xuridine-monophosphate

Qu’est-ce que l’Uridine Monophosphate?

L’Uridine Monophosphate (UMP) est une molécule d’origine naturelle fabriquée par le foie. C’est l’un des 4 nucléotides de l’acide ribonucléique (ARN), qui est un des supports de l’information génétique. C’est donc une molécule très importante dans le corps humain.

On peut trouver l’Uridine Monophosphate dans beaucoup de sources alimentaires, comme les brocolis, les tomates, la levure de bière et même le lait maternel!

En plus d’être un composant clé de l’ARN, l’Uridine Monophosphate est souvent prise afin de profiter des bienfaits cognitifs qu’elle procure sur le long terme, ainsi que pour ses bienfaits sur l’humeur et la motivation quotidienne.

Bienfaits et mécanismes de l’Uridine Monophosphate

Le principal bienfait de l’Uridine est qu’elle augmente la synthèse des membranes cellulaires, car elle est un des blocs de construction majeurs de l’ARN.

De plus, il a été prouvé que l’Uridine possède des mécanismes prônant le bon fonctionnement des neurones, et qu’elle protège le cerveau, en fonctionnant de manière synergique avec l’huile de poisson.

Des recherches sont également conduites quant à l’utilisation de ce supplément pour réduire la perte de mémoire liée à l’âge, ainsi que pour améliorer l’humeur.

En effet, l’Uridine augmente les niveaux de dopamine dans le cerveau, ce qui a pour effet d’améliorer l’humeur, la motivation et l’énergie.

L’Uridine a aussi des bienfaits sur les capacités cognitives. Ses utilisateurs rapportent qu’elle améliore leur mémoire à court terme, ainsi que la fluidité de leurs capacités de réflexion. Cela est certainement dû au fait que l’Uridine augmente la synthèse d’un puissant composé chimique cérébral, la phosphatidylcholine, qui augmente la production d’axones.

Un axone est le prolongement d’un neurone, dans lequel circule l’influx nerveux (réception et transmission des informations), et permet l’interconnexion des neurones.
Pour faire simple, plus d’axones signifie plus de connexions dans le cerveau!

Finalement, dernier mais pas des moindres, l’Uridine répare les récepteurs à la dopamine, ce qui en fait un composé exceptionnel!

Dosage de l’Uridine Monophosphate

Le dosage recommandé est de 150 à 250mg, 1 à 2 fois par jour, oralement ou sublingualement, avec de la nourriture pour éviter les ballonnements.

Nous vous conseillons de la prendre sublingualement (en la gardant sous la langue jusqu’à ce qu’elle soit dissoute) car vous en absorberez beaucoup plus: cela est plus efficace et vous économiserez de la poudre!

L’Uridine Monophosphate en résumé:

  • C’est un composant de l’acide nucléique, qui renferme l’information génétique.
  • Améliore l’humeur, la motivation et l’énergie
  • Possède des bienfaits cognitifs sur le long terme
  • Il vaut mieux la prendre sublingualement pour en absorber plus
  • L'uridine peut indépendamment augmenter le stockage et la libération de DA striatale chez des rats normaux a déjà été démontrée ( Wang et al., 2005 ). D'autres chercheurs ( Bousquet et al., 2008 ) ont signalé que la supplémentation avec des acides gras oméga-3, y compris le DHA, avant l'administration de la neurotoxine 1-méthyl-4-phényl-1,2,3,6-tétrahydropyridine peut être bénéfique dans un modèle souris de PD.

    En plus de servir de précurseur pour le cytidyl-diphosphate du cerveau, le constituant limitant la vitesse dans la synthèse des phosphatides membranaires ( Ross et al., 1997 ; Cansev et al., 2005 ) par le cycle Kennedy ( Kennedy et Weiss, 1956 ), le produit phosphorylé de l'uridine L'UTP favorise également la croissance des neurites en activant P2Y2 et d'autres récepteurs P2Y, puis diverses voies de signalisation intracellulaire ( Pooler et al., 2005 , Cansev, 2007 ). Il est concevable que ces récepteurs soient impliqués dans les augmentations des protéines TH et Synapsin-1 observées chez nos animaux traités. De même, le DHA, en plus d'être un précurseur préférentiellement incorporé dans des phosphatides cérébrales nouvellement synthétisés ( DeGeorge et al., 1991 ), interagit également avec les récepteurs du cerveau (p. Ex. Syntaxine-3) pour favoriser la différenciation neuronale ( Darios et Davletov, 2006 ). La capacité de l'uridine et du DHA à favoriser la synthèse des phosphatides membranaires peut également dépendre de la disponibilité d'un troisième composé circulant, de la choline ( Wurtman et al., 2006 ), dans la mesure où la choline kinase est fortement insaturée avec de la choline ( Millington et Wurtman, 1982 ).

    En conclusion, ces données montrent que l'administration orale chronique des précurseurs de phosphatide uridine et DHA peut améliorer l'altération des terminaux dopaminergiques et la transmission dans les striates de rat lésés à 6-OHDA, probablement en augmentant la quantité de membrane synaptique générée par les neurones striatés survivants. Étant donné que les manifestations cliniques de la maladie de Parkinson nécessitent apparemment la perte de 70 à 80% des neurones nigrostriataux ( Bernheimer et al., 1973 ), un traitement comme UMP plus DHA qui, hypothétiquement, pourrait augmenter les synapses nigrostriatales de 15 à 25% (comme estimé à partir de l'augmentation des taux de TH et Synapsin-1 dans le striatum de rat) pourrait conférer un bénéfice clinique aux patients atteints de la maladie de Parkinson.

    Remerciements

    Ces études ont été soutenues en partie par des subventions des Instituts nationaux de santé (MH-28783), du Centre pour les sciences du cerveau et du métabolisme Charitable Trust, et l'Académie turque des sciences (IH Ulus).

https://nootropique.fr/page/article/342/uridine-monophosphate-reparer-recepteurs/

http://facebook.com/nootropique