La racine de gingembre est un remède miracle contre le cancer de la prostate

8f79b54a7c98725faf83a65fb3209d89

(NaturalNews) Le cancer de la prostate est l'un des cancers les plus traités en général. À l'âge de 50 ans, environ 40% de tous les hommes ont déjà un cancer de la prostate et ne le connaîtront probablement jamais. Mais il ne les tuera pas non plus, à moins qu'ils ne soient examinés et traités avec les protocoles de Big Pharma. Ensuite, les choses prennent un tournant laid, car le cancer bénin et à croissance lente devient le type de tueur. Le nombre de cancer de la prostate double à 80 pour cent de tous les hommes à l'âge de 80 ans. Si vous êtes dans l'affaire de la vente de traitements contre le cancer, c'est une bénédiction financière et une vache.

La prostate masculine augmente naturellement avec l'âge. Plus il est grand, plus les chances que certaines cellules de la prostate deviennent cancéreuses. Ceci est principalement dû à nos régimes hautement inflammatoires pleins de gluten, des OGM causés par le cancer, des sucres et des additifs chimiques combinés à nos modes de vie sédentaires et aux mauvaises habitudes des selles.

Le Groupe de travail sur les services préventifs des États-Unis a constaté cette année que les tests sanguins PSA sont trop peu fiables et donnent des faux positifs à 80 pour cent du temps, alors que 1.000 hommes ont besoin d'être examinés pour éviter une seule mort de cancer de la prostate - mais ce n'est pas le pire. Beaucoup succomberont à l'impuissance, à l'incontinence, aux crises cardiaques et même à la mort du traitement de petites tumeurs qui ne les auraient jamais tuées en premier lieu.

Le gingembre est le remède miracle

Le British Journal of Nutrition a publié récemment les résultats d'une étude américaine dans laquelle l'extrait de gingembre (zingiber officinale) a effectivement tué des cellules de cancer de la prostate humaine, alors que les cellules prostatiques saines ne sont pas mortes. Les résultats se sont produits à une dose quotidienne de 100 mg d'extrait de gingembre par kg de poids corporel (selon un homme pesant 150 livres, cela équivaut à environ 550 mg d'extrait par jour). En huit semaines, l'extrait de gingembre a réduit la croissance de la tumeur de la prostate en deux. Les chercheurs ont estimé que 100 grammes de gingembre frais mangés quotidiennement offriront les mêmes résultats.

En tant que champion du cancer , le gingembre a des effets anti-inflammatoires, antioxydants et antiprolifératifs sur les tumeurs faisant du gingembre un agent chimiopréventif prometteur. L'extrait entier de gingembre détient des effets significatifs inhibiteurs de la croissance et l'induction de la mort dans un éventail de cellules cancéreuses en interrompant la progression du cycle cellulaire du cancer, en altérant la reproduction du cancer et en modulant l'apoptose. Mais surtout, le gingembre n'a pas de toxicité dans des tissus normaux et à séparation rapide tels que l'intestin et la moelle osseuse.

Le gingembre pris par voie orale peut prévenir ou soulager les nausées résultant de la chimiothérapie, du mal des transports, de la grossesse et de la chirurgie.

Non seulement le gingembre peut-il endurer le cancer, mais il est un remède naturel pour la maladie du voyage, la nausée, l'indigestion, les flatulences, les coliques, le syndrome du côlon irritable, la perte d'appétit, les frissons, la mauvaise circulation, les crampes menstruelles, la dyspepsie, les brûlures d'estomac, l'indigestion et bien d'autres problèmes gastro-intestinaux. La racine de gingembre est également un anti-inflammatoire puissant pour les problèmes articulaires et est indiqué pour l'arthrite, les fièvres, les maux de tête, les maux de dents, la toux, la bronchite, l'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde, la tendinite, l'hypercholestérolémie et la pression sanguine et peuvent également prévenir les caillots de sang internes. Le gingembre est même anti-viral et fait réchauffer le rhume et le remède contre la grippe.

La prostate fait et ne le fait pas

Il existe des études montrant que les hommes consommant de grandes quantités d'acide folique synthétique et d'oxyde de zinc sont plus susceptibles de développer un cancer de la prostate. Les hommes prenant également de grandes quantités de multi-vitamines à forte dose développent le cancer de la prostate plus fréquemment. D'autre part, d'autres études suggèrent que l'huile de poisson, le magnésium, la curcumine, le brocoli et le lycopène (présents dans les produits à base de tomates) contribuent à protéger les hommes contre le cancer. Éviter tous les aliments transgéniques et les aliments transformés ainsi que leur litanie d'additifs chimiques est un must pour la santé de la prostate. Le maintien d'un régime faible en glucides est également connu pour réduire le risque de développer un cancer de la prostate.

Oh, et n'oubliez pas de prendre la racine de gingembre.

