284049_240662922726654_1954720239_n


Disons-le tout de suite, le vampirisme existe, bien sûr, à tous les degrés imaginables, y compris celui qui ne cesse d'alimenter littérature et cinéma, à quelques détails près.

Je ne vais pas consacrer cette page à l'explication du phénomène, ce serait évidemment trop long. Cependant, je pense important d'aborder le sujet de la mort et de la non-mort ("nosferatu", terme qui, en vieux roumain, signifie à peu près "celui qui ne meurt jamais").

L'état de non-mort est produit de multiples manières (dont une "pseudo initiatique", et à laquelle s'adonna le célèbre prince de Valachie, Vladimir "Tepes" Drakul, ayant inspiré Bram Stocker pour son oeuvre "Dracula"). Toujours est-il que le vampirisme, au stade le plus avancé, permet en effet de ne pas mourir après la mort du corps (disons, de rester rivé à la matière dense et de conserver le contrôle sur elle, et sur les "vivants").

Il faut tout d'abord comprendre ce qu'est précisément le vampirisme. La "technique", l'objectif, disons, consiste à absorber l'énergie vitale d'autrui afin de pallier à l'impossibilité d'en produire soi-même lorsque le corps est mort. Cet apport d'énergie fraîche permet à ce dernier de ne pas se décomposer, et donc de garder substantiellement intacte la "corde d'argent" entre l'âme et le corps. Cette "corde" est un lien d'énergie subtile reliant en effet l'âme et le corps au sein duquel elle s'enracine par ce moyen. C'est ce qui différencie un simple fantôme, une entité errante sans réelle influence sur la matière, et un être physique, incarné, qui s'y ébat et s'y développe. La conscience spirituelle étant prise en charge par la conscience biologique (engendrée par le cerveau grâce à la présence de l'esprit, de l'âme, enracinée par la corde d'argent), on peut comprendre d'où vient la raison évidente pour laquelle une grande part de la population du monde ne croit en l'existence d'autre chose que ce qui est immédiatement perceptible, le corps n'étant qu'une sorte de scaphandre permettant de vivre au creux de la matière alors que nous ne sommes finalement que pur esprit.

C'est cet avantage que le vampire refuse de perdre, en plus d'une somme impressionnante de pouvoirs psychiques qui lui est dévolue de par son état vampirique, semi-magique, et disposant malgré tout des atouts des plans du Bas-Astral, allant se ressourcer au sein du plan Vital de la Terre (origine fluidique de tous les cauchemars de l'humanité).

L'énergie dont il a un besoin vital se trouve en très grande proportion dissoute dans le sang, mais sans qu'il soit forcément nécessaire d'en absorber pour en extraire la précieuse vitalité de sa victime. Il peut parfaitement la vampiriser à distance, sans contact physique. En fait, le vampire cumule les avantages d'un esprit désincarné et d'un être humain incarné. Il a autant de pouvoir sur la matière (ou presque) que ce dernier, et pourtant, il lui est possible de disparaître à la vue et de rejoindre les plans spirituels proches de la matière, mais suffisamment éloignés pour ne plus être perceptibles.

Tentative d'accès à la condition vampirique par saturation de sang frais humain.
Technique très risquée se soldant par un échec dans 90% des cas en moyenne. Le mythe du "buveur de sang" viendrait plutôt de la caste "initiatique" intimement associée au vampirisme, le plus célèbre, toujours grâce à Bram Stocker, étant "l'Ordre du Dragon Renversé" auquel appartenait Vladimir Drakul (mais il en existe d'autres, contemporains, beaucoup à Londres, et un, tout particulièrement, à Paris). Son initiateur et Grand-Maître de l'Ordre, était un certain "Abraham le Juif" dont le nom d'initiation était "Eléazar" (nom d'origine hébraïque extrêmement répandu), lui-même enseigné par un mage égyptien appelé Abramelin. Comme dans tous les cercles noirs et satanistes, le sang et la mort sont les deux fers de lance de la politique de terreur appliquée par ceux d'entre eux qui la pratiquent, ainsi que le symbole de leur pouvoir. Mais le "mythe" du vampire est connu depuis la plus haute antiquité et avant cela même; il semblerait qu'il ait "toujours" existé.

En outre, il apparaît que, pour un vampire nouvellement "créé", absorber l'énergie vitale dissoute dans le sang, appelée "Lumière Astrale", est beaucoup plus facile en absorbant le sang lui-même, plutôt qu'en la filtrant à travers le Plan Astral; les subtilités des Plans subtils ne lui étant pas forcément et immédiatement accessibles. En effet, c'est avec le temps et l'expérience qu'il sera amené à les apprendre, raison pour laquelle, plus un vampire est ancien, plus il est difficile d'en venir à bout.

