Le Picatrix est un livre arabe antique de l' astrologie et de la magie occulte datant du 10e ou 11e siècle, qui a acquis une certaine notoriété pour le naturel obscène de ses recettes magiques. Le Picatrix, avec ses descriptions astrologiques énigmatiques et des sorts couvrant presque tous les désirs imaginables ou le désir, a été traduit et utilisé par de nombreuses cultures au fil des siècles, et continue de fasciner adeptes occultes de partout dans le monde.

2 picatrix-manu


Le Picatrix a été écrit en arabe, intitulé Ghâyat al-Hâkim, ce qui se traduit par « Le but du Sage » ou « Le but du Sage. » Finalement, les écrits arabes ont été traduits en espagnol, et éventuellement en latin en 1256 pour le roi de Castille Alphonse le Sage. A cette époque , il a pris le titre latin Picatrix.

Il se compose de deux magie et l' astrologie. Une interprétation très influente se réfère à elle comme un « manuel de magie talismanique. » Chercheur David Pingree appelle « l'exposition la plus complète de la magie céleste en arabe » et décrit le Picatrix comme « textes arabes sur l' hermétisme, sabéisme, ismaélisme, l' astrologie, l' alchimie et la magie produite dans le Proche - Orient dans le IXe et Xe siècles après JC »
« a travers ce manuscrit ancien ... le lecteur pourrait attirer et canaliser l'énergie du cosmos afin qu'un événement se développe selon la volonté du praticien, la magie zodiacale; qui est dit aider à maîtriser et dominer avec une précision-par la force de l'univers-nature et de ses environs. »

« Grâce à ce manuscrit ancien ... le lecteur pourrait attirer et canaliser l'énergie du cosmos afin qu'un événement se développe selon la volonté du praticien, la magie zodiacale; qui est dit aider à maîtriser et dominer avec une précision-par la force de l'univers-nature et de ses environs « .

Le Picatrix est divisé en quatre livres:

Livre I - « Sur les cieux et les effets qu'ils causent à travers des images faites sous eux »
livre II - « sur les figures des cieux en général, et le mouvement général de la sphère, et de leurs effets dans ce monde »
livre III - « sur les propriétés des planètes et des signes, et de leurs figures et formes en dans leurs couleurs, et comment on peut parler avec les esprits des planètes, et de nombreux autres travaux magiques »
livre IV - « sur les propriétés des esprits, et de celles qui sont nécessaires pour observer dans cet excellent art, et comment ils peuvent être convoqués avec des images, fumigations et d' autres choses »

Chaque livres contient plusieurs chapitres. Un petit échantillon du contenu de ces chapitres est: la magie et ses propriétés; les œuvres des planètes, le soleil et la lune; l'ordre des choses naturelles; pierres appropriées pour chaque planète; les chiffres, les couleurs, les vêtements, et incenses des planètes; confections des esprits des planètes, et de prévenir fonctionnement nuisibles, et la magie de l' effet miraculeux, et les aliments, l' encens, onguents et parfums qui devraient être utilisés pour travailler les esprits des sept planètes; comment la vigueur de l'esprit de la Lune est attirée dans les choses d' ici - bas; et comment incenses des étoiles devrait être fait, et certains composés nécessaires dans cette science.
Une page du Ghâyat al-Hâkim (Picatrix)

1 page-from-picatrix


Une page du Ghâyat al-Hâkim (Picatrix)

Picatrix est censé avoir été écrit par Muhammad ibn Maslama Abu- Ibrahim ibn « Abd al-da'im al-Majrīt, un astronome, mathématicien et alchimiste d'Al-Andalus qui voulait rassembler toutes les connaissances du Moyen - Orient des 8e et 9e siècles.

Historien arabe, Ibn Khaldoun, auteur attribué de Picatrix ( se référant à la version arabe originale, sous le titre Gayat al-Hâkim) au mathématicien, al-Majriti, qui est mort entre 1005CE et 1008CE.

Bien qu'il y ait ceux qui sont en désaccord avec une telle paternité et attribuent ce grimoire magique à un apprenti inconnu d'un mystérieux Moyen école la plupart du temps la magie orientale en raison du style dans lequel le travail est présenté qui ressemble à une sorte de bloc - notes-le grimoire énigmatique était extrêmement populaire et promis d'enseigner son lecteur, entre autres, comment obtenir de l' énergie des planètes du cosmos. De nombreux auteurs résument le travail comme étant « l'exposition la plus complète de la magie céleste en arabe ».

