vaccin-sida

Jean PILETTE
Docteur en médecine

L'aluminium a-t-il quelque chose à voir avec les champs électromagnétiques ? A part le fait que des feuilles d'aluminium sont utilisées par certains pour arrêter les ondes électromagnétiques des antennes de téléphonie mobile, qu'auraient en commun ce métal et les champs électromagnétiques ? Est-il possible de comparer quelque chose que l'on peut voir, toucher, peser comme l'aluminium et quelque chose d'invisible, d'insipide et qui ne pèse rien comme les champs électromagnétiques ? Y a-t-il un lien unissant ce métal et ce phénomène ? L'ALUMINIUM Le corps humain est le siège, depuis sa conception jusqu'à sa mort, de constantes réactions chimiques. Il réagit à tous les éléments chimiques avec lesquels il entre en contact.

Personne ne niera que l'oxygène est un gaz qui lui est indispensable. Mais qu'en estil d'un métal comme l'aluminium ? Comment se comporte-t-il dans l'organisme ? Sa présence dans les vaccins serait-elle indispensable ? L'aluminium est, sur notre terre, le plus abondant des métaux. Dans la nature, il n'existe pas à l'état libre.

Combiné à l'oxygène, au fluor et au silicium, il constitue environ 8 % de l'écorce terrestre. L'aluminium est un métal léger, très malléable, bon conducteur de l'électricité. Ces propriétés permettent de l'employer pour de nombreux usages. Il sert par exemple dans l'industrie automobile et dans l'industrie du bâtiment. Mais il sert aussi au conditionnement de nombreuses denrées alimentaires  . Sous forme de sels, l'aluminium est utilisé dans le domaine agroalimentaire pour fabriquer des pesticides  élaborer des additifs alimentaires , traiter les eaux afin de les rendre « potables »  .

Dans le domaine cosmétique il sert à la fabrication de pommades, de dentifrices, de déodorants .

Dans le domaine médical, on le retrouve dans des prothèses dentaires et chirurgicales, ainsi que dans des médicaments et de nombreux vaccins. L'aluminium peut entrer dans l'organisme humain par les voies respiratoires, par la peau, par les muqueuses, par la voie digestive et par injection. L'aluminium est une substance toxique pour toutes les cellules de l'organisme  . Il agit particulièrement sur les cellules du système nerveux .

L'aluminium accélère le processus de vieillissement des structures nerveuses du cerveau  et favorise des maladies de neurodégénérescence telles que la maladie d'Alzheimer  . Par son action destructrice sur la gaine de myéline , l'aluminium perturbe la propagation de l'influx nerveux et jouerait ainsi un rôle dans l'éclosion de la sclérose en plaques. Le risque d'avoir une sclérose en plaques serait plus important après avoir reçu des vaccins anti-hépatite B  et antitétanique , vaccins qui contiennent de l'aluminium. Les enfants et nourrissons sont particulièrement sensibles à l'action de l'aluminium , spécialement les prématurés . Une étude comparative portant sur l'alimentation de prématurés au moyen de perfusions, a révélé des altérations du développement mental chez les nourrissons âgés de 18 mois dont les perfusions contenaient de l'aluminium .

Bien que l'on ait réduit la quantité d'aluminium dans beaucoup de solutions nutritives parentérales, on a remarqué que les enfants nourris avec ces solutions améliorées présentaient malgré tout un taux élevé d'aluminium dans le sang et que l'on ne pouvait exclure une accumulation d'aluminium dans leurs tissus 35 . Une alimentation artificielle des prématurés ne prenant pas en compte ces faits risquerait de favoriser ultérieurement chez eux l'apparition d'une démence 36. Lorsqu'un vaccin contenant de l'aluminium est injecté, une partie de cet aluminium reste au point d'injection ou se dissout dans le liquide interstitiel 37 et le reste passe très rapidement dans le sang.

Cet aluminium voyage dans tout le corps et va se déposer dans des tissus ou organes tels que le foie, les reins, les poumons, les os et le cerveau. Lorsque l'aluminium, introduit par l'une ou l'autre voie dans l'organisme, se retrouve dans la circulation sanguine, il se lie à certaines protéines du plasma sanguin. Dans le sérum 2 humain normal, l'aluminium se lie pour 60 % à la transferrine, protéine qui a pour fonction de transporter le fer, pour 34 % à l'albumine, et pour le reste au citrate . Lorsque l'aluminium se lie à la transferrine, il prend la place du fer qui n'est alors plus transporté vers les parties du corps qui en ont besoin

. La transferrine constitue alors un moyen de transport de l'aluminium vers les différents organes, en particulier vers le cerveau dont certaines régions possèdent une forte proportion de récepteurs de la transferrine. L'aluminium lié à la transferrine ou à l'albumine ne peut être éliminé par le filtre rénal .

