POURQUOI DEVONS-NOUS PRENDRE DES COMPLÉMENTS ?

Girl-Nature-Sunset-Wallpaper-1280x720

 

Vous entendez souvent des médecins dire qu'il n'y a aucun besoin de prendre des compléments si vous avez un régime équilibré. C'était vrai. Malheureusement, l'alimentation d’aujourd'hui n'est pas la même que celle d’il y a 50-100 ans. Nous devons compenser la perte "de valeur" de notre alimentation.

  •      Il faut aujourd'hui 80 tasses d'épinard de supermarché pour vous donner la même quantité de fer que celle que vous auriez obtenu juste avec une tasse d'épinard cultivé il y a 50 ans.

  •      Selon une étude de l'Université Rutgers, il faut maintenant 19 portions de maïs pour égaler la valeur alimentaire d'une portion de maïs cultivé en 1940.

  •      Il y a moins de la moitié de protéine dans le blé d'aujourd'hui que dans celui que nos grands-parents mangeaient.

  •      Beaucoup de nos sols sont si épuisés qu'une récolte dépend entièrement des engrais chimiques pour sortir de terre. Cela signifie que la plupart des aliments que nous consommons sont pratiquement exempts de tous les oligo-éléments dont nous avons besoin pour la survie.

  •      Etc.

Quand vous y pensez, nul besoin d'être un scientifique de l'industrie spatiale pour se rendre compte de ce qui est arrivé. Nous avons échangé la qualité pour de la quantité. Vous ne pouvez pas continuer à augmenter le rendement par hectare, tout en épuisant constamment le sol année après année et ne pas vous attendre à perdre quelque chose dans ce processus. Et ce qui a été perdu, c’est la qualité de notre alimentation.

Organique vs inorganique

Comme nous venons de le voir, la plupart de l'alimentation vendue dans nos supermarchés est compromise. Une partie de la solution se trouve dans des produits alimentaires organiques (biologiques) qui se rapprochent le plus près possible des produits alimentaires qui pouvaient être cultivés il y a 50 ans. Considérez les comparaisons suivantes entre la culture organique et la culture conventionnelle.

  •      Des haricots organiques (biologique) ont 30 fois plus de manganèse, 22 fois plus de fer et 23 fois plus de cuivre comparativement à la même variété conventionnellement cultivée.

  •      Le chou organique a quatre fois plus de calcium et quatre fois plus de potassium que le chou que vous achetez au supermarché.

  •      La laitue organique a une teneur cinq fois plus grande en calcium, 50 fois plus haute en fer et 170 fois plus haute en manganèse.

  •     Des tomates organiques ont une teneur 12 fois plus grande en magnésium, 68 fois plus grande en manganèse et presque 2,000 fois plus grande en fer.

Et ensuite il y a la différence entre organique et super-organique. Les aliments super-organiques — quand vous pouvez en trouver — contiennent, en moyenne, deux fois la valeur alimentaire que la norme organique (qui, comme nous l'avons déjà vu, ont plusieurs fois la valeur nutritive des aliments cultivés conventionnellement). Pour vous donner le sens de la mesure de ces différences, considérez que :

  •     les fermes conventionnelles n'emploient aucun en engrais pour la croissance de leur récolte. Au lieu de cela, ils comptent sur les engrais chimiques qui ont une gamme limitée de substances nutritives – tout juste ce que la plante exige pour croître, ce qui explique pourquoi elles sont si déficientes en substances nutritives dont nous avons besoin. (Et, bien sûr, nous ne parlerons même pas du goût.)

  •     la culture biologique emploie environ six à dix tonnes d'engrais organique par hectare, par an.

  •     la culture super-biologique emploiera plus de 200 tonnes d'engrais organique par hectare, par an.

Stress alimentaire

Un deuxième facteur que nous devons considérer est le stress alimentaire. Nous sommes exposés dans notre environnement à une beaucoup plus grande quantité de pollution et à des tensions que nos corps ne sont pas en mesure de manier -- à un niveau historique jamais atteint. Même si nous pouvions consommer tout organique, avoir une diète optimum, ça prendrait plus que la protection phytochimiques des aliments d’une diète, même si ce que nous pourrions manger était de la meilleure qualité. Nos corps n'ont jamais été conçus pour contrer :

  •      les niveaux élevés de radiation de nos radiographies dentaires et celles des vols d'avion en haute altitude

  •     les graisses hydrogénées totalement artificielles, (les acides gras transes et les graisses homogénéisées)

  •      les niveaux élevés de sucre raffiné (un Américain moyen en consomme aujourd’hui plus de 66 kilos par année)

  •      un manque total de fibres dans les farines blanches raffinées (incluant, les pains, les pâtes, les gâteaux, pâtisseries, tortillas, etc.)

  •      l’exposition constante à des champs électromagnétiques perturbateurs  

  •      le chlore et le fluor dans l’eau

  •      des situations de stress permanent de la vie courante

La ligne à suivre est que si vous vivez dans n'importe quel pays industrialisé du monde d'aujourd'hui, vous devez prendre des suppléments pour maintenir votre santé pour réduire les risques de cancer, des maladies cardiaques, des maladies dégénératives de toutes sortes, retarder le processus de vieillissement et vous protéger contre les risques d'intoxication.

QUELS SUPPLÉMENTS DEVONS NOUS PRENDRE ?

Avant de pouvoir réellement déterminer quels suppléments nous devons prendre, jetons un rapide coup d’œil aux principes de base de la nutrition.

Protéines, Graisses et Hydrates de carbone

Pour beaucoup de personnes, c'est là où leur connaissance alimentaire commence et finit. Elles comptent les calories et comparent les proportions de calories grasses au total des calories. Dans la plupart des hôpitaux, le souci unique des nutritionnistes certifiés qui préparent "l'alimentation" de l'hôpital est d'atteindre un équilibre approprié de protéines, de graisses et d'hydrates de carbone. Comme vous l'apprendrez bientôt, c'est équivalent à de la folie alimentaire.

  • Les protéines sont essentielles à la croissance et la réparation de tous les tissus du corps. Les protéines sont faites d'acides aminés, dont certains sont produits isolément par votre corps et d'autres doivent être inclus dans votre alimentation.

  • Il est fait grand cas de notre besoin en protéines, mais le fait est que nos besoins en protéines ne sont pas vraiment très grands et sont faciles à combler. Calculez votre besoin en protéines quotidien, en divisant votre poids par mille. Cela donne votre besoin de protéines quotidien en grammes. Grossièrement, si vous pesez 75 kg (75 000 grammes), vous aurez besoin de 75 grammes de protéines par jour.
  • Théoriquement, le lait est la protéine de plus haut niveau, mais en réalité ce n'est pas vrai. Comme nous l'avons déjà vu, le lait altère le pH, ce qui aboutit à une digestion incomplète. La viande et le poisson sont excellents. Les oeufs aussi. Étonnamment, les meilleures sources sont toutefois végétariennes. Les algues spiruline et chlorella ne contiennent pas seulement un plus haut pourcentage réel de protéines (60-80 % contre 20-25 % pour les sources animales) mais aussi une plus grande valeur biologique.
  • Les graisses sont le système de stockage suprême d'énergie. Le corps stocke la graisse pour l'utilisation d'énergie à long terme. Pensez aux ours qui vivent aux dépends de leur graisse durant des mois lors de l’hibernation. D'autre part, si vous mangez chaque jour, votre corps ne doit pas vraiment stocker de graisse pour une utilisation future. Néanmoins, certaines graisses sont essentielles pour la vie et la santé.

  • Les Acides Gras Essentiel (AGE) sont approximativement parmi les 50-70 substances nutritives qui ont été identifiées comme indispensables à la vie humaine et pour une bonne santé. À la différence des gras saturés, les AGE restent liquides à la température du corps et ne se mélangent pas entre eux et ne bouchent pas les artères.
  • En fait, toutes les graisses sont des acides gras consistant en une partie de graisse qui n'est pas soluble dans l'eau et une partie acide qui l'est. Ce qui fait de l'Oméga-3 (le roi des AGE), l'Oméga-6 et l'Oméga-9 des acides gras si importants qu'ils sont non seulement bons pour vous — ils sont, en fait, essentiels. Et qui plus est, le corps ne peut pas en produire, ce qui signifie que vous devez les obtenir par l’alimentation. Cependant, en raison de l'extrême sensibilité des AGE à la lumière et à l'oxygène, ils ont été éliminés de pratiquement TOUS les produits alimentaires lorsque traités afin de se préserver plus longtemps sur les tablettes.
  • Notre déficience en AGE a été tristement lié à beaucoup de maladies d'aujourd'hui et à des malheurs incluant la perte des cheveux, le manque d'énergie, des problèmes de peau, des problèmes de coeur, des problèmes circulatoires et tous les désordres immunitaires (incluant l'arthrite).
  • L'existence des AGE est si important parce qu'ils sont les composants principaux de toutes les membranes cellulaires -- intérieures et extérieures -- car ils protègent contre les virus, les bactéries et les allergènes. Ce sont les composants clés de toutes les graisses et huiles dans nos produits alimentaires et dans le corps. Ils jouent un rôle clé dans la construction et l’entretien des cellules nerveuses et des substances tout comme l'hormone appelée prostaglandine ; et leur action fait baisser le cholestérol et les niveaux de triglycérides dans le sang.
  • La vérité est que ces acides gras essentiels sont indispensables à notre santé. Ils sont littéralement les agents de guérison primaires du corps; et selon quelques évaluations, environ 90% de tous les gens ont une déficience d'au moins un AGE.
  • Les hydrates de carbone sont les produits alimentaires énergétiques à court terme du corps. Les hydrates de carbone simples, comme la farine blanche et le sucre sont utilisés par le corps en quelques minutes seulement. Les hydrates de carbone complexes prennent du temps pour se décomposer et sont donc utilisés sur une période de plusieurs heures.

  • Les meilleurs hydrates de carbone sont les fruits frais et les légumes purs et simples. Achetez des produits organiques et lavez-les comme il faut.

Minéraux

Votre corps est surtout fait en réalité de minéraux et d'eau. Il en ressort que votre santé entière est déterminée davantage par des minéraux que par des protéines, des graisses, des hydrates de carbone, ou même des vitamines. Le calcium, par exemple, n'est pas seulement employé pour construire des os forts et des dents, mais il est présent dans chacune des cellules du corps et est l'instrument de transport de substances nutritives interne et externe de ces cellules.

  •      Voulez-vous un peu de fer ? Pourquoi ne pas limer un clou et manger ses résidus. Voulez-vous un peu de calcium ? Pourquoi ne pas ouvrir quelques huîtres, jeter la chair et manger les coquilles. C'est idiot ? Si vous saviez, c'est fait comme ça dans la plupart des pilules de vitamines que vous achetez ?

  •      Eh bien alors, que penser de cette alternative ? Vous voulez un peu de fer ? Pourquoi ne pas manger des betteraves ! Vous voulez un peu de calcium ? Pourquoi ne pas prendre des graines de sésame ou des feuilles de chou vert ou du jus de carotte !
     

  •      Il faut savoir que votre corps ne peut pas utiliser directement les minéraux. Ils ont une charge électrique opposée à celle de la paroi intestinale pour pouvoir s'y coller sans la traverser. Une fois collés à la paroi intestinale, ils sont "repoussés" vers l'extérieur. En fin de compte, vous absorbez seulement de 3 à 5% des minéraux que vous consommez directement.

  •      D'autre part, les plantes tirent les minéraux directement du sol puis les transforment biologiquement en leur substance même. Pas étonnamment que votre corps aime davantage cette forme de minéraux.

Oligo-éléments

Pendant des années, on a pratiquement ignoré les oligo-éléments avant d'être utilisés dans la nutrition. En fait, au début des suppléments vitamines/minéraux, il était rare de les y trouver inclus. Depuis lors, cependant, principalement en raison des découvertes faites au niveau de l'élevage à grande échelle du bétail, des porcs et des poulets, nous avons appris que les oligo-éléments sont parmi les composants les plus importants d'une bonne santé — et même de la vie elle-même.

Un plein complément de 72 à 84 oligo-éléments est essentiel pour une santé optimum.

Vitamines

Le dictionnaire définit une vitamine comme "un composé organique que l’on trouve naturellement dans les plantes et les tissus animaux en petite quantité, ce qui est essentiel pour le contrôle des processus métaboliques." Plus une définition qui met en lumière que les vitamines sont des co-enzymes. Leur premier rôle est d'aider les enzymes de votre corps à faire leur travail.[1] Quand les vitamines ne sont pas disponibles en quantités suffisantes, les réactions d'enzymes sont impossibles.

Éléments phytochimiques

Les éléments phytochimiques sont "les dernières" découvertes importantes de la science alimentaire. Ils incluent des éléments comme le sulforaphane du brocoli, le resvératrol des raisins et la lycopène des tomates. Une autre façon de voir les photochimiques est de prendre un point de vue similaire au processus de découverte des vitamines et des antioxydants. Ce n'est pas nécessairement un processus rapide. Il a fallu 50 ans après sa découverte pour que la vitamine E soit déclarée une vitamine.

CE N'EST PAS SI SIMPLE

Vous pensez que créer un supplément serait assez facile. Essayez seulement de penser en quoi les gens pourraient être déficients, puis fabriquez alors une pilule qui comblerait ces manques soupçonnés – un genre de multi-vitamines quotidienne pour combler cet état de choses. Déterminer alors le meilleur supplément à prendre consisterait simplement à lire l'étiquette.

