images (4)

On dit que la plus ancienne histoire des vampires se trouve dans le légendaire livre Nod. Ainsi nommé d'après l'endroit, à l'Est d'éden, ou Cain se rendit en premier, il est connu pour raconter son ascension au pouvoir temporel qui suivit sa chute, ainsi que la naissance tumultueuse des lignées des vampires. Personne ne s'est réellement si ce sont des faits ou de la fiction.

"Je rêve des premiers temps, le plus lointain souvenir
Je parle des premiers temps, le plus ancien Père
Je chante les premiers temps, et l'éveil des Ténèbres.

Sur Nod, où la lumière du Paradis illuminait le ciel nocturne et les larmes de nos parents mouillaient le sol.

 

Chacun de nous, à sa façon, entreprit de vivre et de tirer sa subsistance de la Terre.

Et moi, Caïn le premier-né, j'ai, avec des objets pointus, planté les sombres graines arrosé leur terre pris soin d'elle, regardé leur croissance.

Et Abel, Abel le deuxième-né, pris soin des animaux, aida leurs portées les nourris, les regarda grandir.

Je l'aimais, mon frère. Il était le plus brillant. Le plus doux.
Le plus fort. Il était le meilleur de toute ma joie.

Puis un jour notre Père nous dit, Caïn, Abel, a Lui En Haut vous devez faire un sacrifice un don du meilleur de tout ce que vous avez.

Et moi Caïn le premier-né, j'ai réuni les pousses les plus tendres
Les fruits les plus éclatants l'herbe la plus douce.

Et Abel, le deuxième-né, Abel, abattit les plus jeunes, les plus forts, les plus doux de ses animaux.

Sur l'autel de notre Père nous avons déposé nos sacrifices
Et allumé un feu sous eux et regardé la fumée les emporter vers Celui d'En Haut.

Le sacrifice d'Abel, le deuxième-né, senti bon pour Celui d'en Haut et Abel fut béni.

Et, moi, Caïn le premier-né j'ai été frappé de l'au-delà par une parole dure et une malédiction car mon sacrifice était indigne.

J'ai regardé le sacrifice d'Abel, encore fumant, la chair, le sang.
J'ai pleuré, j'ai serré mes yeux j'ai prié jour et nuit.

Et quand père dit que l'heure du Sacrifice était à nouveau venue

Et Abel mena ses plus jeunes, ses plus doux, ses préférés, au feu sacrificiel

Je n'ai pas apporté mes plus jeunes, mes plus doux, car je savais que celui d'en Haut ne voudrait pas d'eux

Et mon frère, le bien-aimé Abel me dit
" Caïn, tu n'as pas apporté de sacrifice, un don du meilleur de ta joie, a brûler sur l'autel de Celui d'En Haut. "

 

J'ai pleuré des larmes d'amour alors que, avec des objets pointus,

Je sacrifiais ce qui était le meilleur de ma joie, mon frère.

Et le Sang d'Abel recouvrit l'autel et sentit bon alors qu'il brûlait

Mais mon Père dit
" Maudit soit-tu, Caïn, qui a tué ton frère.
Comme j'ai été chassé alors tu le seras. "

Et Il me condamna à errer dans les Ténèbres, la terre de Nod.

J'ai fui dans les Ténèbres je ne voyais aucune source de lumière et j'étais effrayé. et seul.

J'étais seul dans les Ténèbres et j'avais faim.
J'étais seul dans les Ténèbres et j'avais froid.
J'étais seul dans les Ténèbres et je pleurais.

Alors vint à moi une douce voix, une voix de miel.
Des paroles de soutien. Des paroles de sursis.

Une femme, sombre et belle, avec des yeux qui perçaient les Ténèbres vint à moi.

" Je connais ton histoire, Caïn de Nod. " Dit-elle en souriant.
" Tu as faim. Viens! J'ai de la nourriture.
Tu as froid. Viens! J'ai des vêtements.
Tu es triste. Viens! J'ai du réconfort. "

" Qui voudrait réconforter quelqu'un d'aussi maudit que je le suis?
Qui voudrait me vêtir? qui voudrait me nourrir? "

" Je suis la première femme de ton Père, qui ne s'entendit pas avec Celui d'en Haut
Et gagna la liberté dans les Ténèbres. Je suis Lilith.

Autrefois, j'avais froid, et il n'y avait pas de chaleur pour moi.
Autrefois, j'avais faim, et il n'y avait pas de nourriture pour moi.
Autrefois, j'étais triste, et il n'y avait pas de réconfort pour moi. "

Elle m'a recueilli, elle m'a nourri. Elle m'a habillé.
Dans ses bras, j'ai trouvé le réconfort. J'ai pleuré jusqu'à ce que du sang coule de mes yeux et elle les a embrassé.

