Girl-Nature-Sunset-Wallpaper-1280x720

 

Vous entendez souvent des médecins dire qu'il n'y a aucun besoin de prendre des compléments si vous avez un régime équilibré. C'était vrai. Malheureusement, l'alimentation d’aujourd'hui n'est pas la même que celle d’il y a 50-100 ans. Nous devons compenser la perte "de valeur" de notre alimentation.

  •      Il faut aujourd'hui 80 tasses d'épinard de supermarché pour vous donner la même quantité de fer que celle que vous auriez obtenu juste avec une tasse d'épinard cultivé il y a 50 ans.

  •      Selon une étude de l'Université Rutgers, il faut maintenant 19 portions de maïs pour égaler la valeur alimentaire d'une portion de maïs cultivé en 1940.

  •      Il y a moins de la moitié de protéine dans le blé d'aujourd'hui que dans celui que nos grands-parents mangeaient.

  •      Beaucoup de nos sols sont si épuisés qu'une récolte dépend entièrement des engrais chimiques pour sortir de terre. Cela signifie que la plupart des aliments que nous consommons sont pratiquement exempts de tous les oligo-éléments dont nous avons besoin pour la survie.

  •      Etc.

Quand vous y pensez, nul besoin d'être un scientifique de l'industrie spatiale pour se rendre compte de ce qui est arrivé. Nous avons échangé la qualité pour de la quantité. Vous ne pouvez pas continuer à augmenter le rendement par hectare, tout en épuisant constamment le sol année après année et ne pas vous attendre à perdre quelque chose dans ce processus. Et ce qui a été perdu, c’est la qualité de notre alimentation.

Organique vs inorganique

Comme nous venons de le voir, la plupart de l'alimentation vendue dans nos supermarchés est compromise. Une partie de la solution se trouve dans des produits alimentaires organiques (biologiques) qui se rapprochent le plus près possible des produits alimentaires qui pouvaient être cultivés il y a 50 ans. Considérez les comparaisons suivantes entre la culture organique et la culture conventionnelle.

  •      Des haricots organiques (biologique) ont 30 fois plus de manganèse, 22 fois plus de fer et 23 fois plus de cuivre comparativement à la même variété conventionnellement cultivée.

  •      Le chou organique a quatre fois plus de calcium et quatre fois plus de potassium que le chou que vous achetez au supermarché.

  •      La laitue organique a une teneur cinq fois plus grande en calcium, 50 fois plus haute en fer et 170 fois plus haute en manganèse.

  •     Des tomates organiques ont une teneur 12 fois plus grande en magnésium, 68 fois plus grande en manganèse et presque 2,000 fois plus grande en fer.

Et ensuite il y a la différence entre organique et super-organique. Les aliments super-organiques — quand vous pouvez en trouver — contiennent, en moyenne, deux fois la valeur alimentaire que la norme organique (qui, comme nous l'avons déjà vu, ont plusieurs fois la valeur nutritive des aliments cultivés conventionnellement). Pour vous donner le sens de la mesure de ces différences, considérez que :

  •     les fermes conventionnelles n'emploient aucun en engrais pour la croissance de leur récolte. Au lieu de cela, ils comptent sur les engrais chimiques qui ont une gamme limitée de substances nutritives – tout juste ce que la plante exige pour croître, ce qui explique pourquoi elles sont si déficientes en substances nutritives dont nous avons besoin. (Et, bien sûr, nous ne parlerons même pas du goût.)

  •     la culture biologique emploie environ six à dix tonnes d'engrais organique par hectare, par an.

  •     la culture super-biologique emploiera plus de 200 tonnes d'engrais organique par hectare, par an.