Malheureusement, ce n'est pas si simple. On doit affronter en réalité plusieurs problèmes.

1.   Les vitamines naturelles et synthétiques ne sont pas nécessairement la même chose.

2.   Dans la nature, les substances nutritives n'existent pas isolées; elles existent sous forme de complexes nutritifs. Et dans les faits, nos corps ont besoin des substances complexes, non pas d'éléments isolés.

Naturel versus synthétique

En fait, les vitamines peuvent être classifiées comme pouvant être : totalement naturelles, co-naturelles, ou synthétiques.

Totalement naturelles

Pratiquement aucune vitamine que vous achetez n’est totalement naturelle. Pourquoi ? Tout simplement, à cause du coût. L'extraction directe de vitamines des produits est d'un coût prohibitif. Par exemple, l'acerola des cerises, la meilleure source naturelle de vitamine C. Seulement 1 % de vitamine C est contenue dans le poids. La plupart des suppléments avec l'inscription acerola de cerises comme source de vitamine C contiennent seulement un petit pourcentage de vitamine C de cerises — le reste est de la vitamine C synthétique.

Co-naturelles

Les vitamines co-naturelles sont dérivées de sources végétales et animales à l'aide de l'extraction dissolvante, la distillation, l'hydrolyse ou la cristallisation ; mais, par définition, elles n'ont subi aucun changement de conversion ou chimique pendant le processus d'extraction.

Synthétique

Les vitamines synthétiques peuvent être tirées de sources soient naturelles ou chimiques. Ce qui les rend synthétiques est qu'elles subissent un processus de "conversion", soit suite au processus d'extraction ou bien comme résultat d'une pure composition chimique.[2]Les vitamines synthétiques sont, au mieux environ 50 % aussi efficaces que des vitamines naturelles et peuvent en réalité supprimer la capacité du corps à absorber la partie naturelle de la vitamine.

Ce qu’on trouve en fait dans les magasins

Plusieurs vitamines de catégories commerciales et de concentrés de minéraux sont synthétisés par les grandes compagnies pharmaceutiques et de produits chimiques[3] qui utilisent le même matériel de base avec lequel elles fabriquent leurs médicaments (du goudron de houille, de la pulpe de bois, des dérivés du pétrole, des sous-produits animaux, de la fonte de roches, de pierres, de coquilles et de métaux).

  •      La plupart de la vitamine B-12 (cobalamine) est faite de bourbes de vidanges activées puis stabilisées avec du cyanure (pour ensuite se transformer en cyanocobalamine)

  •       La plupart de la vitamine D est dérivée du pétrole

  •       La plus grande partie de toute la vitamine E est produite dans les laboratoires Kodak

  •       La niacinamide est faite en faisant bouillir du soufre en présence d'amiante

  •      Les suppléments de calcium sont pour la plupart extraits de la terre, ou bien de vieux os, ou faits en concassant des coquilles d'huîtres.

Une autre surprise est que le terme organique, quand il est appliqué aux suppléments, ne signifie pas la même chose en alimentation. Pour les suppléments, le mot organique consiste en ce que la molécule contient au moins un atome carbonique (comme en chimie organique). Autrement dit, un supplément peut être étiqueté 100 % organique et être aucunement naturel.

Beaucoup de vitamines prétendues naturelles contiennent des éléments synthétiques supplémentaires pour "augmenter leur puissance," ou standardiser la quantité dans une capsule ou un groupe. Beaucoup de vitamines ont aussi une forme de sel synthétique ajoutée pour en augmenter la stabilité. Ces vitamines synthétiques sont facilement identifiées par les termes : acétate, bitartrate, chlorure, gluconate, hydrochloride, nitrate et succinate.


LE PLUS GRAND PROBLÈME

La médecine moderne refuse de définir le corps humain comme une entité holistique, mais plutôt comme un ensemble de parties séparées et d'éléments. Il n'est pas étonnant que le même paradoxe ait été appliqué à la nutrition. Autrement dit, la nutrition moderne est basée sur le concept que des substances nutritives clefs peuvent être identifiées et isolées. Malheureusement, la réalité est tout autre.

  • Il y a quinze ans, il a été découvert que votre corps ne pouvait pas vraiment très bien absorber la vitamine C (acide ascorbique) à moins que les bioflavonoïdes, l'hesperidin et la rutine ne soient présents. Puis, soudain, on s’est mis à vendre toutes les vitamines C AVEC des bioflavonoïdes, de l'hesperidin et de la rutine. Il a été ensuite découvert que vous ne pouviez pas vraiment très bien absorber la vitamine C (même avec des bioflavonoïdes, de l'hesperidin et de la rutine) à moins que le calcium ne soit aussi présent. À nouveau, soudain, toutes les vitamines C se sont vendues AVEC du calcium. Deux questions auxquelles n'importe quelle personne censée voudrait une réponse :

  • Quels bienfaits ont obtenus tous ce gens en ayant dévoré de l'acide ascorbique durant ces années ?

  • Était-ce la seule source de vitamine C disponible durant toutes ces années qui était composée de bioflavonoïdes et de calcium ? Bien sûr que non! Un paquet d'oranges faisait l'affaire. Un paquet de pamplemousses faisait l'affaire. L'acerola d'un paquet de cerises faisait l'affaire. Des tas de produits dans la nature faisaient l'affaire!

  •      Il y a quelques années, la Bêta carotène a été "découverte". Soudain, on trouvait partout des suppléments de Bêta carotène. La presse vanta les mérites des propriétés anti-cancérigènes de la Bêta carotène. Alors qu'elle vantait ses mérites, d'autres études ont montré qu'elle n'a pas empêché le cancer[4]. Alors, oublions la Bêta carotène ; et chacun maintenant de vanter les mérites d'un autre caroténoïde : la lycopène. La lycopène empêche le cancer de la prostate. Il y eut alors la lutéine, aussi un caroténoïde. Mais de nouveau, si nous nous tournons vers la nature, nous voyons que la nature a déjà rassemblé tous ces éléments dans un complexe. L'algue dunaliella la saline, par exemple, contient tous les caroténoïdes connus, plus d'autres, comme l’Alpha carotène et du zeaxanthin. Les carottes, à cet égard, contiennent approximativement 400 différents caroténoïdes en plus de la Bêta carotène et beaucoup de ces caroténoïdes sont bien plus puissants que la Bêta carotène.

  •      Un troisième exemple est le chrome minéral. Pendant ces dernières années, les versions synthétiques du chrome, le chrome picolinate et le chrome polynicotinate, ont été mises de l’avant. Elles ont même été promues comme étant "mieux" que l'original, mais il en ressort que ce n'est pas entièrement vrai. Dans son état naturel, le chrome se trouve accompagné d'un complexe entier de substances appelé GTF (facteur de tolérance de glucose) qui, entre autres choses, protège du diabète. Le chrome picolinate et le chrome polynicotinate, parce qu'ils sont isolés, ne contiennent pas de GTF.

Je pourrais continuer ainsi longtemps en donnant des exemples, comme pour les vitamines B et la vitamine E, où la science continue à isoler les facteurs clefs actifs de ces vitamines. Ce qu'il faut savoir cependant, c'est que dans la nature, les vitamines n'existent pas isolément; elles existent sous forme de complexes.

Et puis une réflexion pour terminer. Bien qu'il soit imaginable que la science puisse un jour identifier toutes les substances nutritives clefs contenues dans la nature, pour que nous puissions découvrir celles qu'il faudrait impérativement inclure, il semble impossible que la science puisse un jour identifier comment toutes ces substances nutritives agissent entre elles et s'aident réciproquement. Les possibilités mathématiques sont immenses. Finalement, nous constaterons qu'il y a littéralement des milliers de substances nutritives dont le corps a besoin pour rester sain[5] et les possibilités d'interaction synergétique de toutes ces substances nutritives sont astronomiques.

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

Les Suppléments en général

À la question : quel est le meilleur supplément ? La meilleure façon de l’aborder est de scinder cela en trois catégories : Optimum, acceptable et éviter à tout prix.

Optimum

  • Un bon choix : employer un supplément composé de complexes vitaminiques concentrés "basés sur l'alimentation". De tels suppléments contiendront des formes concentrées de foie, de levure et de germe de blé, par exemple.

  • Un autre bon choix : employer des suppléments "bioénergétiques". Au lieu d'être fabriqués chimiquement, les suppléments bioénergétiques sont cultivés en employant un procédé biodynamique au cours du processus. Littéralement, en cultivant une levure alimentaire dans "un bouillon nutritif super-dense," on obtient finalement un complexe de vitamines/minéraux « vivant » composé d'un système interactif fort complexe de vitamines, enzymes, minéraux, groupes de bioflavonoïdes actifs, microprotéines, hydrates de carbone complexes et d'autres innombrables constituants de produits alimentaires naturels.

  • Une troisième alternative est une combinaison de super-produits alimentaires contenant des choses comme du son de riz, de la spiruline, de la chlorella, du pollen de fleurs, de la levure alimentaire, de l'herbe de blé, de l'herbe d'orge, des betteraves en poudre, etc., pour fournir un complément entier de vitamines et de minéraux.   

    • Faire attention aux remplissages. Les super-produits alimentaires sont chers et plusieurs fabricants fabriquent leurs formules en y ajoutant de grandes quantités de choses comme le son de riz de catégorie inférieure et de la lécithine, etc.[6] Aussi, il est important de s'assurer que votre super-alimentation fournit de bonnes sources pour les vitamines B et pour la vitamine D.

    • Pendant plusieurs années, on a pensé que des algues comestibles, des produits alimentaires de soja fermentés et la spiruline contenaient de hauts niveaux de B12. Ce n'est pas le cas. Ce qu'ils contiennent sont des semblants de B12 (des sosies chimiques) que le corps ne peut pas utiliser. Vous aurez besoin d'une autre source de B12.

    • Des études récentes ont constaté que plus de la moitié de tous les gens ont trop peu de vitamine D dans leurs corps. La grande surprise était que le tiers de ceux qui étaient déficients prenaient déjà un supplément de vitamine D. Assurez-vous que votre super-alimentation fournisse les quantités adéquates de vitamine D.

Acceptable

  •      Il est possible de trouver des suppléments de vitamines/minéraux de haute qualité dans des centres de diététique qui n'emploient que des vitamines co-naturelles et aucune synthétique. Le problème avec des suppléments BASÉS sur des vitamines co-naturelles est qu'ils ne peuvent jamais être complets.

À éviter à tout prix

  •     Les suppléments synthétiques ne sont pas une option. Au mieux, ils sont seulement 50% aussi efficaces que les vitamines naturelles. Au pire, ils peuvent à vrai dire déclencher des effets secondaires nuisibles.

Acides Gras Essentiels

Puisque les AGE (Acides Gras Essentiels) ont été éliminés de pratiquement tous les produits alimentaires que nous mangeons normalement, ce supplément est indispensable. Les meilleures sources d'acides gras essentiels sont :

  •     Si vous prenez votre dose quotidienne de graine de lin tel que recommandé précédemment, vous obtiendrez tout l'acide alpha-linolénique dont vous avez besoin. Autrement, vous pourrez compléter quotidiennement avec une à deux cuillères à table d'huile de graines de lin pressées à froid.

  •      L'huile de poisson fournit du DHA (acide docosahexaenoique) et du EPA (acide eicosapentaenoique).

  •      Récemment une variante d'une longue chaîne d'acide gras appelé l'Oméga 9+ a été découverte. Bien que non encore officiellement désigné comme un acide gras essentiel, le supplément contenant cet acide gras a démontré une capacité remarquable pour soulager la douleur, combattre l'arthrite et délivrer des symptômes d'un nombre important de maladies.

Oligo-éléments

Il y a maintenant beaucoup de bonnes sources d’oligo-éléments disponibles. Vous les verrez décrits comme des "minéraux colloïdaux" ou "minéraux ioniques" ou "minéraux marins." Faites votre choix et prenez-en. Le manque d’oligo-éléments est épidémique en Amérique à cause de la mauvaise qualité de nos régimes. Ce supplément est essential.

Phytonutriments

À l'heure actuelle, la meilleure source est toujours les aliments eux-mêmes. Les produits alimentaires que vous pourrez inclure dans votre régime peuvent être des choses comme :

  •        les produits de soja de toutes les sortes pour le génistein et les isoflavonnes

  •        brocoli, pousses de chou de Bruxelles et chou frisé pour le sulforaphane

  •        ail et oignon pour l’allyl sulfide

  •        raisins rouges (incluant les pépins) pour le proanthocyanidins et le resvératrol

  •        thé vert pour les polyphénols


[1] Par exemple, l’enzyme responsable pour morceler l’alcool, la déhydrogénase de l’alcool, utilise la vitamine B6 (pyridoxine) en tant que co-facteur.

[2] La lumière passant à travers une vitamine naturelle se courbe toujours vers la droite à cause de sa rotation moléculaire. Les vitamines synthétiques se comportement différemment. Le même rayon de lumière se sépare en deux parties lorsqu’il passe à travers une vitamine synthétique — une partie se courbe vers la droite (d pour dexorotary), l’autre vers la gauche (l pour levorotary). Une fraction de la vitamine E naturelle, par exemple, est facilement identifiable par le « d-alpha tocophérol », la vitamine synthétique par « dl-alpha-tocophérol ». (En passant, le corps ne peut utiliser la forme l de la vitamine E, et la forme l peut même empêcher la forme d de pénétrer dans les membranes cellulaires.

