les secrets de ÎLE DE PÂQUES ET de la CIVILISATION DE L’INDUS

the_anunnaki___zoom_detail_3___by_bergamind-d332mp9

ÎLE DE PÂQUES ET
CIVILISATION DE L’INDUS
autrefois sur la planète Terre toutentière. Une « civilisation première » semble être responsable de similitudes et de parallèles dans le domaine des langues, de la culture, de la religion, de l’archéologie et de l’ethnologie qui se manifestent auprès de civilisations bien éloignées, comme celle des polynésiens, de l’Égypte d’avant les dynasties, des premiers Ariens de l’Inde, des Mayas et des Incas. Lore Hasselmann Les « murs incas » sur l’île de Pâques ressemblent à l’époque précolombienne du Pérou et l’archaïque statue Tikuturi à celle de l’époque pré inca et ensuite les signes Rongo-Rongo que l’on retrouve sur des milliers de sceaux dans la vallée de l’Indus. Charles Berlitz dit, à ce sujet, dans son livre : « Le huitième continent Berceau de toutes les cultures » « Les constructions en pierre de très hauts autels disséminées dans le monde entier font conclure à une civilisation commune, de laquelle ne sont restées conservées que les grandes pierres de ce type, remarquable de construction résistant au temps. La civilisation mégalithique de Malte — l’une des plus anciennes civilisations de la zone méditerranéenne — est évaluée à plus de 8.000 ans. Les cités et les tombes entourées de murs circulaires sur les îles Canaries qui ressemblent tellement aux ruines de Malte que l’on pourrait croire qu’elles ont été érigées par les mêmes architectes, semblent être même encore plus anciennes. D’autres anciennes constructions sur Malte ressemblent par contre aux murs de pierre du Pérou et aux murs et platesformes sur lesquelles s’élèvent les bustes en pierre de l’île de Pâques. »
pt12090
Chez les Mayas et dans le premier type de construction de Mykonos se trouve la même sorte de console. Les tours de pierre rondes sur la côte irlandaise ressemblent aux nurages de Sardaigne et aux chulpas rondes du Pérou avant l’époque des Incas (Sillustani). De grands cercles de pierre en Angleterre comme Stonehenge et la construction de Glastonbury qui fait près de 50 km, trouvent leur pendant dans des lieux de découverte préhistoriquesdans les plaines côtières de l’Europe occidentale et dans les différentes parties de l’Amérique indienne. Charles Berlitz : « Les murs de pierres complets ajoutés les uns aux autres découverts dans le Zimbabwe africain ont une similitude remarquable avec les murs de Cuelap dans la jungle du Pérou oriental (jusqu’à la réalisation de la ceinture en pierre du bord supérieur du mur) et avec les forteresses de pierre des îles Aran devant la côte occidentale de l’Irlande.Ces organisations de pierre fortifiées si semblables entre elles dans leur construction — malgré l’éloignement de milliers de kilomètres — sont bien évidemment très vieilles, mais leur âge précis est difficile à évaluer, puisque des monuments de pierre qui ont plus de 50.000 ans ne peuvent être datés. » Le docteur Manson Valentine, paléontologue,géologue et archéologue sousmarin à Miami a réalisé d’abondantes expéditions sous-marines surtout dans le triangle des Bermudes et sur les hauts-fonds des Bahamas. Il dit : « Toute la région des hauts-fonds des Bahamas se trouvait, pendant la dernière époque glacière, au-dessus
du niveau de la mer et a été par la suite submergée par la montée de la mer. J’ai voulu vérifier la thèse géologique qui stipule que, si les grands seuils sous-marins des Bahamas étaient encore une terre sèche dans un passé pas trop éloigné, ce qui semble assez sûr, doivent alors se trouver, dans les eaux profondes de cette région, desindices d’une ancienne colonisation par les hommes.

paques_moai
À la question : « Quel peuple, à votre avis, a construit ces rues ou ces murs ? » il répond : « C’est le peuple qui a aussi érigé les énormes constructions en Amérique centrale, les têtes de pierre de Tehuantepec,les gigantesques plates-formes de Baalbek au Liban et à Malte en Méditerranée, Stonehenge en Angleterre, les murs de
aussi les menhirs représentent le premier exemple connu de l’art. On trouve ces menhirs partout sur la Terre : en Bretagne, en Terre de Feu, en Afrique, en Inde, au Cachemire, en Chine et en Mongolie. La religion solaire de la pierre droite était une religion monothéiste. Des pyramides sur l’île de Pâques Les pyramides ont aussi une signification solaire. Leurs arêtes et les pentes de leurs couloirs à l’intérieur représentaient les rayons du soleil et leur façon de tomber sur la Terre à travers les bouts de nuages. L’existence des pyramides sur l’île de Pâques est aussi décrite dans un vieux livre espagnol du capitaine Don P. Gonzales de Haedo : « … qui proviennent de l’ancien continent pacifique et sont recouvertes aujourd’hui,par l’intermédiaire du déluge, par des sédiments. »« Les statues de l’île de Pâques sontdes menhirs consacrés au dieu Crom et les autels faits de pierre volcanique ont pour nom Tepl. Il s’ensuit que, en Polynésie, les
dieux Crom et Ra sont entièrement identiques.» (Marcel Homet)Cette affirmation vaut pour les statues « archaïques ». Les statues de la période « classique » sont des réservoirs collecteurs pour la Mana, cette force cosmique qui peut être comparée à l’énergie abondante produite par les rayons du soleil.Elles ne cessent d’être en relation étroite avec le culte solaire des Anciens.
pt60784
À cette époque-là, la planète Vénus, qui s’était détachée de Jupiter, passa près de la Terre et des pierres effritées par elle tombèrent dans l'Océan Pacifique dans les environs de l’île de Pâques. Il s’agissait de pierres rouges fortement chargées en magnétisme.Les initiés de Mu connaissaient l’existence des champs magnétiques et ils surent les utiliser. Ils possédaient la force d’utiliser les propriétés magnétiques de la matière pour créer un champ d’induction et ce champ, ils l’appelèrent Mana. En utilisant les propriétés magnétiques de cet aimant naturel, les initiés créèrent des champs d’une telle intensité qu’il était possible de transporterdes masses en pierre de plusieurs tonnes.Gerton de Wageningen écrit dans son ouvrage sur les minéraux :« … les minéraux, là où on les rencontre,confèrent à quelques types de structure des propriétés magnétiques marquées
et cela se trouve dans la lave ainsi que dans d’autres roches. Cependant ces cristaux, qui représentent de tout petits aimants, sont justement présents dans la lave quand la masse n’est pas encore entièrement solidifiée. Et il est significatif qu’ils ont ensuite tendance à s’aligner d’après le champ magnétique existant au moment de leur formation. »Nécessité d’un étonnant savoir Un savoir étonnant était nécessaire pour utiliser les propriétés de ces véritables petits aimants inclus dans la lave refroidie des Moais. Un vieil insulaire a dit à Francis Mezière :« Les Moais contrôlent la force des vents antarctiques et transmettent leur force unie à une puissante pierre volcanique rouge qui limite le triangle du monde insulaire du Pacifique. »Le savoir concernant toutes ces choses physiques est mort avec la défaite des longues oreilles par les oreilles courtes qui, — d’après eux — ne disposaient plus de Mana. Ils affirmèrent que les statues ne se laissaient plus bouger de leur place, qu’elles ne vivaient plus. On mit un tabou sur la carrière et ce fut la fin des activités des sculpteurs.Les érudits de la terre-mère Mu, initiés aux secrets du cosmos, avaient des connaissances qui s’étendaient jusqu’à l’astronomie. Les initiés observèrent la circonvolution de Vénus et ont pu calculer à l’avance ce qui arriverait.

