L’électricité, les champs magnétiques et l’être humain de Rudolphe Steiner

ac76a45b710fec7953f11328dd847e3f

Nous ressentons par ailleurs un besoin de clarification en ce qui concerne les effets des champs électromagnétiques sur l’homme. Nous touchons certainement ici un thème qu’il n’est pas possible de traiter de façon superficielle. Il a été démontré sans ambiguïté que la matière, donc les tissus humains aussi, se réchauffe au sein de champs ondulatoires électromagnétiques. Il n’est donc pas possible d’affirmer que ces derniers n’ont aucun effet sur l’homme. Si l’on se penche cependant sur la nature des effets que ces champs produisent sur les sentiments et les pensées ou sur la santé et la mentalité, nous tombons vite dans un domaine où il est très difficile de distinguer l’objectif du subjectif, voire de l’autosuggestion. Paul Emberson traite cette question dans les pages 9, 19 [18], 20 [19] et 23 [22]. Il se réfère en particulier aux propos de Rudolf Steiner sur ce qu’il appelle le « double ahrimanien » de l’homme. L’extrait suivant, tiré de la conférence du 16 novembre 1917, permet de s’en faire une idée : « Cela se passe ainsi : peu de temps avant que nous ne naissions, un autre être spirituel, nous dirions aujourd’hui selon notre terminologie, un être ahrimanien, s’introduit en nous. Il est tout autant en nous que notre propre âme. Ces entités qui vivent leur vie du fait qu’elles utilisent les hommes eux-mêmes pour pouvoir exister dans la sphère où elles veulent se trouver, ont une intelligence exceptionnellement élevée et une volonté très fortement développée, mais aucune sensibilité, aucune humanité ; elles n’ont pas les forces du cœur humain. – Et nous traversons ainsi la vie en ayant notre âme et un tel double, qui est plus intelligent, beaucoup plus intelligent que nous, mais qui a une intelligence méphistophélique, une intelligence ahrimanienne, et en plus, une volonté ahrimanienne, une volonté très forte, une volonté qui est beaucoup plus proche des forces de la nature que notre volonté humaine, laquelle est régulée par notre cœur. Au xixe siècle, la science a découvert que notre système nerveux était parcouru par des forces électriques. Elle avait raison. Mais lorsqu’elle a cru, lorsque les chercheurs croient que la force nerveuse qui fait partie de nous, qui est la base de notre vie mentale, a quoi que ce soit à voir avec des courants électriques, ils ont tort.

Car les courants électriques sont les forces qui ont été déposées en nous par cet être que je viens de décrire, ils ne font pas du tout partie de notre être : nous portons effectivement aussi des courants électriques en nous, mais ils sont purement de nature ahrimanienne. » (16 novembre 1917)60 Après avoir lui-même cité ce passage à la page 35 [33], Paul Emberson poursuit plus loin : « Ces « doubles » ahrimaniens surintelligents et doués d’une volonté extrêmement puissante, Rudolf Steiner les évoqua à nouveau 10 jours plus tard, en précisant que les forces cosmiques venant de la direction des Gémeaux et du Sagittaire peuvent être entièrement mises à leur service dans la technique. Le détournement de la technique (mentionné dans mon article principal) qui a conduit au développement de l’électronique moderne n’a pas été fait dans l’intérêt de l’humanité. Nous entrevoyons ici une des réalités occulte les plus bouleversantes de notre époque. L’ordinateur, autrement dit le cerveau électronique, n’a pas été inventé pour l’homme mais pour le double ahrimanien en nous. Ahriman a donc trompé l’humanité par ruse diabolique.» Que les ordinateurs, comme toute technologie, relèvent d’inspirations venant d’Ahriman, cela est généralement admis et incontesté, en particulier si l’on se réfère aux déclarations de Rudolf Steiner que nous produirons plus loin. Il s’agit maintenant de savoir quelles conséquences en tirer. Paul Emberson considère manifestement que l’électronique moderne exerce un effet particulier sur ce double ahrimanien décrit par Rudolf Steiner, étant donné que celui-ci est à l’origine des flux électriques dans le corps humain. C’est une éventualité qui mérite d’être prise en considération. Mais lorsqu’il s’agit de retrouver où Rudolf Steiner aurait pu dire que les forces des Gémeaux et du Sagittaire peuvent être mises au service de ce double, nous sommes à nouveau renvoyés à nous-mêmes. Dans la conférence du 25 novembre 1917, Rudolf Steiner dit seulement ceci : « Déjà dans l’Antiquité, on savait qu’il s’agissait là de quelque chose de cosmique, et les scientifiques savent bien, aujourd’hui, sur le plan exotérique, qu’il existe d’une manière ou d’une autre, dans le zodiaque, derrière les Gémeaux, un magnétisme positif et un magnétisme négatif. Il s’agira alors de paralyser ce qui devait venir du cosmos par la manifestation de la dualité, de le paralyser de manière égoïste, matérialiste, au moyen des forces qui affluent vers l’humanité depuis les Gémeaux, et qui peuvent être entièrement mises au service du double. » (25 novembre 1917)61 Il est donc dit que les forces émanant des Gémeaux peuvent être mises au service du double ahrimanien. Il faudrait encore éclaircir en quoi ces forces sont à placer sur le même plan que celles émanant du Sagittaire. Paul Emberson continue en déclarant que les processus électromagnétiques présents dans le système nerveux n’appartiendraient pas à ce dernier et ne devraient pas s’y trouver. À la page 35 [33], nous lisons que seules « de fines vibrations générées par le corps astral et stimulées dans les nerfs par l’activité du corps éthérique » devraient apparaître dans la substance nerveuse. Et à la page suivante nous lisons que, selon Rudolf Steiner, il s’agirait, dans le cas du penser spirituel, de vibrations extrêmement subtiles. Jusque-là, nous n’avons retrouvé nulle part une telle affirmation de Rudolf Steiner. En tout état de cause, d’après Paul Emberson, des vibrations exogènes dues aux ondulations des champs électromagnétiques dans l’environnement (c’est-à-dire la pollution électromagnétique) sont produites par induction dans les cellules électriquement chargées du double ahrimanien, à tel point que tout penser méditatif devient impossible. Par là, il justifie une affirmation préalablement énoncée en page 9 selon laquelle l’électrosmog62 effacerait la perception du Christ dans l’éthérique.

Dans le même contexte, Paul Emberson déclare aussi, à la page 9, que les radio-transmissions actuelles utilisent des « ondes carrées » dotées d’un motif « ondulatoire dentelé ». Ces déclarations nécessiteraient dans tous les cas de plus amples développements car nous ne pouvons envisager que les propos de Paul Emberson se rapportent aux aspects physiques des ondes de transmission radio. Au cours d’une visite chez Anthro-Tech, sur laquelle nous reviendrons plus loin, Paul Emberson a démontré l’effet que le crépitement d’un radiotéléphone induit sur la membrane d’un haut-parleur situé à proximité. Mais cela se produit du fait que les ondes radio sont « pulsées », et l’on pourrait assurément se pencher sur la manière dont les ondes pulsées agissent sur l’être humain. Or, même transmises par pulsation, les ondes physiques sont toujours sinusoïdales63. Sur ce point, l’exposé de Paul Emberson pourrait semer la confusion chez un lecteur peu versé dans le domaine, et c’est ce que nous voulons éviter ici. Il existe bel et bien des ondulations « carrées », comme Paul Emberson l’évoque à la page 33 lorsqu’il parle du courant à ondes rectangulaires de l’électronique digitale. Ces ondulations « carrées » se rapprochent d’une forme rectangulaire par la superposition harmonieuse de vibrations de différentes fréquences. On les utilise entre autres dans les puces informatiques où il importe de pouvoir distinguer avec certitude différentes mesures de voltage. Elles ne trouvent cependant aucune application dans la radio-transmission. Pourquoi Emberson les qualifie de « type de courant alternatif beaucoup plus terrible », cela n’est pas clair pour nous. D’autant que ces ondulations carrées ne sont pas utilisées pour le transfert d’énergie mais uniquement pour la gestion de signaux ou la production de tonalités. Nous voulons par la suite examiner quelques citations de Rudolf Steiner que Paul Emberson utilise aussi en partie pour son argumentation. Nous espérons qu’une reproduction plus complète de ces citations permettra de donner aux lecteurs un aperçu suffisant. À la page 35, Paul Emberson se réfère à la conférence de Rudolf Steiner du 28 janvier 1923, lorsqu’il écrit64 : « Dans les déclarations de Rudolf Steiner il n’est pas toujours question de dommages durables causés à l’organisme, mais souvent de la perturbation des vibrations humaines par les oscillation induites. Dès que cette impulsion étrangère est suffisamment forte pour vaincre les vibrations naturelles, c’en est fini de la pensée intuitive ou méditative. Rudolf Steiner faisait précisément cette observation et il disait : Et quand on regarde les représentations que l’on avait avant l’ère de l’électricité, on peut dire d’elles : elles laissaient encore au penseur qui abordait la Nature la liberté de penser le spirituel, au moins abstraitement, au sein de la Nature... Mais l’électricité a atteint les nerfs de l’homme moderne et elle a chassé des nerfs toute orientation vers le spirituel. » On peut se demander ici si Rudolf Steiner a effectivement parlé d’un effet direct de l’électricité sur les nerfs, rendant un penser intuitif ou méditatif impossible. Avant de revenir à cette question, nous aimerions reproduire de façon plus complète l’extrait de conférence donné par Paul Emberson.

Ainsi donc, le 28 janvier 1923, Rudolf Steiner déclare : « En fait, ce n’est qu’au tournant du xviiie au xixe siècle qu’a commencé à poindre cet ingrédient de la civilisation qui inonde aujourd’hui toute notre civilisation extérieure. Imaginez-vous donc un peu cet immense contraste ! Pensez à ce physicien qui préparait les cuisses d’une grenouille dont les cuisses, tressaillant en entrant en contact avec le métal du revêtement de sa fenêtre, lui firent découvrir l’électricité à ce niveau. Cela fait combien de temps ? Il n’y a pas un siècle et demi. Et aujourd’hui l’électricité est un ingrédient de la civilisation. Et pas seulement un ingrédient de la civilisation. Voyez-vous, lorsque des gens de mon âge étaient encore de jeunes jouvenceaux, personne n’aurait eu l’idée de décrire en physique des atomes autrement qu’en termes de petites sphères dépourvues d’élasticité, ou éventuellement douées d’élasticité, entrant réciproquement en collision, etc., et on calculait les résultats de ces collisions. Personne n’aurait encore eu l’idée autrefois de représenter purement et simplement l’atome comme on le représente aujourd’hui : comme un électron, comme une entité se composant en fait strictement d’électricité. La pensée des hommes est devenue complètement obnubilée par l’électricité, et ceci depuis peu de temps. Nous présentons aujourd’hui les atomes comme quelque chose où l’électricité s’agglutine autour d’une sorte de petit soleil, autour d’un point central. Nous parlons d’électrons. Lorsque nous considérons ainsi ce qui met l’univers en mouvement, alors nous présumons partout de l’électricité. Là, on voit bien que la culture extérieure dépend de notre penser. Des gens qui n’emprunteraient pas de moyens de transport électrifiés ne se représenteraient pas non plus les atomes sous une forme électrique.

Et si l’on considère maintenant les représentations que l’on avait avant l’époque de l’électricité, on peut dire de celles-ci qu’elles donnaient encore à l’investigateur de la nature65 la liberté de concevoir le spirituel dans la nature, au moins abstraitement. Un minuscule petit vestige du réalisme scolastique subsistait encore. Mais en s’appliquant aux nerfs de l’homme moderne, l’électricité a chassé des nerfs toute inclination vers la spiritualité. Et les choses sont allées encore plus loin. La toute honnête lumière, qui flue à travers l’espace cosmique a été, petit à petit, calomniée, comme étant une chose analogue à l’électricité. Quand on parle aujourd’hui de ces choses quelqu’un, dont la tête est complètement submergée par la vague culturelle de l’électricité, il a bien entendu l’impression qu’on ne raconte que des sornettes. Mais c’est parce que cet homme considère cela comme des sornettes qu’il tire la langue – comme le chien qui suffoque de chaleur – en portant le poids de l’histoire sur son dos, en se traînant accablé de concepts historiques et ne sachant plus s’exprimer à partir de l’immédiateté du présent. Car voyez-vous, avec l’électricité, on entre dans un domaine qui se présente à la vision imaginative autrement que d’autres domaines de la nature. Aussi longtemps qu’on était resté dans la lumière, dans le monde des sons, donc dans l’optique et l’acoustique, point n’était besoin d’apprécier moralement ce que la pierre, la plante, l’animal vous révélaient dans la lumière sous forme de couleurs, dans le monde auditif sous forme de sons, parce qu’on avait un souvenir, aussi faible fut-il, de la réalité des concepts et des idées. Mais l’électricité a chassé cet écho. Et si d’un côté on n’est pas en mesure aujourd’hui de trouver la réalité en ce qui concerne le monde des impulsions morales, on n’est d’autre part vraiment pas en mesure de trouver la moralité dans le champ de ce qu’on considère comme le plus important ingrédient de la nature. Quand on attribue aujourd’hui aux impulsions morales une efficacité réelle, au point qu’elles aient en elles la force de devenir plus tard réalité sensible tout comme le germe d’une plante, on passe pour à moitié fou. Mais, si aujourd’hui quelqu’un venait attribuer des impulsions morales à des effets naturels, il passerait pour complètement fou. Et pourtant, quiconque a jamais senti, consciemment avec une véritable intuition spirituelle, le courant électrique passer à travers son système nerveux sait que l’électricité n’est pas seulement un courant d’origine naturelle, mais qu’il est en même temps un élément moral dans la nature; et qu’au moment où nous entrons dans le domaine de l’électricité, nous pénétrons aussi dans le domaine moral. Car, si vous mettez les doigts dans un circuit électrique fermé vous sentez aussitôt qu’ils élargissent votre

vie intérieure à un domaine d’où, au même moment, l’élément moral se retire. Vous ne pouvez chercher l’électricité personnelle qui réside en l’homme dans aucun autre domaine que là où, au même moment, les impulsions morales se retirent. Celui qui ressent la totalité du fait électrique, ressent bien en même temps la moralité propre au fait naturel. Et sans s’en douter les physiciens modernes ont en fait accompli un étrange tour de passe-passe. Ils ont représenté l’atome sous une forme électrique et, selon la conscience générale de l’époque, ils ont oublié qu’en le représentant sous une forme électrique ils lui attribuent une impulsion morale, ils en font un être moral. Or, ce que je dis maintenant est inexact. Car en faisant de l’atome un électron, on n’en fait pas un être moral, on en fait un être immoral. Assurément, les impulsions morales, les impulsions naturelles, nagent dans l’électricité mais ce sont des impulsions immorales, ce sont les instincts du Mal qui doivent être dominés par le monde d’en haut. Et le contraire le plus absolu de l’électricité, c’est la lumière. C’est mélanger le Bien et le Mal que de considérer la lumière comme de l’électricité. On a précisément perdu la véritable perception du Mal dans l’ordonnance de la nature si l’on n’est pas conscient qu’en électrifiant les atomes on en fait, en réalité, les porteurs du Mal, non seulement les porteurs de la chose morte comme je l’ai exposé dans le dernier cours, mais du Mal. En laissant les atomes comme tels, en se représentant la matière atomiquement, on en fait les porteurs du mal.

À l’instant même où l’on électrifie cette partie de la matière on se représente la nature comme le mal. Car des atomes électriques sont mauvais, de petits démons. » (28 janvier 1923)66 Lorsqu’il s’exprime sur la nature de l’électricité en la qualifiant d’immorale et même de mauvaise dans sa tendance fondamentale, les paroles de Rudolf Steiner nous paraissent jusque-là compréhensibles et exemptes d’ambiguïtés. L’opinion, que l’on rencontre aussi ici et là parmi les anthroposophes, selon laquelle l’électricité ne serait ni immorale ni morale, qu’elle serait donc amorale mais que tout dépendrait de l’utilisation que les hommes en font, ne correspond pas à ces déclarations de Rudolf Steiner. Mais il ne nous semble pas que de la phrase : « l’électricité a affecté les nerfs de l’homme moderne et en a extirpé tout ce qui pouvait le conduire vers le spirituel », il découle nécessairement que l’effet de l’électricité sur les nerfs puisse être directement comparé aux effets de l’électrosmog. Dans cette conférence, Rudolf Steiner parlait plutôt de l’effet découlant d’une conception du monde selon laquelle l’électricité serait le fondement de toute chose. Il est en effet intéressant qu’il ait également dit que voyager dans un train électrique avait une incidence sur notre façon de voir le monde. Sans citer de source, Paul Emberson déclare à la page 30 [28] que pour Rudolf Steiner les impulsions immorales et les instincts du mal résident dans l’électricité. Cela dit, il se réfère très probablement à cette conférence du 28 janvier 1923. Du reste, nous sommes convaincus que nous ne pouvons en aucun cas passer sous silence ce que Rudolf Steiner dit directement à la suite de ces explications, car cela nous amène, en ce qui concerne la manière de se positionner de l’homme moderne face aux influences de l’électricité et de la technique, à adopter un point de vue complètement différent de celui auquel conduisent les conclusions de Paul Emberson. Rudolf Steiner dit dans cette même conférence : « Si l’anthroposophie était un fanatisme, si l’anthroposophie était un ascétisme, l’anathème tomberait aussitôt sur la civilisation de l’électricité. Mais ce serait évidemment un non-sens, car seuls peuvent parler ainsi des visions du monde ceux qui ne tiennent pas compte de la réalité. Ceux-là peuvent dire : Oh, c’est ahrimanien ! Chassons-le ! On ne peut en effet faire cela que dans l’abstraction. Car, une fois que l’on a organisé une réunion sectaire et vociféré à propos des protections à prendre contre Ahriman, on n’en descend pas moins l’escalier pour monter dans le tramway électrique. Si bien que toutes ces vociférations à propos d’Ahriman peuvent bien prendre des accents sacrés, pardonnez cette expression triviale : c’est une mascarade. On ne peut pas fermer les yeux sur le fait qu’on est obligé de vivre avec Ahriman. Il faut vivre avec lui d’une manière juste, il faut seulement ne pas se laisser subjuguer par lui. » (28 janvier 1923)67

Et vers la fin de cette conférence il ajoute : « Nous devons avoir le courage de nous servir de concepts moraux, donc dans le cas présent de concepts antimoraux, quand nous parlons de l’électricité. L’homme moderne en effet a horreur des faits. Il trouve désagréable de devoir s’avouer qu’en prenant les transports électriques il s’assoit dans le fauteuil d’Ahriman. Il préfère donc se mystifier et organiser des rassemblements sectaires où il dit : Il faut se protéger d’Ahriman. Mais ce n’est pas cela qui importe ; ce qui importe c’est que nous sachions que l’évolution terrestre est dorénavant une évolution où les forces naturelles elles-mêmes, qui interviennent dans la civilisation, doivent forcément être ahrimanisées. Et il faut même qu’on en soit conscient parce que ce n’est que de cette façon que l’on trouvera le juste chemin. » (28 janvier 1923)68 Si l’on prend au sérieux ces paroles de Rudolf Steiner, alors les propositions de Paul Emberson de se retirer de l’ensemble de la civilisation, qui utilise l’ordinateur et où naît l’électrosmog, n’apparaissent pas comme un chemin à rechercher. Paul Emberson objecterait certainement que la technique actuelle s’est justement développée de manière si extrême qu’il n’est plus possible d’éviter qu’elle nous submerge, ainsi que Rudolf Steiner le préconisait face à la présence de la technique à son époque. Paul Emberson raconte aux pages 19 [18] et 20 [19] que Rudolf Steiner aurait mis en garde contre les effets de la transmission sans fil. Il se réfère ici à la réponse à une question, le 16 juin 1924, dans le cadre des conférences sur l’agriculture de Koberwitz.