[3] Kodak, Hoffmann La Roche, etc.

[4] Les deux études négatives ont évalué la Bêta carotène synthétique. Pour ce qu'elle vaut, presque toute la Bêta carotène sur le marché est aujourd'hui un isolat synthétique fait de gaz d'acétylène. Hum!

[5] Comme je l'ai déjà mentionné il y a environ 400 caroténoïdes qui ont été identifiés. Et chaque jour un nouvel élément phytochimique (pour ne pas dire de nouvelles classes entières d'éléments phytochimiques) est identifié. Et un nouvel antioxydant est, semble-il, identifié presque quotidiennement.

[6] Ne disons pas le contraire. Ceux-ci ne sont pas si mauvais; mais leurs substances nutritives ne sont pas suffisamment denses. Leur première valeur est qu'ils sont relativement peu coûteux.

Copyright © 1999, JON BARRON. Tous droits réservés. Traduction française par Jocelyn M. Garneau.


L’Osireion à Abydos , le temple le plus mystérieux d'Egypte

abydos-temple-de-sethy-ier-a-abydos

L’Osireion à Abydos, est certainement l’un des temples les plus mystérieux de toute l’égypte. Officiellement, c’est le temple que Séti 1er à fait construire (Le père de Ramsès, qui a régné de 1290 à 1270 av. J.-C) dédié à Osiris, mais certains éléments ne collent pas à cette hypothèse.

 

En fait, le temple est constitué de deux parties bien distinctes, une partie relativement en surface, et l’autre, sous terre, proche des nappes phréatiques.

 3428d5fe4059a69452c1cf581d9e0e92

Dans la partie supérieure ont retrouve effectivement des inscriptions relatives à Séthi 1er, ce qui est plausible de penser qu’il était bien à l’origine de cette construction.

    

 temple osieion abydos egypte rusty james

Mais dans la partie inférieure, aucun hiéroglyphes, ni la moindre inscription n’a été retrouvée. De plus, le style architectural des deux parties n’a aucun point commun, comme s’il s’agissait en fait, de deux temples complètements différents, l’un construit sur l’autre, ou plutôt, l’un substitué à l’autre.

Il est très courant de voir en Egypte, et dans d’autres civilisations d’ailleurs, l’appropriation de certains lieux important, stratégique ou magique, par le pouvoir en place, pour récupérer sa puissance et accéder à la renommer et à l’éternité. C’est certainement ce que Séthi 1er à du faire. 

Du coup, qui est à l’origine de ce temple souterrain, et quand a-t-il été construit ?

Cette question ne trouvera peut-être jamais de réponses, mais certains points peuvent être mis en avant.

Tout d’abord, le style de l’Osireion est très massif, il est composé de bloc de pierres gigantesques de plusieurs centaines de tonnes. On retrouve ce type de construction et cette absence d’inscription pour la grande pyramide de Gizeh et le temple au pied du Sphinx, des lieux chargés des mystères les plus grands, et dont les archéologues ne sont toujours pas très claires sur les périodes de construction, et d’appartenance royal .

A l’évidence, ces 3 lieux sont liés par quelque chose, une même période, un même concepteur ou une même idéologie.Autre point important, de part sa conception, le temple est manifestement dédié à un dieu en rapport avec le monde souterrain et aquatique. En effet, il est très probable que le temple devait être à moitié submergé, à cause de sa proximité avec les nappes phréatique de l’époque. La plus part des fossés devaient être remplis d’eau, laissant immerger une plateforme centrale qui devait servir à des rituels.

Les participants à la cérémonie devaient certainement s’émerger dans l’eau, avant de rejoindre le lieu du culte. Peut-être une forme de purification qui n’est pas sans rappeler le baptême des chrétiens.Tous les spécialistes s’accordent à dire qu’il s’agit d’un temple dédié à Osiris. On retrouve effectivement un lien avec sa souveraineté sur la Douât, le monde d’en bas, le monde inférieur, mais sa relation avec le domaine aquatique est nettement moins évidente.


Temple-Abydos par Theti-Cheri

La radionique quantique était déjà utilisé dans l' Egypte ancienne

chiffres

La  radionique  était  déjà  utilisé  dans  l'  Egypte  ancienne  .

La radionique, science des micro-ondes vibratoires, émises part certains objets ou formes, spécialement conçus à cet effet : est vieille de plusieurs milliers d'années.

Déjà en Egypte ancienne, les objets rituels et sacrés étaient utilisés comme instruments émetteurs ou récepteurs d'ondes " radioniques ". Les prêtres de cette époque reculée excellaient dans l'art des ondes formes. Déjà les hiéroglyphes apportaient une aide précieuse dans l'émission des ondes "radioniques", car, la représentation symbolique est un des aspects des premiers pas effectués en radionique par les chercheurs débutants.
De nos jours, avec les progrès effectués en radiesthésie et en recherche radionique, les "porte-bonheur" classiques ont été , avantageusement, remplacés par des objets précis et efficaces, reposant sur des connaissances radioniques et radiethésiques approfondies.

Les fonctions de ces " porte-bonheur " peuvent aller de la simple protection par émissions d'ondes positives, au catalyseur spécifique, supposé apporter une plus grande " chance aux jeux ". Que ces jeux soient de hasard ou bien demandant une certaine habileté intellectuelle, les " porte -bonheur ", catalyseurs d'ondes bénéfiques, pour la chance aux jeu sont une aide fort appréciable, quand ils ont été élaborés avec toutes les connaissances et le savoir faire que requiert une telle science...

Il est vrai que nombre des ces objets que l'on trouve sur le marché, ne sont rien d'autres que des "poudres de perlimpimpim", ne servant qu'à remplir le tiroir-caisse de certains marchands peu scrupuleux. Ils n'ont de "radionique" que l'appellation que leur confère ces nouveaux marchands du temple.

Par contre, d'autres s'avèrent être d'une redoutable efficacité. Quand ils sont élaborés et pensés en fonctions des véritables lois de la radionique et des ondes de formes, ils n'ont plus rien de commun avec les gadgets à deux sous. Les taoïstes ont été aussi et sont toujours d'ailleurs, de fervents adeptes des objets émetteurs d'ondes de formes. Les "sceaux" magiques et autres "parchemins" de protection n'en sont que quelques exemples classiques, bien connus dans les milieux spécialisés.
Pouvoir se procurer un de ces véritables objets radioniques est une chance qu'il ne faut pas laisser passer.

 

La radionique quantique

Forme de médecine énergétique  créée par le Dr Albert Abrams (1863-1924), «porte-étendard des charlatans du XXe siècle».* Abrams se disait capable de déceler les énergies ou vibrations caractéristiques (les radiations) émises par les tissus sains ou malades de toute créature vivante. Il a inventé des appareils censés mesurer cette énergie (ou ces vibrations, ou radiations), et créé un système d'évaluation de ces vibrations en tant que signe de santé ou symptôme de maladie. Voici une description de la façon dont fonctionnait une de ses inventions:

Tandis qu'il donnait de petits coups sur la partie supérieure de l'abdomen d'un homme en bonne santé étendu devant lui, il a demandé à un étudiant de suivre attentivement les changements dans les sons produits.
 
Il a ensuite demandé à un médecin d'approcher un échantillon de cellules cancéreuses du front du sujet, et de lui toucher le front avec l'échantillon à intervalles de quelques secondes.
 
Quand l'échantillon touchait le front de l'homme, le son rendu par son abdomen passait de plein à sourd.
 
Il en a conclu que les vibrations des cellules malades de l'échantillon avaient été absorbées par le corps du sujet, et qu'elles avaient un effet sur les cellules humaines.

Abrams a exposé sa théorie dans New Concepts in Diagnosis and Treatment (1922).* Il a également écrit Human Energy (1919), ouvrage dans lequel il prétend montrer comment toute chose dégage de l'énergie. Il avait même, disait-il, inventé un appareil capable de transmettre des vibrations saines à des tissus ou organes malades, leur redonnant ainsi la santé. Son premier appareil a été le Dynamiseur:

... un petit tube creux en carton d'environ 15 cm de diamètre [contenant] deux électrodes branchées à un fil de mise à la terre. La partie supérieure de l'appareil est un condensateur ordinaire fait de deux disques d'aluminium, un bout de carton intercalaire, et un dessus en bakélite. Un fil d'aluminium va du sommet du Dynamiseur à un amplificateur, construit selon les principes du Magnavox employé pour les récepteurs radio. De l'amplificateur, le fil passe par deux rhéostats - les Réflexophones, tous deux munis de cadrans et d'indicateurs. L'un des rhéostats sert à mesurer le taux, et l'autre, la potentialité de la vibration électronique du spécimen sanguin inséré dans le Dynamiseur. À partir des rhéostats, l'énergie suit un fil jusqu'à une électrode fixée au front d'un témoin, aussi appelé sujet. Il ne s'agit pas du malade même, quoiqu'on puisse parfois employer le patient à ce titre. Le témoin peut être n'importe qui, homme ou femme, pourvu qu'il soit de la meilleure santé possible. Son système nerveux complète le circuit. En d'autres termes, le témoin se trouve à faire partie de l'appareil, tout en jouant le rôle d'une composante essentielle.
 
En notant les réactions du système nerveux du témoin tandis que les rhéostats oscillent d'un chiffre à l'autre, le médecin peut déceler les vibrations correspondant à la maladie présente dans le spécimen sanguin. (Hudgings, 1923)

En théorie, du moins. Placez une goutte de sang dans l'oscilloclaste, expliquait-on, et vous serez en mesure de voir quel mal frappe le patient en comparant l'énergie provenant de l'échantillon sanguin au sang d'une personne en santé.

On a fini par surnommer «boîte noire» l'oscilloclaste, (Williams 2000 p. 2). Le traitement d'Abrams était simple: il s'agissait d'envoyer de l'énergie saine aux zones atteintes afin de contrer l'énergie négative. Il a baptisé cette façon de faire «électronique» ou «thérapie radio», et son système, ERA (Electronic Reactions of Abrams). Au début des années 1920, le président de la Watchtower Society [les Témoins de Jéhovah, Ndt] s'est pris d'enthousiasme pour le ERA et en a préconisé l'utilisation par les Témoins de Jéhovah au cours des 20 années suivantes.* L'un des membres de la secte a même inventé sa propre version de la boîte noire, le Electronic Radio Biola. Un autre témoin de Jéhovah, cependant, considérait l'utilisation d'appareils semblables comme du «démonisme».

Quelques années après la mort d'Abrams, Ruth Drown (1891-1965) a repris le flambeau et créé sa propre thérapie, de même que sa propre boîte noire. Abrams était un médecin de San Francisco qui avait étudié sa discipline en Europe; Ruth Drown était naturopathe et ostéopathe. Elle a baptisé son œuvre Drown Radio Therapy. Sa boîte noire, censée capable d'adopter la longueur d'onde du patient, pouvait, à l'en croire, transmettre son énergie curative sur de grandes distances. Drown affirmait pouvoir prendre des «images photographiques et radio» des organes internes à partir d'une goutte de sang, et transmettre des radiations capables d'enrayer les hémorragies (Williams, p. 89). Au cours de tests effectués à l'Université de Chicago, la boîte noire n'a malheureusement pas donné les résultats escomptés. «Les chercheurs qui ont mis les affirmations de Drown et d'autres experts en radionique à l'épreuve n'ont pu les vérifier» (Williams, p. 2). Des praticiens contemporains comme Linda Lancaster se vantent d'avoir «traité avec succès» des milliers de clients par la radionique ou par toute une gamme de pseudo thérapies de même nature.

Abrams diagnostiquait les problèmes de santé de ses patients en personne ou à distance. Dans le premier cas, il reliait son appareil (dans lequel il mettait une goutte de sang du patient) au malade même. En le frappant légèrement à l'estomac, il se disait en mesure d'envoyer une vibration le long de l'épine dorsale de son client, vibration qu'il pouvait ensuite mesurer et transformer en diagnostic. À distance, il comparait l'énergie du sang d'une personne en santé à celle du patient selon la procédure décrite précédemment. Des représentants de l'American Medical Association (AMA) lui ayant un jour envoyé à des fins d'analyse le sang d'un cochon d'Inde en parfaite santé, Abrams a déterminé qu'il provenait d'une personne atteinte d'un cancer, d'une infection à streptocoque et de problèmes sinusiens (Williams, p. 37). L'AMA a ensuite procédé à l'examen d'une des boîtes noires d'Abrams pour y trouver «un ohmmètre, un rhéostat, un condensateur et un interrupteur magnétique», rien qui permette de lire ou de transmettre une énergie quelconque.

Radionique

En Angleterre, un ingénieur civil s'est mis sur le rail de la radionique en inventant sa propre version de la boîte noire. George De La Warr (1905-1969) a vu à l'œuvre le «Homo Vibra Ray Instrument» de Drown au cours de la Seconde Guerre mondiale, et l'a cru utile dans le traitement de la pneumonie.* Après le conflit, il a mis au point son propre appareil. En faisant glisser les doigts sur la bande de caoutchouc intégrée à son modèle, on faisait osciller l'aiguille d'un ohmmètre, qui avait tendance à s'attarder sur différents points indicateurs de maladies» (Williams, p. 37).