Le cerveau est composé de deux grandes sortes de cellules, des neurones, cellules nobles qui assurent la fonction nerveuse proprement dite, et des cellules servant à la fois de squelette et de tissu nourricier, dont les astrocytes. Les astrocytes sont des cellules qui possèdent un corps volumineux et de nombreux prolongements grêles et ramifiés. Certains prolongements des astrocytes sont en contact avec les cellules endothéliales qui tapissent les parois des capillaires sanguins situés à la périphérie du cerveau. Ces prolongements des astrocytes et les cellules endothéliales des capillaires forment un réseau qui constitue une barrière, la barrière sangcerveau, encore appelée barrière hématoencéphalique. Cette barrière a pour fonction de protéger le cerveau. Elle empêche les substances nocives pour lui d'y entrer tout en laissant passer les substances qui lui sont bénéfiques. Elle laisse passer, tant du sang vers le cerveau que du cerveau vers le sang, toute une série de substances indispensables au bon fonctionnement soit du cerveau, soit du reste du corps. Il peut s'agir de substances nutritives, de minéraux, de vitamines, d'hormones, de certaines protéines. Lié à la transferrine et au citrate, l'aluminium passe aisément la barrière hématoencéphalique .

Comme l'aluminium est un métal qui, par lui-même, peut détériorer la barrière sang-cerveau , il pourra provoquer l'irruption dans le cerveau de l'albumine 50 et notamment de l'albumine liée à l'aluminium, ce qui ne fera qu'accentuer l'entrée d'aluminium dans le cerveau. Piégé dans le tissu nerveux, l'aluminium ne pourra en ressortir que très lentement , d'où son accumulation dans le cerveau. L'efficacité d'un vaccin est jugée à sa capacité de susciter dans l'organisme un taux élevé d'anticorps dirigés contre l'agent infectieux injecté. Plus ce taux d'anticorps est élevé, plus le vaccin est considéré comme immunogène. Ce qui ne veut pas nécessairement dire que le vaccin a la capacité de protéger contre une maladie infectieuse bien déterminée ni que le vaccin est la seule et la meilleure méthode pour éviter cette maladie . L'aluminium est ajouté aux vaccins dans le but d'augmenter la réaction du système immunitaire et de faciliter la production d'anticorps . Il est donc appelé adjuvant d'immunité. En fait l'aluminium agit comme tel parce qu'il porte atteinte à l'ADN . L'aluminium provoque l'apparition de radicaux libres, qui, à leur tour, attaquent toutes les parois cellulaires , y compris la paroi qui entoure le noyau de la cellule où se situe l'ADN, porteur du code génétique. L'aluminium est donc génotoxique et mutagène, aussi bien pour la plante et l'animal 64 que pour l'homme . L'aluminium est une véritable toxine de membrane . Sous son action la paroi des globules sanguins se détériore . La barrière sang-cerveau montre des dysfonctionnements .

Les parois des mitochondries et les gaines de myéline sont abîmées . L'aluminium vaccinal peut entraîner des dysfonctionnements du système immunitaire et prédisposer aux allergies . Par son action sur le système nerveux central il augmente le risque de développement de l'autisme . Mais cet adjuvant est aussi capable d'induire de nouvelles maladies. La myofasciite à macrophages présente des symptômes généraux comme de la fatigue, de la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires. Cet ensemble de symptômes ressemble étrangement à ceux du syndrome de la Guerre du Golfe. Dans ces deux maladies l'aluminium vaccinal joue un rôle prépondérant  L'aluminium entraîne des pertes de mémoire  et provoque la mort des cellules nerveuses .

L'aluminium est donc, au même titre que le plomb un métal neurotoxique 83,84. Viendrait-il à quelqu'un l'idée d'injecter du plomb dans la cuisse d'un nourrisson ? Il est plus que temps d'ouvrir les yeux sur la toxicité de l'aluminium 85,86,87

LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES Le corps humain est le siège de phénomènes électromagnétiques constants. Le coeur et le cerveau montrent une activité électrique intense, et chaque cellule en particulier génère des champs électromagnétiques. Comme producteur de champs électromagnétiques, le corps humain est sensible aux champs électromagnétiques externes. Ces 25 dernières années, avec l'avènement de la téléphonie mobile et des technologies sans fil, la quantité de champs électromagnétiques dans l'environnement a véritablement explosé. Que faut-il en penser ? Les débuts de l'électricité au XIXième siècle et son extension au XXième siècle ont considérablement changé notre mode de vie.