La même source sera citée à la page 33 [32] dans un contexte similaire. Dans ce qui suit, Rudolf Steiner répondait à la question de savoir s’il était permis de conserver de grandes quantités de fourrage par le courant électrique : « Quel est ici le but recherché ? Votre question nous oblige évidemment à une réflexion sur l’étendue du rôle que joue l’électricité dans la nature en général. J’aimerais dire qu’il est tout de même consolant d’entendre d’ores et déjà des voix venues d’Amérique, ce pays où le sens de l’observation se manifeste en général mieux que chez nous en Europe, qui s’expriment dans ce sens que les hommes ne peuvent pas évoluer de la même façon dans une atmosphère sillonnée de toutes parts par des courants et des radiations électriques et qu’au contraire cet état de choses a un retentissement sur toute l’évolution humaine. La vie de l’âme ne sera plus la même si l’on donne à ces choses l’extension qu’on projette de leur donner. Il y a déjà une différence selon que vous équipez les chemins de fer d’une région de locomotives à vapeur, ou que vous électrifiez le réseau. Les effets de la vapeur nous sont assez conscients, ceux de l’électricité, eux, nous sont redoutablement inconscients, et les êtres humains ignorent d’où viennent certaines choses. À bien y réfléchir, il ne fait pas de doute qu’il y a là une évolution dans le sens d’une utilisation de l’électricité en surface sous forme rayonnante, mais aussi sous forme conductrice afin de transmettre des nouvelles le plus vite possible d’un point à un autre ; à vivre ainsi, notamment dans l’électricité rayonnante, les hommes finiront par ne plus comprendre ces nouvelles qui leur parviennent avec tant de rapidité. Cette vie agit comme un éteignoir sur la faculté de comprendre. Déjà maintenant, on en remarque certains effets. Vous pouvez remarquer dès aujourd’hui que les hommes ont beaucoup plus de mal à saisir ce qui leur arrive qu’il y a encore quelques décennies. Il est néanmoins consolant de voir se répandre au moins de l’Amérique une conscience de ces choses. D’autre part, nous savons que quand apparaît quelque chose de nouveau, on commence d’ordinaire par en faire également un remède. Mais par la suite les prophètes se servent également de la chose. Il est curieux de voir qu’à l’apparition d’une nouveauté les clairvoyances se réduisent aussi à des choses humaines. Vous aurez par exemple quelqu’un qui prophétise aux hommes les vertus curatives de l’électricité alors que cela ne lui serait jamais passé à l’idée auparavant. C’est ainsi que naissent les modes.

Tant que l’électricité n’existait pas, qui donc aurait pensé qu’elle pût soigner ? Personne. Et tout à coup, pas seulement parce qu’elle est là mais parce que la mode en est venue, la voilà brusquement promue au rang de médicament. L’électricité n’a souvent guère plus de valeur thérapeutique, lorsqu’on l’emploie pour ses radiations, que de petites aiguilles fines qu’on prend pour faire des piqûres. Ce n’est pas l’électricité qui guérit en l’occurrence, mais c’est le choc qu’elle provoque qui a un effet salutaire. Il ne faut pas oublier non plus que l’électricité agit toujours particulièrement sur l’organisation supérieure, l’organisation tête chez l’homme et chez l’animal et que par conséquent, chez la plante, c’est sur le système racine qu’elle agit avec une force extraordinaire. Donc lorsqu’on se sert de l’électricité pour irradier les aliments, on obtient une nourriture qui petit à petit a nécessairement sur l’animal qui la consomme un effet sclérosant. C’est un processus lent – on ne s’en aperçoit pas tout de suite – on s’apercevra tout d’abord que pour une raison ou pour une autre les animaux meurent avant l’heure. On n’en attribuera pas la cause à l’électricité, on trouvera toutes les raisons possibles et imaginables. Mais l’électricité, après tout, n’est pas une force qui devrait agir sur de la matière vivante, elle ne devrait pas servir à stimuler le vivant ; elle en est incapable. Quand on sait que l’électricité se situe un niveau en dessous du niveau du vivant et que plus le vivant est à un stade évolué, plus il s’évertue à repousser l’électricité – il s’agit effectivement de répulsion – et quand d’autre part on oblige le vivant à utiliser des moyens de défense alors qu’il n’y a pas nécessité de se défendre, alors petit à petit la nervosité, l’agitation et la sclérose s’emparent de ce vivant. » (16 juin 1924)69 Rudolf Steiner indique ici de façon tout à fait claire que le fait de vivre dans une atmosphère sillonnée de toutes parts par des courants et des rayonnements électriques, exerce une influence sur l’évolution de l’homme.

Il y est même question de l’utilisation de l’électricité rayonnante pour la transmission d’informations. On ne peut donc pas reprocher à Paul Emberson une interprétation abusive. Les déclarations de Rudolf Steiner sur le fait que l’électricité ne devrait pas agir à l’intérieur du vivant jettent, en effet, une lumière sérieusement inquiétante sur l’ensemble des champs électromagnétiques alternatifs qui sont devenus entre temps un phénomène de civilisation omniprésent. Par ailleurs, Paul Emberson écrit à la page 32 [31] que Rudolf Steiner se serait opposé à l’utilisation du courant alternatif à la place du courant continu. Mais malheureusement, encore une fois, aucune source n’est mentionnée. Dans une citation de Rudolf Steiner du 11 juillet 1923 que Paul Emberson cite à la page 23 [22], on trouve d’autres éléments qui peuvent être rapportés au phénomène de l’électrosmog : « Comparez le monde d’aujourd’hui à celui d’il y a 100 ans. Si vous comparez le monde d’aujourd’hui à celui d’il y a 100 ans, vous vous direz qu’il existe une différence en général entre aujourd’hui et l’époque remontant un siècle en arrière. Mais une différence des plus énormes, qui n’est pas prise en compte, est qu’aujourd’hui notre atmosphère de toutes parts est sillonnée par plein de câbles de télégraphes, de téléphones, etc. Cela dit, en Europe, l’entrelacement de câbles semble n’être encore qu’un jeu d’enfants à côté des États-Unis. C’est la raison pour laquelle nous trouvons là-bas une once de discernement vis-à-vis de ce que cela signifie pour l’homme. Là-bas, on pressent que l’homme est influencé par la vie qui bourdonne dans l’air à travers les câbles télégraphiques, que l’homme devient un véritable appareil d’induction. Réfléchissez au fait qu’un courant opposé agit dans vos nerfs et qu’également un courant redressé agit dans votre système sanguin. L’humanité porte aujourd’hui tout cela en elle, mais on en parle à peine. Ce sont, au sens le plus fort, des forces ahrimaniennes que l’homme d’aujourd’hui intègre par la culture extérieure, et il ne peut pas non plus les repousser. On se fait bien des idées sur ce qu’il est possible et sur ce qui est le plus improbable, mais des réalités les plus fortes, l’humanité s’en préoccupe justement le moins. On devrait, par exemple aussi, se demander un jour dans quelle mesure la différence entre Goethe et l’homme d’aujourd’hui consiste dans le fait que Goethe n’était pas encore entouré de câbles télégraphiques. Voyez-vous, ce qui est aujourd’hui dévastation de l’âme humaine est essentiellement en lien avec tout ceci. » (11 juillet 1923)70

Conclusions Nous voilà arrivés au terme de notre exposé critique sur les déclarations de Paul Emberson et sur

ses références à Rudolf Steiner que nous n’avons malheureusement pas toujours réussi à retrouver. Le lecteur se sera peut-être demandé si nous n’avions pas essayé d’entrer personnellement en contact avec Paul Emberson afin d’obtenir des clarifications. Une tentative a bien eu lieu en ce sens, quoique de façon plutôt non conventionnelle. Du fait de la façon dont Paul Emberson a rendu public ce débat sur la technique et sur le rôle de la Société anthroposophique par la publication du n°10 d’Anthro-Tech News à l’hiver 200971, la Section mathématique - astronomique a pris la décision de travailler pour trouver des solutions aux problèmes soulevés dans ce n°10 de manière également plus officielle. Les expériences faites au cours des années précédentes avec Paul Emberson et son manque d’ouverture furent une raison supplémentaire pour amorcer ce travail. Une brochure de dix pages résumant les déclarations non clarifiées de Paul Emberson a été élaborée et fut envoyée à des personnes connues de la Section mathématique - astronomique, avec la demande de contribuer au travail d’éclaircissement. Ce même résumé fut également envoyé à Paul Emberson avec une lettre personnelle. Grâce aux réponses à cet appel, nous avons pu retrouver trace de l’assertion de Rudolf Steiner selon laquelle la technologie de Strader aurait dû être inventée dès les années 1930. Au moment de lancer notre appel, ce passage ne nous était pas encore connu. À part ce cas précis nous n’avons pu clarifier aucun des points en question, et aucune réponse de Paul Emberson ne nous est parvenue. En juin 2010, une rencontre eut lieu à Anthro-Tech, aux Sciernes-d’Albeuves, entre Bodo von Plato, membre du comité directeur de la Société anthroposophique, et Paul Emberson, afin de parler avec lui de sa position vis-à-vis de la Société et de l’École de science de l’esprit. Il s’agissait de comprendre pourquoi, au vu des critiques adressées aux deux institutions, il ne manifestait pas d’intérêt pour un dialogue et ne s’était pas non plus retiré de la Société ou de l’École de science de l’esprit.

Le rédacteur de cet article a pu assister à cette rencontre dans l’espoir, au cours d’un entretien personnel avec Paul Emberson, d’obtenir davantage de clarté sur ses déclarations. Bodo von Plato avait l’intention de convier à cette rencontre un autre jeune anthroposophe, Louis Defèche, qui s’était par le passé confronté de manière critique avec les écrits de Paul Emberson. À la veille de la visite, Paul Emberson nous fit comprendre qu’il préférait ne pas le recevoir. La rencontre chez Anthro-Tech se déroula dans une atmosphère amicale. Cependant, Paul Emberson nous signala vite qu’il souhaitait principalement parler avec Bodo von Plato des questions relatives à son positionnement face à la Société anthroposophique et à l’École de science de l’esprit. Il ne sembla pas s’intéresser à une clarification des questions posées par la Section mathématique - astronomique. Il nous confia plus tard qu’il n’accordait aucune valeur à la méthode et au style de l’appel qui avait été élaboré. Selon lui, la forme rédactionnelle reflétait une « pensée informatique » binaire qui ne cherche que des réponses de type « oui » ou « non ». À la question de savoir pourquoi il citait Rudolf Steiner sans en donner les sources, il répondit en substance que, s’il le faisait, le lecteur ne ferait plus que consulter l’œuvre complète et ne réfléchirait plus par lui-même. Lorsqu’il lui fut ensuite demandé pourquoi il y associait Rudolf Steiner au lieu de faire valoir ses opinions pour elles-mêmes, il expliqua qu’il se sentait obligé de le faire au cas où ses opinions et des déclarations de Rudolf Steiner se recoupaient, et qu’il travaillait de toute façon avec l’œuvre de Rudolf Steiner. Quand on lui demanda derechef en quoi une indication des sources était trop exiger, l’argumentation était retournée au point de départ et il consentit finalement à mettre à disposition les références manquantes. Cependant, il ne fixa pas le délai dans lequel il trouverait le temps d’y travailler et la Section mathématique - astronomique n’a rien reçu jusqu’à ce jour. Une visite guidée circonstanciée à travers les ateliers, équipés de machines complexes, en partie anciennes, issues de l’industrie de l’horlogerie, avait pris trop de temps pour que nous puissions voir ce que ces machines permettaient de développer ou d’accomplir. Comme l’entretien prévu était prioritaire, il ne fut plus question, pour des raisons de temps, d’assister à une démonstration des techniques de recherche d’ Anthro-Tech comme l’Harmogyra.

Comme nous l’avons évoqué, toute la rencontre se déroula dans une atmosphère amicale et humainement empreinte de courtoisie. À la fin restait l’impression d’avoir réalisé un pas l’un vers l’autre, aussi bien concernant la clarification de questions techniques que la relation de Paul Emberson à la Société anthroposophique et à l’École de science de l’esprit. Cependant, Paul Emberson n’a pas répondu à une lettre amicale de Bodo von Plato, envoyée dans les semaines suivant notre visite et résumant les résultats de la rencontre, si bien que seul le temps pourra montrer quels seront les prochains points de contact entre AnthroTech et le Goetheanum ou la Section mathématique - astronomique. Au cours de nos recherches, nous avons rencontré d’autres passages de l’œuvre orale de Rudolf Steiner en lien avec la thématique traitée ici. Nous voulons conclure en les présentant puis en essayant de donner un aperçu de la direction vers laquelle les réflexions pourraient se diriger à l’avenir. Le passage suivant, datant du 11 juillet 1923, est à ranger sans équivoque parmi les propos de Rudolf Steiner que l’on peut considérer comme indicatives sur le thème de l’électrosmog : « Ce que j’avais déjà été amené à dire en d’autres lieux, je désire le répéter ici. Dans certaines régions de la terre, on arrive enfin à saisir qu’il existe une différence entre notre époque et celle d’il y a un siècle. On parle de Goethe comme il a vécu, disons, en 1823, en oubliant de préciser un aspect qui, en Amérique où cela est d’une actualité plus grande qu’en Europe, commence à poindre sous forme d’un pressentiment. Rappelezvous Weimar, et tous ces lieux où Goethe s’est promené ; il n’y avait nulle part de fils télégraphiques, de lignes de téléphone etc. L’air n’était pas parcouru par des lignes télégraphiques ou des lignes électriques. Songez un instant à la subtilité des instruments qui servent à envoyer partout les effets de l’électricité. Or, l’être humain est constamment entouré par ce genre d’appareils. Les Américains commencent à se demander si ce qui circule partout dans les installations électriques n’aurait pas quelque effet sur l’être humain physique. Goethe a pu se promener par le monde sans que son corps soit incommodé par des flux d’induction. Aujourd’hui, on peut s’éloigner très loin, mais il n’est pas nécessaire d’aller bien loin pour être doublé par des installations électriques. Nous sommes toujours soumis à des courants inductifs. Cela, Goethe ne l’a pas connu.

Tout cela prive l’humanité de son corps physique, agit sur le corps physique de telle sorte que l’âme ne peut pas y entrer. Nous devons savoir qu’à l’époque où les courants électriques n’existaient pas, et où l’air n’était pas parcouru dans tous les sens par des lignes électriques, il était plus facile d’être homme. Il n’y avait alors pas encore cette présence permanente de forces ahrimaniennes qui nous subtilisent notre corps, même à l’état de veille. À cette époque, les gens n’avaient pas à faire tant d’efforts pour accéder à l’esprit. Voilà pourquoi, si nous voulons véritablement être homme, nous avons besoin de développer, aujourd’hui, des capacités spirituelles bien plus fortes qu’il y a cent ans. Loin de moi l’idée de défendre une position réactionnaire et de dire, par exemple : donc, éliminons tout cela, libérons-nous des acquis de la civilisation moderne ! Telle n’est pas mon intention. Mais l’être humain a besoin, aujourd’hui, de cette orientation spirituelle que lui oppose la science de l’esprit. Par l’expérience puissante de l’esprit, il devient plus fort pour faire front aux puissances qui se font jour dans le sillage de la civilisation moderne et tendent à solidifier notre corps pour mieux nous le subtiliser. Si cela ne se réalise pas, nous en arriverons au point où – je dirais volontiers – les hommes rateront la jonction avec le devenir de l’humanité. » (11 juillet 1923)72 Les déclarations faites ici par Rudolf Steiner indiquent sans ambiguïté que, de son point de vue,

les lignes électriques dans notre environnement engendrent sur les êtres humains des effets qui peuvent être critiqués. Si l’on réfléchit à quel point ces influences se sont renforcées de nos jours, en comparaison de celles que Rudolf Steiner connaissait en 1923, produites par les câbles télégraphiques et autres installations, on peut effectivement se demander s’il est encore possible, en présence de telles influences, de mettre en œuvre les capacités spirituelles nécessaires pour être un homme, comme Steiner l’exprime. Paul Emberson dirait que cela n’est possible qu’à travers la nouvelle forme de chemin initiatique qu’il propose et en évitant l’électronique moderne. Nous laissons cette question ouverte, mais souhaitons encore ajouter quelques déclarations de Rudolf Steiner qui entrent selon nous dans ce contexte. Il s’agit de passages qui soulignent clairement que toute technologie engendre des influences problématiques sur l’être humain.

Cependant, il faut toujours comprendre qu’il ne saurait être question de se tenir à l’écart de ces technologies. Au lieu de paraphraser ou d’interpréter, laissons parler cet extrait de la conférence du 5 décembre 1907, « La fièvre à la lumière de la science de l’esprit » : « Durant le processus de civilisation, l’homme est constamment placé dans des contextes différents. S’il en était autrement il n’y aurait pas d’évolution, pas d’histoire de l’humanité. Ce que l’expérimentation nous a permis d’observer73, chez les animaux, comme effet produit sur le corps physique se manifeste de façon inverse chez l’homme. Parce qu’il dispose d’un moi, l’homme est capable d’assimiler intérieurement les impressions culturelles qui l’assaillent du dehors. Il est intérieurement actif, il adapte d’abord son corps astral à ces conditions modifiées et le restructure. Au cours de l’évolution l’homme atteint des stades plus élevés et reçoit sans cesse de nouvelles impressions. Celles-ci s’expriment d’abord par des sentiments et des sensations. Si l’homme restait passif et inerte, si aucune activité productive ne pouvait plus se manifester, il s’étiolerait et tomberait malade comme c’est le cas pour l’animal. Mais l’être humain se distingue par sa capacité à s’adapter et à modifier progressivement ses corps éthérique et physique à partir du corps astral L’homme doit toutefois être intérieurement à la hauteur de cette transformation, faute de quoi aucun équilibre ne pourrait s’établir entre ce qui vient à lui de l’extérieur et ce qui réagit de l’intérieur. Nous serions alors oppressés par les impressions venant de l’extérieur, comme l’animal en cage est oppressé car il ne développe aucune productivité intérieure.