>Ses boîtes comportaient un certain nombre de cadrans qu'on tournait jusqu'à ce que le glissement des doigts sur la bande de caoutchouc semble changer de caractère. L'ensemble des cadrans donnaient alors un chiffre à l'opérateur. Chaque boîte était accompagnée d'un Guide des conditions cliniques, une liste de chiffres à consulter pour déterminer de quoi souffrait le patient. Par exemple, 901 signifiait «toxines» et 907, «fracture». «Hématome» était indiqué par 80799, et 60404 correspondait à un «déséquilibre glandulaire» (Randi 1995).
>

Un admirateur explique ainsi le raisonnement derrière les théories d'Abrams:

Étant donnée la structure électronique de la matière et sa propriété générale de radioactivité, le Dr Abrams en est venu à penser que pour débarrasser un organisme de la maladie, il est essentiel d'aller au-delà des tissus cellulaires pour se rendre au niveau de la structure des atomes. Il lui semblait raisonnable de penser que la maladie peut produire certains changements dans le taux ou le mode de rotation des électrons des atomes touchés, et que l'organisme resterait déséquilibré tant que les électrons ne reprendraient pas leurs vibrations normales. L'idée semble tout à fait raisonnable, mais la façon de corriger les anomalies des vibrations électroniques constituait le problème de base. Il est manifeste que les électrons planétaires des systèmes atomiques peuvent obéir à beaucoup de mouvements différents en même temps, tout comme les planètes d'un système solaire quelconque au cours de leur déplacement orbital. Il a semblé au Dr Abrams, par conséquent, que chaque maladie pourrait posséder son taux vibratoire particulier, ou plutôt le pouvoir de changer le mouvement des électrons d'une façon caractéristique, sans pour autant détruire les mouvements vibratoires que les électrons possédaient auparavant. Dans un tel cas, une analyse électronique du sang ou des tissus révélerait l'existence de la maladie s'y trouvant, pour peu qu'on mette au point une méthode pour la détecter. Étant d'un naturel créatif, le Dr Abrams s'est donné pour objectif de créer un appareil pouvant déceler la présence de ces taux vibratoires hypothétiques et les enregistrer séparément...*

L'utilisateur d'une boîte noire peut sûrement produire des lectures mesurables avec les ohmmètres et rhéostats, mais rien ne porte à croire que la mesure de la résistance électrique présente un rapport quelconque avec d'éventuelles vibrations pathologiques des électrons ou d'une énergie quelconque. Toutefois, les partisans de la radionique n'identifient pas nécessairement énergie et radiations ou champs électromagnétiques, comme le faisait Abrams. Ils peuvent aussi bien voir dans cette énergie des auras, le chi ou l'orgone. Ainsi,

... Parmi les nombreux imitateurs d'Abrams, on retrouve Royal Raymond Rife (1888-1971), Étasunien selon qui le cancer était causé par des bactéries. Au cours des années 1920, il a prétendu avoir créé un puissant microscope capable de détecter les microbes vivants grâce à la couleur des auras produites par leurs taux vibratoires. Son Générateur de fréquences Rife est censé produire des ondes radio de fréquences identiques qui détruisent les sales bestioles, tout comme la voix d'une cantatrice fait voler en éclat un verre de cristal. La Société du cancer des États-Unis a fait remarquer que même si des ondes sonores peuvent briser le verre, les ondes radio de la puissance de celles qu'émet le Générateur n'ont pas l'énergie suffisante pour détruire des bactéries.*

L'œuvre de Rife se poursuit par la pratique de Diane Spindler, Renewal Enterprises, Hulda Clark et bien d'autres.

Lorsque les tests ne permettent pas d'établir si les boîtes noires fonctionnent comme elles sont censées le faire, ou si elles ne font que mesurer la résistance électrique, leurs partisans avancent qu'un élément paranormal quelconque «est intimement lié à la radionique, et que les radiations mesurées ressemblent à celles que ressentent les radiesthésistes»; la personne qui utilise l'appareil doit posséder des pouvoirs paranormaux (Williams, p. 37).

Les praticiens parlent volontiers de leurs nombreux clients satisfaits, mais il s'agit là de la seule preuve qu'ils peuvent avancer de l'efficacité de la radionique. Bien entendu, les morts ne laissent pas de témoignages.* Sans doute, Abrams et De La Warr ont fait fortune en louant leurs boîtes noires. Drown, qui vendait les siennes, en a elle aussi tiré un profit considérable. Encore aujourd'hui, un grand nombre de guérisseurs emploient des appareils électroniques pour «traiter» des plantes, des animaux, des êtres humains, le sol ou à peu près tout ce qui leur vient à l'esprit.* Ils affirment savoir quelles vibrations ou fréquences sont bonnes ou mauvaises, et connaître le secret pour les détecter et les utiliser. Ils peuvent par conséquent à la fois diagnostiquer et traiter à l'aide de leur boîte magique. Un partisan de la radionique décrit la chose ainsi:

La radionique est une méthode de détection et de manipulation des énergies subtiles liées à la matière physique, animale, végétale ou minérale. On la décrit, de façon générale, comme un système pour lequel des «boîtes noires» configurées de façon étrange servent à déceler et à traiter les maladies des organismes vivants, qu'ils soient animaux ou végétaux, n'importe où dans l'univers.

       http://www.sceptiques.qc.ca                     

Posté par rusty james à 15:28 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Les Contes de Fée du Tibet

TREIZE




Depuis un demi-siècle, le peuple tibétain gémit sous la patte de l'ogre chinois, mais sait-on que derrière les apparences, les gouvernements chinois et tibétain jouent un vaudeville dont une loge secrète a réglé la mise en scène?

À travers les révélations qui suivent, notre idéalisme en prend un coup. Est-ce le coup de grâce qui achève ou bien celui qui réveille de la torpeur des contes de fée du Tibet?

Le Tibet mythique est un lieu saint de la culture profane moderne. Ce peuple et ses croyances sont devenus la bonne conscience de notre civilisation matérialiste qui a anéanti ses propres traditions. Depuis l'exil du quatorzième dalaï-lama, le Tibet fait figure d’île vierge qui n'aurait jamais été contaminée par le péché originel, comme si le bouddhisme tibétain était à jamais enveloppé dans les neiges éternelles de la pureté morale et politique.

Pour découvrir ce qu'est le Tibet et le lamaïsme en se risquant au-delà des Aventures d'une parisienne à Lhassa ou de Tintin au Tibet, ni se laisser impressionner par les prosternations d'intellectuels convertis, nous avons interrogé un tibétain de vieille souche. Un oriental qui accepte de se défaire un moment de son sourire immuable pour parler sincèrement de choses interdites, voilà qui est assez rare pour être consigné.

Monsieur Bhodyoul compte parmi ses ancêtres des bouddhistes de la confrérie des Lohan aussi bien que des lamas Karmapa à bonnets rouges et des Gelugpa du lamaïsme officiel (bonnets jaunes). Il n'est donc pas sectaire. Fin lettré et esprit libre, il connaît l'histoire et les chinoiseries de la politique asiatique. Mais le fait le plus précieux est qu'il a des connaissances très précises sur la magie tibétaine sans laquelle les rêves du Tibet n'ensorcelleraient pas l'Occident.


UNDERCOVER: Monsieur Bhodyoul, vous êtes un Tibétain de naissance qui a pris la nationalité d'un pays d'Europe dans lequel vous avez effectué une carrière commerciale jusqu'à l'âge de la retraite, vers les années 90. Vous avez quitté le Tibet à l'âge de 14 ans avec vos parents et votre sœur qui vit en Amérique. Je n'en dirai pas plus sur vos origines pour raisons de sécurité car il y a tout lieu de croire qu'un Tibétain trop bavard, ce n'est pas bien vu.

L'image que nous avons de vos compatriotes est celle de doctes lamas s’occupant du salut des âmes et, plus prosaïquement, de questions immobilières. Quant aux tibétains laïcs, on nous les présente comme un peuple débonnaire, toujours joyeux et heureux de son sort malgré la cruelle répression de la Chine.

Autrefois, notre intelligentsia ne tolérait pas de critique sur Staline pour ne pas « désespérer Billancourt ». Aujourd'hui, les intellectuels athées ne tarissent plus d'éloges sur le Tibet et son chef théocratique, intronisé ambassadeur de la paix et de la sagesse. Or, à vous croire, tout cela est du cinéma. Pire, c'est un danger, une véritable calamité !

Vous vous présentez donc comme un apostat du lamaïsme, un esprit libre qui ne se reconnaît pas dans le portrait de l'exilé martyr qu'on a dressé de vos compatriotes de la diaspora. Selon vous, cet exil a permis de finaliser une stratégie de conquête commencée il y a des siècles. Soyons clairs, nous parlons d'une conquête occulte que vous dénoncez comme étant organisée par une fraternité qui agit à l'arrière-plan du lamaïsme.

Vous nous avez contacté sans décliner votre nationalité, hormis votre accent indéfinissable qui pourrait aussi bien être allemand, anglais ou même hollandais. Votre français est excellent mais vous n'êtes pas de nationalité française.

Vous pourriez être un agent de la Chine ou d'un clan opposé aux Gelugpa qui sont à la tête du gouvernement tibétain en exil. Il y a de bonnes raisons pour prendre vos révélations au sérieux car elles recoupent d'autres sources fiables. Ces révélations font exploser la politique des sociétés secrètes et des religions officielles qui leur servent de paravent. Ici se révèlent les plus hauts intérêts des loges qui tirent les ficelles dans l'ombre. Avez-vous une précision à apporter à ces présentations sommaires ?

M. BHODYOUL: Un Asiatique exilé est rarement bavard lorsqu'il s'agit de faits où les Chinois et le gouvernement tibétain en exil sont impliqués. S'il n'y avait que moi, ce ne serait pas grave, mais il ne faut pas qu'on identifie ma famille. En donnant le moindre détail sur mes origines, le statut de ma famille et ce que faisait mon père ou mes ancêtres, je crois que les agents chinois et tibétains, pour ne pas citer la CIA sauraient me retrouver. Je dirai simplement que je suis originaire de la région de Gyantsé, à environ cent kilomètres au nord du Bhoutan. Sans trop me risquer, j'ajouterai que mes ancêtres sont venus du Cachemire, comme nombre de bouddhistes indiens qui fuyaient la répression des brahmanes. Ils étaient reliés à la tradition des anciens Arhat. La plupart se sont fondus vers la Chine et le Gobi. Il ne demeure que les légendes sur les Lohan – « ceux qui chantent de douce manière » – auxquels les lamaïstes ont emprunté leur science des mantras mais pour un usage inverse, satanique, comme vous dites en Occident. Donc, je suis bouddhiste mais de la lignée de la « Bonne Loi » des Arhat de Pou-To.

Un Arhat est un « délivré ». C'est ainsi qu'on nommait les disciples de Bouddha qui étaient entrés dans la Libération. En Chinois Arhat se dit Lohan d'où ce nom donné aux confréries ayant fui l'Inde vers le Nord. Cet exode commença vers le premier siècle avant J.-C., et continua jusqu'au 14e siècle. Puis, le lamaïsme, qu'on appelle encore bouddhisme tibétain, a tout submergé en nous imposant un état théocratique dont la théologie n'est plus bouddhique dans le sens originel. Nous verrons pourquoi.

Parfaitement détachés, les Lohan avaient fait le vœu de ne pas résister à leurs ennemis. Ils étaient supposés détenir la véritable science spirituelle qui libère l'âme de l'attachement au monde de l'illusion, alors que la science du lamaïsme a un tout autre usage. Elle renforce les illusions.

UNDERCOVER: Les agents secrets tibétains ?

M. BHODYOUL: Qu'ils soient tibétains, russes, anglais ou américains, peu importe. La politique de la Chine intéresse beaucoup de monde, et ce ne sont pas leurs vieux amis anglais qui me démentiront. Les Anglais ne sont jamais loin.

Les médias présentent mes compatriotes comme de purs esprits occupés de métaphysique mais, bien au contraire, c'est un peuple de fiers guerriers dont l'histoire n'est faite que de luttes entre clans opposés. Les princes des clans et les abbés des monastères se sont toujours fait la guerre pour la suprématie, l'un appelant la Chine à l'aide et l'autre utilisant les Mongols, si bien que nos voisins ont toujours pensé qu'ils étaient chez eux au Tibet. Après tout, lorsque la Chine communiste est arrivée en 1949, elle se sentait dans son bon droit puisque qu'officiellement le Tibet est un protectorat chinois. Les Anglais aussi nous ont envahis en 1904, et la Russie aurait très bien pu se sentir chez elle car certaines républiques socialistes étaient de confession lamaïste comme la Mongolie qui redresse la tête. Le titre de Dalaï-Lama existe seulement depuis la fin du 16e siècle. C’est un descendant de Gengis Khan, Altan Khan, qui le décerna à Gyamtso dont le nom signifie « océan », ce qui se dit dalaï en langue mongole. C'est donc un titre honorifique mongol si vous voyez ce que je veux dire...

UNDERCOVER: Le premier Dalaï-Lama fut nommé par les Mongols pour bons et loyaux services ?

M. BHODYOUL: Oui, car en ce temps-là les Gelugpas – les bonnets jaunes – étaient divisés en deux clans ennemis, également en guerre avec les Karmapa et d'autres factions. C'est vraiment trop compliqué à expliquer car, en Asie, les alliances se font, se défont et se ressoudent continuellement. Sönam Gyamtso, qui était Abbé du monastère de Depung et chef des Gelugpa, appela les Mongols à la rescousse. Le titre de Dalaï-Lama est, par conséquent, une récompense de guerre. C'est comme si Napoléon avait été couronné par les Anglais ! Je ne sais pas si vous saisissez ? C'est difficile à suivre. Sachez quand même qu'avant son exil, l'actuel Dalaï-Lama rencontrait le fin diplomate Chou-En-Laï lors de visites à New-Delhi.