Il existe un livre intitulé "La magie sacrée", ou"Livre d'Abramelin le Mage", que ceux qui le connaissent pour s'être contentés de le feuilleter ou même le lire candidement, trouveront certainement très inspiré d'une grande sagesse et très empreint de piété (revoilà une manifestation de la maestria de l'Illusion...). Ce livre contient des valeurs "renversées" (ou "inversées"); il établit sur six mois la procédure d'un rituel "initiatique" visant à fusionner tout d'abord la conscience de veille avec celle du double sous-plantaire, ensuite parachève cela en faisant de même avec, si possible, l'ensemble des strates de conscience, permettant ainsi, en quelque sorte, de faire émerger à la surface du monde physique le double sous-plantaire; le reflet prenant possession de ce dont il est le reflet en quelque sorte.

Par bien des aspects, le vampirisme est une absolue abomination. Non par rapport à l'ampleur du mal dont il est la cause, mais parce qu'il s'oppose de plein fouet à l'équilibre dualistique des lois naturelles de l'univers, violant le tao, et outrepassant même, dans certains cas, les limites imposées par l'application des manifestations karmiques elles-mêmes. D'où l'intérêt énorme que représente le vampirisme pour la conscience de l'Ombre, voyant en cela une possibilité d'aller encore au-delà de ce qui lui est possible d'atteindre habituellement.

Le texte de "La magie sacrée, ou Livre d'Abramelin le Mage" est bien sûr crypté (bien que faiblement). Tenter de réaliser ce rituel, même sans la clef permettant d'en connaître le sens exact, enchaîne le praticien candide à un egrégore d'aliénation psychique qui, peu à peu... le videra de sa substance vitale. Personnellement, je ne connais AUCUN livre plus dangereux que celui-là, pas même le Necronomicon que l'on dit à juste titre "maudit"; Lovecraft s'étant contenté de ne se faire que le relai de quelque chose de bien plus puissant que lui!

Quant aux moyens de contrer le vampire, la croix ne marche pas, ou alors vraiment très peu (ce symbole, devenu religieux, a trop été perverti depuis l'aube du Christianisme pour qu'il ait quelque effet fondamental sur lui). L'ail fonctionne, à condition qu'il soit consumé sur des charbons ardents afin d'en dégager les huiles essentielles (encore qu'en en ayant beaucoup consommé, le sang puisse en être suffisamment empreint pour représenter une certaine forme de gêne pour le vampire, mais, néanmoins toute relative), idem pour le camphre et le citron (avec une préférence tout de même pour le camphre). L'eau bénite est plus qu'incertaine mais peut se révéler efficace si le prêtre effectue, lors de sa bénédiction, le travail "magique" qu'il est sensé effectuer à cette occasion (je connais certaines paroisses catholiques où le bénitier est rempli d'eau du robinet, sans même qu'une bénédiction symbolique soit faîte dessus). Le pieu dans le coeur (à condition que ce soit le plexus solaire et non le coeur lui-même) est lui aussi redoutable, mais à condition de trouver le corps physique du vampire qui est son point d'ancrage au monde de la matière, donc son point faible.

Lui enfoncer le pieu, ou n'importe quoi de contondant, quelle qu'en soit la matière, dans le plexus solaire, le diaphragme, placé transversalement le long de l'abdomen juste sous les côtes, revient à détruire cet organe qui, seul, a la propriété d'y amarrer la corde d'argent. Ce lien brisé, le vampire disparaît comme n'importe quel trépassé sans réel autre pouvoir... mais l'histoire n'en est alors pas fini pour autant; être "mort" ne signifie pas "avoir cessé d'exister"!

Le tout est tout de même de réussir à atteindre le corps physique du vampire, ce qu'il ne laissera pas faire facilement on peut s'en douter. Il est en outre redoutablement bien gardé, en général, soit totalement inaccessible ou très bien caché. Il a souvent été question de meutes de chiens enragés gardant le corps du vampire au péril de leur vie, ou de déments dévolus à sa cause corps et âme.

La mort n'est donc pas une fin, et encore moins pour le vampire que pour quiconque, car il s'agit pour lui d'une réelle naissance à une condition sensée être gratifiante, une condition de puissance, de pouvoirs, et d'absolue immortalité. Des dynasties entières de la noblesse roumaine s'y sont adonnées entre le quinzième et le dix-huitième siècle (dont peut-être la plus célèbre des praticiennes du vampirisme et du culte rendu à Satan, chaque jour de sa vie jusqu'à celui de sa mort, aux côtés de son frère avec lequel elle entretenait une sulfureuse relation incestueuse, c'est Erszebeth Bathory).

Partout, la trace des vampires fut consignée et il en reste des procès-verbaux originaux à la Bibliothèque Nationale à Paris, signés par des délégations préfectorales de l'époque. Les points géographiquement reconnus comme étant les plus atteints par le fléau vampirique étaient la Roumanie, en effet (rendue célèbre par Stocker, bien sûr), mais aussi la Hongrie, l'Autriche, et, plus particulièrement, l'Auvergne et la Lorraine pour ce qui est de la France.

