Effets secondaires - Kundalini

.
Articles scientifiques et livre d'experts

Descamps, Marc-Alain. (2005). L’éveil de la kundalini. Éditions Alphée. (Amazoon)

Ce professeur de psychologie est psychanalyste et professeur de yoga depuis plus de 50 ans. Il a voyagé dans tout l'Orient et a fait dix séjours aux Indes. Dans ce livre, il parle de la kundalini et de ces symptômes. Voici différentes informations données :

 

  • Depuis les années 70, les témoignages d'expériences sauvages de kundalini n'ont cessés de se multiplier.
  • Aucune expérience de montée de kundalini n'est semblable à une autre.
  • Les agents déclencheurs ne sont pas seulement le yoga. Il peut y avoir la méditation, une chute, une relation sexuelle, un massage, la drogue, ...
  • Il fournit un modèle-type en 8 critères pour reconnaître l'éveil de kundalini. Le critère essentiel est la montée incontrôlable d'énergie dans le dos. Il y a aussi la présence de son que l'on entend, de chaleur qui part du sacrum, de lumière souvent interne, d'un éveil sexuel, de sentiments de joie, de mouvements spontanés qui imitent les postures de yoga, des dons (voyance, prévisions,...).
  • Il présente une enquête avec 17 témoignages sur plus d'une centaine recueillis.
  • Il mentionne que son maître Swami Haruharanda a donné, à une certaine époque, des cours de kriya-yoga en France et qu'à ce moment, c'est tous les jours que des élèves victimes de montées sauvages de kundalini venaient le supplier de les aider.
  • Les expériences sauvages présentent souvent de nombreux désagréments qui sont des effets de cette énergie que la médecine ne peut soigner car ce sont des malaises non-physiques.
  • L'éveil ne se produit souvent qu'une fois car les gens abandonnent par la suite leur pratique.
  • Il présente la revue de littérature des auteurs qui ont traité de ce sujet.
    Dès 1950, Jean Hébert avertis des dangers. "Troubles cardiaques incurables, destruction de la moelle épinière, désordres sexuels et folie..."
  • Des psychiatres, tels que dre Kason et dr Jacques Vigne écrivent sur le sujet.
  • Il fait une description des divers troubles selon une logique de l'endroit où l'énergie de kundalini se bloque, du sacrum à la tête, en passant par le long de la colonne vertébrale. Les gens n'éprouveront pas tous les troubles mais un ou deux.
  • Il présente les études scientifiques et les textes traditionnels avec des expériences vécues de kundalini.
  • Le physio-kundalini est devenue une notion scientifique à cause des travaux de Itzhac Bentov, ingénieur biomédical.
  • Le Dr Lee Sanella psychiatre ophtalmologiste a publié The kundalini experience en 1987 qui présente 17 cas.
  • Il donne des informations sur les centres de recherches sur la kundalini dans le monde dont la Kundalini Research Network aux États-Unis.
  • Il parle de la recherche de Else Johansen qui a eu un éveil de kundalini après un an de yoga. Elle a fait une recherche au Danemark, sur 250 cas, 76 ont été étudiés : "42 n'ont pas été prévenus par leur professeurs de yoga, 32 sont allés dans une clinique de psychiatrie où sans les comprendre on les a qualifiés de psychotiques ou schizophrènes, 17 ont pensé se suicider.
    Etc..

De Gracia. (2005). Do psychedelic drugs mimic awakened kundalini. [Texte complet]

"L'idée de kundalini provient du yoga Tantrique et se réfère à une supposée "énergie" qui se trouve latente dans la plupart des gens à la base de la colonne vertébrale. En pratiquant des exercices yogique spécifiques, on peut supposément "réveiller" cette kundalini, qui mène à son tour aux des changements sévères dans la conscience incluant le début de capacités psychiques et conférant possiblement l'illumination. Ces idées Tantriques ont aussi été adoptées par certaines traditions occultes Occidentales pendant ce siècle. Cependant, qui me frappe est la similitude accablante entre des rapports par les gens qui ont subi le réveil de kundalini et ce qui arrive aux gens qui ont pris des drogues hallucinogènes. Selon Charles Tart, on peut considérer ces deux états comme des états altérés de conscience (ACS) (Traduction automatique)[Citation originale]

Greyson, Bruce. (1993). The physio-kundalini syndrome and mental Illness. The Journal of Transpersonal Psychology, 25(1). [Texte complet]

Greyson fait une analyse des auteurs qui ont définit la kundalini tel que Bentov avec le "physio-kundalini syndrome", il présente aussi différents effets de la kundalini afin de faire des distinctions entre ces effets et ceux de la maladie mentale.

