10653490_1010929328945522_4741818907777402247_n

Les grands axes de la pensée New Age s'inspirent directement des écrits de la Société de Théosophie, dont les membres fondateurs sont aujourd'hui encore honorés comme des précurseurs méritants de ce mouvement. Qu'est-ce donc que la Théosophie ?

 

Cette Société fut fondée aux USA en 1875, par Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891) et le colonel Henry Steel Olcott (1832-1907). La "Théosophie" existait déjà, doctrine ésotérique occidentale transmise par des penseurs mystiques tels Jacob Böhme (1575-1624). Mais la doctrine propagée par la Société nouvelle n'a rien à voir avec celle des siècles passés. Dans un premier ouvrage ("Isis dévoilée"), H.P. Blavatsky fustige la Science et le matérialisme, parce qu'ils ne reconnaissent pas le spiritisme – que l'auteur affirme avoir été pratiqué et reconnu depuis l'Antiquité – et dans la foulée s'en prend aux religions établies, parce qu'elles auraient failli à leur mission, et qu'elles ne seraient plus qu'une représentation dépassée et nuisible au Christianisme. La solution de rechange proposée par Blavatsky lui est transmise par des êtres mystérieux, gardiens des vérités oubliées, les "Supérieurs Inconnus" dont nous reparlerons. Un expert en matière de spiritisme (W.E. Coleman) accusant de plagiat, preuves à l'appui, l'auteur d'Isis dévoilé (de nombreux passages ont été simplement recopiées dans la littérature ésotérique disponible à l'époque), celle-ci quitte les USA pour se réfugier en Inde.

 

C'est là qu'elle publie son deuxième ouvrage, "La Doctrine Secrète", emprunté cette fois aux littératures hindouistes et bouddhiques. Karma, mantra, yoga et réincarnation font leur apparition dans ses écrits. Les "Supérieurs Inconnus" sont remplacés par les "Maîtres Invisibles" vivant dans un sanctuaire sacré de l'Himalaya: le royaume de Shamballa (voir ce chapitre). Ces Maîtres Invisibles communiquent par l'intermédiaire de lettres qui apparaissent comme par enchantement sur son bureau… Mais une société de "recherche psychique" regroupant des passionnés de spiritisme, la Society for Physical Research (SPR), dénonce l'imposture en 1885, avec là encore de nombreuses preuves à l'appui. Trucages, manipulations… L'information sera reprise par René Guénon (cité plus loin) dans un livre intitulé "Le Théosophisme, histoire d'une pseudo-religion"… Ou comment asseoir sa propre autorité en dénigrant ceux qui nous précèdent ! Ce scandale n'empêchera pas la Société de Théosophie de prospérer après la mort de sa fondatrice, dont nous retiendrons cette affirmation : "Le surnaturel n'existe pas, Dieu est un rêve, la prière un vain mot, le rite une jonglerie, le prêtre un menteur, le temple du terrain perdu, la révélation une chimère"

 

Annie Besant (1847-1933) succède à Henry Steel Olcott à la tête de la Société de Théosophie en 1907. Conseillée par un ex-ecclésiastique anglican du nom de Leadbeater (1854-1934), elle présentera bientôt un jeune adolescent Hindou, Krishnamurti (1895-1986) comme le nouveau Messie. Tout comme le faisait H.P. Blavatsky, elle assoie ses "révélations" sur des communications reçues de la part des "Maîtres Invisibles", qui resteront le fil conducteur de toutes ces pseudo-révélations reçues par le Nouvel Age jusqu'à nos jours. Annie Besant écrivait à ce sujet (dans "Les lois fondamentales de la Théosophie", 1929) : "Devant la limitation mentale des modernes, les Grands Gardiens de l'Humanité, en leur sagesse, délibérèrent que les antiques vérités fussent nouvellement proclamées sous une forme adaptée à l'homme des nouveaux temps." Ce sont ces mêmes êtres mystérieux, les Mahâtmâ, qui auraient transmis la doctrine aux fondateurs de la Société. De "Grands Gardiens" bien décidés à combattre l'Église catholique, qui est en réalité que le culte solaire du dieu Mithra déguisé sous une apparence chrétienne, voilà qui donnerait à réfléchir, quand bien même on accorderait quelque crédit à leur existence !

 

Alice Bailey (née La Trobe-Bateman, 1880-1949) rejoint bientôt Annie Besant. Mais leurs relations conflictuelles amènent Alice Bailey à se séparer de la Société en 1920, pour fonder en 1922 Lucis Trust (appelé à l'origine Lucifer Trust !), puis l'Ecole Arcane en 1923, la Bonne Volonté Mondiale en 1932, et les Triangles en 1937. Sur un plan strictement littéraire, c'est sous sa plume qu'apparaît pour la première fois l'expression "Nouvel Age". Elle écrit dans "Le Retour du Christ" en 1948 : "L'important c'est le fait de la transition dans un new-age (nouvel age)." Notons également deux autres titres évocateurs de cet auteur: "L'Etat de disciple dans le Nouvel Age", et "L'Education dans le Nouvel Age".

 

 

Origines historiques


image559

 1. – L'Institut Esalen

L'Institut Esalen est un centre de recherches psychologiques et psychiatriques qui fut fondé par Michael MacMurphy en 1961 au-dessus de San Francisco en Californie. A l'origine simple ferme bâtie à flanc de coteaux, l'endroit devient rapidement un point de rencontre vers lequel convergent psychothérapeutes et psychologues, artistes et scientifiques. Parmi ceux qui sont passés par Esalen, notons les noms d'Allan Watts (tout à la fois docteur en théologie chrétienne de l'Université du Vermont et spécialiste du Zen, et auteur de recherches sur les pouvoirs des substances psychotropes), Paul Tillich, Abraham Maslow (fondateur de la psychologie humaniste), Carl Rogers (l'inventeur de la non-directivité dans le domaine de l'éducation), ou encore Carlos Castaneda dont nous reparlerons. "Plus personne n'encourage le développement profond de l'individu, déclare le fondateur. Autrefois, c'était le rôle des religions. Aujourd'hui, Esalen veut créer l'équivalent moderne de l'homme de la Renaissance, en mélangeant sans préjugés des techniques chinoises du V° siècle aux acquis de la cybernétique."

 

C'est à Esalen que naîtront les Mouvements de Développement du Potentiel Humain. Ils ont pour mission de libérer le corps et l'esprit (tout autant des habitudes socioculturelles qu'éducatives), de favoriser l'imagination et la créativité, et d'élargir les perceptions de la conscience. Tous thèmes repris par le Nouvel Age, qui a fait du développement personnel l'un de ses chevaux de bataille, témoins les nombreux stages qui fleurissent aujourd'hui, aux noms évocateurs: "Utilisez le pouvoir créateur qui est en vous", "Libérez votre imagination", "Découvrez les outils que vous avez en vous", etc.. Nous y reviendrons.

 

2. – La "drug culture" 

Dans cette quête d'un "élargissement de la conscience", quelques individus ont marqué le XX° siècle, parce qu'ils ont prôné pour parvenir à cette fin – il s'agissait bien d'un but à atteindre - l'usage de produits stupéfiants.

 

Aleister Crowley (1875-1947) tout d'abord, membre de la Golden Dawn (société initiatique strictement fermée), qui fonde sur l'inspiration d'un "Supérieur Inconnu" (voir plus loin) un ordre initiatique et magique, voir satanique: Astrum Argentinum (l'A… A…). Homme énigmatique à la vie sulfureuse, il s’attribut la désignation de «la Bête» et le numéro «666», et dit de lui-même: "Avant qu'Hitler fût, je suis". Pour lui, la drogue était un moyen de communiquer avec les anges, que nous savons être des démons. Aldous Huxley (1894-1963) ensuite, adepte de la mescaline: il recommande l'usage des champignons hallucinogènes pour élargir sa conscience, et vivre ce que les mystiques ont relaté depuis la nuit des temps (cf. "Les Portes de la perception", publié en 1954).

 

Plus connu sans doute et directement rattaché au mouvement New-Age, est le cas de Timothy Leary (1920-1996). Professeur de psychologie à l'université d'Harvard aux États-Unis, récemment converti à l'Hindouisme, il rencontre Huxley en 1961. C'est pour lui la révélation. En pleine protestation étudiante contre la guerre du Viêt-Nam, il se pose en prophète de l'élargissement de la conscience individuelle par l'usage du LSD, et devient l'un des maîtres à penser du mouvement hippie. "Votre corps est le Temple de Dieu – les Orientaux nous l'enseignent" prêche-t-il à ceux qui le rejoignent, avant de leur distribuer des doses massives d'acide. Il ignorait de toute évidence l'exhortation de l’apôtre Paul qui, en ce domaine, ne prête à aucune confusion: "… ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint Esprit, qui est en vous et que vous tenez de Dieu ? Et que vous ne vous appartenez pas ? Vous avez été bel et bien rachetés ! Glorifiez donc Dieu dans votre corps." (1 Co 6, 19-20)

 

Arrêté à deux reprises, il affirme devant la justice que les participants à ses "séminaires religieux" ont reconnu eux-mêmes avoir atteint sous LSD un "état mystico-religieux intense"… Les adeptes du Nouvel Age ne se vantent pas aujourd'hui d'une telle ascendance. Et pourtant ! Rappelons que ces contestataires des années 1960 - qui rejetaient le matérialisme de la société de consommation et prônaient l'épanouissement personnel – recherchaient déjà un idéal de groupe tolérant et fusionnel. Que leur trip ne les ait mené que vers des paradis artificiels, n'en change pas moins l'objet de leur quête: trouver l'harmonie en soi, avec les autres, avec la nature, avec Dieu, dans de grands élans de fleurs (pas seulement sur les chemises), de fraternité, et d'esprit communautaire… et il y a là bien des points communs avec la quête spirituelle des New-Agers modernes… substances prohibées en plus, et techniques dispendieuses en moins !

 

hair

 

Dans cette veine du mouvement hippie, citons au passage l'opéra-rock "Hair", dont l'un des refrains disait: "Harmonie, loyauté clarté… Sympathie, lumière et vérité… Personne ne supprimera la liberté… Personne ne fera taire l'esprit… Le mysticisme nous apportera la révélation… Et l'Homme réapprendra à penser… Verseau ! Verseau !"

 

Citons encore pour cette même période Alan Watts, qui, en collaboration avec le docteur Keith Ditman, poursuit des recherches sur les pouvoirs "mystiques" du LSD. Alan Watts, qui louait les vertus du chanvre indien, est considéré comme l'un des pères spirituels du Nouvel Age…


Toujours aux États-Unis, suivra bientôt sur le même registre, le célèbre Carlos Castaneda, qui publie en 1968 "The Teachings of Don Juan", traduit en français en 1972 sous le titre de "L'Herbe du diable et la petite fumée": il s'agit de sa thèse de doctorat en sciences humaines, dans laquelle il prône l'usage des champignons hallucinogènes dans une "quête mystique de l'être profond". Contrairement à T. Leary, il révisera sa copie dans ses productions littéraires postérieures, mais n'en reste pas moins une référence littéraire pour nombre de New-Agers…

 

Stanislav Grof

 

 

Citons enfin Stanislav Grof, auteur de "Au-delà du cerveau", livre culte de la psychologie transpersonnelle. Son auteur, psychiatre de renommée internationale, a exploré le domaine des états de conscience modifiée à l'aide de substances psychopharmacologiques, telles que ce décidément fameux LSD. Il sera obligé d'abandonner ses recherches en 1976, celles-ci étant devenu illégales. On lui doit aussi l'invention de la respiration "holotropique", qui combine relaxation, hyperventilation et musique apaisante… le terme "holotropique" étant un néologisme bâti à partir du grec: "trepein" qui signifie tourné, dirigé vers, et "holos" qui indique le tout. Cette respiration est en effet censée diriger la conscience vers un vécu global, "holistique", pour reprendre un terme cher à la mouvance New-Age !

 

. – La Fondation Findhorn 

C'est en 1962 que s'installent dans une simple caravane Peter Caddy et sa femme Eileen, à Findhorn en Écosse. Une amie d'Eileen, Dorothy Maclean, les accompagne. Toutes deux pratiquent la méditation, et c'est une voix céleste qui leur indique un beau jour qu'ils doivent créer là un jardin potager. "Vous serez aidés par les dévas" précise cette "voix". L'appellation "déva" est d'origine sanskrite, mais comme nous l'avons vu, les portes vers l'Orient sont grandes ouvertes. Ces dévas d'un nouveau genre désignent donc ici de petits êtres invisibles qui résident dans la terre, et qui aideront ces pionniers dans leur tâche. Les résultats ne se font pas attendre, et les récoltes sont abondantes. Plusieurs dizaines de personnes ne tardent pas à rejoindre les trois fondateurs, et ainsi naît la Fondation nouvelle, qui devient un lieu de séminaire et un foyer de propagande très actif. Parmi les noms à retenir, passés par Findhorn, citons Sir George Trevelan, expert en agronomie, qui apporta sa caution scientifique: "Ce jardin offre l'image de cette sorte d'action créative que le Nouvel Age émergeant est en train de réaliser. Findhorn commence à établir une nouvelle façon de vivre. Nous sommes appelés à former une nouvelle société qui se consacre vraiment à Dieu et à la survie grâce à la coopération consciente de l'être humain avec des êtres de mondes plus élevés." Citons également David Spangler, directeur de l'"Initiative Planétaire" (organisation associée à l'O.N.U.), qui fut pendant trois ans co-directeur de la Fondation. Il affirme y avoir reçu de nombreux messages en provenance d'une entité divine qu'il appelle "Amour infini et liberté". Nettement moins poétiques que le nom de cette entité, sont certaines affirmations qu'on lui attribue aujourd'hui, telle "Personne ne pourra entrer dans le Nouvel Age sans avoir subi une initiation luciférienne."… Nous en reparlerons.

 

La Fondation Findhorn, dont la philosophie est profondément ancrée dans l'animisme, et le panthéisme, fait aujourd'hui référence dans le mouvement New-Age pour tout ce qui touche à l'écologie de la terre. Notre planète - assimilée à l'antique déesse Gaïa – est sacralisée. L'homme en est bien le maître, mais loin de devoir se soumettre au bon vouloir divin, il lui appartient de construire son propre bonheur, ici et maintenant, par une exploitation pacifique de la nature, suivant en cela les conseils prodigués par de mystérieux esprits célestes chargés de le guider dans cette tâche…
La Fondation affirme toujours travailler sur "la rencontre et la coopération entre des êtres humains et les esprits de la nature", et est connue comme "Centre d'éducation holistique" (= "unifiée", "globalisante"). Notons encore que Dorothy Maclean est l'auteur de "La voix des anges", ouvrage dans lequel elle affirme être en contact télépathique "avec les Dévas, ces grands êtres qui imprègnent toute la nature", et qu'Eileen Caddy est l'auteur d'un petit livre mondialement connu, intitulé "La petite voix". Nous en donnerons des extraits au chapitre des "constantes New-Age".

 

L'expansion 

Dans le domaine de l'édition, il faut attendre l'année 1980 pour voir apparaître une première théorisation du mouvement. S'appuyant sur les dogmes véhiculés par la Société Théosophique dont nous avons parlé, Marilyn Ferguson effectue la synthèse des désirs de changement social qui ont caractérisé les années 1960, et des aspirations au changement de conscience typiques des années 1970: elle publie aux Etats-Unis "The Aquarian Conspiracy",

aqua

 

livre qui est traduit en français dès l'année suivante sous le titre "Les Enfants du Verseau", dans lequel elle prédit une "Civilisation Planétaire Idéale" qui résulterait des transformations profondes de l'homme et de la société. L'ouvrage connaît un immense succès, et répand le Nouvel Age "à l'image d'un incendie dans une fabrique de feux d'artifices", selon les termes même de l'auteur.

 

En janvier 1990, la revue "20 ans" estimait que 10% de la population des États-Unis était déjà touchée, et le mouvement a profité des nouvelles techniques informatiques (et notamment du réseau internet) pour se répandre à la vitesse grand V à travers le monde. La France n'est pas en reste, avec un nombre croissant d'associations, de "Maîtres spirituels" et de gourous de tous poils, qui profitent d'un recul marqué dans la pratique des religions chrétiennes. Depuis le début des années 1990, de nombreuses maisons d'édition investissent dans ce marché juteux, et rivalisent dans la surenchère du merveilleux et de l'inédit. Dix pour cent des recettes de ce secteur sont assurés par la vente de livres New-Age ! Les domaines couverts par le mouvement sont extrêmement éclectiques, allant de la méditation aux médecines douces, des sciences occultes (astrologie, radiesthésie, etc.) aux spiritualités orientales, du développement personnel à l'écologie. Outre-Atlantique, c'est une trentaine de nouveaux titres qui paraît chaque semaine… Des périodiques ont également fait leur apparition, tels les revues Troisième Millénaire et Nouvelles Clés, dont le tirage peut atteindre 50.000 exemplaires. De nombreux Salons sont devenus les points de rencontre incontournables de ce mouvement, tels le Salon des médecines douces, Marjolaine, La Santé autrement, Vivre autrement, etc.. En 1991, la ville de Mulhouse a été décrétée première ville du Nouvel Age, à l’occasion du premier festival "pour la défense de la terre, de l’homme et de l’univers" !

 

Portrait du New-Ager potentiel 

Sans aucun doute le New-Age s'est-il engouffré dans la brèche ouverte par les aspirations des hommes en cette fin de XX° siècle. Celles-ci pourraient être ainsi définies :

 

- aspiration au bien-être et à la sérénité - avec un refus catégorique de la souffrance, par définition insupportable, voir toujours "injuste";
- intérêt prononcé pour d'autres cultures que celles véhiculées par les traditions occidentales - et rejet plus ou moins net de la tradition monothéiste;
- recherche incessante de sensations nouvelles (et intérêt marqué pour l'image visuelle), au détriment d'une démarche de raisonnement (et à fortiori de tout ce qui touche à la lecture). C'est ainsi que l'on voit peu à peu la pensée analytique (et l'esprit critique) remplacée par une pensée irrationnelle et intuitive…


Ajoutons à ces remarques une vive curiosité vis-à-vis de ce qui se rapporte à "l'inconnu" et au "mystère"… et voilà brossé le portrait classique du candidat à l'initiation au Nouvel Age. Si nous devions résumer ce qui précède, le maître mot de ces nouveaux états d'esprit pourrait être "évasion": l'homme d'aujourd'hui cherche à tout prix à s'évader, s'évader du monde qui l'entoure, s'évader de l'emprise de la civilisation, s'évader des champs balisés par la tradition et la culture de son pays, s'évader des repères moraux et religieux que lui ont légué les générations qui l'ont précédé. Et pour que cette évasion devienne réalité, il est prêt, nous le verrons, à payer le prix fort…

 

L'on pourrait également s'interroger sur la désacralisation de la pratique religieuse prônée par Vatican II et son Antichrist, et de ses conséquences sur l'éloignement des fidèles, en lesquels cette notion du sacré est intimement inscrite… Mais il faudrait sans doute y consacrer un volume à part entière.

