RACHEL BARAN

Parfois bénéfique, parfois mortel, les bains de Soleil ne sont pas nouveaux. Cette mode a démarré au début du siècle avec la publication d'une photo d'un mannequin qui avait passé 1 semaine sur un yacht privé afin d'avoir un magnifique teint cuivré. Cependant, les gens de l'époque ne savait pas que les rayons U.V. pouvait être fatals pour la peau. Je traiterai de l'effet des rayons U.V., du cancer de la peau, des méthodes pour se protéger et quelques découvertes récentes à propos des rayons U.V.

LES RAYONS ULTRAVIOLETS

L'effet des rayons ultraviolets, plus souvent appelés U.V., sur la peau sont désastreux. La couche d'ozone s'amincissant progressivement, ils sont de moins en moins filtrés. Ainsi, 2 types de rayons U.V. nous atteignent maintenant, les UVA et les UVB. Il y a aussi les UVC mais ils sont encore complètement filtrés par la couche d'ozone fort heureusement car les rayons UVC sont encore plus dangereux que les UVB qui sont plus dangereux que les UVA. Il y a très peu de temps, nous pensions que seul les UVB étaient dangereux car ils sont moins énergétiques que les UVA. Cependant, le rayonnement qui nous atteint est composé de 9 fois plus de UVA que d'UVB ce qui fait en sorte que les UVA sont tout aussi dangereux que les UVB. Les UVA causent eux aussi le cancer mais d'une manière différente. Pour mieux vous expliquer les dommages causés par les UV sur la peau je vais me baser sur un exemple simple. Admettons que vous vous étendez au Soleil sans vêtement ( un maillot au minimum :) et sans crème solaire. Après quelques minutes seulement, les UVB entraînent l'apparition de cellules nécrotiques à l'intérieur de votre peau. Celles-ci meurent à court terme. Les UVB activent aussi la production de prostaglandines, des substances libérées lors du processus inflammatoires qui dilatent les capillaires. Aidés par les UVA et les infrarouges contenus dans le rayonnement solaire qui provoquent un échauffement de la peau et la dilatation des vaisseaux sanguins, ils provoquent la rougeur. Les lésions aux cellules de l'épiderme et la dilatation des vaisseaux aboutissent aux fameux coup de soleil. Quand la brûlure est sérieuse, les vaisseaux dilatés exsudent de l'eau qui forme des cloques et fait décoller l'épiderme. Le coup de soleil n'est pas dangereux en soi car les lésions finissent par guérir et tout rentre dans l'ordre. Cependant, des dommages irréparables ont été fait à vos cellules et les conséquences ne se feront sentir que dans plusieurs années. Les UVA font vieillir prématurément la peau, ce phénomène s'appelle le photovieillissment. La désorganisation des molécules de collagène et d'élastine, deux protéines qui assurent la solidité et la souplesse de la peau, est la cause de ce vieillissement. La profilération des fibroblastes, les cellules constitutives du derme, est aussi entravée par les UVB. Les rayons UV faut donc bien leur travaille de destruction en endommageant autant le derme que l'épiderme. Les UV altèrent aussi la fonction immunitaire de la peau en s'attaquant aux cellules de Langerhans et aux lymphocytes qui constituent le système de défense.

LE CANCER DE LA PEAU

Parce qu'elles sont victimes de coups de soleil à répétition, certaines personnes voient leurs chances d'attraper un cancer de la peau augmenter. Il existe trois types de cancer de la peau. Le cancer basocellulaire est le plus bénin et le plus fréquent car il n'engendre jamais de métastases. Le cancer spinocellulaire ou le épidermoïde est peu fréquent mais plus dangereux en raison des métastases qu'il engendre. Ces deux types de cancer sont entraîné par les cellules du derme et ils se manifestent dans les régions souvent exposées au Soleil. Ils prennent l'apparence d'une lésion ulcérée, d'une croûte ou d'une simple boule. Le taux de guérison de ces cancers sont excellent s'ils sont détectés à temps. Le mélanome, qui représente 10% des cancers cutanés, est plus inquiétant car il produit des métastases très rapidement s'il s'enfonce sous le derme. Il résulte de la mutation d'un mélanocyte, responsable de la pigmentation de la peau. Les mélanomes se présentent sous forme de taches foncées ou d'un grain de beauté qui grossis, dont la forme change ou que la couleur se modifie.

LES MESURES DE PROTECTION

En conséquence, pour éviter un cancer de la peau, il faut prendre des mesures de protection autant en été qu'en hiver. Je vous en énumère ici quelques-unes mais même si vous les appliquer toutes et que vous voyez des rougeurs apparaître, il vaut mieux se mettre à l'ombre.

