Le complément que prennent (secrètement) les médecins

81 % des professionnels de la santé prennent un complément de multivitamines et minéraux, selon une étude réalisée aux Etats-Unis. (1)

 

tumblr_np6phjcHMQ1ri06y7o1_500


Ces bons conseils, qu'ils s'appliquent à eux-mêmes, ils ont pourtant tendance à "oublier" d'en parler à leurs patients. La majorité de la population aux Etats-Unis, ne prend toujours aucun complément alimentaire pour sa santé. Elle reste victime de la propagande des grands médias visant à faire croire qu'il suffit de manger "équilibré" pour ne manquer de rien.

Quant aux populations européennes, elles sont encore dans leur quasi-totalité au Moyen-Âge de la nutrition, les personnes prenant des multivitamines étant considérées comme des bêtes curieuses, de doux écologistes voire d'inquiétants individus à tendance sectaire, à faire surveiller de près par la police de la Santé.

On sait pourtant que le mode de vie moderne, le stress, la pollution, l'âge (qui réduit l'absorption des nutriments) font que même l’alimentation la plus saine et la plus variée ne garantit pas un apport optimal de toutes les vitamines, minéraux, acides aminés et acides gras essentiels.

Nous consommons en outre beaucoup d'aliments et de composés inhibiteurs comme le café, le thé, les boissons gazeuses, le soja non fermenté et l’alcool, qui diminuent l’absorption de certains nutriments. Les premières victimes de cette hécatombe sont le fer, le zinc, le calcium et l’acide folique. De plus, la fumée du tabac peut aussi détruire les vitamines.

Enfin, de nombreux médicaments provoquent des pertes en nutriments ou une diminution de leur absorption. Il est pourtant rarissime qu'un médecin prescrive, en même temps qu'un médicament, la prise de multivitamines pour en compenser les effets.

Mais ce n'est pas une raison pour ne rien faire, et "oublier" à notre tour de prendre soin de notre propre santé. De nombreuses études ont démontré l'intérêt essentiel de prendre des multivitamines quotidiennement. D'abord bien sûr, parce qu'elles aident à prévenir de nombreuses maladies graves (plus à ce sujet ci-dessous), mais surtout parce que, tout simplement, la supplémentation diminue la perception subjective du stress, de la fatigue et de l'anxiété à hauteur de 30 % environ, selon une très sérieuse étude menée par des chercheurs de l'université de Swansea en Angleterre. (2)

Prendre des multivitamines améliore donc le moral et la qualité de vie, en plus d'avoir des effets bénéfiques contre les maladies.

Effets bénéfiques majeurs sur la santé

La réticence des professionnels de santé à parler à leurs patients de l'importance des vitamines est d'autant plus incompréhensible que cela fait maintenant plus de dix ans qu'il est établi scientifiquement qu'elles sont indispensables pour la santé.
Une synthèse générale de toutes les études réalisées sur les multivitamines a en effet été publiée en 2002 et a conclu que, par mesure de prudence, tous les adultes devraient prendre quotidiennement une multivitamine afin de prévenir certaines maladies comme le cancer, les maladies cardiovasculaires et l'ostéoporose. (3) (4)
Cette position est également celle du plus éminent spécialiste de la nutrition au monde, le Docteur Walter Willett, directeur du Département de nutrition de l’école de santé publique de l’Université de Harvard. Le Dr Willet va même plus loin encore puisqu'il considère que la fameuse "pyramide alimentaire doit inclure, pour être complète et optimiser la santé, la prise quotidienne de multivitamines. (5)