 

Les constants 

Le mouvement New-Age est une vaste nébuleuse, en laquelle se côtoient aujourd'hui des courants de pensées les plus divers, et où croyances et fantaisies de toutes sortes rivalisent dans l'affirmation de la vérité. Nombreux sont ceux qui annoncent un Age d'Or à venir, caractérisé notamment par un Gouvernement et une Religion unique sur le plan mondial. C'est le "millenium d'amour et de lumière" annoncé par Marilyn Ferguson, correspondant au retour du "Christ cosmique" prédit par Alice Bailey. L'écologie y trouve une large part, notre terre étant considéré comme une Mère, dont chaque élément est en lui-même partie intégrante du "Divin". Voguant entre panthéisme et philosophies orientales, le New-Age prône une "Nouvelle Alliance" avec la Nature, base d'une nouvelle culture planétaire. Des guides spirituels invisibles sont chargés de guider l'être humain dans cette voie, qui prennent tour à tour le nom de "Grands Initiés", de "Supérieurs Inconnus", de "Maîtres Invisibles" ou "de Sagesse", de "Maîtres Ascensionnés", etc.. Nous y reviendrons.

 

Cela dit, quelques principes de base sont véhiculés par tous les mouvements qui se rattachent à cette philosophie:

 

1. - L'homme y est présenté comme un petit dieu, capable de toutes les merveilles, de toutes les réalisations, de tous les "possibles". L'exploitation de son potentiel le rend radicalement autonome et indépendant. Dieu est remplacé par la "Divinité", "monade suprême", Présence universelle immanente, intérieure et non pas extérieure à l'homme, et donc en aucun cas "Créateur", évidemment encore moins "Père". L'adepte n'entretient pas avec lui un rapport d'altérité, mais de fusion. Il s'agit là d'une déformation de la philosophie hindouiste, qui sera explicitée au chapitre consacré aux techniques de méditation. "Dieu et moi ne nous bornons pas à communiquer; nous communions et nous sommes un" écrivait David Spangler.


"Le jour où vous en mangerez, vous serez comme des dieux, qui connaissent le bien et le mal." (Gen 3, 5)

 

2. – La Révélation est niée. Jésus n'est - dans le meilleur des cas - que le corps temporaire choisi par "Christ" pour l'une de ses incarnations… On le retrouve souvent décrit comme un Maître de Sagesse au même titre que Lao Tseu, Bouddha, Mahomet, etc. Il s'en suit que la Rédemption est également niée, l'homme se sauvant par lui-même, rejetant ainsi le Dieu unique qui s’est manifesté dans la chair.

 

"Au commencement était la Parole et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu… Et la Parole s'est fait chair et il a habité parmi nous…" (Jean 1, 1 & 14)

 

3. – Pour l'adepte du New-Age, la quête de l'évolution spirituelle et du bien-être personnels remplacent l'abandon confiant en Dieu et la pratique de la charité. L'égocentrisme prend le pas sur l'altruisme.

 

"Qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi la trouvera." (Mat 10, 39 & 16, 25 – Marc 8, 35 – Luc 9, 24 & 17, 33)
"Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien…" (1 Cor 13, 2)

 

4. – Cette évolution ("élévation") spirituelle doit mener à la Connaissance, prélude à la fusion avec la Divinité (Éveil ou Illumination). La notion "Création – Chute – Rédemption" est en quelque sorte remplacée par la progression "Naissance(s) – Elévation – Illumination"… Schéma également emprunté à l'hindouisme, très en vogue dans ce mouvement. Pour parvenir à cette "Illumination" libératrice, tout être humain bénéficie de plusieurs vies (dogme de la réincarnation, principe de la pluralité des existences), et vit sous le joug du karma (dettes contractées lors de vies antérieures) dont il devra peu à peu s'affranchir.

 

"A la résurrection, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme des anges dans le ciel." (Mat 22, 30 – Marc 12, 25 – Luc 20, 35-36)

"Je suis la résurrection. Qui croit en moi, même s'il meurt, vivra." (Jean 11, 25)
"Et comme les hommes ne meurent qu'une fois, après quoi il y a un jugement, ainsi le Christ, après s'être offert une seule fois pour enlever les péchés d'un grand nombre, apparaîtra une seconde fois – hors du péché – à ceux qui l'attendent, pour leur donner le salut." (Hb 9, 27-28)

 

5. – Le Bien et le Mal sont des notions relatives. Ils n'existent pas dans l'absolu. En ce sens, tout chemin d'expérimentation est bon, pourvu qu'il soit "librement" choisi. "C'est vrai si tu le crois" dit-on à l'adepte.

 

"Entrez par la porte étroite. Large, en effet, et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s'y engagent; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent." (Mat 7, 13-14)

"… car elle vient, l'heure où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix et sortiront: ceux qui auront fait le bien, pour une résurrection de vie, ceux qui auront fait le mal, pour une résurrection de jugement." (Jean 5, 28-29)

 

Par ailleurs, tous les écrits relevant de ce mouvement emploient un vocabulaire commun, utilisé à dessein pour emporter l'adhésion du lecteur: énergie (positive, cosmique), vibration (force vibratoire, vibrer), intuition, souffle, canal, rayon (rayonnement), harmonie (harmonisation), réception (réceptivité), conscience, éveil, réalisation de soi, épanouissement, connaissance, pouvoir, renaissance, et bien sûr les incontournables amour, cœur, lumière, liberté, paix, etc.

 

arc en ciel

 

 

Portons une attention particulière aux allusions répétées aux couleurs, et plus précisément à l'arc-en-ciel, car ce symbole semble être la "marque de fabrique" de toute entreprise estampillée New-Age. Il n’est donc pas étrange de voir que ce même symbole fut adopté par le mouvement des Gays (homosexuels et lesbiennes) pour représenter la fierté de leur perversion et leur rébellion contre Dieu. Et de même que l'arc-en-ciel était le symbole dans l'Ancien Testament de l'Alliance de Dieu promise à Noé ("Tel est le signe de l'Alliance que j'établis entre moi et toute chair qui est sur la terre", Gn 9, 12-17), de même il est ici la marque de cette "Nouvelle Alliance" avec un univers totalement divinisé. Une seule moitié en est représentée, qui symbolise le pont entre l'âme humaine individuelle et le "grand esprit universel" (assimilé par certains avec Lucifer). Le théosophisme a ainsi créé un drapeau bouddhiste de couleur arc-en-ciel, qui a inspiré certaines associations gays et même certaines branches de l'O.N.U. à la suite de groupes franc-maçonniques… A propos de l'O.N.U. (et sans développer ici ce sujet… brûlant), signalons que Leland Steward, président du "Conseil de l'Unité dans la Diversité" créé sur une directive de l'Assemblée Générale de l'O.N.U. en 1965, avait déclaré: "L'harmonie de toutes les religions m'intéresse au plus haut point. Il ne s'agit pas simplement de donner naissance à une nouvelle religion, mais plutôt de créer une perspective religieuse universelle, par laquelle toutes les cultures, toutes les religions et toutes les races pourront s'interconnecter"

 

Ce mélange des références religieuses de toutes les traditions est bien aujourd'hui la "potion magique" habituelle aux divers groupements Nouvel-Age (c'est ce que l'on appelle le syncrétisme).

 

Voici quelques exemples des caractéristiques qui précèdent:

 

Sur le site internet qui vante les bienfaits des ouvrages de Daniel Meurois et Anne Givaudan, on lit ainsi: "Nous sommes déjà nombreux à pouvoir témoigner combien les livres de Anne et Daniel sont une excellente nourriture pour l'âme, un excellent remède contre le manque d'amour, et qu'ils sont à la portée de tous ceux qui sentent un appel dans leur cœur ! Les livres de Anne Givaudan et de Daniel Meurois nous aident d'une façon ou d'une autre à découvrir notre vraie nature intérieure, celle qui ne demande qu'une chose: être lumineuse et rayonner. Cette vraie nature, c'est celle de l'Amour..."

 

De "vibrations", il est beaucoup question sur le site "Magie et Evolution Divines", site "offert à la Divine Mère, à la Divine Providence, à Jésus le Christ, à Urgaya, à Franz Bardon, à Maître Koot-Homi, à Maître Morya et à tous les Frères de la Lumière de la Grande Loge Blanche". "Tout est Vibration, tout est Energie !" y lit-on. Et ce site n'est pas avare de conseils… On y apprend que "Dieu ayant un Etat Vibratoire éminemment supérieur à l'humain, celui-ci a tout intérêt à incorporer en lui le maximum d'Energies et de Vibrations Divines." L'intérêt de l'homme est donc là: ressembler à Dieu… devenir Dieu lui-même. "Le meilleur résultat vient sans nul doute d'une purification quotidienne quelles qu'en soient les méthodes. Encore faut-il être initié à ces Sciences Divines." Incontournable initiation, commune à la majorité des mouvements New-Age. Vous êtes encore chrétien ? N'en faites pas une affaire: "Devant la Divine Providence, Dieu Unique, nous affirmons que votre religion ou votre croyance ne gêne en rien la captation et l'efficacité de ces Energies Divines Transcendantes." Nous voilà rassurés ! Bel exemple de récupération de noms familiers aux chrétiens (Dieu, Providence, Jésus…), pour tenter de les emmener sur un chemin qui en est diamétralement opposé ! Ce site étant en lien étroit avec ceux présentant les recherches d'Eileen Caddy et de Franz Bardon (1909-1958), nous aurons l'occasion d'y revenir.

 

Pour ce qui concerne le domaine du "pouvoir", on en trouve un exemple dans "La petite voix" d'Eileen Caddy, à la date du 15 juin : "Tu détiens un grand pouvoir dans tes mains. Veille à bien l'utiliser pour le bénéfice du tout. Le pouvoir peut être utilisé positivement ou négativement, la façon dont tu l'utilises dépend uniquement de toi. Lorsque tu ne veux voir que les meilleurs résultats, et que tu l'utilises positivement, les évènements les plus merveilleux peuvent arriver. […] Les âmes qui sont prêtes et préparées à utiliser correctement ce pouvoir sont employées, en ce moment, pour participer à l'avènement du nouveau ciel et de la nouvelle terre."

 

51S8+WbVIZL

 

 

Baird T. Spalding (1857-1937) avait déjà affirmé dans "Treize leçons sur la vie des maîtres": "Dieu est ce Pouvoir vibratoire dont vous pouvez vous entourer. Il vous montre qu'Il est à votre disposition comme toutes vos connaissances. […] L'homme est créé à l'intérieur de Dieu, inclus dans la totalité de Dieu, il est formé de l'essence même de la nature de Dieu. Il n'a pas besoin d'atteindre Dieu: il est Dieu. Dieu et l'homme sont inséparables. L'homme doit se souvenir qu'il est Dieu, et qu'il n'existe donc pas de séparation entre l'individuel et l'universel; qu'il est partie intégrante du Tout et que sa nature est identique à la totalité. "Je suis Dieu" est une des affirmations les plus claires que puisse proclamer l'individu." On ne peut en effet être plus clair, dans cette affirmation du "Tout est un, tout est Dieu, je suis Dieu", que l'on retrouvera comme idée directrice de l'ensemble des mouvements New-Age.

 

Voici enfin quelques lignes typiquement Nouvel Age que nous devons à El Morya, l'un des membre de la Grande Fraternité Blanche, organisation spirituelle composée de "Maîtres Ascensionnés" venus de notre Terre pour passer dans l'Immortalité - organisation dont feraient également partie Lao Tseu, Bouddha, le comte de Saint-Germain, et… le Christ et Marie, sa mère.


"Le rôle des Maîtres Ascensionnés et de leurs enseignements dans vos vies, est d'accroître la prise de conscience de vos âmes en vous léguant les clefs qui mènent à l'ascension. (…) L’Oeil de Shiva, l’Oeil de Dieu envoie son regard perçant en chacun d’entre vous maintenant et à travers vous sur une ville, sur une nation, sur un continent, en une planète toute entière pour éveiller une fois de plus les consciences. (…) Votre France, votre Terre France renferme cinq avatars, cinq Êtres de Lumière lesquels flamboient comme une Étoile à cinq branches, un merveilleux pentagramme de Lumière d’Or. Leur mission est d’aider votre Entité France à s’aligner sur les nouvelles forces vibratoires. Il faut que l’humain se ressaisisse et je souffle en vous ma volonté, mon Rayon I dont je suis l’Ambassadeur. Laissez descendre en vous le Feu Divin qui est en moi. (restez dans le silence quelques minutes). Je vous entoure maintenant d’une bulle de Lumière bleue laquelle vous place sous la protection de l’Archange Michaël. (restez dans le silence quelques minutes). Et je voudrais que dans cette bulle de Lumière bleue, et par votre Volonté Divine à laquelle vous devez croire, que vous placiez les êtres avec lesquels vous voulez partager cette Flamme Bleue d’Amour…"

 

Malgré tous les points communs cités plus haut, il apparaît nombre d'incohérences et de contradictions à la lecture de toute cette prose Nouvel Age… Sur ce sujet, Cyrille Odon - créateur du site New-Age L'Homme Multidimensionnel & la Terre Nouvelle - a reçu la réponse suivante de la part d'Yvon Gagné, transmise par son "guide spirituel": "La vérité n'est faite que d'un ensemble de facettes. Et nous pouvons regarder chacune de ces facettes selon notre propre point de vue... Aussi est-il important que chacun approfondisse sa réalité. Plus exactement celle qui correspond à son cheminement et à sa perspective, en fonction de son présent, afin de réaliser la meilleure création qu'il puisse réaliser dans le moment, et en fonction de cette perspective. Elle est bien sûr en correspondance avec notre niveau vibratoire et notre état émotionnel..." Et il ajoute plus loin : "Nous sommes beaucoup enfermés dans les mots et coincés par eux, dans une définition stricte et arrêtée, univoque, de la réalité. [...] La seule démarche véritable est de s'en faire une idée personnelle par expérience propre (aux deux sens du termes), en veillant à ce que cette expérience ne soit pas elle-même gauchie par le langage ou l'émotion négative." Je me garderai bien d'employer l'expression "noyer le poisson", en ce commencement d'ère du Verseau… Mais cette mise au point a le mérite de la clarté: toute expérience propre ouvrant une porte sur la réalité, et la vérité étant personnelle à chaque individu, l'adepte du New-Age n'a plus que faire des enseignements religieux. Et c'est bien finalement ce à quoi tendent en profondeur tous ces mouvements New-Age: éloigner l'être humain de la religion (et surtout de la religion chrétienne et calviniste), pour le mettre à la merci des révélations nouvelles, dont l'origine véritable ne laisse guère de doute, nous allons le voir.

 

L'expérience personnelle - Intuition et volonté


Piège de l'orgueil spirituel 

Que recherche donc l'adepte du New-Age ? Une expérience initiatique, et l'accès à la Connaissance qu'on lui a fait miroiter dès l'abord.
N'oublions donc pas que cette recherche est stigmatisée dès le récit de la Genèse, en Adam et Eve : "Tu peux manger de tous les arbres du jardin. Mais de l'arbre de la connaissance du bien et du mal tu ne mangeras pas, car le jour où tu en mangeras, tu deviendras passible de mort." (Gn 2, 16-17). "Vous serez comme des dieux" réplique le serpent (Gn 3, 5).
 

Maxime écrivait: "L'homme a voulu s'emparer des choses de Dieu sans Dieu, avant Dieu, et non selon Dieu."

 

Pour l'adepte du New-Age, l'accès au "salut" se fait par la gnose, par un savoir supérieur réservé à une élite, et qui plus est, par un savoir… qui se paye (il faut bien acheter les livres, payer les stages, etc.) ! Curiosité, attrait de l'insolite, du merveilleux, voir des pouvoirs occultes, mais aussi attrait pour une certaine "facilité", dans la mouvance de "L'Alchimiste" de Paolo Cuelho: pour se réaliser pleinement en ce monde, il suffit de suivre sa "légende personnelle", répondre à ses propres désirs, à ses propres envies…

 

Sur le site internet "Emeraude", site "dédié à notre Mère, la Terre", on lit par exemple les lignes suivantes (communication télépathique de "Lumière de l'Être" reçue en 1997): "J'aimerais vous rappeler, bien-aimés frères et sœurs de l'humanité, que la Réalisation Christique ne se fait pas seulement par la foi dans le Divin. Elle se fait également par l'intérêt et l'action de l'esprit vers la Connaissance. La Foi guide le pèlerin sur la route qui le conduit à la demeure du Père et la Connaissance révèle les indications de cette route. Pendant toute mon incarnation de Jésus, J'ai cultivé une détermination à vouloir m'ouvrir à des réalités qui m'étaient totalement étrangères. Cette attitude a grandement contribué à nouer mon esprit de la Connaissance et a amplifié ma Foi de la grandeur des affaires du Père." S'ouvrir à la Connaissance: nous retrouverons cet appel dans tous les mouvements se réclamant du Nouvel Age.

 

La déification de la volonté est également monnaie courante. Les livres de Paolo Coelho sont assez représentatifs dans ce domaine, lui qui fait dire par exemple à l'un de ses personnages dans "L'Alchimiste": "Il y a une grande vérité en ce monde: qui que tu sois et quoi que tu fasses, lorsque tu veux vraiment quelque chose, c'est que ce désir est né dans l'Ame de l'Univers."

 

Nous sommes bien loin, à l'opposé même de la prière enseignée par Jésus, prière adressée à Dieu notre Père: "Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel" (Mat 6, 10). Abandon à la volonté divine dont Il nous a donné l'exemple, et montré le chemin:

 

"Non pas comme je veux, mais comme tu veux… Que ta volonté soit faite !" (Mat 26, 39-42)

"Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé" (Jean 4, 34)

"Je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé" (Jean 6, 38).

 

Il n'y a évidemment aucune place pour l'individualisme en Jésus, aucune recherche personnelle, tout est remis à la Souveraineté de Dieu:
"De la gloire, je n'en reçois pas qui vienne des hommes." (Jean 5, 41)

"Celui qui parle de lui-même cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé, celui-là est véridique et il n'y a pas en lui d'imposture." (Jean 7, 18)

"Si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien; c'est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites: Il est notre Dieu." (Jean 8, 54)

 

Et Jésus définit clairement quel doit être le cheminement des hommes:
"Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi." (Jean 14, 6).

