Tous nos organes sensoriels fonctionnent par réaction aux différences géométriques ou proportionnelles - et non quantitatives - propres aux stimulations qu'ils reçoivent. Par exemple, quand nous sentons une rose nous ne sommes pas entrain de réagir à l'arôme qu'elle dégage mais plutôt à la géométrie de construction moléculaire de cet arôme. C'est dire, que toutes les substances chimiques qui sont unis ensemble dans une même géométrie, que celle de la rose, sentiront aussi bien. Ainsi nous ne pouvons pas entendre les simples différences quantitatives des fréquences des vibrations du son, mais nous pouvons apprécier leur logarithme qui est la différence proportionnelle entre les fréquences; l'expansion logarithmique étant le fondement de base de la géométrie des spirales. Notre sens visuel est différent de notre sens du toucher uniquement parce que le nerf de la rétine filtre la fourchette des fréquences qui passent par les nerfs qui recouvrent notre peau. Si nos sensibilités tactiles répondaient aux même fréquences que nos yeux, alors tous les objets matériels seraient perçus aussi impalpables qu'une projection faite de lumière et d'ombre. Nos différentes

facultés de perception telles que la vue, l'ouïe, le toucher et l'odeur sont le résultat de l'acquisition d'un vaste spectre de réductions proportionnelles de fréquences vibratoires. Nous pouvons appréhender ces relations proportionnelles comme une sorte de géométrie de la perception. Avec l'organisation de notre corps en cinq seuils de perception sensoriel ou même plus, il semblerait qu'il y reste très peu de choses en commun entre l'espace visuel, l'espace auditif et l'espace sensoriel du toucher. Il semblerait aussi qu'il y ait encore moins de choses en commun entre les espaces physiologiques et l'espace métrique ou géométrique pure et abstrait, pour ne pas parler de la prise de conscience différentiée de l'espace psychologique. Toutefois, tous ces modes d'être - espace convergent dans le cerveau - corps humain. La conscience humaine est l'unique habilité à percevoir, en deçà la transparence, entre les rapports absolus et permanents, contenus dans les formes sans substances, d'un ordre géométrique et les formes transitoires et changeantes de notre monde présent. Le fruit de notre expérience est le résultat d'une architecture abstraite et géométrique qui est composée d'ondulations harmoniques de force, de nœuds relationnels, de formes mélodiques jaillissantes du royaume éternel des proportions géométriques.

Screenshot (77)

"Géométrie", est un mot grec: geo = la Terre et metria = mesure qui donne "mesure de la terre". En Egypte, des anciens, de laquelle les Grecs avaient emprunté ce savoir, le Nil débordait chaque année. Les terres étaient recouvertes par ses inondations et les marquages cadastraux étaient effacés et détruits. Le piquetage des lots délimitants les champs et les terres agricoles disparaissaient chaque année. Ces inondations annuelles symbolisaient, aux égyptiens, le retour cyclique des eaux primordiales du chaos, et quand les eaux reculaient les travaux de redéfinition et de rétablissement des bornes délimitant les terrains. Ce travail fut appelé géométrie et se définissait par: le rétablissement du principe d'ordre et de loi sur terre. Les surfaces des lots bornées différaient d'une année à l'autre. L'ordre humain bougé et cela se reflétait dans l'ordonnancement de la terre. L'astronome du Temple disait que les constellations célestes avaient changé de configuration et que l'orientation ou l'emplacement du temple devait pareillement être rectifié. Ainsi, la pose de bornes sur le terrain était, pour les Egyptiens, une dimension métaphysique aussi bien qu'une valeur physique et sociale. Le travail de "mesure de la terre" était le fondement d'une science de loi naturelle car elle incarne les formes archétypiques du cercle, du carré et du triangle.

La géométrie est l'étude de l'ordre physique à travers la mesure et le rapport entre les formes. La géométrie et l'arithmétique ainsi que l'astronomie, la science de l'ordre temporel à travers l'observance des mouvements cycliques, constituent les disciplines intellectuelles majeures de l'éducation classique. Le troisième élément de ce programme quaternaire, le quadrivium2 était l'étude de l'harmonie et de la musique. Les lois des harmonies simples furent considérées être universelles, ce qui définissait le rapport et le changement des mouvements temporels et les événements du ciel avec l'ordre physique et les développements sur terre. Le but implicite de cette éducation était de fournir au cerveau les moyens de devenir une voie à travers laquelle "la terre" (le niveau de la forme manifestée) reçoive l'abstrait, la vie cosmique du royaume des cieux. La pratique de la géométrie était une manière d'aborder la façon dans laquelle l'univers est ordonné et soutenu. Les dessins géométriques sont considérés être des moments tranquilles, laissant apparaître une action universelle, continue et en dehors du temps, généralement cachée à notre perception sensorielle. Ainsi une activité mathématique, d'apparence banale, peut devenir une pénétration intellectuelle et spirituelle.