De son côté, le Panchen-Lama, le chef du pouvoir réel du Tibet, s'est toujours montré favorable aux Chinois. Il y a des liens occultes indestructibles.
UNDERCOVER : On comprend mieux pourquoi les Chinois prétendent que le Tibet a toujours été une province de leur empire. La révolution communiste a seulement créé un fossé idéologique. Il y aurait un intérêt commun au-delà des régimes et des croyances religieuses.
Pour preuve, on est surpris de voir combien les Chinois communistes et athées tiennent à leur incarnation de l'enfant Panchen-Lama ! Ils prétendent détenir les preuves occultes de l'incarnation légitime d'un tulku-fantôme, voilà qui est étrange pour des athées endurcis...

M. BHODYOUL: La division idéologique n'est que de façade, bien entendu. Lorsqu'ils sont entrés au Tibet, en 1949, les Chinois respectaient la religion jusqu'au moment de la révolte des guerriers Khampa qui s'étaient autrefois opposés à la Chine. Était-ce une provocation des Chinois ou un prétexte pour déclencher l'exil du Dalaï-Lama ? J'ai mon idée à ce sujet. Le Dalaï-Lama quitta le pays accompagné de sa suite d'une centaine de personnes. C'est un point inexplicable car on ne sait pas comment un groupe aussi important a pu échapper à la vigilance de l'armée chinoise qui gardait étroitement le Potala ainsi que les extérieurs de Lhassa et qui veillait sur la frontière de l'Inde. À cette époque, il n'était pas difficile de boucler hermétiquement la modeste ville de Lhassa, et les routes vers l'Inde étaient bien gardées. Un souverain qui prend la fuite incognito avec sa suite, ses serviteurs et ses bagages à travers des centaines de kilomètres de montagnes, en échappant aux instruments, aux avions et aux indicateurs d'une armée moderne, cela ne s'est jamais vu.

UNDERCOVER: Cela devient très intéressant. Voulez-vous dire que le Dalaï-Lama se serait enfui avec la complicité des Chinois dans un but politique précis ?

M. BHODYOUL: Ce n'est pas à un vieil Asiatique qu'on fera croire qu'un convoi hautement repérable conduit par un chef de gouvernement sous haute surveillance s'est évanoui de nuit dans l'Himalaya pour reparaître mystérieusement dans un palace de New-Delhi, sachant que l'Inde n'avait aucune raison d'irriter la Chine rouge. Et, pendant ce temps, le Panchen-Lama – qui est le véritable chef du Tibet – serait resté tranquillement au Tibet. Pourquoi n'a t-il fui, lui que les Tibétains reconnaissent comme leur chef spirituel ?

Cela signifie qu'il n'y a pas de nation tibétaine en exil puisque l'autorité réelle est restée sur place aux commandes du pays, lequel est toujours un protectorat de la Chine, selon un accord reconnu par les grandes nations.

UNDERCOVER: C'est un point de vue auquel on ne nous a pas habitués. Parlons du mystérieux Panchen-Lama, le « Pape noir » du lamaïsme. Il est pratiquement inconnu, et le Dalaï-Lama dont raffolent les médias a l'air d'un joli papillon qui voltige de ci de là en lançant des œillades et de charmants : « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! »

Selon vous, il usurpe puisqu'il n'a jamais représenté le pouvoir réel du Tibet ? On voit que les Américains lui font endosser le rôle d'ambassadeur de la paix pour servir la propagande du nouvel ordre mondial dont il est le chantre.

M. BHODYOUL: Ce ne sont pas seulement les Américains qui le manipulent mais ses maîtres secrets de Shigatsé. Nous y reviendrons au sujet de la « grande Loge orientale ».

Le titre de Panchen-Lama date du début du siècle. Il fut accordé à l'Abbé de Tashilhunpo qui devint la véritable autorité spirituelle du Tibet.
Le Dalaï-Lama et le Panchen-Lama sont reconnus comme deux « incarnations » respectivement d'Avalokitesvara et d'Amitabha, qui sont, pour simplifier, deux hypostases du panthéon tibétain.

Ces deux « esprits » se réincarnent continuellement et vous connaissez les moyens déployés pour les reconnaître lorsqu'ils sont enfants. L'on a retrouvé le bol de l'un et les bottes de l'autre. Le visage du cadavre de l'un s'est tourné en direction du village où il allait renaître, etc... Tout cela paraît charmant aux Occidentaux qui s'émerveillent devant ces faits miraculeux. Ce système de réincarnation en vase clos qu'on appelle « tulku », permet de concentrer un énorme pouvoir et d'entretenir le système sans interruption. Je vais vous en donner la raison.

UNDERCOVER: En effet, si les mêmes esprits retrouvent leur fonction antérieure, ils doivent disposer d'une maîtrise inouïe. Ils sont comme des rois qui règneraient au-dessus du temps. Pourtant on ne voit aucune évolution, aucun but autre que magique puisque cette société était figée autour de ses rites immuables depuis le Moyen-Âge.

M. BHODYOUL: Elle n'est figée que de l'extérieur car, en réalité, il y a une intense activité au cœur du système lamaïste. Il y a de puissants penseurs derrière cette façade, et ces cerveaux ont lancé des idées que les Occidentaux croient avoir inventées. Entrons dans le vif du sujet.

Le bouddhisme tibétain dispose d'une panoplie de pratiques magico-rituelles vraiment exceptionnelle, puisqu'il a recueilli les systèmes magiques des yogis tantriques, les connaissances métaphysiques et médicales des hindous autant que les techniques chamaniques archaïques. Tout cela est enveloppé dans une théologie bouddhique qui est une synthèse entre les courants indiens et chinois.

UNDERCOVER: Il y a eu la réforme de Tsongkhapa dont est issue la tradition Gelugpa représentée par le Dalaï-Lama ?

M. BHODYOUL: Cette grande réforme du début du 15e siècle a fait du lamaïsme une religion organisée et centralisée à la manière du Vatican. Le Dalaï-Lama en est devenu le chef administratif alors que le Panchen-Lama est le chef spirituel à l'arrière-plan. J'essaie de simplifier, et cela paraîtra réducteur aux orientalistes, mais qu'importe car ce que je vais raconter leur est complètement inconnu.

UNDERCOVER: On est frappé de certaines similitudes entre le catholicisme romain et le bouddhisme tibétain tant au plan de l'organisation que du décorum rituel, des pratiques dévotionnelles, de la vie monastique, et de la hiérarchie sacerdotale avec ses vœux. On dit que ces deux formes de religions sont des résurgences atlantes. Y a-t-il eu influence de Rome sur le Tibet ou vice-versa ?

M. BHODYOUL: Objectivement, on sait que des missionnaires catholiques sont entrés au Tibet dès le 14e siècle et qu'ils y ont été bien accueillis. Ce qui n'est pas anodin.

UNDERCOVER: Au 14e siècle ! On nous a raconté que le Tibet avait toujours été fermé aux étrangers et spécialement aux missionnaires ! Il est incroyable que des religieux catholiques aient déjà été présents au Tibet à l'époque où débuta la lignée des Dalaï-Lamas...

M. BHODYOUL: Tout ce qui touche au Tibet est désinformé. Les premiers missionnaires du 14e siècle étaient des Franciscains, bien avant que ne débarquent les Jésuites qui n'existaient pas à cette époque-là, évidemment. En ce qui concerne les Capucins, il y a des légendes au sujet de leur goût pour certaines formes de dévotion déviées en sexualité dépravée.

Les Jésuites sont, quant à eux, des occultistes qui ont toujours essayé de récupérer les pratiques magiques des cultures qu'ils ont infiltrées. On ne connaît pas les détails de la présence jésuite au Tibet mais il est prouvé historiquement que le Père Antonio d'Andrade y fut reçu en 1624 et qu'il y passa plusieurs années, suivi d'autres Jésuites portugais – les pères Cabral et Cacella – qui séjourneront à Shigatsé aux alentours de 1620-1630, sous la protection des princes du Tang. Des Jésuites, protégés par les princes tibétains ont habité à Shigatsé, le sanctuaire de la « Grande Loge blanche » ! Nous en avons la preuve.

UNDERCOVER: Voilà qui commence à devenir excitant ! Si les Jésuites étaient au Tibet au tout début de la lignée du Panchen-Lama qu'on considère comme le « Pape secret des Tibétains », on peut supposer qu'ils ont peut-être influé sur une organisation dont le chef ressemble étrangement au général de la Compagnie de Jésus. N'oubliez pas l'aspect martial dans tout cela. Ce sont des ordres religieux structurés comme une armée prête au combat.

On dit que le Pape du Vatican est le « pape blanc » par opposition au « pape noir », le général des Jésuites. De plus, ces Jésuites s'installèrent à Shigatsé, la ville ésotérique par excellence, la résidence des chefs occultes du Tibet que la Théosophie a appelé les « maîtres de sagesse de la Grande Loge blanche ». Y a-t-il une relation entre les Jésuites et la fameuse « Grande Loge » du Tibet ?

M. BHODYOUL: Vous avez mis dans le mille ! Je vous félicite car peu de chercheurs sont aussi perspicaces. Je ne connais qu'un ou deux ésotéristes qui ont connaissance de ces faits et qui savent les interpréter comme il se doit. Mes recherches m'ont montré que la fondatrice de la Théosophie, Helena Blavatsky, qui révéla au monde l'existence de la confrérie secrète du Tibet n'a pas eu connaissance de la présence des Jésuites à une date aussi ancienne, c'est-à-dire quasiment lors de la naissance du lamaïsme moderne. Elle semble ignorer, à moins qu'elle ne le dissimule, que des missionnaires italiens ont été acceptés dans des lamaseries comme étudiants en théologie, et qu'ils rédigèrent des dictionnaires et des traités en tibétain. Les universitaires occidentaux rédigent leurs thèses à partir d'authentiques traités de bouddhisme tibétain écrits par des Jésuites ! Vous me suivez ?

En tout cas, Blavatsky, malgré ses œillères de médium, a parfois des éclairs de lucidité. Mais elle est si fanatiquement attachée à la « Loge orientale » qu'elle fait l'impasse sur la présence de Jésuites à Shigatsé, la ville sacrée de ses initiateurs occultes. Ce serait pour elle un blasphème que d'oser soulever le voile qu'elle prétend avoir déchiré dans son livre Isis dévoilée. Ainsi, Isis n'est pas dévoilée.

Je vais vous dire un secret sur le sort de la dame russe qui a fondé la Théosophie : elle fut emprisonnée magiquement par une fraternité maçonnique occidentale car elle refusait de se plier à leurs conditions. Elle n'en fut délivrée que par la Loge orientale qui la plaça de ce fait sous une camisole occulte encore plus étouffante. C'est le sort des médiums de haut niveau. Dans ces conditions, lorsqu'elle dénonça sévèrement l'emprise des Jésuites d'Occident, Helena Blavatsky oublia qu'elle était devenue la dupe des lamas-jésuites de l'Orient. Nul ne peut échapper au venin, après avoir osé s'approcher du nid de serpents de la « Loge planétaire ». Quoi qu'il en soit, je suis reconnaissant à Blavatsky de nous avoir mis sur la piste de la Loge orientale car mes compatriotes tibétains sont loin d'imaginer ce qui se cache derrière leurs révérés lamas. Le fait historique que des Jésuites ont infiltré le lamaïsme est d'une immense importance pour comprendre la politique du nouvel ordre mondial et les accords secrets entre la Grande Loge orientale, le Vatican et des sociétés secrètes occidentales.

UNDERCOVER: C'est extrêmement troublant lorsqu'on sait que l'ordre interne des Jésuites poursuit un plan de conquête mondiale sous couvert de religion. On peut en déduire que leur plan passe par le Tibet et que, d'une façon qui nous échappe, les Tibétains collaborent avec les Jésuites en vue d'établir une théocratie mondiale qui prendrait la forme d'une religion œcuménique.

M. BHODYOUL: Laissez-moi vous en dire un peu plus. Un Jésuite des années 1630 qui devenait étudiant dans une lamaserie était de fait reconnu et initié en tant que moine lamaïste, ce qui signifie que certains lamas tibétains sont, en réalité, des pères jésuites. Vous en trouverez facilement les preuves dans des livres d'histoire qui n'ont rien d'ésotérique comme, par exemple, La Civilisation Tibétaine, du professeur R. A. Stein, directeur d'études à l'École Pratique des Hautes Études (chez Dunod, Paris 1962).

En fait, les choses ne sont pas dites clairement sur ce sujet car il est conseillé aux universitaires de ne pas égratigner les contes de fée du Tibet. Certains ne parlent de la présence jésuite au Tibet qu'à partir du 18e siècle, c'est-à-dire quatre siècles après les premières visites des missionnaires occidentaux ! Mais l'on sait que des princes de la maison d'Orléans se sont également rendus au Tibet.

Connaissant le goût des Jésuites pour la magie et la politique, on peut imaginer que leur présence à Shigatsé est le signe d'un accord spécial entre la Compagnie de Jésus et la « Grande Loge orientale ». N'allons pas trop vite nous imaginer que l'un puisse bluffer l'autre, mais il s'avère qu'à un moment historique, le pouvoir réel derrière le Vatican a négocié avec le pouvoir occulte oriental. Ce sont des faits.

