La Troisième Guerre mondiale et Les effets d’un athéisme absolu par Albert Pike

ordo ab chaos

Albert Pike est un avocat, un général confédéré et un écrivain américain né le 29 décembre 1809 à Boston et mort le 2 avril 1891 à Washington. Il fut un tribun du parti Whig avant de rejoindre le mouvement Know Nothing dans les années 1850. Il dirigea également pendant trente-deux ans l’une des plus importantes composantes de la franc-maçonnerie des États-Unis: le Suprême Conseil de la Juridiction Sud du Rite écossais ancien et accepté. À ce titre, son nom apparaît fréquemment dans le cadre de théories du complot.

Wikipédia 

Leur mainmise sur le monde peut être prouvée. Citons le commentaire que fit l’officier W. Carr, après qu’il eut copié un document de la British Museum Library à Londres : la lettre écrite en 1871 par l’Illuminati Albert Pike, fondateur du rite palladique luciférien, à Mazzini (chef révolutionnaire de la Haute-Vente, branche armée de la Maçonnerie).

 

Extrait de la lettre d’Albert Pike adressée à Mazzini en 1871:
« … La Première Guerre mondiale devait être livrée afin de permettre aux Illuminés de renverser le pouvoir des Tsars en Russie et de faire de ce pays une forteresse du Communisme athée. Les divergences suscitées par « l’agentur » (médias des Illuminés) entre les Empires britannique et allemand devaient servir à fomenter cette guerre. A la fin, le Communisme devait être édifié et utilisé pour détruire les autres gouvernements et pour affaiblir les religions. »

« La Seconde Guerre mondiale
devait être fomentée en profitant des divergences entre les Fascistes et les Sionistes politiques. Cette guerre devait être livrée de telle sorte que le Nazisme soit détruit et que le Sionisme politique soit assez fort pour instaurer l’état souverain d’Israël en Palestine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Internationale Communiste devait devenir assez forte pour équilibrer la Chrétienté. Elle serait alors contenue et tenue en échec jusqu’au moment où l’on aurait recours à elle pour le cataclysme social final (3). »

« La Troisième Guerre mondiale doit être fomentée en profitant des divergences suscitées par « L’agentur » des « Illuminés » entre les Sionistes politiques et les dirigeants du Monde Islamique. Elle doit être menée de telle manière que l’islam (le Monde arabe musulman) et le Sionisme politique se détruisent mutuellement (4). Tandis que les autres nations, une fois de plus divisées sur cette affaire seront contraintes à se combattre jusqu’à complet épuisement physique, moral, spirituel et économique. »

Le 15 Août 1871 Albert Pike dit à Mazzini qu’à la fin de la Troisième Guerre mondiale ceux qui aspirent à dominer le monde sans conteste provoqueront le plus grand cataclysme social que le monde ait jamais connu. Nous citons ses propres termes (empruntés à sa lettre de la British Museum Library à Londres) :

 

« Nous allons lâcher les Nihilistes et les Athées et provoquer un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur montrera clairement aux nations les effets d’un athéisme absolu, origine de ta sauvagerie et du plus sanglant chambardement. Alors, tous les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité révolutionnaire mondiale, extermineront les démolisseurs de la civilisation et les masses déçues par le Christianisme, dont l’esprit déiste, laissé à partir de ce moment sans boussole à la recherche d’une idéologie, sans savoir vers qui tourner son adoration, recevra la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer (au Sinaï n.d.r.) (5), enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction du christianisme et de l’athéisme, simultanément soumis et détruits. »



Albert Pike, Discours prononcé en France en 1889


Albert Pike, Discours prononcé en France en 1889 et adressé aux hauts degrés de la maçonnerie de « Rite Palladique », publié par la revue anglaise « The Freemason » dans son numéro du 19 janvier 1935 (cf. Epiphanius in « Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l’histoire », pp. 508-509, ouv. cité plus haut)
:

« Voilà ce que nous devons dire aux foules : “ Nous adorons un Dieu, mais c’est le Dieu qui s’adore sans superstition ”. A toi, Souverain Grand Instructeur Général, nous disons ceci, que tu peux répéter aux Frères des 32°, 31° et 30° : “ La Religion maçonnique devrait être maintenue, par nous tous initiés de hauts degrés, dans la pureté de la doctrine luciférienne. Si Lucifer n’était pas Dieu, Adonaï (le Dieu des chrétiens) dont les actions prouvent sa cruauté, sa perfidie, sa haine pour l’homme, sa barbarie et sa répulsion pour la science, l’aurait-il calomnié avec ses prêtres ? Oui, Lucifer est Dieu, et malheureusement Adonaï est aussi Dieu. Par la loi éternelle selon laquelle il n’y a pas de lumière sans ombre, de beauté sans laideur, de blanc sans noir, l’absolu peu seulement exister comme deux Divinités : l’obscurité étant nécessaire à la lumière pour lui servir de contraste, comme le piédestal est nécessaire à la statue et le frein à la locomotive… La doctrine du Satanisme est une hérésie ; et la véritable et pure religion philosophique est la foi en Lucifer, l’égal de Adonaï ; mais Lucifer, Dieu de lumière [avec l’une de ses orgueilleuses devises : Post tenebras lux] et Dieu du bien, lutte pour l’humanité contre Adonaï, le dieu des ténèbres et démon ”. »

Posté par rusty james à 23:43 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,


William Morgan un martyr anti-maçonnique

Light on Masonry

William Morgan, un martyr anti-maçonnique

Assassiné le 13 septembre 1826

 

William Morgan était un journaliste de New-York. Il faisait partie de la Loge La Branche d’Olivier, établie à Batavia, comté de Genesee. Un jour, Morgan, se retirant de la société, publia à New-York même, sous le titre Free-masonry exposed and explained, un livre dans lequel il révélait les secrets de la mystérieuse institution et reproduisit tous les rituels maçonniques.

Il n’y avait pas grand mal à cela, allez-vous me dire. C’est possible ; mais la Franc-Maçonnerie ne l’entendait pas ainsi.

Les chefs de la Maçonnerie américaine se réunirent, et la mort de William Morgan fut décidée.

Seulement, on avait affaire à un homme qui se tenait sur ses gardes ; il s’agissait de s’emparer de lui adroitement et de la faire disparaître sans esclandre. Voici comment le coup fut exécuté :

Un maître d’hôtel, nommé Kinsley, prétendit tout à coup que Morgan lui avait dérobé du linge et des bijoux ; Morgan fut arrêté à Canandaigua. L’accusation était bête, absurde ; aucune preuve ne put être fournie contre le journaliste ; il fut donc bientôt relâché.

Mais Morgan, pendant sa détention, s’était dit :

« Mes anciens collègues tiennent à me faire incarcérer, et, quand je serai en prison, n’ayant pas le choix de mes aliments, on me glissera quelques mets empoisonné.

Cependant, le livre de l’ex-franc-maçon causait grand tapage aux Etats-Unis. De nombreuses personnes vinrent féliciter Morgan de sa conduite. Il eut des admirateurs, mêmes enthousiastes. Ainsi, il se créa plusieurs relations, notamment avec un certain Loton Lawson, qui devint son ami ; c’était un homme de bonnes manières, qui paraissait jouir de quelque fortune et se montrait, dans ses discours, très opposé à la Franc-Maçonnerie.

