fonctions selon les champs de signaux environnants et peut-être en agissant non seulement comme un programme régulateur, mais aussi un élément de perception "extrasensorielle". (Sidorov, 2002).

 

source : http://soinsdelumiere.wordpress.com