Des progrès importants ont pu être réalisés dans le domaine des machines et de l'automatisation. Malheureusement, bien que véhiculé par des câbles, le courant électrique domestique de basse fréquence (50 Hertz en Europe), engendre sur son passage des champs électromagnétiques perturbateurs. Lignes à haute tension, pylônes électriques, transformateurs, appareils électriques peuvent être cause de dépression 88, d'altération de la mémoire 89, de perturbations du sommeil , de troubles cardio-vasculaires , d'un risque accru de suicide 94, de cancer  et de leucémie . Ils peuvent aussi favoriser des maladies de neurodégénérescence comme la sclérose latérale amyotrophique  et la maladie d'Alzheimer . A ce tableau déjà sombre s'ajoutent les nuisances des champs électromagnétiques d'autres fréquences produits par les émetteurs radio et TV , les ordinateurs et écrans vidéo , les consoles de jeux électroniques, les babyphones, les téléphones fixes sans fil comme les téléphones DECT 115, les téléphones mobiles (GSM, smartphones, iPhones)  , les antennes de téléphonie mobile , les radars , les smartmeters ou « compteurs intelligents » , les tablettes et les appareils permettant de capter internet sans fil... Environ 7 milliards d'individus vivent actuellement sur terre et plus de 5 milliards de GSM sont en circulation .

Au Grand Duché de Luxembourg, la 4G couvre 90 % de la population, et la 4G+ couvre déjà 40 % de cette population . Toujours plus puissants, les moyens de télécommunication s'étendent encore davantage. Toutes ces technologies sans fil entretiennent un véritable brouillard électromagnétique (« electrosmog ») que chaque cellule du corps humain doit gérer, si elle en est capable. Les champs électromagnétiques agissent sur toutes les cellules des organismes vivants, aussi bien celles des plantes  et des animaux que celles des humains . Les êtres vivants possèdent dans leurs tissus de minuscules aimants naturels .

Dans le corps humain, ces minuscules aimants, constitués de cristaux de magnétite, un oxyde de fer (Fe3O4), sont situés principalement dans le cerveau ce qui le rend très sensible aux champs électromagnétiques. Le cerveau humain contient environ 5 millions de cristaux de magnétite par gramme de tissu, et les enveloppes qui entourent le cerveau, les méninges, en contiennent, elles, plus de 100 millions par gramme de tissu .

Lorsq'une onde électromagnétique de haute fréquence traverse des cellules qui ne contiennent pas d'aimants naturels comme la magnétite, ces cellules n'absorbent que 0,046 % de l'énergie transportée par l'onde. Mais des cellules qui contiennent des cristaux de magnétite absorbent jusqu'à 30 % de cette énergie, autrement dit 652 fois plus qu'une cellule qui ne contient pas de magnétite 144. Il n'est donc pas étonnant d'avoir la tête qui chauffe en téléphonant avec un mobile. Ces cristaux de magnétite qui réagissent aux faibles variations du champ magnétique terrestre naturel, réagissent violemment aux fortes variations magnétiques induites par les ondes artificielles. Les ondes électromagnétiques artificielles provoquent l'apparition de radicaux libres, composés chimiques très réactifs qui attaquent toutes les parois de la cellule, y compris la paroi du noyau qui protège l'ADN, le support des gènes. Des mutations peuvent ainsi survenir dans le patrimoine génétique des êtres vivants. Les champs électromagnétiques sont donc génotoxiques et mutagènes  .

Les champs électromagnétiques altèrent la santé à tous les âges de la vie et en particulier au moment de la croissance . Les enfants et adolescents y sont particulièrement 4 sensibles . Altération de la mémoire, troubles du sommeil, fatigue, maux de tête, troubles cardio-vasculaires, allergies cutanées sont des symptômes fréquents déclenchés par ces ondes artificielles .

Les champs électromagnétiques altèrent la barrière sangcerveau . Ils permettent donc l'irruption dans le cerveau de produits qui ne devraient pas s'y trouver, comme par exemple l'albumine, protéine indispensable dans le sang, mais qui, dans le cerveau, crée de l'inflammation. Les champs électromagnétiques peuvent causer de l'électrohypersensibilité, un nouveau syndrome 166 dont les symptômes peuvent être déclenchés aussi bien par des ondes de basses fréquences que par des ondes de hautes fréquences, et qui peuvent survenir pour des intensités de puissance très faibles de ces ondes.

