REIKI danger :expérience de groupe et possession

reikihand1Témoignage d'une femme initiée au Reiki ,ces pratiques attirent bel et bien des esprits de basses frequence qui finissent bien souvent par destabiliser celui qui s'y adonnent.

Mon aventure avec le Reiki a commencé en 1999, avec une conférence donnée dans ma région. A..., l'intervenant, un petit gringalet au regard pétillant, nous parlait d'une énergie de guérison, de niveaux d'énergie, de plan astral : tout cela était nouveau pour moi, évoquant cependant les magnétiseurs de nos campagnes. J'étais à l'époque un peu déprimée et cherchais les moyens d'aller mieux sans recourir aux antidépresseurs. Le coût du stage étant modeste, je me dis que cela valait le coup d'être tenté, et que je pourrais peut-être me faire de nouveaux amis.

Le fameux week-end arriva. Nous étions 5 femmes de 25 à 45 ans. J'étais la seule à n'avoir eu d'autre contact avec le Reiki que cette conférence !. Après nous avoir fait signer un papier attestant que nous n'avions jamais été traitées pour maladie mentale ( !) Alain commença son enseignement. D'abord la légende du Reiki, truffée d'ailleurs d'inexactitudes historiques (le fondateur, Mikao Usui, n'a jamais été moine chrétien, ni enseignant en Université..) --peu importe -, ensuite un exposé succinct d'anthropologie orientale : corps astral, chakras./, ainsi qu'un protocole de positions de mains à effectuer sur soi ou sur une autre personne pour communiquer l'énergie.Ma curiosité était grande !

Vint le temps qu'A... appelait "les instructions ", pour lesquelles il nous convoquait individuellement dans une pièce. Mon tour arriva, il me fit asseoir et commença des sortes de passes magnétiques derrière ma nuque, sur mes mains…Je devais garder les yeux fermés. Je vécus une sorte de vertige difficile à décrire, une sensations inconnue. Plus tard je sus que j'avais subi ce que les bouddhistes des écoles ésotériques appelaient une initiation tantrique, réservée dans cette tradition à des moines " super-entraînés ". Cette opération dura une dizaine de minutes. De retour dans la pièce commune, je devais opérer sur moi les positions de main apprise plus tôt. Oh surprise ! cela marchait ! Une espèce de flux magnétique (le même que celui ressenti précédemment) coulait dans mes mains. Formidable ! Les autres filles commentaient l'expérience : pour toutes il s'était passé " quelque chose ".

C'est ainsi qu'au fil des mois nous nous sommes retrouvées pour échanger des 'soins', confronter nos expériences, …Cela m'amusait beaucoup mais je sentais confusément la nécessité d'y voir plus clair.

Certains faits me dérangeaient : Certaines filles affirmaient avoir des contacts avec des " guides ", des " êtres de lumière ", ou autres entités bienveillantes, et personne ne remettait en question leurs dons de médium. Une autre était comme habitée pendant les soins par une force qui agissait à travers elle, manipulant la personne avec des gestes qu'elle ne contrôlait pas, et cela m'impressionnait. Alain venait parfois à nos séances d'échange. Certains de ses dires heurtaient ma foi chrétienne .

D'autant plus que ses interprétations des dogmes bouddhistes (réincarnation, karma,..) me semblaient peu orthodoxes. Il assimilait également l'énergie du Reiki à l'Esprit-Saint chrétien, et je n'étais pas d'accord ! Je découvris au fil de mes lectures que la traditon initiale du Reiki, ancrée dans le bouddhisme shingon japonais, avait subi maints changements depuis sa création il y a un siècle . Un peu comme si les prêtres d'une religion s'amusaient à transformer les sacrements, les liturgies, les symboles, au gré de leur fantaisie. Il n'y avait plus un Reiki, mais des Reikis, inscrits dans la mouvance du nouvel âge que je découvrais, avec ses excès et sa confusion.
mind
Du côté familial, cette nouvelle pratique engendra des bouleversements.Mon mari me laissait faire mes expériences, posant un regard amusé et sceptique sur tout cela. Mes enfants étaient vaguement intrigués, mais appréciaient l'intervention du Reiki sur un petit bobo, une douleur,… Mais les choses se gâtèrent à la mort de mon père . Je lui fis des séances à l'hôpital, tout en m'en appliquant aussi à moi-même. Je me rends compte maintenant que j'étais en décalage total avec mes frère et sœurs , qui eux vivaient le stress, le chagrin. Moi, j'étais' bien', une belle sœur m'a confié par la suite que j'avais un air un peu absent, comme si j'avais créé une barrière entre l'évènement douloureux et moi. Bref mon air énigmatique et mes impositions de mains n'ont pas été du goût de tout le monde : je me suis retrouvée insultée, stigmatisée, mise au ban de la famille, sans trop comprendre ce qui s'était passé.

Après l'enterrement je reçus des lettres d'insultes de mon frère, qui essaya d'impliquer mon mari dans le " complot " : Il fallait me faire renoncer au plus vite à ces pratiques occultes qui me rendaient folle ! Mon mari me soutint, car il comprit combien je souffrais de l'intolérance de mes frères et soeurs. J'avais eu du chagrin, j'étais restée jusqu'au bout au chevet de mon père, je l'avais aidé comme je pouvais dans ses derniers moments, mais j'avais exprimé mon émotion de façon très différente, très " zen ", et cela ma famille n'y était pas préparée et avait interprété mon attitude comme du mépris , de l'indifférence…Un beau gâchis.