  • Au soleil, couvrez-vous le plus possible et portez un chapeau à large bord.
  • Évitez de vous exposer entre 10 h et 16 h et faites attention au soleil du Sud, car plus on se rapproche de l'équateur, plus les rayons sont directs!
  • Attention au sable, à la neige et à l'eau qui reflètent des rayons nocifs.
  • Au soleil, appliquez toujours un écran solaire dont le facteur de protection est de 15 ou plus qui bloque les rayons UVA et UVB. Cependant, évitez les écrans solaire de FPS 60 car ils contiennent des substances cancéreuses la plupart du temps.
  • Évitez les lampes solaires : leurs rayons ultraviolets sont dangereux.
  • Méfiez-vous de la brume, des nuages et du brouillard, car 80 % des rayons solaires dangereux les traversent.
  • Apprenez à vos enfants à se protéger, car les effets nocifs du soleil sont cumulatifs et une personne qui a eu un coup de soleil important en bas âge à beaucoup plus de chances de développer un cancer.
  • Consultez votre médecin si vous notez une modification à votre épiderme ou d'un grain de beauté.

LES DÉCOUVERTES RÉCENTES

Cependant, certaines découvertes récentes font peur au dermatologue car certaine pourrait détruire toutes les années de prévention qu'ils ont fait. En Mai 1998, un étudiant en maîtrise de génétique moléculaire à l'université Laval, Vickram Bissonauth, à mener une expérimentation à l'aide de peau humaine reconstituée en laboratoire. La peau reconstituée a ensuite été badigeonnée de crème PreSun FPS­30, puis exposée pendant plus de 30 minutes à une lumière blanche similaire à celle que le Soleil émet (donc, contenant des rayons UVA et UVB). L'étudiant a testé trois doses d'irradiation: 2000, 4000 et 8000 kilojoules au mètre carré. 1000 kilojoules au mètre carré correspondant à une heure au soleil à midi, un jour d'été à Québec. Le résultat est alarmant et surprenant, l'analyse des coupes de la peau au microscope à révéler que plus l'exposition avait été intense, plus la structure de la peau était désorganisée et le nombre de cellules nécrosées important. Les dommages causés à l'ADN des cellules augmentaient également en flèche. Au delà de 2000 kilojoules au mètre carré, la protection offerte par le PreSun FPS­30 n'est plus totale", conclut Vickram Bissonauth. Et cela est troublant parce que l'on a toujours cru que la protection des crèmes solaires de FPS-30 était totale. Il reste donc les crèmes de FPS-45 et + que l'on a vu apparaître sur le marché il n'y a pas très longtemps mais Roger Leblanc, un chimiste de l'Université de Miami, prétend que les nouvelles crèmes " ultra­protectrices ", de facteur de protection solaire (FPS) 60, contiennent souvent certains métaux, dont le bioxyde de titane. Or, dit­il, ces substances induiraient des réactions biochimiques avec la peau pouvant provoquer des cancers. Ces propos ont soulevé la colère des dermatologues, qui craignent que le public recommence pour cette raison à s'exposer au soleil sans protection. Une autre découverte qui ne fait pas le bonheur des dermatologues est qu'un peu de soleil ferait du bien. En effet, nous sommes peut-être allé trop loin dans la lutte au bronzage. Comme dans toute chose, la modération a bien meilleur goût. Ainsi, certaines personnes ne s'exposent pratiquement plus au soleil mais cela peut-être très mauvais. Malgré les risques, une exposition modéré au soleil les compenseraient largement. Le facteur en cause : la vitamine D, fabriquée par notre corps lorsque la peau est exposée au soleil. La vitamine D protège de toutes sortes de maladie comme le rachitisme, les attaques cardiaques, la dépression saisonnière, le psoriasis et la sclérose en plaques. Mais les chercheurs veulent simplement rappeler que ceux qui évitent complètement le soleil font une erreur aussi grave que ceux qui en abusent. Plus récemment en août 1999, une étude faite par des chercheurs de l'université du Texas le coup de soleil serait un suicide contrôlé des cellules dénaturées de la peau afin d'empêcher un cancer de la peau. Malheureusement, le mécanisme n’est pas efficace à 100%. S’infliger délibérément des brûlures ne protège pas contre la terrible maladie. Laurie Hill, qui a dirigé cette recherche dont les résultats sont publiés dans Science a exposé deux groupes de souris préalablement rasées aux rayons ultraviolet. L’un de ces groupes était composé de souris modifiées génétiquement, chez qui la protéine ordonnant le suicide des cellules était absente. Dans ce groupe spécial, 70% des individus ont subi des mutations des cellules potentiellement cancérigènes. Chez les souris normales, le taux de mutations dangereuses n'a été que de 5%.

En conclusion, même si le cancer de la peau augmente en flèche et que les effets désastreux des rayons U.V. ont été prouvés, nous faisons toujours quelques découvertes qui viennent redorer le blason du soleil. Mais il ne faudra jamais oublier que le soleil est dangereux si nous en abusons et qu'il est mieux d'appliquer les mesures de protection que de les ignorer.