Il s'agit en quelque sorte d'une intolérance, d'une « allergie » à ces ondes. Des études de 2002  et 2006  estiment respectivement à 3 et 5 % la proportion de la population atteinte par ce syndrome. Aujourd'hui, en 2015, près de 10 % des individus souffriraient d' électrohypersensibilité. Atteinte de tous les règnes vivants, génotoxicité, production de radicaux libres, vieillissement prématuré 169, dysfonctionnement de la barrière sang-cerveau, altération de la gaine de myéline des nerfs , fatigue, perte de mémoire , toxicité pour les cellules nerveuses , maladies de neurodégénérescence, risque accru d'autisme , apparition de nouvelles maladies... : les modes d'action et les effets biologiques des champs électromagnétiques ressemblent étrangement aux modes d'action et aux effets biologiques de l'aluminium. Les effets des champs électromagnétiques nous amènent à reconsidérer certaines pratiques médicales comme la vaccination.

Des substances, introduites par injection dans l'organisme et destinées à rester confinées dans le compartiment sanguin, vont pouvoir, avec l'aide des champs électromagnétiques, franchir facilement la barrière sang-cerveau et pénétrer dans les cellules nerveuses. Ceci risque de causer des effets secondaires inattendus qui seront d'autant plus graves si le vaccin contient des substances neurotoxiques, comme l'aluminium par exemple. Pour diminuer l'impact des effets secondaires des vaccins sur le cerveau et notamment des vaccins adjuvantés à l'aluminium, il faudrait que la barrière sang-cerveau puisse jouer son rôle de membrane protectrice. De façon optimale, la vaccination devrait donc se passer dans une enceinte exempte de champs électromagnétiques.

Ceci est réalisable en tapissant par exemple toute une pièce de feuilles d'aluminium. Mais combien de temps faudrait-il maintenir le sujet vacciné dans une telle enceinte pour que le vaccin n'endommage pas sa barrière sangcerveau ? 10 minutes ? 1 heure ? 24 heures ? 3 jours ? 15 jours ?

Dans cette enceinte il faudrait aussi bannir tout appareil générant des champs électromagnétiques, car les champs produits à l'intérieur de l'enceinte se réfléchiraient sur les feuilles d'aluminium sans pouvoir s'échapper. Comment concilier cela avec l'obligation qu'a tout vaccinateur d'avoir du matériel de réanimation sous la main au cas où un choc anaphylactique surviendrait lors de la vaccination ? Vouloir protéger la barrière sang-cerveau des champs électromagnétiques pour l'altérer en même temps avec un vaccin contenant de l'aluminium, substance toxique pour cette barrière, est-là une démarche logique ?

La construction de telles enceintes destinées à la protection de la barrière sang-cerveau du vacciné ne semble dès lors pas être la bonne solution. L'aluminium dans les vaccins et les champs électromagnétiques dans l'environnement constituent une synergie hautement nuisible pour le cerveau de l'être humain, en particulier pour le cerveau des nourrissons et des enfants en période de croissance. Ces faits devraient nous amener à repenser toute la stratégie de prévention des maladies infectieuses et à nous intéresser à des pistes autres que la vaccination, capables de renforcer le système immunitaire sans risquer de l'endommager.

 

 