Morgan, Néanmoins, se tenait réservé envers ses nouvelles connaissances, attendant que l’occasion lui permît d’éprouver ses vrais amis.

Un beau jour, un individu présenta aux magistrats du comté de Genesee divers titres de créance, - faux, sans doute, - achetés, si par hasard ils étaient vrais, - et requit l’incarcération de Morgan comme son débiteur. A cette époque, la prison pour dettes existait encore.

Morgan fut donc de nouveau emprisonné.

« Allons ! disait-il à ceux de ses amis qui obtenaient la permission de le visiter ; décidément, c’est en prison que les Loges me feront mon affaire ! »

Comme il n’était pas riche, le pauvre garçon se désespérait. Il se défiait de tout aliment qui lui était présenté. Il était convaincu qu’il lui fallait sortir de là au plus tôt, sauf à discuter, une fois libre, la validité de la mesure prise contre lui. Mais qui serait assez dévoué pour lui servir de caution ?

Loto Lawson lui offrit ses bons offices. Morgan accepta, on comprend avec quelle joie ; Lawson, pour lui, était un sauveur !

Le lendemain de son offre généreuse, Loto Lawson revenait à la maison d’arrêt avec une voiture et quelques camarades, payait la somme pour laquelle Morgan était retenu, et celui-ci, se jetant au cou de l’excellent homme, consentait à ce que Lawson l’emmenât dans une de ses campagnes, pour être désormais à l’abri de ses persécuteurs.

La voiture partit dans la direction de Rochester, et, depuis, on ne revit jamais plus ni William Morgan ni Loton Lawson.

Cet enlèvement produisit une profonde sensation dans toute l’étendue des Etats-Unis. Beaucoup de personnes se dirent que la fameuse société le prenait trop à son aise, car ce fut à elle que la voix publique attribua la disparition de Morgan. Une certaine Ligue Anti-Maçonnique se constitua même pour aider les magistrats dans leurs recherches. Cette ligue n’avait pas tout à fait tort de vouloir se mêler de l’enquête. Il fut, en effet, démontré plus tard que les fonctionnaires de l’endroit ne déployaient pas un bien grand zèle dans l’instruction de l’affaire. Ces fonctionnaires avaient, du reste, une excellente raison pour penser que Morgan avait été justement châtié de son indiscrétion : Clinton, le gouverneur de l’Etat de New-York, et tous les magistrats du comté de Genesee étaient francs-maçons.

Bon gré, mal gré, pourtant, les autorités ne purent se dispenser de déclarer qu’une enquête était ouverte.

Un témoin se présenta, Edouard Giddins, garde-magasin du Fort-Niagara. Ce témoin avait vu, dans la nuit du 13 septembre 1826, une troupe d’individus conduisant un homme étroitement lié avec des cordes et dont la bouche était couverte d’un mouchoir fortement serré. Le signalement de cet homme se rapportait exactement à celui de Morgan ; les gens qui conduisaient le malheureux l’accusaient de trahison, l’insultaient et le maltraitaient. Giddins les entendit parler d’un jugement qui devait être exécuté dans des formes solennelles. Finalement, les inconnus enfermèrent leur prisonnier dans une maison isolée, située près du lac Ontario, à peu de distance du Fort-Niagara.

Le témoignage de Giddins fut corroboré par celui d’une femme noire : cette femme, étant venue puiser de l’eau tout près de la maison isolée, avait entendu une voix humaine poussant des cris inarticulés ; cette voix sortait précisément de la maison où Giddins avait vu enfermer Morgan.

Ni l’un ni l’autre de ces témoins n’avaient eu le courage de prévenir les autorités. Giddins avoua qu’il avait cru avoir affaire à une bande de brigands, infligeant un châtiment à l’un des siens, et qu’il avait trouvé dangereux pour lui d’intervenir.

Ces témoignages étaient bien précis. Les magistrats n’en tinrent pourtant aucun compte. Cependant, l’affaire en valait la peine ; car, il fut établi ensuite que les témoins avaient dit l’exacte vérité et que le malheureux Morgan avait été torturé pendant deux jours et trois nuits.

Un franc-maçon, de la Loge de Rochester, nommé Henri Brown, qui, dans un moment d’ivresse, avait laissé échapper quelques paroles compromettantes, fut considéré par le public comme un des principaux meurtriers ; les juges ne le firent même pas comparaître devant eux à titre d’information.

Alors, les citoyens du pays s’indignèrent. On cria au déni de justice. Le crime était indiscutable ; pourquoi les magistrats se renfermaient-ils dans une scandaleuse abstention ? Sur tous les points des Etats-Unis, des meetings s’organisèrent, ce fut un mouvement général. Partout, on déclarait que les Francs-Maçons devaient être exclus de toutes les fonctions civiles et politiques ; des mères jurèrent publiquement de ne jamais consentir à ce que leurs filles épousassent des francs-maçons, et des filles jurèrent, à leur tour, de ne jamais accepter des francs-maçons pour maris. Et l’indignation populaire grondait toujours, s’étendant de province en province.

Deux ans après l’assassinat de William Morgan, une assemblée solennelle d’anti-maçons se réunit à Leroy, le 4 juillet 1828. Là, cent trois Frères, cédant à un entraînement qui avait bien son mérite, se séparèrent de l’institution maçonnique, et, aux applaudissements d’une foule immense, déclarèrent que l’infortuné Morgan, dans ses révélations, causes de sa mort, n’avait rien publié qui ne fut scrupuleusement vrai.

Tous ces incidents, comme on pense, n’étaient pas de nature à plaire aux Francs-Maçons. Une société qui répand partout le bruit que, si elle se cache, c’est pour mieux pratiquer la bienfaisance, perd bien vite toute considération, quand il est démontré qu’elle est jalouse de sa modestie au point d’assassiner ceux qui en parlent. Force fut donc aux chefs de l’association de tenter quelques efforts pour paraître étrangers à la disparition de William Morgan.

Comment se disculper ? Comment se tirer de cette situation fâcheuse ?

Il ne suffisait pas de se prétendre calomniés. Il fallait au moins apporter quelque indice d’innocence.

Dans le but de regagner l’estime publique, les Loges furent d’abord publier, dans les journaux dirigés par leurs partisans, une note racontant que Morgan était un mauvais drôle, enclin à l’ivrognerie, et que, s’il était allé du côté du lac Ontario, il s’y était certainement noyé, pris de boisson, dans quelque partie de plaisir.

Mais les amis de Morgan protestaient. Le journaliste disparu était, au contraire, un homme très sobre.

Les Francs-Maçons, alors, apportèrent un cadavre, trouvé dans le lac Ontario, et les conditions de cette découverte pouvaient laisser croire à la véracité de leur dire.

Seulement, la malchance d’en mêla. Le cadavre fut reconnu ; son identité, établie. Ce n’était pas du tout William Morgan, mais un certain Monroë.