Jean Prachanécrit dans son livre : « Le secret de l’île de séparés et, en partie, l’harmonie architectonique entre l’île de Pâques et
l’Amérique du Sud. Sous la pression des indigènes, les descendants des initiés de Mu ont atteint, des milliers d’années plus
tard, la vallée de l’Indus où ils fondèrent les villes Harappa et Mohenjo-Daro car la civilisation là-bas se manifesta soudainement
et se développa pleinement au 4ème siècle. Les coutumes de Mu semblent avoir laissé leurs empreintes aussi en Chine. Eux aussi portaient de longues
oreilles comme signe de sagesse et de longévité. Dans la musique aussi, il y a des parallèles. La musique de l’île de Pâques
ne ressemble pas à la musique polynésienne d’autrefois. On peut seulement la comparer à la musique archaïque chinois

pt22424
Sous le symbole du dieu unique Comme les descendants de Mu devaient maintenir en vie la tradition, elle fut écrite. Des mémoires ont été conçus
dans une forme symbolique et incompréhensible aux laïques, mémoires qui comprenaient toutes les connaissances des
initiés de Mu, connaissances spirituelles et scientifiques qui avaient permis à ce peuple des milliers d’années avant nous de
créer une civilisation mondiale, placée sous le signe du soleil comme symbole du dieu unique. L’exposé renferme aussi la
tragédie du continent disparu. Sir John Marshall écrivit en 1927 après son expédition dans la vallée de l’Indus dans son livre « Mohenjo-Daro »
qu’il s’agissait d’une civilisation hautement développée et tout particulièrement centralisée, qui ressemblait beaucoup aux
civilisations contemporaines de Mésopotamie et d’Égypte, bien qu’elle leur était supérieure à certains égards. Les découvertes de Harappa et
Mohenjo-Daro montrent une civilisation extrêmement raffinée. Dans les deux villes se développa une société de paysans et de commerçants
qui contrôlait une région de 1.500 km de long sur environ 800 km de large. Cela signifie que la civilisation de l’Indus s’est étendue
jusqu’au Cachemire, ce qu’attestent les récentes fouilles à Bursahama près de Srinagar. Sept menhirs, des monolithes travaillés pesant
des tonnes, constitués de deux sortes de pierre, le granit et le diorite vert, ont été mis au jour et sont les témoins d’unecivilisation autrefois hautement développée sur le Jhelam, l’affluant de l’Indus. Beaucoup de choses demeurent ici encore enfouies et attendent qu’on les découvre.
Les habitants de Mohenjo-Daro et de Harappa ont construit des bains chauds bien dessinés et des maisons à l’architecture
compliquée et habile qui étaient étonnamment supérieures aux constructions des Égyptiens et des Asiatiques occidentaux
de la même époque.

Ancient_Harappa_Civilisation

On sait aussi qu’ils ont domestiqué de nombreuses espèces animales et qu’ils priaient des dieux
qui habitaient sur des étoiles. Cette civilisation du 4ème siècle avant J.C. qui apparut si pleinement instruite et développée,
connaissait des choses modernes comme la canalisation, les poids et mesures et avait une écriture. Cette civilisation a de
nouveau disparu d’une manière énigmatique. Y a-t-il eu des inondations catastrophiques qui ont détruit les villes de la vallée
de l’Indus ? Des transformations climatiques ont-elles suscité un assèchement de cette région irriguée et fertile ? Jusqu’à
présent on sait seulement que Harappa a été attaquée par l’Ouest vers 1.800 à 1.500 avant J.C. et que Mohenjo-Daro

GreatBathPic_large

a été abandonnée sciemment à la même époque. On a fait dans les deux lieux une découverte inhabituelle : à hauteur du niveau
des rues d’autrefois on a mis au jour des squelettes dont l’orientation et la posture donnaient l’impression que ces hommes
ont essayé de se protéger d’un danger. Les recherchent ont montré que ces squelettes
étaient radioactifs. Explosion atomique à Mohenjo-Daro ?
Lorsqu’on visite Mohenjo-Daro, on est frappé par le fait que, vers le centre de la station, se trouvent des briques qui présentent
une surface émaillée et des bords fondus. Ces briques présentent partiellement de profondes crevasses et ont une couleur
très noire. Il est indéniable qu’elles ont été soumises à une action de chaleur extraordinairement forte. Charles Berlitz dit à ce sujet : « La
théorie selon laquelle la Terre aurait été frappée dans le passé par une guerre atomique suffisamment dévastatrice pour transformer le climat, faire fondre les glaciers, influer sur la rotation de l’axe de la planète et, — comme c’est dit dans les légendes — faire changer de place terre et mer,
relève de la science-fiction. Une guerre atomique dans le passé lointain est naturellement une des nombreuses raisons possibles de la disparition des civilisations anciennes de la Terre.

mohenjodaroskeletons543px

  »Les écrits classiques de l’Inde parlent de la bombe atomique,
d’armes  pour faire  une guerre chimique, de fusées et de vols spatiaux. Ces écrits sont restés incompréhensibles pendant des siècles, jusqu’à ce que l’humanité ait atteint un degré de développement atomique connu des ancêtres depuis déjà des milliers d’années avant. Une guerre atomique
préhistorique ? Lors de fouilles archéologiques en 1947 en Irak on a fait une étrange découvertes : après avoir travaillé sur quelques couches de civilisations et les avoir traversées et après avoir mis au jour d’indéniables artéfacts babyloniens et sumériens, on est tombé sur une couche argileuse de 4 m d’épaisseur avec des sédiments, couche qui a fait conclure à une forte inondation. Sous la couche de flux on a découvert
une couche fondue émaillée qui présentait une grande similitude avec les sols désertiques d’Alamogordo au Nouveau Mexique, cicatrisés et brûlés par le premier essai atomique.

Les habitants de la vallée de l’Indus ont laissé derrière eux un écrit que personne jusqu’à présent n’a encore pu déchiffrer.
On a trouvé à Mohenjo-Daro et à Harappa plus de 2.000 briques taillées, gravées et séchées à la chaleur. Elles comportent des scènes mythologiques
et religieuses ou des animaux comme des buffles, des taureaux, des chèvres, des tigres, etc. Chaque sceau porte une inscription, mais on ne peut pas approfondir la signification des signes — comme pour les écrits de l’île de Pâques ! L’alphabet de l’île de Pâques est plus ancien
que celui de Mohenjo-Daro et d’Harappa puisque c’est celui-là qui a inspiré celui-ci. Ce ne sont pas à vrai dire des signes primitifs, mais des signes très compliqués qui reviennent souvent. Charles Berlitz écrit :« Sur les tables Rongo-Rongo on voit des formes humaines qui sont soigneuseÎle
de Pâques et civilisation de l’Indus Impression revue n° 29 > http://www.ovnis-news.com Thérèse Molinierment gravées et tiennent des tubes en
forme de U de quatre longueurs différentes.Quelques unes de ces formes tiennent un tube à l’intérieur duquel on voit quelquechose qui ressemble à un plongeur.
Dans la vallée de l’Indus, on trouve exactement les mêmes formes avec des petits tubes en forme de U et il se trouve aussi une forme qui agite un de ces tubes avec un plongeur à l’intérieur. » Cette concordance ne saurait être un hasard. Mais les statues de l’île de Pâques que l’on croyait uniques, on les a découvertes aussi en Australie à 8.000 km de Rapanui. On a aussi établi des comparaisons entre les textes du Rig Veda et l’écrit de Mohenjo-Daro et il est apparu que les symboles découverts dans la vallée del’Indus correspondent à ceux des textes des civilisations néo-hindoues.

Et c’est ainsi aussi que se sont retrouvés les symboles
Rongo-Rongo de l’île de Pâques dans les textes sacrés des peuplades de cette religion. Les chanteurs Rongo- Rongo ont construit des ponts par delà le
temps et l’espace. Était-ce pour cela que les habitants de Rapanui avaient donné à leur île le nom Te pito o te henua — Nombril
du monde ? La même écriture le long de l’Indus et dans la mer du Sud Il n’y a pas qu’à Harappa et à Mohenjo-
Daro qu’on a trouvé des idéogrammes semblables à ceux de l’île de Pâques, mais à une date récente aussi dans les environs
de Rockford dans l’État d’Illinois ainsi qu’à Mexico chez les plus anciennes traditions des Aztèques, les inscriptions du Codex Borbonicus. Il semble par conséquent qu’il y ait eu un système de communication mondial indépendant du temps et de l’espace, dont nous trouvons les traces partout dans le monde. Ces traces peuvent toutefois prendre des formes complètement inattendues. Ainsi y a-t-il, en radiologie, un pendule constitué d’un cylindre en bois avec une inscription sur la surface qui concorde absolument avec un idéogramme de l’île de Pâques qui a été souvent reproduit sur les tables.