UNDERCOVER: Est-ce que le Panchen-Lama, que vous considérez comme le pape occulte du Tibet, serait directement connecté avec la mythique « Grande Loge blanche » ?

M. BHODYOUL: Pour des raisons politiques et occultes, les Panchen-Lamas ont toujours été proches des Chinois, et c'est pourquoi le dernier en date – mort à la fin des années 80 – était resté au Tibet puis résida ensuite en Chine. On peut y voir le signe que le véritable pouvoir spirituel est demeuré dans la maison et que les Chinois l'ont toujours protégé si ce n'est accaparé. Beaucoup d'aspects sont totalement secrets, et les Tibétains eux-mêmes sont dans le même état d'ignorance au sujet de leur hiérarchie que le sont les catholiques au regard de la politique secrète du Vatican.

Les faits sont les suivants : le Panchen-Lama de Tashilunpo réside près de Shigatsé où les Théosophes ont localisé le centre des initiés de la Loge orientale. De plus, l'un de ces initiés, connu sous le nom de Djwal Khool dans les milieux de la Théosophie et du nouvel-âge, a avoué qu'il assumait des fonctions dans une lamaserie. Est-ce lui, le Panchen-Lama, le chef spirituel du lamaïsme ? Ou bien le Panchen-Lama qu'on nomme également Tashi-Lama, du nom de sa résidence Tashilunpo, n'est-il qu'une couverture ?
Le bouddhisme tibétain officiel semble ignorer l'existence de ses chefs occultes, ce qui est la règle dans le système clos d'une société secrète dont le cercle le plus extérieur ignore l'existence du cercle intérieur, et nul ne peut, par conséquent, s'approcher du noyau. Ainsi, on distingue au moins trois cercles sur le plan physique, le plus large est le lamaïsme officiel qui s'étale à la devanture des librairies et dans les médias comme la référence en matière de spiritualité. Il dispose d'une infrastructure de milliers de centres culturels et de monastères à la surface du globe, et son chef, le Dalaï-Lama, est la vedette des médias. Ce sont les Loges qui l'ont mis sur ce piédestal, sinon il ne serait pas plus célèbre que n'importe quel chef d'une minorité religieuse, fut-elle kurde ou amérindienne. C'est la façade commerciale, le sourire et les belles paroles. Il est d'une habileté extraordinaire, et ses chefs sont fiers de lui.

En second, vient le pouvoir réel qui est représenté par le Panchen-Lama. La diplomatie chinoise nous dissimule son rôle jusqu'à prétendre détenir l'enfant destiné à la succession au titre de Panchen-Lama.
Enfin, il y a le noyau occulte de la loge de Shigatsé, ville proche de Tashilunpo qui est la résidence du Panchen-Lama dont on peut penser qu'il fait la jonction entre le noyau interne de la Loge orientale et le lamaïsme de façade.

Ce noyau idéologique est devenu mythique à travers les écrits théosophiques qui en parlent comme d'une confrérie d'êtres immortels dirigeant l'évolution humaine. Certes, ils disposent de pouvoirs exceptionnels, dont celui de se réincarner dans le corps de leur choix, mais cela n'en fait pas des libérés pour autant. Bien au contraire. Ce sont plutôt des entités retardataires absolument rivées au plan terrestre et qui servent eux-mêmes des intérêts politiques supérieurs. Ils usurpent les titres et les noms des grands saints et des initiés de l'Antiquité. Tout cela est du cinéma sur l'écran de Mara, le grand illusionniste.

LA GUERRE MAGIQUE

UNDERCOVER: Il existe une littérature foisonnante sur les maîtres secrets de la Loge du Tibet. Qui est dans le cercle intérieur de cette Loge orientale ? Et quel en est le but ?

M. BHODYOUL: J'ai découvert ces choses lors de mes recherches en Occident car mes amis tibétains érudits sont aussi ignorants sur leur religion que les chrétiens sur la leur. Je n'ai donc pas été aidé de ce côté mais, avec le recul, il me revient parfois des souvenirs de jeunesse qui éclairent la face cachée de la culture dans laquelle j'ai été élevé.

Je peux dire avec certitude que les légendes sur la « Grande Loge blanche » des initiés d'Orient sont un leurre, car une confrérie secrète qui s'extériorise publiquement, cela n'existe pas ! On peut dire tout au plus qu'elle peut dévoiler son existence avant de muter à un autre niveau. Tous ceux qui prétendent avoir été en contact avec la « Loge des maîtres du Tibet », et qui s'intitulent « disciples des maîtres », ont été leurrés par des intermédiaires. Indéniablement, il existe une fraternité secrète qui veille sur l'humanité mais elle n'est pas de la nature qu'on imagine en fonction de notre conditionnement religieux enfantin. Ses buts secrets ne vont pas dans le sens de notre idéalisme. À propos d'idéalisme, nous verrons comment la prétendue « Grande Loge blanche » utilise notre sentimentalité en nous faisant rêver avec une série d'illusions romantiques déversées dans l'atmosphère à partir du toit du monde.

J'affirme et je peux démontrer que les rites du bouddhisme tibétain sont négativement magiques, et que les répétitions lancinantes d'invocations ont un but précis et, dirai-je, une fonction scientifique. Ce que j'ai découvert a été corroboré par quelques clairvoyants, fort rares au demeurant.

L’organisation du lamaïsme est centralisée et hiérarchisée afin de répondre à des normes de magie collective, les techniques de méditation et de visualisation n'ont pas pour but de libérer l'esprit mais d'émettre des flots d'énergie qui sont soigneusement canalisés et diffusés sur la Terre.
Il s'agit d'une gigantesque centrale de production énergétique employant des dizaines de milliers d'organismes humains parfaitement préparés afin de générer un flux télépathique depuis le toit du monde qui est une situation exceptionnelle pour déverser des ondes vers l'Occident.Cette station émet depuis des siècles sur la fréquence de nos aspirations et de nos idéaux. Je vous expliquerai comment cela fonctionne, car il s'agit d'une science exacte.

UNDERCOVER: Vous pouvez y aller. Nous essaierons de suivre, même si cela nécessite un effort. D'après ce que vous m'avez confié, cette science est la clé absolue pour comprendre la fonction d'une hiérarchie sacerdotale.

M. BHODYOUL: La pureté de l'air des hauteurs de l'Himalaya est particulièrement conductrice pour émettre des signaux télépathiques de qualité. Ces signaux sont pulsés avec force grâce aux rites répétitifs qui se déroulent jour et nuit depuis plusieurs siècles. C'est pourquoi il existe une double hiérarchie : celle des initiés de la « Grande Loge blanche » qui sélectionnent le contenu des messages, et celle des lamas qui dynamisent ces émissions télépathiques par leurs exercices spirituels, sans en connaître le véritable sens.

Les milliers de cités-monastères, qui ont rassemblé jusqu'à 800 000 moines sur les hauts plateaux du Tibet, avaient un autre but que l'étude des sutras et la méditation sur la vacuité. C'est la plus vaste entreprise de propagande de tous les temps, plus puissante que l'Islam ou Rome car le lamaïsme a travaillé dans le secret. Le véritable pouvoir est un pouvoir secret

UNDERCOVER: Avant d'aller plus loin, si on parle de similitude de moyens et d'objectifs entre les lamas et les Jésuites, c'est parce qu'ils utilisent les mêmes techniques de visualisation. Cette méthode de projection mentale serait-elle à la base du système de conquête télépathique des occultistes orientaux ?

M. BHODYOUL: C'est exact. Les exercices d'Ignace de Loyola sont calqués sur les techniques du yoga tantrique indien qui fut adapté par les lamas. De plus, le processus d'éveil qu'on prête à Loyola lors de son « illumination » s'est appuyé sur la technique tantrique de sublimation de l'énergie sexuelle. Cela nous indique qu'Ignace de Loyola, le saint vénéré par l'église catholique, est en réalité un initié venu d'Orient pour accomplir une mission à l'intérieur du catholicisme.

Après avoir fondé son ordre à Rome, au 16e siècle, Loyola envoya immédiatement des missionnaires en Inde, au Japon, en Chine et au Tibet pour boucler le circuit. Cela explique pourquoi les Jésuites ont trouvé bon accueil dans les lamaseries, dès le début du 17e siècle. Ils retrouvaient leurs racines en quelque sorte. Il faudrait rechercher si Tsongkahapa, le fondateur des Gelugpa (les bonnets jaunes) dont le Dalaï-Lama est le chef, ne s'est pas incarné dans la personne d'Ignace de Loyola lui-même après avoir solidement établi son système de lamaïsme réformé sur le modèle de la hiérarchie catholique. Loyola est né en Espagne vers 1490, soit 70 ans après la mort de Tsongkhapa (1419), ce qui est un délai acceptable pour la réincarnation d'un tulku. Ajoutons que l'Espagne est la porte d'entrée pour des esprits venus d'autres civilisations lorsqu'ils s'incarnent pour la première fois en Europe. Il est troublant de constater combien la réforme de Tsongkhapa, fondateur du lamaïsme moderne, ressemble à l'ordre ultra-centralisé d'Ignace de Loyola. L'un se réclame de Bouddha et l'autre de Jésus avec un dogmatisme et un désir de domination assez semblables, alors que leurs pratiques respectives ne sont ni bouddhistes ni chrétiennes, mais s'enracinent dans le yoga et le développement des pouvoirs psychiques.

On remarque que ces deux groupes ont travaillé avec des stratégies apparemment opposées, comme s'ils étaient en compétition, ce qui participe certainement d'un plan cohérent à un plus haut niveau. En effet, alors que le Vatican a lancé ses troupes à travers le monde pour faire des conversions par l'épée, à l'opposé, les Tibétains ont travaillé d'une manière statique en se concentrant sur le toit du monde afin de répandre leur influence par télépathie.

Aujourd'hui, ils sont descendus dans la plaine pour parachever leur grand œuvre. Ils ont fondé des centres dans tous les pays du monde. Voilà à quoi peut servir l'exil, à l'image de la diaspora juive qui a étendu un réseau international que les rabbins contrôlent par la Loi mosaïque et le Talmud. Les lamas tibétains sont désormais installés dans tous les pays, alors qu'ils n'étaient encore qu'une poignée de réfugiés sans ressources, il y a cinquante ans. Or, l'argent ne manque pas.

UNDERCOVER: D'où vient-il cet argent ? Car il en faut énormément pour entretenir des milliers de moines non-productifs et verser la pension des éminences du lamaïsme qui ont le rang d'évêques, tout en entretenant un gigantesque parc immobilier de monastères et de centres culturels ? Ils ont bénéficié de passe-droits, comme si une organisation fantôme écartait tout obstacle devant eux et signait des chèques en blanc. Aucune religion minoritaire n'est autant privilégiée car, généralement, les communautés sont dénigrées. Les sectes tibétaines ne sont pas inquiétées par les chasseurs de sectes qui préfèrent s'en prendre à des minorités chrétiennes dont les règles sont plus souples. C'est comme si des paysans de Bourgogne, de Dordogne ou de Bretagne se réveillaient un beau matin avec un monastère tibétain au bout de leur champ, et qu'ils se disaient à l'heure de l'apéritif : « Pour notre salut, voilà encore de saints lamas descendus de l'Himalaya nous apporter le précieux joyau dans le Lotus ! » Même chose en Écosse, en Russie ou à la Martinique. Partout ! Il y a là quelque chose de bizarre mais tout le monde trouve cela normal, sauf quelques esprits qui s'interrogent sur la place éminente accordée à ce bouddhisme des neiges dans la fabrication d'une nouvelle religion mondiale. Si on en croit les livres tibétains exposés dans les librairies spiritualistes, on veut nous convertir de force. Même des sympathisants du bouddhisme en éprouvent un malaise comme devant une exhibition impudique. Qui est derrière cette réclame grossière si peu en harmonie avec les principes bouddhiques ?

M. BHODYOUL: Cherchez le financeur ! Nous savons que les Américains versent une rente au Dalaï-Lama et que les « sponsors » jésuites aident beaucoup. Cela permet de s'interroger sur la fortune des Jésuites. Ils auraient des banques fondées sur le pillage de l'or des Indiens d'Amérique centrale et de leurs piratages en Asie. Ils se sont également enrichis dans le trafic d'esclaves puisqu'ils étaient dans l'ombre des conquérants, leurs hommes de main servant aux basses œuvres. Mais cela nous éloigne du véritable problème. Quel est le but politique de la hiérarchie tibétaine ? Voilà ce que nous devons comprendre.

UNDERCOVER: Vous avez parlé d'une panoplie « d'illusions mentales » qui auraient façonné la culture mondiale actuelle, sous ses aspects politiques, culturels, scientifiques et religieux. Cette analyse semblera incroyable à beaucoup mais, après coup, on se dit qu'il n'y a peut-être pas d'autre explication à la tournure que prend la civilisation planétaire avec ses valeurs factices et faussement généreuses qui nous sont imposées par la contrainte de la propagande.

Comment les grands magiciens du Tibet – peu importe qui ils sont – ont-ils pu nous imposer des comportements et un mode de vie que nous croyons issu de la modernité ?

M. BHODYOUL: Je vais vous répondre aussi clairement que possible, si vous acceptez d'ouvrir votre esprit à des données ésotériques qui ne sont pas admises dans votre culture. Pour nous, Orientaux, la télépathie n'est pas un mystère mais un fait banal. Pendant que vous étiez occupés à conquérir le monde pour bâtir votre empire matériel, nous avons développé d'autres facultés.