Comment les francs-maçons de New-York s’étaient-ils procuré ce cadavre ? C’est encore ce qu’on ne sut jamais.

L’incident n’était pas fait pour calmer les esprits. La Ligue Anti-Maçonnique fonctionna pendant plusieurs années ; les Loges, devant l’explosion de l’indignation publique, furent obligées de cesser leurs réunions dans toute l’étendue des Etats-Unis, au Canada et dans les autres colonies anglaises de l’Amérique.

Un candidat anti-maçon va jusqu’à se présenter aux élections pour le poste de gouverneur général de New-York, en 1830, et peu s’en faut qu’il ne soit élu.

Entre 1826 et 1846, la Grande Loge de New-York passe de 500 à 65 loges. Jamais la Franc-maçonnerie américaine ne fut soumise à pareille épreuve.

Toutefois, tout a une fin : peu à peu, la colère populaire s’apaisa.

Pour en finir, en 1832, les journaux partisans de la Franc-Maçonnerie insinuèrent que Morgan n’était pas mort, que tout le tapage fait autour de son nom était l’œuvre intéressée des ennemis de la société, et que des voyageurs l’avaient rencontré à Smyrne, où il vivait bien tranquillement, enrôlé parmi les disciples de Mahomet. Comme Smyrne, situé en Asie, à l’extrémité de la Méditerranée, est à plusieurs milliers de lieues de New-York, qui est sur les bords de l’Océan Atlantique, la vérification du racontar maçonnique était difficile à faire. L’opinion publique, du reste, était lassée. Ainsi, tout en resta là.

Et jamais la sépulture de William Morgan n’aurait été découverte, si, en août 1875, un organe indépendant, le New-York Herald, le plus important journal des Etats-Unis, célèbre par ses expéditions d’intérêt public (recherche de Livingstone, voyage au pôle Nord, etc.) ne s’était avisé de réveiller l’affaire.

Le New-York Herald, donc, réunit tous les documents de l’ancienne enquête, tous les témoignages apportés à l’instruction si mal menée, provoqua de nouvelles instigations, qui furent enfin couronnées de succès. En juillet 1881, la sépulture du malheureux Morgan fut découverte à Pembrocke, dans la province d’Ontario, Haut-Canada. Le crime a été officiellement reconnu. C’étaient les membres de la Loge de Rochester qui avaient assassiné l’indiscret journaliste. Dans la fosse où avait été enterré Morgan, on retrouva quelques débris de papier portant le nom du franc-maçon Henri Brown, celui-là même qui, en 1826, était considéré par l’opinion publique comme un des meurtriers.

La voix du peule, on le voit, n’avait pas accusé à tort.

Aujourd’hui, la statue de William Morgan s’élève sur l’une des places publiques de Batavia, Etat de New-York. Elle a été inaugurée solennellement en 1882. Il va sans dire que tous ceux de nos journaux européens qui louangent la Franc-Maçonnerie, se sont bien gardés de rendre compte de cette inauguration.

Cet assassinat maçonnique est un des évènements  se l’histoire des Etats-Unis ; car il a donné naissance à un parti spécial, l’Anti-Masonic Party, qui a joué, pendant une dizaine d’années, un rôle dans la politique de plusieurs Etats de l’Union. Quincy Adams, le plus honnête homme qui, après Washington, ait occupé la présidence des Etats-Unis, en fut le chef. En 1875, les révélations d’un des complices du crime, au lit de mort, ont achevé de faire entrer l’assassinat de Morgan dans le domaine des faits historiques absolument certains.

(Voir Letters on Masonic Institution, par John Quincy Adams, président des Etats-Unis d’Amérique, Boston, 1850 ; History of the abduction and murder of captain William Morgan, Chicago, 1881 ; Honor Thurlow weed on the Morgan abduction, Chicago, 1882 ; voir aussi la relation complète dans le New-York Herald des 9 et 11 août 1875, et le résumé dans le journal français Le Monde du 17 septembre 1875).

Ordo ab chao : La Destruction libératrice. invention de la société Fabienne

capture10-3-2

La société fabienne est un institut qui a vu le jour à Londres en 1884 sous l’impulsion de politique anglais comme Sydney Webb (1859-1947) et de son épouse, Beatrice Webb, ou encore de l’écrivain irlandais George Bernard Shaw (1856-1950). L’avant-garde de cette société se fit sous l’influence de promoteur du socialisme comme Robert Owen (1771-1858) qui transmit ses idées à John Ruskin (1819-1900, professeur à l’université d’Oxford et qui influença Cecil Rhodes). D’autres personnes imprégnées d’un idéal socialiste chrétien comme Frederik Derrison Maurice (1805-1872) ont posé les jalons au cours du XIXè siècle ouvrant la voie à la fondation de la société fabienne. Le choix de « fabien » (fabian) s’explique puisqu’il se réfère au général romain de l’époque des guerres puniques (vers – 200 av – JC), Fabius Cunctator (c’est-à-dire le « temporisateur »). Face au général carthaginois Hannibal, le militaire romain pratiquait la politique de guérilla qui consistait à ne pas brusquer les choses afin d’atteindre son but. C’est cette méthode de changement en douceur mais implacable qui est la marque de fabrique de la société fabienne. Celle-ci défend le principe d’une société sans classe devant conduire à la synthèse du socialisme (l’Etat providence) et du capitalisme (les lois du marché), le tout devant aboutir à la mise en forme d’une économie monopolistique dans un cadre étatique mondial. Afin de répondre aux ambitions de cette société, ses dirigeants estiment qu’il faut y aller pas à pas ou, selon leur expression, par « graduation ». L’influence de cette société est immense car de nombreux politiques anglais ont été membres de la société fabienne. Cependant, cette influence a été d’autant plus importante que cette société a été à l’origine de la création de la London School of Economics (LES) en 1895 sous l’impulsion de Sydney Webb. Cette prestigieuse école de formation économique qui s’est diversifiée par la suite a formé, dans un esprit fabien, des générations de dirigeants anglais, mais aussi de nombreux étudiants de part et d’autre de la planète. Ceux-ci sont souvent devenus par la suite des acteurs majeurs de la vie politique et économique de leurs pays. Ainsi, l’ancien président de la Commission européenne, Romano Prodi ; le président John Kennedy ; la reine du Danemark Margarethe II ; Pierre Trudeau (Premier ministre canadien) ; le lobbyiste et membre de plusieurs think tanks Richard Perle (« le prince des ténèbres ») ; le financier George Soros (fondateur des instituts Open Society) ; l’ancien conseiller de François Mitterrand, Erik Orsenna et même le chanteur des Rolling stones, Mike Jagger (il n’a fait qu’un an ! ), ont fréquenté les bancs de cette école. Cette dernière grâce à l’action de la société fabienne a contribué au formatage de nombreux esprits de part le monde. Cependant, l’influence de cette société a été variée, entre autres grâce à l’action d’un de ses membres, l’écrivain Herbert George Wells (1866-1946).