Les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants d'abord

Bien entendu, certaines personnes sont plus concernées encore que les autres.
Ce sont les personnes âgées qui ont le plus besoin de prendre des multivitamines à cause, notamment, d'un régime alimentaire inadéquat : manque d'appétit, difficulté de mastication, solitude, etc., et d'une mauvaise absorption des nutriments. (6)
Viennent ensuite les femmes enceintes. Les gynécologues prescrivent en général la prise d'acide folique (vitamine B9), qui est efficace pour réduire la fréquence des malformations du tube neural.
Mais la consommation de multivitamines prénatales (elles contiennent généralement toutes au moins 400 µg d'acide folique) pourrait également prévenir d'autres malformations du foetus.
En outre, les auteurs d’une méta-analyse de sept études épidémiologiques ont conclu en 2007 que la prise de multivitamines durant la grossesse est associée à un risque moindre de tumeurs au cerveau, de tumeur du système nerveux sympathique (neuroblastome) et de leucémie chez les enfants. (7)(8)
Chez ceux-ci, la prise de multivitamines durant les premières années de vie pourrait réduire le risque de souffrir d’allergies à l’âge scolaire, selon une étude épidémiologique faite auprès de 2 423 enfants américains (9) et améliorer le Quotient Intellectuel (QI).

De multiples études confirment l'intérêt des multivitamines contre les maladies graves

Les autorités médicales des pays occidentaux établissent des apports journaliers recommandés (AJR) qui servent de guide en matière de nutrition et de santé.
La manière dont les taux sont déterminés est toutefois hautement contestable, car ils définissent en général le niveau à partir duquel apparaissent des maladies évidentes liées à des carences, comme par exemple le scorbut pour la vitamine C, l'anémie pour le fer ou le rachitisme pour la vitamine D.

En réalité, prendre des multivitamines ne sert pas à éviter les maladies liées aux carences, mais à optimiser l'état de santé, notamment en minimisant les risques de maladies graves.

On sait par exemple, grâce à la grande étude française SUVIMAX, menée à double insu avec placebo pendant plus de 7 ans, auprès de 12 741 sujets âgés de 35 ans à 60 ans, que la prise de multivitamines à des doses nutritionnelles (ANR) pourrait diminuer l’incidence du cancer chez les hommes. (10) Et pourtant, SUVIMAX n’a étudié que la prise de doses très faibles de quelques vitamines seulement, loin des dosages optimaux !

Prendre un supplément de multivitamines pourrait, à long terme, se traduire par une réduction de 40 % du risque de subir un infarctus du myocarde (crise cardiaque). C’est ce qu’indiquent les résultats d’une étude suédoise menée auprès d’environ 34 000 femmes de 49 ans et plus, suivies durant une dizaine d’années. (11)
Au cours d’un essai clinique mené en Chine, 2 141 personnes âgées de 45 ans à 74 ans ont pris chaque jour durant 5 ans soit un placebo, soit deux capsules de multivitamines et 15 mg de bêta-carotène. Chez les personnes de 65 ans à 74 ans, il y a eu nettement moins de cataractes que chez celles du groupe placebo. (12)

Il ne fait donc pas de doute que les multivitamines devraient figurer aujourd'hui au centre de l'arsenal médical, pour prévenir les maladies graves chez les enfants, les adultes, comme chez les personnes âgées. Le silence que les autorités de santé parviennent à maintenir sur ce sujet est donc extrêmement inquiétant sur leur objectivité et leur indépendance vis-à-vis des grandes sociétés pharmaceutiques, qui ont elles, au contraire, intérêt à ce qu'un maximum de personnes "oublient " ce dispositif essentiel dans la prévention des maladies.

Quelles multivitamines choisir ?

Le site lanutrition.fr a publié en octobre 2012 un comparatif des 35 compléments alimentaires associant vitamines et minéraux parmi les plus vendus ou les plus prisés sur le marché, soumises à un panel de cinq experts indépendants. (13)
Les deuxième et troisième positions sont occupées par le NuVitamin' et le NuPower de Nutriting. Celui qui obtient la médaille d'or est le Daily 3® de Supersmart.
Cette première place n'a provoqué aucune surprise, Daily 3® étant un produit à part, que ce soit par la qualité de ses ingrédients, sa richesse nutritionnelle, ou son rapport qualité-prix.
Il contient en effet pas moins de 39 nutriments, dont bien entendu les vitamines A, B, C, D, E et K aux doses physiologiques optimales selon la littérature médicale la plus récente, mais il faut de plus noter la forme avancée de vitamine B9 (acide folique), le mélange de tocophérols, la présence des tocotriénols (une forme de vitamine E importante mais dont le coût élevé fait qu'elle est habituellement discrètement" mise de côté par les fabricants...), le bon niveau d'apport en vitamine C, et surtout le niveau extraordinaire de vitamine D3 (1000 UI par dose de 3 gélules), introuvable ailleurs.