"Une fois élevé de terre, j'attirerai tous les hommes à moi." (Jean 12, 32)
"Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renie lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive." (Mat 16, 34 – Marc 8, 34 – Luc 9, 23)

 

Initiation
&
Hiérarchies spirituelles
 

Détailler le processus et les étapes des différents niveaux initiatiques que doit, au sein du mouvement New-Age, parcourir l'homme pour atteindre le sommet de son accomplissement spirituel, n'offre que bien peu d'intérêt. Contentons-nous donc de jeter un œil sur cet aperçu donné sur le site internet de Shakti, une "revue encyclopédique de spiritualité". On y apprend que les initiations sont au nombre de cinq pour le règne humain (pour le règne végétal, demandez à votre fleuriste), et qu'elles s'échelonnent sur une dizaine de vies (ce qui représente tout de même plusieurs siècles !), pour aboutir enfin à la dernière incarnation. Mais avant d'accéder à la première initiation, le prétendant aura du vivre des dizaines de milliers de vies, pendant lesquelles il aura progressé péniblement, surmontant les épreuves, et se libérant peu à peu de son karma... Et dire que nombreux sont ceux que cette théorie attire !

 

Voyons donc ce qu'il en est de ces initiations: Première initiation: "maîtrise du corps physique"; deuxième initiation: "maîtrise du corps astral" ; troisième initiation, "maîtrise du corps mental" ; quatrième initiation: "lorsque le lien avec l'âme est total" ; cinquième initiation: "lorsque la personnalité est totalement imprégnée par l'âme et l'Étincelle divine. L'individu est alors un Maître de sagesse ou Maître ascensionné". Et voilà la perspective offerte à l'adepte: devenir peu à peu son propre maître, jusqu'au titre de "Maître de sagesse"… Voilà sans doute l'une des principales raisons du succès de ces théories, qui mettent tristement en valeur l'immensité de l'orgueil humain…

 

Vous vous demandez où vous en êtes personnellement de ce parcours ? Ne vous faites pas trop d'illusions: selon le "Maître" de Benjamin Creme (in "La mission de Maitreya"), sur 6 milliards d'êtres humains actuellement en "incarnation": 6 millions (soit un pour mille) sont aux portes de la 1ère initiation – "c'est-à-dire ayant commencé à prendre contact avec leur âme", 850.000 ont atteint la 1ère initiation, 250.000 la 2ème, 3.000 ont la 3ème, et 450 seulement la 4ème… Et Benjamin Creme de préciser que le total des âmes s'élève à 60 milliards ! Nous avons donc toutes les chances de nous trouver dans la première catégorie (celle des humains particulièrement obtus et fermés aux révélations présentes), ce qui nous laisse encore quelques siècles devant nous pour progresser… Réjouissante perspective !

201103_sai_baba_blessing_semisai baba

 

 

"Il y a eu de faux prophètes dans le peuple, comme il y aura aussi parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses et qui, reniant le Maître qui les a rachetés, attireront sur eux-mêmes une prompte perdition. Beaucoup suivront leurs débauches, et la voie de la vérité sera blasphémée, à cause d'eux. Par cupidité, au moyen de paroles trompeuses, ils trafiqueront de vous, eux dont le jugement depuis longtemps n'est pas inactif et dont la perdition ne sommeille pas." (2 P 2, 1-3)

 

Les précisions qui suivent prêteraient à sourire, si le sujet n'était pas aussi grave. Elles figurent dans un livre d'Alice Bailey (dont nous reparlerons): "Les rayons et les initiations", et reprises on ne peut plus sérieusement sur le site de Shakti déjà cité.

 

On y apprend que parmi les "Grands Initiés" se trouvaient Abraham et Moïse classique d'inversement de valeur satanique  (), et qu'auraient atteint la "troisième initiation" les personnalités suivantes (accrochez-vous…):
Dans le domaine de la politique: Jeanne d'Arc, Francis Bacon, Abraham Lincoln, Winston Churchill, Mao Tsé Toung, Willy Brandt; pour ce qui est de la littérature: Shakespeare; pour la poésie: Milarepa (Tibet), qui était en fait un "Instructeur spirituel" (petit cachotier !); pour la peinture: Michel-Ange, Rembrandt, Raphaël, Titien, Véronèse, Gréco, Rubens (Léonard de Vinci avait quant à lui atteint la quatrième initiation !); et dans le domaine de la musique: Bach, Mozart et Beethoven. Mozart - qui est soit dit en passant déjà revenu (n'oubliez pas la "loi" de réincarnation) - aurait été dans sa vie suivante un luthier aimé de tous ceux qui le rencontraient, et aurait atteint également cette quatrième initiation !

 

On trouve également dans les 3 tomes de "La mission de Maitreya" de Benjamin Creme, de nombreuses précisions sur les fondateurs du mouvement New-Age, ainsi que sur quelques personnalités historiques, ou attachées au christianisme… précisions toujours reprises sur le site de Shakti. Par exemple: Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891), co-fondatrice de la Société théosophique: "Ame de 1er rayon, personnalité de 2ème rayon, corps mental de 1er rayon, corps astral de 6ème rayon". On ne peut être plus précis !

 

Selon le Maître de Benjamin Creme, elle a été Cagliostro (1743-1795) dans sa vie précédente. et s'est réincarnée depuis 1984 dans un corps masculin à Leningrad (et devrait devenir un Maître à la fin de sa vie présente)…
Helena Roerich (1879-1947), occultiste russe: "Ame de 1er rayon, personnalité de 2ème rayon"... Comme H.P. Blavatsky, c'était aussi une disciple directe du Maître Morya... Jeanne d'Arc (1412-1431)... "Le Maître de Benjamin Creme a indiqué que les voix qu'elle entendait étaient les messages du Maître Hilarion, sur le même rayon d'âme qu'elle, c'est-à-dire le 5ème. De rayon de personnalité 1, elle était bien armée pour le commandement. Jeanne d'Arc est maintenant un Maître resté sur Terre."
Ste Thérese d'Avila (1515-1582)… Auraient atteint la 2ème initiation : Ste Marie, mère de Jésus: "Ame 6, personnalité 6, corps mental 2, corps astral 2. Elle a eu ensuite des incarnations non médiatiques avant de devenir Maître (5ème degré). Elle est maintenant un Maître du 6ème degré, à l'origine des "apparitions" de la Vierge, et de miracles tels que des larmes ou du sang coulant de statues ou d'icônes." Annie Besant (1847-1933): "Ame 7, personnalité 1, avec sous-rayon 7, donc très attachée à l'aspect rituel" (oh la vilaine !)… mais aussi Marie Curie (1867-1934), Indira Gandhi (1917-1984), ou Maria Callas (1923-1977) ! Auraient "commencé la polarisation mentale (à mi-chemin entre la 1ère et la 2ème initiation)" : Elisabeth 1ère (1533-1603), Catherine la Grande (1729-1796), George Sand (1804-1876), Sarah Bernhardt (1844-1923), Marguerite Yourcenar (1903-1987), Françoise Dolto (1908-1988), Greta Garbo (1905-1990)... mais aussi Ste Thérèse de Lisieux (1873-1897) ou Marthe Robin (1902-1981) !
Ces précisions sur le cheminement spirituel des âmes est pour le moins édifiant. Ce qui suit ne l'est pas moins….

 

Je vous propose de rester sur le site de Shakti, décidément inépuisable en ce domaine, lui qui a puisé aux sources "inspirées" que sont Benjamin Creme et Alice Bailey, pour nous offrir l'organigramme de l'actuelle Hiérarchie Spirituelle, qui préside aux destinées de notre monde...
Au sommet, se trouve le Seigneur du Monde, Sanat Kumara. Son bras droit (son premier ministre en quelque sorte) est le Christ. Mais attention, il ne s'agit pas de Jésus. Ce Christ est Maitreya (son nom oriental), "Maître du 7ème degré, Maître des Maîtres de 6ème degré chargés des ashrams sur les sept rayons, lesquels sont les chefs d'autres Maîtres de 6ème et 5ème degrés." Vous suivez ? Bien, poursuivons donc la revue de détail.


Voici quelques noms de "Maîtres" restés sur terre (ils seraient une soixantaine à ce jour), pour notre plus grand bien, avec leur situation spirituelle (il est important de savoir à qui l'on parle) et leurs antécédents:
"Maître Morya ou Maître M., du 6ème degré sur le 1er rayon, qui fut l'apôtre Pierre; Maître Koot Houmi (Hoomi) ou Maître K.H., du 6ème degré, sur le 2ème rayon, qui fut Jean le bien aimé; Maître Sérapis du 6ème degré sur le 4ème rayon; Maître Hilarion du 6ème degré sur le 5ème rayon, qui fut Paul de Tarse; Maître Jésus, 6ème degré, sur le 6ème rayon, qui fut Jésus de Nazareth puis Apollonius de Tyane; Maître Rakoczi, ou Maître R., du 6ème degré sur le 7ème rayon, qui fut Francis Bacon puis le comte de Saint-Germain; et enfin le Maître qui fut Marie, la mère de Jésus, du 6ème degré sur le 6ème rayon, qui est à l'origine des apparitions de la Vierge Marie."

 

Au-delà du ridicule d'une telle énumération, retenons la gravité d'une telle récupération des principaux piliers du christianisme… Songeons que tout cela est pris très au sérieux par de nombreux adeptes, prêts à gober tout ce qui leur est donné en pâture, pourvu qu'ils aient l'espérance d'une élévation spirituelle, et l'accès à la Connaissance… Et il y a là de quoi frémir…

 

"Auparavant doit venir l'apostasie et se révéler l'Homme impie, l'Etre perdu, l'Adversaire, celui qui s'élève au-dessus de tout ce qui porte le nom de Dieu ou reçoit un culte, allant jusqu'à s'asseoir en personne dans le sanctuaire de Dieu..." (2 Th 2, 3-4)

"Sa venue à lui, l'Impie, aura été marquée, par l'influence de Satan, de toute espèce d'œuvres de puissance, de signes et de prodiges mensongers, comme de toutes les tromperies du mal, à l'adresse de ceux qui sont voués à la perdition pour n'avoir pas accueilli l'amour de la vérité qui leur aurait valu d'être sauvés..." (2 Th 2, 9-10)

 

Les méditations

Le New-Age propose à l'adepte "d'élargir sa conscience". Il trouvera en même temps mieux-être personnel et accès à la Connaissance.
Quelques techniques de base lui sont proposées pour cela: méditation, relaxation, yoga, sophrologie…

 

Le danger de la contemplation narcissique y est évident. Est-il besoin de préciser que la sérénité naturelle induite par ces techniques (yoga, zen, etc.) - qui provoquent la dissolution de la conscience personnelle - n'a rien à voir avec la Paix surnaturelle de l'Esprit ? Celle-ci ne nécessite pas un recours à des "techniques" humaines pour être accueillie. Et il n'y a pas plus de yoga chrétien qu'il n'y a d'oraison hindoue ou bouddhiste. Par ailleurs, les sensations du corps éprouvées lors de ces séances de "relaxation" sont volontairement ou non confondues par les pratiquants avec de soi-disant phénomènes spirituels…

 

Le New-Age ayant largement puisé dans les philosophies bouddhiste et hindouiste les éléments constitutifs de ces techniques de méditation, il semble important d'étudier succinctement mais précisément ce qu'il en est véritablement en Orient.

 

Le Bouddhisme tout d'abord.

Pour le bouddhiste, la vie en ce monde est douleur. La seule quête spirituelle possible consiste donc à s'en échapper. Dans son premier sermon à Bénarès, Siddharta Gautama devenu Buddha (= éveillé) dira qu'il faut arracher les hommes à la souffrance, le seul moyen efficace pour parvenir à ce but étant l'extinction du désir: "L'extinction du désir, l'extinction de la haine, l'extinction de l'illusion (causes ou fruits du désir), cela, ô moines, est appelé l'absolu. [...] Ne te laisse pas abuser, Ananda, la vie est une longue agonie. [...] N'attendez rien des dieux impitoyables... Attendez tout de vous-mêmes, en n'oubliant pas que chaque homme crée sa prison, et que chacun peut acquérir un pouvoir supérieur à celui d'Indra lui-même." (Indra est le Roi des dieux dans le védisme-hindouisme). L'homme étant défini comme son propre maître, c'est donc par son effort personnel qu'il supprimera la souffrance, en passant par l'extinction du désir.

 

Ashvaghosa, l'un des maîtres actuels du bouddhisme tibétain en France, explicite ainsi l'idée de l'impermanence des choses, et de l'illusion de la vie: "Toute existence est comme une réflexion dans un miroir, sans substance, un simple fantôme de l'esprit. [...] Les idées cessant, le monde se termine aussi [...]. Tous les phénomènes ont leur origine dans l'esprit et n'ont réellement aucune forme extérieure: c'est une erreur de croire que quelque chose est là." Rien n'existerait donc en dehors de l'esprit.

 

Nagarjuna, autre maître du bouddhisme en France, va encore plus loin: "L'océan du sans formes est à la base de toutes les formes... Il n'y a ni naissance ni mort, ni unité ni pluralité. Tout est illusion, tout est Vide. Cette vacuité n'est ni l'être ni le non-être, ni le néant..." Il y a là identification du Vide et de l'esprit pur, dans l'unique Réalité.

 

On retrouve cette approche de la Réalité bouddhique dans le Livre des Morts tibétains (Bardo-Thödol): "Tu vas connaître la Réalité, dans l'état de Bardo où toutes choses sont comme le ciel vide sans nuages (la Sagesse du Miroir), et où l'intelligence nue et sans tache est comme une vacuité transparente sans circonférence ni centre (la Sagesse du Vide)..."
Dans ce monde d'illusion, les dieux mêmes ne sont que création de l'esprit de l'homme:
"Puisses-tu reconnaître que toute apparition (toute déité) est une réflexion de ta propre conscience. [...] Puisses-tu ne pas craindre les troupes des divinités paisibles et irritées qui sont tes propres formes-pensées."

 

Une dernière citation permettra de situer parfaitement la pensée bouddhique relative à la nature de l'esprit. Nous l'emprunterons au Lama Denis Teundroup, disciple européen de Kalou Rinpoche, et "père-abbé" du monastère de Karma-ling (cité in "Les Racines du Monde", de Jean Denis, 1993):

 

"L'enseignement bouddhique propose la compréhension de ce qui est intérieur à nous-mêmes: l'esprit. Le bouddhisme est donc ce qu'on peut appeler une voie d'intériorité. [...] Cette pratique est fondée sur la méditation, c'est-à-dire l'expérience d'une relation juste à notre vécu intérieur et extérieur, à toutes nos expériences. [...] Nous portons en nous la racine de nos conditionnements et de nos souffrances, tout comme nous portons en nous l'éveil, la nature du Buddha, l'état fondamental de l'esprit au-delà du jeu des projections de l'ego. [...] Dans la méditation bouddhique, il n'y a plus ni sujet ni objet, mais l'expérience immédiate d'une réalité non dualiste. Car ne n'est plus l'intellect qui perçoit, mais une qualité énergétique particulière, permettant l'unification de l'esprit par la libération des projections conditionnées de l'ego. La connaissance transcendante est la découverte de l'expérience non dualiste en laquelle l'esprit est auto-connaissant, il est le sujet et l'objet de sa propre connaissance. [...] Cette connaissance est au-delà des concepts et au-delà de toutes les formulations.
 

Le pur esprit irradiant en lui-même est le corps de la divinité, une luminosité vide, l'absence de toute fixation, tout comme l'expérience de la lune dans l'eau. Son mode d'être essentiel est vacuité, liberté vis-à-vis de toutes les catégories du mental. [...] Sans origine, sans fin et sans localisation spatiale, elle est immortelle, c'est l'intelligence fondamentale, la merveille des merveilles."

 

Ne perdons jamais de vue la différence entre ces deux termes: fusion et union, celui-ci supposant deux objets à unir, principe de la dualité.
 

On voit donc ici affirmée le principe de la non dualité, associé à l'état de vacuité qui caractérise la pureté acquise de l'esprit. Nous sommes bien aux antipodes du christianisme. Mais retenons ces formulations: elles seront reprises (et déformées) par tous les gourous new-age...

 

L'Hindouisme ensuite.

Nous retrouvons la notion de non-dualité, mais cette fois dans l'intime identification entre le Soi (le moi profond de l'être humain, l'âtman selon le terme hindou sanskrit) et l'Esprit immortel, le Principe Unique, l'Absolu: le Brahman. L'Upanishad, écrit du VIII° siècle avant Jésus-Christ, définissait ainsi cette double "qualité" du Brahman: "Il y a en vérité deux aspects du Brahman: le corporel et l'incorporel, le mortel et l'immortel, le fixe et le mobile, le sensible et le transcendant." (2, 3, 1).

 

Pour parvenir à saisir cette unicité au plus profond de lui-même, l'hindou est appelé à pratiquer le yoga, discipline qui lui ouvre le chemin de l'intériorité. Shankara écrit ainsi au VIII° siècle de notre ère: "Le Soi est Brahman [...] le Soi est tout cet univers. Rien d'autre n'existe que le Soi... Je suis Brahman!" ("Shankara et le Vedanta" de Paul Martin-Dubost, Paris, Le Seuil, 1973). Et cette identification à l'Absolu atteint son sommet dans les lignes qui suivent, extraites d'un poème de Shankara: "Je ne connais ni la mort, ni le doute, ni les distinctions de castes. Point de père, point de mère. Je n'ai jamais pris naissance. Je n'ai aucun ami, aucun parent, point de maître, point de disciple. Je suis Intelligence et Félicité pures..." (op. cit.) Être, Intelligence et Félicité (Sac-Cid-Ananda), triple qualité du Brahman, unifié ici au Soi de Shankara.

 

Un autre élément de la croyance hindoue est à prendre en compte: le samsara, principe de la réincarnation. Dans la Bhagavad-Gita, Vishnu - créateur et destructeur des cycles du monde - s'exprime ainsi: "Les mondes sont assujettis aux retours [..]. Quand on sait que la durée complète d'un "jour de Brahman" est de mille éons, et de mille éons sa nuit, on connaît vraiment ce qu'est un cycle cosmique. [...] Cette multitude des êtres, lorsqu'elle est venue encore et encore à l'existence, se résorbe malgré soi, quand vient "la nuit" ; elle surgit à nouveau quand revient "le jour"." (VIII, 16-19). Cycle des mondes, cycle de la vie des êtres. Toujours dans la Bhagavad-Gita, est explicité ce retour incessant à l'existence: "En vérité, jamais ne fut le temps où je n'étais point, et plus tard ne viendra pas celui où je ne serai pas. Comme l'âme passe physiquement à travers enfance et jeunesse et vieillesse, ainsi passe-t-elle à travers les changements de corps. Le sage ne s'y trompe pas. [...] Les corps ont une fin; l'esprit qui s'y incarne est éternel, indestructible, incommensurable. [...] A la façon d'un homme qui a rejeté ses vêtements usagés et en prend d'autres, neufs, l'âme incarnée, rejetant son corps usé, voyage dans d'autres qui sont neufs. [...] En vérité, pour qui est né, la mort est certaine et certaine la renaissance pour qui est mort..." (II, 12-13, 18, 22, 27)

 

Notons au passage que pour ce qui concerne la connaissance de ces vies antérieures, très en vogue dans tous les mouvements New-Age, hindouistes et bouddhistes restent extrêmement réservés. Tel le Lama Denis Teundroup déjà cité, qui rappelle que "en ce qui concerne les souvenirs des vies antérieures que prétendent avoir les êtres ordinaires, le bouddhisme demeure très réservé. Il n'est pas possible de distinguer ce qui peut être authentique de la pure affabulation ou hallucination. Dans le doute, mieux vaut traiter ce genre de phénomènes comme des projections illusoires, ce qui évite de délirer." (cité in "Les Racines du Monde", de Jean Denis, 1993).
Les Maîtres du New-Age n'étant pas des "êtres ordinaires", il est bien évident qu'ils peuvent ne pas se sentir concernés par cette prudente mise en garde...

