Une autre Manhattan chinoise vient s’ajouter à la liste des villes désertes .

 Grande

photodisplay

Une ville déserte



Les immeubles du district de Conch Bay, à Tianjin, en Chine.

Les cas comme celui-ci sont exactement la raison pour laquelle la Chine n’est pas prête de prendre le pas sur les Etats-Unis.

La croissance chinoise est exagérée, les mal-investissements abondent, les prix relèvent de l’absurde, et les opérations bancaires parallèles qui financent ces développements finiront par imploser.

 

En Chine, le mal-investissement ne cesse plus de prendre de l’ampleur. Techniquement, cette croissance vient s’ajouter au PIB, mais viendra un jour où elle devra être amortie.

Les villes fantômes, les centres commerciaux déserts et les gares vides de Chine font la une de journaux depuis des années. Le plus gros centre commercial du monde est inoccupé, et des villes entières sont complètement désertes.

Une autre ville vient désormais s’ajouter à la liste des villes désertes, et pas des moindres.

Le projet de la Chine de construire sa propre Manhattan voit le jour sur un fond d’immeubles de bureaux vides et d’hôtels inachevés, et vient souligner le risque d’un ralentissement de l’économie chinoise perchée au sommet d’un boom de l’investissement sans précédent.

Le paysage aux mille gratte-ciels du district de Conch Bay, dans la ville portuaire de Tanjin, n’a vu de près rien du tout de l’agitation d’une métropole, avec ses vitres de verre couvertes de poussière et ses constructions en suspens. La région a échoué à attirer de nouveaux locataires dès la fin de la construction du premier immeuble en 2010, chose qui s’avère être de mauvais augure pour le projet d’Yujiapu, situé de l’autre côté du fleuve Hai, qui prend exemple sur Manhattan et dont la construction est encore en progrès.

La zone déserte souligne les difficultés à laquelle se heurte la Chine, à l’aube du ralentissement d’une orgie de l’investissement financée par le crédit, pour soutenir la croissance et l’emploi au sein de la deuxième économie du monde. Un véhicule de financement gouvernemental de la région de Tianjin lié au développement a vu ses revenus chuter de 68% en 2013 pour passer à une quantité à peine aussi élevée que le tiers de ses dettes annuelles pour 2014.

« Des comptes devront être réglés », a expliqué Stephen Green, directeur de recherche chez Standard Chartered Plc, à Hong Kong. La vente d’obligations par les gouvernements locaux pour rembourser les prêts bancaires ne servent qu’à acheter du temps. « Les gens devront payer » pour ces erreurs grâce à des bail-outs, à une recapitalisation des fonds publics et à l’inflation.

Conch Bay a présenté quelques signes de vie le 19 juin à l'occasion d'une visite de journalistes de Bloomberg. La construction de Glorious Oriental, un complexe résidentiel et de bureaux composés de deux gratte-ciels, a été suspendue. Au nord de Conch Bay, le bâtiment principal de l’hôtel Country Garden Phoenix, l’un des plus gros hôtels d’Asie, n’est qu’une carcasse déserte qui ne présente aucun signe de travaux en cours.

 

Les appels passés aux bureaux du Glorious Oriental à Pékin et à Tianjin sont restés sans réponse.

Wang Wei, un résident de Tianjin de 34 ans, s’est rendu en voiture dans la région pour se faire une idée du prix des propriétés, simplement pour les y trouver six fois plus élevés que ce qu’il aurait été prêt à payer. « J’ai entendu beaucoup de choses à propos de Conch Bay, mais ce n’est pas un endroit où vivre – du moins pas pour le moment », a-t-il dit. Il n’y a pas de magasins, pas d’écoles, pas d’hôpitaux et pas de voisins ».

 

 

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-une-ville-fantome-de-plus-en-chine.aspx?article=5603815972H11690&redirect=false&contributor=Mish.


Une frise maya “extraordinaire” découverte au Guatemala

maya frise

“C’est une découverte extraordinaire qui n’arrive qu’une seule fois dans la vie d’un archéologue”. Francisco Estrada-Belli est donc un archéologue heureux. En juillet, aidé de son équipe de recherche, il a découvert une frise maya fabuleuse dans un centre archéologique du nord du Guatemala.

Datant approximativement de 1 400 ans, cette frise représentant des divinités et des personnages portant des ornements de plumes et de jade est selon l’expert guatémaltèque. “la plus spectaculaire qu’on ait jamais vue à ce jour”, “une oeuvre d’art”, insiste-t-il, et un trésor pour l’histoire puisqu’elle révèle des informations précieuses sur une période allant de 250 à 900 de notre ère. Cette frise maya présente en effet, “les portraits de dieux et de gouvernants divinisés et donne leurs noms”, explique l’archéologue.

C’est sur une pyramide du centre précolombien de Holmul, dans le département de Peten, à environ 600 km au nord de la capitale guatémaltèque, près de la frontière mexicaine, que ce petit bijou archéologique a été découvert. Détails de l’expert: “Cette frise en stuc s‘étend sur huit mètres de large et deux mètres de haut sur la partie supérieure de l‘édifice rectangulaire. La composition comporte trois personnages principaux revêtus de riches atours de plumes de quetzal et de jade, assis au sommet de collines personnifiées sous la forme de monstres”.

En juin dernier déjà, une imposante cité maya avait été localisée par un groupe international d’archéologues dans l’Etat mexicain de Campeche.