Mais l'intérêt de Daily 3® ne s'arrête pas là, loin de là. D'abord, notons la présence de plusieurs ingrédients brevetés (OptiBerry® pour les yeux, Biopérine® pour améliorer l'assimilation des autres nutriments), de resvératrol (le "super" anti-oxydant), de lutéine et de zéaxanthine (efficaces contre la dégénérescence maculaire liée à l'âge, et la cataracte). Mais le Daily 3® contient en plus de l'extrait de thé vert, de l'extrait de grenade, de l'extrait de feuille d'olivier, de la biotine, du molybdène, du bore et du sélénium, entre autres, ce qui en fait déjà la "Rolls-Royce" des multivitamines, mais surtout, surtout...

L'ange sur le capot de la Rolls-Royce

Si Daily 3® est vraiment la Rolls-Royce des multivitamines, "l'ange sur son capot", autrement dit la touche supplémentaire qui marque de façon définitive la différence avec tous les autres, est la PQQ (pyrroloquinoline quinone) qui entre dans sa composition. La PQQ est le premier supplément nutritionnel anti-âge qui génère de nouvelles mitochondries et assure ainsi la longévité de toutes les cellules.

Il est donc tout-à-fait exceptionnel d'en trouver dans un complément de multivitamines, aussi sophistiqué qu'il soit.

Pour rappel, les mitochondries sont les centrales énergétiques des cellules qui leur permettent de fonctionner à plein rendement. Présentes en quantité importante chez les jeunes personnes, elles disparaissent peu à peu avec l’âge et celles qui restent sont moins efficaces et produisent plus de déchets. De ce dysfonctionnement, il résulte un déficit énergétique majeur qui se retrouve impliqué dans la plupart des maladies dégénératives liées au vieillissement : troubles physiques et cognitifs, dégradation cellulaire accélérée, troubles cardiovasculaires...

Plusieurs composés présents dans Daily 3® permettent d'améliorer le fonctionnement des mitochondries existantes, comme le resvératrol. Mais la PQQ active les gènes qui gouvernent la reproduction, la protection et la réparation des mitochondries, ce qui est une avancée exceptionnelle.

La PQQ est une puissante arme antioxydante, bien supérieure aux antioxydants classiques pour protéger l’ADN mitochondrial. En transférant une très grande quantité d’électrons, elle neutralise les principaux radicaux libres qui entravent le bon fonctionnement des mitochondries sans subir aucune dégradation moléculaire. La PQQ a donc une efficacité optimale dans la lutte contre les maladies dégénératives liées à l’âge et les baisses d’énergie des deux organes les plus importants du corps : le cerveau et le cœur.

Mais ses effets bénéfiques ne s'arrêtent pas là : la PQQ protège remarquablement les cellules du cerveau contre les dommages oxydatifs et la neurotoxicité induite par des toxines y compris le mercure. Elle améliore les performances aux tests de mémoire et interagit de façon positive avec les systèmes de neurotransmetteurs du cerveau. Selon certaines études, elle empêche le développement d’une protéine associée à la maladie de Parkinson et protège également les cellules nerveuses contre les ravages oxydatifs de la protéine bêta-amyloïde associée à la maladie d’Alzheimer.

Une récente étude, en double aveugle et avec placébo, a montré qu’une dose quotidienne de 10 à 20 mg de PQQ améliorait fortement la mémoire à court terme ainsi que les possibilités de concentration chez de jeunes adultes comparés au groupe témoin ne recevant que la dose placébo.