 

On l'aura compris, cette perspective de réincarnations infinies n'a rien de réjouissant. Les philosophies orientales ont donc axé la quête de l'être humain sur la Délivrance de cet enchaînement (au sens strict du terme) des réincarnations. Cette délivrance est appelée moksha. Reprenons la Bhagavad-Gita: "Les sages adonnés à la vigilance, détachés du fruit des actes, sont libérés du lien des renaissances [...]. L'homme qui, abandonnant tout ses désirs, va et vient, libre d'attachement, ne dit plus: C'est à moi, ni Je; celui-là accède à la paix [...], ne s'égare plus [...]; à l'heure ultime il atteint le Brahman." (II, 51, 71-72) "Ceux pour qui la connaissance détruit l'inconnaissance, pour eux la connaissance tel un soleil, illumine la réalité suprême. Tendus vers elle d'un esprit vigilant, s'identifiant à elle, ayant en elle leur fin ultime, ils arrivent à l'état où il n'y a plus de retour [...]. Le Sage, tendu vers la Délivrance, sa fin ultime, est dépris du désir, de la crainte, de la colère; il est libéré à jamais." (V, 16-17, 27-28).

 

La quête spirituelle de l'oriental consiste donc à échapper à la roue des réincarnations. Au bout du voyage: le Vide pour le bouddhisme, et la fusion avec le Brahman pour l'hindouisme.

 

Il peut évidemment sembler étrange qu'une telle perspective ait pu trouver écho en Occident, mais comme nous avons commencé à le voir, pour masquer la lourdeur de cette loi implacable, les porte-parole du mouvement New-Age n'ont pas manqué d'arguments... tous aussi fallacieux que trompeurs. Revenons donc à leur écoute.

 

Méditations Nouvel Age  

L'individualisme spirituel qui caractérise ces pratiques de méditation présentées par les groupements New-Age, est toujours masqué par un vocabulaire chatoyant, qui enveloppe d'un papier cadeau rutilant ces méditations "unifiantes", censées agir pour le mieux-être de la planète tout entière. Un succédané de charité, passive, édulcorée, et de surcroît pratiquée à distance !

 

En voici un exemple, avec la "Méditation du Pissenlit" proposée par Daniel Meurois sur son site internet. On y retrouve les incontournables références au passé lointain et inconnu (les "peuples du soleil"), les termes empruntés à l'Orient ("prâna", mot qui désigne dans le monde hindouiste l'ensemble des énergies qui circulent en l'homme), et les formulations habituelles du New-Age ("ouvrez votre âme", "l'écran de votre conscience", "visualisation", "harmonie", etc.):

 

"Voici une vieille façon d'agir utilisée autrefois chez les peuples du Soleil. Ce n'est pas une technique mais un moyen d'ouvrir la nouvelle ère du Don. Nous la nommons la Méditation du pissenlit. Elle voyagera à nouveau de poitrine en poitrine. Voici: asseyez-vous à même le sol et les pieds déchaussés. Lorsque vous serez calme et relaxé, ouvrez votre âme, écoutez le silence et sentez la lumière du prana tourner autour de vous.
Ensuite, commencez à projeter sur l'écran de votre conscience la sphère duveteuse d'un pissenlit prêt à essaimer. Visualisez bien les milles graines dans toute leur perfection et chargez chacune d'elles de toutes les qualité dont la Terre a soif. Ainsi rayonneront la graine de l'harmonie, celle de la tolérance, de l'amour inconditionnel, de la Paix et de tous les trésors qu'un cœur peut contenir et générer. Lorsque la sphère duveteuse sera ainsi chargée de ces messages, avec votre "souffle intérieur", éparpillez-les et voyez-les se disséminer à travers les cieux des cent contrées de la Terre et y déverser leur suc..."

 

Cette émission à distance de "bonnes vibrations", "d'ondes harmonieuses", "d'énergie positive"… remplace ainsi avantageusement pour l'adepte du New-Age l'épuisante charité du christianisme. "Moi d'abord": si je vais bien, le monde ira mieux, donc je ne m'occupe que de moi. Voilà ce dont on a convaincu l'adepte, qui ne doit avoir pour seule préoccupation que son bien-être, son évolution spirituelle, son destin. Et plongé dans cet égocentrisme spirituel, le "new-ager" est bien persuadé d'aimer l'humanité entière…

 

Par ailleurs, notez qu'au cours de cette méditation, c'est le cœur qui génère de lui-même les trésors d'amour qu'il va diffuser autour de lui… L'homme est considéré comme un petit dieu, capable de toutes les merveilles, de toutes les réalisations, de tous les "possibles". Cette auto-déification est une constante nous l'avons dit de la philosophie New-Age. Elle rejoint ici la philosophie hindouiste, qui recherche la fusion du Moi et du Soi, refusant toute idée de dualité (d'altérité), et donc d'un rapport Créateur – créature. C'est la raison pour laquelle il n'est jamais question de Dieu dans les doctrines New-Age, mais tout au plus de la "Divinité", vaste concept indéfinissable, que les différents "gourous" se gardent d'ailleurs bien de préciser davantage…

 

image553

 

 

Également empruntée à l'Orient, une affirmation telle que "Ce que vous vivez sur terre, n'est qu'illusion", trouvée sur le site de L'éveil à la conscience (dont le logo est un magnifique arc-en-ciel…). Sur ce même site, on trouve d'autres citations telles que: "Au sujet de vos croyances: Vous croyez à certaines choses mais des quantités de gens croient complètement autre chose et même le contraire. Les croyances ne sont pas la réalité. Tous ceux qui deviennent conscients découvrent la réalité." Autrement dit, votre foi ne vaut rien, puisque d'autres personnes ont une foi différente de la vôtre…

 

"Jésus leur dit: « Je suis le pain de vie. Qui vient à moi n'aura jamais faim ; qui croit en moi n'aura jamais soif »." (Jean 6, 35)

"« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit a la vie éternelle »." (Jean 6, 47)

"Jésus l'a dit, il l'a clamé : « Qui croit en moi, ce n'est pas en moi qu'il croit, mais en celui qui m'a envoyé. […] Moi, lumière, je suis venu dans le monde pour que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres »." (Jean 12, 44-46)

 

On y lit aussi : "La connaissance est pratique, concrète et vécue. La connaissance est l'expérience d'une certaine réalité. La connaissance vécue par l'expérience directe procure la conscience." … Comment ne pas avoir pitié de cet auteur, qui ignore que "l'amour du Christ surpasse toute connaissance" (Ep 3, 18) !

 

Ce même site propose tout un panel de méditations ("méditation sur l'opulence", "méditation sur la lumière dorée", "méditation avec le symbole de la pyramide"), et de nombreuses méditations suggérées par les "Êtres de Lumière"… Particulièrement remarquable est la "Méditation Merkabah", qui permet, après une longue séance de "toucher de doigt" et de respirations cadencées en 7 secondes, de pénétrer dans les "vibrations de la 5° dimension" (la quatrième dimension est complètement dépassée !). mais parvenu à ce degré, "L'Énergie est multipliée par mille, mais attention aux pensées, elles sont très puissantes."… Ah, la puissance de la pensée, voilà décidemment un appât bien classique, sous couvert de charabia ésotérico-magique !

 

Sur le site Shakti, "Revue encyclopédique de spiritualité, élaborée dans le respect de toutes les religions et à la lumière des enseignements ésotériques" (mais typiquement New-Age !), il nous est proposé cette citation de Saï Baba: "Si l'homme désire transformer sa vie intérieure comme extérieure en une vie de splendeur, la méditation est la meilleure discipline spirituelle qu'il puisse adopter." Notez bien: la méditation, pas la prière. Sur ce même site, l'on nous rappelle que méditer, c'est "simplement être, sans activité, sans pensée, sans émotion." (Osho Rajneesh, in "Techniques de méditation"). Et la citation suivante de Benjamin Creme (né en 1922, l'une des références incontournables aujourd'hui du Nouvel Age), précise ce qu'il en est (in "La Transmission, une méditation pour le Nouvel Age"): "La prière dans sa forme ordinaire est l'expression d'une supplication habituellement manifestée par l'intermédiaire du plexus solaire. Dans sa forme la plus élevée, la prière est aspiration; plus l'aspiration est élevée, plus elle fait appel à l'activité du cœur. La méditation est une méthode visant à faire passer la personnalité sous le contrôle de l'âme. Par la méditation, un pont est édifié entre le cerveau physique et l'âme". La prière, acte d'amour. La méditation, oubli du cœur. Au-delà du jargon ésotérico-new-age de l'auteur, on ne pouvait mieux résumer l'antinomie de la pratique chrétienne et de celle du Nouvel Age !

 

On retrouve également sur cette page internet de nombreuses allusions au "Traité sur la Magie Blanche" d'Alice Bailey, qui fait également référence dans ce milieu.

 

Plus instructive sur ce site est la présentation des différentes formes de méditations: "méditation Zen", "Kriya Yoga", "méditation transcendantale", "méditation de transmission", "méditation sur la Lumière", etc..
Notons au passage que le Yoga semble avoir été introduit en France dès les années 1930 par un certain Félix Guyot (1880-1960), qui venait de publier à Londres sous le pseudonyme de C. Kerneiz un ouvrage intitulé "Yoga for the West" (Rieder, London). Il publie à Paris des articles dans la revue "Le Lotus bleu" (organe de liaison de la Société Théosophique), et tient la rubrique astrologique du "Journal de la Femme". C'est à la même époque que Jean Herbert (1897-1980) fait connaître en France les "Maîtres" de l'Hindouisme. Les cours dispensés par Kerneiz rencontrent un grand succès, cours destinés comme il le déclare lui-même dans la préface de son livre "à celui qui, en désaccord fondamental avec son milieu, douloureusement insatisfait de la vie tant dans ce qu’elle lui donne de bon que dans ce qu’elle lui donne de mauvais, a ressenti l’appel de l’Absolu"… L'expression "douloureusement insatisfait de la vie" sera reprise par les marchands de stages, ateliers, conférences et initiations de tout poils, nous le verrons au chapitre "maladie-guérison".

 

L'on apprend donc sur ce site internet cité plus haut que dans la "Méditation transcendantale", "l'énergie provient d'un Maître de la Hiérarchie, comme Guru Dev par exemple", qu'elle a été introduite en occident par Maharishi Mahesh Yogi, et qu'elle aurait 4 millions d'adeptes dans le monde entier, dont 50.000 en France… On devient pratiquant à la suite d'une cérémonie d'initiation, au cours de laquelle est attribuée "les yeux dans les yeux" un "mantra", qui sera aussi personnel que secret… "Initiation", "secret", voilà les mots choisis pour attirer l'adepte potentiel. Mais pour compléter l'attirail, l'accès aux pouvoirs surnaturels est indispensable: "La méditation peut, selon le niveau du méditant, engendrer des phénomènes "surnaturels" décrits par Patanjali (puissance, omniscience, invisibilité, lévitation...)."

 

"Vous serez comme des dieux…" (Gn 3, 5) !

 

Dans la "Méditation de transmission" signalée plus haut – "méditation de service tournée vers l'humanité dans son ensemble", "L'énergie est contrôlée par les Maîtres de la Hiérarchie. Elle est disponible dès la récitation de la Grande Invocation... L'essentiel du travail est accompli par les Maîtres." Nous expliciterons cette référence à la "Hiérarchie" un peu plus loin. Qu'est-ce que cette "Grande Invocation" ? Un ersatz de prière, divisé en strophes, où l'on lit des phrases telles que "Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu, que la lumière afflue dans la pensée des hommes", "Que le dessein guide le faible vouloir des hommes, le Dessein que les Maîtres connaissent et servent", "Que Lumière, Amour et Puissance restaurent le Plan sur la Terre."… Et Benjamin Creme de conseiller, en récitant la Grande Invocation, "de visualiser le Bouddha pour la 1ère strophe, le Christ pour la seconde et une boule de lumière blanche pour la troisième"… On voit apparaître pour la première fois cette "Invocation" dans "L'état de disciple dans le Nouvel Age" d'Alice Bailey, livre qu'elle a rédigé comme tous les autres sous la dictée d'un "Guide spirituel invisible", Djawhal Kuhl, "grand esprit de la Fraternité Blanche Universelle". Cette invocation y est présentée comme étant appelée à remplacer le "Notre Père"… Le dernier ouvrage qu'Alice Bailey écrit sous la dictée de D.K. se termine par cet appel: "Puissent la lumière, l'amour et le pouvoir briller sur votre chemin, et puissiez-vous, en temps voulu et le plus tôt possible, vous tenir devant l'Initiateur…" "Initiation", "pouvoir": nous sommes toujours dans ce même schéma d'une ascension forcée, où sous couvert d'amour universel, on amène l'adepte sur ce terrible chemin de l'orgueil spirituel…
 

Peut-être plus grave encore – mais il semble n'y avoir pas de limite dans ce domaine que nous avons abordé… - est la "Méditation sur la lumière", proposée par Saï Baba. Inutile de détailler le long déroulement de cette méditation. Signalons seulement que le méditant la conclut par cette affirmation, énoncée lentement: "Le Père et Moi sommes un, Je suis un avec Jésus et avec le Père, Je suis Divin, Je suis Celui qui Suis: SO-HAM SO-HAM SO-HAM, JE-SUS JE-SUS JE-SUS." Est-il nécessaire de rappeler que "JE SUIS celui qui suis" est la traduction (si tant est que cette traduction soit possible…) des quatre lettres hébraïques du Tétragramme sacré, du Nom imprononçable de Dieu, qu'entendit Moïse sur le Mont Sinaï ?
Nous reparlerons de Saï Baba un peu plus loin.

 

"Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je ne suis qu'airain qui sonne et cymbale qui retentit. Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien…" (1 Cor 13, 1-3)

 

Signalons encore le "site de Jésus-Christ", site "purement divin", qui "vous propose de vivre un moment énergétique privilégié avec celui qui 2000 ans après fait encore parler de lui tellement son passage a marqué les humains". Sur ce site est proposée une méditation mensuelle, "face à l'est, séance vibratoire de 20 mn maximum. Ne manquez pas de rendre Grâces à la Divinité pour ce moment Divin". Le texte de la méditation est court, tel celui-ci: "Merci Christ de m'avoir libéré de toutes mes illusions", texte sous lequel est précisé que "L'année 2002 correspond à l'année chinoise, Cheval Eau, l'année la plus prospère de l'astrologie chinoise. Cette année Cheval Eau ne revient que chaque 59 ans." A noter que l'on retrouve ces même phrases sur le site internet d'Eileen Caddy (voir plus loin), dont celui-ci dépend directement… Avec une adresse internet qui mentionne explicitement le Christ (lechrist.net), le piège est plus grand encore…

 

Quelques sites s'annonçant comme "catholiques" n'échappent pas à cette tentation du syncrétisme, et aux pièges tendus par la vague du Nouvel Age. Nous n’en sommes pas étonné vu la source babylonienne du Catholicisme que l’Apocalypse nomme «la Grande Prostituée». Témoin ce site où l'on trouve après des pages d'Évangile, des Psaumes et des citations de saint Jean de la Croix, d'autres textes bien loin du catholicisme, parmi lesquels "Bouddha vivant, Christ vivant" de Thich Nhat Hanh ("le bouddhisme n'est fait que d'éléments non-bouddhiques, dont les éléments chrétiens, et le christianisme est fait d'éléments non-chrétiens, dont des éléments bouddhistes""Quand nous sommes calmes, quand nous regardons profondément en touchant la source de notre vraie sagesse, nous touchons le Bouddha vivant et le Christ vivant en nous-mêmes et en chaque personne que nous rencontrons"…), quelques "logions" de l'Évangile apocryphe de Thomas, ou encore ce texte de Krishnamurti (1895-1986) dont nous reparlerons plus loin, concernant précisément la méditation: "Écoutez le mouvement de vos pensées; ne les contrôlez pas, ne les façonnez pas, ne dites pas: "Celle-ci est bonne, celle-là est mauvaise." Mais accompagnez-en le mouvement. C'est cela, la conscience dénuée de tout choix, de toute condamnation, comparaison ou interprétation, et qui n'est qu'observation. Voilà qui rend l'esprit hautement sensitif." Nous sommes là dans une autre constante du New-Age: si le Bien et le Mal sont reconnus dans l'Absolu, ils n'ont aucune existence sur le plan relatif. Voilà qui explicite un peu mieux encore le succès rencontré par cette philosophie du Nouvel Age… Mais à qui peut profiter cette suppression de la distinction entre le bien et le mal, sinon au maître du Mal lui-même…?

 

"Les exercices corporels, eux, ne servent pas à grand-chose: la piété au contraire est utile à tout, car elle a la promesse de la vie, de la vie présente comme de la vie future." (1 Tim 4, 8)

 

Il y a, c'est exact, bien des étapes, des degrés, sur le chemin de l'amour. Mais nul besoin d'initiation pour les parcourir: ce cheminement – qui est aussi un "dépouillement" - s'accomplit au fur et à mesure de notre abandon confiant entre les mains de Jésus-Christ sur le chemin de la Croix. Ce n'est pas la connaissance qui fait grandir, c'est l'Amour ! Mais attention, l’amour sans la vérité n’est que de la prostitution spirituelle. Or selon les Écritures l’amour n’est pas un sentiment, mais un renoncement, un sacrifice:

 

"Qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera" (Mat 10, 39 & 16, 25 – Marc 8, 35 – Luc 9, 24 & 17, 33).

"Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis" (Jean 15, 13).

 

Il est également important de bien noter la différence entre l'extase et l'enstase, telle que les définissait très bien Mircea Eliade: dans l'extase, le mystique est "ravi" hors de lui-même vers le Bien-Aimé. Dans l'enstase, l'adepte rentre complètement en lui-même, pour atteindre l'expérience impersonnelle du pur acte d'exister. L'extase appartient à la mystique chrétienne, l'enstase est spécifiquement "new-age".