1. SUDGEN J.K., SWEET N.C.,
« A study of the leaching of alumin
ium ions from drink containers. »
Pharm.Acta Helv.
1989
; 64 (5-6) : 130-132.
2. SERUGA M., GRGIC J., MANDIC M.,
« Aluminium contents of soft drinks from aluminium cans. »
Z.Lebensm.Unters.Forsch.
1994
Apr ; 198 (4) : 313-316.
Faculty of Food Technology, University of Osijek, Croatia.
3. SERUGA M., HASENAY D.,
« Corrosion of aluminium in soft drinks. »
Z.Lebensm.Unters.Forsch.
1996
Apr ; 202 (4) : 308-312.
Faculty of Food Technology, University of Osijek, Croatia.
4. ABERCROMBIE D.E., FOWLER R.C.,
« Possible aluminium content of canned drinks. »
Toxicol.Ind.Health
1997
Sep-Oct ; 13 (5) : 649-654.
Foundation for Advanced Research in the Medical Sciences, Easton, Maryland 21601-
7728, USA.
5. SOLTANINEJAD K., FARYADI M., SARDARI F.,
« Acute pesticide poisoning related deaths in Tehran during the period
2003-2004. »
J.Forensic Leg.Med.
2007
Aug ; 14 (6) : 352-354. Epub 2007 Mar 26.
ForensicToxicology Laboratory, Legal Medicine Organization, Tehran, Iran.
6. LEMOINE T.J., SCHOOLMAN K., JACKMAN G., VERNON
D.D.,
« Unintentional fatal phosphine gas poisoning of a family. »
Pediatr.Emerg.Care
2011
Sep ; 27 (9) : 869-871.
From the Divisions of Pediatric Critical Care Medicine and
Pediatric
Emergency Medicine, Department of Pediatrics, University of Utah, Salt Lake City, UT.
7. LOPEZ F.F., CABRERA C., LORENZO M.L., LOPEZ M.C.,
« Aluminium levels in convenience and fast foods : in vitro study of the
absorbable fraction. »
Sci.Total Environ.
2002
Dec 2 ; 300 (1-3 : 69-79.
Department of Nutrition and Bromatology, School of Pharmacy, University of Granada,
Campus de Cartuja, E-180071 Granada Spain.
8.
Joint FAO/WHO Expert Committee on food Additives,
« Evaluation of certain food additives and contaminants. »
World Health Organ.Tech.Rep.Ser.
2007
; (940) : 1-92, 1 p following 94.
9. SANTE CANADA, Sous-comité provincial sur l'eau potable.
« L'aluminium dans l'eau potable. »
Document pour consultation publique. Décembre
1996
.
10. Organisation mondiale de la Santé (OMS)
« Guidelines for drinking-Water Quality, 2
nd
edition, Addendum to volume 1-
Recommandations. »
WHO, Geneva,
1998
. ISBN 9241545143.
11. DARBRE P.D.,
« Underarm cosmetics and breast cancer. »
J.Appl.Toxicol.
2003
Mar-Apr ; 23 (2) : 89-95.
Division of Cell and Molecular Biology, School of Animal and Microbial Sciences,
University of Reading, PO Box 228, Whiteknights, Reading RG6 6AJ, UK.
12. McGRATH K.G.,
« An earlier age of breast cancer diagnosis related to more frequent use of
antiperspirants/deodorants and underarm shaving. »
Eur.J.Cancer Prev.
2003
Dec ; 12 (6) : 479-485.
Department of Medicine, Saint Joseph Hospital-Resurrection Health Care, Mail Box 285,
1900 N Lake Shore Drive, Chicago, II 60657, USA.
13. DARBRE P.D.,
« Aluminium, antiperspirants and breast cancer. »
J.Inorg.Biochem.
2005
Sep ; 99 (9) : 1912-1919.
Division of Cell and Molecular Biology, School of Animal and Microbial Sciences,
University of Reading, PO Box 228, Whiteknights, Reading RG6 6AJ, UK.
14. MAHIEU S., DEL CARMEN CONTINI M., GONZALEZ M.,
MILLEN N., ELIAS M.M.,
« Aluminium toxicity. He
matological effects. »
Toxicol.Lett.
2000
Jan 5 ; 111 (3) : 235-342.
Catedra de Fisiologia Humana, Faculdad de Bioquimica y de Ciencas Biologicas,
Universidad Nacional del Litoral, Ciudad Universitaria, Santa Fe, Argentina.
15. OSINSKA E., KANONIUK D., KUSIAK A.,
« Aluminium hemotoxicity mechanisms. »
Ann.Univ.Mariae Curie Sklodowska [Med.]
2004
; 59 (1) : 411-416.
Institute of rural Medicine, Lublin.
16. MAILLOUX R.J., LEMIRE J., APPANNA V.D.,
« Hepatic response to aluminium toxicity : Dyslipidemia and liver
diseases. »
Exp.Cell Res.
2011
Oct 1 ; 317 (16) : 2231-2238. Epub 2011 Jul 20.
Laurentian University, Department of Chemistry and Biochemistry, Canada.