Stress alimentaire

Un deuxième facteur que nous devons considérer est le stress alimentaire. Nous sommes exposés dans notre environnement à une beaucoup plus grande quantité de pollution et à des tensions que nos corps ne sont pas en mesure de manier -- à un niveau historique jamais atteint. Même si nous pouvions consommer tout organique, avoir une diète optimum, ça prendrait plus que la protection phytochimiques des aliments d’une diète, même si ce que nous pourrions manger était de la meilleure qualité. Nos corps n'ont jamais été conçus pour contrer :

  •      les niveaux élevés de radiation de nos radiographies dentaires et celles des vols d'avion en haute altitude

  •     les graisses hydrogénées totalement artificielles, (les acides gras transes et les graisses homogénéisées)

  •      les niveaux élevés de sucre raffiné (un Américain moyen en consomme aujourd’hui plus de 66 kilos par année)

  •      un manque total de fibres dans les farines blanches raffinées (incluant, les pains, les pâtes, les gâteaux, pâtisseries, tortillas, etc.)

  •      l’exposition constante à des champs électromagnétiques perturbateurs  

  •      le chlore et le fluor dans l’eau

  •      des situations de stress permanent de la vie courante

La ligne à suivre est que si vous vivez dans n'importe quel pays industrialisé du monde d'aujourd'hui, vous devez prendre des suppléments pour maintenir votre santé pour réduire les risques de cancer, des maladies cardiaques, des maladies dégénératives de toutes sortes, retarder le processus de vieillissement et vous protéger contre les risques d'intoxication.

QUELS SUPPLÉMENTS DEVONS NOUS PRENDRE ?

Avant de pouvoir réellement déterminer quels suppléments nous devons prendre, jetons un rapide coup d’œil aux principes de base de la nutrition.

Protéines, Graisses et Hydrates de carbone

Pour beaucoup de personnes, c'est là où leur connaissance alimentaire commence et finit. Elles comptent les calories et comparent les proportions de calories grasses au total des calories. Dans la plupart des hôpitaux, le souci unique des nutritionnistes certifiés qui préparent "l'alimentation" de l'hôpital est d'atteindre un équilibre approprié de protéines, de graisses et d'hydrates de carbone. Comme vous l'apprendrez bientôt, c'est équivalent à de la folie alimentaire.

  • Les protéines sont essentielles à la croissance et la réparation de tous les tissus du corps. Les protéines sont faites d'acides aminés, dont certains sont produits isolément par votre corps et d'autres doivent être inclus dans votre alimentation.

  • Il est fait grand cas de notre besoin en protéines, mais le fait est que nos besoins en protéines ne sont pas vraiment très grands et sont faciles à combler. Calculez votre besoin en protéines quotidien, en divisant votre poids par mille. Cela donne votre besoin de protéines quotidien en grammes. Grossièrement, si vous pesez 75 kg (75 000 grammes), vous aurez besoin de 75 grammes de protéines par jour.
  • Théoriquement, le lait est la protéine de plus haut niveau, mais en réalité ce n'est pas vrai. Comme nous l'avons déjà vu, le lait altère le pH, ce qui aboutit à une digestion incomplète. La viande et le poisson sont excellents. Les oeufs aussi. Étonnamment, les meilleures sources sont toutefois végétariennes. Les algues spiruline et chlorella ne contiennent pas seulement un plus haut pourcentage réel de protéines (60-80 % contre 20-25 % pour les sources animales) mais aussi une plus grande valeur biologique.
  • Les graisses sont le système de stockage suprême d'énergie. Le corps stocke la graisse pour l'utilisation d'énergie à long terme. Pensez aux ours qui vivent aux dépends de leur graisse durant des mois lors de l’hibernation. D'autre part, si vous mangez chaque jour, votre corps ne doit pas vraiment stocker de graisse pour une utilisation future. Néanmoins, certaines graisses sont essentielles pour la vie et la santé.