"Dans des traditions spirituelles Orientales, le mécanisme biologique tant de l'illumination individuel que de l'évolution de l'espèce vers une conscience plus élevée est appelé kundalini, une force potentielle qui une fois éveillée, peut produire une variété d’effets mentaux, émotionnels, physiques et spirituels."


"On dit que kundalini dormante est logée à la base de la colonne vertébrale (Muktananda, 1974; Kason et al. 1993) et lorsque réveillé elle peut voyager vers le haut le long de la moelle épinière jusqu'au cerveau, où elle peut stimuler une chambre inerte du cerveau (le brahma randhra), menant à la transformation biologique et l'expension des perceptions (Krishna, 1972, 1975)."


"Itzhat Bentov (1977) un ingénieur biomédical qui a étudié les effets physiologiques d’états altérés de conscience, conclut que l’évolution biologique normale du système nerveux de l’être humain peut être accélérée sous certaines circonstances et propose une explication mécanique et physiologique du syndrôme de kundalini appelé le "physio-Kundalini syndrome"."


"Grennwell (1990), décrit ses clients qui, sous l’influence du processus de la kundalini, consultent en thérapie parce qu’ils se sentent désengagés par rapport à leur sentiment de soi d’avant, ont des comportements irrationnels, des visions, font des mouvements involontaires habituellement associés avec la maladie mentale, souffrent de douleurs et de changements physiques. Elle énumère un des effets de l’éveil de la kundalini comme un bouleversement émotionnel et psychologique, incluant l’intensification de conflits psychologiques non résolus, la peur de la mort ou de la folie, les sautes d’humeurs accablantes, une sensibilité accrue à l'humeur des autres, confusion, comportement implusif ou ritualiste, insomnie, appétit sexuel intense et habituel, questions quand à l'identité du genre, voir des lumières ou entendre des sons, indécision et "question de frontières", grandiose, état de conscience comme celles des transes. »

«Gopi Krishna revendique d’innombrables cas d’éveils spontanés de la kundalini qui mène à la folie ou à des maladies mentales moins sévères. À part la psychose, il y a aussi plusieurs personnes chez qui l’éveil de la kundalini a mené à la névrose et à d’autres désordres psychiques. Ils mènent une vie débalancée sans traverser la frontière dans le territoire des fous incurables (1974a, p.149). Bentov (1977) estime que de 25 à 30 pourcent des schizophrènes institutionnalisés puissent avoir expérimenté un phénomène de kundalini »."Contrairement à Krisna (1974a, 1975), Bentov (1977), et Sannella (1987), Sri Aurobindo (1971) croit que la kundalini en soi ne produirait pas de psychose dans quelqu’un qui auparavant était en bonne santé, mais que quelqu’un, dont le système nerveux est faible et qui est déjà prédisposé à des problèmes émotionnels peut décompenser sous le stress de l’éveil de la kundalini."


"Certains phénomènes de kundalini ressemblent, dans leur description, aux symptômes de la schizophrénie. Par exemple, entendre des voix intérieures, une manifestation de la kundalini, ressemble aux hallucinations auditives, un symptôme de la schizophrénie, être bloqué dans certaines positions (postures) inhabituelles, une autre manifestation de la kundalini, ressemle à la rigidité catonique, un autre symptôme de la schizophrénie, les expériences de kundalini soudaines, les variations d’humeur intenses sans raison ressemblent aux symptômes de la schizophrénie...; et des pensées se faisant rapides ou ralentissantes dans l’éveil de la kundalini, ressemblent aux désordres de la pensée de la schizophrénie. "

Greyson, Bruce. (2000). Some neuropsychological correlates of the physio-kundalini syndrome. The Journal of Transpersonal Psychology, Vol. 32(2): 123–134.