L’homme possède cette activité intérieure. Il doit toujours pouvoir opposer quelque chose aux lumières spirituelles qui l’entourent, leur permettre en quelque sorte d’être vues. Tout ce qui engendre une dysharmonie entre les impressions extérieures et la vie intérieure est source de maladie. Dans les grandes villes en particulier, nous pouvons voir ce qui se produit lorsque les impressions extérieures augmentent à l’extrême. Quand nous devons nous presser au milieu du vacarme et des gens pressés qui nous passent à côté sans pouvoir nous positionner intérieurement, sans possibilité d’intervenir, cela a des effets malsains. Quand je dis « se positionner » vis-à-vis de ces choses, il ne s’agit nullement de quelque chose de rationnel mais de la possibilité de réagir au niveau du ressenti, dans notre âme et même dans notre corps. Pour mieux comprendre cela, considérons un type de maladie spécifique de notre époque et qui jadis n’existait pas : une personne qui n’est pas habituée à intégrer beaucoup de choses, qui s’est appauvrie dans son âme, sera submergée d’impressions au point de se trouver face à un monde extérieur devenu incompréhensible. C’est le cas chez certaines natures féminines : la vie intérieure est trop faible, trop peu structurée pour tout assimiler. Ce phénomène, qui se trouve aussi chez des hommes, aboutit aux maladies hystériques. Les maladies hystériques en sont la conséquence.

Toutes ces maladies de ce type ont leur origine dans ce qui vient d’être décrit. Une autre forme de maladie apparaît quand notre vie nous conduit, face à ce qui nous vient du monde extérieur, à trop vouloir comprendre. Cela se manifeste plutôt chez les hommes souffrant de la maladie de causalité. Ils ont la manie de toujours se demander : pourquoi ? pourquoi ? On commence même à entendre parler de l’homme comme d’un « animal de causalité perpétuelle ». Aujourd’hui, les règles de la politesse ne nous permettent plus de répondre aux questions futiles à la manière d’un certain fondateur de religion. Lorsqu’on lui demandait ce que Dieu faisait avant d’avoir créé le monde il disait : « Il taillait des verges pour ceux qui posent des questions inutiles. ». C’est exactement l’état opposé de l’hystérique. Nous avons ici une aspiration trop forte et sans trêve pour la résolution d’énigmes. Ce n’est ici qu’une expression pour un état intérieur. Celui qui ne se fatigue jamais de toujours demander « Pourquoi ? » a une autre constitution que les autres hommes. Ses fonctions organiques et spirituelles se déroulent autrement que chez quelqu’un qui ne demande « Pourquoi ? » que pour un motif extérieur. Cela conduit à tous les états hypocondriaques, des troubles les plus légers jusqu’aux délires pathologiques les plus lourds.

C’est ainsi que le processus de civilisation agit sur l’homme. L’être humain doit avant tout garder l’esprit ouvert, pour être capable d’assimiler intérieurement ce qui vient à lui du dehors. Nous comprendrons mieux maintenant pourquoi tant d’êtres humains aspirent à se retirer de cette civilisation, à fuir ce genre de vie. Ils ne peuvent plus tenir tête à ce qui les pénètre, ils cherchent à en réchapper. Ce sont toujours des natures faibles qui ne savent pas opposer une vie intérieure puissante aux impressions extérieures. » (5 décembre 1907)74 Opposer une vie intérieure puissante aux impressions extérieures serait donc un remède permettant de faire face à l’évolution culturelle. Les ordinateurs, les téléphones portables et les champs électromagnétiques font-ils partie de ces phénomènes desquels on pourrait soustraire les effets oppressants et nocifs par une vie intérieure une vie intérieure forte ? En va-t-il de même en ce qui concerne ces impressions culturelles : ceux qui cherchent à les éviter seraient des natures faibles ? Sept ans après la conférence qui vient d’être citée, nous trouvons encore un passage dans une conférence du 28 décembre 1914 où Rudolf Steiner s’exprime au sujet de la tendance à vouloir simplement éviter les influences ahrimaniennes extérieures, et où il ne passe pas non plus sous silence les effets dommageables d’un environnement qui se technicise toujours plus. « Or, l’être humain n’accède à ce lien qu’il doit avoir, s’il veut être un homme au vrai sens du mot, qu’en le recherchant à travers la vie dans son être intérieur, s’il peut, dans ce qu’il vit intérieurement, plonger assez loin dans les profondeurs de son âme pour y trouver les forces qui l’unissent à la réalité spirituelle dont il est né et dans le sein de laquelle il repose ; dont il peut être séparé, dont il a déjà été séparé par les perceptions sensorielles et la pensée qui comprend, et maintenant aussi, comme nous l’avons vu, par la vie moderne qui l’emplit d’esprits ahrimaniens. C’est seulement en plongeant dans les profondeurs de son propre être que l’homme trouve le lien avec les êtres spirituels divins favorables et salutaires, avec les Hiérarchies spirituelles qui suivent en ligne droite le fil de l’évolution.

Cette liaison avec les Hiérarchies spirituelles, pour lesquelles nous sommes en réalité nés spirituellement, cette vie en commun avec elles est rendue pour l’homme extrêmement difficile par un monde de plus en plus imprégné par le milieu que crée la technique moderne. L’être humain est en quelque sorte arraché à ses liens spirituels et cosmiques et, en son être intérieur, les forces qu’il doit développer pour rester uni à l’esprit et à l’âme du cosmos sont affaiblies et amoindries. Celui qui a déjà accompli les premiers pas de l’initiation s’aperçoit donc que toutes les machineries qui imprègnent la vie moderne pénètrent dans la nature spirituelle et psychique de l’homme en y détruisant, en y tuant beaucoup de choses. Et cet homme s’aperçoit que cette destruction lui rend particulièrement difficile de réellement développer les forces intérieures qui créent le lien entre l’être humain et les entités spirituelles légitimes – comprenez bien ce mot – des Hiérarchies. Lorsque celui qui, ayant accompli les premiers pas dans l’initiation, et se trouvant dans un wagon de chemin de fer ou sur un vapeur, veut par la méditation pénétrer dans le monde spirituel, il se donne naturellement de la peine pour développer la force de vision et de contemplation qui l’élève vers ce monde spirituel, mais il constate que le monde ahrimanien emplit son être de tout ce qui s’oppose à cet élan vers le monde spirituel, et le combat est alors gigantesque. On peut le dire, c’est un combat intérieur à vivre dans le corps éthérique, un combat où l’on est pulvérisé, broyé. Ce combat, ceux qui n’ont pas fait les premiers pas de l’initiation le livrent aussi, naturellement, et la seule différence, c’est que celui qui a accompli ces premiers pas en est conscient. Chacun doit le livrer, chacun en vit les effets. Ce serait commettre la plus grave erreur que de dire : il faut se défendre contre tout ce que la technique a apporté dans la vie moderne, il faut se protéger contre Ahriman, il faut s’écarter de cette vie moderne. Le véritable remède consiste non pas à laisser s’affaiblir les forces de l’âme moderne et à se distancer de la vie moderne, mais au contraire à fortifier l’âme pour qu’elle puisse supporter cette vie. Garder son courage devant la vie moderne, voilà ce que demande le karma du monde, et c’est pourquoi la véritable science de l’esprit a ce caractère singulier : elle exige d’emblée de l’âme humaine des efforts, et même des efforts plus ou moins intenses.

On entend dire si souvent : oui, les livres traitant de la science de l’esprit dont nous disposons sont d’une écriture difficile, ils exigent qu’on fasse de vrais efforts, qu’on poursuive activement le développement des forces de son âme pour s’adapter vraiment à cette science de l’esprit. Des gens « pleins de bonne volonté » – je le dis entre guillemets – viennent constamment exprimer, devant les passages difficiles, le désir de faciliter un peu les choses à leur prochain, et veulent autant que possible – cette fois, je ne dis pas entre guillemets – vulgariser ce qui est écrit dans un style un peu malaisé. Mais la nature même de la science de l’esprit veut qu’elle pose des exigences à l’activité de l’âme, qu’en un certain sens on ne parvienne pas facilement à admettre son enseignement ; car dans son champ il ne s’agit pas seulement de recevoir ce qu’elle a à dire sur telle ou telle chose ; il s’agit de la façon dont on le reçoit : d’une âme active, en faisant des efforts, comme si – pardonnez-moi l’expression familière – comme s’il fallait assimiler la substance de la science spirituelle à la sueur de son âme. Ceci fait partie – excusez l’expression empruntée à la mécanique – de l’appareil de la science de l’esprit. Lorsqu’on fuit en quelque sorte les idées et les concepts difficiles que celle-ci propose, on révèle encore qu’on a mal compris ce qu’est son nerf véritable. Et combien d’humains les fuient, nous le savons bien, combien préfèrent de beaucoup rêver – que le Seigneur le donne aux siens dans leur sommeil ! – et préfèrent infiniment se faire dépeindre dès le début, en toutes sortes d’images de rêve, le monde spirituel, plutôt que de conquérir des connaissances par l’activité, par les efforts de la vie intérieure de l’âme.

Nous savons combien nombreux sont ceux qui préfèrent faire l’expérience de telle ou telle vision plutôt que de s’asseoir et d’étudier un livre traitant de thèmes difficiles de la science de l’esprit ; livre qui certes est fait pour parler aux forces de l’âme humaine endormies durant la vie diurne courante, qui donc stimule ce qui sinon reste inconscient en l’homme et par là le fait pénétrer de façon vivante dans le monde spirituel. La bonne démarche ne consiste pas à laisser se dérouler passivement la vie consciente en planant dans la pénombre, mais à faire effort pour traverser, dans l’activité de l’âme, le développement des pensées et des idées. Car, lorsqu’on s’adapte à ces développements de pensées et d’idées, lorsqu’on fait effort, qu’on les assimile vaillamment, on parvient grâce à cette adaptation active, courageuse, au degré où ne faire que théoriser, que penser, qu’admettre ce qui est ainsi donné, se transforme en une contemplation, en une véritable présence dans le monde spirituel. Mais ce qui pour nous découle de ces considérations et devient précisément une conception de la vie moderne, c’est qu’en raison du milieu que crée la technique, nous descendons dans une sorte de sphère ahrimanienne et nous nous laissons imprégner de spiritualité ahrimanienne.

Le plus terrible malheur se serait produit dans l’évolution de la terre si dans le passé des mesures n’avaient pas été prises en vue de ce que, conformément au karma du monde, l’humanité moderne doit vivre sous l’influence de cette spiritualité ahrimanienne. La vie se déroule et ne peut se dérouler autrement, diraisje volontiers, que selon un rythme pendulaire. Elle est vécue comme oscillant d’un côté à l’autre en un battement de pendule. On ne peut pas dire, par exemple : gardons-nous d’Ahriman ! – Car il n’existe pas de moyen qui permette de se garder de lui. Et quand quelqu’un aspire, par exemple, à se retirer dans une petite chambre où les couleurs lui conviennent aussi bien que possible, là où il n’y a pas d’usines et où il ne passe pas de trains, afin de se trouver tout à fait à l’abri de la vie moderne, il existe encore beaucoup, beaucoup d’autres voies pour faire pénétrer la spiritualité ahrimanienne dans son âme. Il se dérobe à la vie moderne, mais la spiritualité moderne trouve bien le moyen de l’atteindre. » (28 décembre 1914)75

Par ces exigences posées à l’homme moderne, on peut réellement avoir l’impression que Rudolf Steiner nous met au défi. D’une part il indiqua clairement que la technique fait obstacle sur le chemin d’évolution prévu pour l’homme, et d’autre part il ne s’est pas lassé de souligner que l’on ne pouvait, ni ne devait se soustraire à ces évolutions culturelles. Cette contradiction paradoxale pour la conscience habituelle est exprimée dans toute sa radicalité, dans la conférence du 6 octobre 1917 : « Depuis un temps qui n’est pas si éloigné, des impulsions culturelles qui n’existaient pas autrefois sont intervenues dans l’évolution, et qui sont très caractéristique de notre civilisation. Essayez seulement de vous transporter en pensée dans un passé relativement peu éloigné du nôtre. Vous constaterez par exemple que la machine à vapeur n’existait pas, qu’on n’utilisait pas l’électricité, ce sont des temps où tout au plus Léonard de Vinci, au moyen de réflexions et d’expériences, essayait de se représenter comment l’homme pourrait voler. Or, tout cela s’est trouvé réalisé en un temps relativement court. Songez combien de choses dépendent aujourd’hui de l’utilisation de la vapeur, de l’électricité, de l’aérodynamique, de la statique qui a permis la navigation aérienne. Pensez à tout ce qui, dans un passé récent, est intervenu dans l’évolution, au pouvoir de destruction de la dynamite, etc. et vous pourrez facilement vous représenter, d’après la rapidité du processus, que des choses de cette nature, plus extraordinaires encore, seront à l’avenir souhaitées par l’humanité.

Vous vous imaginerez facilement que l’idéal de l’humanité pour un proche avenir, ce n’est pas que les Goethe se multiplient, mais les Edison. Voilà en fait l’idéal de l’humanité actuelle. L’homme d’aujourd’hui croit que tout cela – télégraphe, téléphone, utilisation de la vapeur, etc. – se fait sans la collaboration d’entités spirituelles. Mais il n’en est pas ainsi. L’évolution de la civilisation se fait aussi avec la participation d’esprits des éléments, même si l’homme n’en sait rien. Ce ne sont pas seulement les pensées sécrétées par son cerveau – comme l’humanité matérialiste le croit – qui ont mené à construire le téléphone et le télégraphe, à faire circuler les machines à vapeur dans les champs et de par la terre ; tout ce que l’homme accomplit dans ce domaine se fait sous l’influence d’esprits élémentaires, qui agissent et collaborent en tous lieux. Dans ce domaine, ce n’est pas l’homme seul qui mène, il est mené. Dans les laboratoires, notamment partout où se manifeste l’esprit d’invention, les inspirateurs sont certains esprits élémentaires. Or, ceux de ces esprits qui donnent leurs impulsions à notre civilisation depuis le xviiie siècle sont de même nature que ceux dont se servent les dieux pour que s’accomplissent la naissance et la mort. C’est là un des secrets dont l’homme doit avoir connaissance.

La loi régissant la marche du monde – je l’ai nommée ainsi – veut que dans le déroulement de l’évolution, les dieux tout d’abord règnent sur un certain domaine des entités élémentaires ; ensuite, les hommes eux-mêmes pénètrent dans ce domaine et se servent de ces entités. Ainsi, tandis que dans le passé les esprits élémentaires de la naissance et de la mort servaient essentiellement les esprits divins qui guident le monde, ces esprits élémentaires sont – depuis un certain temps déjà – au service de la technique, de l’industrie, de l’activité commerciale. Il importe beaucoup que nous laissions agir sur notre âme, dans toute sa force et son intensité, cette vérité bouleversante. Il se passe là, à partir de la cinquième période de civilisation post-atlantéenne dans laquelle nous nous trouvons, quelque chose d’analogue à un fait sur lequel j’ai souvent attiré l’attention, et qui a eu lieu pendant la quatrième période atlantéenne. Durant la période atlantéenne en effet, les entités spirituelles divines qui dirigeaient l’évolution se servaient de certains êtres élémentaires, et cela jusqu’à la quatrième époque atlantéenne. Elles devaient s’en servir parce que dans un domaine plus proche de la terre, quelque chose d’autre devait être dirigé qui n’était pas la naissance et la mort. Rappelez-vous certaines descriptions que j’ai faites de l’époque atlantéenne. L’homme était, dans son être matériel, encore mobile, il pouvait, sous l’influence de sa psyché, devenir très grand ou rester un nain, son aspect extérieur se modelait sur son psychisme. Rappelez-vous tout cela. Aujourd’hui, le service qu’assurent auprès des dieux certaines entités élémentaires dans le déroulement de la naissance et de la mort est nettement visible ; autrefois, c’est durant toute la vie, alors que l’aspect extérieur était conforme à l’être intérieur, que certaines entités élémentaires servaient les dieux. Lorsque l’époque atlantéenne entra dans sa quatrième période, ce furent en quelque sorte les hommes qui devinrent maîtres de ces mêmes entités élémentaires que les dieux avaient auparavant employées pour la croissance et la configuration physionomique de l’homme dans ses grandes lignes. Les humains se rendirent maîtres de certaines forces divines et les utilisèrent. La conséquence en fut qu’à partir d’un certain moment de l’époque atlantéenne – vers le milieu environ – un homme pouvait à son gré nuire à son prochain en le maintenant par exemple à l’état de nain, ou en en faisant un géant ; ou encore, en agissant sur son développement physique, il faisait de l’intéressé un être intelligent – ou un idiot.

Ainsi, au milieu de l’époque atlantéenne environ, un terrible pouvoir était entre les mains de l’homme. Et vous savez, j’y ai rendu attentif, que ce secret ne fut pas gardé. Non pas qu’il ait été divulgué sous une impulsion mauvaise : une certaine loi régissant le cours de l’histoire universelle voulait que ce qui, auparavant, avait été la tâche des dieux, devienne celle des humains. Mais il en résulta un grand désordre et la nécessité de conduire la civilisation atlantéenne vers son déclin au cours des quatre ou plutôt des trois dernières périodes. Notre civilisation fut alors transportée en d’autres lieux, comme nous l’avons souvent exposé. Non sans toutes sortes de violences ; il vous suffit de vous rappeler les descriptions fréquemment données ici de ce qui s’est passé à l’époque atlantéenne. De façon analogue, ce qui était assuré par les entités au service des dieux sera remis entre les mains de l’humanité à partir de notre cinquième époque post-atlantéenne, donc pour les trois ou pour les deux périodes de civilisation de cette cinquième phase de l’évolution. Nous ne sommes encore qu’au début de cette mise en œuvre de la technique, de l’industrie, du commerce, à laquelle les esprits élémentaires de la naissance et de la mort mêlent leur influence et qui prendra de plus en plus d’importance et de force.

On ne peut en préserver l’humanité, car il faut que la civilisation progresse. Et celle de notre époque et de l’avenir doit être telle que les esprits élémentaires de la naissance et de la mort qui jusqu’à présent n’avaient agi que sur le développement et sur le déclin physique de l’homme, et sous la direction des dieux – que ces esprits élémentaires, avec les mêmes forces, agissent dans les champs de la technique, de l’industrie, du commerce, etc. À cette situation est lié quelque chose de bien déterminé. Je vous ai indiqué que ces esprits élémentaires sont en fait hostiles au bien-être des humains, que leurs intentions sont destructrices. Comprenons seulement la chose comme il convient, et ne nous abandonnons pas à l’illusion sur l’importance décisive de ce fait. Il faut que la civilisation progresse dans le domaine de la technique, de l’industrie, du commerce. Mais si elle progresse dans ce sens, elle ne peut pas servir le bienêtre des humains sur le plan physique, elle ne peut avoir sur ce bien-être qu’une action destructrice. C’est là une vérité désagréable pour ceux qui ne se lassent pas de se livrer constamment à de grands discours sur les progrès considérables, énormes, de la civilisation, parce qu’ils ont l’esprit abstrait et ignorent que l’évolution suit une courbe tantôt ascendante, tantôt descendante.