  • Les Acides Gras Essentiel (AGE) sont approximativement parmi les 50-70 substances nutritives qui ont été identifiées comme indispensables à la vie humaine et pour une bonne santé. À la différence des gras saturés, les AGE restent liquides à la température du corps et ne se mélangent pas entre eux et ne bouchent pas les artères.
  • En fait, toutes les graisses sont des acides gras consistant en une partie de graisse qui n'est pas soluble dans l'eau et une partie acide qui l'est. Ce qui fait de l'Oméga-3 (le roi des AGE), l'Oméga-6 et l'Oméga-9 des acides gras si importants qu'ils sont non seulement bons pour vous — ils sont, en fait, essentiels. Et qui plus est, le corps ne peut pas en produire, ce qui signifie que vous devez les obtenir par l’alimentation. Cependant, en raison de l'extrême sensibilité des AGE à la lumière et à l'oxygène, ils ont été éliminés de pratiquement TOUS les produits alimentaires lorsque traités afin de se préserver plus longtemps sur les tablettes.
  • Notre déficience en AGE a été tristement lié à beaucoup de maladies d'aujourd'hui et à des malheurs incluant la perte des cheveux, le manque d'énergie, des problèmes de peau, des problèmes de coeur, des problèmes circulatoires et tous les désordres immunitaires (incluant l'arthrite).
  • L'existence des AGE est si important parce qu'ils sont les composants principaux de toutes les membranes cellulaires -- intérieures et extérieures -- car ils protègent contre les virus, les bactéries et les allergènes. Ce sont les composants clés de toutes les graisses et huiles dans nos produits alimentaires et dans le corps. Ils jouent un rôle clé dans la construction et l’entretien des cellules nerveuses et des substances tout comme l'hormone appelée prostaglandine ; et leur action fait baisser le cholestérol et les niveaux de triglycérides dans le sang.
  • La vérité est que ces acides gras essentiels sont indispensables à notre santé. Ils sont littéralement les agents de guérison primaires du corps; et selon quelques évaluations, environ 90% de tous les gens ont une déficience d'au moins un AGE.
  • Les hydrates de carbone sont les produits alimentaires énergétiques à court terme du corps. Les hydrates de carbone simples, comme la farine blanche et le sucre sont utilisés par le corps en quelques minutes seulement. Les hydrates de carbone complexes prennent du temps pour se décomposer et sont donc utilisés sur une période de plusieurs heures.

  • Les meilleurs hydrates de carbone sont les fruits frais et les légumes purs et simples. Achetez des produits organiques et lavez-les comme il faut.

Minéraux

Votre corps est surtout fait en réalité de minéraux et d'eau. Il en ressort que votre santé entière est déterminée davantage par des minéraux que par des protéines, des graisses, des hydrates de carbone, ou même des vitamines. Le calcium, par exemple, n'est pas seulement employé pour construire des os forts et des dents, mais il est présent dans chacune des cellules du corps et est l'instrument de transport de substances nutritives interne et externe de ces cellules.

  •      Voulez-vous un peu de fer ? Pourquoi ne pas limer un clou et manger ses résidus. Voulez-vous un peu de calcium ? Pourquoi ne pas ouvrir quelques huîtres, jeter la chair et manger les coquilles. C'est idiot ? Si vous saviez, c'est fait comme ça dans la plupart des pilules de vitamines que vous achetez ?

  •      Eh bien alors, que penser de cette alternative ? Vous voulez un peu de fer ? Pourquoi ne pas manger des betteraves ! Vous voulez un peu de calcium ? Pourquoi ne pas prendre des graines de sésame ou des feuilles de chou vert ou du jus de carotte !
     

  •      Il faut savoir que votre corps ne peut pas utiliser directement les minéraux. Ils ont une charge électrique opposée à celle de la paroi intestinale pour pouvoir s'y coller sans la traverser. Une fois collés à la paroi intestinale, ils sont "repoussés" vers l'extérieur. En fin de compte, vous absorbez seulement de 3 à 5% des minéraux que vous consommez directement.

  •      D'autre part, les plantes tirent les minéraux directement du sol puis les transforment biologiquement en leur substance même. Pas étonnamment que votre corps aime davantage cette forme de minéraux.

Oligo-éléments

Pendant des années, on a pratiquement ignoré les oligo-éléments avant d'être utilisés dans la nutrition. En fait, au début des suppléments vitamines/minéraux, il était rare de les y trouver inclus. Depuis lors, cependant, principalement en raison des découvertes faites au niveau de l'élevage à grande échelle du bétail, des porcs et des poulets, nous avons appris que les oligo-éléments sont parmi les composants les plus importants d'une bonne santé — et même de la vie elle-même.

