wallpaper___lumiere_divine_by_0mega_hd-d5vppts

Le diabète prélève une part toujours plus importante des budgets nationaux de la santé alors que le nombre de ceux qui en sont atteints augmente partout dans le monde. Or, en l’absence de prévention primaire, l’épidémie de diabète va continuer de s’étendre. Pire encore, d’après les projections, le diabète devrait devenir l’une des principales causes d’incapacités et de décès dans le monde d’ici les vingt-cinq prochaines années ! Il est donc Temps de rétablir la Vérité.

Pour se débarrasser du Diabète, il faut :
- Arrêter le traitement hypoglycémiant.
- Eliminer tous les aliments raffinés (pain blanc, pâtes, riz blanc, sucre…) et tous les plats préparés industriels.
- Manger des légumes crues dans son alimentation pour au moins1 repas sur les 2 (par exemple une bonne salade, tomates, oignon, persil, ciboulette fraiche de votre jardin, carottes, choux rouges, radis, jeunes pousses d’épinards…).
- Avoir une activité physique régulière.

Pourquoi manger cru ? Lors d’une cuisson l’amidon se transforme en glucose par exemple mais il y a énormément de raisons…

Bref retrouver un régime d’avant…

A ceux qui veulent essayer ce retour à un régime d’avant surtout il faut arrêter le traitement hypoglycémiant sinon vous feriez des hypoglycémies.

Ensuite quand vous apercevrez que votre taux de glycémie est stabilisé et redevenu à un taux normal vous pourrez réintroduire certains aliments mais tout en modérant !

Il faut savoir que des études ont été conduites au sein de populations sensibles en Chine : les modifications du mode de vie (régime alimentaire approprié et augmentation de l’activité physique, avec la baisse de poids qui en résulte), accompagnées de programmes éducatifs continuels, ont permis de réduire de près des deux tiers la progression vers le diabète au cours d’une période de six ans (moi je dirai carrément éradiquer le diabète). Ces mesures de prévention auront des effets qui iront bien au-delà du diabète : l’amélioration du régime alimentaire et l’activité physique quotidienne auront également des effets sur l’obésité, les maladies cardio-vasculaires et certains cancers.

Par contre les personnes qui sont dépendantes de l’alimentation actuelle c’est-à-dire les gourmands, doivent prendre un traitement.
Souvent beaucoup de diabétiques suivent un régime. Ensuite ils tombent dans le cercle de l’hypoglycémie. Pourquoi ? Tout simplement car les médecins ne leurs diront jamais d’arrêter le traitement hypoglycémiant.

Pourquoi ? À cause des pépites. À qui profite le diabète ? À Big Pharma.

Qui payent ?

- En raison de sa chronicité, de la gravité de ses complications et des moyens qui doivent être mis en œuvre pour les combattre, le diabète est une maladie coûteuse, non seulement pour le malade et sa famille, mais aussi pour les autorités sanitaires.

- D’après des études en Inde, une famille indienne à faible revenu dont un membre adulte souffre de diabète consacre 25% de ses ressources à la prise en charge du malade. Aux Etats-Unis d’Amérique, ce chiffre est de 10% pour les familles ayant un enfant diabétique.

- Aux Etats-Unis d’Amérique, le total des dépenses de santé est trois fois plus élevé pour un diabétique que pour une personne qui ne souffre pas de cette maladie. On a calculé par exemple que, dans ce pays, le total des dépenses consacrées aux soins du diabète s’élevait à 44 milliards $$.

- Dans la Région du Pacifique occidental, une analyse récente des dépenses de santé a montré que 16 % des dépenses hospitalières étaient consacrées aux diabétiques. Dans la République des Iles Marshall, le chiffre correspondant est de 25 %. Fidji consacre aux complications du diabète 20 % de ses dépenses de santé à l’étranger, lorsque les possibilités de traitement n’existent pas dans le pays et que les patients sont obligés d’aller ailleurs. Le tout représente des sommes considérables pour des pays qui n’ont guère les moyens de faire des dépenses aussi massives sur des pathologies évitables.