Le Daily 3® : tranquillité d'esprit garantie

Beaucoup de multivitamines vendues dans le commerce contiennent du fer et/ou du cuivre, alors qu'ils ont un effet pro-oxydant notables, et qu'ils sont donc néfastes pour les personnes qui ne souffrent pas de carence.

Daily 3® ne tombe pas dans ce travers et ne contient ni fer ni cuivre. C'est donc une multivitamine qui ne vous apporte que des bienfaits.

C'est un produit qui est recommandé pour l'adulte : prendre 3 gélules par jour, une avec chaque repas.

 

------------------------------------------------- Références :

(1) 1. Gardiner P, Woods C, Kemper KJ. Dietary supplement use among health care professionals enrolled in an online curriculum on herbs and dietary supplements, BMC Complementary and Alternative Medicine, 12 juin 2006. L’étude est accessible en format PDF à l’adresse suivante : www.biomedcentral.com [consulté le 16 juin 2006].
(2) Sara-Jayne Long, David Benton. Effects of Vitamin and Mineral Supplementation on Stress, Mild Psychiatric Symptoms, and Mood in Nonclinical Samples: A Meta-Analysis. Psychosom Med PSY.0b013e31827d5fbd; published ahead of print January 29, 2013, doi:10.1097/PSY.0b013e31827d5fbd
(3) 1. Fletcher RH, Fairfield KM. Vitamins for chronic disease prevention in adults: clinical applications.JAMA. 2002 Jun 19;287(23):3127-9.
(4) Fairfield KM, Fletcher RH. Vitamins for chronic disease prevention in adults: scientific review.JAMA. 2002 Jun 19;287(23):3116-26.
(5) Willett WC, Stampfer MJ. Clinical practice. What vitamins should I be taking, doctor?.N Engl J Med. 2001 Dec 20;345(25):1819-24.
(6) Johnson KA, Bernard MA, Funderburg K. Vitamin nutrition in older adults. Clin Geriatr Med. 2002 Nov;18(4):773-99. Review.
(7) Prenatal multivitamin supplementation and rates of congenital anomalies: a meta-analysis. Goh YI, Bollano E, et al. J Obstet Gynaecol Can. 2006 Aug;28(8):680-9. Review.
(8) Prenatal multivitamin supplementation and rates of pediatric cancers: a meta-analysis. Goh YI, Bollano E, et al. Clin Pharmacol Ther. 2007 May;81(5):685-91. Review.
(9) Use of multivitamin supplements in relation to allergic disease in 8-y-old children. Marmsjö K, Rosenlund H, et al. Am J Clin Nutr. 2009 Oct 28.
(10) Hercberg S, Galan P, et al. The SU.VI.MAX Study: a randomized, placebo-controlled trial of the health effects of antioxidant vitamins and minerals. Arch Intern Med. 2004 Nov 22;164(21):2335-42.
(11) Rautiainen S, Akesson A, et al. Multivitamin use and the risk of myocardial infarction: a population-based cohort of Swedish women. Am J Clin Nutr. 2010 Sep 22.
(12) The Linxian cataract studies: two nutrition intervention trials. Sperduto RD, Hu TS, et al. Arch Ophthalmol 1993;111:1246 –53.
(13) http://www.lanutrition.fr/bien-comprendre/les-complements-alimentaires/comparatif-des-complements-alimentaires-multivitamines-pour-adultes.html

