6064124-9048985

« Va-t-en-guerre est celui qui est contre l’intervention internationale en Libye et certainement pas nous qui sommes des constructeurs de paix »
- Enrico Letta, alors secrétaire-adjoint du Partito democratico
(aujourd’hui premier ministre italien) en mars 2011.
 
Dans un précédent éditorial, j’annonçais une « nouvelle intervention de l’OTAN en Libye » ? Pour les lecteurs sceptiques, l’opération se précise et est déjà en cours ! Elle a été confiée à … l’Italie. C’est-à-dire à l’ancienne puissance coloniale définitivement expulsée par Kadhafi en 1969. Cette Italie qui sous la monarchie réactionnaire, puis le fascisme mussolinien, a commis massacres, crimes de guerre (aux gaz notamment), camps de concentration. Et a exécuté le héros national libyen Omar Muktar. Celui-là précisément que la junte des islamo-monarchistes du CNT de Benghazi osait revendiquer. Ceux qui sont précisément installés maintenant à Tripoli par l’OTAN – les agents de la CIA Zeidan, Megaryeff et Hifter – et qui sont avec le prétexte de leurs ex-alliés, les milices islamistes issues des katibas du CNT – les fourriers de la recolonisation de la Libye.
 
Le quotidien italien IL MANIFESTO donne les détails de l’opération : « Maintenant, tandis que la Libye coule dans le chaos provoqué par les « constructeurs de paix », le moment d’agir est arrivé. L’amiral William H. McRaven, chef du Commandement USA pour les opérations spéciales, vient d’annoncer qu’une nouvelle mission est sur le point d’être lancée : entraîner et armer une force libyenne de 5-7mille soldats et « une unité plus petite, séparée, pour des missions spécialisées de contre-terrorisme ». Des spécialistes du Pentagone et de l’OTAN sont déjà en Libye pour choisir les hommes. Mais, étant donnée la situation interne, ceux-ci seront entraînés hors du pays, presque certainement en Italie (notamment en Sicile et Sardaigne) et peut-être aussi en Bulgarie, selon un programme aux ordres du Commandement Africa du Pentagone. »
 
Les recrutés : les mêmes islamistes issus du pseudo CNT qui ont détruit la Libye. L’amiral McRaven ne cache pas en effet qu’ « il y a des risques : une partie des participants à l’entraînement peut ne pas avoir un casier vierge ». « Il est très probable donc que parmi eux se trouvent des criminels de droit commun ou des miliciens qui ont torturé et massacré (éléments qui, une fois en Italie, pourront circuler librement). Et parmi ceux qui sont entraînés en Italie il y aura aussi les gardiens des lager libyens dans lesquels sont enfermés les migrants », commente Il Manifesto.
 
L’Italie est en crise politique, économique et financière. Mais pour l’OTAN, comme en Belgique ou en France, il y a de l’argent. Le contribuable italien payera ! « Pour l’entraînement et entretien de ces hommes, les fonds déjà destinés à la Libye dans le décret missions qui est examiné au parlement (italien) seront insuffisants : il en faudra d’autres beaucoup plus consistants, toujours pris dans les caisses publiques. L’Italie contribuera de cette façon à la formation de troupes qui, étant de fait sous les ordres des commandements USA/OTAN, ne seront que nominalement libyennes : en réalité elles auront le rôle qu’avaient autrefois les troupes indigènes coloniales ».
 
Nous partageons à ce sujet totalement l’analyse du Manifesto. « L’objectif de la mission n’est pas de stabiliser la Libye pour qu’elle redevienne une nation indépendante, mais de contrôler la Libye, de fait déjà balkanisée, ses précieuses ressources énergétiques et son territoire stratégiquement important ».
 
Bref après avoir détruit une nation prospère et puissante, la somaliser. Pour revenir ensuite l’occuper sous prétexte de restaurer l’ordre. Colonial … Mais pour ceux qui connaissent l’histoire de la Somalie – le terme « somaliser » est à la mode mais la mémoire historique fait défaut -, ce fut justement le destin tragique du laboratoire de la « Théorie stratégique US du Chaos » en Afrique ! Qui se souvient aujourd’hui de l’Etat somalien en développement, la puissance régionale des années 80, et du régime socialiste de Siyaad Barre ?
 
Comme dans l’Afghanistan socialiste, allié à l’URSS, ou dans la Jamahiriya socialiste de Kadhafi, Siyaad Barre avait brisé la gangue du destin clanique et tribal. Le destin de la Somalie sera aussi similaire à celui de l’Afghanistan socialiste. Une descente aux enfers provoquée par l’impérialisme américain et ses manipulations des tribus, des ethnies, des clans et des islamistes. Sans oublier le feu attisé des querelles entre la Somalie et ses voisins.
Depuis 2011, avec les mêmes méthodes, le même scénario et les même acteurs, c’est aussi le destin tragique de la Libye …
 
Luc MICHEL
_________________________
 
Luc MICHEL /
PROFIL Facebook https://www.facebook.com/luc.michel.505
Twitter https://twitter.com/LucMichelPCN
PAGE OFFICIELLE Facebook https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
Site Internet : http://www.lucmichel.net/