4x05_Ingrid_Reine_des_Neiges_grotte_de_glace_miroir_magique_restauré

 

Les Miroirs Magiques par Ernest Bosc

 

 

Les plus anciens miroirs magiques connus et décrits sont l’Urim et le Thumin, dont a parlé Moïse. On a écrit sur ce sujet bien des commentaires. Philon le Juif n’y voyait que l’image de quatre, animaux symboliques ; ainsi parlant de l’histoire cachée dans le chapitre des Juges, Philon nous dit que Nichas fit en or et en argent fus, trois figures de jeunes garçons et trois jeunes veaux, puis un lion, un aigle, une colombe et un dragon : de sorte que si quelqu’un allait le trouver pour connaître quelque secret touchant sa femme, il interrogeait la colombe ; si, touchant ses enfants, le jeune garçon ; si, touchant la richesse, l’aigle ; si pour la force et la puissance, le lion ; si pour la fécondité, le veau ; si pour la longueur des jours et des ans, le dragon.

Historique

L’emploi des miroirs dits Magiques, des Miroirs constellés (Ainsi désignés parce qu’ils portent souvent gravés à leur revers des figures d’étoiles), remontent à une haute, très haute Antiquité, antiquité si reculée qu’elle se perd dans la nuit des temps et des très anciennes civilisations connues et inconnues.

L’antiquité a connu une grande variété de miroirs métalliques en usage pour la magie (Les instruments magiques étaient nombreux dans Aphrodite (Ill. XIV, 225) ; la Baguette d’Hermès Psychopompe (Ill. XXIV, 343 et Odys. V, 4) ; le Breuvage consolateur d’Hélène (Odys. IV, 220) ; la Baguette et le Breuvage de Circé (Odys. X, 210, 450) ; le Chant des Syrènes (Odys. XII, 40) ; les Formules curatives des fils d’Autalycos (Odys. XIX, 457); etc.); aujourd’hui; dans l’Inde, les Chélas utilisent encore dans les cryptes des temples des miroirs en or et en argent.

Au Japon, les miroirs magiques les plus employés sont d’assez grande dimension, ils sont en jade, en pierre de lard, ou en autres pierres de valeur, on peut en voir au Musée des Religions de l’avenue du Trocadéro, à Paris, de beaux spécimens.

Des commentateurs identifiaient l’Urim et le Thumin avec les douze pierres de l’Ephod du Grand Prêtre des Hébreux; il est vrai que d’autres ont cru y voir le nom incommunicable et celui des douze tribus d’Israël. Varron (Dans Saint-Augustin, De civitaie, VII, 35) prétend que leur emploi est originaire de la Perse, ce qui tendrait à faire supposer que ce sont les Mages, qui sont bien les inventeurs de ce mode de divination, qu’on dénomme aussi Catoptromancie (dérivé du grec katoptron, miroir, et mancein, deviner) terme employé par Pausanias, Spartien et d’autres auteurs de l’Antiquité (Cf. Glossaire raisonné de la Divination, de la Magie et de l’Occultisme, et Dictionnaire de l’Orientalisme, d’occultisme et de Psychologie).

Didius Julianus eût recours aux miroirs magiques pour connaître l’issue de la bataille que devait livrer contre Sevère, Lullius Crispinus, son compétiteur à l’empire. Or, comme dans l’Antiquité, on avait grande confiance à la claire-vue des enfants, pour dévoiler l’avenir, Didius Julianus, après avoir attiré sur la tête d’un enfant, à l’aide de Conjurations, la Clairvoyance, le fit lire dans un miroir fatidique.

On nommait Specularii, ceux qui consultaient l’avenir à l’aide de miroirs. C’est évidemment l’emploi de l’eau en un bassin, en un récipient quelconque, qui a dû amener à la catoptromancie, c’est le médium au verre d’eau de nos jours.