Posté par rusty james à 15:54 - - Permalien [#]
Tags : , ,


Honduras : à la découverte d'une mystérieuse cité perdue du roi singe

ob_a5ad96_lost-city-of-the-monkey-god

Découverte de la "cité blanche", perdue au cœur de la jungle...Il est encore possible de découvrir de nouveaux sites archéologiques au XXIe siècle. La preuve dans la région de La Mosquitia, dans le nord-est du pays.
Une expédition menée conjointement par des chercheurs américains et honduriens a permis la découverte de la “cité blanche”, un site archéologique jamais exploré auparavant, relate le quotidien du Honduras La Prensa. Les premières photos de cette cité ont été publiées lundi 2 mars sur le site du magazine National Geographic.
L’expédition de 2015 a été supervisée par l’université du Colorado, l’université du Honduras et l’Institut hondurien d’anthropologie et d’histoire (IHAH), avec à sa tête l’archéologue américain Christopher Fisher. 
Cinquante-deux pièces archéologiques ont été découvertes. Parmi ces objets figure la sculpture d’une tête de jaguar, probablement la réincarnation d’un chaman. Selon un membre de l’équipe de chercheurs, ces objets dateraient de 1 000 à 1 400 après J.-C.
 

ob_ae2d8d_01lostcity-16x9-ngsversion-315d7021d20

 

 

Un dieu singe bien protégé…

 

La “cité blanche”, ou encore la “cité du dieu singe”, suscite les passions depuis plusieurs décennies. Elle est située en plein cœur de la forêt tropicale du Honduras, dans la région de La Mosquitia, dans le nord-est du pays. Au XVIe siècle déjà, le colon espagnol Hernán Cortés évoquait cette cité perdue dans une lettre adressée au roi d’Espagne, raconte La Prensa.
En 1940, l’explorateur nord-américain Theodore Morde mentionne dans ses écrits l’existence de cette cité perdue après une expédition de cinq mois dans la jungle hondurienne. Les indigènes qu’il a rencontrés sur place auraient évoqué l’existence d’une statue d’un dieu singe au sein de la cité. Il refusa néanmoins de divulguer la localisation du site afin d’éviter qu’il ne soit pillé. Theodore Morde fut retrouvé mort peu de temps après sans avoir dévoilé l’emplacement du site.

 

 
 
Secret d’Etat…

 

      Capture d'écran du site National Geographic à propos d'une cité perdue au Honduras, le 3 mars 2015.

 

C’est en 2012 que les ruines ont été identifiées grâce à une excursion dirigée par des chercheurs de l’université de Houston et du Centre américain de cartographie par laser aéroporté, rapporte le quotidien hondurien El Heraldo. Un avion équipé d’un scanner a survolé la vallée tout en sondant la jungle à l’aide d’un laser.

 

Les chercheurs ont alors pu réaliser une carte en 3D révélant la présence de ruines archéologiques. Porfirio Lobo Sosa, président du Honduras à l’époque, avait annoncé que toute coordonnée en relation avec la “cité blanche” relevait du secret d’Etat. Aujourd’hui, ces coordonnées restent protégées

 

“Le gouvernement hondurien désire protéger ce site, mais n’a pas l’argent nécessaire. Nous avons d’urgence besoin d’une aide internationale”, explique Virgilio Pardes Trapero, directeur de l’IHAH. Selon le National Geographic, cette découverte pourrait être la plus importante du début du XXIe siècle
 
Source : Courrier international

 

ob_b590de_0403-honduras

 

Cette civilisation prospère il y a mille ans, a disparue depuis. Parmi les restes, figurent une imposante pyramide de terre, des monticules, de vastes places, des sculptures, et des sièges cérémoniels. Des constructions et des objets retrouvés dans un état exceptionnel, précise la revue scientifique

 

 Localisation toujours secrète, pour sois disant conserver le site et éviter le pillage !

Certes, cela peut sembler logique et crédible à première vue, mais comme nous l'avons vu plus haut, en 1940, l’aventurier Theodore Morde était ressorti de la jungle hondurienne en possession de nombreux objets de cette cité, mais il s’était suicidé avant de dire où se trouvait le site archéologique.