Rentrée chez moi , ces douloureux évènements m'amenèrent à consulter un psychologue. Au fil des séances je compris les motivations inconscientes qui m'avaient tournée vers le Reiki, je pus exprimer mes craintes face à ses dérives " new-âge ", peu compatibles avec ma foi, me positionner face à une certaine " volonté de puissance " qui anime ceux qui font vocation de soigner leur prochain par " imposition " (ce mot est révélateur !) des mains, bref je commençai à y voir plus clair et à faire le tri : Qu'est-ce que je pouvais garder du Reiki ? où se situait le danger ?

Les choses se compliquèrent quand C.. vient se confier à moi : avide de bien-être, elle avait franchi tous les degrés du Reiki jusqu'à celui de maître, et là les choses se gâtèrent : elle entendait des esprits, sentait leur présence, se mit à délirer. Aïe ! Mon psy me conseilla un bon psychiatre qui parvint à la soigner. C… a coupé les ponts avec le Reiki, elle dit qu'elle est allée trop loin. Je sus par la suite qu'elle avait connu jadis une dépression avec 'bouffées délirantes ".Mes convictions se renforcèrent : le Reiki est loin d'être aussi anodin et merveilleux que le prétendent ses propagateurs, surtout pour les personnes fragiles.

La fréquentation d'Internet a renforcé mon impression : les forums de Reiki montrent bien la confusion qui règne dans ce domaine. Petit à petit je me suis éloignée de ce milieu. Il est trop tôt pour faire un bilan, et je ne peux pas affirmer honnêtement que le Reiki soit une mauvaise chose, puisque j'y ai toujours recours ponctuellement (très peu sur les tiers, mais plutôt sur moi-même) , et je connais quelques personnes qui n'ont pas été affectées par sa pratique. Ce que je lui reprocherais, c'est son environnement new-age ainsi que la formation hâtive de ses maîtres et de ses pratiquants. C'est devenu une affaire commerciale juteuse, les stages sont de plus en plus chers, et le stage d'enseignant dépasse souvent les 1 500 euros. Malgré cela, de nombreuses personnes le passent sans avoir la carrure nécessaire pour transmettre des enseignements subtils et délicats. Ils transmettent "du n'importe quoi ", ce qui dans ce domaine est bien ennuyeux.

Posté par rusty james à 17:41 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Studios MTV au coeur d'un temple maçonnique

96339964

Studios MTV au cœur d’un temple maçonnique + Les grands producteurs de rock 'n' roll sont membres d'une "église" satanique

 

Voilà qui est dit et prouvé en images. Il est vrai que ce n’est pas très étonnant de la part de la secte de diriger la chaîne TV qui a diffusé mondialement la musique satanique (Ke$ha) dégénérée et quasi pornographique.

Kesha : Une prêtresse des illuminati

http://maranatha21.blogspot.fr/2012/11/kesha-une-pretresse-des-illuminati.html

Ke$ha et les triangles

Ke$ha démontre ouvertement qu'elle est une poupée des illuminati dans son clip Die Young (Meurs Jeune). En d'autres termes, elle est une apôtre attitrée de Satan. Ce n'est pas la première fois qu'elle le fait mais ça n'a jamais été aussi explicite que dans ce clip vidéo, il y a tellement de satanisme dans ce clip qu'il faut être fou pour ne rien remarquer. Elle est dans la même catégorie que Lady Gaga, elles ont presque le même style dans ce sens qu'elles ne cachent pas leur satanisme, il est beaucoup moins subtile que celui des stars comme Beyoncé par exemple. Mais  Avant de continuer je voudrai vous dire quelque chose, lorsqu'on dit illuminati, comprenez SATAN! Il faut que cela devienne très évident dans votre esprit que vous êtes au milieu d'un conflit primordial qui oppose Satan à Dieu, et que Satan a ses agents sur terre pour conduire l'humanité à sa perte, parmi lesquels les illuminati qui sont désormais très célèbres. Donc c'est désormais un mot qu'il faut assimiler comme synonyme puisque les illuminati servent Satan le prince de ce monde. Je vous présente en image le clip Die Young, mais je ne vais pas faire une analyse en profondeur, tant il y a à dire sur ce clip. Ce que vous remarquerez c'est que ces clips musicaux utilisent les mêmes thèmes, les mêmes références occultes, et les mêmes symboles, pour la simple et bonne raison qu'ils servent le même maître  mais en plus de cela ils vous jettent des sorts à votre insu (Je parle bien-entendu à ceux qui sont encore suffisamment inconscient pour regarder ces clips musicaux). Personnellement, j'aime beaucoup analyser ces clips parce qu'ils sont le reflet de la société actuelle, ces clips permettent de programmer des mentalités antéchrists. Pour mieux comprendre cet article, il est nécessaire de connaître l'histoire occulte de ce monde des stars.

Dans le clip nous avons des types qui transportent une déesse/idole/diva/star/ange déchu/démon/entité dans la malle arrière de leur véhicule, ils garent le véhicule devant une église, cette entité est déposée aux portes de l'église et s'y introduit pour commencer la fête. Il s'agit de Ke$ha.