Les Magiciens du Moyen-Age utilisèrent principalement les miroirs, métalliques, en cuivre et en étain. Ils employèrent également le cristal dit de Sainte-Hélène, qui sert à construire un miroir sous ce vocable. Nostradamus n’était ni un Astrologue, ni un Voyant par le miroir, c’était un grand Voyant, comme plus tard Swedenborg, cependant divers auteurs prétendent que Nostradamus s’est servi des miroirs pour diverses prophéties.

Pic de la Mirandole avait une grande confiance dans les Miroirs constellés. Il affirmait même, qu’il suffisait d’en fabriquer un, sous une constellation favorable et de donner à son corps une température convenable pour lire dans ces miroirs, le passé, le présent et l’avenir. Cette dernière observation est importante, nous savons, en effet, que si un médium voyant éprouve du froid, il lui est difficile d’être extrêmement lucide.

Jean Fernel (Abditis reram causis, I, XI.) affirme avoir vu dans un miroir diverses figures, qui exécutaient des mouvements qu’il leur commandait et les gestes de ces figures étaient si expressifs, que chacun des assistants, qui voyaient comme lui dans le miroir, pouvait fort bien comprendre leur mimique.

Reinaud (Description du Cabinet Blacas, p. 401, 402), nous dit : « les Orientaux ont aussi des miroirs magiques dans lesquels ils s’imaginent pouvoir faire apparaître les anges, les archanges ; en parfumant le miroir, en jeûnant pendant sept jours et en gardant la plus sévère retraite, on devient en état de voir, soit de ses propres yeux, soit par ceux d’une vierge ou d’un enfant, les anges que l’on désire évoquer ; il n’y aura qu’à réciter les prières sacramentelles; l’esprit de lumière se montrera à vous et vous pourrez lui adresser vos voeux ».

Les Chinois et les Hindous possèdent des Miroirs Magiques métalliques dans lesquels ils lisent clairement l’avenir ou décrivent des scènes qui se passent au loin.

La fabrication des Miroirs Magiques était connue des Romains; qui en faisaient un fréquent usage.

Cornélius Agrippa nous édit que de pareils miroirs trouvés dans les mains des certaines personnes, les ont fait accuser de magie et de sortilèges, et que leur possession mit souvent en péril, la vie des sorciers.

De son côté, Muratori nous apprend que Martin Della Scala, fit mettre à mont l’évêque de Vérone, sous l’oreiller duquel, on avait trouvé un miroir magique ; il portait comme inscription : Fiore (fleur), que les sorciers appliquent au diable ; ce qui est confirmé par la confession de saint Cyprien, qui nous dit son effet, que le démon apparaissait souvent sous la forme d’une fleur.

On trouva un pareil miroir dans la maison de Colas de Rienzi.

Le Mercure Français de 1609 (p. 348), nous apprend qu’en 1609, on brûla, en place de Grève, un sorcier normand : Saint Germain, pour avoir fait usage de miroirs magiques, en compagnie d’une femme et d’un médecin.

Dans un ouvrage anglais anonyme, Magie Art, nous lisons une curieuse relation sur le sujet qui nous occupe ; elle nous apprend, que la plus ancienne méthode et la meilleure pour la divination, est celle du cristal ou de l’Urim et du Thumin ; que l’origine de celui-ci est divine, ou céleste et que les inspirations, communications et visions reçues par l’intermédiaire du cristal par un saint personnage, étaient absolument divines et dégagées de toute influence humaine.

L’emploi du cristal à notre époque est presque aussi puissant que l’Urim et le Thumin des Juifs ; entre les mains d’un bon clairvoyant, les révélations faites par son intermédiaire sont des plus sûres ; les esprits peuvent bien ne pas apparaître dans le cristal « mais le Voyant reçoit un secours magnétique pour interpénétrer le monde spirituel au travers du translucide de, cristal et par cette voie le voyant entre en contact intime avec les Esprits qui peuvent converser volontairement avec des mortels. »

Disques Magnétiques

Dans une étude sur les Miroirs Magiques nous devons dire tout d’abord quelques mots sur les Disques magnétiques, car un expérimentateur habile peut les faire servir à des expériences de clairvoyance.