 

la-petite-voix-1-EN

 

"Apprends à rechercher toutes les réponses en toi" lit-on dans "La petite voix" d'Eileen Caddy (titre original: "Opening Doors Within"). "Eileen Caddy est une référence pour tous ceux qui veulent accéder à une nouvelle conscience" lit-on sur la page d'accueil de son site internet. On y trouve surtout une véritable invitation à rejoindre le Nouvel Age: "Un nouveau concept est comme une graine plantée dans la chaleur de ta maison. La graine ne peut être retirée directement de cette atmosphère tant qu'elle n'est pas assez forte pour être plantée là où elle doit résister aux éléments extérieurs. Il en est de même avec un nouveau concept: il ne peut être sorti comme un lapin d'un chapeau par un prestidigitateur. Lui donner substance et forme prend du temps. Il doit être testé sur un petit nombre avant de pouvoir être donné à tous. Cela demande un grand amour et une grande patience; cela demande de la consécration et du dévouement. Ce processus est ce qui se passe en ce moment avec le Nouvel Age. C'est tout neuf. Beaucoup de nouvelles idées et de nouveaux concepts sont en train de naître, et chacun doit être testé, compris, aimé et chéri. Si tu es un pionnier du Nouvel Age, tu dois être prêt à aller de l'avant sans peur et être prêt à essayer le plus neuf du neuf." Tout tenter, et ne rien craindre dans le domaine de l'expérimentation… Voilà la porte ouverte à tous les dangers, sous couvert de "dévouement" à la cause de l'ère nouvelle. A qui profite le crime ?

 

De même Paolo Coelho invite-t-il son lecteur à suivre sa "légende personnelle" dans "L'Alchimiste" (1994), livre vendu à près de 10 millions d'exemplaires et traduit en trente-quatre langues... Vous noterez au passage que la première scène de ce livre se déroule devant une petite église en ruine, image bien révélatrice de la pensée de l'auteur: "Le toit s'était écroulé depuis longtemps et un énorme sycomore avait grandi à l'emplacement où se trouvait autrefois la sacristie…" Et un peu plus loin il ajoute: "Il avait étudié la théologie, mais connaître le monde, c'était là quelque chose de bien plus important que de connaître Dieu ou les péchés des hommes." Voilà l'intention clairement posée ! Revenons à la "Légende personnelle": "Le jeune homme ne savait pas ce que voulait dire "Légende Personnelle". "C'est ce que tu as toujours souhaité faire. Chacun de nous, en sa prime jeunesse, sait quelle est sa Légende Personnelle. A cette époque de la vie, tout est clair, tout est possible, et l'on n'a pas peur de rêver et de souhaiter tout ce qu'on aimerait faire de sa vie. Cependant, à mesure que le temps s'écoule, une force mystérieuse commence à essayer de prouver qu'il est impossible de réaliser sa Légende Personnelle. […] Il y a une grande vérité en ce monde: qui que tu sois et quoi que tu fasses, lorsque tu veux vraiment quelque chose, c'est que ce désir est né dans l'âme de l'Univers. C'est ta mission sur la Terre.[…]. Accomplir sa Légende Personnelle est la seule et unique obligation des hommes. Tout n'est qu'une seule chose. Et quand tu veux quelque chose, tout l'Univers conspire à te permettre de réaliser ton désir..." Voilà le seul chemin offert à l'homme: assouvir ses désirs… Tel est le condensé de ce message qui a fait le tour du monde… terrifiant ! "Relâche-toi et laisse-Moi prendre les rênes. Pourquoi ne pas jouir de la vie?" insiste la "Petite Voix" d'Eileen Caddy. Comment résister à une philosophie aussi permissive, qui prône la jouissance passive et l'autosatisfaction ? L'hédonisme reste sous-jacent dans bien des aspects de la philosophie Nouvel-Age: priorité accordée au plaisir et à la liberté sans frein, au mépris de toute morale, naturelle ou chrétienne. Et tandis que les médias se pâment d'admiration devant ces livres, l'on s'étonne de voir la jeunesse braver toute forme d'autorité et réclamer toujours plus de liberté et moins de contraintes…

 

On pourra lire avec intérêt sur ce sujet "Hédonisme ou Christianisme ?" de Maurice Caillet, médecin, chirurgien, et ancien franc-maçon, qui a vécu à 50 ans un retournement "inattendu" de sa vie en découvrant le message libérateur de l'Evangile… Thérèse de Lisieux disait de la prière qu'elle est un "dialogue d'amour avec Dieu", et le Padre Pio "un cœur à cœur avec Dieu". Est-il besoin de techniques pour apprendre à aimer ?

 

Maîtres invisibles
&
Royaumes secrets
 

 

stricte-observance-templiere

 

C'est le baron von Hund, fondateur de la Stricte Observance Templière, qui invente en 1756 les Supérieurs Inconnus: ce sont des sages tout-puissants auxquels sa société est censée obéir. Cette notion de hiérarchie occulte va dès lors se propager rapidement, offrant à toutes les doctrines personnelles une légitimité "supérieure" et une portée universelle.

 

On les retrouve ainsi à la fondation de la Société de Théosophie aux USA en 1875, Société fondée nous l'avons vu par Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891) et le colonel Henry Steel Olcott (1832-1907). Dans son premier ouvrage ("Isis dévoilée"), H.P. Blavatsky fait état de communications transmises par des êtres mystérieux, gardiens des vérités oubliées, ces fameux Supérieurs Inconnus. Dans son deuxième ouvrage ("La Doctrine Secrète"), emprunté cette fois aux littératures hindouistes et bouddhiques, les Supérieurs Inconnus sont remplacés par les Maîtres Invisibles, vivant dans un sanctuaire sacré de l'Himalaya: le royaume de Shamballa (Il s'agit en fait dans la tradition bouddhiste de la terre mystérieuse des Bouddhas).

 

Ce royaume de Shamballa sera exploré et détaillé par Alice Bailey (1880-1949). Très marquée par la théorie des Maîtres Invisibles, elle affirme être en contact avec l'un d'entre eux, Djawahl Khul, qui lui dictera par télépathie pas moins de 18 ouvrages, qui font toujours référence dans de nombreux groupes New-Age. Elle écrit en septembre 1939 ces lignes pour le moins inquiétantes (La situation générale sur terre, in "L'Extériorisation de la Hiérarchie"): "La force de Shamballa est active chez tous, car elle produit la fédération et la synthèse (…). Les hommes qui inspirèrent et commencèrent la révolution française; le grand conquérant, Napoléon; Bismarck, le créateur d'une nation; Mussolini, qui a régénéré son peuple; Hitler, qui a porté sur ses épaules un peuple en détresse; Lénine, l'idéaliste; Staline et Franco, sont tous des expressions de la force de Shamballa et de certaines énergies peu comprises. Ils ont opéré des changements significatifs à leur époque et pour leur génération, ils ont modifié la face de l'Europe et, par contrecoup, affecté l'Asie ainsi que les attitudes conditionnant la vie et la ligne de conduite politique de l'Amérique." Elle se trouvera bien obligée de changer radicalement d'avis moins d'un an plus tard…

 

Louis Jacoliot (1806-1890), contemporain de Blavatsky, parle semble-t-il le premier du palais secret des Brahmâtmâ, chef suprême de tous les initiés: l'Agarttha (traduction d'un terme du bouddhisme: mahayânâ).

 

Saint-Yves d'Alveydre (1842-1909) reprend cette idée et dévoile à son tour dans un ouvrage publié après sa mort (en 1910: "Mission de l'Inde en Europe" – le titre est tout un programme !) l'existence d'une cité souterraine appelée l'Agarttha, siège du "Souverain Pontife", "support des âmes dans l'Esprit de Dieu". Il est évident qu'excepté les plus hauts initiés, personne n'a jamais vu face à face le Souverain Pontife de l'Agarttha… "Pourtant, dans certaines cérémonies bien connues, à Jaggernat, par exemple, il apparaît aux yeux de tous dans Ses splendides vêtements. Monté sur son éléphant blanc, il ruisselle, depuis sa tiare jusqu'à Ses pieds, d'une lumière éblouissante qui aveugle tout regard, dans les scintillements semblables qui l'entourent. Mais il est impossible de distinguer Ses traits parmi ceux des autres pontifes, car une frange de diamants réfléchissant tous les feux du Soleil voile Son visage d'un flamboiement." L'Agarttha, ce lieu aussi sacré que secret est "indépendant, synarchiquement organisé et composé d'une population s'élevant à un chiffre près de vingt millions d'âmes. (…) Autour du territoire sacré et de sa populations si considérable déjà, s'étend une confédération synarque de peuple, dont le total s'élève à plus de quarante millions d'âmes. (…) L'Agarttha tout entière est une image fidèle du Verbe éternel à travers toute la Création. (…) Les bibliothèques qui renferment le véritable corps de tous les arts et de toutes les sciences antiques depuis cinq cent cinquante-six siècles, sont inaccessibles à tout regard profane et à tout attentat. (...) Seul, le Souverain Pontife de l'Agarttha avec ses principaux assesseurs, (...) rassemble tout entier dans sa totale connaissance, dans sa suprême initiation, le caractère sacré de cette bibliothèque planétaire."

 

"Heureux les pauvres en esprit; car le royaume des cieux est à eux." (Mat 5, 3)

 

beteshommesdieux

 

 

L'information est reprise par Ferdinand Ossendowski (1876-1944) dans son livre "Bêtes, Hommes et Dieux", publié en 1924. On y découvre de nouvelles descriptions: "La capitale d'Agharti est entourée de villes où habitent des grands prêtres et des savants. Elle rappelle Lhassa où le palais de Dalaï-Lama, le Potala, se trouve au sommet d'une montagne recouverte de temples et de monastères. Le trône du Roi du Monde est entouré de deux millions de dieux incarnés. Ce sont les saints panditas. Le palais lui-même est entouré des palais des Goiros qui possèdent toutes les forces visibles et invisibles de la terre, de l'enfer et du ciel et qui peuvent tout faire pour la vie et la mort des hommes. Si notre folle humanité ne met pas un terme à ses guerres, ils sont capables de transformer la surface de la Terre en un vaste désert. Ils peuvent assécher une mer, faire d'un continent un océan, réduire une montagne à sa plus simple expression. Un mot, un signe, un commandement, et les arbres, les herbes, les buissons se mettent à pousser, des hommes vieux et faibles redeviennent jeunes et vigoureux, les morts ressuscitent. Dans d'étranges véhicules, inconnus de nous, ils franchissent à des vitesses incroyables les tunnels souterrains qui séparent une ville d'une autre. (…) Il n'est pas juste que le bouddhisme et notre religion jaune le cachent. La reconnaissance de l'existence du plus saint et du plus puissant des hommes, du royaume bienheureux, du grand temple de la science sacrée est une telle consolation pour nos cœurs de pécheurs et nos vies corrompues que le cacher à l'humanité serait un péché."

 

"Où étais-tu quand je fondai la terre ? Parle, si ton savoir est éclairé…
As-tu, une fois dans ta vie, commandé au matin ? Assigné à l'aurore son poste, Pour qu'elle saisisse la terre par les bords Et en secoue les méchants ?… Les portes de la Mort te furent-elles montrées,
As-tu vu les portiers du pays de l'Ombre ?… Connais-tu les lois des Cieux, Appliques-tu leur charte sur la terre ?… Le censeur de Dieu va-t-il répondre ?"
(Job 38 à 40)

"Ne le sais-tu pas ? Ne l'as-tu pas entendu dire ? YHWH est un Dieu éternel, créateur des extrémités de la terre. Il ne se fatigue ni ne se lasse,
insondable est son intelligence."
(Ésaïe 40.28)

"Le Seigneur seul sera proclamé juste. A personne il n'a donné le pouvoir d'annoncer ses œuvres et qui découvrira ses merveilles ?
Qui pourra mesurer la puissance de sa majesté et qui pourra en outre raconter ses miséricordes ? On n'y peut rien retrancher et rien ajouter,
et l'on ne peut découvrir les merveilles du Seigneur. Quand un homme a fini, c'est alors qu'il commence, et quand il s'arrête, il est tout déconcerté."
(Ecclésiastique 18.1-7)

 

René Guénon (1886-1951) reprendra à son tour cette thèse, après avoir rencontré à plusieurs reprises Ossendowski, thèse qu'il développera en 1927 dans un ouvrage ayant précisément pour titre "Le Roi du monde". Ce Roi est doté d'un pouvoir tout à la fois sacerdotal et royal: "Le "Roi du Monde" doit avoir une fonction essentiellement ordonnatrice et régulatrice (...) fonction pouvant se résumer dans un mot comme celui d'"équilibre" ou d'"harmonie", ce que rend précisément en sanscrit le terme Dharma: ce que nous entendons par là, c'est le reflet, dans le monde manifesté, de l'immutabilité du Principe suprême." Pour faire le lien avec les traditions issues des textes bibliques, René Guénon ajoute: "Le nom de Melchissédec, ou plus exactement Melki-Tsedeq, n’est pas autre chose que le nom sous lequel la fonction même du "Roi du Monde" se trouve expressément désignée dans la tradition judéo-chrétienne." Mais ne nous y trompons pas, Melchisédech n'est que de seconde importance, parce que rattaché à une tradition secondaire, et non à la Tradition primordiale: "Le titre de "Roi du monde", pris dans son acception la plus élevée, la plus complète et en même temps la plus rigoureuse, s'applique proprement à Manu, le Législateur primordial et universel." Celui-ci règne sur la Tradition primordiale pendant toute la durée de ses différents cycles. Pour René Guénon, le Roi du Monde est donc essentiellement un principe: "L’Intelligence cosmique qui réfléchit la Lumière spirituelle pure et formule la Loi propre aux conditions de notre monde ou de notre cycle d’existence"

 

"« Qui donc est le plus grand dans le Royaume des Cieux ? » Il appela à lui un petit enfant, le plaça au milieu d'eux et dit: « En vérité je vous le dis, si vous ne retournez pas à l'état des enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux. Qui donc se fait petit comme ce petit enfant-là, celui-là est le plus grand dans le Royaume des Cieux. »." (Mat 18, 1-4)

 

Roerich_Nicolas

 

 

Nicolas Roerich (1874-1947) mène à son tour une longue expédition en Asie Centrale en 1928. Il séjourne alors plusieurs mois dans la chaîne de l'Himalaya, et part un jour tout seul sur un poney à la recherche d'un point du Tibet du Nord où il pense découvrir tout à la fois l'entrée de l'Agarttha et le Royaume de Shamballa. Quand il reparaît plusieurs jours plus tard, les Ladakhis de son escorte se prosternent à ses pieds, pensant que seul un dieu pouvait revenir vivant de l'endroit où il s'est rendu… Voir à ce sujet le site internet "Les Portes de l'Ere Nouvelle". Roerich relate son voyage dans un livre ("Shamballa"). Il aurait ainsi déclaré à son retour: "Les étoiles manifestent une évolution nouvelle. A nouveau, le Feu Cosmique se rapproche de la Terre. A nouveau, l'humanité sera soumise à l'épreuve. Mais comme la Lumière dévore l'obscurité, ainsi les œuvres du Malin seront consumées et détruites. Et le Maître Radieux de la Nouvelle Ère manifestera à tous Sa splendeur."

 

Daniel Meurois et Anne Givaudan, qui pratiquent la technique du "voyage astral", proposent également une exploration de Shamballa dans Le Voyage à "Shambhalla" (notez le "h" supplémentaire, sans doute pour un surcroît de mystère), "pour ceux qui s'intéressent au travail effectué par les Maîtres de Sagesse qui oeuvrent au bon déroulement de la libre circulation des énergies divines sur notre planète, et qui tâchent de guider l'humanité vers un retour à la Source." Tout un programme…

 

Les livres sur ce sujet ne manquent d'ailleurs pas, c'est ce que l'on appelle un titre "porteur": Voici quelques exemples de ces ouvrages (que nous vous dissuadons vivement, comme toutes les autres références de ce dossier, d'acquérir !), avec les commentaires des éditeurs ou des auteurs:

 

"Shambhala, Oasis de Lumière d'Andrew Tomas" (Ed. Le Hierarch, Ed. Robert Laffont - coll. "Les Enigmes de l'Univers", 1976, et Ed. A. Brêthe). Au sommaire: description de rencontres avec des Maîtres ascensionnés et avec des adeptes en Orient, visite à une âme désincarnée dans l'Au-delà accompagné de Jésus (décors imaginaires et réalité), activités spéciales sur le plan physique de la Terre, etc. On y apprend par exemple que: "Les archives du Vatican renferment un nombre considérable de rapports précis de missionnaires catholiques des derniers cent cinquante ans sur les mystérieuses députations qu’envoyaient les empereurs de Chine aux Esprits des Montagnes. Ces êtres résidant dans le Nan Chan ou Monts Kun-Lun, étaient habituellement décrits revêtus de corps solides visibles qui, cependant, n’avaient ni chair ni sang. Etait-ce des surhommes dans une enveloppe humaine artificiellement obtenue d’une matière atomique cristallisée, les soi-disant dieux nés de l’esprit ? Les écrits indiens parlent du pouvoir dont jouissaient les corps divins de devenir plus lourds et plus denses, plus légers et plus éthérés."

 

"Le Soleil de Shamballa et l'Ecole de Vie Divine du Maître de Saint-Jean" d'Olivier Martin. Au sommaire: le Maître de Shamballa, la hiérarchie du Christ, l'instructeur du monde, l'initiation essénienne et le Saint-Graal, l'école de Melchisédek et la tradition cosmique, la fraternité cathare, le Maitreya bouddha, le renouvellement de l'âme du monde, le chemin vers Shamballa, les sept degrés vers l'illumination, la science des Trismégistes, etc.. "Pour ceux qui veulent vivre dans la lumière et communiquer avec le rayonnement de Shamballa, toutes les méthodes sont données dans ce livre. La plus haute initiation solaire y est décrite et l'enseignement du centre initiatique qui guide les initiés de la planète y est transmis."

 

Abb-50

 

 

"La Fraternité de Shamballa" de Jan Van Rijckenborgh et Catharose de Petri (Ed. Rose+Croix d'Or, Ed. Septenaire). "Comment ouvrir les sept passages secrets vers Shamballa ? Ni exercice, ni voyage astral, ni technique occulte ne pourront jamais faire découvrir ces passages qui mènent, dans le cerveau humain, vers la merveilleuse pinéale, le siège de la conscience universelle. Pénétrer dans Shamballa, c'est réorienter totalement le mystérieux sanctuaire de la tête vers le Grand But, la véritable royauté de l'homme, pour rétablir, à l'aide de la septuple lumière qui provient du cœur, la liaison avec les sept aspects de la «Terre Sainte», son domaine de vie originel."

 

"Disciple et Shamballa" de Raymund Andrea (Diffusions Rosicruciennes*). "Shamballa est un centre d'énergies suprahumaines. C'est aussi le lieu d'où émane l'orientation et l'évolution de l'humanité. Un ouvrage authentique qui aidera le disciple déjà avancé sur le Sentier à se préparer à participer à l'œuvre de Shamballa. Cet ouvrage est aussi une source de réflexion sur l'importance de la volonté spirituelle dans la quête initiatique."