17. SUAREZ-FERNANDEZ M.B., SOLDADO A.B., SANZ-MEDEL
A., VEGA J.A., NOVELLI A., FERNANDEZ-SANCHEZ M.T.,
« Aluminium-induced degeneration of astrocytes occurs via apoptosis and
results in neuronal death. »
Brain Res.
1999
Jul 24 ; 835 (2) : 125-136.
Department of Biochemistry and molecular biology, Faculty of Medicine, University of
Oviedo, 33071, Oviedo, Spain.
18. TUNEVA J., CHITTUR S., BOLDYREV A.A., BIRMAN I.,
CARPENTIER D.O.,
« Cerebellar granule cell death induced by aluminium. »
Neurotox.Res.
2006
Jun ; 9 (4) : 297-304.
Institute for Health and the Environment, University of Albany, SUNY, Rensselaer, NY
12144, USA.
19. AREMU D.A., MESHITSUKA S.,
« Some aspects of astroglial functions and aluminum implications for
neurodegeneration. »
Brain Res.Rev.
2006
Aug 30 ; 52 (1) : 193-200. Epub 2006 Mar 10.
Division of Medical Environmentology, Department of Social Medicine, Graduate School
of Medical Sciences, Tottori University, Yonago 683-8503, Japan.
20. SHIMIZU H., MORI T., KOYAMA M., SEKIYA M., OAMI H.,
[« A correlative study of the aluminum content and aging changes of the
brain in non-demented elderly subjects. »] [Article in Japanese]
Nippon Ronen Igakkai Zasshi
1994
Dec ; 31 (12) : 950-960.
Division of Pathology, Nippon Medical School.
21. DELONCLE R., HUGUET F.
, FERNANDEZ B., QUELLARD
N., BABIN P., GUILLARD O.,
« Ultrastructural study of rat hippocampus after chronic administration of
aluminium L-glutamate : an acceleration of the aging process. »
Exp.Gerontol.
2001
Feb ; 36 (2) : 231-244.
Center for Study and Research on Xenobiotics, UPRES EA 1223, Poitiers University
Hospital, 34, rue du Jardin des Plantes, BP 199, 86005 Cedex, Poitiers, France.
22. McLACHLAN D.R., BERGERON C., SMITH J.E., BOOMER
D., RIFAT S.L.,
« Risk for neuropathologically confirmed Alzheimer's disease and residual
aluminum in municipal drinking water employing weighted residential
histories. »
Neurology
1996
Feb ; 46 (2) : 401-405.
Department of Physiology and Medicine, University of Toronto, ON, Canada.
23. RONDEAU V., COMMENGES
D., JACQMIN-GADDA H.,
DARTIGUES J.F.,
« Relation between aluminum concentrations in drinking water and
Alzheimer's disease : a 8-year follow-up study. »
Am.J.Epidemiol.
2000
Jul 1 ; 152 (1) : 59-66.
INSERM U330, Université de Bordeaux II, France.
24. KAWAHARA M., KATO-NEGISHI M.,
« Link between Aluminum and the Pathogenesis of Alzheimer's Disease :
The Integration of the Aluminum
and Amyloid Cascade Hypothèses. »
Int.J.Alzheimers Dis.
2011
Mar 8 ; 2011 : 276393.
Department of Analytical Chemistry, School of Pharmaceutical Sciences, Kyushu
University of Health and Welfare, 1714-1 Yoshino-cho, Nobeoka-shi, Miyazaki 882-
8508, Japan.
25. VERSTRAETEN S.V., GOLUB M.S., KEEN C.L., OTEIZA P.I.,
« Myelin is a preferential target of aluminium-mediated oxydative damage. »
Arch.Biochem.Biophys.
1997
Aug 15 ; 344 (2) : 289-294.
Department of Biological Chemistry, UQUIFIB (UBA-CONICET), School of Pharmacy
and Biochemistry, University of Buelos Aires, Argentina.
26. PANDYA J.D., DAVE K.R., KATYARE S.S.,
« Effect of long-term aluminum feeding on lpid/phospholipid profiles of rat
brain myelin. »
Lipids Health Dis.
2004
Jun 22 ; 3 : 13.
Department of Biochemistry, Faculty of Science, M.S. University of Baroda, Vadodara,
Gujarat 390002, India.
27. VERSTRAETEN S.V., KEEN C.L., GOLUB M.S., OTEIZA P.I.,
« Membrane composition can influence the rate of Al3+-mediated lipid
oxydation : effect of galactolipids. »
Biochem.J.
1998
Aug 1 ; 333 (Pt3) : 833-838.
Department of Biological Chemistry, UQUIFIB (UBA-CONICET), School of Pharmacy
and Biochemistry, University of Buelos Aires, Junin 956, 1113 Buenos Aires, Argentina.
28. HERNAN M.A., JICK S.S., OLEK M.J., JICK H.,
« Recombinant hepatitis B vaccine and the risk of multiple sclerosis : a