Et je suis resté un temps dans la demeure de Lilith et je lui ai demandé
" Parmi les Ténèbres,
Comment as-tu construit ce lieu?
Comment as-tu fait ces habits?
Comment as-tu cultivé cette nourriture? "

Et Lilith sourit et dit,
" Contrairement à toi, je suis Eveillée.
Je vois les Fils qui tournent autour de toi.
Je fait ce dont j'ai besoin par le Pouvoir. "

" Eveille-moi, dans ce cas, Lilith, dis-je.
" J'ai besoin de ce Pouvoir.
Alors je pourrais faire mes propres vêtements;
Faire ma propre nourriture,
Faire ma propre Demeure. "

L'inquiétude marqua le front de Lilith.
" Je ne sais pas ce que l'Eveil te fera, car tu es réellement maudit par ton Père. Tu pourrais mourir. Tu pourrais être changé a jamais. "

Caïn dit, " Précisément, une vie sans Pouvoir ne sera pas plus dure à vivre.
Je mourais sans tes dons. Je ne vivrai pas comme ton Servant. "

Lilith m'aimais, et je le savais. Lilith ferais ce que je lui demanderai, même si elle ne le voulait pas.

Et donc, Lilith, Lilith aux yeux vifs, m'éveilla. Elle se coupa avec un couteau
Saigna pour moi dans une coupe. Je but profondément. C'était doux.

Et alors je tombais dans les Abîmes.
Je tombais éternellement, descendant dans les Ténèbres les plus profondes.

Et des Ténèbres vint une lueur éclatante embrasant la nuit.
Et l'Archange Michael se révéla à moi.
Je n'avais pas peur. Je l'ai interrogé sur son rôle.

Michael, Général du Paradis, brandissant la sainte Flamme, s'adressa à moi,
" Fils d'Adam, Fils d'Eve, ton crime est grand, et cependant la miséricorde de mon Père est également grande.
Ne te repentiras-tu pas du mal que tu as fait, et laisseras-tu sa miséricorde te purifier? "

Et j'ai dit à Michael, " Non pas par sa grâce, mais par la mienne je vivrai, fièrement. "

Michael me maudit, en disant
" Alors, tant que tu marcheras sur cette terre, toi et tes enfants craindrez ma flamme vive,
Et elle mordra profondément et savourera ta chair. "

Et au matin suivant, Raphaël vint sur des ailes chatoyantes, lumières sur l'horizon, guide du soleil, garde de l'Est.

 

Raphaël parla, et dit
" Caïn, fils d'Adam, fils d'Eve, ton frère Abel te pardonnes pour ton péché ne te repentiras-tu pas, et accepteras-tu la miséricorde du Tout-Puissant? "

Et j'ai dit à Raphaël
" Non pas par le pardon d'Abel, mais par le mien, je serai pardonné. "

Raphaël me maudit, an disant
" Alors, tant que tu marcheras sur cette terre, toi et tes enfants craindrez l'aube, et les rayons du soleil vous chercheront pour vous brûler comme le feu où que vous vous cachiez toujours.
Caches-toi maintenant car le Soleil se lève pour abattre sa colère sur toi. "

Mais j'ai trouvé un endroit secret sous terre et me suit caché de la brûlante lumière du Soleil.
Profondément sous terre, j'ai dormi jusqu'à ce que la Lumière du Monde
Soit cachée derrière les montagnes de la nuit.

Lorsque je me suis réveillé de ma journée de sommeil, j'ai entendu le son doux d'un battement d'ailes et j'ai vu les ailes noires d'Uriel enveloppées autour de moi
Uriel, le faucheur, ange de la Mort, le sombre Uriel qui demeure dans les ténèbres.

Uriel me parla calmement et dit
" Fils d'Adam, fils d'Eve, Dieu Tout-Puissant t'as pardonné pour ton péché.
Accepteras-tu sa miséricorde et me laisseras-tu t'amener à ta récompense, ne plus être maudit? "

Et j'ai dit à Uriel aux ailes sombres
" Non pas par la miséricorde de Dieu, mais par la mienne, je vivrai.
Je suis ce que je suis, je fais ce que je fais, et cela ne changera jamais. "

Et alors, à travers le terrifiant Uriel
Dieu Tout-Puissant me maudit, en disant
"Alors, tant que tu marcheras sur cette terre,
Toi et tes enfants resterez dans les Ténèbres, vous ne boirez que du sang, vous ne mangerez que des cendres vous serez toujours comme lors de votre mort; ne mourant jamais, continuant à vivre.
Vous marcherez pour toujours dans les Ténèbres,tout ce que vous toucherez se réduira à néant, jusqu'aux derniers jours. "

 

J'ai poussé un cri de douleur contre cette terrible malédiction et déchiré ma chair.

J'ai pleuré du sang. J'ai recueilli les larmes dans une coupe et les ai bues.

Lorsque j'ai levé les yeux de ma coupe de douleur l'archange Gabriel
Le noble Gabriel, Gabriel, Seigneur de Miséricorde m'apparut.