On utilise ce pendule pour détecter des rayons non polarisés dont l’effet peut être influencé par la volonté de celui qui s’en sert.Pourquoi ce dessin sur un tel instrument ? Il semble qu’il y ait ici une relation avec les révélations qu’à faites le médium italien Béatrice Valvonesi à Dom Netoman.
Serge Hutin rapporte à ce sujet dans son livre : « Les civilisations inconnues » : « Il y a 7.000 ans vivait dans la vallée de l’Indus un peuple hautement cultivé qui avait profondément pénétré les secrets du cosmos. Il savait que notre globe se meut dans un champ de rayons cosmiques qui
correspond aux champs magnétiques ou électriques que nous connaissons aujourd’hui… Il savait en outre et avant tout qu’on peut polariser le globe
par un dispositif ; alors naissent deux pôles, qui ressemblent à ceux qu’un champ magnétique provoque dans une sphère métallique.
Des ondes cosmiques entrent par le pôle plus, traversent le globe et ressortent au pôle moins qui se trouve exactement au côté opposé. Ainsi les dons du ciel sont-ils apportés à la Terre et abandonnés à leur sortie du globe. Il savait enfin aussi que deux pôles opposés sont chargés de la
même force opposée que, par exemple, le degré de fécondité du pôle plus correspond constamment au degré d’infertilité du pôle moins. Comme ils souhaitaient pour leur pays un maximum d’ondes favorables, ce qui s’exprimait par la fertilité du sol, la santé de la race, l’épanouissement
de la vie, ils décidèrent d’installerun “collecteur” d’ondes contraires sur le pôle opposé. » Et Serge Hutin commente ainsi ces révélations :
« Le collecteur d’ondes contrai res n’était rien d’autre que les statues géantes. Ils s’inscrivirent volontairement — par pur altruisme
— consciemment à la maladie, à la faim, à la soif et enfin à la mort. Pour chaque être humain végétant au pôle de la mort il y
avait un être humain prospérant au pôle de la vie. » (La vallée de l’Indus). Les descendants des sages de Mu retournèrent à leur première patrie et accostèrent sur les îles Marquise, sur Pitcaim et en dernier sur l’île de Pâques — reliquat du continent Mu d’autrefois. Ces vestiges sur les Marquises et sur Pitcaim (Temples solaires et pétroglyphes d’hommes, d’animaux, d’oiseaux ainsi que des figures géométriques comme des cercles et des étoiles)attestent de ce peuplement et créèrent  ensuite la « période classique » sur l’île de Pâques en souvenirs des sages de Mu. Nous savons que la Terre est un aimant gigantesque, chargé deforces électromagnétiques.
Le Britannique John Micheli écrit dans « The View over Atlantis » :« … Le magnétisme naturel de la Terre était connu des hommes préhistoriques et
leur fournissait une énergie sur laquelle était synchronisée toute leur civilisation. » Il pense qu’il est possible que toutes les constructions cyclopéennes tout autour du globe appartiendraient à une même culture mondiale et que leurs constructeurs ne les auraient pas seulement érigées
pour caractériser les lignes de champs magnétiques, mais aussi pour les utiliser à des fins de contrôle du champ magnétique de la Terre. Les Chinois nommaient ces lignes


« Voies du Dragon » (lung – mei). D’après une vieille tradition chinoise, ces lignes et centres de force ne couvrent pas seulement
la Terre entière, mais sont aussi présentes dans le corps humain comme si la Terre vivante et le corps vivant de l’homme fonctionnaient en dépendant desmêmes forces. (Acupuncture comme représentation de lignes d’énergie précises dans le corps humain.) La théorie selon laquelle les forces magnétiques de la Terre étaient connues et contrôlées depuis longtemps déjà pourrait être une explication pour les emplacements
variés et inhabituels de constructions préhistoriques dans des régions de la Terre très éloignées les unes des autres. Elle inclurait tout : les constructions mégalithiques, les monticules de terre, les rues droites en Perse et en Amérique du Sud, les lignes de Nazca, du Chili et de
Californie et les Voies du Dragon en Chine. Également le système de transport énigmatique de la préhistoire, bouger les formidables blocs de pierre sur de lointaines surfaces et de profondes vallées pourrait trouver une explication par l’intermédiaire d’un branchement de l’énergie magnétique de la Terre. Car, d’après la tradition des Longues Oreilles, les statues regagnaient leur place d’elles-mêmes.
Source : Magazin2000 spécial n° 4.Pacifique_sud_map


LES GROTTES ÉNIGMATIQUES DE HUASHAN EN CHINE

huashan1

LES GROTTES ÉNIGMATIQUES DE HUASHAN

chine-grotte1.jpg

Les grottes énigmatiques de Huashan se situent dans la banlieue est de la ville de Tunxi, province chinoise de l'Anhui, à 30º de latitude Nord, appelée « parallèle mystérieuse » où on trouve plusieurs miracles du monde tels que les pyramides d' Egypte, le triangle des Bermudes, l'arche de Noé et le mont Huangshan de Chine. Situées entre 29º39' et 29º47' de latitude Nord, les grottes se situent près du mont Huangshan, chef-d'œuvre de la nature. Les deux se font ressortir l'un l'autre. Dès leur découverte en 2000, les grottes millénaires ont attiré de nombreux visiteurs chinois et étrangers, tous en admiration devant cette merveille de la Chine et du monde.

Différentes des autres grottes connues en Chine, les grottes de Huashan ne sont pas naturelles, mais artificielles. Il s'agit d'un immense ensemble de palais souterrains en forme singulière, creusés jadis par les hommes. Actuellement, on a découvert 36 grottes qui se répartissent dans les montagnes ou au sous-sol, à 5 km du bord sud du fleuve Xin'an en aval, dans le territoire de Tunxi. Elles se cachent dans les arbres touffus et les herbes denses. Il est donc très difficile de les découvrir. Rien d'étonnant à ce que les vieux cueilleurs de plantes médicinales et les vieux gardiens de forêt locaux ne les aient jamais trouvées.

chine-grotte10.jpg

Au printemps de 1999, inspiré d'une lettre des habitants locaux, le gouvernement municipal de Huangshan a pris la décision d'exploiter les grottes de Huashan. Rapidement, beaucoup d'experts du pays, dont ceux de l'université Qinghua et de l'université Tongji, s'y sont concentrés. Tout le monde a été surpris par cet immense espace de grottes. Leur espace est beaucoup plus grand que toutes les grottes découvertes dans les autres endroits du pays. Rien que dans les grottes nº2 et nº35 dont la superficie dépasse 17 400 m², on a enlevé de la vase et des pierrailles pour 20 000 m³. On a drainé, avec trois pompes à eau pendant douze jours consécutifs, 18 000 tonnes d'eau seulement de la grotte nº35.

chine-grotte12.jpg

À présent, la grotte nº35, la plus grande, a été ouverte au public. Dans celle-ci, on trouve une salle principale dans laquelle se dressent 26 colonnes de pierre d'un tour de plus de 10 m et d'une hauteur de 10 m au moins. 36 pièces de formes différentes sont disposées en plusieurs niveaux autour de la salle principale. Selon les experts, leur architecture et leurs formes ont une très haute valeur mécanique et esthétique. On peut encore voir des traces de forage sur les murs. Les majestueux motifs de 18 variétés différentes gravés dans les grottes numéros 2 et 35 saisissent le public d'admiration. Dans les grottes, on trouve également une tribune de pierre, des étangs, bassins et ponts construits, parsemés ça et là. L'eau est limpide. Quand on se promène entre eux, on a l'impression d' être dans un labyrinthe mystérieux.

chine-grotte7.jpg

En mai 2001, l'ex-président Jiang Zemin a visité ces grottes. Aussitôt entré dans l'une d'elles, il s'est exclamé : « C'est vraiment incomparable ! Un trésor véritable ! » « Il ne faut pas faire à la légère une conclusion avant de résoudre complètement l'énigme de ces grottes », a-t-il dit. Jiang Zemin leur a donné le nom de « Grottes énigmatiques de Huashan ». Lors de leur visite dans ces grottes en janvier 2002, M. Wang Yingfan, ambassadeur chinois à l'ONU, et d'autres diplomates ont eux aussi beaucoup apprécié l'endroit. Wang a dit que leur valeur pourrait soutenir la comparaison avec la Grande Muraille et les statues de guerriers et chevaux en terre cuite exhumées à Xi'an.

chine-grotte4.jpg

Admirez au centre l'extraordinaire pilier qui étend ses "cornes" en V pour soutenir le plafond, la sculpture d'une tête et d'un corps semblable à une chèvre par exemple. Remarquez aussi à gauche une exemple des fameuses parois entièrement  recouvertes de lignes gravées qui se retrouvent un peu partout dans les grottes artificielles.