Sources pour cet article

Cancer Research 1999 Mar 15; 59 (6): 1225-30.
Journal du National Cancer Institute 2007; 99: 754-64.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21849094
http://ije.oxfordjournals.org/content/36/2/278.full

Posté par rusty james à 03:21 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Nous sommes tous des piles électriques. Nos cellules fabriquent de l'électricité.

14225593_1175398929165227_6240231913987687240_n

Le grand savant Louis-Claude Vincent, électrophysicien, fut dès 1948, l’un des premiers à comprendre et expliquer comment les cellules, baignant dans une solution riche en oligo-éléments (métalloïdes : fer, magnésium, cuivre, sodium, potassium, chrome, nickel, aluminium, etc.) présents dans la lymphe, les humeurs, le sang et plus généralement dans l’ensemble des liquides biologiques de l’être humain, comment ces cellules produisent de la bio-énergie électromagnétique, par auto-électrolyse biologique. Dès 1950, H. Fröhlich écrivait : « On peut s’attendre à ce que les systèmes biologiques aient un niveau d’oscillations électriques longitudinales situé dans une gamme de fréquences comprises entre 1011 et 1012 hertz. Celles-ci sont dues aux propriétés dipolaires des membranes cellulaires, certaines liaisons de molécules géantes (aux liaisons hydrogènes par exemple) et peut-être des amas d’électrons non localisés. ».


Ces ondes electromagnetiques se situent dans la gamme
des micro-ondes

La membrane cellulaire élabore une double couche électrique qui présente un excédent considérable d’ions potassium et d’autres gradients de charges par rapport au milieu extérieur [magnétisme]. Il apparaît de ce fait une différence de potentiel d’un ordre de grandeur de 100 millivolts (mV). Etant donné que cette différence de potentiel ne se maintient que sur l’épaisseur de la membrane (10-6 cm), elle correspond, à une intensité de champ de 100 000 volts par cm. « Cette force électromagnétique considérable peut très bien suffire sous certaines conditions, dans l’air humide, à provoquer des décharges (éclairs). Les fortes intensités de champs électriques et leur continuel balancement provoquent de cette manière des vibrations d’ondes. Ces ondes électromagnétiques se situent dans la gamme des micro-ondes. »

Les « scientifiques » interprètent le phénomène, qu’ils appellent « le transport actif primaire, la pompe à sodium » comme suit :

La pompe à sodium est la pompe du transport actif primaire la plus répandue. La pompe à sodium maintient une faible concentration d’ions sodium, (Na+) dans le cytosol qui les pompe à l’extérieur contre leur gradient de concentration et déplace aussi de la même façon les ions potassium (K+) vers les cellules. La pompe à sodium doit continuellement fonctionner, car K+ et Na+ fuient lentement dans la membrane plasmique à travers des canaux de « fuite », (pores). Du fait des ions qu’elle déplace, cette pompe du transport actif primaire est appelée pompe Na+/ K+ ou plus simplement pompe à sodium.
Les mêmes « scientifiques » appellent ATP (Adénosine triphosphate), l’énergie que Louis-Claude Vincent et l’ensemble des bio-énergeticiens appellent avec raison, électromagnétisme.
En 1980, Dr. John Zimmerman, PhD. de Bio-Électro-Magnetics Institut de Reno du Nevada a commencé une série d’études sur le toucher thérapeutique, utilisant un magnétomètre SQUID. En poursuivant ses études à l’École de Médecine de l’Université de Colorado, à Denver, Zimmerman a découvert qu’un énorme champ biomagnétique pulsant émanait des mains d’un pratiquant de toucher thérapeutique. La fréquence des pulsations n’était pas stable, elle “balayait” sur une rangée de 0,3 à 30 Hz (cycles par seconde), avec une partie très importante de son activité autour de 7 à 8 Hz.

 

La confirmation des découvertes de Zimmerman est arrivée en 1992, quand Seto et ses collègues du Japon, ont étudié des pratiquants des différents arts martiaux et d’autres méthodes de guérison. Selon eux, l’émission de “Ki” (Chi ou Qi) de leurs mains est tellement forte qu’on peut la mesurer avec un simple magnétomètre qui consiste en deux bobines de 80 000 tours de fil. Leur étude a démontré que les mains dégageaient un champ biomagnétique de 7 à 8 Hz. Ces résultats appuyaient les recherches des chercheurs : Dr. Harold Saxton Burr (1889-1973) embryologiste et Professeur en neuro-anatomie, Dr F.S. C. N. Northop Sterling, Professeur en philosophie, Dr. C.T. Land, D. L.F. Nims et le Dr. Leonard J. Rantz, neuro-spychiatre, qui ont démontré en 1935 que ce champ naturel change de polarité selon avec les émotions. Le Dr. Robert O. Beeker, M.D., Professeur en orthothérapédie au Centre médical de Syracuse et récipiendaire du Prix Nobel pour ses travaux sur les systèmes de contrôles électriques corporels, déclara en 1962 que le corps humain est entouré d’un champ électrique complexe parcouru de particules (biophotons) semblables à des électrons. Ce champ peut changer de forme selon l’état psychologique et physique de l’individu.