Le contenu de cet ancien grimoire magique sont fascinants et en elle, nous trouvons référence à la magie talismanique et astrologiques références aux animaux, les plantes, les métaux, les pierres, etc.

Grâce à eux, le lecteur pourrait attirer et canaliser l'énergie des planètes afin que certain événement se développe selon la volonté du praticien, la magie zodiacale qui est dit aider à maîtriser et dominer avec une précision-par la force de la nature même et univers - les environs.

L'ancien grimoire magique donne également un aperçu des calendriers lunaires et Numérologie qui soi - disant aider les rituels du plan en tenant compte du moment le plus propice pour que l'énergie de l'univers a favorisé le résultat.

Cependant, il y a plus à ce mystérieux grimoire magique que la numérologie et l'astrologie. Ce texte ancien comprend différentes recettes bizarres pour d'innombrables formules qui devaient être composées avec des ingrédients aussi dangereux que le haschich, l'opium et d'autres plantes psychoactives qui étaient utilisées en grande quantité pour induire des états de conscience altérés et des voyages astral.

Si au contraire, l'intention était de contacter les esprits et de maîtriser les forces des esprits, alors les ingrédients qui devaient être utilisés étaient différents: sang, sperme, urine, cérumen, larmes et salive étaient tous mélangés ensemble pour obtenir les meilleurs résultats et maîtriser le monde que nous ne pouvons pas voir sur une base quotidienne.

Fait intéressant, Picatrix explique non seulement comment créer et ANIMER
des statues et des talismans magiques, mais parle même de villes entières construites en utilisant les principes de la magie astrologique.


 

picatrix-chapitre-2_nNKzSs

La magie comporte de multiples facettes et, pour en avoir une idée, le plus plus simple est de suivre Paracelse (1493-1541) qui s’en est particulièrement occupé 2. dans sa Philosophia sagax, la magie comporte six espèces.

La première est l’interprétation des signes naturels dans le ciel et s’appelle insignis magica. elle comprend l’interprétation des étoiles qui ne sont pas naturelles et qui annoncent certains évé- nements.

La deuxième enseigne à former et à transformer les corps ; c’est la magia transfigurativa. elle permet, par exemple, de transmuter un métal en un autre.

La troisième enseigne la façon de former et de prononcer des paroles ou des caractères, c’est-à-dire des signes gravés, écrits ou dessinés, possédant un pouvoir qui permet d’effectuer avec des mots ce que le médecin accomplit avec des remèdes. C’est la magia caracterialis.

La quatrième apprend à entailler les gemmes, à y représenter les constellations astrales afin qu’elles protègent le corps ; ces pierres permettent aussi de se rendre invisible et recèlent bien d’autres pouvoirs.

C’est la magie appelée gamaheos. La cinquième est l’art de confectionner des images puissantes qui ont autant ou même plus de pouvoirs que les simples. Cette magie-là a pour nom altera in alteram. elle permet, par exemple, de paralyser, d’aveugler, de rendre impuissantes des personnes, etc.

La sixième est l’art de se faire entendre au loin — par exemple jusqu’au ciel —, d’aller plus vite que nature, d’accomplir en un clin d’œil ce qui demanderait des jours. C’est l’ars cabalistica. Toutes ces espèces s’appellent ensemble les arts de la sagesse (artes sapientiae), ajoute Paracelse pour qui la magie est chose naturelle et fruit de l’étude. même le nécromancien (nigromanticus !) n’est pas considéré comme un suppôt de satan, et son art se divise en cinq espèces.

La première touche à l’esprit des tré- passés et s’appelle « connaissance des morts », la deuxième fait agir ces esprits de défunts et se nomme « torture nocturne », la troisième les reconnaît à leur naissance astrale, son nom est « météore vivant », la quatrième, la « clôture nécromancienne », permet d’intervenir sur le corps, d’en tirer ou d’y faire entrer quelque chose, la cinquième est l’art de recouvrir un corps visible d’un corps invisible et elle a nom « aveuglement nécromantique 3 ». Les grimoires et Leurs ancêtres

Le mot « grimoire » est la déformation de grammaria, « grammaire » et désigne à l’origine un ouvrage écrit en latin, mais il a vite pris le sens de livre de magie. Il se présente comme un mélange de recettes diverses aussi bien pour guérir certains maux que pour conjurer ou invoquer les démons, obtenir tel avantage, fabriquer des talismans et des amulettes, lever ou jeter des sorts, etc. Les traités de magie ont existé bien avant l’apparition du vocable « grimoire », terme générique qui désigne des ouvrages très divers mais ayant en commun d’appartenir à un type d’écrits anathémisés par l’église.

