SunsetOverWater


Par le Dr vet Hervé Janecek


Introduction
Toutes les traditions nous rappellent que nous sommes constitués de 4 éléments, qui
sont les aliments que nous mangeons, symbolisés par l’élément terre, l’eau que nous
buvons, l’air que nous respirons et la lumière que nous absorbons, symbolisée par
l’élément feu.
Les 3 premiers éléments, terre, eau et air nous sont vitaux à échéance de quelques
semaines à quelques minutes, c’est dire leur importance et la nécessité que nous ayons
pleine conscience de leur qualité. Pourtant le principal élément parmi les 4, est encore la
lumière, un élément que nous avons oublié, mais qui heureusement lui, ne nous oublie
pas ! Il nous inonde et nous traverse à chaque seconde notre vie, dans un courant
abondant et incessant …
Il existe en fait plusieurs types de lumière que nous pouvons ramener à 2 grandes
catégories, l’électromagnétisme et les ondes dites scalaires.
Depuis James Clerk Maxwell au XIXè siècle et ses fameuses équations qui inspirèrent les
plus grands physiciens (Hertz, Tesla, Einstein, Planck, etc …), on sait que la lumière,
l’électricité ou le magnétisme sont des phénomènes de même nature !

Firefox_Screenshot_2017-03-08T11-46-54


Mais malheureusement, les équations originales du génial Maxwell furent tronquées et
seule la lumière électromagnétique fut mise en avant et étudiée, en particulier par Hertz.
Dès lors, on confondit la lumière et l’électromagnétisme, c’est-à-dire les ondes du spectre
solaire visible, les ondes radio, les micro-ondes, … qui purent être mises en évidence et
mesurées.

Firefox_Screenshot_2017-03-08T11-47-41


Pourtant, dès la fin du XIXè siècle un ingénieur physicien et expérimentateur surdoué,
dénommé Nikola Tesla, avait mis en évidence un autre type de rayonnement ; les
mathématiciens et physiciens de son temps, Steinmetz en Allemagne et Kelvin en Ecosse
perçurent tout de suite que l’on avait à faire à un autre type de lumière : ces ondes
originales devaient se déplacer en vortex alors que les ondes électro-magnétiques
évoluaient selon une double sinusoïde. Là se trouvait une première différence.
Plus tard, reprenant minutieusement les travaux de Tesla, un Professeur allemand de
physique, le Pr Dr ing. Konstantin Meyl, dénomma ces ondes « ondes scalaires ».
Définition des ondes scalaires

Firefox_Screenshot_2017-03-08T11-52-32

Firefox_Screenshot_2017-03-08T11-55-33


Le Professeur Meyl a expliqué et miniaturisé les technologies d’émission et de capture
des ondes scalaires inventées autrefois par Nikola tesla ; il a pu en proposer également les
bases physiques et mathématiques en complétant les équations de Maxwell pour y
inclure aussi la réalité du rayonnement scalaire.
Ces ondes scalaires sont émises par une antenne de forme adaptée (sphérique ou
hélicoïdale) et elles sont reçues par une autre antenne – identique à la première - et reliée
à elle : les 2 antennes forment alors un couple émetteur/récepteur, comme un
« condensateur ouvert » selon la description du Pr Meyl. (Voir figure ci-dessous).