vlcsnap-257363

Un étrange suicide !
Le 26 Juin 1954, Theodore Morde a été retrouvé pendu dans la stalle de bain de ses parents à Dartmouth, Massachusetts. Sa mort a été jugée comme un suicide par le médecin légiste. Certaines sources normalement fiables confirment dans un rapport écrit beaucoup plus tard, que Theodore Morde avait été écrasé par une automobile à Londres, en Angleterre "peu de temps" après son expédition au Honduras. ?!
Lors de cette nouvelle re-découverte en 2015, et à la demande pressante des scientifiques, le gouvernement hondurien a envoyé des forces de l'armée pour protéger le site.
Contrairement à la civilisation Maya dont on connaît beaucoup de choses, cette culture a été très peu étudiée et demeure largement inconnue. D’ailleurs, les archéologues ne lui ont pas encore donné de nom. Mais cette découverte exceptionnelle pourrait changer la donne. D’autant que “la préservation du site est unique”, explique Christopher Fisher, un archéologue américain spécialiste de la Mésoamérique. 
L’équipe, qui est retournée sur le site en mars dernier, a également découvert une cache extraordinaire contenant des sculptures en pierre restées inviolées depuis l’abandon de la cité.
Ils ont également trouvé une cinquantaine d’artefacts, dont une belle collection de métates, de la vaisselle finement décorée de serpents, de vautours et de figures zoomorphiques. Un des objets les plus saisissants est une tête d’”homme-jaguar”. D’après Oscar Neil Cruz, à la tête de l’Institut d’Anthropologue et d’Histoire du Honduras, ces artefacts dateraient du XVe siècle au moins.
Avis perso, je pense qu'il y a bien d'autres choses de bien plus saisissants que cette tête d'homme jaguar, on nous enfume !
En plus de cette menace de pillage, l’équipe craint les conséquences de la déforestation qui ravage la faune et la flore, ainsi que les probables richesses archéologiques que recèlent encore son sol. Bref, on ne nous dit pas tout...



honduras

 

Les 52 pièces archéologiques découvertes sur le site depuis mars 2015, ne serait que le sommet de l'iceberg, car les archéologues s'attendent à retrouver beaucoup d'autres vestiges sous terre, parfaitement conservée et restée inviolée !

 

 Une mystérieuse civilisation…

 

 Mais plutôt qu’une cité perdue, l’archéologue Christopher Fisher pense en avoir trouvé de nombreuses. Toutes auraient appartenu à une mystérieuse civilisation presque inconnue des spécialistes. À tel point qu’ils n’ont même pas de nom pour elle !
La première mention de l’antique cité date du 16e siècle. Le célèbre conquistador Hernán Cortés y faisait référence dans une lettre adressée au roi d’Espagne. L’endroit aurait servi à l’époque de refuge pour les populations fuyant la colonisation espagnole
 
Des expéditions se sont ainsi succédé dans les années 20 à la recherche de la ville mythique. C’est à cette période qu’est apparu le nom de "cité blanche", faisant référence à l’observation de constructions en pierres blanches par le célèbre aviateur Charles Lindbergh en 1927.
Il a fallu attendre 1940 et l’expédition couronnée de succès de Theodore Morde pour voir apparaître le nom de « cité perdue du dieu singe. » L’aventurier était revenu avec des milliers d’artefacts et des témoignages d’indigènes. Ceux-ci lui avaient assuré qu’il y avait avant un temple au sommet duquel se trouvait la statue du dieu singe. Des sacrifices étaient même réalisés au pied de cette statue à en croire ses guides.

ob_7ff967_la-cit10

Les fouilles commencent dans une mystérieuse cité perdue au Honduras

Un cinquième responsable du Planning familial américain évoque le trafic– de fœtus avortés vivant

big-199740050f3

Le Center for Medical Progress, organisme américain, vient de publier une nouvelle vidéo dans laquelle on peut voir un cinquième dirigeant du Planning familial évoquer la vente d’organes de fœtus avortés, et même en l’occurrence de fœtus avortés « intacts ». Le doute n’est plus permis : en quelques jours, cinq responsables de l’organisation américaine reconnaissent, ne sachant pas qu’ils sont filmés, que le Planning familial vend des organes de bébés avortés, à des fins de recherche médicale… Ces vidéos sont le fruit du travail du journaliste d’investigation David Daleiden et de ses collaborateurs qui se sont fait passer pendant deux ans et demi pour les membres d’une fausse société, Biomax Procurement Services, qui aurait cherché à s’installer sur le marché des intermédiaires entre la recherche médicale et les cliniques d’avortement.
 