L'arrivée de la diva

 

Le transport de la diva, telle une déesse

 

EVIL qui signifie en d'autres termes MAL
c'est écrit sur la carrosserie de la voiture.
On nous fait comprendre que cette entité est
l'incarnation du mal

On la sort de la voiture comme un objet de culte, le culte des processions mariales par exemple, c'est une idole, et c'est bien ce que Ka$ha représente aux yeux des jeunes. On nous fait donc comprendre qu'une entité va prendre le contrôle de tout ce qui se fera et se dira dans ce clip vidéo, vous serez donc en mesure d'identifier les doctrines sataniques à travers les idéologies que véhicule cette entité. C'est donc dans une église qu'ils partent tous danser et faire leurs rituels, ça me rappeler l'éléctro-chappele de Lady Gaga dans son clip Judas, une chapelle dans laquelle elle danse et il y a des orgies sexuelles comme d'habitude. Il y a beaucoup de références religieuses dans ces clips, ceci signifie que non seulement que :

1) Ils veulent pervertir le christianisme en s'introduisant dans une église et forçant la porte pour y mettre leur autel satanique
2) Ils sont en train de former leur propre religion à eux, qui est bien entendue une religion du MAL (d'où EVIL)

L'oeil qui voit tout. Vous voyez, elle
cache un oeil et elle présente l'oeil que
nous connaissons déjà tous, c'est-à-dire
l'oeil de Lucifer.

 

Ce symbole du crane et des os symbolise
la MORT! Et c'est orienté à dessein sur
un conducteur du véhicule, un de ces jeunes
qui vénère l'idole. C'est très logique puisque
ces idoles vénérées veulent la mort de tous
les hommes de la terre.

 

Il y a énormément de triangles imbriqués
dans ce clip! Ceci a plusieurs connotations
mais ça demeure le ressort de l'occultisme.

 

On voit beaucoup trop de crucifix inversés
dans le clip! En référence à l'antéchrist

 

Voici un moyen par lequel ils s'identifie
et ils canalisent aussi les énergies. Vous
verrez beaucoup de ces artistes faire ce
signe s'il vous arrive d'avoir encore de
regarder ces clips nauséabonds.

 

Ceci est un pentagramme, vous avez une
orgie lesbienne en fond. Le pentagramme
représente SATAN.

 

Le pentagramme c'est Satan, vous verrez
beaucoup de ces célébrités endosser ce
pentagramme, surtout chez les Rock-Star

 

Nous voici donc sur l'estrade de l'eglise
dans laquelle ces jeunes sont entrés pour
adorer. Vous voyez donc qu'il s'agit
d'une église totalement Satanique.


Vous continuez à croire que les symboles sont anodins? Pourtant ils génèrent bel et bien de la puissance satanique, et ils représentent bel et bien la philosophie ambiante du milieu dans lequel on les observe. La musique étant une sorte de véhicule spirituelle, dans ce sens qu'elle a le pouvoir de véhiculer des émotions, donc par conséquent nous conduire dans certains lieux en esprit, on conclut tout simplement que ce clip, lorsque vous le jouez, il vous conduit tout naturellement sur un autel satanique. Vous vous retrouvez à danser dans un lieu qui spirituellement est très chargé, et vous êtes à la merci de ces démons qui vous ordonnent de Mourir Jeune (Die Young). Il faut savoir que la musique originellement était pour louer les divinités, et nous savons aussi que la musique pénètre des profondeurs inconscientes que la simple parole est incapable d'atteindre

Le lesbianisme. Voilà l'un des ordres
de l'entité qu'on tranportait au début
dans une voiture

 

Ces jeunes qui dansent aux côtés de cette
entité qui habite le corps de Ke$ha, ces
jeunes-là c'est VOUS. Et c'est dans ces
endroits que vous vous retrouvez en esprit
lorsque vous vibrez sous ces mélodies, parce
qu'il faut savoir que la musique permet
d'ouvrir vos chakras, et ça vous met donc à
la merci de tout forme de possession par
des esprits malins.

 

Vous voici qui dansez sur une estrade
satanique lorsque vous dansez Die Young,
vous vous soumettez ainsi à l'autorité de
cette entité qui vous envoute.

 

On insiste aussi un peu trop sur la bouche
dans ces clips vidéos

 

A un moment donné ils sont totalement
envoutés par le pouvoir de cette entité.
Ils n'ont consommé aucune drogue, cet
esprit qui habite Ke$ha les a soumis à son
authorité et maintenant ils obéissent.


Et lorsque ces jeunes sont envoûtés  ils se livrent à des actes de débauche comme : Le Sexe a plusieurs, homosexualité, lesbianisme, magie sexuelle, etc... Et ceci est exactement ce qui se passe dans nos sociétés, les jeunes s'adonnent désormais à ce genre de pratiques, parce qu'il y a une magie en arrière-plan qui les y pousse, par les célébrités qui oeuvrent pour leurs dieux/idoles//stars/anges déchus/démons/entités qui au final servent Satan!

Ils sont comme en transe et dans un
cercle magique. Le cercle magique canalyse
des esprits impurs.

 

Voici, la bestialité est exprimée par ces
animaux qui s'acouplent, j'ai aussi
vu cela dans le clip de Katy Perry avec
Kanye West

Encore une crois inversée



L'oeil qui voit tout, avec le signe du doigt
je vous invite à remarquer ce signe des
doigts. C'est en reference à Baphomet.
Regardez la main gauche (donc à droite)
de la créature qui est au-dessous et vous
comprendre. Regardez aussi son front, vous
y voyez bien le pentagramme dont je vous
parlais plus haut.

Voici Baphomet, une créature des ténèbres
qui sème le chaos à travers ces célébrités. Il
semble que PERSONNE ne peut accéder à
Hollywood sans faire un pacte avec cet esprit,
cela par le biais des sociétés secrètes.
Je dis bien PERSONNE.

 

Rihanna fait le même signe des doigts
dans son morceau Rude Boy, et ils sont
très nombreux à consciencieusement le
faire dans leurs clips

 

Elle a un pentagramme inversé comme
effigie sur sa bague.