Le quadrivium et avant lui le trivium. Ce sont les sept arts libéraux, les trois premiers qui constituent le trivium des Anciens, sont les arts de la parole, la grammaire, la dialectique et la rhétorique. Les arts du quadrivium sont l'arithmétique, la géométrie, l'astronomie et la musique.

 

Screenshot (78)

 

Platon considère que la géométrie et les nombres sont le langage philosophique essentiellement le plus réduit, ainsi ne fut - il pas la langue philosophique idéale. Mais c'est en vertu du fonctionnement de la réalité, à un certain "niveau", que la géométrie et les nombres peuvent devenir le véhicule de la contemplation philosophique. La philosophie des Grecs définit la notion du "niveau", très utile à notre raisonnement, en différenciant le "typique" de l' "archétypique". En suivant les bas reliefs peints des anciens égyptiens, qui sont groupées en trois registres, un supérieur, l'autre moyen, nous pouvons définir le troisième niveau, le "hors série", situé entre l'archétypique et le typique. L'arithmétique est, ici, personnifiée par une femme, mais elle n'est pas aussi hautaine et noble en parure que la géométrie; peut être symboliquement montrant que la géométrie était considérée un ordre supérieur de connaissances. Sur ses cuisses deux progressions géométriques: une série 1,2,4,8 sur la cuisse gauche et la deuxième 1,3,9,27 sur la cuisse droite, associent symboliquement les nombres pairs avec le sexe féminin et les nombres impairs avec le sexe masculin. Les Grecs ont nommé les deux séries Lambda et Platon, dans Timaeus les utilise pour décrire l'Esprit du Monde. Pythagore est assis devant la dame et à sa gauche et il utilise un abaque. Boethius, assis à sa droite utilise le système moderne de numérotation et écrit en caractère arabe. Pour voir comment cela fonctionne, prenons, par exemple, la bride d'un cheval. Cette bride peut être de formes, de matériaux, de mesures, de couleurs ou d'utilités différentes, toutes s'appellent brides. La bride, considérée de cette façon est une bride typique; elle existe dans la diversité et la variabilité. Mais, sur un autre niveau, il y a l'idée de la forme de la bride, le modèle - guide de toutes les brides. Ceci est une idée formelle, pure et non-manifestée et son niveau est "hors série". Mais au-dessus, il y a le niveau archétypique qui est celui du principe ou la puissance - activité, c'est à dire le procédé que la forme hors série et l'exemple typique cité représentent uniquement. L'archétypique est uniquement concerné par les procédés universels ou par les formes qui peuvent être prises indépendamment de toute structure ou de toute forme matérielle.

L'esprit moderne accède mal au concept de l'archétype, car les langues européennes exigent que les phrases soient toujours construites avec un verbe pour indiquer l'action. Nous n'avons pas une forme linguistique avec laquelle nous ne pouvons pas nous figurer une action ou un procédé qui n'aurait pas de porteur physique. Les cultures anciennes symbolisent ces procédés purs et éternels, tels que les dieux, c'est - à - dire une puissance ou des lignes d'action à travers lesquels le Saint-Esprit prend forme et se concrétise dans l'énergie et la matière Alors, la bride se rapporte à l'activité archétypique à travers la fonction du levier; le principe par lequel les énergies sont contrôlées, spécifiées et modifiées à travers les effets de la triangulation. Souvent, nous trouvons que l'angle - qui est fondamentalement un rapport de deux nombres - aurait pu être utilisé dans le symbolisme des anciens pour designer un groupe de rapports fixes qui contrôleraient des formes complexes interactives. Ainsi l'archétypique des dieux représente des fonctions dynamiques formants des liens entre les mondes du haut le monde d'interaction et de procédé constant avec le monde présent des objets particularisés.

Screenshot (80)

Nous retrouvons, par exemple, qu'un angle de 60° a une structure et des propriétés énergétiques différentes de celles que peut avoir un angle de 90° ou de 45°. Pythagore a le crédit d'avoir établi la relation entre les rapports des nombres et la fréquence des vibrations du son. Il est montré, ci-dessus, entrain d'expérimenter avec des cloches, des verres à eau, des cordes tendues et d'autres tuyaux à air; sa contre partie hébraïque, Jubal, utilise des marteaux de poids différent sur une enclume. Le rapport entier qui détermine une tonalité consonante, sur une échelle musicale, est tirés des multiples des nombres entiers des séries Lambda des deux progressions géométriques citées plus haut. Les optiques, dans la géométrie, font ressortir que chaque substance réfracte la lumière d'une manière caractéristique à l'angle d'incidence, et c'est cet angle qui nous donne la définition précise de ce matériau. De plus, les angles de passage de la lumière à travers la dense forme des molécules déterminent, à un très haut degré de précision, la qualité de la substance. Dans le cas de la bride, la triangulation ou le jeu des angles est manifesté dans le rapport de la grandeur du mord à la longueur des rênes de la bride ou le rapport entre le mord et la courbure du cou du cheval et de ses mâchoires, tous les deux contrôlés par l'angle dessiné par l'avant bras et le biceps du cavalier. Du niveau de l'archétypique ou de l'idée active, le principe de la bride peut être appliqué métaphoriquement à plusieurs régions de l'expérience humaine. Saint Paul décrit le précédé de l'auto discipline, procédé par lequel l'intentionnalité la plus haute essaie de contrôler la plus basse nature "animale", il dit quand quelqu'un peut brider la bouche, il peut aussi maîtriser sa nature tout entière. Mais à ce niveau de l'archétypique, cette image peut être une image du point de vu métaphysique et poétiquement expansive; aussi trouve-t-elle sa représentation géométrique exacte dans les angles. C'est l'angle précis que fait le bras en jeu avec l'angle de la bride qui contrôle la force du cheval.