 

"Shamballa" de Jean-Claude Genel (Ed. des 3 Monts, Ed. Telesma). Au sommaire: La trame divine de l'histoire humaine - Connais-toi toi-même - Et tu connaîtras les Shamballas de l'Univers - De Jésus au Christ, les Initiations de l'Humanité... "L'auteur nous offre ici une réflexion d'une rare qualité sur ce que représente Shamballa. Il pose les questions essentielles qui nous permettent de saisir l'aspect spirituel de l'histoire humaine - de Moïse à Bouddha, de Jésus à Maitreya. Les temps troublés que nous traversons semblent nous inviter à enfin concrétiser notre réalité mystique dans le quotidien. Ce livre serait-il le mode d'emploi pour y parvenir ? Peu d'ouvrages ont parlé avec tant de justesse et d'originalité de Shamballa."

 

517YJyBs7DL

 

Citons encore: "Shamballa, la Voie Sacrée du Guerrier" de Chögyam Trungpa, "Des Mondes souterrains au Roi du Monde" de Serge Hutin, "La Vie des Maîtres" de Baird T. Spalding, "Le Secret de Shamballa" de James Redfield, etc., etc., etc. !

 

Rien de plus "in" désormais que de proposer par exemple des stages de "Thérapie Multidimensionnelle Shamballa". Ne riez pas, ça existe: c'est ce que vous apprendrez sur le site du "Shamballa Multidimensionnel de Saint Germain", où l'on vous dit tout de l'initiation aux "4 niveaux de la Maîtrise en Reiki de Shamballa", les Maîtres de Sagesse et "l'immortel" comte de Saint Germain ayant "demandé à Hari Das Melchizedek de réintroduire le Reiki originel de Shamballa". Ils souhaitaient, ces bons Maîtres, "offrir, au travers des initiations à Shamballa, une ouverture simple et profonde à l’Energie"… Bien joué, c'est aussi une ouverture simple et profonde du porte-feuille des pauvres âmes qui ne manqueront pas de répondre à l'appel… Mais pourquoi y répondre vous demandez-vous ? Parce qu'ainsi, "vous pourrez vous reconnecter avec Votre Soi, avec Votre Réalité Supérieure et travailler à tous les niveaux de votre Etre pour les intégrer sur ce plan, dans la vie de tous les jours. Bien au-delà d'une technique, Shamballa est une Conscience pour vous inviter à redécouvrir le Maître que vous êtes." Et le tour est joué, nous sommes de retour à la base de la philosophie New-Age: vous êtes un Maître en puissance, vous n'avez donc plus besoin de Dieu….

 

Aujourd'hui, de nombreux messages délivrés sur internet s'appuient sur les écrits de H.P. Blavatski et de René Guénon. Parmi ceux-ci, notons les messages "transmis" par El Morya, ce membre de la Grande Fraternité Blanche dont nous avons déjà parlé. Voir par exemple les pages internet suivantes: El Morya 1, El Morya 2, El Morya 3, El Morya 4...

 

Dans la hiérarchie de cette organisation, El Morya est le "Seigneur (Chohan) du Premier Rayon de la Volonté de Dieu" et "Chef du Conseil de Darjeeling". Successivement Abraham, Melchior (l'un des trois mages), le roi Arthur, Thomas Becket, Thomas More, Akbar (empereur mongol), Thomas Moore (le poète irlandais), et enfin El Morya Khan au gré de ses "réincarnations", El Morya a été à l'origine de la fondation de la Société Théosophique. Avec un tel patronage, on comprend mieux la personnalité de H.P. Blavatsky… Il transmis à sa "messagère" Elizabeth Clare Prophet les enseignements du "Christ Universel" pour l'Ère du Verseau, que celle-ci consigna dans un livre qui a pour titre "Le Chela et le Sentier". Au sujet de Shamballa, El Morya nous apprend donc que le Roi du Monde incarne l'énergie de Shamballa: il serait l'Être le plus puissant de la Terre, car "tout en résidant dans l'Agarttha, au centre de notre planète, il vit et respire en même temps dans le Cœur du Soleil." C'est lui qui, à la fin du Kali Yuga, doit ouvrir à l'humanité le grand Livre de la Connaissance, qui contient toutes les archives de notre passé aussi bien que de notre futur. Il contrôle cette substance que les Initiés nomment "l'énergie du Ka" et qui provient de notre Soleil central, siège de l'Intelligence multidimensionnelle, et il en assure la redistribution à l'humanité… Tout un programme !

 

A côté des Maîtres Ascensionnés de la Fraternité Blanche Universelle, on trouve les Frères de la Lumière, membres de la Grande Loge Blanche. Organisation concurrente ? C'est en tous cas une organisation parfaitement structurée, comme nous l'apprend cette page du site "Magie et Evolution Divines": "Les Frères de la Lumière constituent une Organisation Mystique à laquelle adhèrent les plus Grands Initiés de notre Système Planétaire. Ils forment une Société comportant des grades hiérarchiques correspondant chacun au degré de perfection de ses Membres. A leur tête se trouve le Premier Initié qui a rang de Mahatma. Celui-ci représente l'Ordre Divin et est Gardien de tous les mystères. Il est appelé, dans la Hiérarchie, "Urgaya", l'Homme sage de la Montagne ou encore le "Vieux Maître". Il a été le premier Initié depuis l'origine des temps mais il ne s'incarne que très rarement… Douze Adeptes sont subordonnés au Vieux Maître. Ils ont atteint la perfection spirituelle la plus élevée et se chargent également des tâches les plus difficiles… Urgaya et les Douze Adeptes forment "le Conseil de l'Ancien" et se rencontrent régulièrement, à certaines périodes ou lorsque d'importantes décisions concernant l'Humanité doivent être prises. Ces Douze Adeptes contrôlent Soixante Douze Sages ou "Illuminés" auxquels sont subordonnés Trois Cent Soixante Maîtres… Le siège de la Grande Loge Blanche n’est pas visible aux yeux humains; son siège est sur un plan subtil donc invisible pour nous." Que l'on me pardonne, mais il faut tout de même avoir une sérieuse dose de naïveté pour prendre au sérieux une telle description… Est-elle là pour rassurer les futurs adeptes, sur ce mouvement qui paraît bien flou au premier abord ? Cette hiérarchisation des "Supérieurs" est-elle destinée à accréditer le sérieux des affirmations présentes sur ce site ? Il est vrai que depuis la trilogie de la "Guerre des Etoiles", tout cela doit sembler presque banal…

 

large

 

 

Le site "Messages des Etres de Lumières" ouvre largement ses pages à ces "Hiérarchies Supérieures", quoique – comme nous l'explique un "Messager" sur ce site, ce terme ne soit pas approprié: "Hiérarchies Supérieures n'est qu'un terme que notre canal emploie pour faciliter certaines compréhensions. Nous n'avons pas voulu encombrer vos esprits avec les plans (comme d'autres êtres sur terre vous l'ont enseigné); cela n'a aucune importance pour le travail que nous attendons de vous et pour le message que nous voulons faire passer. Lorsque nous parlons de Hiérarchies Supérieures, c'est simplement dans le sens de vos frères supérieurs, mais supérieurs en évolution, supérieurs en Amour, en conscience." L'un de ces "Messagers" rappelle par exemple l'une de leur fonction: "Nous habitons le vrai royaume de ce monde. Nous sommes la réalité de ce monde, nous n'avons pas besoin de parler comme vous car nos esprits sont suffisamment purs pour pouvoir communiquer les uns avec les autres. C'est cela que vous devrez apprendre à faire demain: à purifier suffisamment vos pensées afin que vous puissiez communiquer autrement que par la parole." Et tant pis pour les opérateurs téléphoniques !
Plus sérieusement, on y exploite cette attirance pour la "puissance" et les "pouvoirs". Par exemple, à la question "Pouvez-vous nous dire ce que sont les Cathédrales de Lumière et l'Ecole des Guides de Lumière ?", il est répondu : "Il existe, dans des sphères de haute réalisation, dans ce que vous pourriez appeler la sixième ou la septième dimension, des points de jonction d'une puissance extraordinaire. Certains êtres, même du plan de la Terre, sont conduits dans ces lieux pour leur permettre un enseignement beaucoup plus puissant, pour leur permettre d'acquérir des énergies considérables. Ceux qui sont conduits dans ces lieux, sont souvent des êtres qui se sont incarnés volontairement sur ce monde pour aider leurs frères ou qui sont vraiment en fin de cycle d'humanité terrestre. Dans ces lieux, il y a des êtres d'une force et d'une puissance énorme." Sous-entendu, travaillez avec soin comme nous vous le suggérons ici, et vous aurez accès vous aussi à cette puissance…

 

"« Ma grâce te suffit: car la puissance se déploie dans la faiblesse. » C'est donc de grand cœur que je me glorifierai surtout de mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ… Car lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort." (2 Co 12, 9-10)

 

Citons également le "Site de l'Elite de la Nouvelle Ere" où l'on peut lire les lignes suivantes: "Nous sommes à la périphérie d’un cercle, mais le secret se tient au centre et sait. Le centre est-il occupé, comme le prétendent les Gnostiques Alexandrins, par Melki-Tsedeq qualifié de "Grand receveur de la lumière éternelle" ? La lumière intelligible viendrait ainsi par un rayon directement émané du Principe, pour être réfléchie dans le monde.


Remarquons que durant les périodes de renouvellement, le monde retourne à l’origine, s’y régénère et s’y reconstruit. C’est pourquoi le roi considéré comme étant un père du peuple, inaugure et impulse tout nouveau cycle. L’espace est reconstitué, le temps reprend son cours, la lune et le soleil retrouvent leurs routes et poursuivent correctement leur marche: la vertu royale a été restaurée en force. Il y a expulsion du monde ancien, déséquilibré, donc funeste, puis régénération du temps et de l’espace. Une nouvelle vertu va rayonner. Elle évacue hors du temps et de l’espace, l’ordre ancien, périmé et déchu. Elle proclame et installe l’ordre neuf dans tous les quartiers de l’univers. A la fin du cycle, 12 soleils apparaissent simultanément, rentrant dans l’unité essentielle et primordiale de leur nature commune. Le centre spirituel a la forme circulaire liée au cycle Zodiacal par 12 rayons de lumière. Si le soleil figure le Christ, les 12 rayons sont les 12 Apôtres (les rayons sont envoyés par le soleil).
Agarttha est le centre qui a recueilli l’héritage de l’antique "dynastie solaire".

 

Le chef suprême de l’Agarttha est un souverain pontife, qui unit la force et la sagesse; celui qui remplit la fonction de médiateur, établissant la communication entre ce monde et les mondes supérieurs. Il incarne l’union de deux pouvoirs sacerdotal et royal. Le Roi du monde est en rapport, selon M.Ossendowski, avec les pensées de tous ceux qui dirigent la destinée de l’humanité. Il connaît leurs intentions et leurs idées. Si elles plaisent à Dieu, le Roi du monde les favorisera de son aide invisible; si elles déplaisent à Dieu, le Roi provoquera leur échec. Ce pouvoir est donné à Agarttha par la Science mystérieuse d’OM. Le roi est fautif, à lui de rétablir l’ordre. Il frappe lui-même le grand tambour; il met tout son monde en bataille, tous les vassaux de quatre coins cardinaux forment le carré jusqu’à ce que la Vertu royale soit restaurée en force…

 

Le plus impitoyable combat que mène le "Mensonge" est contre la royauté et le sacerdoce. En effet, le renversement de la royauté entraîne la destruction des hommes et de l’ordre traditionnel. Ce combat réunit dans une même orientation le monde visible et invisible, le macrocosme et le microcosme. Le roi qui durant son règne mène à bien cette lutte difficile et périlleuse ne fait qu’un avec le Souverain Céleste.

 

Nous terminerons cette présentation des caractéristiques de la nouvelle élite du monde en observant que le Congolais qui s’est identifié au "Cavalier qui monte le Cheval de l’Apocalypse" et s’appelle Ebale Mbonge a créé un sacerdoce qui manipule des "puissances" de guérison spirituelle ayant certaines similitudes avec celles attribuées au Roi du monde par M. Ossendowski.

 

Ces puissances de "parapsychologie appliquée" dont ledit Cavalier qui monte le Cheval Blanc est le seul dépositaire, ont elles-mêmes été obtenues par lui en un lieu qui s’appelle Bikoro (dans la Province de Mbandaka en République Démocratique du Congo ex-Zaïre au bord du Lac Ntomba), endroit qu’il a présenté à son sacerdoce et au monde comme le Centre de l'Univers. Bikoro est-il le vrai nom d’Agarttha ?"

 

Sur le site "Emeraude", déjà cité, on nous explique que "Un Maître Ascensionné est une âme incarnée qui, à la suite de nombreuses incarnations, a réussie à se connecter à sa Divinité et à redevenir souveraine. En réalisant son Ascension, l'âme se sort du cycle des réincarnations sur ce plan de la troisième dimension, pour poursuivre son évolution en des niveaux de compréhension beaucoup plus élevés: exemple: Le Christ, Bouddha, Confucius, les Saints, les Prophètes etc.. Aujourd'hui en ce moment crucial pour l'humanité, il est possible de réaliser l'Ascension pour tout être qui part à la découverte de son Soi-Supérieur." Ce site présente même des illustrations de ces "Maîtres Ascensionnés", réalisées par des artistes médiums…On y retrouve donc Jésus (que de nombreux "Travailleurs de la Lumière" appellent par son nom énergétique: "Sananda", ou "Jésus-Sananda", puisque Jésus n'était que le nom de l'une de ses incarnations terrestres…), et Marie ("Maître Ascensionné relié au Temple de la Résurrection au royaume éthérique d'Israël/Palestine"), ces deux références indispensables au christianisme, mais aussi l'incontournable comte de Saint Germain ("Maître Ascensionné relié au Temple de la Liberté en Transylvannie"), le Gautama-Bouddha ("Maître Ascensionné relié au Temple de la Hiérarchie Spirituelle, Shambala, royaume éthérique situé dans le désert de Gobi"), Confucius, El Morya (présenté ici comme le "Maître Ascensionné relié au Temple de la Volonté de Dieu, à Darjeeling en Inde"), etc..

 

Du syncrétisme à l'attaque en règle des fondements même de la religion chrétienne, les recettes restent toujours les mêmes… Ces absurdités aussi prétentieuses que puériles pourrait prêter à sourire, si elles ne rencontraient pas un succès phénoménal auprès d'une population avide de connaissance, de pouvoir, et de cette "liberté d'être" qui lui est toujours promise…

 

"Si vous demeurez dans ma Parole, vous êtes vraiment mes disciples et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libèrera." (Jean 8, 31-31)

 

Visions sur Jésus

Les révélations sont obtenues par clairvoyance, par lien médiumnique avec de grands maîtres cachés, voir par consultation de la mémoire de l'Univers (mémoire Akashique). Jésus y devient tour à tour un Initié, une Entité surhumaine, un Maître de sagesse, l'Instructeur suprême, un Guide missionné par des hiérarchies supérieures, un Avatar du Principe divin, un Emissaire céleste, etc. Tout est permis, pourvu qu'il ne soit plus le Fils unique de Dieu, le Dieu Tout-Puissant manifesté dans la chair…

 

H.P. Blavatsky (1831-1891), déjà citée, accède ainsi par voie télépathique à la mémoire de l'Univers. Elle en livre ses conclusions dans "La Doctrine secrète". La crucifixion y est ramenée par exemple au rang d'un rite initiatique venu d'Égypte, et dont la signification reste avant tout symbolique. Pas question de croire en un Jésus "Sauveur", puisque l'homme n'a pas de "péché". La divinité de Jésus est également nié. Elle écrit ainsi dans "La clé de la Théosophie" (chap. "Les enseignements fondamentaux de la Théosophie"): "Nous rejetons la notion d'un Dieu personnel, ou d'un Dieu en dehors du cosmos et ayant un aspect humain qui n'est qu'une gigantesque ombre de l'homme, et même pas de l'homme sous sa forme la plus favorable. Nous déclarons que le Dieu de la théologie n'est qu'un amas de contradictions et d'impossibilités contraires à toute logique. Nous n'aurons donc rien à faire avec lui. (…) A nos yeux, l'homme intérieur est le seul Dieu que nous puissions connaître. Comment cela pourrait-il être autrement ?".

 

Alice Bailey détaille les "initiations" de Jésus dans De Bethléem au Calvaire (enseignement reçu du "Maître Ascensionné Djwal Kuhl"), publié en 1937.
 

Selon cet "enseignement", elle peut affirmer que le Christ avait atteint "un degré de développement spirituel qui avait fait de lui le Chef de la Hiérarchie spirituelle, le promoteur du Royaume de Dieu sur Terre, le Maître des Maîtres et l'Instructeur des Anges et des hommes. L'unité de sa conscience avec le plan divin était absolue." Toute sa vie n'avait d'autre but que la réalisation de ce plan sur la terre. Le Christ serait aujourd'hui le chef de la Hiérarchie spirituelle qui dirige actuellement les destinées de notre terre: "Autour de lui, dans le Haut Lieu où il réside sur terre, sont rassemblés, en ce moment, ses Grands Disciples, les Maîtres de la Sagesse et tous les Fils de Dieu libérés qui au cours des ages ont passé des ténèbres à la lumière, de l'irréel au Réel, de la mort à l'immortalité. Les représentants et les fondateurs de toutes les religions du monde attendent en ce lieu de pouvoir révéler, sous sa direction, à tous ceux qui aujourd'hui luttent dans la tourmente du monde et cherchent à en résoudre la crise, qu'ils ne luttent pas seuls. La grande succession Apostolique des Connaisseurs de Dieu est prête aujourd'hui pour une activité renouvelée. Bouddha lui-même se tient derrière le Christ, reconnaissant humblement l'œuvre divine que ce dernier est sur le point d'accomplir. L'entière lignée spirituelle des Fils de Dieu est en attente et en préparation. La Hiérarchie spirituelle attend."

 

"A ceci reconnaissez l'Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus Christ venu dans la chair est de Dieu; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu; c'est là l'esprit de l'Antichrist." (Jean 4, 2-3)

 

Écoutons également Samuaël Aun Weor (Víctor Manuel Gómez Rodríguez, 1917-1977). Il est le fondateur du mouvement Gnostique, et adepte de la grande Fraternité Blanche Universelle fondée en 1947 par Omraam Mikhaël Aïvanhov (1899–1986), qui a pour mission de "livrer à l'humanité l'authentique message que la Loge blanche adresse au genre humain pour la nouvelle ère du Verseau" – ère qui s'est ouverte selon l'auteur le 4 février 1962. Il révèle dans une interview accordée à une radio mexicaine en 1977 que "La Pistis Sophia contient les enseignements que Jésus de Nazareth a donnés à ses disciples sur le Mont des Olives. Tout le papyrus est écrit en copte et dans le fond, il est merveilleux. Actuellement, nous sommes précisément au travail pour dévoiler et expliquer, clairement, le papyrus cité. Je suis sûr qu'il sera salutaire pour l'ensemble du monde chrétien, parce qu'il connaîtra mieux les mots du Maître."
 