Firefox_Screenshot_2017-03-08T11-57-09


Dès que l’accord de résonance est réalisé entre émetteur et récepteur, une transmission
d’énergie et d’information se fait sans fil au travers de l’air et un retour électrique se
réalise par un « fil de terre » : il y a alors plus d’énergie en μWatts reçue sur le récepteur
que d’énergie initialement envoyée par l’émetteur ? Ceci vient du fait que des ondes
scalaires (un bruit de fond permanent et diffus) du milieu ambiant viennent se « greffer »
sur le premier vecteur scalaire et vont ainsi amplifier l’émission de base ! C’est ce que l’on
appelle « l’énergie libre » ; créer un vortex artificiel dans l’espace attire ainsi des vortex
naturels en une zone restreinte (le champ initial) ; finalement, donner un peu d’énergie au
départ en fait récupérer de 1 ,5 à 3 voire 5 fois plus selon les endroits !
Il existe dans la nature de nombreux couples émetteur/récepteur selon ce modèle :
l’émetteur émet et le récepteur reçoit ainsi un message, enrichi de toutes les ondes
scalaires de l’environnement, harmoniques de la première onde émise : le soleil et la terre
forment un tel couple, où la terre est réceptrice ; l’homme et tous les êtres vivants sur la
terre sont alors considérés comme des récepteurs secondaires, tertiaires, etc …se
partageant l’énergie émise par le soleil et plus généralement par le cosmos.


A une autre échelle, le médecin et son patient forment aussi un couple
émetteur/récepteur, avec échange d’énergie et d’informations : le médecin est d’un côté
un récepteur secondaire sachant capter l’énergie du ciel et de la terre, et d’un autre côté
il est émetteur en redirigeant (par ses mains et/ou par des aiguilles d’acupuncture)
l’énergie captée vers son patient, qui devient alors récepteur tertiaire. L’homme médecin
est donc toujours un « médium », plus ou moins conscient de son potentiel en tant que tel !
Importance biologique des ondes scalaires


Les mouvements de l’eau et de l’air dans le milieu ambiant, ainsi que les mouvements des
liquides dans le corps se font en permanence en flux tourbillonnaire, c’est-à-dire sous la
forme de vortex répétés.
Il n’est donc pas illogique de penser qu’il en soit de même pour l’essentiel des ondes que
nous recevons : Nikola Tesla a démontré au début du XXè siècle l’existence d’un tel
rayonnement, très abondant, capable de traverser la terre elle-même et dont le
rendement était sur-unitaire ; Le Professeur K. Meyl a ainsi supposé plus tard que les
particules associées à ces ondes ne pouvaient être que des neutrinos, ces très petites
particules à masse et charge variable, et donc très pénétrantes.


Les neutrinos, qui circulent en vortex, nous arrivent à la « dose » de 60 milliards de
particules par seconde et par cm2 de surface ! Les physiciens estiment aujourd’hui que les
neutrinos sous leurs 4 formes principales (ou saveurs) formeraient quelques 85% de la
masse de tout l’univers, dont la fameuse matière noire ! Qu’ils forment une partie
importante de ces ondes scalaires n’est donc pas étonnant, avec des vitesses de
progression souvent supérieures à celle de la lumière. Mais ils existent des ondes scalaires
émises à des vitesses inférieures par tout ce qui vit sur terre, mais aussi par les roches et
l’eau en mouvement.


Le rayonnement scalaire forme un rayonnement que l’on appelle le « bruit de fond » aussi
important que vital pour tous les êtres vivants sur la terre ! Tout ce qui existe émet en
vortex, sans que les ondes produites trouvent forcément un récepteur ? Elles finissent
donc par s’amortir sous forme de chaleur, et composent ce bruit de fond très complexe,
une énergie disponible dans laquelle peuvent puiser tous les êtres vivants.

Firefox_Screenshot_2017-03-08T12-00-57


Le générateur d’ondes scalaires du Pr Konstantin Meyl.


Afin de renforcer en un lieu la captation des ondes en vortex de l’environnement, le Pr
Meyl a inventé un générateur d’une onde pure de type longitudinal ; avec les composants
électroniques d’aujourd’hui, il est possible de produire ce vecteur scalaire avec une
L’ADN émet et reçoit sur un mode scalaire de  par sa forme en hélice.

Firefox_Screenshot_2017-03-08T12-03-10


Plus précis encore, dans ce champ d’énergie créé, sont télétransmises des informations
placées dans le champ magnétique de l’antenne réceptrice : cela peut être les 300
molécules d’une huile essentielle, les 500 molécules d’une solution de propolis, un
cocktail d’oligo-éléments marins comme le plasma de quinton, les protéines typiques
d’une extrait d’organe ou de tissu….