Alors, tout en fonctionnant sur le niveau archétypique, la Géométrie et les Nombres décrivent, dans leur danse enchevêtrée et éternelle, les forces fondamentales et causales. C'est cette façon de voir qui est derrière l'expression des systèmes cosmologiques comme les configurations géométriques.

Screenshot (79)

Par exemple, le plus respectueux de tous les diagrammes tantriques3, le Sri Yantra, image de toutes les fonctions nécessaires qui s'activent dans l'univers, à travers les neuf triangles entrecroisés. Se plongeait dans un tel diagramme géométrique, c'est entrait dans une sorte de contemplation philosophique. Pour Platon, la réalité consistait Le Sri Yantra d'essences pures ou d'idées archétypiques; Les phénomènes que nous percevons ne sont que de pales réflexions. (On peut aussi traduire le mot grec idée, par forme) Ces idées ne peuvent pas être perçues par les organes sensuels mais uniquement par la raison pure. La géométrie est le langage recommandé par Platon comme étant le modèle le plus clair par lequel on décrit le monde métaphysique: Et savez-vous qu'ils |les géomètres] font usage des formes visibles et qu'ils en parlent, malgré qu'elles ne soient pas d'eux mais qu'elles soient de ces choses desquels elles sont l'image, en suivant leur recherches pour travailler dans l'intérêt du carré en tant que tel et de la diagonale en tant que tel et non pas dans l'intérêt de son image de laquelle elle tirait? Et ainsi de suite dans tous les cas... Ce qu'ils recherchent réellement c'est de guetter ces réalités qui ne peuvent être vues que par l'esprit.

 

Chaque corps géométrique possède sa propre énergie vibratoire, qui dépend de sa forme. C’est ce que l’on appelle ‘onde de forme’. Déjà dans l’ancienne Egypte, ainsi que dans d’autres cultures antiques, il était connu que certaines formes étaient plus adéquates que d’autres quand il s’agissait de capter les énergies cosmiques et de les manifester. On considérait même que certaines figures géométriques et proportions avaient la capacité de reproduire l’ordre harmonieux du cosmos sur la terre et de s’assurer ainsi que le Micro-Cosmos d’ici était la représentation exacte du Macro-Cosmos d’en-haut. Cette connaissance s’appelle la Géométrie Sacrée.Dans les proportions idéales de l'homme la longueur du bras en proportion à sa hauteur nous donne le rapport corde/arc d'un arc de cercle de 60°. La hauteur du tronc humain (au-dessus de l'articulation de la hanche) est à la hauteur totale comme le volume de la sphère est au volume du cube qui le circonscrit (1:1.90983); il est aussi à la hauteur de l'arche pubien comme π / 3 est à 1 ou comme 1.047 est à 1. Ainsi les proportions de l'homme idéal sont au centre d'un cercle de rapports cosmiques invariables.

Avant que le diable ne fut rejeté du paradis il avait été admis parmi les anges malgrès quil etait cree de feu et pas de lumière comme les anges a sa chute il emporta avec lui l'image du paradis et les formes geometriques qui existe en haut d'ou lexpression de ce qui en bas et comme ce qui est en haut le cube de crIstal authentique que Adam avAit reçu au commencement du monde juste avant le deluge les prophetes qui se succéderent rendire hommage a la religion de leur pere jusqu'à que Abraham lE reconstruit avec son fils ismael ce cube se trouve juste en dessous de lauthentique cube de crIstal du ciel comme nous le decrit ce hadith ParLANT DE LA KA BAH QUI VEUT DIRE CUBE 

84fddb12a3a6269fe4a33da9a660722b (3)

 

POUR LES SCEPTIQUE DASN LES RITES SATANIQUES ON PREND CE QUI EST PURE ENFANT COLOMBE ET CUBE QUE LON SALIT AVEC DES ETOILES OU PENTAGRAMME ACTE DE SALISSURE ENERGETIQUE POUR S4ATTIRER LES FAVEURS DES FORCES NOIRES AINSI INVOQUEES REGARDEZ 

téléchargement (6)

 

 

mural1La femme dans le cube ne touche plus le sol, on a l’impression qu’elle ascensionne. 
Nous sommes bien à cette période, 
L'ascension une ruse new age pour vous emmener vers l'ombre l'enfant est l'antechrist