Un cinquième responsable du Planning familial américain évoque le trafic – lucratif – de fœtus avortés

 
Dans cette dernière vidéo, c’est la directrice de recherche d’une antenne locale du planning familial, Melissa Farrell, qui détaille les activités – parfaitement illégales – de son organisation. Dans la vidéo de cette caméra cachée, la jeune femme explique comment elle « diversifie » les revenus du Planning familial en vendant des organes de fœtus avortés, et détaille l’activité monstrueuse de son laboratoire alors qu’elle est tranquillement à table.
 
Mais la vidéo ne s’arrête pas là : la caméra entre dans un laboratoire dans lequel des personnes sont précisément en train de démembrer des bébés avortés pour garder les parties qui pourront être vendus et que le Planning familial appelle pudiquement « tissus ». La vidéo montre sans détour une main ou un pied, parfaitement formés. Pensant s’adresser à un acheteur potentiel, l’une des blouses blanches commente son « travail » : « C’était un jumeau » d’environ 20 semaines…
 
Il prouve ainsi que les personnes impliquées dans ce trafic savent exactement ce qu’elles font.
 

Dans une nouvelle vidéo, une responsable du Planning familial américain évoque la vente de fœtus intacts, et donc nés vivants

 
Dans la vidéo, Melissa Farrell explique également comment les médecins avorteurs peuvent modifier la procédure d’avortement – en la rendant totalement illégale – pour obtenir des fœtus « intacts ».
 
David Daleiden détaillait le processus sur CNN : « Lorsque vous parlez de fœtus totalement intacts dans le contexte d’obtention de tissus de fœtus, ce sont des situations dans lesquelles aucun fœticide, aucun produit chimique ne peut être utilisé pour tuer le fœtus à l’avance puisque ces produits empoisonneraient les organes et les tissus. Dans ce cas, il s’agit d’une première preuve de cas d’enfants qui naissent vivants. » Et qui sont donc vendus puisqu’ils sont tués à la naissance, alors qu’un contrat est déjà sur leur tête.
 
Il ressort des vidéos que le Planning familial tire profit de son activité morbide, ce qui est totalement illégal. La dernière vidéo laisse peu de doutes à ce sujet puisque Melissa Farrell reconnaît qu’elle « diversifie » les revenus du Planning familial.
 
Mais l’argent est une question secondaire. Ce que montrent clairement ces images, c’est que les « tissus » vendus sont des mains, des pieds… Ceux de « jumeaux », ou tout simplement d’un petit homme que l’âge seul différencie de tout autre homme.
 

Barack Obama refuse absolument de couper le financement du Planning familial américain

 
Certains Républicains ont hurlé au scandale, reprenant à leur compte l’indignation populaire réelle qui a suivi la publication de ces vidéos. Mais lundi, les sénateurs républicains ne sont pas parvenus à faire voter le projet de loi qui prévoyait de couper les fonds fédéraux attribués au Planning familial. 53 sénateurs seulement ont voté pour ce projet de loi, alors que le minimum requis pour l’adoption est de 60. La prochaine étape de la bataille sera donc à l’automne prochain, lors du vote du budget du gouvernement.
 
Et quand bien même les sénateurs auraient été plus de 60 à voter la fin du financement du Planning familial, Barack Obama avait promis un veto présidentiel, montrant une fois de plus son mépris du processus démocratique. Le président américain a affirmé qu’il ne laisserait personne remettre en cause le financement d’une organisation qui offre de « précieux services ».
 
Les « précieux services », ce sont 300.000 avortements par an, et le trafic de fœtus intacts ou démembrés. Que peut bien valoir la vie d’un innocent pour l’idéologie « progressiste » ? Rien.
 

Béatrice Romée

Posté par rusty james à 13:10 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,