Les plantes sont-elles plus que des ‘légumes’ ? Ont-elles des émotions ? Que ressentent-elles au contact humain ? Communiquent-elles ?

Aristote pensait que les plantes avaient une âme. Goethe qui était botaniste en plus de sa passion pour la poésie, avait fait des découvertes fondamentales sur la métamorphose des plantes et envisageait une certaine ‘essence spirituelle’ derrière leur forme matérielle.

Bien des personnes, et moi le premier, trouvent ces affirmations chancelantes voire grotesques. Étant quelqu’un de très rationnel qui considère que seules les preuves scientifiques sont fiables, je me suis intéressé aux différentes expériences, peu connues du grand public, qui pourraient appuyer ces affirmations ‘philosophiques’.

Certains tests cependant démontrent que les plantes peuvent éprouver des émotions, lire la pensée humaine et tentent même de communiquer avec nous ! Intrigués ? Ce n’est qu’un début…

clevebackster

 Cleve Backster

La découverte

New York. 1963. Cleve Backster, consultant auprès de la police, s’amuse avec un détecteur de mensonge et place les électrodes sur une feuille de dracaena. Il arrose la plante et s’attend à ce que l’aiguille du galvanomètre indique une résistance plus faible au courant électrique (à la suite d’une teneur en eau accrue) mais c’est précisément le contraire qui se produit. Perplexe, Backster teste ensuite la réaction de cette même feuille au contact du feu. A peine le briquet sorti de sa poche, l’aiguille enregistreuse bondit soudainement. Le tracé graphique lui rappelle curieusement celui d’un homme soumis à une question piège ou lorsqu’on le menace.

D’expériences en expériences, Backster devint convaincu que les plantes percevaient les sentiments humains. Une autre expérience fut entreprise à laquelle ont participé quelques agents de la police new-yorkaise, semblait démontrer que les plantes ont également une mémoire.

La mémoire

Six sujets, les yeux bandés, tiraient au hasard un papier plié. Sur l’un des papiers était rédigé l’ordre d’arracher et de détruire l’une des deux plantes se trouvant dans la pièce. Le crime était ensuite exécuté en secret, sans que ni les sujets, ni Backster lui-même, ne sachent qui était le coupable – le seul témoin était l’autre plante, celle qui n’était pas détruite.

On fixait ensuite des électrodes sur la plante témoin et les suspects défilaient devant elle chacun leur tour. On observait alors que lorsque le coupable s’en approchait, l’aiguille du galvanomètre s’affolait. La plante ‘reconnaissait’ celui qui avait tué l’un des siens. Backster émis l’idée qu’elle percevait la culpabilité que le criminel essayait de dissimuler.

La détection de mensonge

Lors d’une autre expérience, qui a été plusieurs fois répétée devant des jurys scientifiques, Backster réussit à transformer une plante en détecteur de mensonge. Des électrodes étaient placées sur une plante, et un homme – sans électrodes – s’asseyait devant elle. Backster disait à l’homme qu’il allait lui citer une série d’années en lui demandant si elles correspondaient à sa date de naissance, et qu’il fallait toujours répondre ‘non’. Invariablement, Backster pouvait deviner l’année de naissance – qui correspondait sur le graphique à une courbe galvanique bien marquée.

detectionmensonge

Les émotions

Une autre expérience réalisée pour éliminer tout facteur humain et subjectif, consistait à placer dans une pièce close quelques crevettes vivantes sur un plateau. Lorsque le plateau basculait (en l’absence de toute intervention humaine) les crevettes tombaient dans une casserole d’eau bouillante. Dans une chambre voisine, close également, une plante branchée sur galvanomètre émettait au moment de la mort des crevettes un tracé soudainement turbulent.

Le tracé était différent de celui qui enregistrait une émotion, et Backster se demanda s’il ne correspondait pas à une sorte de perception par un groupe de cellules de la mort d’un autre groupe de cellules. De nouvelles expériences lui permirent d’établir que la même forme de réaction se retrouvait lors de la mort ‘perçue’ par la plante, de bactéries, levures, cellules sanguines et spermatozoïdes.