Et de même que ce que je vous ai décrit de l’époque atlantéenne a conduit à sa décadence pour qu’une nouvelle humanité puisse apparaître, la civilisation qui s’instaure actuellement avec son commerce, son industrie, sa technique, porte en elle des éléments qui amèneront la décadence de la cinquième époque terrestre. Et seul celui-là voit clair, voit les choses comme elles sont, qui s’avoue qu’avec tout cela nous commençons à travailler à ce qui doit amener la catastrophe. C’est cela, se plonger dans les nécessités d’airain. En adoptant une solution de facilité, on pourrait dire : Bien, alors je ne voyagerai pas sur les lignes électrifiées – on pourrait aller jusque-là, bien que les membres de la Société anthroposophique n’en viennent sans doute jamais à éviter d’utiliser le chemin de fer. Ce serait d’ailleurs une stupidité, une véritable stupidité. Car il ne s’agit pas de se préserver de quoi que ce soit, mais de se faire une idée claire des nécessités d’airain qui président à la marche de l’humanité. La civilisation ne peut suivre une ligne régulièrement ascendante, elle ne peut cheminer que par ondes tantôt montantes, tantôt descendantes. » (6 octobre 1917)76 Si l’on prend ces déclarations de Rudolf Steiner au sérieux, on ne peut que se sentir face à des tâches en apparence inconciliables : il nous faut d’un côté être conscient que tous les progrès techniques de l’humanité, par la nature des entités qui les inspirent et qui agissent à travers eux, ne peuvent pas s’avérer salutaires pour le bien des hommes, mais conduiront à une grande catastrophe mondiale, même si celle-ci ne survient que dans plusieurs millénaires. Et c’est pourtant ce qui doit justement se passer, car il s’agit d’une loi d’airain dans le cours de l’évolution du monde. Il serait donc complètement absurde de vouloir éviter ce progrès technique. Mais quelle conséquence aurait une telle conscience sur l’auto-appréciation de ceux dont le métier est fait de cette activité d’invention dont devons savoir, d’après Rudolf Steiner, qu’elle est inspirée par des entités mal intentionnées concernant le salut de l’humanité ? Aucun technicien, aucun ingénieur – et cela vaut probablement aussi pour ceux qui travaillent à la fabrication des armes, où ce serait le plus justifié – ne pense, au cours de ses activités, qu’il travaille à quelque chose qui ne peut servir le bien-être de l’humanité et ne pourra, au reste, que conduire à une grande catastrophe. Et s’il pensait ainsi, comment poursuivre ses activités ? Que celles-ci dussent être poursuivies, c’est une nécessité incontournable, selon Rudolf Steiner. Dans ce contexte, une autre question s’impose : en tant qu’êtres humains, aurions-nous une influence sur le rythme d’avancement de cette évolution technique et donc sur l’avènement de la catastrophe prévue pour la fin de l’époque post-atlantéenne de l’évolution terrestre ? Quel serait le rythme d’évolution adéquat et qui pourrait en décider ? Face à une telle question, notre incapacité à apporter une réponse qui ne soit pas empreinte d’une subjectivité émotive empreinte semble être en rapport avec une évolution qui s’est faite par la technique. Il s’agirait du développement d’un pragmatisme : nous ne pouvons plus reconnaître comme vrai que ce qui a fait ses preuves à l’extérieur, dans le monde autour de nous.

La complexité de la technique nous a conduits à ne plus ressentir intérieurement si une idée est juste, c’est-à-dire si elle correspond à la vérité. Par exemple, avant d’affirmer qu’il y une probabilité proche de 100% pour qu’un avion ne présente pas de défaut technique, il faut évidemment le vérifier par des tests d’ordre matériel. Personne n’embarquerait dans un avion qui n’a jamais volé, sur la simple foi du constructeur qui affirme avoir la certitude intérieure de sa fiabilité. Le 17 juin 1920, devant des étudiants de l’École polytechnique de Stuttgart, Rudolf Steiner s’exprima en ce sens et déboucha sur la constatation suivante : « Le sens de la vérité se suffisant à lui-même au sein de l’âme humaine, est détrôné » (17 juin 1920)77. Mais ce n’est pas tout. Selon Rudolf Steiner, c’est précisément cette expérience de ce qui se transmet à travers la technique qui pourrait indiquer, justement parce qu’elle en est dépourvue, l’élément spirituel complètement absent en son sein. C’est dans ce sens qu’il s’exprima de nouveau le 30 juin 1921 au discours de clôture d’un congrès de l’université de Darmstadt organisé par des jeunes gens : « Et si je parle ici spécialement aux futurs techniciens qui sont impliqués dans ce mouvement, il m’est permis de dire que cette implication au sein d’une activité technique me semble particulièrement significative pour un mouvement spirituel. Dans le monde, les choses se développent de façon polaire.

Ce qu’il y a de plus élevé dans la manière de penser scientifique, le technicien le vit dans la conception, il le vit dans la construction, il le vit au laboratoire. En faisant couler les lois de la nature dans le monde extérieur, en élaborant la technique, nous approchons notre âme de ce qui est dépourvu d’esprit ; mais le cœur humain s’approche de tout. L’âme humaine et l’esprit humain pénètrent dans cette sphère. C’est justement avec la sensibilité technique que le ressenti et la pensée doivent être orientés vers le pôle opposé, vers la spiritualité qui parcourt et tisse le monde.

La technique est particulièrement appropriée, du fait qu’elle pénètre le plus profondément dans le monde sensoriel extérieur, à nous renvoyer au pôle opposé, celui de la spiritualité. Je crois donc que des futurs techniciens, justement, peuvent dégager beaucoup de cette force qui peut apporter une contribution essentielle à la mise en place d’une mentalité spirituelle, d’une vision du monde spirituelle pour le développement de l’humanité. » (30 juin 1921)78 Rudolf Steiner a encore traité du thème de la technique et de l’électricité dans la dernière de ses Lignes directrices79 : « De la nature et de la sous-nature ». Il écrit : « L’homme doit trouver la solidité, la force intérieure de connaissance pour ne pas être dominé par Ahriman dans la civilisation technique. La sous-nature doit être comprise en tant que telle. Elle ne peut l’être que si l’être humain s’élève dans la connaissance spirituelle au moins aussi loin dans la sur-nature supra-terrestre qu’il est descendu dans la sous-nature au sein de la technique. » Et : « L’électricité doit être reconnue dans sa force, qui consiste à conduire de la nature à la sous-nature. L’être humain ne doit pas être entraîné dans cette descente. » Et encore : « Et c’est justement en accueillant par la connaissance cette spiritualité à laquelle les puissances ahrimaniennes n’ont aucun accès, que l’être humain sera renforcé pour faire face à Ahriman dans le monde. »

 Steiner Rudolf, Die Erkenntnis der Seele und des Geistes, Rudolf Steiner Verlag, 1984 (GA 198, non traduit) Steiner Rudolf, Drames - Mystères, Triades, 2008 (GA 14) Steiner Rudolf, Geisteswissenschaftliche Behandlung sozialer und pädagogischer Fragen, Rudolf Steiner Verlag, 1991 (GA 192, non traduit) Steiner Rudolf, Heilfaktoren für den sozialen Organismus, Rudolf Steiner Verlag (GA 198, non traduit) Steiner Rudolf, L’Âme humaine et les entités divines, EAR, 2006 (GA 224) Steiner Rudolf, L’Apocalypse de Jean, Triades, 2009 (GA 104) Steiner Rudolf, L’Art à la lumière de la sagesse des Mystères, EAR, 1987 (GA 275) Steiner Rudolf, L’Homme, les animaux et les êtres élémentaires, Triades, 2010 (GA 230) Steiner Rudolf, La Chute des esprits des ténèbres, Triades, 1994 (GA 177) Steiner Rudolf, La Légende du Temple et l’essence de la franc-maçonnerie, Novalis, 1999 (GA 93) Steiner Rudolf, La Liberté de penser et les mensonges de notre époque, Triades, 2000 (GA 167) Steiner Rudolf, La Mort métamorphose de la vie, EAR, 2012 (GA 182) Steiner Rudolf, Le Christianisme et les Mystères antiques, EAR (GA 8) Steiner Rudolf, Le Devenir humain, EAR, 2008 (GA 206) Steiner Rudolf, Le Karma de la profession, Triades, 2004 (GA 172) Steiner Rudolf, Leçons ésotériques, Tome 3, EAR, 2008, p 406 (GA 266c) Steiner Rudolf, Les Êtres universels et l’essence du moi, EAR, 2004 (GA 169) Steiner Rudolf, Les Exigences sociales fondamentales de notre temps, Dervy, 1997 (GA 186) Steiner Rudolf, Lignes directrices de l’anthroposophie, Novalis (GA 26) Steiner Rudolf, Perspectives du développement de l’humanité, EAR, 2004 (GA 204) Steiner Rudolf, Polarité entre l’éternel et l’éphémère dans la vie humaine, EAR, 2000 (GA 184) Steiner Rudolf, Soziale Verständnis aus geisteswissenschaftlicher Erkenntnis, Rudolf Steiner Verlag, 1989 (GA 191, non traduit) Steiner Rudolf, Spirituelles Erkennen - Religiöses Empfinden - Kultisches Handeln, Rudolf Steiner Verlag (GA 343, non traduit) Steiner Rudolf, Vom Wesen des wirkenden Wortes, Rudlf Steiner Verlag, 1994 (GA 345, non traduit) Steiner Rudolf, Vorträge bei der Begründung der Christengemeinschaft, Rudolf Steiner Verlag (GA 344, non traduit) Steiner Rudolf, Zeitgeschichtliche Betrachtungen, Das Karma der Unwahrhaftigkeit – Erster Teil, Rudolf Steiner Verlag, 2. Auflage, 1978 (GA 173, non traduit) Unger Georg, Über mechanischen Okkultismus, in Mitteilungen aus der anthroposop

Posté par rusty james à 21:21 - - Permalien [#]
Tags : ,


PROGRAMMATION SPIN Mnemotic : UNE TECHNIQUE DE CONTRÔLE MENTAL par Algorithme Magique

vhnf

Le document suivant a été présenté à la Sixième conférence clinique occidentale sur la personnalité multiple et la dissociation, Irvine, CA. 
John D. Lovern, Ph.D. 2141-B West Orangewood Avenue Orange, Californie 92668-1941  

RÉVISÉ. 5 février 1993

Abstrait

L'information obtenue cliniquement auprès de sept patients ayant des personnalités multiples et ayant des antécédents de sévices rituels a révélé une technique coercitive inconnue des psychothérapeutes. Cette technique appelée «programmation par rotation» semble conçue pour répandre des effets tels que la douleur, les émotions douloureuses et autres sensations ou pulsions globales dans le système de la personnalité du patient pour concevoir ou construire le système de personnalité d'une jeune victime ou harceler des victimes plus âgées. perturber la psychothérapie. La programmation de spin semble être basée sur une combinaison de spinning physique, d'entraînement cognitif et d'imagerie, et de répétition et de pratique visant à créer un «mécanisme» de rotation interne multi-alter. qui peut transmettre la douleur ou les composantes affectives de nombreux souvenirs traumatiques simultanément à de grands groupes d'altérations ciblées. Cet article présente les signes et les symptômes couramment observés chez les patients soumis à des programmes de spin, les méthodes d'entraînement apparemment utilisées pour créer des programmes de spin, et une analyse des forces et des faiblesses de la programmation de spin.

Programmation Spin: Une Technique de Contrôle Mental Systématique

Cette vieille magie noire m'a dans son charme, cette vieille magie noire que tu tisses si bien. Ces doigts glacés le long de ma colonne vertébrale, la même vieille sorcellerie quand tes yeux rencontrent les miens, ce même vieux picotement que je sens à l'intérieur, et puis cet ascenseur commence sa course: De bas en haut je pars. 'rond et' rond je vais, comme une feuille qui est prise dans une marée (...) Chérie, de haut en bas je vais, 'rond et' rond je vais, dans un tour, aimer le spin je suis, sous cette vieille magie noire appelée amour.

Johnny Mercer, (c) 1942, 1969

La discussion de l'abus rituel comme cause du trouble de la personnalité multiple est un phénomène assez récent (Coons et Grier, 1990, Ganasway, 1989, Hassan, 1990, Kluft, 1989, Commission du comté de Los Angeles pour les femmes, 1989, Mayer 1991, Neswald Gould, & Graham-Costain, 1991 et Van Benschoten, 1990). L'utilisation du terme «abus rituel» repose ici sur la définition développée par la Commission du comté de Los Angeles pour les femmes (1989):

Abus rituelest une forme brutale d'abus d'enfants, d'adolescents et d'adultes, consistant en abus physique, sexuel et psychologique, et impliquant l'utilisation de rituels. Rituel ne signifie pas nécessairement satanique. Cependant, la plupart des survivants déclarent qu'ils ont été abusés rituellement dans le cadre du culte satanique dans le but de les endoctriner dans des croyances et des pratiques sataniques. L'abus rituel consiste rarement en un seul épisode. Il implique généralement des abus répétés sur une longue période de temps. L'abus physique est sévère, incluant parfois la torture et la mort. L'abus sexuel est généralement douloureux, sadique et humiliant, conçu comme un moyen de dominer la victime. L'abus psychologique est dévastateur et implique l'utilisation d'un rituel / endoctrinement, qui comprend des techniques de contrôle de l'esprit et des drogues psychotropes, et les rituels / intimidations qui transmettent à la victime une terreur profonde des membres de la secte et des esprits diaboliques qu'ils croient que les membres de la secte peuvent commander. Pendant et après l'abus, la plupart des victimes sont dans un état de terreur, de contrôle mental et de dissociation dans lequel la divulgation est extrêmement difficile. (page 1)

Le sujet de l'abus rituel est controversé (Kluft, 1989), et plusieurs auteurs ont mis en doute la crédibilité des rapports d'abus rituel ou ont conseillé la prudence dans l'interprétation des comptes généralement non corroborés (Gonsway, 1989; et Van Benschoten, 1990). Cet article évite de prendre position sur l'exactitude des témoignages cliniquement dérivés de l'abus rituel, et présente simplement des informations qui ont été mises en évidence de manière cohérente et répétée pendant une psychothérapie intensive avec un certain nombre de patients ayant des antécédents d'abus rituel.

L'information présentée ici est offerte dans l'espoir de mettre à disposition des découvertes découvertes et préliminaires qui pourraient être utiles à certains membres de la communauté psychothérapeutique et pourrait stimuler des recherches supplémentaires par certains membres de la communauté scientifique. L'information est certes trop récente, dérivée d'un trop petit échantillon, et trop peu étayée par d'autres chercheurs pour être présentée comme un fait. Néanmoins, la description de la programmation par centrifugation, si elle est valide, apporte un éclairage précieux sur les techniques employées par les auteurs d'abus rituels et fournit des informations importantes sur la façon dont les problèmes fréquemment rencontrés chez

La programmation

Les thérapeutes travaillant avec des victimes d'abus rituels découvrent souvent (ou rencontrent des preuves convaincantes) que leurs patients ont été soumis à des techniques sophistiquées de contrôle mental, souvent appelées «programmation», conçues pour les contraindre à faire diverses choses, notamment en adoptant des comportements autodestructeurs. comme le suicide ou l'automutilation; permettre l'accès aux auteurs afin que les abus puissent continuer; répondre à divers signaux, tels que des sons, des signaux de la main, des lumières, des noms ou des chiffres, etc., en effectuant des comportements spécifiques ou des chaînes de comportement; perturber la psychothérapie de plusieurs façons, y compris le vol de pensée ou le brouillage, les explosions d'émotions variées (colère, dépression, terreur, jalousie, apathie, etc.) et l'éloignement du thérapeute (par crainte du thérapeute, tenter de protéger le thérapeute contre tout préjudice causé par autrui ou par le patient lui-même ou lui-même, etc.). Neswald, Gould et Graham-Costain (1991) fournissent une liste et des descriptions d'un certain nombre de programmes typiques d'abus rituel.

Les patients ayant des antécédents d'abus rituel révèlent souvent que des techniques de programmation leur ont été appliquées dans au moins deux buts distincts: (a) une programmation récente ou récente visant à harceler ou perturber la psychothérapie, et (b) une programmation précoce (souvent à la naissance) ), en tant que moyen par lequel les programmeurs ont conçu et construit l'ensemble des systèmes de personnalité de leurs victimes afin de les atteindre et de les garder sous leur contrôle. Une technique a récemment été mise au jour qui semble avoir été utile à la fois pour le harcèlement / la perturbation et pour la construction du système. La technique est basée sur la rotation.

hchncfh

Sources d'information pour ce document

Cet article est basé sur des informations qui sont apparues lors de séances de psychothérapie dans lesquelles l'auteur était le thérapeute ou, dans certains cas, un co-thérapeute. Les patients, dont il y en avait sept, portaient tous un diagnostic de trouble complexe de la personnalité multiple et avaient des histoires rituelles bien définies et uniformément exprimées par des sectes sataniques ou similaires. Ils avaient été en thérapie intensive pendant au moins un an avant de divulguer des informations sur la programmation de spin. Elles étaient toutes de sexe féminin et avaient entre vingt-cinq et trente-cinq ans. Leurs niveaux d'éducation allaient de deux années de collège à des maîtrises. Ils étaient tous blancs, la majorité étaient mariés et un peu plus de la moitié travaillaient à plein temps. Ils ont divulgué certaines des informations sur la programmation par centrifugation au cours de conversations où ils et leurs thérapeutes faisaient un «brainstorming» sur leurs histoires de programmation. Ils révélaient le reste spontanément (généralement en faisant leurs découvertes entre les sessions) ou en réponse à des interrogations directes. en ce qui concerne les dangers de les diriger en suggérant directement ou indirectement les réponses souhaitées. Avant qu'une information sur la programmation des spins et les phénomènes associés puisse apparaître dans cet article, elle devait être vérifiée par des expériences et des rapports comparables d'au moins deux patients. Dans la plupart des cas, l'information a été vérifiée par tous les patients, avec seulement des variations mineures.