 

La glorification de l'esprit de rebellion
dans le temple avec un pentagramme

Les quatre images qui suivent sont un condensé très bref de ce que nous avons comme scènes sexuelles dans ce clip, j'ai préféré ne pas présenter les scènes de sexe parce qu'elles sont tellement crues qu'elles choqueraient certainement plus d'un.

 

 

 

 

Vous voyez que finalement tout (ou presque) tourne autour du sexe, parce que ce que nous les humains nous n'avons pas encore compris c'est que le temple de Dieu n'est pas fait de mains d'homme, mais le temple de Dieu c'est NOTRE CORPS. Il est donc capital de préserver notre corps en bon état, pure et saint. Mais Satan va déjà jusqu'à montrer aux enfants en plein jour que une femme peut se livrer à une bande de garçons en chaleur. En fait, ces esprits veulent vous pousser à détruire votre corps qui est le temple de Dieu, puisqu'ils ne peuvent pas s'attaquer à Dieu, il faut qu'ils s'attaquent à son temple. Notre corps est initialement prévu pour être la demeure de Dieu, ainsi, lorsque l'on naît de nouveau, on reçoit en nous l'Esprit de Dieu, et si jamais quelqu'un veut détruire son corps, Dieu le détruira:

Fuyez l'impudicité. Quelque autre péché qu'un homme commette, ce péché est hors du corps; mais celui qui se livre à l'impudicité pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.(1 Corinthiens 6:18-20)

Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous? Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c'est ce que vous êtes.(1 Corinthiens 3:16-17)

Il y a beaucoup d'orgies sexuelles de nos jours, ce qui est le souhait de Satan.

Voici donc le fameux oeil d'horus, d'autres
l'appelent l'oeil oudjat. Je n'ai plus besoin
de le présenter, c'est le dieu de ce siècle (Satan)

 

On voit l'oeil d'horus sur le derrière de
Ke$ha, je ne sais pas si on peut être
plus explicite. Elle appartient de bout
en bout à Satan, elle a vendu son âme
au diable mais elle est à des niveaux plus
élevés que beaucoup parmi les stars.

Dans ce morceau on insiste beaucoup sur la parole We're gonna die young, ce qui est logique puisque nous sommes en présence d'une entité luciférienne qui ne vient que pour détruire!

I hear your heart beat to the beat of the drums
Oh what a shame that you came here with someone
So while you're here in my arms
Let's make the most of the night like we're gonna die young

We're gonna die young
We're gonna die young

J'entends ton coeur battre au rythme des tambours
Quelle honte que tu sois venu ici avec quelqu'un
Ainsi, tant que tu es là dans mes bras
Éclatons-nous au maximum comme-ci nous allions mourir jeunes

Nous allons mourir jeunes
Nous allons mourir jeunes


...
Don't care whose watching when we tearing it up (You Know)
That magic that we got nobody can touch (For sure)

...
Ne t'occupe pas de ceux qui nous regardent nous amuser (Tu sais)
Cette magie que personne ne peut toucher (Certainement)


Looking for some trouble tonight
Take my hand, I'll show you the wild, side
Like it's the last night of our lives
We'll keep dancing till we die

A la recherche de fortes secousses ce soir
Prends ma main, je vais te montrer le côté sauvage
Comme-ci c'est le dernier soit de notre vie
Nous allons continuer de danser jusqu'à la mort

 

Les grands producteurs de rock 'n' roll sont membres d'une "église" satanique

 Un témoignage des plus récents vient supprimer tout doute au sujet des rapports entre la sorcellerie et la musique rock. Ce témoignage est de John Todd :

De tout temps, la sorcellerie a été pratiquée au son du beat, qui est identique dans les cultes du vaudou et dans la musique rock. Impossible de pratiquer la sorcellerie sans cet accompagnement ( ... )


Les llluminati contrôlaient alors The Zodiac Productions, dont le nom, depuis ce temps, a été remplacé par Atlantic Productions. Il est notoire que David Crosby (Crosby Films), Nathan Youhg, Graham Nash, en somme tous les grands producteurs de rock 'n' roll sont membres d'une "église" satanique, et que la grande majorité des groupes rock sont inscrits comme membres de l'une ou l'autre des religions lucifériennes.

Lorsqu'ils produisent un disque ou doivent composer de nouvelles chansons, ils demandent aux grands-prêtres et prêtresses de leur temple d'ensorceler leurs oeuvres pour qu'elles obtiennent de grands succès. Lorsque les rites consécratoires sont accomplis et que les disques sont envoutés, un grand nombre de démons sont chargés d'exécuter leurs ordres. 

Par voie de conséquence, chaque fois que vous achetez ou apportez chez vous un album de disque ainsi ensorcelé, vous entraînez forcément avec vous à la fois le sortilège et les démons reliés à cette oeuvre. Il n'est donc pas étonnant qu'une influence démoniaque se fasse sentir chez l'auditeur sous les formes suivantes:


- l'irritabilité
- l'esprit de révolte
- un langage obscène
- des propos blasphématoires
- des tendances suicidaires

A ma connaissance, il n'existe pas un seul sorcier ou musicien rock qui ait pu être converti et libéré sans avoir détruit d'abord tous les disques rock en sa possession et sans couper tous les liens avec la sorcellerie.

 


Studios MTV au coeur d'un temple maçonnique... par JaneBurgermeister

Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités

Kw52HxfLKKaFYXyE1V0Eecc36Yk

 

Billy Milligan est connu pour son syndrome de personnalité multiple (Trouble Dissociatif de l'Identité). Né en 1955 aux États-Unis, il est arrêté en 1975 pour plusieurs crimes dont des viols. Son procès historique a été sur-médiatisé à l'époque.