Pour en avoir un aperçu, il suffit de laisser la parole à quelques auteurs du moyen âge qui, du xIIIe au xvIe siècle, ont dressé des listes de ces manuels. Ces nomenIntroduction 9clatures sont intéressantes car elles nous montrent fort bien que l’essentiel de la magie occidentale vient du monde méditerranéen, lui-même ayant été soumis à des influences encore plus lointaines, indiennes par exemple. Grâce aux auteurs cités, dont certains ont pu être identifiés, nous voyons qu’il existe une filière qui mène de l’antique Babylonie à la Grèce, puis au monde arabe et enfin à l’europe de l’Ouest.

Le premier des magiciens est Albert le Grand (1206-1280), si le Miroir d’astronomie est bien de lui. Ce traité évoque des « images abominables dues à Toz le Grec, Germath de Babylone, Belenus et Hermès », images de planètes que l’on invoque en s’adressant, par exemple, aux cinquante quatre anges qui accompagnent la lune dans sa course. Il parle des caracteres, c’est-à-dire des signes et symboles magiques, et des « noms détestables que l’on trouve dans les livres de salomon sur les quatre anneaux et sur les neuf chandeliers, ou dans son Almandal 4. Le livre des institutions, par raziel — qui, soit dit en passant, est un ange 5 ! — est, juge Albert, rempli de figures nécromantiques. Toz le Grec a laissé un traité sur les Quatre stations du culte de Vénus, un livre des quatre miroirs de la même planète et un autre des images de celle-ci. Hermès se taille la part du lion par le nombre d’ouvrages qui lui sont attribués, et seul salomon lui dispute la palme. du premier, Albert cite, par exemple, le livre des prestiges, le livre de la lune, le livre des images de Mercure, « dans lequel il y a plusieurs traités », dont l’un sur les caractères, un autre sur les sceaux et un dernier sur les images.

Toutes ces œuvres traitent de magie astrale, donnent des recettes pour la fabrication de talismans et d’amulettes planétaires, décaniques et zodiacaux, des remèdes liés à la configuration du ciel, les noms des anges et des démons des corps célestes, des stations de la lune, etc., ainsi que leurs symboles secrets. roger Bacon (1214-1294), célèbre par son Miroir de l’alchimie et par son traité des Œuvres secrètes de la nature et de l’art, et de la nullité de la magie — ouvrages qui lui ont valu une réputation de magicien par la suite —, écrit ce qui suit dans une lettre qu’il adresse à Guillaume de Paris :  sont intéressantes car elles nous montrent fort bien que l’essentiel de la magie occidentale vient du monde méditerranéen, lui-même ayant été soumis à des influences encore plus lointaines, indiennes par exemple. Grâce aux auteurs cités, dont certains ont pu être identifiés, nous voyons qu’il existe une filière qui mène de l’antique Babylonie à la Grèce, puis au monde arabe et enfin à l’europe de l’Ouest.

Le premier des magiciens est Albert le Grand (1206-1280), si le Miroir d’astronomie est bien de lui. Ce traité évoque des « images abominables dues à Toz le Grec, Germath de Babylone, Belenus et Hermès », images de planètes que l’on invoque en s’adressant, par exemple, aux cinquante quatre anges qui accompagnent la lune dans sa course. Il parle des caracteres, c’est-à-dire des signes et symboles magiques, et des « noms détestables que l’on trouve dans les livres de salomon (qu'il confisca aux magiciens de son royaume a cause de leur nuisance ) sur les quatre anneaux et sur les neuf chandeliers, ou dans son Almandal qui, soit dit en passant, est un ange 5 ! — est, juge Albert, rempli de figures nécromantiques. Toz le Grec a laissé un traité sur les Quatre stations du culte de Vénus, un livre des quatre miroirs de la même planète et un autre des images de celle-ci. Hermès se taille la part du lion par le nombre d’ouvrages qui lui sont attribués, et seul salomon lui dispute la palme. du premier, Albert cite, par exemple, le livre des prestiges, le livre de la lune, le livre des images de Mercure, « dans lequel il y a plusieurs traités », dont l’un sur les caractères, un autre sur les sceaux et un dernier sur les images. Toutes ces œuvres traitent de magie astrale, donnent des recettes pour la fabrication de talismans et d’amulettes planétaires, décaniques et zodiacaux, des remèdes liés à la configuration du ciel, les noms des anges et des démons des corps célestes, des stations de la lune, etc., ainsi que leurs symboles secrets. roger Bacon (1214-1294), célèbre par son Miroir de l’alchimie et par son traité des Œuvres secrètes de la nature et de l’art, et de la nullité de la magie — ouvrages qui lui ont valu une réputation de magicien par la suite —, écrit ce qui suit dans une lettre qu’il adresse à Guillaume de Paris :