Description de la programmation de spin

SPECIFIC VERSUS CIBLAGE GLOBAL DES PROGRAMMES

Les programmeurs semblent s'appuyer sur certains critères pour décider quelles stratégies de contrôle mental ils vont sélectionner. Un critère significatif est spécifique par rapport à global, c'est-à-dire s'il vise à cibler un seul alter (ou un petit groupe défini d'altères) d'une manière spécifique, ou le système entier (ou une grande partie) d'une manière globale . La programmation basée sur spin est une technique de programmation ciblée globalement. Les programmeurs l'utilisent apparemment lorsqu'ils ont l'intention de diffuser un effet dans une grande partie du système de la personnalité de la victime, ou dans tout le système.

Exemples de types d'effets qui peuvent se propager de cette façon: douleur physique, confusion, dépression, pulsions suicidaires ou autodestructrices, aliénation, apathie, désespoir, peur de l'abandon ou du rejet, panique, terreur, envie de fuir, jalousie , le doute, la suspicion, la rage, les pulsions violentes, l'excitation sexuelle, la léthargie, l'immobilité, la somnolence, l'insomnie, la faim, la perte d'appétit et l'envie de consommer de la drogue ou de l'alcool. Les programmeurs peuvent répandre ces effets à travers un système de personnalité comme une méthode pour perturber le fonctionnement total de la personne, ou ils peuvent utiliser la possibilité de les répandre comme une menace pour faire respecter les directives ou les interdictions qu'ils ont émises.

Les programmes Spin sont également utiles dans la construction du système, à la fois en raison de leur capacité à transmettre rapidement des informations à l'intérieur ou à travers un système de personnalité, et en raison de leur capacité à établir des relations de pouvoir entre alters et groupes d'altères. La manière dont ces liens et relations de pouvoir sont établis sera expliquée dans la section sur les méthodes de formation.

SIGNES ET SYMPTÔMES DES PROGRAMMES SPIN

Les patients qui subissent les effets immédiats d'un programme de rotation actuellement activé ont tendance à présenter un certain nombre de caractéristiques typiques. Ces caractéristiques comprennent: des effets globaux, des symptômes se manifestant comme une «tempête», de la pression, des étourdissements, un sentiment de rotation à l'intérieur, des mouvements physiques liés à l'expérience interne du filage et des images et du vocabulaire liés au filage.

Effets globaux . Lorsqu'un patient est affecté par un programme spécifiquement ciblé, il ou elle expérimente typiquement un ou un petit nombre d'altérations ayant des émotions ou des pulsions ou manifestant des comportements, alors que la plupart ou toutes les autres altérations restent inchangées. Le patient pourrait dire, par exemple, «Quelqu'un à l'intérieur veut couper» ou «Joey se sent suicidaire». Lorsqu'un programme basé sur le spin est actif, chaque alter e avec qui le thérapeute parle souffrira probablement des mêmes symptômes ou de symptômes similaires. À ce moment-là, le patient pourrait dire: «Tout le monde dans le système est déprimé;« Aucun d'entre nous n'a d'espoir, d'énergie ou d'intérêt pour quoi que ce soit »ou« Nous sommes tous terrifiés à l'idée de nous abandonner.

Symptômes de tempête . L'expérience de traiter avec un patient programmé par centrifugation est, pour le patient et le thérapeute, un peu comme sortir d'une tempête. Les averses de douleur, d'affect ou d'impulsion tendent à croître en intensité, à monter en crescendo, à maintenir ce pic pendant un certain temps, puis à diminuer graduellement avant de finalement se calmer. Presque tous les changements dans le système sont provoqués par le «vent et la pluie» de la tempête, souvent sans comprendre pourquoi ces effets se produisent, et font de leur mieux pour minimiser les dommages jusqu'à ce que la tempête passe.

Pression . Comme on le verra dans une section ultérieure, l'entraînement au spin repose en partie sur le conditionnement du patient pour connecter, par la cognition et l'imagerie, l'expérience de la rotation avec des accumulations internes de force centrifuge. Lorsque les programmes de rotation sont actifs, les altères affectés subissent subjectivement des niveaux élevés de force ou de pression, comme s'ils étaient assis sur le bord extérieur d'un disque en rotation rapide. Ils se sentent submergés par cette pression, ils ne peuvent pas résister et ils se plaignent souvent de symptômes qui seraient causés par une pression interne croissante, comme des maux de tête qui semblent provoquer une explosion de la tête de l'intérieur, une perturbation de la parole , problèmes de vision et phénomènes similaires.

Vertiges . Comme la rotation interne associée à la programmation de spin augmente en vitesse et en force, les patients se plaignent souvent de vertiges. À ce moment-là, ils ressentent littéralement les sensations causées par la rotation initiale, parce qu'ils vivent une revivification planifiée (c.-à-d., Produite par l'intervention des agresseurs) ou un retour en arrière de cet événement.

Sens de Spinning en interne. En plus des vertiges, les patients qui font l'expérience de programmes d'essorage actifs remarquent souvent un sentiment d'essorage interne ou commentent que «tout semble tourner». S'ils ne mentionnent pas spontanément ce sentiment, ils l'admettront souvent lorsqu'ils seront interrogés, par exemple, en répondant par l'affirmative: «Vous sentez-vous comme si quelqu'un à l'intérieur filait un kilomètre à la minute?

Les mouvements physiques . Lorsque la rotation interne est la plus intense, les patients se déplacent souvent de manière à ce qu'une personne puisse bouger physiquement. Ces mouvements ont tendance à être rythmiques et répétitifs, ils peuvent impliquer n'importe quelle partie du corps, et ils sont subtils et peuvent échapper à l'attention du thérapeute à moins que le thérapeute ne les cherche. Par exemple, un patient peut regarder fixement ou sembler tressaillir ou fermer les yeux, puis bouger la tête ou le haut du corps très légèrement et rythmiquement d'un côté à l'autre, en avant et en arrière, ou dans un mouvement circulaire. Les pieds ou les mains et les bras sont aussi souvent impliqués dans ces mouvements. Les mouvements tendent à être plus lents, plus lisses, plus fluides, plus subtils, plus réguliers et rythmés que les mouvements «nerveux» typiques.

Imagerie et vocabulaire liés au spinning.Lorsqu'ils décrivent leurs sensations subjectives pendant un programme de spin actif, les patients utilisent souvent des images ou des mots liés à l'expérience de la rotation, peut-être parce que ces images et ces mots sont des descriptions littérales de leurs expériences. entraînement de spin. Les patients peuvent utiliser ce type d'imagerie spontanément pendant les séances ou dans des écrits ou des dessins produits en dehors des séances, ou ils peuvent seulement les décrire en réponse aux questions. Les mots typiques utilisés incluent: tourbillon, tourbillon, tourbillon, tornade, cyclone, abîme, chute, noyade, naufrage, être tiré ou aspiré, être soufflé ou tiré ou explosé, culbuter, hurler, tourbillonner, tourbillonner et tourner. Les images visuelles typiques comprennent des dessins représentant les idées énumérées ci-dessus et divers gribouillis qui seront décrits plus tard dans la section sur l'entraînement. Certains alters ont des noms assignés par le programmeur liés au spinning (par exemple, Spinner,) qui est un nom qui a été attribué de manière indépendante à des altérations dans les systèmes de personnalité de plusieurs patients différents).

Méthodes d'entraînement

Concours de la douleur. La douleur comme pouvoir. et Multiples dans Multiples. Une patiente a révélé il y a quelque temps, lors d'une séance de psychothérapie, que les altérations les plus puissantes dans son système étaient celles qui avaient le plus souffert. L'exploration subséquente de cette notion, combinée à l'abréaction de souvenirs de «concours de douleur» a finalement mené à la découverte de la programmation par centrifugation.

Beaucoup de patients ayant des antécédents d'abus de sectes ont dû endurer des concours dans lesquels ils et une autre personne ont reçu une douleur progressivement croissante jusqu'à ce que l'un d'entre eux (le perdant) ne pouvait plus le supporter. Généralement, un seul alter a été autorisé à rester dehors pendant le combat, ou bien pire abus suivrait. L'exigence selon laquelle un seul modificateur subsisterait avait de profondes ramifications, ce qui conduirait à la supposition que cette condition (un seul changement restant), et non le résultat du concours, était le but principal des compétitions.

Afin de rester en permanence au lieu de laisser le corps à une succession d'altérations à commutation rapide (le schéma le plus typique de dissociation pendant un traumatisme), l'unique alter devait créer un groupe d'altères internes à qui il pouvait envoyer la douleur. Le résultat typique de ce type d'expérience semble être la création d'un analogue interne du trouble de personnalité multiple, ou un «multiple au sein d'un multiple».

En d'autres termes, tout comme les expériences traumatiques en général peuvent conduire à la création d'un certain nombre d'altérations dans un corps «extérieur» pour produire un trouble de personnalité multiple, ce type spécifique d'expérience peut créer un phénomène similaire, constitué d'un nombre d'altère "dans" l'alter subissant le concours. Cependant, comme l'autel n'a pas de corps physique, les alters nouvellement créés n'existent pas nécessairement "à l'intérieur", mais coexistent avec ou près de l'alter original dans l'espace interne - le "monde intérieur")

Une source de pouvoir interne découlant de cet arrangement provient de la capacité de l'alter original à envoyer de la douleur à son prochain niveau d'altération à l'intérieur du multiple dans un sous-système multiple, lui permettant de les intimider en menaçant d'activer un retour de flamme. la formation initiale, les forçant ainsi à revivre la douleur. Le multiple d'un sous-système multiple pris comme une unité est plus puissant que les autres, car il possède ou est capable de posséder des capacités plus grandes et plus variées qu'un seul alter pourrait produire.

Représentation graphique. Un autre patient, après avoir examiné un dessin d'une structure d'arbre qui était ma tentative grossière de décrire le lien entre la transmission de la douleur et la puissance (Figure la), a suggéré que le dessin devrait être circulaire plutôt qu'arboré (Figure lb). L'altère original, selon cette nouvelle vue, était situé au centre d'un cercle d'altères, et l'anneau ou les anneaux d'altères entourant cet altère comprenaient le multiple au sein d'un système multiple, les altérations secondaires pouvant se dissocier davantage en créant des altérations. Elle a également indiqué que son système de personnalité entier, et pas seulement le multiple individuel au sein de systèmes multiples, était organisé dans ce type de réseau circulaire constitué d'anneaux concentriques, les plus puissants étant situés à le centre.

spinprog_image001

Figure 1.  Arbres et diagrammes circulaires illustrant la répartition de la douleur parmi les altérations lors des concours de douleur

Arbre et diagrammes circulaires représentant la distribution de la douleur parmi les altères lors des concours de douleur

Ce patient est alors devenu visiblement effrayé, déclarant que certains altérés internes ont senti que je ne pouvais pas être une personne sûre parce que j'en savais trop. Des discussions subséquentes avec d'autres patients sur ce sujet et d'autres sujets liés à la programmation par ordinateur ont suscité des réactions similaires de leur part; il semble que les informations sur la programmation par centrifugation soient hautement secrètes et non pas "étrangères".

Cependant, malgré ses craintes, cette patiente a divulgué plus d'informations à la prochaine session, révélant que son système contenait un certain nombre d'altères formés pour créer des systèmes de personnalités multiples internes, et que les altérations de ces systèmes recevaient souvent une formation supplémentaire. les dans un mécanisme coordonné, d'autosurveillance et d'auto-correction conçu pour utiliser la rotation interne pour envoyer la douleur (et d'autres expériences) à de grands groupes d'alteurs en dehors de leur système. Les discussions avec tous les patients (les deux mentionnés ci-dessus, plus les cinq autres) ont fourni le reste des détails comprenant ce document.

Stratégie globale de formation.

Selon les révélations des patients, l'entraînement au spin commence à un âge précoce, peut-être trois ou quatre ans, voire plus jeune. La formation semble utiliser une combinaison de trois éléments de base: (a) la création de systèmes internes de personnalités multiples (par des concours de douleur et des expériences similaires) dont les altères sont séparés et formés pour faire des systèmes internes des mécanismes autorégulateurs; (b) la rotation réelle à la fois pour enseigner aux expéditeurs les sensations de la rotation afin qu'ils puissent la recréer intérieurement et pour les forcer à tourner intérieurement afin d'éviter les sensations extrêmement douloureuses de la rotation externe «réelle»; et (c) l'entraînement cognitif et l'imagerie pour construire et renforcer les liens entre les recréations internes de l'expérience de la filature et l'envoi de la douleur comme moyen d'y échapper. Parallèlement à cela, les connexions sont également établies et renforcées entre la vitesse, la force centrifuge, et l'intensité de la douleur et d'autres sentiments qui sont filés. En outre, une certaine programmation est nécessaire pour convaincre les changeurs de tourner qu'ils ne sont pas connectés aux autres altères dans le système, afin qu'ils ne se sentent pas coupables de blesser quelqu'un à propos de qui ils se soucient du matériel doit être disponible pour "nourrir" dans le spin mécanisme, et ce matériel se compose d'un grand nombre de souvenirs dissociés qui contiennent la douleur et d'autres sentiments capables d'agir comme des punitions ou des sources de perturbation. Enfin, il peut y avoir une programmation supplémentaire pour créer des contrôles sur des choses telles que le matériel à filer, quand et dans quelles conditions il doit être filé, à quels groupes ou à quels groupes il doit être ciblé,

Spinning réel.

Tous les patients ont rapporté avoir vécu de nombreuses expériences de spunis rituels tout au long de leur vie. Tout en étant filés, ils étaient invariablement drogués, généralement avec des médicaments sédatifs ou hypnotiques ainsi que des anti-nausées, souvent montrés ou forcés à regarder des lumières blanches ou colorées ou à écouter de la musique ou des rythmes, souvent avec des instructions verbales, et parfois d'autres types de douleur (en plus de la douleur extrême de la rotation). La rotation était de divers types, y compris le filage horizontal sur une table, semblable à un tourne-disque; rotation horizontale autour d'un axe, semblable à être tourné sur une broche; rotation verticale de type "roue de la fortune"; et rotation verticale autour d'un axe, sur un poteau, suspendu à l'envers par les pieds, ou à l'intérieur d'un cylindre.

Les patients qui ont éprouvé beaucoup de filature ont un certain nombre de sensibilités qu'ils ne comprennent habituellement pas jusqu'à ce qu'ils soient conscients d'avoir été filés. Par exemple, de nombreux patients sont très perturbés par les lumières clignotantes, car ils ressemblent aux lumières qu'ils doivent regarder lorsqu'ils sont tournés. Pour des raisons similaires, ils sont également souvent dérangés en regardant des couleurs qui changent rapidement ou des mouvements circulaires et tourbillonnants de toute sorte, ainsi que par certains types de musique.

Les programmeurs tirent apparemment parti de ces sensibilités en simulant la rotation quand il serait impossible (en raison de l'indisponibilité de l'équipement, etc.) de faire tourner une victime, ou quand ils veulent intimider un individu réticent en le menaçant de tourner comme une punition . Par exemple, des lumières changeant rapidement à travers le champ visuel de la victime peuvent très bien ramener l'expérience complète d'une rotation réelle passée. L'exposition à d'autres stimuli qui accompagnent la rotation, tels que des paroles ou de la musique, peut également déclencher des expériences de rotation.

Les agresseurs déclenchent la reviviscence des événements traumatisants en profitant des moyens de leurs victimes de faire face au traumatisme. Lorsqu'une victime subit un événement douloureusement traumatisant ou terrifiant, y compris l'administration de médicaments pour améliorer l'apprentissage dépendant de l'état, la victime dissocie l'expérience en la décomposant en composantes (comme dans le modèle BASK: Braun, 1988a, 1988b). Les agresseurs enregistrent apparemment le contenu de ces expériences dissociées et savent quels sont les aspects dont ils doivent rappeler les victimes afin d'en faire revivre une partie ou une partie. En introduisant simplement une telle indication à la victime, les agresseurs peuvent initier l'expérience de la filature.

Les composantes dissociées de toute mémoire traumatique semblent capables d'être déplacées d'un alter à l'autre, permettant de «collecter» la douleur ou la composante affective de dizaines d'expériences qui contiennent des éléments similaires (p. Ex. Douleur physique, terreur, abandon, chagrin, etc. .), les nourrir dans le fileur, et ainsi répandre des quantités massives de ces sentiments à travers le système de la personnalité ou à des groupes ciblés d'altères.

Aides visuelles, démonstrations et exercices pratiques.

Tous les patients ont rapporté avoir observé comme enfants (ou quand la formation de rotation a été faite, si plus tard que l'enfance) un large éventail de démonstrations visaient apparemment à leur apprendre à réfléchir et à effectuer la rotation de manière avantageuse pour les programmeurs. Par exemple, plusieurs patients rapportent avoir observé des dispositifs mécaniques, tels que des centrifugeuses ou des dispositifs similaires à ceux que l'on voit parfois dans les foires qui fabriquent des images en étalant de la peinture avec une force centrifuge; les gens, tels que les danseurs «derviches tourneurs» qui sont faits (vraisemblablement par des drogues et des effets spéciaux) semblent avoir l'impression de pouvoir tourner si vite qu'ils deviennent flous; et des leçons d'objet, telles que les personnes qui sont torturées ou tuées pour avoir échoué à tourner correctement.

Les patients rapportent aussi avoir passé beaucoup de temps en tant qu'enfants (encore une fois, ceux qui sont programmés en tant qu'enfants) à pratiquer la rotation à un niveau conscient. Par exemple, ils ont pu tourner furieusement au moment du jeu, mais le filage a été fait avec sérieux, pas pour s'amuser. Ils peuvent également avoir été impliqués dans des activités organisées qui impliquaient le spinning, comme des leçons de ballet ou de patinage artistique.

Dessins et griffonnages.

Tous les patients ont déclaré avoir rempli ou décoré de nombreuses pages au cours des premières années de leur enfance (encore une fois seulement celles dont la formation a débuté dans l'enfance) à l'âge adulte avec des griffonnages qui sont étonnamment similaires chez les individus. , les tirant encore et encore sans raison apparente. Certains thèmes relient ces griffonnages. Beaucoup d'entre eux illustrent clairement le filage, comme les dessins de tornades tournantes (figure 2a). D'autres suggèrent seulement de tourner, comme des spirales qui peuvent être rondes (Figure 2b), rectangulaires (Figure 2c), ou triangulaires (Figure 2d), mais elles représentent également un mouvement ou une transmission vers l'extérieur à partir du centre. Enfin, d'autres doodles représentent le mouvement ou la transmission d'une unité liée à une autre, sans rotation,

 

gif du film johnny mnemonic 

mnemonic-meme

 

images (1)

 

images

 

a travers ses mnemonics subliminale on y incorpore des sigils satanique tres puissant comme ceci le film qui parle de ce phenomene est joué par keanu reeves johnny mnemonic le film est assez explicite quand a la methode d'implementation d'effet de spin dans l'esprit de celui qui y est soumis lors de visualisation de programme tv qui s'appelle programme pour programation ceci est clair ...

jgjg

b857c0835ffddc49f1aa079efb30019a--occult-tattoo-witchcraft-tattoos

066a338ce3c27bc1bf4c166f7bdbfe40

2a9aa1c1a08adb61a7dc00dd04c44fd3

 

Doodles fréquemment dessinés par des patients avec des histoires de programmation de spin.