La personne sous l’influence du champ est donc non seulement rechargée en énergie,
mais aussi ré-informée dans un sens précis : un peu comme si d’une part on rechargeait la
batterie de sa voiture, mais aussi en plus que l’on étudiait la bonne direction à prendre et
que l’on avait enfin les moyens physiques et/ou métaboliques de ce déplacement !
Du temps de Nikola Tesla est apparu aussi un générateur d’énergie à longueurs d’ondes
multiples, inventé par le célèbre biologiste Georges Lakhovsky ; mais la base de ce
générateur était le dipôle de Hertz – répété 12 fois - avec la volonté de produire un
rayonnement électro-magnétique très riche en fréquences de base et en harmoniques. La
tension utilisée pour fabriquer l’onde porteuse puis pour la moduler par un éclateur, était
très forte, de l’ordre de 400 à 500 000 volts !

Firefox_Screenshot_2017-03-08T12-08-38


Comment capter soi-même les ondes scalaires ?


Si nous captons à chaque seconde des ondes scalaires émises par le soleil et le cosmos,
nous devrions toujours être en grande forme, alimentés par cette lumière discrète et
pénétrante à tout moment de notre vie ? Or il nous arrive de tomber malades ou d’être
fatigués ! … ce qui signifie alors que les dépenses excèdent les apports.
Comme en comptabilité, la solution est donc de favoriser les entrées et de limiter les
sorties !


Si cela est possible, il faut choisir l’emplacement de sa maison et les matériaux qui la
composent, en fonction de l’apport d’énergie que l’on peut en retirer la nuit, au moment
où on est le plus récepteur ? Eviter ainsi des rivières ou des failles sous-terraines qui
doivent absorber une partie des infrarouges et des géo-neutrinos qui nous nourrissent et
nous réchauffent la nuit ? Bâtir les murs avec des pierres et des briques qui renvoient le
rayonnement régulier et naturel de la pierre ou de la terre sur le corps, pendant les 8 h de
la nuit, ce qui nous recharge en lumière alors que des matériaux plus « modernes »
(béton, isolant en polystyrène, colles diverses) ne nous nourrissent en rien ! …


Comment alors limiter les sorties d’énergie ? tout d’abord il s’agit de redevenir un bon
résonateur soi-même, en évitant les pollutions électro-magnétiques de son
environnement : installer une bonne terre chez soi, s’éloigner des prises et des appareils
électriques, isoler les fils de son installation, supprimer le téléphone sans fil, stopper les
transmissions Wifi, neutraliser les failles sous-terraines ; aussi sur un plan plus mental,
arriver à se concentrer toujours par la méditation en recherchant un état de calme, qui
nous apprend à ne pas perdre une énergie mentale excessive, en cas de stress …
Il est possible toutefois que ces différentes « pratiques naturelles » ne suffisent pas
complètement à restaurer un état énergétique compromis ? La dette en énergie est dans
ce cas devenue trop importante : il s’agit alors de s’adresser à un praticien qui va devenir
pour vous le canal vers une source d’énergie renforcée.


Le potentiel des champs scalaires induits
Depuis quelques années en Allemagne et aux USA, mais aussi plus récemment en
Espagne et en France, le générateur d’ondes scalaires du Pr K. Meyl a démontré qu’il
pouvait être un véritable médium, transportant des médicaments sur des substrats très
divers, inhibant des tissus cancéreux en culture, et plus encore ! …