Billy Milligan est une figure légendair➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalitése, pas seulement des annales psychologiques, mais aussi dans l'esprit de beaucoup de lecteurs, fascinés par son histoire relatée dans le livre de Daniel Keyes: The Minds of Billy Milligan - "Les Personnalités/Esprits de Billy Milligan" - traduit en France par : l'homme aux 24 personnalités. Billy fut accusé de plusieurs crimes pendant son séjour à l'Université de l'Ohio, où il fut admis que ce n'était pas "Billy" qui avait commis ces crimes - mais l'une de ses 24 personnalités. Il fut déclaré innocent pour cause d'irresponsabilité et de folie. En 1991, Les différentes personnalités de Billy fusionnèrent en une seule et unique, et il fut déclaré cliniquement guéri.

D'après sa biographie, son fractionnement de personnalité se serait produit vers l'âge de 8 - 9 ans. L'enfant était constamment humilié et frappé par son beau-père, qui en plus le violait. C'est exactement à cette période que la personnalité de base de Billy s'est scindée en plusieurs alters.

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités

 

Son procès est particulier en ce que Billy a été le premier à plaider non coupable pour cause de personnalité multiple. On imagine facilement la haine qu'a suscitée cette décision au sein d'une Amérique des années 80, alors que les maladies mentales étaient encore peu connues.

" C'est trop facile ! s'indignent les uns. Vous allez relâcher un violeur simplement parce qu'il dit que ce n'est pas lui ! explosent les autres."

En effet, attisée par les médias et les politiciens qui instrumentalisent Billy, la population a du mal à croire à la version des faits du violeur Milligan. Il faut dire que cela ressemble à une histoire de fou: le violeur avéré affirme que ce n'est pas lui qui était présent avec les femmes sur le campus, mais une lesbienne en mal d'amour.

Pourtant, il faut bien prendre en compte ce que représente le syndrome de personnalité multiple pour le malade. Déjà, comme Billy lui-même le remarque, il ne présente pas plusieurs personnalités mais bien plusieurs « personnes » distinctes. Comprenez bien que quand une personne prend le contrôle du corps, elle dispose de sa propre personnalité, bien sûr, mais aussi ses propres souvenirs exclusifs. Ainsi, elle ne se rappelle que de ce qui lui est arrivé spécifiquement. Quand on sait que les personnalités peuvent changer de nombreuses fois spontanément dans la journée, on comprend que cela puisse être difficile à gérer.

" Comment suis-je arrivé là ? Qui sont ces gens qui se comportent comme si on se connaissait ? "

Cela produit des situations étranges où l'une des personnalités de Milligan drague une femme qu'il découvre chez lui en supposant que c'est la petite amie d'un des membres de la « famille ». Car Billy est conscient de son état. La plus logique de ses personnalités, Arthur, l'a déduit de ses observations et parvient peu à peu à mettre en relation l'ensemble des personnalités. Durant les périodes où l'esprit de Billy est le plus clair, les personnalités peuvent même discuter entre elles. Cela peut sembler difficile à concevoir, mais, comme l'explique Arthur qui doit faire preuve de pédagogie à l'égard des enfants de la famille, cela se passe comme si tout le monde se trouvait dans une pièce sombre avec un grand projecteur au centre, et que celui qui était sous le projecteur « prenait la conscience » pour l'extérieur.

Nous avons donc pas moins de 24 personnes différentes qui se disputent le projecteur sous le crâne de Billy Milligan. Et sa cervelle est particulièrement performante puisque, en plus de parvenir à gérer les souvenirs de tout ce beau monde, plusieurs personnalités ont des aptitudes vraiment extraordinaires. Arthur par exemple, a appris la médecine seul et sait parler plusieurs langues. Ragen a appris à utiliser toutes sortes d'armes à feu et sait contrôler sa sécrétion d'adrénaline pour se défendre efficacement. Tommy est maître dans l'art de l'évasion. Rajoutez à cela qu'un bon nombre de ses personnalités ont un talent réel dans la peinture, chacun sa spécialisation bien évidemment.

Cependant ce qui parait beau sur le papier a aussi des désavantages. Billy ne maîtrise pas forcément les changements de personnalités. Et cela est problématique quand certaines des personnalités lui attirent systématiquement des ennuis. Certaines ont des tendance criminelles ou même simplement destructrices. Par ailleurs, autant il dispose d'un bon panel de compétences utiles, autant il subit les défauts des personnalités qui prennent le contrôle. Ragen par exemple est daltonien, Christen est dyslexique, Shawn est sourd, Danny ne supporte pas la présence d'un homme, et ainsi de suite. Et ce sans compter les limites physiques des enfants. Par exemple, il ne parvient pas à accéder à un casier situé en hauteur quand un enfant est aux commandes, ou alors il est obligé d'abandonner au beau milieu de la rue son sac devenu trop lourd alors qu'il n'avait aucun problème la minute d'avant pour marcher avec en tant qu'adulte.

Enfin, pour terminer, je citerai trois passages qui m'ont marqué tirés de la biographie de Billy Milligan par Daniel Keyes. À un moment, Billy explique les avantages d'avoir plusieurs personnalités, dont des enfants :

" Cela permet d'avoir un regard nouveau sur le monde. Un regard complètement différent qui permet de voir des choses qu'un autre n'aurait pas vues. "

Billy fait notamment référence aux enfants de la famille dont le regard est le plus différent de celui des adultes. À un autre moment, durant son traitement consistant à tenter de fusionner l'ensemble de ses personnalités il déclare :

" On m'avait dit que l'union de toutes mes parties serait plus forte que la somme de mes personnalités individuelles. Mais dans mon cas ce n'est pas vrai, l'union de mes personnalités est moins forte. "

Billy se plaint ici de se sentir diminué pendant une fusion, de sentir que ses talents sont émoussés et qu'il ne dispose pas d'assez de temps pour les travailler tous. Finalement, après avoir lu le livre de Keyes avant sa publication, Billy lâche à l'auteur, les yeux pleins d'émotion :

" Tu l'as fait. Tu es vraiment parvenu à te glisser dans ma peau. "

______________________________________________

 

Voici les 10 personnalités connues des psychiatres,

des avocats, de la police et des médias à la date du procès.