Le gribouillage semble être destiné à renforcer par la répétition et la visualisation les leçons apprises à travers l'apprentissage cognitif et l'imagerie. Les griffonnages peuvent être produits par des alteurs entraînés comme des filateurs, ou ils peuvent être produits par d'autres pour être vus par les filateurs, comme des rappels à la fileuse pour maintenir leurs compétences et leur vigilance.

Formation cognitive et imagerie.

Les programmeurs combinent apparemment l'entraînement à la transmission de la douleur, la rotation réelle, les démonstrations visuelles et les griffonnages avec des instructions verbales détaillées qui contiennent une grande quantité d'images visuelles vives. Cette formation se déroule sur une période de plusieurs années, avec d'innombrables répétitions et variations, de sorte que l'effet global est très puissant. La poussée de toute cette formation semble être de transmettre plusieurs idées clés aux filateurs et autres altères, de sorte qu'ils acceptent ces idées sans poser de question comme leur réalité actuelle.

Tout d'abord, les fileurs doivent apprendre à tourner à l'intérieur, tout comme ils le faisaient pendant leur rotation dans le corps. Souvent, ils apprennent à devenir un objet tournant, comme une tornade ou une toupie. Autrement dit, leur représentation interne du soi (ou du corps interne), telle que vue par eux-mêmes et par les autres altérations, est un objet en rotation (du moins pendant la rotation ou pendant la rotation accélérée). Ensuite, ils doivent lier l'expérience du filage interne avec l'envoi de la douleur, des émotions et d'autres sentiments à d'autres altérations, de sorte que deux expériences soient inséparables et indiscernables. Enfin, ils doivent lier la vitesse de leurs spins à la force centrifuge, de sorte que plus ils tournent rapidement, plus la force avec laquelle ils envoient la douleur ou d'autres sentiments est forte et irrésistible.

Un ensemble supplémentaire d'idées est important pour communiquer aux filateurs pour que les programmes tournants soient efficaces. Le premier d'entre eux a à voir avec les fileurs se sentir bien (ou ne pas se sentir mal) à propos de la filature. Afin de se sentir bien dans la filature, les fileurs doivent se sentir séparés des autres altérateurs, et considérer les autres altères comme méritant les sentiments douloureux qu'ils reçoivent à la suite du filage. Les rapports des patients montrent clairement que les programmeurs enseignent et renforcent ces idées. Il est également utile pour les filateurs de dériver des sentiments de compétence et de fierté à propos de leur rotation. Par conséquent, les programmeurs récompensent apparemment la bonne rotation avec des éloges et d'autres renforts. Ensuite, les spinners doivent être convaincus qu'ils n'ont que deux choix quand un programme d'essorage est activé: soit ils doivent tourner, ou ils éprouveront toute la douleur eux-mêmes; mais, s'ils tournent, ils ne ressentiront aucune douleur. Les programmeurs enseignent apparemment ces leçons aussi. Enfin, il est avantageux de protéger les fileurs contre tout contact avec des loutres ou des étrangers, qui pourraient leur communiquer des informations susceptibles de leur permettre de penser par eux-mêmes. Par conséquent, les programmeurs ont souvent mis en place un cercle de gardiens autour des filateurs ou imposé d'autres mesures de sécurité.

Routes de transmission.

Lorsque les patients ont commencé à décrire des concours de douleur, on croyait que le but de ces épreuves était d'établir des voies de transmission pour la rotation de la douleur. Bientôt, il est devenu clair que, au contraire, ils ont été conçus pour créer plusieurs dans plusieurs systèmes qui seraient formés pour devenir des mécanismes tournants. Cette conclusion a laissé ouverte la question de savoir comment les voies de transmission sont établies. L'enquête supplémentaire des patients sur cette question n'a pas fourni de réponses concluantes, mais la seule hypothèse qui «se sent bien» pour la plupart d'entre eux est que la douleur est envoyée selon les lignées, c'est-à-dire les liens entre les altérés des altérations antérieures , qui se sont séparés d'altères plus tôt, etc., en remontant à la base ou des personnalités proches. Si c'est vrai, alors soit les spinners apprennent comment localiser et envoyer la douleur à des altérations proches du noyau, soit ils sont eux-mêmes des altérateurs proches du noyau qui ont été sélectionnés pour l'entraînement au spin en raison de leur position dans la généalogie interne. La deuxième alternative semble être la plus probable.

Systèmes d'essorage autorégulateurs.

On pourrait penser qu'il serait très difficile pour un programmeur de contrôler un multiple dans un système multiple. Plus que le nombre désiré d'altérations peut être créé pendant l'abus initial, laissant le programmeur avec un problème de disposition. Des modifications peuvent être créées qui ne sont jamais découvertes par le programmeur, et sont dans des positions susceptibles de résister ou de perturber les plans du programmeur. Le nombre d'altérations et la complexité de leurs interrelations rendraient difficile pour un programmeur de garder une trace du comportement des altérations individuelles et des interactions entre elles. Les programmeurs répondent apparemment à tous ces problèmes en imposant une structure rigide et une discipline stricte. Ils contrôlent les traits de personnalité des altérés et d'autres attributs, où et avec qui ils vivent dans le monde interne, qui peuvent communiquer avec qui,

Le résultat des efforts de contrôle des programmeurs semble être un système d'altération complexe et autorégulateur, auquel sont assignés des rôles et des devoirs spécifiques, qui est régi par un système soigneusement conçu de freins et de contrepoids. Certaines fonctions sont essentielles à la filature, et il semble y avoir une certaine uniformité entre les patients en termes de fonctions qui sont utilisées pour modifier et comment les altérateurs sont autorisés ou forcés à interagir.

La première étape dans la création d'un système de spin semble être de diviser le groupe d'altères composant le système, ne les gardant que vaguement conscients, s'ils en ont conscience, de l'existence des autres. Ils semblent être placés dans des endroits spécifiques dans le monde interne, déterminés par les rôles qu'ils occupent. Ceux qui occupent le même rôle ou un rôle correspondant sont souvent semblables les uns aux autres par d'autres moyens, tels que tous étant des enfants d'un âge donné, tous étant du même sexe ou étant tous des animaux altérés. Ils peuvent également avoir des compétences similaires ou d'autres attributs, comme avoir appris un art du spectacle, avoir été formé aux capacités psychiques, ou appartenir à une figure de culte spécifique qui les «aime». Au fur et à mesure que des systèmes de spins supplémentaires sont créés, les altères provenant d'autres systèmes de spins occupant les mêmes rôles sont placés aux mêmes endroits.

Les fonctions clés qui doivent être accomplies pour tourner efficacement sont les suivantes: Bien sûr, il devrait y avoir un alter qui tourne. Il devrait également y avoir un alter qui localise, obtient et déplace les composants de la mémoire dissociés afin qu'ils puissent être tournés par le spinner. Il devrait y avoir un contrôleur ou un coordinateur du processus global. Il devrait y avoir des informateurs qui signalent aux programmeurs si d'autres personnes remplissent leurs fonctions, y compris d'autres informateurs. Il devrait y avoir des punisseurs qui punissent les mauvais comportements, y compris d'autres punisseurs, et un qui peut punir même le fileur (qui autrement est imperméable à la douleur). Il devrait y avoir une «clé» ou un access access qui permette aux programmeurs d'entrer dans le système, d'obtenir des informations et de faire des ajustements.

Les rôles et les lignes de communication et d'influence au sein d'un tel système peuvent être représentés graphiquement dans certains cas, avec des lignes représentant les voies de communication et les points d'intersection représentant les altères qui occupent les rôles essentiels. Le résultat est une figure géométrique tridimensionnelle ressemblant à un cristal.

Utilitaire de programmation Spin

La programmation par rotation a des applications évidentes pour les programmeurs qui conçoivent et construisent des systèmes de personnalité. Le pouvoir des filateurs ou ceux qui les contrôlent, et la menace de souffrance qu'ils véhiculent, les établissent intérieurement comme des autorités à obéir. Les réseaux (apparemment de descendance) le long desquels les filateurs envoient la douleur et d'autres expériences représentent des divisions naturelles dans l'ensemble. système que les programmeurs peuvent programmer séparément et utiliser à des fins spécifiques, telles que l'espionnage / l'information, le renforcement de la discipline interne, les comportements sexuels, les comportements cérémoniels, etc. Les programmes de spin peuvent contribuer à unifier un système et séparer les groupes les uns des autres. Il y a sans doute beaucoup d'autres façons dont la programmation par ordinateur peut faciliter le développement du système.

Le harcèlement et la perturbation de la thérapie sont faciles à réaliser avec la programmation par centrifugation. Par exemple, une seule brève session de programmation est capable de mettre en place un spinner pour réagir chaque fois qu'il remarque que le thérapeute a un comportement prévisible en mettant en branle un mouvement furieux des émotions contenues dans des dizaines d'expériences traumatiques dissociées du rejet de l'enfance. et l'abandon. Le patient est alors susceptible de percevoir le thérapeute comme ayant un comportement d'abandon et de rejet, et par conséquent, la thérapie peut être dominée par un détournement sans fin d'autres problèmes afin de traiter le problème plus subjectivement pressant (pour le patient) de la la peur et la blessure que ressent le patient. Et la rotation peut continuer pendant des jours, des semaines ou des mois.

Importance de la programmation Spin

La programmation par rotation doit être d'une importance immense, si l'on en juge par le temps et l'énergie que les programmeurs semblent consacrer à la création et au maintien de ces programmes tout au long de la vie de leurs victimes. Une autre indication de l'importance centrale de ce type de programmation est la méfiance manifestée par de nombreux patients lorsque le sujet est initialement abordé. C'est évidemment du "matériel classifié". Ces facteurs, plus la puissance évidente de la programmation par centrifugation comme technique de construction du système et de harcèlement / perturbation, indiquent que ce type de programmation est une méthode fondamentale de contrôle de l'esprit utilisée sur les victimes d'abus rituel. Par conséquent, il doit être abordé en psychothérapie avec les victimes d'abus rituel. En réalité,

Points forts de la programmation Spin

Les programmes basés sur le spin présentent un certain nombre de points forts du point de vue des programmeurs. Ils ont été difficiles à détecter, car les thérapeutes ne connaissaient pas les programmes tournés à l'échelle mondiale comme un type distinct de stratégie de programmation. Les réactions créées par les programmes d'essorage, si elles ne sont pas identifiées comme telles, sont susceptibles d'être mal étiquetées en tant que traits limites ou «problèmes de transfert», apportant peu ou pas de bénéfice au patient. Les stratégies de confinement (utilisant l'hypnose ou la visualisation) qui fonctionnent bien pour arrêter ou empêcher les flashbacks de programmes spécifiquement ciblés sont souvent inutiles avec les programmes de spin, à cause du volume des souvenirs activés par un programme de spin et de la force du spin. Travailler avec les altères affectés est difficile en raison de la longueur, formation intensive d'attitude contre la communication avec les étrangers qu'ils ont reçu; en raison du fait qu'ils sont gardés pour empêcher le contact; parce qu'ils craignent d'éprouver de la douleur s'ils ne l'abandonnent pas, combinée à l'immédiateté du soulagement de la douleur s'ils le font; et en raison de la puissance, ou puissance perçue, de la rotation.

En général, lorsque les thérapeutes tentent de gérer un programme d'essorage, ils ont probablement l'impression d'être aux prises avec une machine compliquée et puissante. En fait, c'est essentiellement ce qu'ils font. Les programmes Spin «se sentent» très différents des programmes spécifiquement ciblés. Beaucoup d'autres sont impliqués dans des programmes tournants, ils sont beaucoup mieux formés et plus automatisés et mieux coordonnés dans leur fonctionnement, et les opérations des programmes sont bien mieux protégées contre les tentatives de les altérer ou de les compromettre. En tant que tels, ils représentent un formidable défi pour les thérapeutes et les patients.

Faiblesses de la programmation de spin

Malgré la puissance et la complexité des programmes d'essorage, ils sont néanmoins susceptibles d'intervention thérapeutique. Avec patience, engagement et compassion, un thérapeute astucieux travaillant en étroite collaboration avec un patient créatif et motivé peut graduellement faire une entorse à ce genre de programme et éventuellement le surmonter en exploitant ses faiblesses inhérentes.

La première faiblesse est le fait que toutes les altérations programmées, y compris les filateurs, les gardes, les contrôleurs, et tous ceux qui font partie du mécanisme de rotation, sont des personnalités "coupées du même tissu" que le reste du système. de la raison et de l'émotion. Les alteurs comprenant le mécanisme de rotation peuvent activement observer les informations entrantes et y réagir en commençant la rotation, en prenant des décisions sur le moment de bloquer le contact extérieur ou en punissant ceux qui ne coopèrent pas avec le programme; par conséquent, ils peuvent raisonner. Les fileurs sont souvent fiers d'être bons à filer, et ils sont compétents pour faire tourner des émotions douloureuses afin de les éviter; par conséquent, ils sont capables de ressentir de l'émotion. Si un thérapeute ou un assistant interne peut établir une communication avec ces altères, la voie leur est ouverte pour corriger leur compréhension cognitive actuelle et limitée de leurs situations et options en apprenant de nouveaux faits, et pour vouloir changer ce qu'ils font en prenant conscience de leurs sentiments à ce sujet. Ils sont également capables d'émotions positives, et ils sont susceptibles d'être privés de et affamés pour eux. Par conséquent, ils sont susceptibles, une fois contactés, de répondre favorablement aux soins et aux préoccupations.

La deuxième faiblesse est le fait qu'une grande partie de la formation qui compose la programmation par centrifugation est conditionnée par opposition à l'inconditionnement, c'est-à-dire basée sur l'apprentissage associé ou cognitif par paires. Par conséquent, des changements cognitifs tels que la conscience de la façon dont le conditionnement a été fait peuvent faciliter la rupture des connexions rapidement. Les connexions et les croyances qui peuvent être brisées de cette manière comprennent le lien entre le filage externe et le filage interne; le lien entre la rotation interne et l'envoi de la douleur et d'autres sentiments; le lien entre la vitesse de rotation interne, la force centrifuge, et l'irrésistibilité de la douleur et d'autres sensations qui sont émises; l'illusion que les filateurs sont séparés du reste du système; la fierté d'être bon à filer; et la conviction qu'ils n'ont qu'un nombre limité d'options. La troisième faiblesse réside dans le fait que la programmation par centrifugation est construite sur une accumulation d'expériences dissociées individuelles qui peuvent être détruites l'une après l'autre jusqu'à ce que le fondement du mécanisme d'essaimage soit complètement miné. Trois groupes de souvenirs dissociés peuvent être abordés: les expériences d'entraînement originales des filateurs et des autres participants à la filature; les expériences traumatiques à partir desquelles la douleur ou les composants affectifs sont recueillis et introduits dans le mécanisme de rotation; et les programmes indiquant aux filateurs ce qu'il faut filer et dans quelles conditions commencer à filer. Trois groupes de souvenirs dissociés peuvent être abordés: les expériences d'entraînement originales des filateurs et des autres participants à la filature; les expériences traumatiques à partir desquelles la douleur ou les composants affectifs sont recueillis et introduits dans le mécanisme de rotation; et les programmes indiquant aux filateurs ce qu'il faut filer et dans quelles conditions commencer à filer. Trois groupes de souvenirs dissociés peuvent être abordés: les expériences d'entraînement originales des filateurs et des autres participants à la filature; les expériences traumatiques à partir desquelles la douleur ou les composants affectifs sont recueillis et introduits dans le mécanisme de rotation; et les programmes indiquant aux filateurs ce qu'il faut filer et dans quelles conditions commencer à filer.

La quatrième et la plus grande faiblesse de la programmation par centrifugation est aussi sa plus grande force: la complexité du système d'altération et les freins et contrepoids qui les contrôlent. Un thérapeute astucieux peut éventuellement avoir accès à des individus qui occupent les différents rôles, soit directement ou indirectement, et ensuite les éduquer sur leur trahison par leurs programmeurs, sur la compassion qu'ils pourraient ressentir envers la souffrance des autres altères dans leur système (au lieu de la haine ou la méfiance qu'on leur a appris à ressentir), sur leur unité ultime avec les autres (au lieu de la séparation qui leur a été imposée), et sur la façon de joindre leurs forces pour résister.

Résumé  

Les techniques télévisuelles pour vous plonger dans une transe hypnotique

Cet article décrit la programmation par centrifugation, un type d'abus qui, jusqu'à récemment, était inconnu des psychothérapeutes, mais qui a manifestement été utilisé par les abuseurs rituels pendant de nombreuses années - au moins quatre décennies, et probablement beaucoup plus longtemps. Il est possible que la plupart ou peut-être tous les patients ayant des antécédents d'abus rituel aient été soumis à une programmation par centrifugation. Les patients qui sont nés dans des sectes qui pratiquent des abus rituels (par opposition à avoir été recrutés plus tard dans la vie) sont probablement plus susceptibles d'avoir une programmation de spin expérimentée, et leur programmation de spin est susceptible d'être à la fois plus intensive et plus sophistiquée.

La programmation de spin présente de formidables obstacles pour la psychothérapie. Il est évident que, par le passé, le manque de sensibilisation et de compréhension de la programmation thérapeutique par la communauté thérapeutique a contribué à de nombreux problèmes de thérapie et qu'une guérison complète a probablement été impossible sans faire face à ce type de technique de contrôle mental.

Nous espérons que ce document apportera un service précieux en mettant à la disposition des thérapeutes des informations pouvant contribuer à des découvertes significatives pour leurs patients et permettre leur guérison complète, tout en fournissant des hypothèses vérifiables aux chercheurs intéressés par l'abus rituel.

Les références

Braun, BG (1988a). Le modèle de dissociation BASK (comportement affect, sensation, connaissance). Dissociation, 1, 4-23.

Braun, BG (1988b). Le modèle de dissociation BASK: applications cliniques. Dissociation, 1, 16-23.

Coons, PM, et Grier, F. (1990). Trouble factice (type Munchausen) impliquant des allégations d'abus rituel satanique: Un rapport de cas. Dissociation, 3, 177-178.

Ganaway, GK (1989). La vérité historique contre la vérité narrative: Clarifier le rôle du traumatisme exogène dans l'étiologie du trouble de la personnalité multiple et de ses variantes. Dissociation, 2, 205-220.

Hassan, A. (1990). Lutter contre le contrôle de l'esprit du culte. Rochester, VT: Park Street Press.

Hill, S., & Goodwin, J. (1989). Satanisme: Similitudes entre les récits des patients et les sources historiques pré-Inquisition. Dissociation, 2, 39-44.

Kluft, RP (1989). Éditorial: Réflexions sur les allégations d'abus rituel. Dissociation, 2, 191-193.