chine-grotte11.jpg

Comme les pyramides d'Egypte, les grottes de Huashan sont une énigme millénaire. Qui a creusé ces grottes ? Quand et comment les travaux ont-ils été accomplis ? Où les terres et pierres excavées ont-elles été transportées ? Pourquoi les ouvrages n'ont-ils pas été enregistrés dans les livres ou documents historiques ? Pourquoi cet ensemble de grottes si miraculeux et si ancien vient juste d' être découvert ? Une série d'interrogations demeurent... Depuis les quatre ans qui ont suivi l'exploitation des grottes, les experts et les scientifiques ont trouvé des lampes à huile en terre cuite et des faïences ainsi que des fragments dont des pots, des vases, des bols et des jarres. L'expertise montre que ce sont des objets de la dynastie des Jin (265-420), selon lesquels on estime que les grottes devraient dater de la dynastie des Jin ou la précéder. En outre, on a découvert des stalactites dans une grotte. Selon les géologues, la formation d'une stalactite longue de 5 ou 6 cm nécessite une période de 1 500 à 2 000 ans. Cela démontre encore que ces grottes ont dû être creusées pendant ou avant la dynastie des Jin. Bon, la datation précise d'une pierre "usiné" par l'homme étant impossible, le "avant" la dynastie Jin peut se mesurer en milliers d'années !

source: http://french.china.org.cn/french/huashan/sec.htm

Toutes les grottes communiquent donc entre elles et ont probablement été en parties inondées par périodes. La caverne de " Huanxi ", d’une longueur de 140 mètres et d’une superficie de 4.800 mètres carrés est ouverte au public. Après une promenade d’environ 100 mètres, il y a un large hall à l’intérieur de la caverne, avec des bassins, des piliers et de petites salles de chaque côté.

chine-grotte14.jpg

Fait étrange, les murs internes ont la même pente que celle de la colline extérieure. Une des salles couvre 12.600 mètres carrés, elle est appelée "Quingliang" et serait une sorte de palais souterrain. À l’intérieur de la caverne, il y a un pont en pierre au-dessus d’un fleuve souterrain et des chemins en pierre menant à différents halls. Une structure de pierre de deux étages ressemble à un énorme balcon. Aucun reste de nourriture n’a été trouvé dans la caverne, ni aucun signe du feu.

Jusqu’à maintenant, 36 grottes ont été découvertes, parmi lesquelles 34 se situent dans l’arrière-pays montagneux, deux se situent sous le niveau de la rivière de Xin’an. Ces grottes s’étendent sur pratiquement 5 kilomètres, couvrant les chaines de montagnes dans le Huanxi, les Montagnes Shilin, les Montagnes Yingpai, les Montagnes Shibiying, les Montagnes Matou, les Montagnes Yangli ainsi que les Montagnes Huashan. De plus, de nombreuses grottes ont été découvertes dans le village Yan. La présence de tant de grottes à cet endroit est un mystère pour tous.

À présent, 5 grottes sont ouvertes aux visiteurs, la N°2, 24, 33, 34 et la N°35. Les touristes peuvent aussi visiter la grotte N°1 et 6 en sécurité s’ils ont des lampes.

chine-grotte13.jpg

L’entrée du palais souterrain (Grotte N°35) est relativement petite mais la grotte est grande. Il y a une cave de 20 mètres qui mène jusqu’au palais souterrain. Arrivé à la sortie de la grotte de passage, on se retrouve soudainement illuminé dans un lieu éclairé. Un surprenant palais souterrain apparaît  d’une surface totale de 4000 mètres carrés. Dans ce palais souterrain, se tiennent 26 piliers colossaux d’un périmètre de plus de 10 mètres, adoptant différentes formes pour soutenir la grotte. Autour de la salle principale du palais se trouvent 36 cabines de pierre, dont la plus petite d’entre elles n’occupe qu’une surface de 2 mètres carrés. L’épaisseur des murs diffère également selon les endroits, le plus fin faisant seulement 10 centimètres.

Pour chaque cabine, trois côtés sont bloqués avec seulement une sortie vers le palais, par laquelle seule une personne peut passer. De plus, ces plate-formes de pierre sont dispersées, mais bien situées. Si vous vous tenez sur la plate-forme, vous serez impressionné par un autre spectacle.

Sur le bord du palais se trouve plusieurs bassins profonds remplis d’eau. L’eau est si claire que l’on peut voir le fond de ces bassins qui ne se sont jamais asséchés depuis des années. On dit que des milliers de chauve-souris vivaient dans la grotte lorsqu’elle a été découverte pour la première fois.

Lorsque les gens sont entrés dans la grotte et ont fait sortir ces chauve-souris, ils ont été pris au dépourvu et ont été étourdis par cette tornade noire qui semblait faire tourner le ciel et la terre. C’est pour cela qu’on appelle cette salle la "Salle des Chauve-Souris".

Couloir Souterrain (Grotte N°2) Cette grotte est située sous un pan de montagne. Son entrée ressemble à la gueule béante d’un tigre. En déambulant le long de la pente après être entré dans la grotte, vous pouvez sentir l’air froid qui glace le visage et les os. En vous retournant vers l’entrée, vous pouvez voir passer du brouillard.

chine-grotte5.jpg

Dans cette grotte, il y a aussi des dizaines de piliers verticaux qui forment un couloir souterrain de 80 mètres de long, 1,5 mètre de large et 4 mètres de haut. Sur le côté droit de la grotte, une entrée carrée s’ouvre à l’endroit le plus élevé.

Sans pénétrer dans la grotte par l’entrée, vous ne pouvez deviner qu’il y a des couloirs et des couloirs qui s’étendent dans la même direction. À une profondeur de plus de 100 mètres, les couloirs intérieurs sont plus profonds que le couloir extérieur. La couleur de l’eau qui s’y trouve est vert pâle comme la jadéite.

Grotte des 24 piliers (Grotte N°24) L’entrée possède la forme d’un rectangle plat. Elle fait face à la route de montagne et fait 50 mètres de large et environ 30 mètres de haut. Cette grotte immense est très spacieuse et élevée à l’intérieur. Sa superficie et profondeur sont difficile à mesurer.

Six piliers se trouvent à l’intérieur. Chaque pilier est si grand qu’il faut trois personnes pour l’entourer avec les bras écartés. Chaque pilier est placé suivant deux lignes, soutenant le plafond de la grotte. Dans cette grotte il y a aussi de l’eau qui est si profonde qu’on ne voit même pas le fond. Dans cette eau, nagent des poissons rouges, jaunes, bleus, blancs et noirs aux formes étranges.

Salle Tongtian. L’entrée de cette salle n’a pas de porte en pierre et est penchée d’est en ouest. Sur le côté ouest se trouve une pierre rare. La grotte fait 45 mètres de long, 26 mètres de large et 12 mètres de haut. A l’entrée de la grotte se trouve un trou conduisant vers le ciel, ce qui fait qu’on appelle aussi la grotte "Salle Tongtian" (littéralement, une salle qui possède un accès vers le ciel. Actuellement cet accès n’est pas ouvert.)

Nous en venons donc aux hypothèses. Voici le texte du livret officiel de tourisme développé par la région de Huangshan :

Il y a beaucoup d’histoires sur l’utilisation et la construction de ces grottes, telles que "architecture culturelle gigantesque", "Lieu Taoïste Propice", "Château de crime", "Massif", etc. Ces histoires semblent toutes claires et logiques, mais ne peuvent se justifier à elles seules.

Des personnes ont donc des idées fantastiques selon lesquelles les grottes furent créées par les ExtraTerrestres de l’espace".

chine-grotte9.jpg

Que ces grottes furent construites par des peuples anciens sur terre ou par des ETs de l’espace, elles supposent une incroyable persévérance et sagesse. Sur tous les murs de ces grottes, il y a des traits ciselés et ordonnés en forme de vague ou de plis de vêtements.

Ce n’est pas facile pour des personnes de creuser des lignes parallèles et symétriques sur des pierres d’une montagne dans des endroits aussi spacieux. Ces lignes peuvent avoir des fonctions stupéfiantes, telles que préserver les roches de l’effritement, et même éliminer les bruits.

De plus, des hiéroglyphes de différentes périodes ont été découverts dans les grottes N°24, N°35 et N°2 les uns après les autres, donnant aux hommes un autre mystère.

Pouvons-nous trouver une explication plus persuasive à ces mystérieuses reliques ?

Parmi les reliques mises à jour, il y a des empreintes fossiles d’un dinosaure de l’ère Mésozoïque, des dendrolithes [plante, buisson, ou partie de plante fossilisée ou pétrifiée], ainsi que des outils d’extraction et poteries de la Dynastie Jin (265-316 après j-c) (...)

Maintenant une nouvelle question se pose : il n’y a pas de personnages représentés sur les murs intérieurs des Grottes. De plus, il n’y a même pas de termes se référant à ces grottes dans les archives officielles anciennes de la Préfecture de Huizhou.