Imprégné de l’idéal fabien, H.G Wells a su développer ses vues dans de nombreux livres. Auteur à succès comme L’Homme invisible, La Machine à remonter le temps ou encore La Guerre des mondes, cet écrivain anglais a su répandre ses convictions dans un ouvrage paru en 1928, Open conspiracy (« conspiration ouverte »), prônant un Etat mondial sans classe, contrôlant tout (« une nouvelle communauté humaine » selon son expression), encourageant la réduction drastique de la population mondiale et la pratique de l’eugénisme. En fait, dès le début, H.G Wells a présenté ses théories dans un ouvrage méconnu et dont le titre correspond exactement à la formule maçonnique Ordo ab chao : La Destruction libératrice. Paru en 1914, cet ouvrage raconte l’histoire d’une guerre généralisée aboutissant à la création d’un Etat mondial constitué en 10 blocs (« 10 circonscriptions » selon la formule de l’auteur). C’est dans ce livre – rappelons-le paru en 1914 – que l’on retrouve l’expression « Nouvel ordre mondial ». Par la suite, H.G Wells a récidivé en publiant un livre en 1940 au titre sans équivoque : Le Nouvel ordre mondial. [1]

Pierre de Villemarest interviewé par Jimmy Guieu, archive datant du début des années 90, tout deux étant décédés depuis.

Le jeudi 22 février 2007 la Société fabienne a officiellement fait irruption en France sous l’appellation d’École d’Économie de Paris

Elle s’est installée au 48 boulevard Jourdan dans le XIV° arrondissement.

Il est surprenant de noter que l’inauguration de l’École d’Économie de Paris (dite P.S.E., pour Paris School of Economics) s’est placée sous la présidence de Dominique de Villepin, le Premier ministre de Jacques Chirac, diplômé des Hautes Études Commerciales, mais dont on oublie souvent qu’il est un ancien de la Harvard Business School, ce qui indique une formation internationaliste.

De puissants appuis financiers

Venus de six Instituts de recherche et de quatre des plus grandes Écoles et Universités de France, 350 professeurs sont prêts à prodiguer leur savoir aux élèves de la Paris School of Economics. Le financement de l’opération est à la fois puissant et très étrange. L’État chiraquien s’avance avec vingt millions d’euros, comme s’il s’agissait d’une entreprise française. Or elle ne l’est pas. Elle est européiste dans le cadre d’un mondialisme qui n’ose pas s’afficher. Un million provient de la multinationale d’assurance AXA ; un million d’EXANE et de son PDG Nicolas Chanut ; autant de la Fondation de droit américain, l’American Foundation, dont le président pour la France est Georges de Ménil, depuis 1978 directeur d’études à l’École normale supérieure. [2]

[1] Extrait de Histoire du Nouvel Ordre Mondial par Pierre Hillard

[2] http://www.armees.com/La-societe-fabienne-s-investit-en-France,18509.html

Transfert de l'information génétique, biologique et psychique à l'aide d'un rayonnement bio-électromagnétique

FOI GIF

Au début des années 60, Tsiang Kan Zheng a formulé une hypothèse selon laquelle les molécules et les atomes de l'organisme vivant sont NECESSAIREMENT liés entre eux par des champs bio-électromagnétiques qui constituent le SUPPORT MATERIEL de l'énergie et de l'information.

Au cours des années suivantes, il s'est employé à obtenir des preuves à l'appui de son hypothèse.
Ses recherches ont abouti à une DECOUVERTE SENSATIONNELLE : la possibilité de transfert directif de l'information génétique, biologique et psychique à l'aide d'un rayonnement bio-électromagnétique à ultra- hautes fréquences (bio-transmission à U.H.F.). Mieux, il a réussi à opérer ce transfert au moyen d'un appareil conçu à cet effet.

Les premières expériences de ce genre ont été effectuées par Tsiang Kan Zheng dans les laboratoires de l'Université Chinoise. Leurs résultats se sont confirmés par la suite lors des investigations qu'il a menées à Khabarovsk.

De temps en temps, la presse soviétique a consacré des reportages au docteur Tsiang, qualifiant ses travaux de "recherches sensationnelles, à la frontière du réel et du fantastique". Mais les autorités officielles du pays gardaient le silence. Et ce, malgré le fait que dès 1974, le savant avait déposé une demande d'enregistrement de sa découverte. Il n'a pas non plus reçu de réponse aux lettres qu'il avait adressées aux instances supérieures : à Brejnev, Andropov, Tchernenko, aux praesidiums, aux ministères, académies...

Deux choses l'ont aidé à riposter aux coups du sort : ses CONNAISSANCES et surtout la foi qu'il avait en ses forces et sa PREDESTINATION...

L'année 1989 a marqué un tournant dans sa carrière. Cette année, Tsiang Kan Zheng a présenté à Novossibirsk un rapport sur la transmission de l'énergie biologique à U.H.F. pendant un séminaire spécialement consacré à ce thème. Dirigé par l'académicien V. Kaznatchéev, le séminaire a réuni environ 130 scientifiques, ainsi que des responsables de l'Académie des Sciences, de l'Académie de Médecine et de l'Académie de l'Agriculture.
La théorie du docteur Tsiang fut enfin reconnue. Une fondation spéciale et un centre de recherche ont été institués. Ceux-ci ont permis au savant de poursuivre ses travaux.

La parole est à Tsiang Kan Zheng :

A l'heure actuelle, le phénomène de rayonnement bio-électromagnétique dans l'organisme vivant est attesté. On sait que l'A.D.N. (acide désoxyribonucléique) est le porteur de l'information génétique. Les récentes découvertes en physique m'ont amené à supposer que l'A.D.N. n'est qu'une cassette avec enregistrement de l'information, tandis que les signaux bio-électromagnétiques en sont le support. En d'autres termes, le champ électromagnétique et l'A.D.N. constituent une MATIERE GENETIQUE COMBINEE existant sous deux formes : passive (A.D.N.) et active (champ bio électromagnétique). Cela dit, la forme passive sert à conserver l'information génétique, alors que la forme active est en mesure de la modifier.

Dans quelle gamme de fréquences s'exerce le rayonnement bio-électromagnétique ?
Les signaux bio-électromagnétiques (à savoir ceux qui transmettent l'énergie et l'information) sont des photons qui revêtent, selon la théorie des quanta, un caractère à la fois corpusculaire et ondulatoire.

Le caractère corpusculaire du photon implique l'utilisation des basses fréquences, car dans ce cas, il devient possible d'obtenir de l'organisme un maximum d'information : plus la fréquence du photon est basse et plus son énergie est faible. Par conséquent, l'énergie limitée de l'organisme pourra exciter le plus grand nombre de photons.
Cependant, le caractère ondulatoire du photon nous amène à étudier la bande U.H.F. du spectre. Cela permettrait d'effectuer la "lecture" de l'information génétique, tout en assurant une excellente qualité de sa transmission.

auraz5schema

 SCHEMA GENERAL DE L'INSTALLATION "BIO-TRANSMISSION A U.H.F." :

1 - récepteur ;
2 - ligne de transmission dotée d'un bloc régulateur ;
3 - émetteur.

L'installation assure la "lecture" de l'information génétique contenue dans l'A.D.N. d'un organisme vivant et sa transmission à un autre organisme vivant.