Le Dr vet G. dans l’Ouest m’appelle ainsi il y a 2 semaines pour me décrire le cas d’un
vieux chien de sa clientèle, présentant une forte diarrhée, des troubles respiratoires et
une tendance à un raidissement de la nuque et du cou interprété comme un début
d’encéphalite ! Un diagnostic de maladie de Carré, une encéphalite virale mortelle chez le
chien, est posé : le traitement consiste en un pansement intestinal et une séance entre les
2 tours du SWD de 10 minutes ; avec modulation par 2 huiles essentielles aux propriétés
antivirales et la préparation d’un remède à partir d’une banale eau mise en flacon. Le
chien au bord de l’épuisement va se réveiller et rester tonique durant 2 jours, puis dormir
2 jours encore et enfin revenir à son mode de vie normal au bout de 8 jours complets ! …
Cette observation montre que 2 huiles essentielles bien choisies peuvent être efficaces
contre une infection interne, et qu’elles peuvent être « téléchargées » à distance par des
ondes scalaires, et en même temps « poussées » par une charge d’énergie qui permet leur
action immédiate jusque dans l’intimité des tissus !
Une autre observation rapportée par un thérapeute du Nord cette fois, nous décrit un
vieux monsieur de 84 ans, diabétique et avec des troubles vasculaires des jambes (jambes
violacées thrombotiques) qui lui occasionnent des douleurs chroniques à la marche. Il
faudra 3 séances de 10 minutes avec le SWD à 8 jours d’intervalle, avec passage d’une
information tissulaire dans le champ créé, pour que ses jambes redeviennent rosées et
que les douleurs disparaissent ! Là encore un « rappel » de la séance s’est fait au travers
d’une eau informée bue tous les jours dans l’intervalle entre les séances …


Ces 2 cas parmi de nombreux autres exemples, tant chez l’homme que chez l’animal ou
chez la plante, montrent que le champ scalaire renforcé en lieu précis, permet de
recharger un animal ou une personne avec une énergie qu’il ou elle avait perdue ? Et
ensuite de ré-informer cette personne de manière répétée par ce médium universel
qu’est l’eau, laquelle - n’en déplaise à certains - a bien une mémoire !

Firefox_Screenshot_2017-03-08T12-13-56


L’expérience était la suivante : une culture de cellules cancéreuses standardisée de type
HEla est placée sur l’antenne réceptrice de l’appareil ; vous y ajoutez un poison cellulaire,
Les expérimentations
de Heidelberg en 2012
ont été reproduites
à Madrid en 2013
avec les mêmes résultats.

par ex de l’eau oxygénée, qui va tuer rapidement ces cellules expérimentales par
suroxydation. En 10 minutes, leur nombre passe de 3 millions à 0.7 million, puis après 24 h,
à zéro. Dans le même temps, au milieu de l’espace créé entre les 2 antennes, sont placées
à nouveau 3 millions de cellules cancéreuses Hela, mais cette fois-ci sans ajout d’aucun
poison ! Que se passe-t-il ? il se trouve que les cellules cancéreuses meurent dans les
mêmes conditions, car elles ne sont plus que 1 million après 10 minutes, puis disparaissent
comme les premières en 24 heures … alors que dans le même intervalle de temps, des
cellules témoins, sans poison, mais sans énergie scalaire spécifique, ont bien diminué elles
aussi, mais elles sont encore 2,6 millions après 10 minutes et toujours 1,5 million après 24h.


La conclusion est que le message ondulatoire émis par des cellules cancéreuses
mourantes peut être transmis par la voie d’un champ scalaire à des cellules cancéreuses
en pleine prolifération et ainsi inhiber leur croissance, comme le ferait une action directe
utilisant la radiothérapie ou la chimiothérapie. A la différence que, dans le cas des cellules
placées sous champ scalaire, l’action est très spécifique de cellules cancéreuses d’un seul
type vers leurs homologues de la même lignée, sans interférer avec les cellules saines.
De quoi imaginer donc une « scalaire-thérapie » très précise et sans aucun effet
secondaire, pouvant s’appliquer à n’importe quel type de tumeur : il suffirait de prélever
un fragment d’une tumeur cancéreuse, d’en réaliser une culture et de la mettre en
contact avec un produit inhibiteur spécifique (enzyme, extrait de plante, etc …) de façon
à ne pas toucher les cellules saines du corps. Il faudrait ensuite placer le patient malade et
porteur de tumeurs, voire de métastases, entre les 2 tours du SWD du Pr Meyl. Et
constater la régression des tumeurs chez le patient lui-même.