Il est impossible pour une organisation non-gouvernementale de construire d’aussi grandes grottes en seulement quelques années. Cela prendrait beaucoup de temps pour finir ce projet ce qui impliquerait le gouvernement et l’armée. Mais pourquoi n’y a-t-il pas un seul mot dans les diverses archives archéologiques s’y référant ?

chine-grotte3.jpg

À la fin du livret, diverses hypothèses sont évoquées, c’est écrit en tout petit et ce serait trop long à traduire, mais parmi ces dernières on peut lire :

Civilisation Préhistorique :

Des gens font état d’une "Ligne mystérieuse" de 30° latitude nord, autour de laquelle se trouve divers édifices ou lieux mystérieux :

Pyramides égyptiennes, Triangle des Bermudes, la mer morte, le désert du Sahara, etc. Les grottes mystérieuses de Huashan se situent également près de cette ligne, donc certains pensent que ces grottes sont un chef-d’œuvre d'ETs venus de l’espace.

" Il y a trois mystères entourant les Grottes Mystérieuses de Huashan…

Premièrement : le bassin Bishui, qui est un bassin souterrain si profond que trois mois de pompage serait insuffisant pour en retirer toute l’eau.

Deuxièmement : les colonnes de pierre, qui font plus de 33 pieds de haut et son arrangés en forme de gorge pour supporter le plafond de la grotte. L’orientation des colonnes suggère que les anciens avaient une connaissance en mécanique théorique et en son application précise.

Enfin, la gigantesque caverne est dépourvue d’écho car l’agencement des murs empêche la résonance du son.

chine-grotte2.jpg

L’époque exacte de la construction de la caverne est actuellement inconnue. Cependant, selon les minéraux trouvés dans la grotte, les experts estiment qu’elles fut construite il y a au moins 1700 ans.

Comment cette caverne fut construite ?

Pourquoi était-ce nécessaire d’avoir ces grottes ?

Qu’est-il arrivé aux 100 milliers de mètres cubes de pierres retirées dans la construction ?

Comment furent-elles extraites et transportées ?

Les grottes ont déjà quelques minéraux extraits, alors pourquoi n’ont-ils pas été transportés à l’extérieur ?

Il y a aussi de nombreux murs de pierre de 10 centimètres d’épaisseur, pourquoi ne furent-ils pas enlevés mais laissés debout au milieu de la grande salle ?

Quel était l’utilité des trous carrés et ronds cachés dans les colonnes de pierre ?

Pourquoi n’y a-t-il pas de trace dans les archives historiques de ces cavernes gigantesques ?

Les experts ont émis différentes théories mais n’ont pas de réponse définitive.

sources :  Article d’Epoch Times - http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article5878articleoriginaljsf-newstomorrowsansphotos.docx articleoriginaljsf-newstomorrowsansphotos.docx

Sources à voir : http://lelibrechoix.blogspot.fr/2011/12/les-grottes-enigmatiques-de-huashan.html

huashan1.jpg

Le Mont Huangshan (ou Hua, Huashan ou montagne de l'Ouest, montagne des fleurs) est l'une des 5 montagnes sacrées de Chine et situé à proximité des grottes du même nom, toutes situées dans la province du Shaanxi.

hua-shan-apic.jpg

Avec une altitude de 2 160 mètres à 120 kilomètres à l'Est de Xi’an, Huashan, littéralement la montagne des fleurs, est un délice à observer. Ce mont est considéré depuis des centaines d'années comme l'une des 5 montagnes sacrées (Wu Yue) parmi celles de Hengshan au Nord, Songshan au centre de la Chine et Taishan à l'est et Hengshan du Sud. Les cinq monts sacrés représentent les cinq points cardinaux chinois, c'est-à-dire le nord-sud-est-ouest-centre.

huashan4.jpg

Le long du chemin de 12 kilomètres qui mène du pied de la montagne à ses 5 sommets et au Temple de la Fontaine de Jade, vous aurez la chance de voir des paysages impressionnants dont des pics de granit aux formes étranges et des pins torsadés par le temps et le climat. A partir du sommet le plus au Nord vous pourrez atteindre celui du centre puis de l'Est, de l'Ouest et enfin du Sud. Ces 4 derniers entourent un cirque tel les pétales d'une fleur de lotus, d'où le nom de la montagne. L'ascension de cette montagne offre non seulement la vue de sublimes paysages naturels mais aussi d'un grand nombre de constructions qui, pour le meilleur comme pour le pire, font partie des ressources touristiques de la montagne.

huashan3.jpg

La route permettant d'atteindre les sommets passe par différents temples, sanctuaires, pavillons, terrasses, gravures, statues, stands de nourriture et de bibelots, qui apparaissent intercalés entre les chemins nus de granit et les bas côtés boisés. Le long de la Crête du Dragon Vert (Bilong Ji), qui relie le pic du Nord avec les autres, le chemin est tracé sur une fine crête de pierre avec des précipices de chaque côté. Une partie de cette route peut être assez dangereuse, malgré les chaînes de métal qui sont d'une grande aide aux endroits les plus périlleux donc avis aux cœurs sensibles…

huashan7.jpg

Il faudra gravir un dénivelé de 1000 mètres sur des sentiers escarpés et des escaliers presque à la vertical avant d’atteindre le sommet qui culmine à 2160 m ..Car le Hua Shan est hauts lieux du vertige, falaise vertical à gauche, falaise vertical à droite, avec par endroit et pour tout aide une chaîne en acier et de minuscules encoches taillées dans le roc !

mt-huashan-2.jpg

Mais bizarrement sur le Mont Huashan on ne trouve pas des grimpeurs forcenés ou des fous avides de sensations fortes, mais le tout public, la mère de famille, le visiteur bedonnant, adorateurs de beautés sauvages, fervents ou non.

mount-huashan-02.jpg

Sources :http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/la-mysterieuse-chine-du-neolithique.html

 http://geekslop.com/2012/insane-terrifying-huashan-plank-walk-china-plank-bridge + http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2011/06/les-monts-celestes-de-chine.html

huashan2.jpg

Posté par rusty james à 20:59 - - Permalien [#]
Tags : , ,

Lilith Déesse, et Reine des Vampires et des incubes

600full

Lilith Déesse, et Reine des Vampires Il fut un temps où les hommes craignaient et respectaient les histoires invraisemblables comme Lilith, Adam et Eve, Lucifer, et Satan, les dragons de toutes espèces, créatures du ciel et de l‟enfer faisant trembler leur cœur. Ainsi les histoires passaient de père en fils à travers les âges turbulents. Parfois un petit garçon jurait voir une ombre volante déployée au delà du mystère des nuages. Par exemple, le dragon du rocher sortait à chaque fois que l'on racontait son histoire afin que celle-ci demeure et que les hommes se souviennent du temps où vivaient ces créatures fantastiques. Les hommes en conservant les histoires dans leurs cœurs se souvenaient ainsi qu'ils étaient humains. Cependant doucement les histoires devinrent légendes et les légendes devinrent mythes car les pères ne les racontaient plus à leur fils ainsi le cœur des hommes se ternit. De moins en moins le dragon sortit car sa survie était inexorablement liée a la foi que les hommes portaient en lui. Hors ceux -ci ne s'attachaient plus qu'aux futilités de l'existence ne contant plus les exploits passés de leurs semblables... La Vie, sa manifestation et son évolution, s'écoulent dans un flot circulaire et répétitif. Cet aspect cyclique de la Nature (semblable à celui du jour e t de la nuit, de l'éveil et du rêve, de la vie et de la mort) s'est peu à peu glissé dans notre vision étroite et linéaire du Temps.