 

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités1. William Stanley Milligan (Billy), 26 ans. C'est la personnalité originale, la personnalité de base, le "Billy non-fusionné, Billy dissocié" ou encore "Billy D." A laissé tomber ses études vers la fin du secondaire. Un mètre quatre-vingts, quatre-vingt kilos. Yeux bleus, cheveux bruns.

 

 

 

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités2. Arthur, 22 ans. L'Anglais. Rationnel, dépourvu d'émotions, s'exprime avec un fort accent britannique. Autodidacte dans le domaine de la physique et de la chimie, étudie des traités de médecine. Lit et écrit couramment l'arabe. Très conservateur et partisan déclaré du capitalisme, il n'en est pas moins un athée militant. A été le premier à découvrir l'existence de tous les "autres". Dans les situations qui ne présentent pas de danger, il est la personnalité dominante et décide de confier la conscience à tel ou tel membre de la "famille". Porte lunettes.

 

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités3. Ragen Vadascovinich, 23 ans. Le gardien de la haine. Son nom vient d'ailleurs de l'anglais "rage-again" (rage de nouveau). Yougoslave, il s'exprime avec un accent slave prononcé, lit, écrit et parle le serbo-croate. Spécialiste des armes à feu, des munitions, mais aussi du karaté. Fait montre d'une force prodigieuse, qu'il doit à la maîtrise de sa propre sécrétion d'adrénaline. Communiste et athée. Il est le protecteur de la famille, comme des femmes et des enfants en général. C'est lui qui prend la conscience en charge dans les situations périlleuses. A connu des criminels et des drogués, reconnaît s'être rendu coupable de divers crimes et violences. Il pèse quatre-vingt-cinq kilos, ses bras sont énormes. Noir de poil, il porte une longue moustache tombante. Il ne distingue pas les couleurs et dessine donc en noir et blanc.

 

4. Allen, 18 ans. C'est le combinard, l'escroc. Débrouillard et habile manipulateur, il est le plus souvent chargé des relations avec les étrangers. Agnostique, il est partisan de "profiter au maximum de son passage sur terre". Joue de la batterie et peint des portraits. Il est le seul fumeur de toute la "famille". Très intime de la mère de Billy. Même taille que Billy mais poids moindre. Porte une raie à droite, seul droitier de la famille.

 

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités

5. Tommy, 16 ans. As de l'évasion. Généralement confondu avec Allen, mais agressif et antisocial. Joue du saxophone, spécialiste de l' électronique, peintre paysagiste. Cheveu châtain clair, yeux ambrés.

 

6. Danny, 14 ans. Le craintif. A peur des autres en général et des hommes en particulier. A été un jour contraint de creuser sa propre tombe avant d'y être enterré vivant. En conséquence, ne peint que des natures mortes. Cheveux blonds retombant jusqu'aux épaules, petit et mince.

 

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités7. David, 8 ans. Le gardien de la douleur, celui qui sent pour les autres. Prend sur lui les blessures et la douleur de toutes les autres personnalités. Hypersensible, très fin, mais incapable de fixer longtemps son attention. Confus et perturbé la plupart du temps. Cheveux brun-roux, yeux bleus, menu et frêle.

 

 

 

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités8. Christine, 3 ans. La petite du coin, ainsi surnommée parce qu'à l'école elle était constamment envoyée au piquet - au coin comme disent les enfants. C'est une intelligente petite anglaise qui sait lire et écrire mais est atteinte de dyslexie. Elle aime dessiner et colorier des fleurs et des papillons. Cheveux blonds tombant jusqu'aux épaules, yeux bleus.

 

 

9. Christopher, 13 ans. Frère de Christine. Accent britannique très marqué. Obéissant mais perturbé. Joue de l'harmonica. Chevelure brun-blond semblable à celle de Christine mais plus courte.

 

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités10. Adalana, 19 ans. La lesbienne. Timide, solitaire et introvertie. Ecrit des poèmes. Fait de la cuisine et le ménage pour les autres. Longs cheveux noirs et raides, et atteinte de nystagmus, on dit qu'elle a "les yeux qui dansent".

 

 

 

 

____________________________________________

 

Les livres traitant le cas Milligan:

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités

  ➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalités Le premier "tome" de la saga s’attardait longuement sur la vie du personnage et la naissance de chacune de ses personnalités, les sombres causes de leur apparition, et tout ce qui fut antérieur à l’arrestation de Milligan. Daniel Keyes, chercheur en psychologie qui pour toute carrière littéraire s’était contenté d’un chef-d’œuvre du roman de SF, Des Fleurs pour Algernon [1966], était parvenu à rendre le récit à la fois clinique et extrêmement empathique, faisant alterner la chronique judiciaire, la prise de notes psychanalytique et la biographie romancée tout en évitant le pathos total d’un Veronika veut mourir [Paolo Coelho, 1998] par exemple.