Ces, disques sont en carton, recouverts de papiers colorés. Au centre de chacun d’eux se trouve le numéro d’ordre que la couleur du disque occupe dans le rayon solaire. Du côté gauche, on peut lire l’action que les couleurs doivent produire sur le sujet tandis qu’à droite on voit le signe de la planète protectrice du disque.

Les disques magiques sont au nombre de neuf : sept représentent les couleurs primitives. Le disque n° 8 est blanc et le n° 6 est noir, ces deux disques indiquent le commencement et la fin.

L’action de chacun de ces disques consiste à frapper avec force l’imagination du sujet soumis aux épreuves, chacun d’eux produit des effets différents les uns des autres; en voici une énumération succincte :

– Le disque n° 1, Violet, est représenté par les plantes : Ilydrociamus nigra; Datura stramonium, Cannabis indica, etc., produit comme effet : mouvement continuel des bras et des jambes; désir de toucher à quelque chose, cris, aboiements imitant ceux du chien ; envie de mordre; ivresse complète; apparitions de toute sorte de bonheur, etc.

– Le disque, n° 2, Indigo; Piper nigra produit excitation fébrile, faiblesse des membres abdominaux; perte de vue; tremblement des paupières, sommeil profond.

– Le disque n° 3, Bleu; Piper cubeba, laurus camphora, assa fatida; excitation générale, mouvements convulsifs, envie de dormir, somnolence; abattement.

– Le disque n° 4, Vert; larmes abondantes; l’individu joue avec ses mains comme un enfant, a envie de courir; tressaillement de tous les muscles du corps; engourdissement général, léthargie.

– Le disque n° 5, Jaune; strichnine, asparagus officinalis, etc.; balancement de la tête en avant et en arrière; engourdissement général, sommeil, somnambulisme, etc.

– Le disque n° 6, Orange; valériane officinale, tabac, etc.; agitation, énervement.

– Le disque n° 7, Rouge; prunelle vulgaire, lavande, digitale pourprée, etc.; cris aigus et intermittents, cris de frayeur.

Cf. Dictionnaire d’Orientalisme, d’Occultisme et de psychologie, Cf. Dictionnaire 2 vol. in-12 illustré, Paris.

Théorie

Pour bien comprendre ce qui se passe, lorsqu’un sensitif porte ses regards sur un Miroir Magique et le fixe d’une manière intensive, il faut se remémorer, ce qu’est le Corps Astral ; nous savons qu’il comporte sept centres de forces (Chacras) qui correspondent aux plexus, et l’un d’eux à la glande pinéale (trou de Brahma, Brahmarundhra) ce serait dans celle-ci, que les forces physiques se sublimeraient (au dire de certains occultistes) pour alimenter et nourrir en quelque sorte le corps subtil (corps aithérique).

Aussi cette glande a une grande importance, c’est pourquoi nous en parlons un peu plus loin.

En outre, le centre qui correspond au plexus caverneux est le siège de la vision psychique (oeil de Siva) ; c’est pourquoi, pour arriver à la clairvoyance, il faut concentrer toute la force nerveuse de l’organisme entre les deux sourcils, où se trouve le siège de la vision, pour faire arriver à la conscience les impressions subies par le plexus caverneux.

Enfin, pour atteindre le but final (la claire vue), il faudra concentrer en un point de l’espace, une partie de la lumière hyperphysique (lumière astrale), afin que nos sens astraux, surtout au commencement de leur développement, ne se noient pas dans ce milieu astral, ce qui arriverait fatalement, s’ils n’étaient pas mis en communication avec un point spécial du plan astral.

Or les miroirs magiques réalisent cette condition surtout les miroirs concaves qui sont de beaucoup les plus puissants, car ils centrent le fluide considérable que le consultant envoie par les yeux.

Qu’est-ce que la glande Pinéale ? Nous n’en savons pas grand chose, presque rien. Nous allons cependant donner à son sujet quelques explications et commentaires vrais ou légendaires.