La notion de cycle va alors inspirer de nombreux mythes, mythes qui furent de leurs côtés inspirés par l'astronomie et le mouvement des astres. La distinction entre le passé et l'avenir va alors s'effacer pour laisser place à une vision plus globale du Temps, une vision de l'Éternel Retour pressenti par ces peuples anciens et contemporains, donc d‟aujourd‟hui. L‟histoire mythique de Lilith a commencé avec la Genèse, d‟après la Bible chrétienne et juive (le Tanakh), mais leur version est quelque peu différente. Dieu (ici je parle de « Dieu » au sens propre de la tradition juive, non du Dieu catholique) créa deux humains, Adam et Lilith. Tout allait bien jusqu‟au jour où, inspiré par un esprit maléfique, Lilith tenta de tuer Adam. Alors, Dieu envoya une autre femme, Ève. Adam et Eve eurent deux enfants, Caine et Abel. Pendant ce temps, Lilith devenait de plus en plus puissante parmi les forces des ténèbres, elle tenta encore une fois d‟attenter à la vie d‟Adam pour se venger, mais échoua et mourut en prononçant des malédictions infâmes sur la descendance de son assassin. Caine sacrifia alors son frère pour remercier Dieu pour leur victoire, mais Adam n‟apprécia pas tellement et le chassa de sa maison. Caine implora alors son Dieu et celui-ci eut pitié de son fidèle qui avait fait passer la vénération avant l‟amour fraternel. La divinité répondit aux prières et ouvrit un portail vers son monde (peut-être le Paradis, qui sait?) Là, il offrit une nouvelle vie à l‟exilé, celui-ci accepta et devint un vampire. Ensuite, il retourna sur terre, instruit par Dieu pour utiliser ses pouvoirs à bon escient et de créer d‟autre de sa race. De retour à la maison,

Caine rencontra son demi-frère, Seth, et l‟initia. Après, on ne sait pas trop comment, il eut un enfant, Enoch. Celui -ci voulut avoir un frère et une sœur, alors Caine l‟exauça et créa Zillah et Irad. Zillah et Irad eurent ensemble treize enfants qui fondèrent chacun leurs clans. (voir ci-dessous pour les clans et leurs caractéristiques). Les générations continuèrent ainsi jusqu‟à aujourd‟hui. Plusieurs siècles passèrent et la division commença à régner au sein de la communauté. Il y eut alors des Jyhads (guerres) entre les clans qui anéantissaient presque tous les vampires. Caine fut tué en tentant de ramener la paix et fut enterré sous les ruines de la ville principale des vampires (puisqu‟à cette époque les vampires ne se mélangeaient pas aux humains). La mort de leur père interrompit toutes les Jyhads, mais il était trop tard, tout était détruit. Les survivant allèrent donc vers le reste du monde et se fondirent parmi les humains, maintenant vulnérables aux armes en argent pointues, car la puissance de Caine les avait quittés. Au fil des années, ils oublièrent l`emplacement du tombeau de leur fondateur et leur histoire sombra dans l‟oubli.

Ce fut une période sombre pour les vampires, ils devinrent comme des bêtes, prenant goût au sang humain. Les chasseurs de vampires se mirent alors à l`œuvre et tuèrent leur seul ennemi dans la chaîne alimentaire. Cette chasse se poursuit encore, malgré le fait que les vampires ont repris contenance et ont recréé leur communauté. À la fin des temps, la race vampirique sera détruite par les humains. Ce sera la fin du monde connu, car Dieu verra l‟une de ses races exterminée l‟autre. Caine se relèvera du tombeau et exécutera la Géhenna, l‟extermination de tous ceux qui détruisirent ses enfants. Un autre cycle commencera alors, car Caine revivra. Telle est l`histoire perçue qui croient à l‟existence d‟une autre race intelligente sur notre planète « Terre ». Ne vous effrayez pas, ce n‟est qu‟une légende, la mythologie rien de plus. Il est dit  Lilith, cette mère obscure qui sous diverses apparences, plane à travers l‟espace et les rêves des hommes, à la fois séductrice et envoûtante, vampire ou succube, mais toujours effrayante et frigide. Dotée d‟une imagerie très variée, ce qui nous éclaire sur la notoriété de son caractère de démon, c‟est souvent sous les traits d‟une superbe femme nue, parée d‟une longue chevelure ondoyante, qu‟elle est représentée, une vulve se dessine sur son front, ses jambes prennent la forme de serpents, et pour couronner sa majesté deux ailes lui confèrent un aspect prodigieux. Une autre image de Lilith, est celle d‟une belle femme, coiffée d‟une tiare, aux pieds et aux ailes d‟oiseau rapace, elle est accompagnée d‟une lionne et de chouettes. Dans la magie gnostique, elle est vêtue de noir et assise sur un globe de même couleur, qu‟elle représente une des configurations de la Déesse mère, celle là même qui préside aux plaisirs charnels. Ses qualités de déesse de l‟amour et de la mort en on fait une divinité très conjurée dans la magie sexuelle. De nombreuses incantations retrouvées dans de vieux ouvrages attestent de sa notoriété.

Il est demeuré une invocation à Lilith, qui serait le texte délivré en 1592, par une entité inconnue, à Sir Edward Kelly, l‟assistant de John Dee, celle-ci lui aurait été donnée lors d‟une séance de vision astrale. Le nom même de Lilith représenterait les ténèbres, l‟obscurité : Leila ou Lavlah c‟est la nuit, en conséquence le noir, pareillement à ces nombreuses Vierges Noires, parentes de Lilith, telles Isis, Kali, Sarah la Noire, Marie l‟Egyptienne, dont les lieux de cultes étaient souvent établis sur l‟emplacement d‟anciens sites initiatiques, nous retrouvons là, le lien qui unit les anciennes déesses de vie, de mort, de fécondité et de forces telluriques, bien antérieures au christianisme. Il est vrai que le noir effraie, nous entrons dans le monde obscur, cependant, étudié sous un angle plus symbolique, nous devons admettre que le noir est indubitablement l‟emblème d‟une science secrète, la preuve en est que le noir est la couleur du Grand Œuvre alchimique (l’œuvre au noir) qui représente la phase de séparation et de dissolution de la matière. Pour les alchimistes, ceci constitue la partie la plus délicate du Grand Œuvre, « Elle symbolise les épreuves de l‟esprit se libérant des préjugés ». C‟est avec Agrat, Mahalath et Naamah, que Lilith passe pour être une des mères des démons, elle serait entre autre dans une tradition la mère d‟Ormuzd ou Hormiz, dans une autre légende, c‟est Asmodée, Prince des Démons qui est son fils. Alors que Lilith n‟est presque pas mentionnée dans la Bible, ou même pas du tout, il nous faut consulter le Talmud et le Zohar, pour mieux connaître son histoire, elle apparaît alors sous la forme d‟une créature démoniaque à visage de femme, dotée d‟ailes et portant de longs cheveux. Ainsi la reconnaissent différents passages du Talmud qui parle d‟ « un fœtus ailé comme Lilith », on dit encore d‟une femme qu‟ « elle laisse pousser ses cheveux comme Lilith ». Dans tous les cas, elle est définie comme une créature essentiellement nocturne, c‟est elle, également, que décrit le « Testament de Salomon », (ouvrage grec du troisième siècle de notre ère, dérivé probablement d‟un écrit ésotérique judéo hellénique), elle y est définie comme errant à travers le monde et se présentant sous des dizaines de noms, pour rendre visite aux femmes en couche et s‟efforcer d‟étrangler leur enfant nouveau-né, ce sont par ailleurs ces deux atrocités qui lui valurent sa mauvaise réputation, il était de ce fait pratique courante de protéger les femmes en couche et les nouveau-nés par des amulettes qui fixées aux murs des chambres et au dessus des lits étaient sensées de l‟éloigner.

Il était aussi d‟usage jusqu‟au quinzième siècle, en Europe centrale, d‟éveiller les enfants qui souriaient dans leur sommeil : on craignait qu‟ « ils ne jouent avec Lilith », celle-ci avait la réputation de les emporter avec elle dès qu‟elle les avait séduit. Nous retrouvons dans le Vendidâd (l‟un des livres de Zoroastre), un passage qui serait considéré comme l‟une des bases du mythe juif de Lilith : « l‟homme qui se souille involontairement pendant la nuit, est censé avoir eu des relations avec une succube qui concevra de lui. A moins qu‟il ne récite certaines formules à son réveil, l‟enfant appartiendra aux démons ». Lilith préside également à l‟acte sexuel et dirige les incubes et les succubes, pousse les femmes à jouir de leur corps, et leur donne passions et orgasmes érotiques. Lilith la séductrice assaille également les hommes, qu‟elle provoque à de maléfiques rapports. Voici un texte emprunté à Johann Jakob Schudt qui raconte en 1717 : « Les Juifs de Francfort croient fermement que lorsque le sperme échappe à un homme, il formera de mauvais esprits avec l‟aide de Mahalath et Lilith, mais qu‟ils mourront en leurs temps. La semence que répand à terre la masturbation, féconde Lilith et lui engendre des fils ». Les récits concernant ces créatures étaient très fréquents au Moyen-âge et à la Renaissance, et l‟on estimait couramment que les tentations physiques et les satisfactions qu‟elles offraient aux hommes imprudents entraînaient ceux-ci dans le monde obscur de la sorcellerie. Cette crainte des succubes a été omniprésente jusqu‟au vingtième siècle, l‟exemple le plus marquant étant sans aucun doute celui d‟Huysmans, celui-ci était allongé sur son lit, il fut alors réveillé, victime d‟un rêve érotique très intense, il eut juste le temps d‟apercevoir un succube qui s‟évanouissait dans les airs.