L’édition Interstices de The Milligan Wars annonce un copyright de l’auteur en 2009, mais la préface est datée d’octobre 1993, qui est la date de fin de manuscrit que nous retiendrons. Cela signfie tout simplement que Daniel KEYES a consacré seize ans de sa vie, à partir de 1977, à collecter des informations, enquêter, s’entretenir avec le "Professeur" [la personnalité fusionnée] et toutes les personnes qui ont eu affaire à lui, pour écrire et publier les deux livres sur Billy Milligan. La faiblesse de ses textes découle peut-être directement de cet investissement sans bornes : à trop se rapprocher de son sujet, à entretenir une franche amitié avec lui [il fut témoin à son mariage], il oublie graduellement la distance formelle qui rendrait plus puissante encore sa démonstration. Paradoxalement, l’empathie manifestée à l’égard de son "personnage" rend ce dernier plus fascinant encore.

La période couverte par ce volume démarre en 1979, date de l’internement de Billy Milligan à l’hôpital d’Etat de Lima, où les conditions d’incarcération furent véritablement infernales. De larges extraits du journal de Mary, sa "fiancée" de l’époque, renforcent l’objectivité du récit, le faisant à la fois plus narratif et plus documentaire. Il reste à Lima jusqu’en 1983 avant de revenir à Athens, dans l’hôpital psychiatrique ouvert qui l’a fait progresser dans sa thérapie jusqu’à fusionner ses personnalités. Mais son état, diminué par des années d’innombrables accusations, d’internements sans fondements, attaques personnelles, passages à tabac et menaces de morts, reste très précaire, et sa stabilité mentale loin d’être avérée. Objet de manipulation, instrument des ambitions politiques en Ohio et en Virginie, qu’il s’agisse de sénateurs, magistrats, directeurs d’hôpitaux ou de prisons, rien ne concourt à favoriser sa guérison.

C’est que le cas Milligan offre aux sous-fifres de toutes administration une couverture médiatique sans précédent, et donc une exposition qui leur permet de satisfaire leurs ambitions personnelles. De la part des divers "personnels soignants", on note parfois un sadisme total. Moins attaché à décrire les processus psychologique du sujet, ce volume est surtout une charge agressive contre le système carcéral américain, l’opportunisme et la corruption qui règnent au sein de sa direction, et son inadéquation à traîter des cas sensibles. Partout, la brutalité et l’instrumentalisation semblent de mise.

« Aux yeux des représentants de l’autorité [Milligan] est devenu un symbole - le symbole d’un invidivu qui remporte des victoires contre le système [...] Milligan représente une proie facile pour les politiciens, une proie facile pour la presse. [...] Ça leur rapporte des votes. Ca fait vendre des journaux. »

Le récit s’achève en 1993, avec un Billy Milligan partiellement guéri, mais après quelles épreuves ! Luttes de pouvoir, grève de la faim, cavale, arrestations arbitraires, occupèrent son existence à partir de 1986. Si son corps fut souvent emprisonné, son esprit resta fugueur , insaisissable, d’une débordante activité... ce qui l’a poussé, syndrome ou pas, à faire une certaine quantité de conneries. La question centrale de ce second texte sur Milligan est sans doute celle de la gestion de la folie : l’Etat, par l’intermédiaire de ses hôpitaux et environnements carcéraux, veut la compresser cliniquement par l’utilisation de médicaments abrutissant, dont le but est de "zombifier" les patients. Ne vaut-il pas mieux laisser la folie s’exprimer [en atteste le talent pictural de notre homme] ? Mais comment alors gérer la dangerosité potentielle qu’elle peut manifester ? La seule réponse connue à ce jour semble être celle de la punition et du châtiment.

➤ Billy Milligan, l'homme aux 24 personnalitésLa France n’est que le troisième pays à accueillir une publication de The Milligan Wars, après le Japon et Taiwan. Le livre n’est toujours pas publié aux USA, dans l’attente de la parution d’un film sur le même sujet. William Stanley Milligan, aujourd’hui âgé de 54 ans, est d’ailleurs producteur de films. Il dit toujours souffrir du syndrome de personnalités multiples.
Ce deuxième volet de la chronique de sa vie jusqu’en 1993 (Les Mille et une guerres de Billy Milligan) est l’occasion de poursuivre la découverte d’un singulier personnage, et de ses innombrables combats contre le système.

 

Une production cinématographique de James Cameron devait voir le jour, le projet semble avoir été abandonné:

http://www.jamescamerononline.com/CrowdedRoom.htm

 

 

 ➤ Article en PDF

 

SOURCES:

http://omnilogie.fr/O/Billy_Milligan
http://havresgris.outness.net/Milligan.html
http://www.cafardcosmique.com/Les-mille-et-une-guerres-de-Billy

http://mk-polis2.eklablog.com/billy-milligan-l-homme-aux-24-personnalites-a108075168

https://www.youtube.com/watch?v=gAPPzmRb4r0

http://lang-8.com/680698/journals/54643810117284918452838064599882427870

Posté par rusty james à 16:38 - - Permalien [#]

LA ROYAUTÉ BRITANIQUE MANGEAIT DE LA CHAIR HUMAINE

article-1389142-07A3D6F7000005DC-581_306x423Ils ont longtemps été connus pour leur amour des banquets somptueux et des riches recettes. Mais ce qui est moins connu, c'est que la famille royale britannique avait également un penchant pour la chair humaine.
Un nouveau livre sur le cannibalisme médicinal a révélé que, peut-être aussi récemment que la fin du 18ème siècle, la royauté britannique ingérait des morceaux de corps humain.
L'auteur ajoute que ce n'était pas une pratique réservée aux monarques, mais que cette dernière était répandue parmi les gens aisés en Europe.