Un plein complément de 72 à 84 oligo-éléments est essentiel pour une santé optimum.

Vitamines

Le dictionnaire définit une vitamine comme "un composé organique que l’on trouve naturellement dans les plantes et les tissus animaux en petite quantité, ce qui est essentiel pour le contrôle des processus métaboliques." Plus une définition qui met en lumière que les vitamines sont des co-enzymes. Leur premier rôle est d'aider les enzymes de votre corps à faire leur travail.[1] Quand les vitamines ne sont pas disponibles en quantités suffisantes, les réactions d'enzymes sont impossibles.

Éléments phytochimiques

Les éléments phytochimiques sont "les dernières" découvertes importantes de la science alimentaire. Ils incluent des éléments comme le sulforaphane du brocoli, le resvératrol des raisins et la lycopène des tomates. Une autre façon de voir les photochimiques est de prendre un point de vue similaire au processus de découverte des vitamines et des antioxydants. Ce n'est pas nécessairement un processus rapide. Il a fallu 50 ans après sa découverte pour que la vitamine E soit déclarée une vitamine.

CE N'EST PAS SI SIMPLE

Vous pensez que créer un supplément serait assez facile. Essayez seulement de penser en quoi les gens pourraient être déficients, puis fabriquez alors une pilule qui comblerait ces manques soupçonnés – un genre de multi-vitamines quotidienne pour combler cet état de choses. Déterminer alors le meilleur supplément à prendre consisterait simplement à lire l'étiquette.

Malheureusement, ce n'est pas si simple. On doit affronter en réalité plusieurs problèmes.

1.   Les vitamines naturelles et synthétiques ne sont pas nécessairement la même chose.

2.   Dans la nature, les substances nutritives n'existent pas isolées; elles existent sous forme de complexes nutritifs. Et dans les faits, nos corps ont besoin des substances complexes, non pas d'éléments isolés.

Naturel versus synthétique

En fait, les vitamines peuvent être classifiées comme pouvant être : totalement naturelles, co-naturelles, ou synthétiques.

Totalement naturelles

Pratiquement aucune vitamine que vous achetez n’est totalement naturelle. Pourquoi ? Tout simplement, à cause du coût. L'extraction directe de vitamines des produits est d'un coût prohibitif. Par exemple, l'acerola des cerises, la meilleure source naturelle de vitamine C. Seulement 1 % de vitamine C est contenue dans le poids. La plupart des suppléments avec l'inscription acerola de cerises comme source de vitamine C contiennent seulement un petit pourcentage de vitamine C de cerises — le reste est de la vitamine C synthétique.

Co-naturelles

Les vitamines co-naturelles sont dérivées de sources végétales et animales à l'aide de l'extraction dissolvante, la distillation, l'hydrolyse ou la cristallisation ; mais, par définition, elles n'ont subi aucun changement de conversion ou chimique pendant le processus d'extraction.

Synthétique

Les vitamines synthétiques peuvent être tirées de sources soient naturelles ou chimiques. Ce qui les rend synthétiques est qu'elles subissent un processus de "conversion", soit suite au processus d'extraction ou bien comme résultat d'une pure composition chimique.[2]Les vitamines synthétiques sont, au mieux environ 50 % aussi efficaces que des vitamines naturelles et peuvent en réalité supprimer la capacité du corps à absorber la partie naturelle de la vitamine.

Ce qu’on trouve en fait dans les magasins

Plusieurs vitamines de catégories commerciales et de concentrés de minéraux sont synthétisés par les grandes compagnies pharmaceutiques et de produits chimiques[3] qui utilisent le même matériel de base avec lequel elles fabriquent leurs médicaments (du goudron de houille, de la pulpe de bois, des dérivés du pétrole, des sous-produits animaux, de la fonte de roches, de pierres, de coquilles et de métaux).