Commission du comté de Los Angeles pour les femmes. (1989, septembre). Rapport du groupe de travail sur les abus rituels: abus rituel, définition, glossaire, utilisation du contrôle mental. Los Angeles, CA: Auteur.

Mayer, RS (1991). Les enfants de Satan: Les studios de cas dans la personnalité multiple. NY: GP Putnam s & Sons.

Neswald, DW, Gould, C. et Graham-Costain, V. (1991, septembre / octobre). "Programmes" communs observés chez les survivants de l'abus rituel satanique. California Therapist, pp. 47-50.

Noll, R. (1989). Satanisme, enlèvements d'ovnis, historiens et cliniciens: ceux qui ne se souviennent pas du passé ... (Lettre à l'éditeur). Dissociation, 2, 251-253.

Van Bensehoten, SC (1990). Trouble de la personnalité multiple et abus rituel satanique: La question de la crédibilité. Dissociation, 3, 22-30.

Posté par rusty james à 21:20 - - Permalien [#]
Tags :

L'enseignant qui aidé ses élèves pauvres remporte le prix d'un million de dollars

téléchargement (62)

Peter Tabichi est un professeur de sciences originaire d'une région rurale du Kenya. Il a reversé la majeure partie de son salaire à certains de ses élèves les plus défavorisés afin qu'ils puissent poursuivre leurs études avec un peu moins de stress. Plus tôt cette année, Tabichi a été reconnu comme le meilleur enseignant du monde et a remporté un prix d'un million de dollars.

Pendant des années, Tabichi a enseigné les sciences à l'école secondaire mixte Keriko, dans le village de Pwani, et a donné 80% de son salaire à des élèves dans le besoin pour qu'ils puissent s'offrir des uniformes et des livres. Certains élèves de Tabichi marchent jusqu'à quatre milles pour assister à un cours, car c'est leur seule opportunité pour l'éducation.

Après avoir accepté le prix, Tabichi a déclaré espérer qu’un meilleur accès à l’éducation permettrait aux jeunes d’Afrique d’avoir un meilleur avenir.

«En tant qu'enseignant travaillant en première ligne, j'ai vu les promesses de ses jeunes: leur curiosité, leur talent, leur intelligence, leur conviction. La jeunesse africaine ne sera plus freinée par de faibles attentes. L'Afrique produira des scientifiques, des ingénieurs, des entrepreneurs dont les noms seront un jour célèbres dans le monde entier. Et les filles joueront un rôle important dans cette histoire », a déclaré Tabichi, selon la BBC .

Tabichi faisait partie des 10 000 autres enseignants de 179 pays nommés pour le prix.

Les juges ont noté que ses élèves avaient montré une amélioration incroyable malgré un manque extrême de ressources à l'école. Tabichi devait obliger ses élèves à se rendre régulièrement dans un cybercafé pour des visites de terrain afin de pouvoir obtenir les informations scientifiques les plus récentes.

Il était également confronté à d'autres contraintes, telles que les classes de grande taille, souvent le double de la taille recommandée. Il est aussi parfois difficile de garder les enfants à l'école, car les familles ne croient pas toujours que c'est nécessaire, en particulier pour les filles, qui devraient devenir mères à un jeune âge.

«C'est le matin en Afrique. Les cieux sont clairs. La journée est jeune et il y a une page blanche à écrire. C'est l'heure de l'Afrique » , a déclaré Tabichi.

Beaucoup de ses étudiants sont allés au collège, ce qui n’était pas ce à quoi on aurait normalement pensé compte tenu des circonstances. Ils ont également connu du succès lors de concours scientifiques nationaux et internationaux et ont reçu des prix d'organisations prestigieuses telles que la Royal Society of Chemistry au Royaume-Uni.

Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a félicité Tabichi en déclarant: « Peter - votre histoire est celle de l'Afrique, un jeune continent regorgeant de talents. Vos étudiants ont montré qu'ils pouvaient rivaliser avec les meilleurs scientifiques, les technologies et tous les domaines de l'activité humaine. »

 

Posté par rusty james à 20:54 - - Permalien [#]
Tags :

LES BATTERIES DE CHANVRE SONT PLUS PUISSANTES QUE LE LITHIUM ET LE GRAPHÈNE

téléchargement (7)

Le chanvre est une culture incroyablement polyvalente. Non seulement il peut être utilisé à des fins industrielles, pour l'habillement, la nourriture et le papier, mais de nouvelles recherches suggèrent que les piles au chanvre sont encore plus puissantes que le lithium et le graphène.

L'expérience a été menée par Robert Murray Smith et a été discutée sur sa chaîne YouTube relativement populaire. Smith a commencé par observer une courbe en volts par ampères des piles au chanvre et au lithium. Étonnamment, la puissance sous la cellule de chanvre était de 31, tandis que celle de la pile au lithium avait une valeur de seulement 4 .

Smith ne prétend pas avoir prouvé quoi que ce soit. Il affirme plutôt que les résultats de l'expérience montrent simplement que les performances de la cellule de chanvre sont «significativement meilleures» que celles de la cellule au lithium. Regardez la vidéo ci-dessous:

Cette découverte n'est pas nouvelle. En 2014, des chercheurs aux États-Unis ont découvert que les fibres résiduelles - «shiv» - de cultures de chanvre pouvaient être transformées en super-condensateurs «ultra-rapides», «meilleurs que le graphène». Pour ceux qui l'ignorent, le graphène est un matériau de carbone synthétique unique. est plus léger que la feuille, ainsi que pare-balles. La principale limite d'utilisation est la faisabilité. Heureusement, le chanvre coûte un millième du prix du graphène.

«Les gens me demandent: pourquoi le chanvre? Je dis, pourquoi pas? »A déclaré le Dr Mitlin. «Nous fabriquons des matériaux similaires au graphène pour un millième du prix - et nous le faisons avec des déchets.»


Au cours de l'expérience de 2014, l'équipe, dirigée par le Dr David Mitlin de l'Université Clarkson à New York, a «cuit» les restes de fibres libériennes - l'écorce interne de la plante qui aboutit généralement dans des décharges - en nanofeuilles de carbone. Ce processus s'appelle la synthèse hydrothermale. 

Les fibres ont ensuite été recyclées en supercondensateurs, ou dispositifs de stockage d'énergie, qui ont modifié le mode d'alimentation des composants électroniques. Les batteries conventionnelles stockent de grands réservoirs d'énergie et s'alimentent goutte à goutte. Les supercondensateurs, quant à eux, déchargent rapidement toute leur charge. De ce fait, ce dernier est idéal pour les machines nécessitant de fortes puissances.

«Les gens me demandent: pourquoi le chanvre? Je dis, pourquoi pas? »A déclaré le Dr Mitlin. «Nous fabriquons des matériaux analogues au graphène pour un millième du prix.»

Selon Mitlin, «vous pouvez faire des choses vraiment intéressantes avec les biodéchets» . Avec les pelures de banane, par exemple, «vous pouvez les transformer en un bloc de carbone dense - nous l'appelons pseudo-graphite - et c'est excellent pour les batteries sodium-ion. Mais si vous regardez la fibre de chanvre, sa structure est l’inverse: elle produit des feuilles de grande surface, ce qui est très propice aux supercondensateurs. ”

Une fois que l'écorce a été cuite, «vous dissolvez la lignine et la semicellulose, ce qui laisse ces nanofeuilles de carbone - une structure de pseudo-graphène». Les supercondensateurs résultants fonctionnent dans une large plage de températures et à une densité d'énergie élevée.

L' article de journal examiné par les pairs classe le dispositif « à égalité ou meilleure que les dispositifs commerciaux à base de graphène».

«Ils fonctionnent à 0 ° C et affichent certaines des meilleures combinaisons énergie-énergie répertoriées dans la littérature pour tous les types de carbone » , a expliqué Mitlin. «Par exemple, à une densité de puissance très élevée de 20 kW / kg (kilowatt par kilo) et à des températures de 20, 60 et 100 ° C, les densités d'énergie sont de 19, 34 et 40 Wh / kg (wattheures par kilo). respectivement. " Une fois complètement assemblé, la densité d'énergie est de 12 Wh / kg, ce qui peut être obtenu avec un temps de charge inférieur à six secondes .

En 2018, la société de moto électrique texane Alternet a annoncé qu'elle s'associerait à Mitlin pour propulser des motos pour sa filiale ReVolt Electric Motorbikes. De toute évidence, le chanvre est une ressource précieuse et polyvalente. Alors que la culture est décriminalisée, d’autres entreprises vont peut-être emboîter le pas et aider à faire la transition de notre planète vers une énergie durable. 

Posté par rusty james à 20:45 - - Permalien [#]
Tags : , ,

les liens existant entre la fluoration de l'eau et les troubles cérébraux et à un QI moins élevé

téléchargement (61)

De nouvelles preuves ont  établi un lien entre le fluorure  et d’autres produits chimiques et des troubles cérébraux. Quels autres effets inconnus ce sous-produit industriel ajouté à notre alimentation en eau pourrait-il avoir? Un examen de l'histoire sombre de la fluoration de l'eau révèle des ramifications potentiellement inquiétantes pour la conscience humaine.

Des recherches récentes ont permis de remettre en lumière la pratique controversée de la fluoration de l'eau, révélant ainsi les  liens existant entre la fluoration de l'eau et les troubles cérébraux , notamment en ce qui concerne ses effets sur les enfants.

Chose troublante, le rapport a révélé que les effets secondaires ne provenaient pas seulement de l'ingestion directe par les enfants, mais également de concentrations plus élevées de produits chimiques tels que le fluorure dans le sang et l'urine des femmes enceintes, ce qui était lié à des troubles cérébraux et à un QI moins élevé chez leurs enfants. Dans de nombreux cas, les modifications déclenchées peuvent être permanentes. Ces preuves contredisent de  fausses déclarations de sceptiques selon  lesquelles l'ingestion de fluorure à faible concentration n'a aucun effet néfaste sur notre santé.

Est-il donc étonnant que seuls sept pays dans le monde fluorent plus de 50% de leur eau? Bien que cela soit souvent décrit en Amérique comme si chaque pays le faisait, cela est très loin de la vérité. En fait, les États-Unis représentent plus de 50% de tous les buveurs d'eau fluorés dans le monde, tandis que la  grande majorité des pays européens,  par exemple, évitent totalement cette pratique.

Alors, qu'est-ce que le fluor et pourquoi quelques pays continuent-ils à injecter ce produit chimique controversé dans leur eau de boisson publique? Quelles conséquences ses effets secondaires pourraient-ils avoir sur le développement humain?

 

Comment est née la fluoration de l'eau

Bien que l’on admette généralement que le  fluorure est toxique  à fortes doses, une tendance est apparue au XXe siècle pour ajouter ce produit chimique à de l’eau de boisson à des doses jugées «sûres». Où cette tendance a-t-elle vu le jour?

Vous serez peut-être surpris d'apprendre qu'apparemment, le premier cas d'introduction intentionnelle de fluorure de sodium dans de l'eau potable  s'est déroulé dans les ghettos allemands des années 30 et 40 , puis peu de temps après dans les camps de concentration nazis *. force et résilience des dents de leurs prisonniers; alors, quelle pourrait être la véritable raison de la fluoration de l’eau? Quels effets cela a-t-il vraiment sur nous? Et pourquoi des pays comme les États-Unis le font-ils encore?

Voyons maintenant comment la fluoration de l'eau a commencé en Amérique. Un chercheur du Mellon Institute financé par Alcoa Company a recommandé pour la première fois la fluoruration de l’eau aux États-Unis en 1939. Considérant qu’Alcoa avait des déchets toxiques, un sous-produit de l’aluminium, également connu sous le nom de fluorure, aurait tout intérêt à trouver un moyen de vendre et d’éliminer de cela, cela pourrait-il vraiment être une coïncidence? Le rapport a convaincu les dentistes et le grand public que la fluoration de l'eau était bénéfique pour nos dents. Avec cela, que ce soit intentionnel ou non, l’industrie a trouvé un moyen de se débarrasser des déchets toxiques et même d’être payée pour l’éliminer - en la vendant pour la rejeter dans les réserves d’eau publiques.

En 1946, un avocat et un ancien conseil d’Alcoa fut nommé à la tête du Service de santé publique des États-Unis. Peu de temps après, il a veillé à ce que «l'expérience» de fluoration de l'eau soit en grande partie incontestée et non contrôlée par toute étude ou recherche publique réelle et reçoive rapidement une prime privée de 750 000 USD d'Alcoa. En dollars d'aujourd'hui, cela représente entre 6,89 et 55,3 millions de dollars , selon la méthode utilisée pour tenir compte de l'inflation.

Mais certaines personnes ont identifié un programme plus sinistre derrière la fluoruration de l’eau qui va au-delà de la cupidité et de la commodité apparentes. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Charles Elliot Perkins, chercheur en chimie, biochimie, physiologie et pathologie, fut envoyé en Allemagne pour prendre en charge leurs usines de produits chimiques. Il écrivit plus tard  en réponse  à ce qu'il avait vu et entendu lors de son séjour là-bas: «Le but réel de la fluoration de l'eau est de réduire la résistance des masses à la domination et au contrôle ainsi que la perte de liberté… Des doses répétées de quantités infiniesimales de fluor réduire le pouvoir de l'individu de résister à la domination en empoisonnant lentement et en narco-transformant cette partie du tissu cérébral, et de le rendre soumis à la volonté de ceux qui souhaitent le gouverner. "

Comment le fluorure supprime la conscience

Parenchyme de la glande pinéale avec calcifications. Attribution: Utilisateur Wiki Difu Wu.

Mais comment un produit chimique déversé dans l’alimentation en eau agit-il réellement sur ceux qui l’ingèrent au fil du temps? La consommation de fluorure de sodium affecte notre corps de nombreuses façons, mais un des aspects sur lequel nous allons nous concentrer dans cet article est que le  fluorure de sodium calcifie la glande pinéale . La scientifique britannique Jennifer Luke a  publié une étude  révélant que les dépôts de fluorure avaient tendance à s'accumuler dans la glande pinéale et à la calcifier. En outre, une  étude de 450 pages sur la toxicité du fluor  publiée par le Conseil national de recherches en 2006 a révélé que le fluorure produisait une gamme d'  effets secondaires négatifs. y compris la «diminution de la production de mélatonine» et «d’autres effets sur la fonction pinéale normale, ce qui pourrait à son tour contribuer à une variété d’effets chez l’homme».

Les scientifiques, mais aussi les mystiques, ont également exploré les effets de la glande pinéale en nous (sous différents angles): physiquement, elle joue un rôle important dans la  régulation des habitudes de sommeil et du développement sexuel ; spirituellement, on dit que c'est un lien entre le corps et l'âme et certains l'appellent notre «troisième œil». Quoi qu'il en soit, lorsque la glande pinéale est calcifiée par du fluorure de sodium, elle ne peut évidemment pas fonctionner correctement. Cela pourrait avoir de graves effets physiques et spirituels sur l'humanité.

Il y a plus dans le corps humain que son appareil physique. Ceci est largement évident dans des phénomènes tels que les expériences de mort imminente, dans lesquelles des personnes ont raconté avoir vécu l'expérience alors que leur cerveau et leur corps étaient cliniquement morts. Cependant, pendant que nous sommes ici physiquement, les composants spirituels dépendent de l'appareil physique pour fonctionner correctement et ainsi communiquer et participer activement au monde physique. Lorsqu'un siège important de la conscience tel que la glande pinéale ne peut pas fonctionner correctement, par extension logique, la conscience elle-même ne peut pas fonctionner correctement en nous, car les moyens physiques avec lesquels elle fonctionne dans le monde ont été endommagés.

Ainsi, non seulement la consommation de fluorure a des effets néfastes sur la santé et facilite apparemment le contrôle des gens (comme le croyaient les nazis), mais il est également possible d'empêcher l'essence même de ce que nous sommes, notre conscience, de se manifester dans nos vies. Notre conscience contient tous les sentiments spirituels tels que l'amour, la paix, le bonheur et la liberté, ainsi que des expériences mystiques et des facultés psychiques. La conscience nous donne la capacité d'être «ici», «éveillé» et présent psychologiquement.

Il y a des agents sinistres dans le monde et au-delà qui souhaitent voir la conscience supprimée. Il semble y avoir un mal derrière la fluoruration de l’eau qui va au-delà de la simple commodité, et les conséquences vont au-delà des effets réputés du fluorure de rendre un peuple docile qui remettrait en question des choses douteuses (telles que la fluoruration de l’eau - malgré son ironie). Au niveau le plus profond, il s'agit de la capacité individuelle d'une personne à éveiller sa conscience et à expérimenter son plein potentiel.

Remarques finales

Il y a plus de dix ans déjà, en novembre 2003, les États-Unis avaient adopté la loi sur l'eau, qui  interdisait aux sociétés des eaux de faire l'objet d'audiences civiles ou pénales pour avoir ajouté du fluorure à l'approvisionnement public en eau . Il devient de plus en plus difficile de modifier à grande échelle des pratiques telles que la fluoration de l'eau lorsque des personnes exerçant un contrôle politique, militaire et juridique appliquent ce type de mesures. Heureusement, les gens ont toujours la capacité de  prendre des mesures pour éviter le fluor  

Posté par rusty james à 20:33 - - Permalien [#]
Tags :

Shell brûle de grandes quantités d’éthane car elle ne peut pas le vendre

fuel-reserves

La société pétrolière Shell brûle de grandes quantités d’éthane car elle ne peut pas le vendre à son client habituel, qui est une usine située sur la même propriété, propriété d’ExxonMobil. Le site est officiellement connu sous le nom de «Mossmorran» et est utilisé par de nombreuses sociétés pétrolières et gazières. Les résidents à proximité de la propriété où brûle l'éthane se plaignent de la pollution, de la lumière et du bruit provenant du site.

 

Les résidents espéraient que l'incendie ne se produirait que pendant une courte période, mais l'usine d'ExxonMobil ne sera de nouveau opérationnelle qu'au moins en novembre. L'usine est actuellement en cours de construction et coûtera au moins 140 millions de livres. Elle devrait durer jusqu'en novembre. Jusque-là, Shell a l'intention de continuer à utiliser le combustible, insistant sur le fait qu'ils n'ont nulle part où le stocker et qu'il n'a d'autre choix que de le brûler.

Selon la  BBC , un porte-parole des liquides de gaz naturel de Shell Fife a déclaré: « L’usine d’éthylène Fife (ExxonMobil) est actuellement le principal client de l’éthane fourni par l’usine de traitement des liquides de gaz naturel de Shell Fife et transforme l’éthane en éthylène. Nos fusées éclairantes brûlent l'excès d'éthane, car l'usine d'éthylène de Fife n'est actuellement pas disponible pour recevoir l'éthane et le transformer en éthylène.