Il s'ensuit donc que le champ bio-électromagnétique (support de l'énergie et de l'information) se manifeste dans la bande U.H.F. et dans celle des rayons infrarouges. Effectuées en laboratoire au moyen d'une installation spéciale, les expériences qui consistent à transmettre l'information génétique d'un organisme vivant à un autre ont donné des résultats positifs. Les recherches sont actuellement menées dans l'agriculture (amélioration des plantes et sélection des animaux), la médecine (traitement des maladies, rajeunissement de l'organisme) et la génétique.

Résultats des expériences relatives à l'amélioration de plantes et à la sélection d'animaux.

Action exercée par le champ bio-électromagnétique de germes de blé (donneur) sur des plantules de maïs (percipient).

La variété obtenue avait une multitude de tiges latérales. A la place des panicules, on a vu se former des épis avec des grains qui rappelaient à la fois ceux de blé et ceux de maïs. Les plantes soumises à l'expérience ont surpassé les plantes témoins de 300% pour la productivité de la masse végétale et de 200% pour celle des grains. Les modifications enregistrées se sont transmises aux générations suivantes.

drtsiangmais



auraz5melon Action du champ bio-électromagnétique d'un melon (donneur) sur des germes de concombre (percipient).

Les concombres produits avaient un goût de melon ; l'analyse biochimique a révélé des modifications au niveau de l'A.D.N. Ces modifications se transmettent par voie héréditaire.

 

auraz5tournesol

Action du champ bio-électromagnétique d'une arachide (donneur) sur des semis de tournesol (percipient).

La forme des grains de tournesol a changé. Ils ont partiellement acquis un goût d'arachide.


Action exercée par le champ bio-électromagnétique d'un canard (donneur) sur des oeufs de poule (percipient). Des 500 oeufs de poule soumis à l'action du champ bio-électromagnétique d'un canard, on a vu naître 480 poussins caractérisés par une série de modifications génétiques : pattes palmées (25%), tête plate comme celle d'un canard (80%), long cou (70%), yeux s'ouvrant dans la partie moyenne (90%). Les modifications enregistrées se sont transmises aux générations suivantes.

 

auraz5lapinchevre

CanardPoule

auraz5canarpoul



 Action du champ bio-électromagnétique d'un bouc aux cornes enroulées (donneur) sur une lapine en gestation (percipient).

Les lapins qui sont nés avaient de longues dents crochues.



auraz5tkz3

auraz5tkz2

Rajeunissement de l'organisme

En tant que médecin, je m'intéresse particulièrement à ce problème. Les premières expériences de rajeunissement ont été effectuées sur de vieilles souris. Celles-ci ont été soumises au rayonnement bio-électromagnétique émanant de jeunes plantes et d'embryons d'animaux.
Ces expériences ont donné les résultats suivants :

- rétablissement des fonctions sexuelles et de la capacité de reproduction chez 31% des sujets - augmentation de la durée de vie de 53% des sujets (de 12 à 18 mois par rapport au groupe témoin) - amélioration de l'appétit, de la réaction, de la motilité chez 68% des sujets

En 1987, j'ai effectué sur moi-même une expérience analogue qui s'est soldée par des résultats positifs. Le volontaire suivant a été mon père âgé de 80 ans.

A la suite du traitement, les maladies chroniques qui le tenaillaient depuis 20 à 30 ans ont disparu, de même que l'allergie cutanée, le bourdonnement d'oreille (acouphène) et la tumeur bénigne ; six mois plus tard, des cheveux ont repoussé à l'endroit de la calvitie et les cheveux gris sont redevenus noirs. Un an après l'expérience, une dent a repoussé sur l'emplacement de celle arrachée 20 ans plus tôt.

Les résultats positifs obtenus dans ce domaine ont servi de fondement pour délivrer, en 1991, au docteur Tsiang Kan Zheng un brevet d'invention sur le thème "Méthode de rajeunissement de l'organisme" et un certificat du ministère de la Santé Publique de Russie autorisant la thérapeutique U.H.F.

Justification théorique de la méthode de rajeunissement

En biologie, il existe une loi selon laquelle la durée moyenne de la vie des mammifères est de 5 à 7 périodes de développement physiologique. Par conséquent, la durée de vie d'un homme doit varier de 125 à 175 ans, car la période de son développement est de 25 ans. En réalité, elle dépasse rarement 3 périodes.

J'estime que le vieillissement de l'organisme tient à la dégradation des structures subtiles des gènes actifs. Cela dit, le rétablissement de ces structures se révèle impossible. Les gènes actifs constituent tout juste 0,2% à 2,0% de la totalité des gènes présents dans l'organisme.

Le rayonnement bio-électromagnétique émanant de jeunes organismes qui appartiennent à d'autres espèces que les vieux parvient à activer chez ces derniers les gènes qui ne s'expriment pas (gènes inactifs). Ce processus déclenche des réactions propres à l'ontogenèse et à la régénération.



Résultats du traitement U.H.F. (y compris la méthode de rajeunissement)

L'autorisation donnée par le ministère de la Santé Publique de Russie m'a permis de procéder aux essais cliniques de la méthode U.H.F. Quatorze volontaires ont accepté de suivre le traitement :

Nombre de sujets 40 à 50 ans 51 à 60 ans 61 à 70 ans 71 à 80 ans TOTAL
Hommes 2 5 3 1 11
Femmes 1 2 0 0 3
Total 3 7 3 1 14

Du point de vue nosologique, les maladies étaient réparties comme suit : athérosclérose (5 cas), sténocardie (2), congestion cérébrale (2) ulcère de l'estomac (4), hépatite (5), ostéochondrose vertébrale (6), arthrose (2), eczéma (3), psoriasis (1), névrose (1) et tumeur bénigne (2). Cela faisait 37 au total cas d'affections de 11 types pour 14 sujets, soit près de 3 affections par sujet.

Résultats du traitement :
Guérison complète dans 6 cas, dont la tumeur bénigne ; amélioration considérable de l'état de santé dans 21 cas ; amélioration relative dans 8 cas ; sans effet dans 2 cas.
Résultats obtenus en matière de rajeunissement :

- amélioration de l'état général de santé : 12 personnes
- amélioration du physique ("rajeunissement" de 5 à 10 ans) : 11 personnes
- disparition de la canitie : 9 personnes
- activation des fonctions sexuelles : 7 personnes

Traitement du cancer

Le traitement du cancer et du SIDA, ainsi que l'inhibition de l'immunodépression due à la greffe d'organes tiennent une place particulière dans mes recherches.

Les premiers résultats positifs ont été obtenus il y a plus de 20 ans, à l'époque où nous avons effectué une série d'expérience consistant à transmettre l'information génétique de dix lapins (auxquels nous avions inoculé des cellules cancéreuses) à un groupe de 300 souris atteintes de cancer artificiellement provoqué.

On sait que le cancer ne frappe jamais les lapins. Leurs forces immunes stimulées par le vaccin ont aidé la plupart des sujets d'expérience (70%) à surmonter la maladie. Dans le groupe témoin, les 300 souris qui avaient un cancer artificiellement provoqué ont péri.