  •      La plupart de la vitamine B-12 (cobalamine) est faite de bourbes de vidanges activées puis stabilisées avec du cyanure (pour ensuite se transformer en cyanocobalamine)

  •       La plupart de la vitamine D est dérivée du pétrole

  •       La plus grande partie de toute la vitamine E est produite dans les laboratoires Kodak

  •       La niacinamide est faite en faisant bouillir du soufre en présence d'amiante

  •      Les suppléments de calcium sont pour la plupart extraits de la terre, ou bien de vieux os, ou faits en concassant des coquilles d'huîtres.

Une autre surprise est que le terme organique, quand il est appliqué aux suppléments, ne signifie pas la même chose en alimentation. Pour les suppléments, le mot organique consiste en ce que la molécule contient au moins un atome carbonique (comme en chimie organique). Autrement dit, un supplément peut être étiqueté 100 % organique et être aucunement naturel.

Beaucoup de vitamines prétendues naturelles contiennent des éléments synthétiques supplémentaires pour "augmenter leur puissance," ou standardiser la quantité dans une capsule ou un groupe. Beaucoup de vitamines ont aussi une forme de sel synthétique ajoutée pour en augmenter la stabilité. Ces vitamines synthétiques sont facilement identifiées par les termes : acétate, bitartrate, chlorure, gluconate, hydrochloride, nitrate et succinate.


LE PLUS GRAND PROBLÈME

La médecine moderne refuse de définir le corps humain comme une entité holistique, mais plutôt comme un ensemble de parties séparées et d'éléments. Il n'est pas étonnant que le même paradoxe ait été appliqué à la nutrition. Autrement dit, la nutrition moderne est basée sur le concept que des substances nutritives clefs peuvent être identifiées et isolées. Malheureusement, la réalité est tout autre.

  • Il y a quinze ans, il a été découvert que votre corps ne pouvait pas vraiment très bien absorber la vitamine C (acide ascorbique) à moins que les bioflavonoïdes, l'hesperidin et la rutine ne soient présents. Puis, soudain, on s’est mis à vendre toutes les vitamines C AVEC des bioflavonoïdes, de l'hesperidin et de la rutine. Il a été ensuite découvert que vous ne pouviez pas vraiment très bien absorber la vitamine C (même avec des bioflavonoïdes, de l'hesperidin et de la rutine) à moins que le calcium ne soit aussi présent. À nouveau, soudain, toutes les vitamines C se sont vendues AVEC du calcium. Deux questions auxquelles n'importe quelle personne censée voudrait une réponse :

  • Quels bienfaits ont obtenus tous ce gens en ayant dévoré de l'acide ascorbique durant ces années ?

  • Était-ce la seule source de vitamine C disponible durant toutes ces années qui était composée de bioflavonoïdes et de calcium ? Bien sûr que non! Un paquet d'oranges faisait l'affaire. Un paquet de pamplemousses faisait l'affaire. L'acerola d'un paquet de cerises faisait l'affaire. Des tas de produits dans la nature faisaient l'affaire!

  •      Il y a quelques années, la Bêta carotène a été "découverte". Soudain, on trouvait partout des suppléments de Bêta carotène. La presse vanta les mérites des propriétés anti-cancérigènes de la Bêta carotène. Alors qu'elle vantait ses mérites, d'autres études ont montré qu'elle n'a pas empêché le cancer[4]. Alors, oublions la Bêta carotène ; et chacun maintenant de vanter les mérites d'un autre caroténoïde : la lycopène. La lycopène empêche le cancer de la prostate. Il y eut alors la lutéine, aussi un caroténoïde. Mais de nouveau, si nous nous tournons vers la nature, nous voyons que la nature a déjà rassemblé tous ces éléments dans un complexe. L'algue dunaliella la saline, par exemple, contient tous les caroténoïdes connus, plus d'autres, comme l’Alpha carotène et du zeaxanthin. Les carottes, à cet égard, contiennent approximativement 400 différents caroténoïdes en plus de la Bêta carotène et beaucoup de ces caroténoïdes sont bien plus puissants que la Bêta carotène.