Pascal a dit le premier je crois, dans ces temps modernes, que cette fameuse glande servait de résidence à l’âme humaine. Voici donc un de ses emplois, mais qui ne nous dit pas ce que c’est que cette glande qui a été dénommée très anciennement : l’oeil unique, l’oeil cyclopéen, le troisième oeil, etc.

On l’a dénommée oeil cyclopéen parce que les cyclopes n’ayant qu’un oeil au milieu du front auraient été cause de son origine; en effet, quand les hommes eurent deux yeux, l’oeil unique frontal s’enferma dans le cerveau et devint la glande pinéale, qui est considérée aujourd’hui comme l’oeil de la vision intérieure ou Claire-vue.

Avec le temps, la glande pinéale est destinée à devenir l’organe physique de la télépathie, c’est-à-dire de la transmission de la pensée d’un cerveau à un autre. En effet, dès qu’une Forme-pensée naît dans un cerveau, la vibration de celle-ci peut se communiquer à un autre cerveau si le propriétaire du premier cerveau sait se recueillir, s’isoler, se concentrer tant soit peu. La communication par ondes mentales intellectuelles s’établit facilement si le penseur pense, nous nous plaisons à le répéter, avec fixité et ferme volonté et si le lecteur de pensée (le récepteur) s’isole suffisamment de son entourage, de son ambiance pour n’être pas détourné dans la réception des ondes mentales, par toute autre réception d’ondes, nées de formes-pensées d’autres cerveaux.

La télégraphie sans fil, par les ondes Hertziennes, peut faciliter l’intelligence des lignes qui précèdent ; nous devons ajouter qu’il y a lieu de pratiquer une sorte d’entraînement pour pouvoir recevoir efficacement des vibrations cérébrales d’émetteur au récepteur, maison y arrive toujours avec un peu de pratique et d’expérience.

On voit par ce qui précède que la glande pinéale est un merveilleux appareil qui n’est pas sans analogie ou que du moins on pourrait comparer au phonographe; que se passe-t-il dans celui-ci ? Des sons sont émis, la pellicule qui les enregistre est impressionnée par le stylet qui fonctionne sous les ondes sonores. Vous arrêtez la marche de l’appareil, on n’entend plus rien; on pourrait croire envolée à jamais l’impression du son. Il n’en est rien, dès que l’appareil est remis en marche, la voix, qu’on croyait perdue, renaît, se fait entendre à nouveau, les vibrations venues d’un autre centre se réveillent et l’on retrouve les sons entendus.

Il en est de même pour la transmission de la pensée. Le cerveau s’impressionne (comme la pellicule) des vibrations du cerveau penseur et le cerveau récepteur peut alors parfaitement synthétiser les actes et les pensées du cerveau émetteur et l’échange des pensées s’accomplit par la glande pinéale. Ajoutons, ici que la mise en communication de l’émetteur et du récepteur aide considérablement à l’enregistrement de la pensée du transmetteur. L’attouchement entre individus c’est la mise en communication des corps dans des cerveaux.

C’est ce rapport entre individus qui explique les mouvements symboliques, fibrillaires et autres théories émises pour interpréter la transmission des pensées. On comprend en effet que dans la vibration de la pensée, le corps ne reste pas inactif et détaché de ce qui se passe. Nécessairement, il est lui-même impressionné, mis en vibration comme appareil conducteur des ondes mentales qui fatalement parcourent des corps, qui sont en contact par la pression des mains. Ce moyen peut aider à la transmission de pensée ; un autre moyen est la suggestion mentale. Nous le voulons bien ! Un fort magnétiseur peut exercer son pouvoir et impressionner le cerveau du sujet, mais comment et par quoi ? Par l’intermédiaire de la glande pinéale. Sans celle-ci, le, cerveau ne pourrait probablement rien recevoir, rien percevoir, ni, ressentir.

La télépsychie (moyen de communiquer à distance) sans autre objet que sa pensée, peut apporter une preuve à ce que nous venons de développer ci-dessus ; mais la télépathie et la télépsychie sont grandement secondées par un objet mis entre les mains du transmetteur à la façon d’un objet qu’on donne à un Psychomètre, pour exercer son art.

