titan_multi_spectral_overlay-e1326050812883

 

Il y aurait des vagues sur Titan, une des lunes de la planète Saturne, mais d'un type tout à fait particulier : elles ne sont pas composées d'eau, mais d'hydrocarbures, selon des scientifiques américains, rapporte la revue Nature.

Si leur découverte est confirmée, ce serait la première fois que des vagues océaniques auront été découvertes, en dehors de la Terre. 

La sonde spatiale Cassini de la NASA avait repéré des reflets à la surface d'un des océans de Titan en 2012 et en 2013. Ces reflets pourraient provenir de légères ondulations, d'une hauteur de deux centimètres, qui se produiraient sur cet océan de Titan, selon Jason Barnes, un spécialiste des planètes à l'Université de l'Idaho, rapporte la revue Nature sur son site Internet.

Mais si Titan possède bel et bien des mers et des lacs, leur composition est bien différente de ceux qui sont présents sur la Terre. Ce n'est pas de l'eau qui y coule, mais du méthane, de l'éthanol et d'autres hydrocarbures, qui forment ensemble l'atmosphère de Titan. La planète contiendrait 40 fois plus d'hydrocarbures que les réserves estimées de la Terre, explique la BBC.

Ces liquides s'évaporent et créent un système météorologique qui inclurait des vents. La météo sur Titan contraste toutefois avec celle sur Terre. Les températures peuvent atteindre -180C. 

« L'océanographie n'est plus seulement une science de la Terre »

Des images de la sonde Cassini de la NASA permettent de voir la surface de la lune de Saturne, nommée Titan. Des images de la sonde Cassini de la NASA permettent de voir la surface de la lune de Saturne, nommée Titan.  Photo :  ? Handout . / Reuters

M. Barnes a exposé ses découvertes mardi, lors d'une conférence consacrée aux planètes et à leurs lunes, qui se déroule cette semaine à Woodlands, au Texas.

Les chercheurs de l'équipe de M. Barnes estiment qu'il y aura plus de vagues dans les années à venir, car les vents devraient se lever dans l'hémisphère nord de Titan, où se trouvent la plupart des mers de cette lune. « Titan commence à être en émoi », a expliqué Ralph Lorenz, un scientifique de l'Université John Hopkins, au Maryland. « L'océanographie n'est plus seulement une science de la Terre », conclut M. Lorenz.

Cependant, la sonde Cassini n'a pas réussi à capturer des images de vents qui balayeraient la surface des mers de Titan, rapporte la revue Nature. Les scientifiques de l'équipe de M. Barnes ont analysé des images prises avec la sonde Cassini et se sont aperçus qu'une lumière particulière se reflétait à la surface d'un des océans de la planète, ressemblant étrangement aux reflets émis par les vagues sur Terre.

Quatre pixels qui composaient ces images sont plus brillants que la lumière normalement émise par celle de la surface d'un océan. Après des analyses supplémentaires, M. Barnes et son équipe ont conclu qu'il pouvait s'agir de vagues. La découverte reste à confirmer toutefois, car les reflets observés par les scientifiques pourraient être ceux d'une mare de liquide boueux.

Enfin depuis le temps qu'ils nous disent qu'ils cherchent de l'eau dans l'espace .

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/science/2014/03/18/003-hydrocarbures-titan-saturne-nature.shtml