  •      Un troisième exemple est le chrome minéral. Pendant ces dernières années, les versions synthétiques du chrome, le chrome picolinate et le chrome polynicotinate, ont été mises de l’avant. Elles ont même été promues comme étant "mieux" que l'original, mais il en ressort que ce n'est pas entièrement vrai. Dans son état naturel, le chrome se trouve accompagné d'un complexe entier de substances appelé GTF (facteur de tolérance de glucose) qui, entre autres choses, protège du diabète. Le chrome picolinate et le chrome polynicotinate, parce qu'ils sont isolés, ne contiennent pas de GTF.

Je pourrais continuer ainsi longtemps en donnant des exemples, comme pour les vitamines B et la vitamine E, où la science continue à isoler les facteurs clefs actifs de ces vitamines. Ce qu'il faut savoir cependant, c'est que dans la nature, les vitamines n'existent pas isolément; elles existent sous forme de complexes.

Et puis une réflexion pour terminer. Bien qu'il soit imaginable que la science puisse un jour identifier toutes les substances nutritives clefs contenues dans la nature, pour que nous puissions découvrir celles qu'il faudrait impérativement inclure, il semble impossible que la science puisse un jour identifier comment toutes ces substances nutritives agissent entre elles et s'aident réciproquement. Les possibilités mathématiques sont immenses. Finalement, nous constaterons qu'il y a littéralement des milliers de substances nutritives dont le corps a besoin pour rester sain[5] et les possibilités d'interaction synergétique de toutes ces substances nutritives sont astronomiques.

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

Les Suppléments en général

À la question : quel est le meilleur supplément ? La meilleure façon de l’aborder est de scinder cela en trois catégories : Optimum, acceptable et éviter à tout prix.

Optimum

  • Un bon choix : employer un supplément composé de complexes vitaminiques concentrés "basés sur l'alimentation". De tels suppléments contiendront des formes concentrées de foie, de levure et de germe de blé, par exemple.

  • Un autre bon choix : employer des suppléments "bioénergétiques". Au lieu d'être fabriqués chimiquement, les suppléments bioénergétiques sont cultivés en employant un procédé biodynamique au cours du processus. Littéralement, en cultivant une levure alimentaire dans "un bouillon nutritif super-dense," on obtient finalement un complexe de vitamines/minéraux « vivant » composé d'un système interactif fort complexe de vitamines, enzymes, minéraux, groupes de bioflavonoïdes actifs, microprotéines, hydrates de carbone complexes et d'autres innombrables constituants de produits alimentaires naturels.

  • Une troisième alternative est une combinaison de super-produits alimentaires contenant des choses comme du son de riz, de la spiruline, de la chlorella, du pollen de fleurs, de la levure alimentaire, de l'herbe de blé, de l'herbe d'orge, des betteraves en poudre, etc., pour fournir un complément entier de vitamines et de minéraux.   

    • Faire attention aux remplissages. Les super-produits alimentaires sont chers et plusieurs fabricants fabriquent leurs formules en y ajoutant de grandes quantités de choses comme le son de riz de catégorie inférieure et de la lécithine, etc.[6] Aussi, il est important de s'assurer que votre super-alimentation fournit de bonnes sources pour les vitamines B et pour la vitamine D.

    • Pendant plusieurs années, on a pensé que des algues comestibles, des produits alimentaires de soja fermentés et la spiruline contenaient de hauts niveaux de B12. Ce n'est pas le cas. Ce qu'ils contiennent sont des semblants de B12 (des sosies chimiques) que le corps ne peut pas utiliser. Vous aurez besoin d'une autre source de B12.

    • Des études récentes ont constaté que plus de la moitié de tous les gens ont trop peu de vitamine D dans leurs corps. La grande surprise était que le tiers de ceux qui étaient déficients prenaient déjà un supplément de vitamine D. Assurez-vous que votre super-alimentation fournisse les quantités adéquates de vitamine D.

Acceptable

  •      Il est possible de trouver des suppléments de vitamines/minéraux de haute qualité dans des centres de diététique qui n'emploient que des vitamines co-naturelles et aucune synthétique. Le problème avec des suppléments BASÉS sur des vitamines co-naturelles est qu'ils ne peuvent jamais être complets.