Au cours d'une autre interview accordée la même année, il déclare: "Il est écrit qu'au Golgotha Jésus a dit: "Heli, Heli, Lamah Zabactani". Les juifs s'interrogèrent, "Que dit-il ? Peut-être appelle-t-il Elie ou l'un des prophètes... voyons si Elie viendra pour le sauver" (tandis qu'ils riaient de lui). Les juifs n'ont pas compris la signification de cette expression. Ce n'était ni de l'Hébreu, ni du Sanscrit, ni du Tibétain. Cependant, n'importe quel écolier Maya du Guatemala serait capable de le traduire immédiatement. La phrase signifie - pour tout Maya de Yucatan ou du Guatemala: "maintenant je puis plonger dans la splendeur de ta présence..." Jésus de Nazareth a parlé la langue Maya. Évidemment la langue Maya vient d'Atlantis. Avant que ce grand continent ne soit submergé dans les profondeurs de l'océan, la race Maya s'était répandue de l'est à l'ouest de ce monde. Les Mayas ont colonisé le Tibet et l'Égypte, et nous en avons le témoignage dans l'alphabet de Naga-Maya des Tibétains et dans les pyramides égyptiennes. C'est ainsi que l'est et l'ouest ont hérité des vastes connaissances des Atlantes."

 

Et à la question: "Il y a une théorie qui avance que Jésus Christ pourraient avoir été instruit et formé par les Esséniens. Qu'est-ce qui rendrait cette théorie valide ?", Samuaël Aun Weor répond: "Ce qui s'est produit, c'est que ces écrits citent le Maître de Justice, qui a existé environ cinq siècles avant J.C., et les rapports du Maître de Justice avec le Jésus historique (notre Grand Maître Jésus, le Christ) ont été mal interprétés. Nous devons également comprendre que ce Maître de Justice cité par les Esséniens n'est pas nécessairement une "figure historique". Voyons-le comme un prototype psychologique-individuel des êtres humains. Dans cette perspective, il ne devrait y avoir aucun autre confusion. Il est également évident que l'Être Supérieur de chaque créature humaine, selon les traditions antiques qui ont été perdues dans l'épouvantable nuit de tous les âges, est Christique d'une grande manière. C'est une grande honte que ces enseignements et ces études aient été perdus. C'est la raison pour laquelle cette race humaine est tombée ainsi. Aucun doute qu'actuellement, le Christ est vu comme une figure historique, au lieu de le transposer comme le Prototype de la Perfection Humaine en chacun de nous."

 

Et à propos de la réincarnation: "La Réincarnation signifie: "la descente de la Divinité en l'Homme." La répétition de cet événement est avec précision cela - La Réincarnation. J'ajouterai: l'Incarnation est la descente de la Divinité en l'Homme. Quand cet événement se répète, cela s'appelle La Réincarnation. Ceci implique que la réincarnation n'est possible que pour les hommes qui se sont réalisés pleinement: des hommes comme Jésus de Nazareth, Buddha, Hermes Trimégiste, Quetzacoalt, etc.."

 

Conseil-de-sécurité-de-lONU-voltairenet

 

 

David Spangler, directeur de l'"Initiative Planétaire" (organisation associée à l'O.N.U.), co-directeur pendant trois ans de la Fondation Findhorn en Écosse, et souvent cité lorsqu'il est question du New-Age, affirme de son côté (dans son livre "Révélation: Naissance du Nouvel Age") que "Le Christ est distinct de Jésus dans lequel il s'incarna comme il le fit en Bouddha, en Krisna, en Rama et en Mithra.". La "conscience de Christ" ne serait ainsi descendue sur Jésus que pendant son ministère public… Cette affirmation est aujourd'hui partagée par un grand nombre d'écrivains, de "thérapeutes" et de gourous du New-Age. Et les affirmations suivantes, attribuées à ce même auteur, ont de quoi faire réfléchir: "Le Christ est la même force que Lucifer, quoiqu'il agisse en apparence dans le sens contraire" ("Reflections on the Christ", Farres, Ecosse - Lecture Series, 1976, p. 40) "Lucifer agit en chacun de nous, pour nous conduire à l'état de l'intégralité. Tandis que nous entrons dans une nouvelle ère, l'ère de l'intégralité de l'homme, chacun de nous parviendra au point que j'appellerai celui de l'initiation luciférienne. C'est la porte d'entrée particulière que l'individu doit traverser pour pénétrer pleinement dans la présence de sa propre lumière et de sa propre intégralité." "Personne ne pourra entrer dans le Nouvel Ordre Mondial, à moins qu'il ou qu'elle ait fait allégeance à Lucifer. Personne ne pourra entrer dans le Nouvel Age sans avoir subi une initiation luciférienne."

 

"Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus soit le Christ ? Le voilà l'Antichrist ! Il nie le Père et le Fils." (1 Jean 2, 22)

 

On trouve dans le livre "La Médiumnité: réalité intime et personnelle" de André De Ladurantaye et Francine Ouellet (Editions Marie-Lakshmi Inc.), une communication "télépathique" de "Lumière de l'Être" reçue par l'auteur le 9 avril 1997, "Lumière de l'Etre" s'étant "incarnée" en Jésus il y a deux mille ans, qui explique le sens de sa mission: "Ma venue sur Terre a eu pour objet spécifique d'indiquer à toutes les âmes le chemin de l'Intériorité et d'aider à combattre le voile de l'illusion. Vous êtes des multitudes, en ces temps de changements profondément intérieurs, à vous éveiller aux fruits de mon travail spirituel en ressentant l'appel de votre Christ intérieur." Un tel renversement de la mission du Christ telle qu'elle est présentée dans les Évangiles ne laisse que peu de doutes quant à l'origine d'un tel message… "Je suis Christ. Je suis vous et vous êtes Christ. Ne vous cherchez plus ailleurs qu'en vous. Ne vous cherchez plus ailleurs qu'au cœur même de la Lumière de l'Être. Dans plusieurs incarnations dans la matière, Je suis venu et revenu réaliser la Fusion avec le Père." Divinisation de l'homme, réincarnation, fusion dans la Divinité, notions habituelles à la prosodie des nouvelles "révélations" !

 

"La réalisation de votre Christ intérieur est soumise aux mêmes Lois Divines: la loi de l'Intégration. Le Christ est le chemin, la voie de l'intérieur. Il conduit le Fils de l'Homme vers le Fils de Dieu. Par l'infusion de mes Énergies et celles des Êtres de Lumière sur la planète en ce moment, l'humanité est aidée à faire le rapprochement de tous ces concepts qu'elle a vécus au cours des derniers siècles et surtout depuis les dernières décennies en une seule et unique réalité: la Réalité Christique." En refusant l'altérité, l'adepte du New-Age n'est plus appelé à un relation d'amour avec son Créateur, ni même avec le Fils, mais en quelque sorte avec lui-même: l'adepte est Dieu, pourvu qu'il se découvre tel: "La permission que vous vous donnez de vous accueillir dans tout ce que vous êtes est le véritable sens de l'Amour du Christ." lit-on plus loin !

 

Sur le site internet d'Amédée Louis-Fernand, il est aussi question de Jésus. Ici encore, l'Église catholique en prend pour son grade avec d’autres églises: "Le dogme rigide de l'Église Catholique s'est construit à partir de nombreuses erreurs, tout comme les doctrines de bien des Églises. L'Homme a une double nature. L'une mortelle, son corps, son intellect, son égo... L'autre est immortelle, c'est l'étincelle de Dieu qui existe en chaque être humain et que certains appellent le Soi, d'autres le Bouddha ou le Christ. [notez cet "aspiration" dans les doctrines hindouistes de la révélation chrétienne, qui n'a guère évolué depuis H.P. Blavatsky…] Jésus n'était pas le Christ et il ne l'a jamais été tel que la plupart d'entre vous le croient. Jésus était le Fils de l'Homme. Quand Il a fait le choix volontaire de laisser émerger le Christ en Lui, alors Il est devenu Jésus-Christ, le Fils de Dieu. [cette conception de l'incarnation du Christ en Jésus au cours de sa vie terrestre est presque banale aujourd'hui, tant elle est répandue dans de nombreux mouvements New-Age…] De même le Christ n'a jamais été Jésus, mais Il s'est révélé en Lui par la volonté de sacrifice de Jésus. Car le Christ en vérité est en chacun de nous ! Le Christ est la divinité qui réside en l'Homme ! [ou encore le "Soi", comme il sera dit plus loin. Le message est clair: l'homme est Dieu, il n'appartient qu'à lui de le découvrir.] Jésus a accompli ce que chaque être humain peut et doit réaliser à son tour. Oui je vous le dis, Jésus était. Le Christ quant à Lui, est, et demeurera toujours. N'attendez pas le retour de Jésus Il ne reviendra jamais. La nature de la matière, du corps, est temporelle. Seul l'Esprit est immortel. L'âme de Jésus a continué à évoluer dans l'amour du Christ, dans l'amour de Dieu. C'est pour cela, je vous le dis, chacun d'entre vous est potentiellement le Christ, c'est à dire une pulsion de Dieu, une étincelle d'Amour. Mais il faut préalablement effectuer son chemin de croix et ensuite crucifier son égo afin de ressusciter, et ainsi révéler le Christ en nous. Le Christ qui est chacun de nous." Il y aurait évidemment beaucoup à dire de cette logorrhée, qui manque pour le moins de sérénité dans le propos, sérénité qui est pourtant l'un des attributs des "sages", de ceux qui sont parvenus à "l'éveil"… Le but recherché reste le même: détruire les références chrétiennes, et en particulier l'image de la Parole de fait chair, né miraculeusement par la Vierge Marie, mort pour le salut de ses élus, et ressuscité en ayant vaincu la mort. Puisque nous serions tous des "Christ" en puissance, pourquoi nous attacherions-nous à ce Jésus qui nous est tellement semblable …?

 

Les autres affirmations n'ont rien d'original. On retrouve les habituels "les Maîtres éminents que sont Krishna, Bouddha, Mahomet, Jésus, ... sont Un. C'est la même Voix qui parle à travers Eux, en adoptant simplement un langage différent selon les lieux et les époques pour pouvoir Se faire entendre de tous." et autres "parmi les Initiés, certains, dont ceux énumérés ci-dessus, sont des Maîtres d'exception. Entendez par là qu'ils ont pour chemin de vie de diffuser le Message du Père, d'Allah, de la Conscience Universelle, du Principe Créateur, de Brahman, de Dieu..." Fouchtri fouchtra, mettons tout dans un même sac et agitons fort, il en ressort toujours la même salade…

 

"C'est que beaucoup de séducteurs se sont répandus dans le monde, qui ne confessent pas Jésus Christ venu dans la chair. Voilà bien le Séducteur, l'Antichrist. Ayez les yeux sur vous, pour ne pas perdre le fruit de vos travaux, mais recevoir au contraire une pleine récompense. Quiconque va plus avant et ne demeure pas dans la doctrine du Christ ne possède pas Dieu. Celui qui demeure dans la doctrine, c'est lui qui possède et le Père et le Fils. Si quelqu'un vient à vous sans apporter cette doctrine, ne le recevez pas chez vous et abstenez-vous de le saluer. Celui qui le salue participe à ses œuvres mauvaises." (2 Jean 7-11)

 

jesus-ou-le-mortel-secret-des-templiers-de-robert-ambelain-1016659057_ML

 

 

Robert Ambelain (1907-1998) a sans doute dans ce domaine atteint un summum dans son livre "Jésus ou le mortel secret des Templiers". Bien que ne se rattachant pas au mouvement New-Age, signalons tout de même que c'est en s'appuyant sur des connaissances supérieures "indiscutables", il décrit Jésus comme étant le fils de Marie de Magdala et de Judas (chef zélote notoire) ayant six frères (dont Thomas, son jumeau, comme son nom l'indique), affirme qu'il n'est pas né à Bethléem, qu'il n'a jamais vécu à Nazareth, qu'il a étudié la magie et la kabbale, qu'il se conduit comme un véritable brigand se livrant au pillage, au vol et au meurtre, qu'il est l'auteur de l'Apocalypse… etc., etc.

 

Notons enfin que l'A.M.O.R.C. - Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix fondé en 1909 par Harvey Spencer Lewis (1889-1944) - précise lui aussi que "d’un point de vue rosicrucien, Jésus fait partie des Maîtres qui se sont incarnés à des époques différentes pour guider l’humanité et donner une impulsion à son évolution spirituelle, comme le firent Moïse, Bouddha et Mahomet, pour ne citer que les plus connus. Il ne fait pas l’objet d’un culte particulier dans les enseignements de l’Ordre. Il n’est pas non plus présenté comme étant le Fils unique de Dieu ou comme étant Dieu Lui-même. Cela dit, tout Rosicrucien est libre de le considérer ainsi, notamment s’il est de religion chrétienne. D’après les enseignements de l’A.M.O.R.C., Jésus fut membre de la communauté essénienne établie à Qumrân, en Israël. Comme le confirme la découverte en 1945 des «Manuscrits de la Mer Morte», les Esséniens étaient des mystiques de très haut niveau. On sait également qu’ils consacraient beaucoup de temps à guérir les malades. Il n’est donc pas étonnant que Jésus lui-même fût connu pour ses nombreuses guérisons."… Et l'on se rend bien compte que l'essentiel pour tous ces mouvements, est de ne considérer Jésus que sous l'aspect de son humanité, ce qui, dans le domaine de la littérature également, d'Ernest Renan à Jacques Duquesne, reste la constante de tout esprit qui s'élève contre les religions chrétiennes en général, et catholique en particulier… Signalons que l'A.M.O.R.C. est une organisation répertoriée comme une secte dans le Rapport n°1687 de la Commission Parlementaire du 10 juin 1999. Ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur cette organisme consulteront avec intérêt la page "L'Hérésie Rosicrucienne", hébergée sur le site de Philippe Allard.

 

William Booth, fondateur de l'Armée du Salut, écrivait à la fin du XIX° siècle: "Le plus grand danger du vingtième siècle sera une religion sans Saint-Esprit, des chrétiens sans Christ, le pardon sans repentance, le salut sans nouvelle naissance, la politique sans Dieu et un ciel sans enfer."
Et Albert Schweitzer ajoutait au début du XX° siècle:
"Chaque époque trouve ses propres idées qui se voient reflétées en Jésus; chaque personne en particulier se crée un Jésus à l'image de sa propre personnalité…."

 

"« Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je ? » Simon Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » En réponse, Jésus lui dit : « Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t'est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux »." (Mat 16, 15-17)

 

Un nouveau Messie:
Maitreya
 

Maitreya n'est pas le premier à se présenter comme étant le Christ en personne revenu sur terre. Souvenons-nous de ces deux exemples étonnants qui ont marqué le XX° siècle:

 

George Roux (1903-1981) tout d'abord, qui affirma publiquement en 1954 qu'il était une nouvelle incarnation du Christ, et qui fonda l'Eglise Chrétienne Universelle. Il est connu aujourd'hui sous le nom de "Christ de Montfavet", nom de la commune du sud de la France où il résidait. Ses théories sont contenues dans les trois ouvrages qu'il a publié en 1950-51: "Journal d'un guérisseur", "Paroles du guérisseur", et "Mission divine". On y apprend que Jésus n'était pas le fils de Dieu, mais un guérisseur parmi beaucoup d'autres, que les Évangiles relèvent de la légende, que le péché originel n'existe pas, que la fin du monde interviendra le 1er janvier 1980 au plus tard, etc.. Notons tout de même que Georges Roux se présenta aux élections législatives du 2 janvier 1956, en proposant que Dieu devienne le chef du gouvernement, et en promettant une place au Paradis aux bons électeurs, et qu'il recueilli environ 10.000 voix dans six départements ! L'Alliance Universelle fondée à sa mort par ses deux filles pour perpétuer le mouvement compte aujourd'hui encore près de 1000 membres en France, et 2000 en dehors (Europe, Etats-Unis, Afrique)…

 

Gilbert Bourdin (1923-1998) est sans doute plus célèbre encore. Fondateur de L’Ordre des Chevaliers du Lotus d’Or dans les années 1960, il émigre avec ses proches en 1970 sur le site de la Baume de Castellane dans les Alpes de Haute-Provence, où il bâtit le "Mandarom Shambhasalem", gigantesque construction à sa démesure… Au cours des années 1980, il commence une lutte sans merci contre les "démons": armés de pistolets en plastique, lui et ses adeptes traquent les "atlantes" et les "lémuriens"… Christine Amory, chercheuse au CNRS et présidente du Vajra triomphant, reconnaît avoir participé à ces "combats". Selon elle, la paix relative qui règne dans le monde tient à "l'acquis" des combats de Gilbert Bourdin contre les "égrégors de pensée négative"… En 1981, le gourou fait construire une statue haute de 22 mètres, celle du "Bouddha Maitreya", "synthèse des énergies spirituelles de l’Orient", puis en 1987 la statue du "Christ Cosmique", qui "réunit en elle les énergies de l’Occident mystique". D'autres statues, temples et mosquées suivront sur l'emplacement du Mandarom. Enfin le 22 août 1990, sous le nom d’Hamsah Manarah, il ceint successivement les "sept couronnes des visages de Dieu" ainsi que la tiare du "Grand Pontife du Diamant Cosmique" et se proclame le plus sérieusement du monde devant les caméras de télévision "Messie Cosmo-planétaire". Une statue de 33 mètres de haut a été édifiée en un temps record, à sa propre gloire, "Messie de synthèse entre le Christ, Bouddha et le prophète". Gilbert Bourdin affirme être la réincarnation tout à la fois de Pythagore, de Jésus, de Mahomet et de Napoléon. Accusé de viol sur mineure, il passe quelques jours en prison en 1995. Le 30 juillet 1998, la statue et son socle (soit quelque 2 000 tonnes de béton et d'acier) sont frappés d'un jugement ordonnant leur démolition par le tribunal de Digne, démolition qui aura finalement lieu en 2001. Ils sont encore nombreux aujourd'hui à défendre l'Aumisme, cette religion nouvelle fondée par Gilbert Bourdin, qu'il expliquait lui-même ainsi: "L'étude approfondie des grandes religions, nous persuade aisément qu'elles sont Une par leur essence. Nous considérons notre haut lieu consacré à la prière, à la méditation, comme un Temple de la Religion Universelle, comme un havre pour le pèlerin de l'Absolu, à qui l’on réclame pour tout passeport, ces simples mots en lettres de feu sur le cœur: Amour, charité, sincérité, humilité, discernement spirituel." Notons au passage que le symbole de "l'Hexamide" attaché à l'Aumisme porte les six couleurs de l'arc-en-ciel… O tempora ! O mores… !