 

Picatrix et c’est le livre le plus complet que j’ai jamais vu sur cet art […]. Il est plus gros que trois psautiers. » et rabelais se fait l’écho de la célébrité de ce livre quand il nous apprend que Panurge a fait ses études à Tolède, auprès « du reverend Père en diable Piccatris, docteur de la faculté diabolicque ».

Nous possédons aujourd’hui cet ouvrage dont dix-sept manuscrits latins complets se sont conservés. le Picatrix se présente comme une compilation de livres de magie et d’astrologie venus d’Inde, de Perse, du moyen-Orient, de Grèce (corpus hermé- tique). son auteur révèle son but dès le premier chapitre du premier livre : « Le secret que nous voulons décrire dans ce livre ne peut s’acquérir qu’une fois acquis le savoir ; quiconque le veut, doit étudier les sciences et les approfondir parce que le secret ne peut être confié qu’au sage qui observe l’ordre de la science. » L’auteur, donc, est resté inconnu et la rédaction arabe du texte a été attribuée au Pseudo-magriti.

Trithème relève déjà qu’il doit beaucoup à l’astrologie grecque. du reste, le compilateur cite souvent ses sources et, parmi celles-ci, nous trouvons Hermès, Aristote, Platon, Kriton… Bref, le Picatrix latinus est la source à laquelle puisent les ésotéristes de la renaissance. L’ouvrage connut un réel succès comme en témoignent ses traductions en français 8, italien, anglais, allemand et hébreu, mais il faut souligner que les traités qu’il renferme se sont transmis indépendamment de lui, ou ont été détachés de lui pour connaître une diffusion particulière. Nous prendrons pour exemple un manuscrit de Gand qui a une histoire. Lors de la destruction de la cheminée d’un hospice d’aliénés de Gand (Belgique), datant du xvIe siècle, on découvrit dans un coffre muré le manuscrit 9 et les instruments d’un sorcier astrologue.

Bien que très abîmé par l’humidité — qui a rendu illisibles le haut des folios — nous avons un bon aperçu de sa composition. Nous y trouvons le Traité sur les images, de Thebit ben Corat 10, c’est-à-dire Thabit ibn Qurra (835-900) et un autre, sur le même sujet, du pseudo-Ptolémée 11 ; vient alors le livre des sceaux des douze signes du zodiaque, faussement attribué à Arnaud de villeneuve (vers 1240-1311) 12, indiquant que les sceaux doivent être gravés sur du métal et accompagnés de

formules magiques et de prières ; nous avons le livre des sceaux des planètes, par un certain Balenis qui est sans doute identique à Baleemus, Balaminus, c’est-à-dire Jirgis al-‘Amid, auteur d’un ouvrage au titre identique, avec pour sous-titre les Images des sept planètes 13, et un autre les Sceaux des planètes 14, par Behencatri, peut-être identique au Behencacin que cite Trithème 15. et nous n’en avons pas encore fini avec cette extraordinaire compilation ! voici le livre des anneaux des seps planètes, d’un certain Bayelis, puis les Figures des sept planètes par les nombres, de Geber de séville, c’est-à-dire Gabir ibn Hayyan, astronome arabe du xIIe siècle, — la Composition des images selon les douze heures du jour et de la nuit, par Hermès, et pour terminer, la Fabrication des anneaux selon les maisons de la lune, texte apocryphe qui n’est pas de Pierre d’Abano, comme le dit le manuscrit.