«Nous avons pris des mesures au sein du système d'approvisionnement de la mer du Nord (SEGAL) pour aider à gérer la situation et explorons activement d'autres points de vente d'éthane lors de la fermeture temporaire. Cependant, le volume pris par l’usine d’éthanol Fife est important et toute solution est susceptible de contenir un volume plutôt que le volume total d’éthane produit par l’usine Fife Natural Gas Liquids », ajoute le communiqué.

Les brûlures durent depuis des mois et rendent la vie horrible pour la communauté environnante. Cependant, le site suscite la frustration des habitants et des militants écologistes depuis de nombreuses années, car ce type d'activité est malheureusement extrêmement répandu.

Les résidents ont posté des vidéos sur les médias sociaux, montrant comment les feux de l'usine éclairent le ciel la nuit.

 

 

La société insiste sur le fait que les incendies sont sécuritaires et fortement contrôlés, mais toute la zone environnante est très préoccupée par leur santé et leur sécurité.

 

Les incendies peuvent être vus et entendus à des kilomètres.

 

Selon la BBC, la Scottish Environment Protection Agency a reçu au moins 1 400 plaintes cette année, dont la plupart émanent de résidents locaux préoccupés par leur santé et leur bien-être  .

James Glen, président du Mossmorran Action Group, a déclaré que son organisation avait reçu des centaines de rapports de personnes préoccupées par leur santé.

"Les gens souffrent de difficultés respiratoires, de maux de tête et de maux de yeux, mais ils sont également préoccupés par les taux de cancers rares ainsi que par les cancers les plus courants " , a déclaré Glen.

Il y a également beaucoup d'enfants asthmatiques dans la région, qui finissent par avoir de plus en plus de difficultés à respirer les jours où les brûlures sont plus intenses.

La situation a empiré plus que jamais sur le site depuis que Shell a commencé à brûler de tels volumes d'éthane, mais la pollution, les bruits forts et les éclairs de lumière tout au long de la soirée sont courants dans la région. Lorsque l'installation d'ExxonMobil sera réparée, bon nombre de ces problèmes continueront de persister, mais ne seront probablement pas aussi graves.

 

 

A propos de l'auteur

John Vibes est un auteur et journaliste qui s'intéresse particulièrement à la contre-culture et privilégie des solutions aux problèmes sociaux axées sur les solutions. Il est également l'hôte de la conférence Free Your Mind et du podcast Free Thought Project.

Posté par rusty james à 20:24 - - Permalien [#]
Tags : ,

Un éveil global ne se produit pas dans la conscience

La passivité s'est développée au fil du temps dans la mesure où la race humaine s'est effectivement domestiquée et ressemble souvent à un mouton passif. Malheureusement, le plaisir est une force motrice puissante, et lorsque les gens vivent pour le plaisir, de nombreux compromis doivent être faits. Pas le moindre n'est une réticence à s'occuper des choses qui importent vraiment. La corruption s'installe dans la société, la cupidité devient une vertu , l'environnement est détruit de manière frivole, il existe d'énormes différences dans la répartition de la richesse, etc.

Les gens sont moins enclins à parler de problèmes graves et sont plus disposés à faire les choses pour eux. D'autres personnes et institutions prennent alors bon nombre de leurs décisions pour elles . De ce fait, un nombre considérable de personnes ne peuvent comprendre que des slogans simples et peuvent donc être manipulées par ceux qui sont au pouvoir. Et, en termes de spiritualité, la tendance est de suivre le troupeau et d'accepter ce avec quoi ils ont été élevés ou ce que les autres font sans un questionnement profond. Mais la spiritualité est un sujet beaucoup trop important pour être laissé à quelqu'un d'autre ou pour avoir une croyance aveugle. C'est un destin individuel au-delà de cette vie qui est en jeu et c'est un enjeu très élevé de ne pas prendre un intérêt sérieux dans.

Si vous recherchez suffisamment de connaissances, vous découvrirez un labyrinthe d'idées, mais vous rencontrerez probablement des informations sur les expériences et les symboles hors du corps . Les deux sont liés puisque la langue du plan astral est en symboles. En apprenant à vivre des expériences hors du corps, vous pourrez en apprendre beaucoup plus sur la vie et l'univers. Mais vous remarquerez aussi que les symboles du plan astral sont omniprésents dans la société.

Ils sont dans les films, dans les logos d'entreprises, dans l'art ancien, dans les vidéoclips, dans les édifices publics, dans les religions, ils sont partout. Alors, pourquoi tout le monde ne les connaît-il pas? Pourquoi est-ce que la plupart des gens et des institutions de haut niveau de la société semblent utiliser ces symboles?

Suppression de connaissances supérieures


L'oeil qui voit tout dans un triangle tel qu'il est utilisé dans l'emblème pour une agence de renseignement.

La réponse est qu'il s'agit d'un savoir supprimé, puissant et habilitant. Les personnes au pouvoir veulent en restreindre l’utilisation et ne veulent pas qu’elles tombent entre les mains de la majorité. L'établissement veut en avoir le contrôle. À travers l'histoire, de nombreuses institutions puissantes n'ont pas voulu que les gens en bénéficient. Cela a été la base de la persécution de nombreuses personnes dans le passé. Cela faisait partie des raisons de l'inquisition, de la chasse aux sorcières, de la suppression brutale de la connaissance chrétienne primitive par l'église et de la suppression de nombreux individus et groupes à travers l'histoire du monde. Ceux qui sont derrière les religions ne veulent rien de nouveau pour remettre en question leur religion. La société veut la conformité, et la connaissance spirituelle profonde ne se conforme pas, elle est généralement développée par un petit nombre de personnes qui ne correspondent pas.

Le résultat est que la connaissance ésotérique a fondamentalement été effacée des sociétés à plusieurs reprises, et pourtant, il existe des groupes à des niveaux plus élevés de la société qui possèdent manifestement une certaine connaissance des symboles et des rituels ésotériques ainsi qu'une connaissance ésotérique plus large. Mais vous constaterez souvent que cette connaissance est inversée, qu’elle est obscure et qu’elle est utilisée comme un véhicule du pouvoir et du mal.


Symboles sombres, paysages et thèmes utilisés dans l'industrie de la musique.

Pour la plupart des gens, même s'il est tabou de parler d'une connaissance spirituelle supérieure dans de nombreux endroits, si vous essayez de parler librement, même d'un sujet simple comme la projection astrale, vous risquez d'obtenir de nombreuses réponses négatives.

Les connaissances spirituelles supérieures sont diabolisées à bien des égards dans la société et ce depuis très longtemps. Et pourtant, ses aspects les plus sombres sont si courants dans l'industrie musicale et à Hollywood. La plupart des gens le prennent comme une fiction, mais ce n'est pas tout, et je pense qu'il existe des objectifs qui sont derrière son utilisation dans l'industrie du divertissement, certains ayant pour effet de toucher les niveau subliminal . Et être habitués à diriger les idées et les attitudes des gens de la même manière que les médias, et les influences qui les sous-tendent veulent que les médias partent. Cela donne un niveau extraordinaire de contrôle sur les gens et ce n'est pas sain.

 les sociétés secrètes 

Il y a eu de nombreux types de sociétés ésotériques secrètes, certaines ont été créées à des fins sinistres, d'autres hors des religions pour faire avancer leur programme. Certains ont été créés avec de bonnes intentions, et certains aujourd'hui ont des personnes bien intentionnées qui font du bien.

Tout ce qui est ésotérique ou occulte n’est pas nécessairement du côté obscur, les chrétiens fondamentalistes qualifient souvent tout ce qui est ésotérique de satanique. Certaines sociétés ont commencé comme des ordres ésotériques à part entière, mais se sont estompées avec le temps, manquant de personnes avec un éveil intérieur suffisant pour y participer.

Beaucoup d'entre eux ont été infiltrés par les forces des ténèbres alors que des personnes motivées par la cupidité et le pouvoir les prenaient en charge. Leurs bonnes intentions originelles ont été détournées pour atteindre des objectifs sinistres.

Il est nécessaire de maintenir le secret dans de nombreux domaines de la vie, par exemple dans certains secteurs du gouvernement (en supposant que le gouvernement travaille dans l'intérêt de ses citoyens). Les sociétés ésotériques utilisaient le secret par nécessité pour leur propre protection. Regardez une vidéo des «Rencontres avec des hommes remarquables» de Gurdjieffs, examinez le niveau de secret qui y règne, à la fin, il y a une école secrète ésotérique. Ils avaient besoin de ce secret pour se protéger des personnes qui auraient détruit leur école. Tout ce qui est secret n'est pas mauvais, la connaissance ésotérique a été protégée par un silence hermétique.

Vous ne pouvez pas avoir quelque chose comme ça aujourd'hui, les gens le gâcheraient. Comme Jésus l'a dit, les perles ne sont pas données aux porcs, sinon elles les piétineront.

L'utilisation du mot culte pour empêcher les gens de former des groupes pour une connaissance spirituelle supérieure

Le mot culte est utilisé aujourd'hui comme un instrument de répression et restreint votre liberté. Si vous vous intéressez à quelque chose de spirituel, dites projection astrale , et si vous vous réunissez avec un groupe de personnes intéressées et si elles vous élisent comme chef, vous serez immédiatement classé comme un chef de culte et votre groupe comme un culte. Et si quelqu'un assiste et qu'il n'aime pas vous, il peut mentir sur vous en public et être soutenu par un grand nombre d'institutions, de religions, de groupes de chasseurs de sorcières anti-sectes abusifs, d'athéistes, des médias et de la société en général, et si vous recherchez la justice, vous constaterez que son prix est hors de la portée des gens ordinaires. Comment allez-vous supporter ça? Votre vie sera ruinée.

Les médias alimentent la chasse aux sorcières, les moutons de la société suivent et les agresseurs attaquent. La société n'est pas libre . Les personnes aux ordres du jour contrôlent les médias, et c'est pourri. Hérétique, blasphémateur, sorcière, païen, culte, ce sont des mots fanatiques destinés à exclure les gens de la société et à les détruire. Il y a toujours des criminels dans tous les aspects de la société, y compris les groupes spirituels, mais ils sont minoritaires et il existe des lois pour les combattre. Mais les actions de quelques-uns deviennent le trait d'union pour le plus grand nombre.

 

Qu'est-ce que le mot "culte" vous fait ressentir? Mauvais? Cela fait partie de votre programmation. Même Jésus serait appelé un chef de culte s'il était vivant aujourd'hui; voici un article à ce sujet.  Ceux qui ont un agenda tirant les ficelles en coulisse ne veulent pas que vous étudiez la connaissance ésotérique, ils ne veulent pas que vous formiez des groupes autour de cela. Ils ne veulent pas de défis, à un niveau plus profond, les forces des ténèbres ne veulent pas que les forces de la lumière émergent pour les contrer.

Ils ne veulent pas que vous deveniez autonomes par la conscience et la sagesse . Dans les coulisses, ils manipulent les médias pour vous faire croire que ces choses sont fausses, mais ce n'est pas le cas. Vous avez le droit de vous réunir avec d'autres pour vous unir et faire face à cette ignorance, vous battre pour la vérité et connaître les secrets de la connaissance ésotérique. Vous devez vous responsabiliser avec la vérité et devenir actifs pour le bien de la société. Statistiquement, la minorité religieuse la plus persécutée dans le monde occidental n’est pas juive ni musulmane, ce sont des païens modernes. La société n'est pas libre.

La spiritualité a été commercialisée

vp


Pentagramme à l'envers utilisé dans l'emblème d'une force de police. Un pentagramme dans le bon sens est un symbole de lumière (signifiant une personne qui monte au ciel). Les forces des ténèbres utilisent ce symbole pour l’inverser et attirer ainsi les puissances des ténèbres.

Bien qu'une certaine spiritualité ne soit pas autorisée, un type est encouragé, c'est la spiritualité commerciale. La santé alternative de l' industrie et de style de vie aux États - Unis en 2006 était une valeur de 300 milliards de dollars. C'est là que votre intérêt est canalisé. La vraie connaissance spirituelle est donnée gratuitement, vous êtes trompé.

Les figures de la spiritualité commerciale ne sont pas des enseignants spirituels mais des célébrités. Leurs messages sont simplifiés et atténués au point d’être trompeuses. Ils se nourrissent souvent des idées d’autrui et présentent ce travail comme étant le leur, c’est un écrivain et un orateur talentueux, mais c’est un homme d’affaires, soutenu par une industrie extrêmement sophistiquée . Si vous avez un message spirituel à partager, mais que vous n'êtes pas prêt à gagner de l'argent pour ces entreprises, vous serez ignoré.

 

Un éveil global ne se produit pas dans la conscience

bm


Une pop star imite un personnage de l’ancien film Metropolis dans lequel une femme a été créée pour détruire les hommes par le désir sexuel au moyen de divertissements. Remarquez le pentagramme à l'envers - utilisé pour appeler les forces du mal. La pop star commence alors à se déshabiller de la combinaison de robot et à danser vêtue de façon légère devant des millions de personnes.

Beaucoup de gens parlent aujourd'hui d'un réveil global, mais où est l'éveil de la conscience? Les gens dorment plus que jamais, il n’existe plus de sociétés basées sur la connaissance ésotérique comme il en existait dans l’antiquité, et à ce rythme-là, il n’ya aucune chance qu’il en soit jamais. Un réveil d'informations sur des choses importantes dans le monde en trois dimensions, bien que bon, n'est pas un réveil de conscience. Il se peut que les gens deviennent plus conscients de plusieurs problèmes importants, mais ils ne sont pas plus éveillés en conscience, ils sont plus endormis et sont aveugles à la réalité plus large de l’existence cosmique .

Et ne vous laissez pas berner par ceux qui étudient des phénomènes non physiques tels que la conscience et le plan astral, qui utilisent des méthodes scientifiques pour élaborer des théories sur ce qu'ils n'ont jamais expérimenté. Ou qui disent que les phénomènes non-physiques sont construits par le seul esprit. Le résultat de ceci sera de vous empêcher de rechercher des connaissances plus élevées hors du corps, tout en étant plongés dans la vie dans des théories inexactes.

C’est formidable que les gens recherchent la vérité dans la société. Chaque être humain a la responsabilité de travailler pour les forces de la lumière dans la lutte contre les ténèbres, mais devenir un initié est encore meilleur. Un petit nombre d'initiés de la lumière dans le monde pourraient créer une force puissante pour le bien.

Vous avez besoin du plan astral pour comprendre les symboles secrets et les connaissances anciennes

lg-uc


Une pop star couverte de crucifix à l'envers et faisant un geste symbolique en se couvrant les yeux - créant un oeil qui voit tout.

La plupart des symboles utilisés aujourd'hui ont leur origine dans les symboles d'un passé lointain. Il est regrettable que tant de personnes aient pris la mauvaise direction pour comprendre les connaissances anciennes , mais ce n'est pas surprenant compte tenu de la répression qui dure depuis si longtemps. Lorsqu'ils étudient des cultures anciennes, les gens développent toutes sortes de théories sur leurs symboles, mais ils ne comprennent pas qu'ils se tournent vers le langage universel symbolique du plan astral, probablement parce qu'ils y sont rarement, voire jamais. Certains les interprètent comme des histoires de reptiliens diaboliques et des codes de sociétés maléfiques, mais sans comprendre que sans connaissance ésotérique, vous ne pouvez pas interpréter les significations plus profondes des symboles des civilisations anciennes.Vous ne pouvez pas non plus acquérir une connaissance ésotérique sans la trouver au-delà de ce monde en trois dimensions. Et personne ne peut obtenir une connaissance ésotérique profonde sans devenir un initié.

Les symboles ésotériques sont la langue du plan astral, et c'est leur origine, tout comme l'emplacement des fantômes, des démons, des anges, des êtres divins et une grande partie du paranormal . Les peuples anciens utilisaient le plan astral pour acquérir des connaissances et en rapportaient le symbolisme pour les utiliser dans leurs enseignements et leurs temples.

Les personnes maléfiques deviennent des initiés des ténèbres et ont ainsi accès à la connaissance du mal. Les initiés de la lumière ont accès à la connaissance de la lumière. Les gens ordinaires acquièrent des connaissances ordinaires = ennuyeux.

Il y a des serpents ascendants (légers) et des descendants (ténèbres), obtenez des connaissances et ne tombez pas dans le piège qui consiste à tirer des conclusions d'idées n'ayant aucune expérience ésotérique derrière elles. C'est facile à faire, mais vous resterez aveugle à la vérité supérieure, même si vous vous battez pour la vérité sur le plan physique. Combattez pour la vérité à tous les niveaux et renforcez-vous avec la connaissance ésotérique blanche.

La majorité endormie dont le destin est hors de leurs mains

Christmas_Postcard_circa_1900

La société de consommation avec son indulgence dans le mode de vie de la cupidité a son prix, dans la souffrance et la destruction qui en résultent pour les personnes, les animaux et l'environnement. Mais il a un coût plus élevé, plus subtil, en esclavage pour les nombreuses structures et personnes corrompues qui existent dans la société. Et un esclavage encore plus grand des moutons muets comme l’existence d’une personne dont la conscience est endormie, qui dérive dans la vie dans un état semi-comateux, inconsciente de l’univers plus large qui les entoure, avec un Père Noël comme une vision de la réalité cosmique , qu'ils appellent religion.

La personne moyenne est une personne qui ne sait pas pourquoi elles existent, ni quel est le but de sa vie, mais une personne qui meurt et dont le destin est hors de portée. Qui se déplace sur un circuit de vies d’une vie à l’autre jusqu’à la fin de sa dernière vie, puis se plonge dans l’abîme (recherchez des expériences infernales de mort imminente si vous voulez avoir une idée à ce sujet). La majorité des gens ne veulent pas se réveiller et ne veulent pas que les autres se réveillent.

Ignorer la connaissance ésotérique a un coût, un coût très élevé. Il est beaucoup plus difficile de découvrir et même de parler de vérités universelles plus élevées que d'explorer la vérité derrière les événements qui se produisent dans la société. Mais il est nécessaire de les trouver si vous voulez une vraie connaissance.

Connaître la vérité et la vérité vous libérera (Jésus)

Si vous n'en faites pas assez pour découvrir des vérités plus élevées, vous ne les obtiendrez pas, le mieux que vous puissiez faire est d'obtenir des aperçus ici et là et d'essayer de vous contenter de cela. Pourquoi ne pas être l’un des rares à vouloir en savoir plus sur ce qui se passe et être complètement libre d’esprit et de conscience?

Le problème consiste à faire les sacrifices nécessaires, à faire face aux nombreuses formes des forces des ténèbres et à supporter les épreuves du parcours. Les difficultés sont le terrain d’essai de la vie; nous sommes tous dans le banc d'essai de la création, et c'est pourquoi nous sommes ici. Les ténèbres nous permettent de voir la forme, et l’opposition est nécessaire au réveil. Et pourtant, les difficultés de la vie sont une des principales raisons pour lesquelles très peu de personnes essaient réellement de se réaliser.

Posté par rusty james à 20:17 - - Permalien [#]
Tags : ,