À éviter à tout prix

  •     Les suppléments synthétiques ne sont pas une option. Au mieux, ils sont seulement 50% aussi efficaces que les vitamines naturelles. Au pire, ils peuvent à vrai dire déclencher des effets secondaires nuisibles.

Acides Gras Essentiels

Puisque les AGE (Acides Gras Essentiels) ont été éliminés de pratiquement tous les produits alimentaires que nous mangeons normalement, ce supplément est indispensable. Les meilleures sources d'acides gras essentiels sont :

  •     Si vous prenez votre dose quotidienne de graine de lin tel que recommandé précédemment, vous obtiendrez tout l'acide alpha-linolénique dont vous avez besoin. Autrement, vous pourrez compléter quotidiennement avec une à deux cuillères à table d'huile de graines de lin pressées à froid.

  •      L'huile de poisson fournit du DHA (acide docosahexaenoique) et du EPA (acide eicosapentaenoique).

  •      Récemment une variante d'une longue chaîne d'acide gras appelé l'Oméga 9+ a été découverte. Bien que non encore officiellement désigné comme un acide gras essentiel, le supplément contenant cet acide gras a démontré une capacité remarquable pour soulager la douleur, combattre l'arthrite et délivrer des symptômes d'un nombre important de maladies.

Oligo-éléments

Il y a maintenant beaucoup de bonnes sources d’oligo-éléments disponibles. Vous les verrez décrits comme des "minéraux colloïdaux" ou "minéraux ioniques" ou "minéraux marins." Faites votre choix et prenez-en. Le manque d’oligo-éléments est épidémique en Amérique à cause de la mauvaise qualité de nos régimes. Ce supplément est essential.

Phytonutriments

À l'heure actuelle, la meilleure source est toujours les aliments eux-mêmes. Les produits alimentaires que vous pourrez inclure dans votre régime peuvent être des choses comme :

  •        les produits de soja de toutes les sortes pour le génistein et les isoflavonnes

  •        brocoli, pousses de chou de Bruxelles et chou frisé pour le sulforaphane

  •        ail et oignon pour l’allyl sulfide

  •        raisins rouges (incluant les pépins) pour le proanthocyanidins et le resvératrol

  •        thé vert pour les polyphénols


[1] Par exemple, l’enzyme responsable pour morceler l’alcool, la déhydrogénase de l’alcool, utilise la vitamine B6 (pyridoxine) en tant que co-facteur.

[2] La lumière passant à travers une vitamine naturelle se courbe toujours vers la droite à cause de sa rotation moléculaire. Les vitamines synthétiques se comportement différemment. Le même rayon de lumière se sépare en deux parties lorsqu’il passe à travers une vitamine synthétique — une partie se courbe vers la droite (d pour dexorotary), l’autre vers la gauche (l pour levorotary). Une fraction de la vitamine E naturelle, par exemple, est facilement identifiable par le « d-alpha tocophérol », la vitamine synthétique par « dl-alpha-tocophérol ». (En passant, le corps ne peut utiliser la forme l de la vitamine E, et la forme l peut même empêcher la forme d de pénétrer dans les membranes cellulaires.

[3] Kodak, Hoffmann La Roche, etc.

[4] Les deux études négatives ont évalué la Bêta carotène synthétique. Pour ce qu'elle vaut, presque toute la Bêta carotène sur le marché est aujourd'hui un isolat synthétique fait de gaz d'acétylène. Hum!

[5] Comme je l'ai déjà mentionné il y a environ 400 caroténoïdes qui ont été identifiés. Et chaque jour un nouvel élément phytochimique (pour ne pas dire de nouvelles classes entières d'éléments phytochimiques) est identifié. Et un nouvel antioxydant est, semble-il, identifié presque quotidiennement.

[6] Ne disons pas le contraire. Ceux-ci ne sont pas si mauvais; mais leurs substances nutritives ne sont pas suffisamment denses. Leur première valeur est qu'ils sont relativement peu coûteux.

Copyright © 1999, JON BARRON. Tous droits réservés. Traduction française par Jocelyn M. Garneau.