prospective study. »
6
Neurology
2004
Sep 14 ; 63 (5) : 838-842.
Department of Epidemiology, Harvard School of Public Health, 677 Huntington Avenue,
Boston, MA 02115, USA.
29. HERNAN M.A., ALONSO A., HERNANDEZ-DIAZ S.,
« Tetanus vaccination and risk of multiple sclerosis : a systematic review. »
Neurology
2006
Jul 25 ; 67 (2) : 212-215.
Department of Epidemiology, Harvard School of Public Health, Boston, MA 02115, USA.
30. SEDMAN A.,
« Aluminum toxicity in childhood. »
Pediatr.Nephrol.
1992
Jul ; 6 (4) : 383-393.
Department of Pediatrics, University of Michigan, Medical Center, Ann Arbor 48109-
0297.
31. FANNI D., AMBU R., GROSA C., NEMOLATO S.,
IACOVIDOU N., VAN EYKEN P., FANOS V., ZAFFANELLO
M., FAA G.,
« Aluminum exposure and toxicity in neonates : a practical guide to halt
aluminum overload in the prenatal and perinatal periods. »
World J.Pediatr.
2014
May ; 10 (2) : 101-107. doi:10.1007/s12519-014-
0477-x. Epub 2014 May 7.
Department of Pathology, University Hospital San Giovani di Dio, AOU Cagliari and
University of Cagliari, Cagliari, Italy.
32. BOZYNSKI M.E., SEDMAN A.B., NAGLIE R.A., WRIGHT
E.J.,
« Serial plasma and urinary aluminum levels and tissue loading in preterm
twins. »
J.Parenter.Enteral Nutr.
1989
Jul-Aug ; 13 (4) : 428-431.
University of Michigan Medical Center, Department of Pediatrics, Ann Arbor.
33. FEWTRELL M.S., EDMONDS C.J., ISAACS E., BISHOP N.J.,
LUCAS A.,
« Aluminium exposure from parenteral nutrition in preterm infants and later
health outcomes during childhood and adolescence. »
Proc.Nutr.Soc.
2011
Aug ; 70 (3) : 299-304.
Childhood Nutrition Research Centre, UCL Institute of Child Health, 30 Guilford Street,
London WC1N 1EH, UK.
34. BISHOP N.J., MORLEY R., DAY J.P., LUCAS A.,
« Aluminum neurotoxicity in preterm infants receiving intravenous-feeding
solutions. »
N.Engl.J.Med.
1997
May 29 ; 336 (22) : 1557-1561.
Medical Research Council (MRC) Dunn Nutrition Unit, Cambridge, UK.
35. ADVENIER E. LANDRY C., COLOMB V., COGNON C.,
PRADEAU D., FLORENT M., GOULET O., RICOUR C.,
CORRIOL O.,
« Aluminum contamination of parenteral nutrition and aluminum loading in
children on long-term parenteral nutrition. »
J.Pediatr.Gastroenterol.Nutr.
2003
Apr ; 36 (4) : 448-453.
Service de Pharmacie, Hôpital Necker-Enfants Malades, Pharmacie Centrale des
Hôpitaux de Paris, 149 rue de Sèvres, 75015 Paris, France.
36. MEIRI H., BANIN E., ROLL M.,
« Aluminum ingestion – is it related to dementia ? »
Rev.Environ.Health
1991
Oct-Dec ; 9 (4) : 191-205.
Department of Physiology, Hebrew Univer
sity-Hadassah Medical School, Jerusalem,
Israel.
37. HEM S.L.,
« Elimination of aluminum adjuvants. »
Vaccine
2002
May 31 ; 20 Suppl 3 : S 40-43.
Department of Industrial and Physical Pharmacy, Purdue University, West Lafayette, IN
47907, USA.
38. FLAREND R.E., HEM S.L., WHITE J.L., ELMORE D.,
SUCKOW M.A., RUDY A.C., DANDASHLI E.A.,
« In vivo absorption of aluminium-containing vaccine adjuvants using 26
Al. »
Vaccine
1997
Aug-Sep ; 15 (12-13) : 1314-1318.
Department of Physics, Purdue Universi
ty, West Lafayette, IN 47907, USA.
39. MARTIN R.B.,
« Citrate binding of Al3+ and Fe3+. »
J.Inorg.Biochem.
1986
Oct-Nov ; 28 (2-3) : 181-187.
40. MARTIN R.B., SAVORY J., BROWN S., BERTHOLF R.L.,
WILLS M.R.,
« Transferrin binding of Al3+ and Fe3+. »
Clin.Chem.
1987
Mar ; 33 (3) : 405-407.
41. FATEMI S.J.A., KADIR F.H.A., MOORE G.R.,
« Aluminum transport in blood serum. »
Biochem.J.
1991
Dec 1 ; 280 (Pt2) : 527-532.
Centre for Metalloprotein Spectroscopy and Biology, School of Chemical Sciences,
University of east Anglia, Norwich, UK.
42. GONZALEZ-REVALDERIA J., CASARES M., DE PAULA M.,
PASCUAL T., GINER V., MIRAVALLES E.,
« Biochemical and hematological changes in low-level aluminum
intoxication. »
Clin.Chem.Lab.Med.
2000
Mar ; 38 (3) : 221-225.