Il faut aussi savoir qu'il existe des magiciens noirs qui pratiquent ce genre de sport, allant absorber l'énergie vitale de leurs victimes, détruisant ainsi leurs ennemis tout en se gonflant d'une vitalité dérobée sur des êtres humains qu'ils s'acharnent à transformer en "zombies" d'abord, puis en esclaves, et finalement en cadavres!

Le vampirisme occulte est une tragique réalité, quel que soit le moyen employé ou le but poursuivi, même s'il tend à disparaître, surtout pour ce qui est des vampires au sens premier du terme; les conditions de "vie" en l'état de "non-mort" sont devenues quelque peu... difficiles, ces derniers temps.

Pour ceux qui seraient tentés par un accroissement de leur force vitale, mais que le goût du sang ou de la mort ne tente pas forcément, j'ai pensé mettre à leur disposition un schéma radionique d'une déconcertante simplicité, découvert et mis au point par un certain Monsieur H.O.BUSBY, l'un des pionniers en matière de découvertes radioniques, et qui a pour propriété de générer une intense énergie vitale, seulement "volée" à la nature qui ne demande qu'à en faire bénéficier qui sait le lui demander gentiment. Vous en trouverez donc la recette de fabrication à la rubrique "Petit grimoire".*



* Voici une réalisation radionique en volume, testée et mis au point par R. FELSENHARDT et Bernard-Georges CONDE, ce dernier se distinguant par les travaux fantastiques qu'il a réalisés en matière de radionique et d'actions à distance. Il est également l'héritier spirituel du Docteur LEFEBURE, fondateur du "Phosphénisme".




Cette forme, enfermée dans une boîte, génère par émission due à sa forme, une puissante énergie vitale naturelle dont vous pouvez profiter et faire profiter à l'infini, sans léser qui que ce soit, et entièrement non imposable! Cette énergie revitalisera tout organisme biologique vivant.

  • Placez la fenêtre d’émission face au plexus solaire, à environ une dixaine de centimètres.
  • En aucun cas ne maintenez l’exposition plus de cinq minutes d’affilée; trois minutes semble être une moyenne maximale acceptable. Il vaut nettement mieux avoir recours à l’émission de cette forme ving fois par jour à raison de deux minutes chaque fois, plutôt qu’une seule exposition d’une demi-heure qui pourrait se révéler dangereuse ! Pour celles et ceux qui ont une grande habitude de la pratique de la rédiesthésie, vous pouvez estimer à l’aide d’un pendule le temps d’exposition idéal à votre cas propre.
  • Utilisez cette forme exclusivement telle qu’elle se présente ci-contre, c’est-à dire le haut en haut et le bas en bas. En renversant la boîte ou en la montant de façon différente, la forme ne rayonne plus. Si vous la souhaitez efficace, utilisez-là donc uniquement dans cette position.
  • Lorsque vous l’utilisez afin de vous recharger, soyez assis et détendu, la boîte sur les genoux.

Respectez exactement les proportions et mesures de la forme émettrice repésentée en rouge. Nos amis Canadiens qui usent de mesures différentes des mesures en usage en Europe devront faire un exercice de convertion, mais pourront également se contenter de reproduire cette forme aux dimensions qui leur conviendront. En effet, la taille de la boîte n’a guère d’importance dans la mesure où elle n’a ni celle d’une boîte d’allumettes, ni celle d’un semi-remorque ! Seul le rapport entre les dimensions des différents côtés de la forme est important. Voici donc, exprimées en millimètres, les dimensions conseillées des différents côtés de la forme, représentés par les lettres de l’alphabet allant de A à P, totalisant donc 16 côtés en tout.

A B C D E F G H I J K L M N O P Base
176 68 32 38 34 64 20 24 30 24 20 20 18 20 22 42 50


La “Base” dans ce tableau représente le morceau de la forme qui vient se ficher dans le double fond de la boîte et destiné à rendre la forme stable au sein de sa boîte ; l’ensemble peut être réalisé en carton blanc épais (2 millimètres d’épaisseur au moins).

Lorsque vous n’utilisez pas votre émetteur, veillez d’une part à coucher la boîte de façon à ce que la forme ne rayonne pas, et d’autre part, couvrez-la d’un linge de manière la protéger de la poussière, par souci de discrétion, et pour éviter tout risque d’éventuelle exposition au rayonnement micro-vibratoire même si elle est en position couchée !

Conseil :

Souvenez-vous qu’un rayonnement radionique, aussi profondément bénéfique soit-il, devient systématiquement néfaste à la moindre saturation, puis dangereux en cas d’abus manifeste, et finalement mortel en cas d’exposition permanente. La radionique n’est pas un sujet léger et encore moins de plaisanteries. Une vigilance sans partage doit être exercée à son propos !



Tiré du livre de CONDE et FELSENHARDT : "Les bases fondamentales de la radionique", aux éditions Jacques Bersez.

clonage lignée de sang  vampire ou demon ? étrange et les cas sont légions !

a la 7 e minute alec baldwin sous couvert de l'humour fait une declaration des plus claires dans une pub pendant le superbowl , est ce vraiment de l'humour .....?