Greyson a fait une étude sur 321 membres d’une organisation intéressés dans les expériences spirituelles et mystiques. Il regarde les relations entre l’éveil de la kundalini et des variables neuropsychologiques. Une analyse de régression multiple suggère que l’éveil de la kundalini est significativement reliée aux mesures de prédisposition de fantaisie, dissociation, absorption, hyperconnexion temporel-limbique… Mais l'auteur reste incertain si l'éveil de kundalini a causé ces effets neuropsychologiques ou si les personnes avec ce profil neuropsychologique étaient plus vulnérables à l'éveil de kundalini.


Hansen G. (1995). Schizophrenia or spiritual crisis? On « raising the kundalini » an its diagnostic classification, Weekly Journal of The Danish Medical Association, July. * [PubMed] [en Danois].

House, Richard (2001). Psychopathology, psychosis and the kundalini: postmodern perpectives on unusual subjective experience. Chapter 7 in Isabel Clarke (ed.) Psychosis and Spirituality Exploring the New Frontier, Whurr Publishers, London, 2001, pp. 107-25. [Texte complet]
.
Kason, Yvonne. (2000). Farther Shores: Exploring How Near-Death, Kundalini and Mystical Experiences Can Transform Ordinary Lives. Toronto: Harper Collins Publishers, Revised edition.


Le Fanu, J.A. (2002). A clutch of new syndromes ? Journal of the Royal Society of Medecine, 95: 118-125. [Texte complet]

Extrait intéressant : "Il y a des hallucination hypnagogique qui ont été attribuées à l’expérience de la kundalini, qui elle, est une expérience mystique de l’Orient …» "Ces symptômes mystérieux ne sont pas communs, mais ils posent un challenge au corps médical alors qu’ils engendrent des consultations répétitives et des investigations. Ils peuvent aussi causer considérablement de détresse, de la part des symptômes eux-mêmes et de par l’incapacité à établir un diagnostic, spécialement lorsque les médecins insinuent que ce qui n’est pas explicable médicalement est psychologique ». (Traduction automatique)

Lukoff, David Ph. D. Spiritual Competency Resource Center.

"La Kundalini est un processus complexe de transformation physio-psychospirituelle décrites dans la tradition yogique. L'énergie Kundalini est présumée résider à la base de la colonne vertébrale. Une fois réveillé, elle peut s'élever à travers les chakras (centres psychiques situés le long de la colonne vertébrale du coccyx jusqu'au sommet de la tête), créant des symptômes physiques allant de sensations de chaleur et de tremblements à des rires ou des pleurs involontaires, parler en langues, la nausée, la diarrhée ou de la constipation, la rigidité ou la mollesse, et des mouvements et des sons comme des animaux. L'éveil de la Kundalini peut ressembler à de nombreux troubles médicaux, ainsi que psychiatrique. La nature physique de ces symptômes peuvent imiter les "troubles de conversion", l'épilepsie, les problèmes du bas du dos, la sclérose en plaques, une crise cardiaque ou un syndrome inflammatoire pelvien. La réaction émotionnelle à l'éveil de la Kundalini peut être confondue avec les troubles impliquant l'anxiété, la dépression, l'agressivité, et les syndromes organiques. Une variété de pratiques spirituelles, y compris la méditation et le yoga Hatha, peuvent amner cela, et il peut également se
produire. " (Traduction automatique)[Citation originale]

Sannella, Lee. (1992). The Kundalini Experience: Psychosis or Transcendence? Lower Lake: Integral Publishing. [Texte complet]

Scotton, Bruce (1996) The phenomenology and treatment of kundalini. in Chinen, Scotton and Battista (Editors). Textbook of transpersonal psychiatry and psychology. (pp.261–270). New York: Basic Books, Inc. *

Sovatsky, Stuart (1998). Words from the Soul: Time, East/West Spirituality, and Psychotherapeutic Narrative. New York: State University of New York Press.*