Copyright © 2014 euronews

http://fr.euronews.com/2013/08/08/une-frise-maya-extraordinaire-decouverte-au-guatemala

Un Aliène gris reptilien sur la pièce de 20 dollar canadien en argent ?

 

ALIEN20 DOLLARS

 

ALIEN20 DOLLARS

Un Aliène gris reptilien sur la pièce de 20 dollar canadien en argent ?

Les gris reptiliens commencent-ils à se dévoiler sur les pièces de monnaie ?

Un exemple ci-dessous sur la pièce de 20 dollar canadien en argent.

Comme par hasard nous avons la Reine Elisabeth II sur l'avers de la pièce de monnaie, dont la famille est censée appartenir aux familles royales reptiliennes. 

Et sur le revers de la pièce nous sommes censés voir un amérindien qui pagaye et un jeune garçon qui effleure l'eau de sa main.

Sauf que vous avez déjà vu des jeunes enfants avec une tête d'Alien Gris reptilien ?

Quel est le symbole ici qu'ils ont voulu représenter, entre un Amérindien qui pagaye et un Aliène Gris reptilien qui frôle l'eau de sa main ? LE RAPPORT viendrait du rhesus negatif très rare des amérindiens le meme que la lignée royale ,cette lignée amerindienne est une lignée rescapée de l'hybridation nefelims et humains

Que les Amérindiens ont été décimés par les Gris Reptiliens ?

Et comme par hasard l'aliène est représenté sur ce qui appartient aux familles reptiliennes dans le monde : L'ARGENT !

Vue sur l'amérindien

Vue sur l'aliène



Ci-dessous la
description de la pièce de 20 dollar canadien en argent.

Puis en bas de l'article 2 vidéos sur lesquelles nous pouvons voir clairement l'aliène.

20 dollars Canoë - avers20 dollars Canoë - revers

© Royal Canadian Mint

Pièce commémorative

Canoë
Avers : Face droite de la reine - Inscription : ELIZABETH II D·G·REGINA

Revers : Un jeune garçon en canoë effleurant l'eau de sa main avec, en reflet, un amérindien d'autrefois pagayant.

Inscription :
20 DOLLARS
FINE SILVER 9999
9999 ARGENT PURE
2011
CANADA

Source : http://fr.numista.com/catalogue/pieces25832.html
Autre source :
http://www.mint.ca/store/product/product_exchange2011.jsp...

 

Posté par rusty james à 11:16 - - Permalien [#]

Un Stonehenge au fond du lac Michigan

stonehenge_michigan



A 40 pieds sous la surface du lac Michigan dans la région du Grand Traverse Bay, une équipe chargée d'enquêter sur les épaves a découvert une formation rocheuse inédite qui repose sur le fond sablonneux du lac. En apparence les pierres semblent être d'origine naturelle mais la possibilité qu'elles soient l'œuvre des natifs américains a piqué la curiosité des archéologues. La découverte s'est produite  lors d'une mission de surveillance effectuée par Mark Holley spécialiste en archéologie sous-marine. C'est un bloggeur qui après avoir relevé l'article dans une publication scientifique spécialisée en archéologie, a relancé le débat en qualifiant la structure de "Stonehenge sous-marin". Plusieurs interprétations circulent à propos des pierres, il pourrait s'agir des signes de la formation d'un glacier ou d'une ancienne ligne côtière mais leur configuration géométrique y laisse voir la main de l'homme. En effet le site actuellement sous les eaux était il y a 9 000 ans une toundra où vivaient humains et animaux. On peut alors penser aux vestiges d'un site religieux, d'un ancien barrage de pêcheurs ou d'une autre structure d'origine humaine. Pour contribuer à la controverse certains croient discerner sur l'un des rochers la gravure d'un mastodonte, un animal ressemblant au mammouth disparut depuis 9 000 ans. En remontant à la surface Holley dont le quotidien est plutôt les épaves a déclaré, " On aurait mieux fait de ne pas découvrir ça, la controverse va être telle que l'on va rester ici pendant les vingt prochaines années, " Au printemps Holley et un étudiant du Northwestern Michigan College espère réaliser un scanner laser qui permettra de concevoir une modélisation informatique de l'image. Les scientifiques pourront alors analyser le site qui se trouve dans une zone interdite d'accès et sacrée pour les Indiens d'Amérique. Les chercheurs spécialisés dans l'étude des natifs Américains affirment qu'ils ont besoin de plus de preuves pour être convaincus que les pierres sont d'origine humaine. Ils sont particulièrement sceptiques concernant la présence du pétroglyphe d'un mastodonte. En effet il n'y a aucune preuve de l'existence de mastodontes dans cette région de l'Amérique du Nord alors que l'on en retrouve plus au Sud. Par ailleurs les mastodontes étaient à l'époque une espèce en voie d'extinction. "Il s'agirait alors de l'unique représentation visuelle de l'hémisphère entier" déclare Charles Cleland professeur d'archéologie et d'ethnologie de la Michigan State University à la retraite, "Ce serait une découverte retentissante si elle s'avérait authentique".

3144507427_8050010976_o

3145336278_df6a3fe0c5_o

http://mutine-newsy.blogspot.fr/2011/06/stonehenge-version-americaine.html

http://www.unisciences.com/biologie/news/stonehenge_lac_michigan.php?id=4515