Selon le journal français “La Tribune”, Airbus Space Systems et Thales Alenia Space (TAS), en tant que maître d’œuvre, ont signé l’année dernière un contrat portant sur la vente de deux satellites d’observation de type Pléiades au Maroc en deux phases (1 + 1).

 

Un contrat confidentiel dont le montant s’élèverait à un peu plus de 500 millions d’euros, lancement compris.

La mission principale dévolue à ces satellites serait la surveillance des mouvements des troupes de l’armée algérienne.

20101231161146-1638436447

Ces deux satellites espions de marque Pléiades seront livrés durant les deux prochaines années pour la mission de la surveillance du territoire marocain à l’Est et à l’Ouest avec une capacité de précision des objets d’un mètre de dimension.

Le Maroc est le second pays arabe après les Émirats arabes Unis à acquérir ce genre de satellite utilisé aussi pour les besoins civils.

 et l'algérie n'est pas en reste.




Les Algériens et les Américains négocieraient actuellement l’acquisition par l’Algérie d’un satellite militaire destiné à surveiller efficacement la région du Sahel, affirme, ce mercredi 2 janvier, la lettre d’information Intelligence Online. Selon ce média, spécialisé dans les questions militaires et géopolitiques, une délégation américaine « mêlant fonctionnaires du renseignement et cadres de l'industrie géospatiale était à Alger la deuxième semaine de décembre pour discuter de l'éventuelle acquisition par les services de renseignement militaire algériens d'un satellite d'observation optique ».
Ces négociations s’inscrivent dans le cadre du renforcement des relations entre les services américains et algériens, précise la même source. Selon Intelligence Online, Alger refuse le survol de son territoire par les drones américains stationnés au Burkina Faso et au Maroc. C’est en partie ce qui a poussé les responsables américains du renseignement, soucieux de s’appuyer sur l’Algérie pour surveiller le Sahel, à plaider en faveur de l’acquisition par l’Algérie d’un satellite et de drones militaires.

« Il y a encore deux ans, les États‑Unis refusaient catégoriquement de vendre des drones armés au pays. La position de l'administration Obama s'est, depuis, considérablement assouplie », conclut la lettre d’information.

http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/un-satellite-et-des-drones-militaires-americains-pour-l-algerie_23269.html http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/un-satellite-et-des-drones-militaires-americains-pour-l-algerie_23269.html