téléchargement (23)

Selon  LifeSiteNews , une publication catholique, la Kenya Catholic Doctors Association (Association des médecins catholiques du Kenya) accusent l'UNICEF et l'OMS de stériliser des millions de filles et de femmes dans le cadre d'un programme de vaccination antitétanique parrainé par le gouvernement kenyan.

Le gouvernement kenyan nie que le vaccin soit conforme à la réalité et le déclare parfaitement sûr.

L’Association des médecins catholiques du Kenya, cependant, a obtenu des preuves du contraire et a envoyé six échantillons différents du vaccin contre le tétanos provenant de divers endroits au Kenya envoyés à un laboratoire indépendant en Afrique du Sud pour des tests.

Les résultats ont confirmé leurs pires craintes: les six échantillons étaient positifs pour l'antigène HCG. L' antigène HCG est utilisé dans les vaccins anti-fertilité , mais il a été trouvé dans des vaccins contre le tétanos ciblant les jeunes filles et les femmes en âge de procréer. Le Dr Ngare, porte-parole de la Kenya Catholic Doctors Association, a déclaré dans un bulletin publié le 4 novembre:

«Cela a prouvé nos pires craintes; que cette campagne de l'OMS ne vise pas à éradiquer le tétanos néonatal, mais bien à un exercice de stérilisation en masse bien contrôlé et contraignant de la population utilisant un vaccin éprouvé régulant la fertilité. Ces preuves ont été présentées au ministère de la Santé avant le troisième cycle de vaccination, mais ont été ignorées. »( Source .)

Le Dr Ngare a soulevé plusieurs points concernant le programme de vaccination massive contre le tétanos au Kenya, qui a amené les médecins catholiques à devenir suspicieux:

Le Dr Ngare a déclaré à LifeSiteNews que plusieurs médecins, parmi lesquels 54 hôpitaux, 83 centres de santé et 17 facultés de médecine et d'infirmières et infirmiers, étaient alertés par les médecins, ont laissé entendre que la campagne antitétanique était secrètement une campagne anti-fertilité.

Pourquoi, demandent-ils, impliquera-t-il cinq coups sans précédent (ou "jabs" comme on les appelle au Kenya) sur plus de deux ans et pourquoi s'applique-t-il uniquement aux femmes en âge de procréer, et pourquoi est-il mené sans les méthodes habituelles? fanfare de la publicité gouvernementale?

«Habituellement, nous donnons une série de trois injections sur une période de deux à trois ans, à quiconque se présente à la clinique avec une plaie ouverte, hommes, femmes ou enfants», a déclaré le Dr Ngare.

Mais ce sont les cinq régimes de vaccination qui sont les plus alarmants. "La seule fois où le vaccin antitétanique a été administré en cinq doses, c'est lorsqu'il est utilisé comme vecteur dans des vaccins régulateurs de la fertilité associés à l'hormone de grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (HCG) mise au point par l'OMS en 1992." ( Source.)

UNICEF: Une histoire de profiter des catastrophes pour vacciner en masse

Il convient de noter que l’UNICEF et l’OMS distribuent ces vaccins gratuitement et que le gouvernement kenyan est incité financièrement à participer à ces programmes. Lorsque les fonds des Nations Unies ne suffisent pas pour acheter des lots annuels de vaccins, une organisation créée et financée par la Fondation Bill et Melinda Gates, GAVI, fournit des fonds supplémentaires à bon nombre de ces programmes de vaccination dans les pays pauvres. 

En outre, il n'y a pas eu d'épidémie de tétanos au Kenya, seulement la «menace» perçue de tétanos due aux inondations locales.

Ces catastrophes locales sont une raison commune pour laquelle l’UNICEF se rend dans les pays les plus pauvres avec des vaccins gratuits pour lancer des programmes de vaccination de masse.

Health Impact News a annoncé l'année dernière que l'UNICEF avait lancé un programme de vaccination de masse similaire avec 500 000 doses de vaccin antipoliomyélitique oral vivant aux Philippines après le passage d'un Super Typhon ayant dévasté Tacloban et ses environs. Ceci en dépit du fait qu'aucun cas de poliomyélite n'a été signalé aux Philippines depuis 1993, et que les personnes ayant reçu le vaccin antipoliomyélitique vivant peuvent «répandre» le virus dans les systèmes d'égouts, provoquant ainsi la maladie qu'il est supposé prévenir. . (  Pas de polio aux Philippines depuis 1993, mais un programme de vaccination de masse contre la polio est destiné à 500 000 victimes du typhon de moins de 5 ans .)

Un vaccin de masse très similaire avec le vaccin antipoliomyélitique oral vivant a eu lieu chez les réfugiés syriens en 2013, lorsque l'UNICEF a acheté 1,7 million de doses du vaccin antipoliomyélitique, alors qu'aucun cas de poliomyélite n'avait été observé depuis 1999. Après la vaccination de masse programme a commencé, des cas de poliomyélite ont commencé à réapparaître en Syrie. Les vaccins de l'UNICEF contre la polio vivants causent-ils la polio chez les Syriens? 1,7 milliard de vaccins achetés par l'UNICEF .)

Il semble bien évident que l’UNICEF et l’OMS utilisent ces catastrophes locales pour vacciner en masse les populations, principalement les enfants et les jeunes femmes. Des efforts massifs d'éducation et de propagande sont également nécessaires pour convaincre les populations locales qu'elles ont besoin de ces vaccins. Voici une vidéo produite par l'UNICEF pour le vaccin contre le tétanos au Kenya. Remarquez comment ils utilisent les enseignants et les médecins locaux pour éduquer, même si les vaccins sont produits par les pays occidentaux.