En 1990, le Dr. Zhing Ronliang de l’Université de Lanzhou et de Shanghai Atomic Nuclear, démontra que ces biophotons pouvaient se déplacer à une vitesse variant entre 20 et 50 centimètres par seconde. En 1993, le Dr. Elmer Green de Menninger Clinic stipulait que le champ biomagnétique des mains et celui de la terre pulse au même rythme, soit 8 cycles par seconde (8Hz). Il réalisa que le rayonnement des mains d’un guérisseur pouvait induire un écran métallique à proximité. En 1996, les chercheurs T. Hisamitsu, A. Seto, C. Kusaka, C. Takeshige, S. Nakazato, T. Yamamoto et S.K. Aung du Département de Psysiologie de l’Université Showa de Tokio, ont découvert que les mains de quelques élèves de méditation dégageaient des champs biomagnétiques variant entre 0,13 mT (1,3mG) et 300 mT (3mG). En 1999, le Dr. Eugène Wallace réalisa que l’émission de biophotons était beaucoup plus forte sur les pratiquants de Qigong. En 2000, le Dr. Masao Nakamura et ses collègues enregistrèrent des baisses de la température des mains du guérisseur lors des séances de soins mais la quantité de biophotons augmentait. Selon eux, les biophotons croissent avec le désir du guérisseur d’amplifier l’énergie de ses mains. Une technique appelée Qi qiu ou Ki tama aide à augmenter l’énergie émanant de nos mains pour la rediriger vers un point précis. L’ingénieur Fritz Grünewald fut l’un des premiers chercheurs à découvrir en 1920 que des mains de quatre médiums observés émanaient un fluide magnétique. Lors de l’une de nos investigations, nous avions établit un contact paranormal avec l’aide d’une table qui servait d’instrument. Une photographie thermique révéla que les mains du médium (à droite) généraient plus d’énergie que celles d’une personne inexpérimentée (à gauche). Il faut comprendre que la chaleur, c’est aussi une onde électromagnétique, de l’énergie.Les participants expérimentés servant de canaux médiumniques peuvent aussi générer de l’énergie (biophotons) utile à la séance de contact paranormal.

thermictablejpg-300x198

mains-3-300x200

En partant de la théorie de Kardec qui stipule que ce fluide magnétique est le moyen utilisé par les esprits pour se manifester dans notre monde et en me basant sur mes propres observations échelonnées sur plus de 42 ans de travail sur le terrain, je considère qu’effectivement les mains d’un médium dégagent une énergie subtile. Lors de séances avec une table d’un diamètre de 122cm (48 po.) servant d’instrument et avec la participation de 6 collègues, nous avons constaté que :

 

• Si le médium enlève sa main, la table s’immobilise malgré le nombre de participants.
• Si le médium remet sa main, la table s’anime à nouveau dans un sens ou dans l’autre.

Le médium ne peut pas manipuler la table avec une seule main ni contrôler les participants. L’énergie transmise par la main du médium alimente donc les mouvements du meuble en question. Lors de ces séances, nous avons aussi été en mesure de constater que les mains des participants expérimentés dégagent aussi une énergie (biophotons). • Si des participants enlèvent leurs mains, la table ne s’immobilise pas.
• Si les participants enlèvent leurs mains, la table ralentit et l’énergie diminue graduellement.L’énergie émanant des mains des participants qui servent de canaux médiumniques alimente le médium et le contact. Cette énergie permet d’allonger la durée de ce contact et de franchir un niveau où le médium sera en mesure de faire de la voyance ou d’obtenir des informations particulières. Certaines personnes diront que tout le monde peut brasser une petite table pour lui faire épeler des lettres mais ce qu’elles ignorent, c’est qu’au fur et à mesure que le poids et diamètre de ce meuble augmentent, cela devient de plus en plus difficile de le faire en essayant de cacher ses mouvements forcés. De plus, en l’absence d’un médium, les messages ainsi composés ne seront que le fruit de l’imagination. Un groupe d’individus pourraient truquer une séance en brassant une table pour lui faire épeler un faux message mais jamais, au grand jamais, ils ne pourront faire de la voyance à distance, parler d’événements futurs, localiser des choses particulières ou trouver une personne disparue, etc…..Là est la différence entre une séance médiumnique et celle où les gens manipulent l’instrument pour lui faire dire n’importe quoi.

(C)(R) www.paracontacts.com

http://www.francaise-bio-energetique.com/le-bio-electom-humain.htm