Le désordre de ses draps, l‟empreinte qui s‟y dessinait, le convainquirent de la présence physique du démon qui avait passé la nuit à ses côtés. Dans la démonologie occidentale, Lilith est la Reine des Striges, ces démones vampires, ailées, munies de serres de rapaces, qui attaquent les hommes et les détruisent après leur avoir procuré des plaisirs érotiques, au Moyen Age, l‟image de la Strige était synonyme de Goule et de sorcière, celles-ci étaient accusées de faire disparaître les enfants et de les tuer dans le but d‟utiliser leur chair et leur sang pour la confection de philtres et de maléfices. Néanmoins, la légende qui a engendré un véritable « Mythe de Lilith » est la traduction d‟un passage du livre kabbalistique nommé « L‟Alphabet de ben Sirah », ouvrage datant du onzième siècle. Voici les éléments mythiques auxquels fait appel l‟alphabet de ben Sirah (J. Bril) : 

Les incubes sont des démons mâles qui aiment rendre visite aux femmes la nuit, tandis que les succubes sont des démons femelles qui adorent abuser des hommes quand le soleil se couche. Ces créatures maudites utilisent la chair et le sang des enfants pour leurs potions maléfiques. Ils veulent absorber notre puissance psychique et notre énergie vitale, afin de nous dominer et d’envahir notre monde! Ils sont en quelques sorte les ancêtres des vampires… Il faut savoir que les démons, comme de nombreuses autres créatures, existaient bien avant nous ! À l’origine de tout cela : Lilith, la mère de toutes les démones.

Lilith déesse de l’Enfer

La légende commence pour ainsi dire par une querelle entre le mari et sa femme. En effet, Lilith aurait été la première femme de la création, bien avant Ève. S’estimant être l’égal d’Adam, elle refusa de se soumettre à lui et le couple commença à se disputer sérieusement. Désespérée, Lilith implora Dieu en hurlant son vrai prénom, ce qui était totalement interdit!
Soudain, des ailes lui poussèrent et elle s’enfuit loin du paradis.
Adam supplia Dieu pour que sa femme revienne auprès de lui. Dieu lança trois anges à sa poursuite : Samengelf, Sinwy et Sinsinwy.

Ils la trouvèrent sur les rives de la Mer Rouge, en galante compagnie avec des démons. Lilith refusa de suivre les anges au paradis, affirmant qu’elle appréciait ces nouveaux plaisir de vivre dans le péché!
Lilith jura en outre qu’elle utiliserait les humains pour engendrer d’autres démons ( incubes et succubes). Les anges la menacèrent alors : chaque jours, cent de ses fils, parmi ses très nombreux enfants, mourront.
Lilith pense alors se suicider en se noyant dans la Mer Rouge.

Attendris par la démone, les anges lui proposèrent un pacte : elle aura tous pouvoirs d’une part sur les nouveau-nés (pendant 20 jours après leurs naissance pour les filles et 8 jours pour les garçons) et d’autre part, sur les enfants nés en dehors du mariage à conditon qu’elle ne pénètre jamais dans une maison où seront posées des amulettes à l’effigie des trois anges.
Un jour, Samaël, le maître des anges déchus, rencontre Lilith qui se lamente de son sort. Il est attristé par sa peine et en tombe profondément amoureux. Lilith a ce qu’elle voulait, car en se mariant avec Samaël, elle devient la reine des Forces des Ténèbres (la Reine de Saba) et acquiert ainsi, encore plus de pouvoirs.

Les démons sont parmi nous

C’est ainsi que Lilith est devenue la reine de toutes les succubes et de milliers de créatures démoniaques comme les Stryges (le visage d’une femme, de très longs cheveux noirs, des ailes et des serres de rapaces) ou les Lamies (femmes-monstres à queue de serpent).
Quand elles ne vont pas à la chasse à l’homme, les succubes vivent la plupart du temps sous terre. Lilith et ses progénitures épient les humains quand ils sont amoureux et si ceux-ci ne sont pas vigilants, elles peuvent en profiter pour séduire l’homme ou la femme. Dans les deux cas, l’enfant qui naît, appartient alors définitivement aux démons.
Car vous ne devez jamais oublier que Lilith, comme toutes ces âmes damnées, est une grande séductrice. Désirant obsessionnellement séduire et dominer les humains, les succubes se présentent toujours sous leurs meilleurs attraits et les incubes ont souvent les traits de très beaux jeunes hommes.
La nuit, vous pouvez les croiser dans des lieux où les humains font la fête et profitent de la vie, car ils savent que les mortels sont alors plus faibles et facilement corruptibles.

Les enfants du Mal

Mais alors, que devient celle ou celui qui naît de l’accouplement d’un(e) démon(e) et d’un(e) mortel(le) ? On dit souvent que la plupart des sorcières et sorciers feraient partie de ces rejetons et que l’Antéchrist lui-même serait le fruit de cette infecte union. Mais le plus célèbre de ces «bâtard de l’enfer» serait le grand Merlin en personne…

Le Manuel du Vampirisme Energétique
Par le Grand Magister Hagur du Temple d’Atazoth
Edition Satsang
© Mars 2011 Ŕ Grand Magister Hagur, Gand, Belgique

Otto Khan, explique que les banquiers cabalistes "refont" le monde en créant des conflits artificiels

crisebancaire

Dans un moment de franchise après la 1ère guerre mondiale, Otto Khan, partenaire de la banque Kuhn Loeb, explique que les banquiers cabalistes "refont" le monde en créant des conflits artificiels et en en déterminant le résultat. Il s’agit notamment de deux guerres mondiales, de la guerre froide, et de la "guerre contre le terrorisme" sans parler de la fracture bidon "gauche-droite" qui maintient l’Amérique [ou la France] dans l’impasse.

 

Otto Kahn (1869-1934) était un partenaire de Jacob Schiff et de Paul Warburg chez Kuhn Loeb, la banque d’investissement la plus influente des États-Unis. Il est ainsi intéressant de rappeler ce qu’il a dit à propos de la stratégie juive illuminati.

Dans son livre "Genève versus la paix" (1937), le comte de Saint-Aulaire, qui était l’ambassadeur français à Londres, a rappelé une conversation avec Otto Kahn lors d’un dîner qui a eu lieu peu de temps après la Première Guerre mondiale. Cet exposé choquant est rapidement en train de disparaître dans le "trou de la mémoire".

Demandant pourquoi les banquiers protégeaient le bolchevisme, un système soi-disant hostile à la propriété privée, Kahn a tiré sur son énorme cigare et a expliqué que les banques créent des contraires apparents pour  "refaire le monde ", en fonction de leurs propres spécifications :

" Vous dites que le marxisme est l’antithèse même du capitalisme, qui est tout aussi sacré pour nous. C’est précisément pour la raison que ce sont des contraires directs l’un vis à vis de l’autre, qu’ils ont mis dans nos mains les deux pôles de la planète et nous permettent d’en être son axe. Ces deux contraires, comme le bolchevisme et nous-mêmes, trouvent leur identité dans l’Internationale. [ Il voulait vraisemblablement parler du Komintern.]

"Ces opposés… se retrouvent dans l’identité de leur but et aboutissent à la refonte du monde depuis le dessus par le contrôle des richesses, et depuis le bas par la révolution.

"Notre mission consiste à promulguer la nouvelle loi et la création d’un Dieu, c’est-à- dire dans la purification de l’idée de Dieu, et à la réaliser lorsque l’heure sera venue. Nous allons purifier l’idée en l’identifiant à la nation d’Israël, qui est devenue son propre Messie. L’avènement de celui-ci sera facilité par le triomphe final d’Israël…

"Notre dynamisme essentiel utilise les forces de la destruction et les forces de la création, mais utilise la première pour nourrir la deuxième… Notre organisation pour la révolution est attestée par le bolchevisme destructeur et pour la construction par la Société des Nations, qui est aussi notre œuvre.

"Le bolchevisme est l’accélérateur et la Ligue est le frein sur le mécanisme dont nous fournissons à la fois la force motrice et la puissance de guidage.

"Quel est le but ? Il est déjà déterminé par notre mission. Elle est formée d’éléments disséminés dans le monde entier, mais jeté dans la flamme de notre foi en nous-mêmes. Nous sommes une Société des Nations qui contient les éléments de tous les autres… Israël est le microcosme et le germe de la ville de l’avenir".

Les gens qui pensent prendre la place de Dieu sont des satanistes. Les satanistes redéfinissent la réalité et la morale, en les retournant à l’envers. Ils cherchent un monopole politique, économique et culturel mondial institutionnalisé dans un gouvernement mondial.