Quand j'étais laborantin à l'Institut de Médecine de Khabarovsk (1973-1978), j'ai mené des recherches sur le thème "La lutte contre le cancer au moyen de la bio-transmission à U.H.F.". En 1991, j'ai fait breveter ma méthode visant à normaliser les réactions immunitaires en cas de traitement du cancer et de transplantation d'organes.

Recherches immunologiques

Les essais de la méthode de rajeunissement se sont déroulés parallèlement aux recherches immunologiques effectuées dans les principaux laboratoires cliniques de Khabarovsk.
Ces recherches portaient sur divers éléments du système immun :

Phagocytes
T-lymphocytes
T-lymphocytes "actifs"
T-helpers
T-suppresseurs
B-lymphocytes
Leucocytes
Immunoglobulines A
Immunoglobulines G
Immunoglobulines M

Les données obtenues ont permis d'arriver aux conclusions suivantes :

1 - on parvient à optimiser la phagocytose de manière à assurer la réaction adéquate de l'organisme lors de sa réponse immunitaire à la pénétration d'agents pathogènes. Cela dit l'effet du rayonnement bio-électromagnétique dépend essentiellement de l'état de l'organisme : lorsque la fonction des macrophages est affaiblie, le rayonnement bio-électromagnétique arrive à la normaliser ou à la rapprocher de la norme. Toutefois, il demeure sans effet en cas de fonctionnement normal des macrophages.

2 - La dynamique des T-lymphocytes atteste l'action régulatrice et stimulante du rayonnement bio-électromagnétique sur ceux-ci.

3 - La méthode de rajeunissement sert également à régler l'activité des lymphocytes. Cela signifie que le fonctionnement des cellules immunocompétentes a été soit rapproché de la norme physiologique, soit complètement normalisé, ce qui permet d'utiliser le rayonnement bio-électromagnétique en tant que moyen d'immunocorrection.

4 - La dynamique des T-helpers montre la tendance des valeurs extrêmes vers la norme. Il y a lieu de croire que le champ bio-électromagnétique déclenche le mécanisme d'adaptation et d'autorégulation du système immun, ce qui sert à entretenir l'équilibre homéostatique.

5 - Pour donner une caractéristique complète du comportement des T-suppresseurs et en déterminer la dynamique, il serait judicieux de choisir des groupes d'organismes présentant des modifications pathologiques bien déterminées :
- état pathologique caractérisé par une hyperactivité des cellules immunocompétentes (auto-immunité, allergie)
- état pathologique caractérisé par l'insuffisance du système immun (immunodéficience)
- état d'immunité sans changements
Cette approche de la formation des groupes d'organismes sera également adoptée lors de l'examen d'autres populations de T-lymphocyctes, ainsi que de T-helpers et de B-lymphocyctes.

6 - Chez les sujets caractérisés par une insuffisance d'immunoglobulines A, le rayonnement bio-électromagnétique a entraîné une augmentation de cet indice, ce qui atteste l'activation des processus de défense et de réparation dans l'organisme, y compris au niveau du système immun. En cas de fonctionnement normal du système immun, l'effet du rayonnement bio-électromagnétique est pratiquement nul.

7 - Pour le moment, il est impossible d'aboutir à des conclusions définitives quant à l'évolution des leucocytes : cet indice doit être examiné parallèlement à la dynamique des lymphocytes, des T- lymphocytes et à la phagocytose, en partant des particularités qui caractérisent l'état initial du système immun.

Les résultats obtenus permettent d'affirmer que l'action exercée sur l'organisme humain par le rayonnement bio-électromagnétique crée des conditions susceptibles de déclencher dans le système immun des processus de défense, de réparation ou de compensation entraînant la guérison et le rajeunissement de l'organisme.

Commentaires

Je connais le docteur Tsiang Kan Zheng depuis près de 20 ans et je suis attentivement ses recherches. Auteur d'une méthode foncièrement nouvelle, il utilise, pour ses expériences, une installation spéciale qui assure la transmission des ondes bio-électromagnétiques dans la bande des ultra-hautes fréquences.
Je connais certains de ses travaux en la matière. Ainsi, sous l'action du champ bio-électromagnétique transmis de plantules de blé à des germes de maïs, on a vu se former des épis contenant des grains qui rappelaient à la fois ceux de blé et ceux de maïs. La plante obtenue à la suite de l'expérience était celle de maïs, mais qui avait plusieurs tiges, ainsi que c'est le cas du blé.

En 1991, j'ai personnellement utilisé des semences d'orge irradiées par le champ bio-électromagnétique du blé. Elles ont donné une espèce caractérisée par une vitalité plus grande. Les modifications enregistrées se sont transmises aux générations suivantes, comme le démontrent mes expériences effectuées en 1992.

Je considère que la découverte de Tsiang Kan Zheng peut être appliquée à grande échelle. Je propose également de fonder un laboratoire en vue d'étudier sa méthode sous tous les rapports.


Grigori Kazmine,
Directeur du Centre de recherches agricoles d'Extrême-Orient, membre titulaire de l'Académie d'Agriculture de Russie Khabarovsk, le 29.04.1993

 www.quanthomme.com

Peut-on communiquer avec les morts?

400x260-ct

Beaucoup de personnes se demandent si on peut parler avec les défunts, d'autant plus qu'il existe de nombreux peuples sur la terre qui vouent un culte aux morts. Puis, les témoignages dans ce sens abondent, beaucoup de personnes dans la vie de tous les jours ont déjà aperçu un défunt ou communiqué avec lui. Il y a même des personnes qui organisent des conférences dans lesquelles ils prêchent sur la prière aux morts. Le catholicisme a d'ailleurs inventé une pratique anti-scripturaire qui consiste à prier les saints, prier les morts, prier pour les âmes du purgatoire, afin de rallier le plus grand nombre de fidèles à sa doctrine. Ce sont toutes des pratiques totalement sataniques, qui ne sont inspirées que par des démons. J'ai lu le livre d'une femme, une mystique catholique qui communique avec les âmes du purgatoire, cette femme se nomme Maria Simma. Ces âmes avec lesquelles la dame communique lui demandent toujours de prier pour des personnes précises, parfois ces âmes demandent à la dame de demander à l'église locale de célébrer une messe en l'honneur d'une personne précise, parfois ces âmes demandent à la dame de demander à une personne précise de pardonner les gens qui lui ont fait du mal. En gros, ces âmes (Ou plutôt ces esprits qui se font passer pour des âmes humaines) perpétuent les pratiques de l'église catholique dans la conscience des individus. Dans ce livre, il y a un détail qui m'a marqué, ce détail je vais le partager avec vous tout de suite. On pose la question à Maria Simma (cf. Les dernières révélation extraordinaires de Maria Simma, p.37) pour savoir si elle a déjà été espionnée en train de communiquer avec les âmes du purgatoire, voici ce qu'elle répond:

Oui, c’est arrivé il y a bien des années quand des jeunes garçons ont grimpé sur une échelle pour me surveiller et m’écouter. Ils ont eu un petit choc en me voyant prendre des notes et en m’entendant poser des questions à cette âme. En plus, je souffrais à cette époque, ce qui les a touchés encore davantage, mais ils n’ont rien vu ni entendu de l’âme qui était avec moi ce soir-là. Quand j’ai su qu’on m’avait observée mais que les garçons n’avaient rien vu ni entendu, j’ai demandé à une âme comment cela se faisait. Voici la conversation qui en a résulté:
- « Les garçons sont encore vivants. »
- « Oui, mais moi aussi je suis encore vivante, et pourtant je peux vous voir et vous entendre »
- « Vous nous appartenez. Nous, nous sommes dans les ténèbres. Le chemin vers vous est lumière. »
- « Mais si je ne vous acceptais pas ? »
- « Par la miséricorde de Dieu, nous pouvons l’exiger de vous, parce que vous nous appartenez. »
- « Qu’est-ce que vous voulez dire par : ‘‘Vous nous appartenez’’ ? »
- Par votre vœu, vous vous êtes donnée à la Mère de Miséricorde de façon spéciale. Elle vous a donnée à nous. C’est pourquoi le chemin qui mène vers vous est lumière pour tant d’âmes. Il est bon que vous nous acceptiez avec amour et tristesse. De cette façon, vous pouvez nous délivrer plus rapidement, vous souffrez moins, vous recevez plus de grâces et de mérites et vous pouvez aussi obtenir plus de choses de nous concernant ceux sur qui vous nous interrogez. »

Vous avez suivi ça??? Je vais m'expliquer par la suite.

Le journaliste lui demande par la suite: « Le chemin vers vous est lumière.» Comment expliquez-vous cela?

Elle explique:

Avec mon vœu à la Mère de Miséricorde, le voile, comme l’appellent certains, a été levé pour que je puisse les rencontrer plus facilement. Elles peuvent alors venir vers moi chercher de l’aide.

Je ne sais pas si c'est la Vierge Marie qu'elle appelle la Mère de Miséricorde, mais une chose est certaine, et c'est la plus grande révélation que j'ai obtenu de ce livre: Lorsqu'on invoque la Vierge Marie, cet esprit nous livre à de nombreux démons qui prennent le contrôle de nos vies. Puisque la Vierge Marie qu'on croit invoquer n'est autre que la Reine du Ciel, ce démon dont nous parle le livre d'Esaïe dans la Bible. A titre de rappel, la Reine du Ciel est un autre nom de la Vierge Marie dans le catholicisme. Avec toute la puissance et toute l’autorité que cet esprit possède dans le monde spirituel, il n'est pas étonnant que cet esprit délègue une légion de démons au service de ceux qui l'invoquent, même s'ils croient parler à la mère de Jésus-Christ.

Le journaliste lui demande aussi: Quelle différence y a-t-il exactement entre votre expérience et celles des spirites ou des soi-disant médiums ou channelers ? (cf. page 29)

Elle répond:

S’il est une seule chose que je voudrais que le public croie dans ce que je dis, je voudrais que ce soit celle-ci. La différence est très simple et très claire, et nous devons la prendre très au sérieux. Ce qui se passe avec les spirites, c’est qu’ils croient appeler les âmes des disparus; mais quelle que soit la réaction à leur appel, c’est toujours et sans exception Satan et ses agents qui répondent. Les spirites et les « channelers » font quelque chose d’extrêmement dangereux pour eux-mêmes comme pour les gens qui vont leur demander conseil. Ils vivent dans un énorme mensonge. Il n’est pas permis d’invoquer les morts! C’est strictement interdit!
Personnellement, je ne les ai jamais appelés, jamais je ne le fais et jamais je ne le ferai. C’est Jésus qui l’a permis à travers sa Mère. Mais Satan peut naturellement copier et simuler tout ce qui vient de Dieu, et il le fait. Il est le singe de Dieu et imite tout ce que Dieu fait. Il peut imiter la voix des âmes et prendre l’apparence de leur corps, mais quelle que soit la réaction, elle vient toujours du Malin. N’oubliez pas que Satan peut même guérir, mais ces guérisons ne durent jamais.

C'est ça le propre du catholicisme: mélanger le mensonge à la vérité, et c'est d'ailleurs pour cette raison que cette religion réussit à embobiner le plus grand nombre. L'Eternel dit dans sa parole qu'il est interdit de s'adresser aux morts, tout simplement, il n'est pas qu'interdit de les invoquer, mais il est interdit de s'adresser à eux, puisque ce sont des démons qui viennent sous leurs apparences pour nous tromper.

"Si quelqu'un s'adresse aux morts et aux esprits, pour se prostituer après eux, je tournerai ma face contre cet homme, je le retrancherai du milieu de son peuple." (Lévitique 20:6)

Puis, les guérisons de Satan peuvent durer toute la vie, ce qu'elle dit est totalement faux, mais ça c'est un autre débat.

Il faut que les choses soient bien claires dans votre esprit: Les morts sont morts. En d'autres termes, une fois qu'une personne est morte, il n'y a plus aucun contact entre elle et les vivants. Les morts s'en vont dans un autre monde avec lequel il nous est totalement impossible d'interagir. Beaucoup de personnes parmi vous ont vu leur proche parent en vision ou en songe, ce proche parent vous a probablement parlé, il vous a dit beaucoup de choses inintéressantes, il avait exactement la même apparence qu'il avait de son vivant. Sachez une chose, ce parent que vous avez vu est un démon! Il existe sur terre de nombreuses religions qui pratiquent des cultes aux morts, ce sont des pratiques sataniques et idolâtres. Je vais tout d'abord vous le prouver avec la Bibl.

"Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, d'enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel; et c'est à cause de ces abominations que l’Éternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi." (Deutéronome 18:10-12)
"Si l'on vous dit: Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l'avenir, Qui poussent des sifflements et des soupirs, Répondez: Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu? S'adressera-t-il aux morts en faveur des vivants?" (Esaïe 8:19)
"Samuel était mort; tout Israël l'avait pleuré, et on l'avait enterré à Rama, dans sa ville. Saül avait ôté du pays ceux qui évoquaient les morts et ceux qui prédisaient l'avenir." (1 Samuel 28:3)

Je vous conseille aussi de lire tout 1 Samuel 28, vous comprendrez à quel point l'Eternel hait la communication avec les défunts.

Le catholicisme maintient les gens dans des pratiques idolâtres et anti-scripturaires en leur demandant de prier les saints morts: Sainte Rita, Saint Antoine de Padoue, Saint Joseph, etc... ça c'est du polythéisme voilé. Nous ne devons invoquer que l’Éternel, Le Créateur de toutes choses.

Conclusion: Il est interdit de parler avec les morts, les lois que Le Créateur a instituées ne nous le permettent pas, ainsi, lorsqu'on s'adresse à des défunts, on effectue une pratique que Le Créateur n'a pas prévu, et ce sont des démons qui répondent à la place des défunts. Ce sont des démons qui prennent leur apparence pour vous tromper. Vous comprenez donc pourquoi il est impératif pour ces démons de continuer à maintenir cette doctrine de la communication avec les morts, dans la conscience collective de l'humanité?