- Les coûts du diabète, qui ne sont pas simplement d’ordre financier, pèsent sur tout à chacun et partout. Il y a aussi des coûts immatériels (douleur, anxiété, inconfort, diminution générale de la qualité de vie, etc.), les plus difficiles à quantifier, dont l’impact est profond sur la vie des diabétiques et de leur entourage.

Ce Protocole est sans Danger !

Avec ce protocole, on va être en carences en glucides ? FAUX car les glucides sont partout même dans les fruits et légumes !

Le Dr. Scott Whitaker, auteur du best-seller MediSin a dit : « Sans aucun doute, avec une alimentation de qualité, incluant du chrome (GTF – facteur de tolérance au glucose), cela permettra d’éliminer le diabète dans les 6 semaines avec de l’huile de foie de morue et un régime qui a éliminé toutes les céréales transformées et les sucres raffinés ».

En effet le chrome est un oligo-élément essentiel à la santé humaine. Bien qu’on n’ait pas encore totalement élucidé son mode d’action, on sait qu’il augmente la sensibilité des tissus à l’insuline, ce qui contribue à normaliser et à stabiliser le taux de sucre dans le sang, ainsi qu’à réguler les taux d’insuline sanguins.

De nos jours, les médecins sont très peu formés à la nutrition, voire pas du tout. La médecine moderne a plutôt pour principe : « à chaque maladie son médicament ». Et l’Industrie Pharmaceutique souhaite conserver cette politique lucrative.

DJAMELITO

http://djamelitoinfo.blogspot.com/p/la-verite-sur-le-diabete.html

ALTER INFO

Oui le diabète peu se guérir, j’en suis la preuve vivante. Je n’étais p-e pas encore diagnostiqué diabétique, mais j’y arrivais dans pas long si je n’aurais pas changé drastiquement mon alimentation suite au premier signale d’alarme qu’est l’hypoglycémie. Dans ma famille mon grand-père était diabétique, sa fille, ma mère l’est aussi, et j’ai un cousin qui doit s’injecter de l’insuline à tout les jours depuis son adolescence, donc j’étais, héréditairement, le candidat idéal pour développer cette maladie. Mais dès les premiers signes, j’ai toute suite fait la relation avec mon alimentation beaucoup trop sucré et complètement dénaturé. J’ai commencé alors à me documenter part l’entremise de certains livres, à l’époque internet n’existait pas encore, ma plus grande prise de conscience c’est fait avec un livre qui m’a beaucoup marqué de Daniele Starenkyj: Le mal du sucre, et j’ai alors tout compris. Je savais ce qui me restait à faire, réaprendre à bien m’alimenter, gérer mon stresse, mieux dormir, prendre l’air et faire de l’exercice. En réalité cette maladie a été une bénédiction, elle m’a ramèné à une meilleur hygiène de vie, elle m’a reconnecte avec mon corps et avec la nature.

Le diabète est en réalité une maladie de civilisation. Il n’y en avait pas dans le temps de nos arrière grand-parents, ou très peu avant l’industrialisation. C’est symptômatique d’une société malade, qui s’est déconnecté de la nature et de son être profond, son âme. Il suffit d’en prendre conscience, de faire marche arrière et de revenir aux sources pour retrouver la santé.

Plusieurs sont déjà rendu au premier stade de la maladie et font de l’hypoglycémie tout en l’ignorant tellement les symptômes sont nombreux et peuvent être associé à tort à d’autres pathologies ou comme étant un état tout à fait « normal » avec nos vies stressantes d’aujourd’hui. Mais le problème est que si on écoute pas se signal d’alarme, si on est pas à l’écoute de notre corps, le diagnostique du diabète est assuré, et souvent même rendu là, on allume pas et on continue de manger aussi mal qu’avant, parce qu’on pense qu’avec les médicaments, tout va être régler, et bien non! C’est encore une fois qu’un « plaster » sur le bobo qui ne sert qu’à nous déconscientiser et nous empêcher de trouver la cause réelle du problème.


Le diabète peut se guérir - Dormoy Geneviève par rikiai