Il semblerait même que lorsqu’une ‘empathie’ (faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent) est établie entre une plante et son maître, ni la distance, ni les obstacles n’interrompent le ‘rapport’. Des expériences lors desquelles le tracé de plantes était enregistré pendant que le ‘maître’ voyageait, montraient des réactionss galvaniques correspondant aux moments mêmes des diverses péripéties du voyage. Pierre Paul Sauvin, un ingénieur électronicien américain, a constaté, en rentrant dans son laboratoire, après un week-end à la campagne, pendant lequel l’activité galvanique de ses plantes était automatiquement enregistrée, des paroxysmes correspondaient au moment même de ses ébats amoureux avec une amie.

Un psychologue moscovite V.N. Pouchkine a vérifié avec soin les expériences de Backster, et en arrivent à peu près aux mêmes conclusions. En tentant d’expliquer ce qui se passait, Pouchkine écrit :

Il se peut qu’entre deux systèmes d’information, les cellules de la plante et les cellules nerveuses, existe un lien. Le langage de la cellule de la plante peut être en rapport avec celui de la cellule nerveuse. Ainsi deux types de cellules totalement différentes les unes des autres peuvent ‘se comprendre’.

La communication

Les plantes, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, manifestent également un certain éclectisme musical. Plusieurs expériences dans ce domaine ont été réalisées avec une rigueur toute scientifique par une musicienne en collaboration avec un professeur de biologie, Francis F. Broman. Trois chambres ont été utilisées dans une expérience sur une multitude de plantes (philodendrons, radis, maïs, géranium, violettes africaines…). Toutes les plantes étaient placées dans des conditions identiques. La seule différence fut qu’une chambre expérimentale était totalement silencieuse, une autre contenait un haut-parleur émettant de la musique classique et une troisième, de la musique ‘rock’.

On constatait – sans pouvoir expliquer le phénomène – que les plantes dans la seconde chambre se développaient en se penchant vers la source de musique classique, alors que celles dans la troisième se penchaient dans la direction opposée, comme si elles tentaient de fuir la musique moderne.

Selon le Dr Hashimoto, qui dirige un centre de recherches électroniques ainsi que les services de recherche de l’importante firme industrielle Fuji Electric Industries, il y aurait, au-delà du monde tridimensionnel que nous connaissons, un monde à quatre dimensions, non matériel et dominé par l’esprit. C’est dans ce monde-là que les plantes, et toutes les créatures vivantes, seraient en communication entre elles…

Li Hongzhi, fondateur du Falun Dafa (mouvement spirituel chinois) affirme :

Nous vous disons que l’arbre est vivant lui aussi, non seulement il est doté de vie, mais aussi de l’activité d’une pensée supérieure (…) Les botanistes de tous les pays ont fait des recherches la dessus, y compris en Chine. Ce sujet n’est plus du domaine de la superstition. Dernièrement, j’ai dit que tout ce qui arrive maintenant à notre humanité, tout ce qui vient d’être inventé et découvert est déjà suffisant pour refondre les manuels d’enseignement actuels. Cependant, bornés par les conception traditionnelles, les gens refusent de le reconnaître, personne ne recueille et organise systématiquement ces informations.

Ces découvertes qui pendant longtemps n’étaient connues que de quelques initiés et spécialistes peuvent paraître déroutantes. Que croire ? A ce jour, personne ne connaît les vérités. Je me suis posé la problématique de la crédibilité des détecteurs de mensonge qui a vivement été critiqué. Des études récentes de fiabilité montrent un très grand taux d’erreurs si bien que les institutions scientifiques considèrent le détecteur de mensonge comme un outil non fiable…

Et vous, que pensez-vous de ces mystérieuses émotions végétales ? Sentez-vous coupable en offrant des fleurs ? Emettez-vous une certaine culpabilité quand vous pensez à leur possible ‘souffrance’ ? Pensez-vous que parler à ses plantes influe sur leur développement ?

Regardez par exemple les arbres qui poussent en ayant des formes humaines, ce ne peut-être que du hasard. Ces arbres semblent louer Dieu de leurs braNCHES  qui se tendent vers le CIEL

XCXC

SDQSDQ

Source : BricolerJardiner, merci à Célarion)