Servicio de Bioquimica, Hospital Universitario de Getafe, Carretera de Toledo, Madrid,
Spain.
43. GREGER J.L., SUTHERLAND J.E.,
« Aluminium exposure and metabolism. »
Crit.Rev.Clin.Lab.Sci.
1997
Jun ; 31 (6) : 449-474.
Department of Nutritional Sciences, University of Wisconsin, Madison 53706, USA.
44. NAGASAWA K., ITO S., KAKUDA T., NAGAI K., TAMAI I.,
TSUJI A., FUJIMOTO S.,
« Transport mechanism for aluminum citrate at the blood-brain barrier :
kinetic evidence implies of system Xc- in immortalized rat brain endothelial
cells. »
Toxicol.Lett.
2005
Feb 15 ; 155 (2) : 289-296.
Department of Environmental Biochemistry, Kyoto Pharmaceutical University, 5
Nakauchi-cho, Misasagi, Yamashina-ku, Kyoto 607-8414, Japan.
45. YOKEL R.A.,
« Brain uptake, retention, and efflux of aluminum and manganèse. »
Environ. Health Perspect.
2002
Oct ; 110 Suppl 5 : 699-704.
College of Pharmacy and Graduate Center for Toxicology, University of Kentucky
Medical Center, Pharmacy Building, Rose Street, Lexington, KY 40536-0082, USA.
46. YOKEL R.A.,
« Blood-brain barrier flux of aluminum, manganese, iron and other metals
suspected to contribute to metal-induced neurodegeneration. »
J.Alzheimers Dis.
2006
Nov ; 10 (2-3) : 223-253.
College of Pharmacy and Graduate Center for Toxicology, University of Kentucky
Medical Center, Lexington, KY 40536-0082, USA.
47. BANKS W.A., KASTIN A.J.,
« Aluminum alters the permeability of the blood-brain barrier to some non-
peptides. »
Neuropharmacology
1985
May ; 24 (5) : 407-412.
48. ZHENG W.,
« Neurotoxicity of the brain barr
ier system : new implications. »
J.Toxicol.Clin.Toxicol.
2001
; 39 (7) : 711-719.
College of Physicians and Surgeons, Columbia University, New York, New York 10032,
USA.
49. KUCUK M., KALAYCI R.B., CEVIK A., ELMAS I., KAYA M.,
« Effect of aluminum on the blood-brain barrier permeability in acute and
chronically hyperglycemic rats. »
Biol.Trace Elem.Res.
2001
May ; 80 (2) : 181-189.
Department of Physiology of Istanbul Medical Faculty, Instiute for
experimental Medicine and Research, Istanbul University, Turkey.
50. BANKS W.A., KASTIN A.J., FASOLD M.B.,
« Differential effect of aluminum on the blood -brain barrier transport of
peptides, technetium and albumin. »
J.Pharmacol.Exp.Ther.
1988
Feb ; 244 (2) : 579-585.
Veterans Administration Medical Center, New Orleans, Louisiana.
51. YOKEL R.A., ALLEN D.D., ACKLEY D.C.,
« The distributionof aluminum into and out of the brain. »
J.Inorg.Biochem.
1999
Aug 30 ; 76 (2) : 127-132.
College of Pharmacy, University of Kentucky, Lexington 40536-0082, USA.
52. PILETTE J.,
« Maladies infectieuses et vaccins. »
11 no vembre
2011
(246 p., 1223 réf.biblio.), disponible sur internet
(
www.alis-france.com
)
53. MARRACK P., McKEE A.S., MUNKS M.W.,
« Towards an understanding of the adjuvant action of aluminium. »
Nat.Rev.Immunol.
2009
Apr ; 9 (4) : 287-293. doi:10.1038/nri2510.
HHMI, Integrated Department of Immunology, National Jewish Health, University of
Colorado Health Science Center, Denver, Colorado 80262, USA.
54. MARICHAL T. , OHATA K., BEDORET D., MESNIL C.,
SABATEL C., KOBLYAMA K., LEKEUX P., COBAN C., AKIRA
S., ISHII K.J., BUREAU F., DESMET C.J.,
« DNA released from dying host cells mediate aluminum adjuvant activity. »
Nat.Med.
2011
Jul 17 ; 17 (8) : 996-1002. doi:10.1038/nm.2403.
Laboratory of Cellular and Molecular Physiology, Groupe Interdisciplinaire de
Génoprotéomique Appliquée, Université de Liège, Liège, Belgique.
55.
ESPARZA J.L., GOMEZ M., ROMEU M., MULERO M.,
SANCHEZ D.J., MALLOL J., DOMINGO J.L.,
« Aluminum-induced pro-oxidant effects in rats : protective role of
exogenous melatonin. »
J.Pineal Res.
2003
Aug ; 35 (1) : 32-39.
Laboratory of Toxicology and Environmental Health, School of Medicine Rovira i Virgili

University, Reus, Spain