Ceci a déjà été réalisé en France et en Espagne ; mais un être vivant étant plus complexe
qu’une culture cellulaire, il faut y adjoindre quelques informations complémentaires : un
drainage des acides du corps, l’apport de suppléments nutritionnels (vitamine C, lysine,
proline, acide lipoïque, magnésium, etc …). Et le prélèvement à effectuer sur le patient
peut n’être que son sang et non pas ses tissus cancéreux, ce qui apparait plus simple !

L’avenir de la thérapie des maladies de dégénérescence est ainsi d’une part dans l’apport
d’énergie (ondes scalaires) et d’autre part dans le choix d’informations ciblées (supports
tissulaires, vitamines, anti-oxydants, oligo-éléments, huiles essentielles, enzymes) qui
vont être portées par les ondes.
Une autre application majeure des ondes scalaires est de créer un espace ressemblant à
une bulle, dans laquelle la prise d’énergie libre (les ondes scalaires du bruit de fond) est
largement facilitée et amplifiée ! Que ce soit dans l’espace des soins d’un centre de bienêtre
ou bien au sein d’un cabinet d’acupuncture, le fait de se placer dans le champ entre
émetteur et récepteur garantit un apport d’énergie, à la fois progressif et physiologique.


L’acupuncteur implante à la surface du corps de son patient quelques aiguilles, dont
l’extrémité sphérique se prolonge par un enroulement de type « bobine Tesla » ; il s’agit
donc d’antennes adaptées à la réception des ondes scalaires. Entre 2, voire 3 ou 4 aiguilles
se crée un champ, capteur de cette lumière en vortex.
Un patient sur lequel sont insérées des aiguilles de ce type qui est placé entre les 2
antennes d’un générateur d’ondes scalaires, récupère alors beaucoup d’énergie naturelle
de type scalaire, un peu comme si son médecin était devenu un grand « médium »,
capable de concentrer ce type d’énergie pour son patient et de la lui donner, en la
dirigeant par les aiguilles …
L’acupuncture raisonnée, amplifiée sous champ scalaire, est très efficace : l’effet
thérapeutique est puissant et le nombre de séances pour un bon résultat est réduit.

Conclusions
Capter l’énergie libre, qui circule autour de nous sous la forme d’ondes en vortex, avec
comme support des milliards de particules - dont les neutrinos -, est une opération banale
que nous réalisons tous à chaque seconde de notre vie. Bienheureusement ! Car il est
démontré que ce bruit de fond énergétique nous est vital.
Nous ne pouvons éviter le fait que les neutrinos nous traversent, et pas plus, nous ne
pouvons empêcher que notre coeur batte au rythme d’environ 1 Hertz (1 battement par
seconde) : les neutrinos qui passent et notre coeur qui bat produisent ensemble de la
lumière, que nous absorbons ensuite dans nos tissus, dans un accord de résonance précis,
fréquence par fréquence.


Il en va ainsi depuis la nuit des temps et c’est grâce à la physiologie de ces ondes scalaires
que nous pouvons décrire ces processus, les nommer et en prendre conscience … enfin !
Les applications thérapeutiques de ces ondes sont infinies : en pratiquant pour soi-même
le yoga et/ou les différentes formes de Qi gong, on peut en capter naturellement plus en
quantité, et ainsi absorber littéralement de la lumière pour nous en nourrir …
Grâce à des technologies plus fines, à la suite des travaux il y a 100 ans de Nikola Tesla et
de ceux contemporains du Pr Konstantin Meyl, il devient même possible de concentrer le
champ scalaire local et de lui faire transporter des informations thérapeutiques, pour des
applications très diverses, jusqu’au traitement des maladies les plus graves.
Les thérapies du 3è millénaire sont ainsi déjà opérationnelles : elles procèdent du mariage
heureux d’une forme d’énergie assimilable et d’informations aussi diverses que biologiques.
Dr vet Hervé JANECEK