Dernière chose: J'ai connu cette Maria Simma à travers les vidéos d'une certaine Fabienne Guerrero qui comme vous pouvez l'imaginer, est dans une grande apostasie. Cette Fabienne Guerrero a pratiqué de l'occultisme par le passé et elle s'est repentie, elle s'est repentie pour hélas embrasser le catholicisme, donc aujourd'hui elle œuvre pour un autre jésus. Elle fait à peu près le même travail que je fais, à la différence que c'est pour ensuite conduire les gens vers le catholicisme. Satan est très malin, il peut te donner milles révélations, mille vérités, et ensuite te donner un seul mensonge qui va t'éloigner définitivement de la véritable parole de Dieu, et par conséquent, te disqualifier à tout jamais du royaume des cieux. Il faut faire très attention, il y a désormais beaucoup de repentances pour un dieu totalement différent de celui des Saintes écritures. Ce n'est donc pas parce qu'une personne s'est repentie qu'il faut absolument croire que vous suivez le même Dieu.

http://maranatha21.blogspot.fr/2013/10/peut-on-communiquer-avec-les-morts.html

http://chretiens2000.over-blog.com/2014/02/les-morts-peuvent-ils-communiquer-vec-les-vivants.html

Deutéronome 18:10-14

Qu'on ne trouve chez toi

personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu,

personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de sorcier, de magicien, personne qui consulte les esprits ou les spirites,

personne qui interroge les morts.

En effet, celui qui fait cela fait horreur à l'Eternel et c'est à cause de ces pratiques abominables que l'Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi. 

Tu seras tout entier à l'Eternel, ton Dieu.En effet, les nations que tu vas chasser écoutent les astrologues et les devins, mais à toi, l'Eternel, ton Dieu, ne le permet pas.

 

 

En effet il est possible que ces magiciens et tous ceux qui sont cités dans ce passage, ne sachent pas qu'ils sont eux aussi en relation non avec des personnes décédées mais avec des démons, car Satan est le père du mensonge. A tous les dégrés, il trompe.

 

Jean 8:44

Vous, vous avez pour père le diable et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement et il ne s'est pas tenu dans la vérité parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fond, car il est menteur et le père du mensonge.
Les diseurs de bonne aventure travaillent également avec leur qarine.  Le qarine est un djinn assigné à chaque être humain.  C’est ce djinn qui, par ses chuchotements, nous suggère toutes sortes de mauvais désirs et tente constamment de nous détourner du droit chemin.

Comme le qarine accompagne une personne durant toute sa vie, il sait tout de cette personne et connaît tous les événements de sa vie, de sa naissance jusqu’à sa mort.

En prenant contact avec le qarine d’une personne, un diseur de bonne aventure arrive à faire croire que c’est lui qui possède un véritable don de voyance.  Il regarde dans une boule de cristal ou dans la paume de la main d’une personne et cherche à l’impressionner avec des connaissances qu’il n’aurait pu obtenir sans l’aide du qarine

Les djinns ne sont pas actifs qu’auprès des diseurs de bonne aventure.  D’autres activités, comme les séances de spiritisme et les tables de ouija, sont manipulées par les djinns.  « Es-tu Charlie?  Parle-nous, Charlie! », telle est le genre de paroles que prononcent anxieusement les proches d’une personne décédée lors de ces séances, dans l’espoir d’entrer en contact avec elle.  Et lorsque le djinn commence à se manifester et à parler comme s’il était « Charlie », les gens n’y voient que du feu.

Les djinns excellent particulièrement à manipuler les gens en provoquant des  visions devant leurs yeux.  Par ces visions, ils incitent les gens à se détourner de l’adoration de Dieu.  Quand une personne voit apparaître une forme devant elle, elle ne sait comment l’expliquer.  Ce n’est qu’en ayant une bonne connaissance du monde des djinns et une ferme croyance en Dieu qu’une personne arrive à ne pas se laisser impressionner par un tel phénomène.  Les visions de Jésus et de la vierge Marie, nombreuses au fil des siècles, sont un choix populaire chez les djinns.  Il semble même que d’égarer les chrétiens soit l’un des trucs les plus faciles, pour les djinns.  Non seulement les chrétiens sont-ils dupés par ces visions, mais quand les djinns se mettent en plus à parler, ils s’imaginent entendre des anges, ce qui les renforce dans leur foi.  Pourtant, le nombre d’absurdités qu’ils émettent devraient suffire à faire comprendre à quiconque que ces voix sont en fait celles des diables et non des anges!  Pour certaines personnes, les visions dans lesquelles ils voient leurs proches ou leurs ancêtres sont chose courante.  En prenant la forme de leurs proches, les djinns les persuadent que les âmes des personnes mortes circulent toujours sur terre, parmi les humains.  C’est pourquoi tant de gens croient aux fantômes et aux esprits.

Le monde des djinns est à la fois sinistre et intriguant.  En le connaissant mieux, nous pouvons arriver à expliquer de nombreux phénomènes considérés comme des mystères.  C’est de cette façon que nous pouvons éviter de sombrer dans des extrêmes, comme ceux qui, n’arrivant pas à expliquer ces phénomènes, vont jusqu’à adorer toutes sortes d’objets et créatures autres que Dieu.  C’est en nous accrochant fermement au monothéisme que nous pouvons nous défendre contre ces alliés invisibles de Satan :

« Ils vous ont certes à l’œil, lui (Satan) et sa tribu, alors que vous ne pouvez les voir. » (Coran 7:27)

LES DANGERS DU SPIRITISME
Althor -

Je déconseille aux personnes qui ignorent les conséquences du spiritisme (tables tournantes, déplacement des verres, écritures automatiques etc) de ne pas toucher de près ou de loin à ces pratiques s’ils ne veulent pas en subir les contre-courants mentaux que cela entraîne (angoisses, dépression, manque de confiance en soi etc).
Il est facile d’ouvrir une porte dans l’au-delà,...mais parfois difficile de la refermer !...

LES DANGERS DU SPIRITISME
chereau francoise - le 4 mars 2014

j ai fait du spirisime il y a de nombreuses années et depuis plus rien ne va dans ma vie oui : angoisses, pas confiance en moi je suis addicte a la voyance par pulsions incontrolables par audiotel et m endette je pratique l ecriture automatique aussi je voudrait vivre normalement merci de m aide

Cressida -

Le spiritisme est de la magie noire et il n’invoque que des mauvais esprits ! La plupart du temps ils font semblant d’etre quelqu’un que vous connaissez, par exemple ; votre grand-pere, Marilyn Monroe etc. mais c’est les esprits qui vous font un gros piege ! Ne faites JAMAIS du spiritisme, ca fini TOUJOURS mal, il y a des gens qui se sont SUCIDER a cause de ca. Vous serai fatiguer, toujours en train de regarder derriere vous, jamais sure de quelque chose, toujours un peu malheureux meme si vous venez de gagner la lotterie ! SVP le spiritisme est MAL et il ne faut meme pas essayer ! Si vous voulez avoir des experieces allez juste dans les maison hantees et posez quelques questions etc. mais NE FAITES PAS DE LA MAGIE NOIR, CA INVOQUE LES MAUVAIS ESPRITS, L’ENFER SUR TERRE !!!!!!!!!!!!!!!!!

Posté par rusty james à 01:17 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,