 

Venons-en maintenant à Maitreya. Selon le Mahâyânâ de la philosophie bouddhiste, Maitreya est le prochain Bouddha que connaîtra l'humanité: sauveur du monde, qu'il restaurera une dernière fois. Son culte est familier au monde bouddhique. Selon le New-Age, il est bien autre chose, et beaucoup plus que cela…

 

image010

 

Le site Partage International en est le propagateur en France. Voir aussi le site "Domaine du Réseau Tara Canada (Québec) - L'Emergence de Maitreya".

 

Voici quelques extraits des messages délivrés par Maitreya, tels qu'ils sont diffusés sur les sites ci-dessus: A la date du 6 septembre 1977, il déclare: "Mon arrivée est accomplie, ma manifestation, complète. Je suis réellement dans le monde. Bientôt me connaîtrez-vous. Peut-être me suivrez-vous et m'aimerez-vous. Mon amour coule à jamais à travers vous tous. Et cet amour que j'ai pour l'humanité entière m'amène ici. Mes frères et sœurs, mon retour dans le monde est un signal que le nouvel âge, comme vous l'appelez, est commencé. [...] Mes enfants, mes amis, je suis peut-être venu plus tôt que vous ne m'attendiez. Mais il y a tellement à faire, tellement à changer dans le monde. Des hommes ont faim et meurent; plusieurs souffrent inutilement. Je viens changer tout cela. Je viens vous montrer le chemin à prendre ensemble vers une vie plus simple, plus saine et plus heureuse. Non plus homme contre homme, nation contre nation, mais ensemble, en frères, irons-nous vers l'avenir, vers la contrée nouvelle. Et ceux qui y sont prêts verront le visage du Père." (Message n°1)
La perfidie de tels propos saute aux yeux. Maitreya se présente comme unique Sauveur de l'humanité, et présente un chemin qui seul permettra de voir le Père…

 

"« Du lieu où je vais, vous savez le chemin ». Thomas lui dit: « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin ? » Jésus leur dit: « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi. »" (Jean 14, 4-6)

 

Puis il se relie aux Maîtres de Sagesse, qui ont rencontré un tel succès depuis les écrits de H.P. Blavatsky. Le 15 septembre 1977, il affirme: "Mes Frères, les Maîtres de la Sagesse, doivent effectuer leur retour collectif dans le monde; en tant que leur Maître, en tant que l'un d'eux, je fais de même. [...] Je viens aussi pour vous indiquer la voie qui mène à Dieu, la voie du retour à votre Source. [...] Le premier groupe de mes Maîtres de Sagesse est déjà parmi vous, et bientôt les connaîtrez-vous. Aidez-les dans leur travail. Sachez aussi que par vous ils construisent le nouvel âge. Laissez-les vous guider, vous montrer le chemin." (Message n°2)

 

"Entrez par la porte étroite. Large, en effet, et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il y en a beaucoup qui s'y engagent; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il y en est peu qui le trouvent." (Mt 7, 13-14)

 

Le 29 septembre 1977, tout en proclamant la fin des anciennes traditions, il se positionne en chef d'une armée de lumière, qui donnera le jour au nouvel âge promis… Mais de quelle lumière s'agit-il ? Rappelons que Lucifer signifie "Porteur de la Lumière"… "Ma venue signifie la fin de l'ancien ordre des choses. Tout ce qui est inutile et qui ne sert plus la cause de l'homme peut maintenant être abandonné. [...] Paré de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, resplendissant de la Lumière de Dieu, l'homme apparaîtra un jour dans sa divinité. Cela, je vous le promets. [...] Plusieurs m'écouteront, mais pas tous. Néanmoins, le succès de mon armée de Lumière est assuré. Plusieurs me verront bientôt et ne me reconnaîtront point. Plusieurs me verront bientôt et me reconnaîtront. Ce sont les miens. Soyez l'un d'eux." (Message n°4)

 

Le 14 février 1979: "Je fais donc solennellement appel à vous, mes chers amis, pour faire connaître la nouvelle de ma présence parmi vous, aplanissant ainsi le chemin devant moi. Mes fardeaux sont assurément très lourds. Ils pourraient cependant être allégés par votre travail. Je compte sur vous pour agir et me suivre. Ensemble, nous compléterons le Plan." (Message n°61)

 

Et voilà le message du Christ Jésus véritablement inversé:
"Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger." (Mt 11, 28-30)

 

Là où Jésus propose à l'homme qui ploie sous le fardeau un soulagement, Satan demande à l'homme de le soulager de son fardeau à lui… Et quant au "Plan" dont il est question ici, quel est-il sinon celui qu'il a poursuivi depuis sa première révolte: "J'escaladerai les cieux, au-dessus des étoiles de Dieu j'élèverai mon trône, je siègerai sur la montagne de l'Assemblée, aux confins du septentrion. Je monterai au sommet des nuages, je m'égalerai au Très-Haut" (Ésaie 14, 13-14)

 

Maitreya ne cachera d'ailleurs pas le but ultime de ce "Plan". Quelques temps plus tard, il déclare: "Le but de Maitreya est de montrer à l'homme qu'il n'a plus besoin d'avoir peur, que toute la lumière et la vérité résident dans son cœur, et que, lorsque ce simple fait est connu, l'homme devient Dieu." (Message n°98)

 

"Parce que ton cœur s'est enorgueilli, tu as dit: "Je suis un dieu, j'habite une demeure divine..." Alors que tu es un homme et non un dieu, tu te fais un cœur semblable au cœur de Dieu." (Ez 28, 2)

 

maitreya

 

Benjamin Creme, dans son livre "Maitreya, le Christ du Nouvel Âge", explicite ainsi le retour de ce nouveau "sauveur": "Lorsqu'on parle du retour de Maitreya, il faut bien garder présent à l'esprit que l'image est symbolique car jamais Maitreya n'a quitté la terre. Lorsqu'il a dit adieu à ses disciples. il leur a promis de rester avec eux jusqu'à la fin du cycle. Comme il partit, de même il reviendra, "sur les nuées du ciel". Pour certains, cette affirmation est une allusion à l'incarnation progressive du Christ dans les éthers denses de la terre. Bien entendu, il n'a jamais été question d'un Christ s'élevant dans un nuage ou une nuée pour disparaître à la vue de ses disciples, car en fait, c'est le nuage qui le rendit invisible lorsqu'il s'éleva sur un plan que désormais seuls quelques rares adeptes pouvaient franchir. Les archives de la G.F.B. [Grande Fraternité Blanche] mentionnent la prophétie biblique du Christ revenant par les airs en ces termes: "Ces mots ont davantage de sens aujourd'hui que lorsqu'ils furent écrits il y a presque 2000 ans, car ce conflit mondial est éminemment aérien"."

 

"Prenez garde qu'on ne vous abuse. Car il en viendra beaucoup sous mon nom, qui diront: "C'est moi le Christ", et ils abuseront bien des gens…" (Mat 24, 5)

 

Le couple Daniel MeuroisAnne Givaudan rapporte en 1982 dans "Par l'esprit du Soleil" cet appel du "Christ Cosmique": "Vos religions explosent, par-delà les limites de leurs dogmes. Vous vous laisserez entraîner dans la Danse Divine, recevant une incroyable vibration de vérité et d'amour. Ouvrez-vous ! Ceux qui s'accordent aux nouvelles fréquences vibratoires verront leur vie devenir un émerveillement plus grand de jour en jour. Je suis le Christ. Prenez et buvez, car ceci est mon sang. Le temps est venu, acceptez les présents que j'apporte. N'encombrez pas votre chemin de rituels ! Bientôt les médias proclameront: Réjouissez-vous, réjouissez-vous ! Le Seigneur est arrivé !"

 

"Alors si quelqu'un vous dit: "Voici : le Christ est ici !" ou bien : "Il est là !", n'en croyez rien. Il surgira en effet, des faux Christs et des faux prophètes, qui produiront de grands signes et des prodiges, au point d'abuser, s'il était possible, même les élus. Voici que je vous ai prévenus." (Mat 24, 23-25)

 

baba92

 

Pour clore ce chapitre, n'omettons pas Saï Baba, déjà cité. Sathya Sai Baba est né à Puttaparthi, petit village de l'Inde du Sud, le 23 novembre 1926. Le 29 octobre 1940, à l'âge de 14 ans, il déclare à sa famille et aux gens de son village qu'il portera désormais le nom de Sai Baba, et qu'il a pour mission de régénérer la spiritualité de l'humanité en enseignant les plus hauts principes de vérité, d'action juste, de paix et d'amour divin et en montrant comment les appliquer. Il explique de façon plus détaillée cette "mission" dans une lettre qu'il envoie à son frère en 1947: "J'ai une tâche bien précise, celle de protéger l'humanité tout entière et de garantir à tous une vie pleine de félicité. J'ai fait un serment, celui de reconduire tous ceux qui se sont éloignés du droit chemin dans le bon et de les sauver. Je suis très attaché à ce travail que j'aime: éliminer les souffrances des pauvres et leur faire don de tout ce qui leur manque." Vaste et beau programme !

 

Mieux encore: on apprend sur l'un des nombreux sites qui lui sont consacrés (http://perso.wanadoo.fr/revue.shakti/saibaba.htm) qu'il "émerveille le monde par des miracles quotidiens (guérisons spectaculaires, matérialisation de bijoux, de vibhuti, de lingams, etc... dont peuvent témoigner des milliers de personnes). Il a fondé des écoles, une université, un hôpital... Il a maintenant un million d'adeptes dans le monde." Un nouveau saint en ce monde ? Grattons donc un peu le vernis…
Sur ce même site internet, il est également dit qu'"Il a annoncé qu'il resterait sur Terre jusqu'à l'âge de 95 ans, et qu'en 2030, la 3ème incarnation se ferait sous le nom de Prema (Prema veut dire amour en sanskrit), en précisant qui seraient le père et la mère."... Vous avez dit "3° incarnation" ?

 

Saï Baba se présente en effet comme une des incarnations du "Seigneur" (discours de Saï Baba du 23 novembre 1968) : "Je M'incarne d'ère en ère pour protéger les hommes vertueux, pour détruire ceux qui se complaisent dans le Mal, pour établir la Moralité et la Vertu sur une assise ferme. A chaque fois qu'asanthi (le désordre) règne de part le monde, le Seigneur s'incarne et prend forme humaine de façon à indiquer à l'humanité le chemin de la Paix. De nos jours, les conflits et la discorde détruisent la Paix et l'Unité tant dans les familles que dans les écoles, tant dans le domaine religieux que social, et toutes les nations sont en crise. Les saints et les sages ont attendu avec impatience l'Avènement du Seigneur, les saddhus (sages) ont prié avec ferveur, et Je suis venu. Dans aucun de Mes discours Je ne fais allusion à Sai Baba, bien que comme Avatar (*), Je porte ce nom. En fait, Je n'apprécie pas le moins du monde que l'on fasse des différences entres les diverses apparences du Seigneur, telles que Sai, Rama, Krishna. Jamais non plus, Je n'ai dit que l'une de ces incarnations était supérieure à l'autre. Continuez donc à rendre hommage à la forme de Dieu que vous avez choisie, selon les rites qui vous sont familiers, et vous vous rendrez compte que vous vous rapprochez de Moi. Car tous les noms et toutes les formes sont les miennes. Aucun besoin de changer la forme qui vous séduit le plus pour en adopter une autre après M'avoir vu et entendu."
Eloquent ! Est-il besoin d'ajouter un commentaire ?

 

(*) : Dans l'hindouisme, un Avatar est une incarnation divine qui prend naissance dans un corps humain qui possède, de part sa nature, les facultés d'omnipotence, d'omniprésence et d'omniscience.

 

12316407_10207338141424135_6206283583651186973_n

 

Les Anges  

En ce début du XXI° siècle, l'homme redécouvre l'existence de l'Ange gardien. Voilà qui est bien ! Mais ce retour des Anges sur le devant de la scène mène à de nombreux excès, preuve parmi d'autres la prolifération d'écrits publiés aujourd'hui sur ce thème: l'ésotérisme, le spiritisme et l'illuminisme accaparent une grande part de ce nouveau marché... Comme le rappellent les Editions Bénédictines :

 

" En ce domaine, la fragilité humaine, les superstitions, le monde et ses illusions, les pièges de l'Ennemi font merveille et ... désillusion ! " (*)
" Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous déguisés en brebis,
mais au-dedans sont des loups rapaces. C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. "
Matthieu 7, 15-16.

 

Les mouvements New Age tentent de désacraliser ces Esprits célestes, à commencer par nos Anges gardiens auxquels ils attribuent un nom, fonction de notre date de naissance. Ajoutons à cela un rituel fait de parfums et de couleurs choisis pour les invoquer, et l'on aura compris qu'ils deviennent alors de simples esprits évolués, prêts à obéir à nos moindres caprices.

 

Le Livre d'Hénoch, bien connu du Nouvel Âge, apocryphe célèbre d'après l'Exil, dans une section datant probablement du II° siècle av. J.-C., fixe ainsi le nom et la fonction des Archanges, selon un procédé qui consiste à joindre le suffixe " El " (la divinité) à une racine désignant la fonction ou la qualité angélique. Voici le passage en question:

 

" Voici les noms des saints Anges qui veillent: Uriel (ou Ouriel), l'un des saints Anges, celui du monde et du tartare; Raphaël, l'un des saints Anges, celui des âmes des hommes; Raguel (ou Ragouel), l'un des saints Anges, qui tire vengeance du monde des luminaires; Michaël (ou Mikaël, ou Michel), l'un des saints Anges, préposé aux meilleurs des hommes, à la garde du peuple; Saraqiel (ou Sariel), l'un des saints Anges, préposé aux esprits des enfants des hommes qui pèchent contre les Esprits; Gabriel, l'un des saints Anges, préposé au paradis, aux dragons et aux Chérubins; Remiel, l'un des saints anges, que Dieu a préposé sur les ressuscités. Ces Archanges ce sont les sept noms ". Livre d'Hénoch, traduit sur le texte éthiopien, chap. 20, 1-8, Paris, Letouzey et Ainé, 1906.

 

Dans ce même Livre, un autre Archange figure dans la liste des " Quatre Anges du Seigneur des Esprits ", Phanuel: "… Après cela je demandai à l'Ange de paix qui marchait avec moi et me montrait tout ce qui est caché : " Quels sont ces quatre visages, que j'ai vus et dont j'ai entendu et écrit la parole ? " Et il me dit: " Le premier est le miséricordieux et le très patient Michaël; le second qui est préposé à toutes les maladies et à toutes les blessures des enfants des hommes, est Raphaël ; le troisième, qui est préposé à toute force, est Gabriel; et le quatrième, qui préside au repentir, pour l'espoir de ceux qui hériteront la vie éternelle, son nom est Phanuel. " Ce sont là les quatre Anges du Seigneur des Esprits, et les quatre voix que j'ai entendues en ces jours." Livre d'Hénoch, chap. 40, op. cité.

 

A noter que l'on trouve également en ce Livre d'Hénoch les anges des quatre saisons, l'ange en forme de soleil, l'ange préposé aux choses cachées, l'ange chargé d'apaiser les dissensions entre les chérubins, mais également les anges gardiens des soixante-dix nations, les quinze mille anges diurnes et huit mille anges nocturnes attelés au char solaire… et bien d'autres encore.

 

Prenant appui sur des textes rattachés aux traditions cabalistiques, quelques sites proposent un tableau très précis de 72 noms d'Anges, qui se partageraient les 360° du zodiaque par petite tranche de 5° (72x5=360).
Respectant l'ordre des 9 hiérarchies angéliques (Séraphins - Chérubins - Trônes - Dominations - Puissances - Vertus - Principautés - Archanges - Anges) et commençant au signe du Bélier (21 mars), 8 noms d'Anges sont ainsi attribués par catégorie (9x8=72), chacun de ces noms étant relié à une période de "temps" couvrant 4 à 6 jours. Reste à savoir combien d’anges ont met sur la pointe d’une aiguille…

 

Bible trafiquée
Églises mortes
 

Nombre de "révélations" reçues par les Maîtres à penser du Nouvel Age laissent entendre que les textes Bibliques, et particulièrement les Évangiles ont été trafiqués volontairement par l'Église.

 

Samuaël Aun Weor (1917-1977), déjà cité, affirme (dans "Le Livre jaune") que "nous, les gnostiques, nous sommes les seuls à posséder les textes grecs originaux des saintes Ecritures, à l'intérieur de notre sainte Eglise gnostique. La Bible est le livre sacré des gnostiques et seuls les gnostiques peuvent la comprendre. La Bible luthérienne est fondée sur les travaux de saint Jérôme qui, se conformant aux ordres qu'il avait reçus du pape Damase 1°, a dû arranger les choses pour les accommoder aux intérêts du catholicisme romain…"

 

Annie Besant (1847-1933), qui a succédé à Henry Steel Olcott à la tête de la Société de Théosophie en 1907, conseillée par un ex-ecclésiastique anglican du nom de Leadbeater (1854-1934), présente un jeune adolescent Hindou, Krishnamurti (1895-1986) comme le nouveau Messie. "Christ" pour les Occidentaux, Bodhisattwa "Maitreya" pour les Orientaux, il est l'Instructeur Mondial qui rassemblera toutes les religions en une seule: voilà ce qui a été enseigné à Annie Besant par les Maîtres Invisibles. Krishnamurti mettra fin lui-même à cette imposture, en rejetant la Société de Théosophie et ce personnage qu'on lui a collé sur le dos, prêchant dès lors une Théosophie "réformée", qui lui vaudra d'acquérir une réputation internationale. Il compte encore aujourd'hui de nombreux adeptes. L'essentiel de son enseignement est contenu dans sa déclaration de 1929, où il affirme que "la Vérité est un pays sans chemin". En 1980, il redit à propos de cette Vérité : "Aucune organisation, aucune foi, nul dogme, prêtre ou rituel, nulle connaissance philosophique ou technique de psychologie ne peuvent y conduire l'homme. Il lui faut la trouver dans le miroir de la relation, par la compréhension du contenu de son propre esprit, par l'observation et non par l'analyse intellectuelle ou la dissection introspective." Rejet des religions établies, des Textes Sacrés, des dogmes et des rituels… La Vérité se trouve en l'homme. Eileen Caddy et Paolo Coelho n'affirment rien d'autre aujourd'hui, lorsqu'ils appellent à écouter notre "voix intérieure"…

 

La vérité est unique et le mensonge est multiple il nya qu'un seul dieu unique soit vous le cherchez soit vous perdez votre temps avec ces courants sectaires qui vous ameneront dans la 7 e sphere et cela pour leternité c'est votre choix , malgrès votre sincérité vous netes pas a l'abri de trahison et de mensonge cherchez le nom de dieu en arameen en langue semitique demandez a dieu de vous guider vers la verité et si vous etes sinceres vous aurez un reve comme reponse c'est Dieu qui guide qui il veut suivant la grandeur de votre coeur , la vie est juste un test pour savoir qui de nous se comporterez le mieux  alors oeuvrez  ........Rjames

http://levigilant.com/documents/nouvel_age.html#bk6