Les pouvoirs psychiques d'un yogi n'ont rien de miraculeux, il suffit de se concentrer et de prendre son temps. Certains parviennent à léviter et à produire d'autres facéties aussi spectaculaires que stériles du point de vue spirituel.

Lorsque vous rassemblez des centaines des milliers de yogis au sein d'une organisation centralisée afin de les aligner sur la même fréquence psychique à l'aide de rituels établis dans ce but, vous allez mettre en marche une usine mentale d'une puissance nucléaire. Chaque yogi est sensé obtenir un grand pouvoir de concentration grâce à des techniques de visualisation. Les méthodes vantées comme des systèmes de méditation pour apaiser l'esprit utilisent des images de divinités qu'il faut parvenir à faire vivre par l'imagination.

Le lama qui médite sur l'image d'une déesse, doit finir par la voir comme si elle se tenait en chair et en os devant lui. Puis il doit apprendre à la dissoudre, ce qui n'est pas évident. Vous voyez la portée de ces exercices ? C'est exactement ce que font les Jésuites avec les exercices de saint Ignace qui ont été introduits dans tous les milieux religieux, en parallèle avec le bouddhisme tibétain.

Lorsque vous avez acquis cette maîtrise du mental, vous imaginez sans peine les résultats qu'on peut obtenir en rassemblant des milliers de moines-yogis qui accomplissent un rituel magique à la même heure ! Or le Tibet a fonctionné avec des centaines de milliers de yogis ainsi formatés, certes de niveaux inégaux, mais dont le collectif dégageait une puissance inimaginable.

Ce n'est là que la machine de propulsion – le carburant – car, au-dessus de l'usine, il y a des opérateurs conscients qui savent l'utiliser à des moments propices, en fonction de la course du soleil et des rythmes planétaires.

UNDERCOVER: C'est compréhensible, mais dans quel but ? Si c'est pour l'évolution, pourquoi les Tibétains ont-ils soutenu Lénine et Hitler ?

M. BHODYOUL: Ce qui vous trompe, c'est le concept de l'évolution historique. Il y a un progrès de la civilisation mais il est relatif. Les esprits qui dirigent les flux télépathiques jouent sur les registres des idéaux de progrès et d'évolution.
Ils savent envoyer des injonctions que nous prenons pour nos propres aspirations. Cela va de la gamme des utopies politico-sociales jusqu'au messianisme, en passant par les bons sentiments. Si l'on veut maintenir le contrôle, il faut proposer une illusion positive, quitte à lui opposer des horreurs afin de redonner l'espoir en un monde meilleur encore plus désirable.

Vous citez Hitler et il est vrai que des lamas tibétains l'ont appuyé. Des nazis se sont rendus au Tibet pour y être initiés à certains secrets ésotériques. Le choix de la svastika comme emblème du national-socialisme en est le meilleur exemple. Mais les Tibétains ont leurré les rêveurs nazis, et ils ont finalement favorisé leur perte. Quant à Lénine, il fut adepte de la Loge orientale. Cette loge des « maîtres de sagesse » n'en est plus à un génocide près puisque la plupart des horreurs sont sorties de sa pochette surprise, avec en prime le new age et l'idéal du meilleur des mondes.

Mais revenons aux aspects techniques de la centrale télépathique. Il y a sept niveaux d'énergie dans la nature, sept qualités depuis les solides jusqu'à l'éther supérieur. Cet éther supérieur emplit l'espace, et il est d'une qualité si subtile qu'il peut réfléchir les idées. À certains moments propices, des flux de pensées sont envoyés dans l'atmosphère et se gravent dans l'éther.

Dans l'homme, certains centres sont sensibles à cette fréquence vibratoire, par exemple, la glande pinéale que les anciens considéraient comme le siège de l'âme. C'est ainsi que le cerveau photographie les idées qui sont dans l'air. Si l'idée s'harmonise avec votre aspiration personnelle, elle sera retenue par votre conscience qui se l'approprie. Alors, vous y répondrez par une réflexion consciente, et vous réagirez à cette impulsion. Cette réponse mentale va retourner vers la source d'émission et c'est ainsi que les opérateurs vérifient l'effet de leur projection grâce à leur technologie occulte. J'essaie de résumer.

C'est la première phase de test. Une idée est lancée sur le monde et l'on vérifie si elle trouve un écho dans les esprits-cibles qu'on veut influencer. Lorsque le test est positif, on commence à entrevoir son impact à travers ceux qui « s'échauffent » avec cette idée nouvelle. Ce sont les « branchés », ceux qui lancent les modes et les mouvements d'opinion. Alors, on envoie une deuxième émission télépathique qui sera cette fois de nature émotionnelle, en stimulant la qualité d'éther au-dessous de la précédente. On la nomme « éther lumineux ». Je vous passe les termes de la tradition ésotérique et le sanskrit.

Pour cette opération visant notre émotionnel, des rituels magiques à base de musique, de chants, de danse, de gestes sacrés, d'encens et d'autres ingrédients seront utilisés. Le courant sera dirigé vers ceux qui ont reçu la première impulsion et qui ont réagi de manière positive à la cuti.

Il s'agit alors pour les magiciens opérateurs de graver leur message dans notre sang afin d'accorder l'émotion à la pensée. La tête et le cœur sont reliés à l'idée qui devient alors comme notre propre création. On s'enthousiasme pour cette « généreuse idée » et on est prêt à agir pour la réaliser. Je résume un processus très complexe. À ce seuil de préparation, la phase de conditionnement suivante est prise en charge par les écrivains et ceux qui sont les propagandistes de l'idée en vogue. Vous pouvez vérifier ce processus si vous suivez l'évolution de la société à travers le miroir des médias. Mais, la plupart du temps, le fait d'y accorder de l'attention nous y relie à notre détriment.

On ne veut pas rester en dehors du coup. C'est mal vu d'être un ringard qui n'est pas bien informé. C'est mal vu d'être un réactionnaire, etc. Où que l'on aille, quoi qu'on fasse, la propagande s'insinue en nous. Vous verrez qu'il y en a pour tous les goûts et toutes les sensibilités.

Au niveau le plus bas de l'opération d'influence télépathique, nous sommes finalement mobilisés par l'instinct de propagation qui nous pousse à répandre nos idées à cause du désir fondamental de procréation et de survie. Au stade le plus matériel, les opérateurs veillent à ce que notre alimentation soit adaptée au résultat qu’ils veulent obtenir. Réfléchissez à la volonté de nos gouvernants de dénaturer la nourriture. Demandez-vous à présent ce que cachent les manipulations génétiques des produits naturels. Cela indique le seuil de conditionnement qui a été atteint au niveau de nos facultés supérieures. Je vous donne ici la réponse à bien des questions écologiques comme l'augmentation de la radioactivité si indispensable pour amener le système nerveux à un niveau vibratoire négatif.

Ainsi, ce processus morbide finit par nous rendre absolument convaincus de la vérité des idées qu'on nous a injectées de manière subliminale et, au stade terminal, cette opération peut nous transformer en chiens policiers de l'ordre établi. Je pense à ceux qui liront mes explications iconoclastes sur le lamaïsme tibétain et qui en seront choqués ! Je n'ai pas les moyens magiques de la « Grande Loge Blanche » pour les convaincre ! Je parle comme un homme ordinaire, mais ils ne veulent croire que les autorités.

J'espère que ces explications sommaires sont suffisantes car il faudrait un véritable exposé technique, ce qui serait franchement indigeste. Chacun peut y réfléchir par lui-même, et s'il est attentif aux signes des temps, il comprendra ce que je veux dire.

UNDERCOVER: Il est en effet difficile de s'imaginer comment des cerveaux coordonnent une telle opération. Mais, sachant qu'il s'agit d'esprits dotés de facultés surhumaines, on peut admettre cette machination. En y réfléchissant, cela nous éclaire sur la destination réelle de ces monastères et de ces rituels dont on ne voyait vraiment pas l'utilité spirituelle. Il reste encore un point à éclaircir, c'est la finalité de ce jeu.

LA DUPERIE DE L'EVOLUTIONNISME

M. BHODYOUL: C'est sans doute l'aspect le plus difficile à comprendre, les spiritualistes classiques vous diront qu'il est salutaire qu'il existe une fraternité qui fasse évoluer la civilisation humaine. C'est l'argument qui revient toujours : l'ÉVOLUTION ! Les « maîtres » nous aideraient à évoluer d'âge en âge, et ce plan est si grandiose que nous ne pouvons pas comprendre leurs méthodes. Cela est fondé sur le dogme d'une évolution ascendante vers un monde de plus en plus parfait C'est absolument contraire aux faits et à l'entropie universelle, mais cette idée est le dogme dominant dans notre culture. On pense que tout va aller de mieux en mieux; que nous nous élevons vie après vie vers les hauteurs de la perfection, jusqu'à devenir semblables à des dieux. Cette théorie ne souffre plus de contradiction dans la plupart des milieux spiritualistes car, sans elle, la vie deviendrait absurde. Réfuter ce dogme évolutionniste n'est plus toléré, et l'on vous prend pour un nihiliste si vous vous y risquez. Pourtant la théorie de l'évolution progressive vers la perfection est une source de souffrance et de désillusions aussi infinie que cette évolution elle-même. Selon les plus anciennes traditions, l'évolution tourne en rond et le temps se mord la queue en décrivant des cercles sans fin, jusqu'à ce que nous décidions d’en sortir. Il faut s'évader du cercle du temps. C'est le but de la religion véritable : l'immortalité.

Or, les puissances qui vivent dans le temps cyclique ne veulent pas qu'on s'en échappe car cela signifierait la fin de ce scénario. Le message originel du Bouddha était un appel pour s'arracher au sortilège du circuit de l'évolution fermée, mais les gardiens du système temporel ont riposté en diffusant la doctrine de l'évolution progressive.

Ils disent : « Avec le temps, vous allez devenir des dieux sur une terre parfaite. Ne cherchez pas une autre issue. » Demandons-nous depuis combien de temps cette idée est dans l'air, et qui l'a apporté, au début ?

La doctrine évolutionnisme est-elle une idée religieuse traditionnelle ? Est-elle contenue dans les enseignements des grands sages du passé ? Ne s'agit-il pas d'une interprétation qui aurait été détournée de son sens originel ? À chacun de se poser la question car je ne veux pas attaquer un dogme avec un autre dogme. Toutefois, on observe que l'évolutionnisme spirituel est une idée moderne spécifique, répandue par les lamaïstes et les adeptes de la Théosophie orientale dont c'est l'idée fixe. Le dogme incontournable, la doxa suprême.

UNDERCOVER: En quoi est-ce si important ? Ce n'est qu'une idée et les idées changent à toutes les époques. Mais vous avez sans doute raison lorsque vous affirmez que les grands sages comme Bouddha et Jésus-Christ n'ont pas prêché l'évolutionnisme spirituel mais plutôt le détachement de l'illusion de l'existence par un effort radical durant la vie présente.

M. BHODYOUL: Je veux simplement montrer que cette théorie nous a été inspirée par la Grande Loge orientale. C'est elle qui a fondé l'organisation du lamaïsme dans le but de rayonner cette idée et toutes les illusions qui en découlent. Je m'explique : si l’on arrive à nous convaincre d'une idée supposée répondre à la question essentielle de l'existence, alors on peut nous conditionner à accepter ses implications dans tous les domaines de la vie. Je voudrais essayer d'être le plus clair possible...

UNDERCOVER: Si nous comprenons bien, selon vous, la théorie évolutionniste ne peut s'appliquer qu'aux phénomènes naturels et seulement de manière relative puisque tout est cyclique et que les choses reviennent toujours à leur point de départ. C'est pourquoi les anciens hindous, et les autres civilisations, ont découpé le temps circulaire en quatre cycles inégaux comme l'Âge d'or, l'Âge d'argent, l'Âge de cuivre et l'Âge de fer. Après l'Âge de fer revient l'Âge d'or, etc. Cela ne concerne que l'histoire du monde et c'est pourquoi la tradition universelle dit que le germe de l'identité humaine n'est pas affecté par ces cycles. Notre âme serait donc placée dans ces conditions changeantes sans que cela affecte son caractère immuable en tant que parcelle divine. Est-ce l'idée traditionnelle ?

M. BHODYOUL: Avec des variantes, c'est le fondement de la philosophie éternelle – la philosophia perennis. Lorsque l'on scrute les mythes sacrés des révélations religieuses originelles, elles disent toutes la même chose. Mais dès que ces religions s'installent dans le temps, elles inversent leur message initial à des fins temporelles. Avec le temps, il faut durer, et la survie temporelle supplante la recherche de l'éternité. Durant le présent cycle qu'on appelle « Âge noir », il est écrit que la vérité est perdue et qu'elle est remplacée par des illusions si flatteuses que tous les hommes les adoptent comme étant la « vérité ». Or, il n'y a rien de plus agréable à entendre pour l'homme civilisé que l'idée qu'il est un dieu en évolution et que, peu à peu, il s'approche de la perfection. Cette perfection peut être vue comme un but individuel ou social et, dans ce cas, la science accomplira le salut rédempteur. Le dogme de l'évolution gagne sur tous les tableaux, aussi bien scientifique que spirituel. Le progrès devient une religion qui apporte de nouveaux espoirs toujours renouvelés.