 
Le cannibalisme médicinal: Tant la reine Mary II que son oncle le roi Charles II ont consommé
du crâne d’homme distillé sur leur lit de mort en 1698 et 1685 respectivement, selon le Dr Sugg.

Alors qu'ils dénoncaient les cannibales barbares du Nouveau Monde, ils appliquaient, buvaient, ou portaient de la poudre de momie égyptienne, de la graisse, de la chair, des os, du sang, de la cervelle, et de la peau humaine.

De la mousse prélevée sur le crâne de soldats morts a même été utilisée comme remède dans les saignements de nez, selon le Dr Richard Sugg de l'Université de Durham.

Le Dr Sugg a déclaré: « Le corps humain a été largement utilisé comme agent thérapeutique, les traitements les plus populaires incluant chair, os, ou sang.

Le cannibalisme a été pratiqué non seulement dans le Nouveau Monde, comme on le croit souvent, mais aussi en Europe.

Une chose qu'on nous enseigne rarement à l'école, alors que les textes littéraires et historiques de l'époque en attestent, est la suivante: James Ier a refusé la médecine par les cadavres; Charles II a transformé son propre corps en médicament, et Charles Ier a été transformé en médicament par les cadavres.

Avec Charles II, les utilisateurs ou prescripteurs éminents incluaient François Ier, le chirurgien d'Elizabeth I John Banister, Elizabeth Grey, la Comtesse de Kent, Robert Boyle, Thomas Willis, William III et la Reine Mary.
»

Nouveau monde: Représentation de cannibalisme dans la tribu Tupinamba du Brésil tel que décrit par Hans Staden en 1557.
Que ceci soit vrai ou non, le mythe a ignoré le fait que les Européens consommaient de la chair humaine.

L'histoire du cannibalisme médicinal, fait valoir le Dr Sugg, a soulevé un certain nombre de questions sociales importantes.

Il dit: « Le cannibalisme médicinal s'est servi du poids formidable de la science européenne, de l'édition, des réseaux commerciaux, et de la théorie informée.

Alors que la médecine par les ccadavres a parfois été présentée comme une thérapie médiévale, elle était à son apogée lors des révolutions sociales et scientifiques du début de la Grande-Bretagne moderne.

Elle a survécu jusqu'au 18ème siècle, et parmi les pauvres, elle a persisté obstinément à l'époque de la reine Victoria.
Indépendamment de la question du cannibalisme, l'approvisionnement en parties de corps nous semble désormais très contraire à l'éthique.

À l'apogée du cannibalisme médicinal, des corps ou des os ont été systématiquement extraits de tombeaux égyptiens et de cimetières européens. Non seulement cela, mais jusqu'au dix-huitième siècle la plus grande part des importations en provenance d'Irlande en Grande-Bretagne étaient constituée de crânes humains.

Que tout cela ait été pire ou non que le marché noir contemporain d'organes humains est difficile à dire.
»



Cette peinture de l’exécution de Charles Ier en 1649 montre des gens se précipitant
pour récolter le sang de l’ancien roi. On pensait que ce dernier avait des propriétés curatives.

Le livre donne de nombreux exemples vivants, et souvent dérangeants, de la pratique, allant des échafauds d'exécution en Allemagne et en Scandinavie, aux tribunaux et laboratoires d'Italie, de France et Grande-Bretagne, aux champs de bataille de Hollande et d'Irlande, et aux tribus anthropophages des Amériques.

Le Dr Sugg dit: « Un tableau représentant l'exécution de Charles I 1649 montrait des gens récoltant le sang du roi avec des mouchoirs.

En Europe continentale, où la hâche tombait systématiquement sur le cou des criminels, le sang était le traitement de choix pour de nombreux épileptiques.

Au Danemark, le jeune Hans Christian Andersen a vu des parents faire boire à leur enfant malade du sang à l'échafaud. Ce traitement était si populaire que les bourreaux demandaient régulièrement à leurs assistants de recueillir le sang dans des coupes alors qu'il jaillissait du cou des criminels mourants.

Parfois, un patient pouvait court-circuiter ce système. Lors d'une exécution au XVIème siècle en Allemagne, un vagabond saisit le corps décapité " avant qu'il ne retombe, et en bu le sang... "
»

Le dernier cas enregistré de cette pratique en Allemagne s'est produit en 1865.

Alors que Jacques Ier avait refusé de consommer du crâne humain, son petit-fils Charles II aima tellement l'idée qu'il acheta la recette. Ayant payé peut-être £ 6,000 pour cela, il distillait souvent du crâne humain lui-même dans son laboratoire privé.

Le Dr Sugg dit: « En conséquence, connu depuis longtemps comme "gouttes du roi", ce remède fluidique a été utilisé contre l'épilepsie, les convulsions, les maladies de la tête, et souvent comme un traitement d'urgence pour les mourants.

Ce fut la toute première chose que Charles rechercha le 2 Février 1685, au début de sa dernière maladie, et qu'on lui administra, non seulement sur son lit de mort, mais sur celui de la Reine Mary en 1698.
»

Les recherches du Dr Sugg seront présentées dans un prochain documentaire de Channel 4, avec Tony Robinson, dans lequel ils reconstituent des versions de traitements cannibales plus anciens à l'aide de cervelles, sang, et crâne de porcs.

Le livre, intitulé Mummies, Cannibals and Vampires sera publié le 29 Juin par Routledge, et retrace l'histoire de la médecine du cadavre européenne en grande partie oubliée, de la Renaissance à l'époque victorienne.









 http://www.dailymail.co.uk/news/article-1389142/British-royalty-dined-human-flesh-dont-worry-300-years-ago.html#ixzz1MujgdSpz