Le corps pituitaire aide et seconde le travail, de la glande pinéale dans la clairvoyance astrale; plus tard, au fur et à mesure que l’évolution humaine progressera et que les Chakras (centres astraux) se vivifieront de plus en plus, ce même organe (corps pituitaire) deviendra l’organe de la clairvoyance mentale.

On suppose généralement que le corps pituitaire s’est développé lui, d’une bouche, chez les vertébrés primitifs était la continuation de leur canal alimentaire ; plus tard, le corps pituitaire cessa chez les vertébrés primitifs de fonctionner comme une bouche et se transforma en un organe rudimentaire.

La glande pinéale et le corps pituitaire jouent un grand rôle dans l’hypnotisme, quand celui-ci provient du regard que le magnétiseur projette sur son sujet à la portion frontale située entre les deux yeux, à la racine du nez.

En résumé, la théorie des miroirs magiques que nous venons d’exposer, consiste à soutirer en premier lieu, la lumière physique contenue dans notre mil ; secondement à concentrer au foyer de nos yeux et, dans la glande pinéale, un point spécial de la lumière astrale, afin de permettre d’impressionner facilement nos sens astraux; de sorte qu’on pourrait définir le miroir magique d’un seul mot : ‘Condensateur de lumière astrale’.

Personne ne peut connaitre  l'avenir juste des brides en flash qui sont du domaine du don ou en vison en reve quyi arrivent le matin avec les premiers rayons du soleil (car les premiers rayons du soleil viennnent du trone de dieu cest pour cette raison que les beaux reves sont toujours a cette heure là ainsi que les prémonitions et que cette lumière est si bénénfque pour le vivant pour infos chemtrail au lever et au coucher  pour ces raisons  ),souvenons nous l'episode de la mort de salomon quand les devs et demons qui travaillaient a parachever son palais ne s'apperçurent pas de sa mort ,cela a été la volonté divine pour que les hommes sachent que meme le diable ne connait pas l'avenir et encore moins quand sa fin arrivera il sait  comment mais la date il l'ignore alors tenez vous loin de la voyance qui est une abomination . Les histoires sur les pseudos voyant escroquer qui n'ont pas vu venir l'evenement regorgent sur le net pour venir valider leur incapaciter a prevoir leur propre vie ......les mirroirs sont des passages dans les mondes ceux qui voient les energies voient des formes sortir et entrer dans ces portes ,pour l'anecdote lorsque jhabitais une viel maison je voyais des aller et venus incessant dans un grand miroir marre de ce manque de tranquilité j'ai interpellé un des passants que je voyais comme un flah de lumière succint en lui disant mais çà commence a bien faire je suis pas le seul mirroir du coin merci d'aller chez une autre personne sachant qu' ils pensaient que je les voyaient pas ils s'executèrent et leur nombre chutta drastiquement pour devenir episodique .....

 

faire attention avec ses pensées a se focaliser sur un événement episodique on declenche via la glande pinéale le flash est l'événement vient detre creer comme une photos psychique qui se realisera a coup sure jen ai fait les frais je pensais que cetais de la clairvoyance et bien non cetait mes pensées qui creent l'évènement cela est due a la  la glande pineale .qui fixe une pensée en image qui devient come un sort que lon lance c'est dans ce domaine que ce trouve le mauvais oeil c'est le meme principe en action .Rjames

 

Les Miroirs Magiques, par Ernest Bosc : Miroirs arabes, des Battahs, Cabalistiques, Galvaniques, Magnétiques, des Sept Métaux, Narcotiques, Théurgiques, des Sorciers, de Swedenborg, de Cagliostro, du Baron de Potet, Entraînement et Rituel. Edition : Bibliothèque des curiosités – 58, Rue Beaunier, Paris – 1912.https://www.esoblogs.net/3617/les-miroirs-magiques-par-ernest-bosc-1/