Dans ce « Nouvel-âge » de l'Âge noir, la spiritualité est vécue comme une succession d'améliorations psychiques avec la promesse ultime de décrocher le nirvana. La quête du sacré s'efface devant le développement personnel. Alors, d'innombrables illusions doivent nécessairement apparaître puisque la voie leur est grande ouverte. C'est le règne du « toujours plus et toujours mieux » avec des résultats incontestables à certains niveaux, mais sans que le problème fondamental de la vie et de la mort soit réglé. C'est ainsi que depuis quelques siècles, certaines idées ont pris le pouvoir. Une idée ne sort jamais du vide mais elle est toujours produite par un cerveau pensant En l'occurrence, la Loge orientale prétend avoir apporté l'idée d'un progrès spirituel pour la planète et ses habitants. Ce progrès devrait établir un royaume divin sur la Terre et supprimer tous les maux, y compris la maladie et la mort. C'est leur idéologie, et il est naturel qu'elle séduise le grand nombre. Mais, attention, ce n'est qu'une idéologie qui veut parvenir au Bien par opposition au Mal. Cet idéalisme est réactif et il se peut qu'il ne soit absolument pas en harmonie avec les lois cosmiques. S'il s'agit d'une illusion typique de l'Âge noir, alors, ceux qui la diffusent y ont un intérêt vital. Si on en croit la puissance qu'ils déploient pour nous convaincre de leurs idées, c'est que cette propagande doit leur assurer également un progrès. Vous comprenez cet objectif de haute politique ? Ils sont en train de mettre en place une civilisation entièrement centrée sur l'espoir du progrès matériel et de l'évolution spirituelle. Pourquoi le font-ils ? Pourquoi cet effort ? Pourquoi cette incroyable machinerie à conditionner les masses en les unifiant autour d'illusions flatteuses comme l'unité, la paix et la fraternité humaine ?

Il y a des illusions pour chaque type humain, depuis la brute jusqu'aux êtres les plus raffinés. Si vous n'êtes pas réceptif à telle illusion, vous répondrez à une autre mieux accordée avec votre état. J'ai décris plus haut comment ils s'y prennent pour nous accrocher.

UNDERCOVER: Il est assez facile d'échapper à une impression mentale d'un ordre dégradé ou trop négative, mais personne n'échappe aux illusions agréables surtout lorsqu'il s'agit d'idéaux apparemment nobles et humanistes.

M. BHODYOUL: Vous avez compris le problème des temps modernes. On ne peut échapper à la civilisation, même si on se réfugie dans une grotte. Il faut s'adapter et ouvrir l’œil pour ne pas se faire pincer. Celui qui s'abandonne risque de perdre son âme tout en croyant s'améliorer. C'est cela l'Âge noir. Mais je ne voudrais pas dramatiser outre mesure car je crois en la force de l'Esprit et en la délivrance ultime.

UNDERCOVER: Pouvez-vous faire un pronostic sur les prochaines échéances planétaires ? Qui va l'emporter ?

M. BHODYOUL: Je vous rassure immédiatement, sauf si vous ne partagez pas ma vision – ce qui se comprend très bien car nombre de personnes au cœur ouvert sont aujourd'hui la cible d'une illusion à double forme : soit par exaltation pour un monde meilleur, soit par dépression devant les perversités de l'époque. Les temps sont durs, et cette dépression exprime un refus de se laisser emporter par des illusions qu'on pressent vaines et finalement génératrices de déception. Voyez la misère des milieux new age, cette lutte pour « un mieux être » en s'accrochant à des régimes et à des techniques de développement personnel superficielles dont l'effet positif se manifeste surtout dès qu'on les abandonne. Vous me suivez ? Je vous passe les détails sur ce trafic.

Y a t-il un espoir que cela cesse ? Tout dépend de notre force intérieure pour refuser les sollicitations qui sont dans l'air du temps. Selon des sources fiables, la fraternité orientale va perdre la partie car une autre fraternité est actuellement occupée à enrayer le processus d'étouffement de la conscience.

UNDERCOVER: Enfin ! Voilà ce qu'il faut nous dire. Si vous me le permettez, je dirai que vous n'êtes pas un oriental pour rien. Vous avez l'art de nous amener au bord du gouffre pour mieux nous tendre la main au moment de la chute. Ainsi, vous dites que vos compatriotes lamaïstes vont perdre la partie car une autre fraternité va briser le plan du nouvel ordre mondial. C'est une perspective réjouissante pour ceux qui souffrent sous le joug du monde moderne.

M. BHODYOUL: D'abord une mise au point sur les moines tibétains. Mes compatriotes ne sont pas en cause, mais ils sont victimes de leur piété. On les opprime magiquement en les tenant en réclusion sous le carcan d'une religion rétrograde issue de l’Atlandide.

Ce sont les tulkus-fantômes qui sont coupables, ceux qui nous utilisent comme du bétail pour servir leurs visées politiques de conquête mondiale. Certes, ils n'ont pas encore abattu le joker qui devrait leur donner un peu de répit face à la fraternité qui va les anéantir.

UNDERCOVER: Jouez-vous au supplice chinois ou tibétain ?

M. BHODYOUL: Leur dernière carte, ce sera de proclamer que l'espérance de tous les peuples est enfin accomplie. Ce sera l'annonce internationale que le Christ est revenu sur Terre, et cela sous toutes les nuances des diverses cultures.

UNDERCOVER: Nous avons déjà parlé de cette affaire dans Undercover n°1, sous le titre Blue Beam qui est un projet de la NASA pour faire apparaître des êtres « célestes ».

M. BHODYOUL: Oui, ce projet envisage de produire des hologrammes imitant les divinités des panthéons religieux. Mais, avez-vous déjà pensé que la Loge orientale peut faire apparaître des anges et des êtres invisibles enrobés de lumière astrale ? Nos gardiens de « l'évolution » qui savent si bien nous influencer philosophiquement ont également le pouvoir de subjuguer des créatures des mondes invisibles et de les amener jusqu'au seuil de notre dimension par des méthodes magiques. Il ne s'agit donc pas uniquement de technologie. Les anges aussi se font emprisonner. Quoi qu'il en soit les frères orientaux ont préparés un être qu'ils nomment Maitreya – en usurpant le nom du Bouddha futur – afin de lui faire endosser le rôle du Messie. On ne sait d'ailleurs pas de quoi il va sauver la Terre puisque tous les problèmes ont été créés par la Loge orientale conjointement avec les loges d'Occident. D'abord, ils sabotent et, ensuite, ils viennent vendre leur service de dépannage. Ils sont menteurs par principe car il y des millions d'années qu'ils se sont engagés sur la voie de la tromperie, et ils sont condamnés à avancer au risque de disparaître. Mais il vient un temps où leurs abominations se retournent contre eux, et nous ne sommes plus éloignés de ce moment Toutefois, il faut qu'ils aillent jusqu'au bout pour que leur jugement soit scellé. C'est pourquoi, les puissances supérieures les poussent à s'enfoncer dans le mensonge et le blasphème.

UNDERCOVER: On ne leur retire pas leur permis de nuire ?

M. BHODYOUL: Il faut que le scandale arrive. D'abord, par respect pour le libre arbitre de l'humanité. Ensuite parce que les illusions nous aident à prendre conscience. La conscience est l'enjeu de l'univers. Tout cela est un jeu grandiose et la souffrance est aussi une illusion. Donc, une fraternité secrète qui ne travaille pas selon l'axe Est-Ouest – comme celle de l'Himalaya – s'oppose actuellement à la stratégie totalitaire du nouvel-âge et de l'ordre mondial.

Sincèrement, je n'en sais pas plus, et il ne faut pas risquer de trahir ce plan. Si cette fraternité rayonne du Nord au Sud, nous pouvons comprendre qu'elle croise l'axe Est- Ouest en des lieux où doit sévir une lutte titanesque entre ces deux groupes magiques.

J'ajouterai que cette fraternité du « Nord », s'il est approprié de la nommer ainsi, ne doit pas être confondue avec la fraternité spirituelle régulière qui s'occupe de la libération spirituelle de l'Humanité et d'où sont venus les grands messagers divins. Cette fraternité n'entre pas en lutte avec les puissances terrestres.

UNDERCOVER: Attendez. Nous aimerions savoir si cette fraternité du Nord, comme vous l'appelez, a pour but d'imposer un gouvernement mondial ?

M. BHODYOUL: Pas du tout, sinon elle ne s'opposerait pas à la Loge orientale qui alimente les illusions mondialistes. La fraternité du Nord poursuit un but autre, mais en l'absence d'informations directes, nous sommes réduits à des conjonctures. Je crois qu'en réfléchissant aux différentes thèses, on doit pouvoir dégager la vérité. Si vous faites la liste des nombreuses illusions propagées par la Loge orientale, vous pouvez trouver le but de l'autre fraternité par élimination des possibles. Parle t-on du retour du Christ ou d'un nouvel ordre mondial ? Parle t-on d'une religion mondiale unique ? Parle t-on d'une société socialisée technocratique ? Parle t-on d'une utopie égalitaire ? Parle t-on d'une grille de lumière encerclant la Terre et de maîtres ascensionnés à la manière du new age ? Alors, il ne s’agit pas de la fraternité du Nord, mais la propagande des sempiternels amuseurs du toit du monde.

Le programme de cette fraternité secrète n'est pas politique, mais elle veut simplement remettre les conditions planétaires en harmonie avec les lois universelles. Plutôt que d'imposer un programme politique, elle tente d'écarter les dangers les plus menaçants. Il s'agit donc d'une force pacifique qui va corriger les erreurs et les excès de la Loge orientale et d'autres groupes d'Illuminati.

Cette fraternité dispose d'une magie puissante mais qui ne viole pas les lois naturelles et la conscience humaine.

L'apparition de cette fraternité a jeté la Loge du Tibet et le lamaïsme dans une grande frayeur, car ce groupe a engagé une guerre totale contre ces manipulateurs. C'est pourquoi, les maîtres de l'ordre mondial sont occupés à s'armer jusqu'aux dents et qu'ils ont placé des engins de surveillance aux quatre coins du monde pour tenter d'identifier le moindre mouvement qui les menacerait.

Un initié a écrit : « La fraternité lamaïste tentera de regrouper les forces dispersées, tentative qui entraînera inéluctablement une production intensive d'énergie.

Le monde matériel est peuplé par différentes formes de vie ; il en est de même en ce qui concerne l'au-delà.
Cette lutte formidable pour l'existence adoptera de plus en plus le caractère d'un camp retranché. La fraternité lamaïste tentera, au moyen de la magie, d'accroître artificiellement jusqu'à une chaleur de fièvre la tension nerveuse orageuse qui a prédominé dans le monde pendant si longtemps, afin d'inciter l'humanité à des actions abjectes qui seront ensuite amèrement regrettées.

Si cette tentative échoue – comme nous l'espérons et le croyons – il se développera au sein de la fraternité lamaïste un état de crise qui provoquera des actes désespérés. Ceux-ci se manifesteront par des phénomènes de feu violents dans l'atmosphère, résultant de la formidable contrainte de volonté des magiciens qui imposent leurs impératifs à l'humanité. » Voilà une déclaration de Dwjal Khool – dit le Tibétain – qui fut le porte-parole de la Grande Loge Blanche jusqu'au seuil des années 50. Il communiqua par le truchement d'Alice Bailey qui transcrivit ses messages. Ses enseignements constituent la bible des gourous et channels du new age.

Ici, le Tibétain fait l'apologie de la bombe atomique considérée comme une arme divine. Cet aveu est la preuve irréfutable de la folie criminelle des magiciens, prêts à faire sauter le monde pour instaurer leur nouvel ordre mondial.

Pour celui qui comprend ce que signifie le viol de l'atome, fondement de l'ordre naturel, il ne peut être question de compromis ; l'énergie nucléaire ouvre le puits de l'abîme.

Ces magiciens ont fait main basse sur le lamaïsme et sur nombre d'organisations initiatiques et religieuses. Ils se font passer pour les incarnations de Jésus, Bouddha, Krishna, Hermès, Zoroastre, Pythagore et même de Georges Washington ou Jeanne d'Arc. Ils annoncent que leur manifestation publique est imminente. Elle commencera par l'apparition du Christ-Maitreya, chef de leur religion mondiale. C’est une parodie grossière du retour du Christ. D'innombrables êtres ont été bernés à travers le nouvel-âge et la promesse d'un âge d'or. Une armée de faux-prophètes aveugles guide les inconscients sur les voies de l'illusion.

La Grande Loge Blanche a étendu son influence à tous les organismes internationaux : l'ONU, l'Unesco, l'Organisation Mondiale de la Santé, entre autres, et les cercles mondialistes où ses agents Illuminati œuvrent à la réalisation de son plan dans les sphères financières, politiques et culturelles.

Des adeptes du Tibétain prétendent que nos critiques font le jeu de la « Loge noire », mais ils doivent comprendre que, de notre point de vue, leur « Grande Loge Blanche » n'est qu'un relais de la puissance obscure. La Loge Blanche est un département de la Loge Luciférienne qui est divisée en « noir et blanc ». Les spiritualistes sont dupés par les apparences de sagesse et la casuistique jésuitique du Tibétain.
La déclaration de Dwjal Khool sur la bombe atomique ne résiste pas plus à l’analyse philosophique qu'au bon sens moral. Elle révèle que les magiciens du Tibet sont aux abois, et qu'ils sont prêts à semer le chaos et la terreur. (lire la fin sur le lien)
Auteur: Joël Labruyère

Source; C.R.O.M