Cela est réalisé par un processus dialectique hégélien de création d’adversaires (thèse – antithèse) et la réalisation d’une synthèse qui correspond à leurs objectifs. Dans le processus, les opposants potentiels sont éliminés

COMMUNISME – CAPITALISME

image004Dans la révélation "Symphonie Rouge", l’initié chrétien Rakovsky a montré comment le communisme et le capitalisme ont fait partie de ce processus dialectique. Dans chaque cas, le cartel bancaire juif illuminati contrôle toute la richesse et la puissance.

"A Moscou, il y a le communisme : à New York, le capitalisme. C’est la thèse et l’antithèse.  Analysons. Moscou, c’est un communisme subjectif, mais [objectivement] c’est du capitalisme d’État. New York, c’est du capitalisme subjectif, mais objectivement du communisme.  Une synthèse personnelle, la vérité : la finance internationale, le communisme capitaliste. «Eux.» "

En URSS, l’État détenait les sociétés et l’État appartenait aux banquiers, c’est à dire du capitalisme d’État. Les États-Unis présente objectivement également des traits de communisme parce que les mêmes banquiers contrôlent la plupart des sociétés.

Bien sûr, ce qui est cohérent avec la célèbre citation de 1954 de Rowan Gaither, président de la Fondation Ford : "Nous exerçons nos activités  ici en vertu des directives qui émanent de la Maison Blanche… La substance des directives dans lesquelles nous exerçons nos activités, c’est que nous allons utiliser notre octroi de pouvoir de pour modifier la vie aux États-Unis de façon à ce que nous puissions confortablement être fusionnés avec l’Union soviétique".

CONCLUSION

Nous sommes dans les dernières étapes d’un complot à long terme par une cabale de banquiers juifs et leurs laquais maçonniques d’ériger un état policier mondial, et de nous contrôler par la fraude et la force (leurs mots d’ordre. ) Ceci a été réalisé par un "processus dialectique artificiel" dont  les meilleurs exemples sont la Deuxième Guerre mondiale et la guerre froide où ils ont fabriqué et financé les adversaires.

Sur le plan intérieur, la dialectique illuminati se reflète par George Soros qui finance la gauche, et les frères Koch qui financent et contrôlent la droite.
Les deux sont des juifs illuminati. La gauche radicale et l’islam sont également financés par des sociétés au travers de la fondation Tides. Vous pouvez parier que ce financement s’étend au contrôle des médias par la propriété ou la publicité. Il s’étend également à des universités, des fondations et des think tanks.

Des manifestations de masse comme Occupy Wall Street font partie de cette fausse dialectique. Ce serait réel s’ils  exigeaient : (1) La nationalisation de la Fed, la création de monnaie sans dette et l’abandon de cette partie de la dette nationale créée par inscription en compte. (2) Une enquête indépendante sur le 11-Septembre et la poursuite des responsables de l’attentat et de la dissimulation. (3) Que toutes les campagnes politiques nationales soient financés par l’État. Pour le prix d’ un croiseur de combat, nous pourrions avoir une véritable démocratie. (4). Que les monopoles de médias soient dissous. (5). Que les interventions de l’OTAN (Rothschild) soient arrêtées. En l’état, la résistance populaire est un jeu de guignols bancaire.

J’espère me tromper, mais je crois que la Russie de Poutine fait partie de cette stratégie de contrôle. Il en va de même pour l’Iran et même la Chine. Le Mouvement libertaire et les mouvements anti- communistes des années 1950 ont été motivés de façon similaire. Nous n’avons pas de liberté politique réelle, tout comme nous n’avons pas de véritable culture. Tout est conçu pour faire avancer l’agenda du Nouvel Ordre Mondial, un monopole économique, politique et culturelle total par les banquiers iIluminati. Vos commentaires sont les bienvenus.

NOTE :

Otto Kahn illustre également comment ces banques créent la réalité par le contrôle de ce qui se passe pour la culture. Kahn a financé de nombreux films et a pratiquement créé le Metropolitan Opera de New York. Il était responsable de l’introduction de Stanislavski, Nijinski, les joueurs de l’abbaye, le Théâtre d’Art de Moscou, et pratiquement tous les autres personnages et événements importants au cours de la période la plus vigoureuse de l’histoire du théâtre américain. Il a subventionné, parrainé, et entretenu des relations étroites avec Toscanini, Caruso, Chaliapine, Pavlova, Pirandello, Eugene O’Neill, Paul Robeson, Grace Moore, et des centaines d’autres artistes dont les noms font désormais partie de cette histoire.

Apparent à tous ceux qui ont des yeux pour voir, leur agenda satanique comprend la destruction du mariage et de la famille et l’intégration du satanisme, de l’homosexualité, de la pornographie, de la promiscuité,  de la pédérastie et de  l’inceste.

NOTE (Dan).  Cette citation du puissant Otto Kahn par nom moins que l’ambassadeur français en Grande-Bretagne au cours de l’entre deux guerres m’a fait tomber de ma chaise ce matin. J’ai vérifié – le livre existe bien, c’est donc indiscutable que le comte de Saint-Aulaire l’a écrit.
À mon grand désarroi, je n’ai trouvé aucune encyclopédie internet mentionnant l’ambassadeur Saint-Aulaire. Il semble que quelqu’un a essayé de le jeter dans le «trou de mémoire» d’Orwell.

J’ai continué à creuser et j’ai trouvé la preuve irréfutable de son existence dans un journal 1921 y compris les photos.

image001Voici également un scan d’une revue littéraire de 1937 de la «Genève versus la paix":

"La thèse de ce petit essai violent sur la politique internationale, c’est que la Société des Nations (*), créée pour empêcher la guerre, n’a rien fait d’autre que de l’engendrer et de la favoriser."

(*) En 1945, la Société des Nations a été ressuscitée sous une nouvelle image : Les Nations Unies.

___________________________________________________________
(Source(s): Henry Makow, le 21.01.2014 / Traduction : JLG / Relayé par MetaTV )

Monstruosité : Pour réduire les souffrances des poulets élevés en batterie supprimer leur cortex cérébral.

usine-poulet_thumb2-700x424Très grande

Pour réduire les souffrances des poulets élevés en batterie, une étude menée pour le département d’architecture du Collège Royal d’art de Londres propose de supprimer leur cortex cérébral. Il s’agit de la substance grise participant à de nombreuses fonctions cognitives comme certains sens, les actions volontaires de la motricité ou la mémoire.

 

Plusieurs centaines de millions de poulets sont tués chaque année au Royaume-Uni. Pour permettre un tel élevage de masse, on pratique ce que l’on appelle l’élevage en batterie. Un mode d’agriculture quasi industriel qui vise à superposer les animaux sur plusieurs étages dans d’immenses hangars sans lumière naturelle pendant près de 2 mois. Ils grossissent si rapidement que leur coeur et leurs poumons ne parviennent pas toujours à suivre la croissance de leur corps, entraînant une mortalité élevée des bêtes. L’étudiant anglais André Ford propose une solution à peine croyable pour réduire les souffrances des poulets, supprimer leur cortex cérébral afin de supprimer les perceptions sensorielles à l’origine de la détresse tout en préservant leur tronc cérébral.

« Le projet est presque sans effort de provocation parce qu’il est face à un cas dont la majorité des gens sont au courant, complice et coupable à des degrés divers. Les médias de masse sont saturés avec de films documentaires, de livres et je ne veux pas ajouter à la pléthore d’informations facilement accessibles. L’information est là, mais la majorité des gens ne se soucient pas de savoir ou prétendent qu’ils ne peuvent pas se permettre de s’en occuper », explique l’auteur de l’étude.

Paul Thompson, philosophe à l’Université Purdue avait déjà proposé d’élever des poulets aveugles. Il estimait que les poulets qui ne voient pas n’étaient pas dérangés par le fait d’être entassés ce qui selon lui devait être la solution pour faire face à l’élevage de masse. Une solution qui serait « plus humaine » que d’entasser des poulets voyants.

Grâce à cette désensibilisation, André Ford estime qu’il sera possible de répondre à la demande toujours plus forte en viande tout en réduisant les souffrances des poulets. Il imagine comment les animaux pourraient être entassés sur de grandes structures verticales, connectés à un immense réseau de tuyaux qui livreraient nourriture, eau et oxygène, un système baptisé « Centre pour l’agriculture Inconsciente ». Il pense ainsi pouvoir réunir plus de 11,7 poulets par mètre cube contre 3,2 avec les solutions existantes.. Glaçant !

usine-poulet-Matrix_thumb1

usine-poulet_thumb2 (1)

>> Pour en voir plus : Farming the Unconscious

http://metatv.org/il-propose-d-utiliser-des-poulets-sans-cervelle-dans-l-elevage-de-masse