L'archange Gabriel s'adressa à moi,
" Fils d'Adam, Fils d'Eve, vois, la miséricorde du Père est plus grande que tu ne pourras jamais le savoir, car même maintenant il y a une voie ouverte un chemin de Miséricorde
Et tu devras nommé cette route [Golconda] et en parler à tes enfants, car par cette route ils pourront venir une fois encore demeurer dans la Lumière. "

Et sur ces mots, les Ténèbres se sont dissipées comme un voile
Et l'unique lumière était les yeux vifs de Lilith.

Regardant autour de moi, je savais que je m'étais Eveillé.

Alors que mes énergies ont commencé à monter en moi
J'ai découvert comment bouger comme l'éclair [Célérité]
Comment emprunter la force de la terre [Puissance]
Comme être pareil à la pierre [Endurance]
Elles étaient pour moi comme la respirer l'était autrefois.

 Lilith me montra alors
Comment elle se cache des chasseurs [Occultation]
Comment elle suscite l'obéissance [Domination]
Et comment elle demande le respect [Présence].

Puis, m'éveillant d'avantage, je découvrit
Le moyen d'altérer les formes [Protéisme]
Le moyen d'avoir une emprise sur les animaux [Animalisme]
Le moyen pour que les yeux voient au-delà de la vue [Auspex].

images (5)

Alors Lilith exigea que j'arrête, disant que j'avais dépassé mes limites
Que j'étais allé trop loin que je menaçais mon essence même.

Elle usa de ses pouvoirs et m'ordonna de cesser de par ses pouvoirs, je l'écoutais, mais au fond de moi une graine était plantée une graine de rébellion et lorsqu'elle détourna son visage de moi,
Je m'ouvris une fois de plus, à la Nuit, et vis les possibilités infinies dans les étoiles et sus qu'une voie de pouvoir, nue voie de Sang était à ma portée, et ainsi je m'éveillais à le voie Ultime,
De laquelle toutes les autres voies se développeraient.

Avec ce pouvoir nouveau, je rompis les liens que la Dame de la Nuit avait placés sur moi
Je quittais la Reine Damnée ce soir-là, me masquant dans les ombres, je fuyais les terres de Nod et parvint enfin en un lieu où même ses démons ne pourraient me trouver.

Laissez-moi raconter l'histoire de Zillah
Premier amour de Caïn,
Première femme de Caïn, le sang la plus suave, la peau la plus douce, les yeux les plus clairs.

La seule des nouveaux enfants de Caïn, Caïn la désirait,
Et elle n'était pas consciente de son désir, se détournant de lui.

Ni les cadeaux, ni les sacrifices,
Ni les parfums, ni les colombes,
Ni les beaux danseurs,
Ni les chanteurs, ni les mésanges,
Ni les sculptures, ni les splendides habits,
Rien ne changeait le coeur de Zillah de pierre en fruit sucré.

Ainsi Caïn tira sur sa barbe et s'arracha les cheveux
Et de mit à errer dans les régions inexplorées la nuit, pensant à elle,
Brûlant pour elle, et une nuit Caïn tomba sur une Vieille Femme chantant sous la lune.

Caïn dit à la vieille,
" Pourquoi chantes-tu ainsi? "
Et la Vieille répondit,
" Parce que je me languis de ce que je ne peux avoir ... "

Caïn dit à la Vieille,
" je me languis aussi. Que puis-je faire? "
La Vieille sourit et dit,
" Bois mon sang cette nuit,
Caïn, Père des Damnés, et reviens demain soir.
Alors , je t'enseignerai la sagesse de la lune. "
Caïn but au cou dénudé de la Vieille, et partit.

La nuit suivante, Caïn trouva la Vieille dormant sur un rocher.
"Réveilles-toi Vieille Femme. " dit Caïn.
" Je suis revenu. "
La Vieille ouvrit un oeil et dit,
" J'ai rêvé de la solution pour toi cette nuit.
Bois-moi encore une fois, et reviens alors demain soir.
Apporte une coupe d'argile. apporte un couteau pointu.
J'aurai alors ta réponse. "

Une fois de plus Caïn prit le sang de la Vieille, qui sombra immédiatement dans un profond sommeil.

Quand Caïn revint la nuit suivante, la Vieille le regarda et sourit,
" Salutations, Seigneur de la bête, " Dit la Vieille.
" J'ai la sagesse que tu cherches. "
" Prend un peu de mon sang "
Dans la coupe que tu as, et mélange ces baies et ces herbes, et bois profondément cet élixir. "

" Tu seras irrésistible.
Tu seras puissant.
Tu seras dominateur.
Tu seras ardent.
Tu seras enthousiaste.
Le coeur de Zillah fondra comme la neige au printemps. "

Et ainsi Caïn but l'élixir de la Vieille, parce qu'il était amoureux de Zillah,
Et qu'il désirait tant son amour en retour.

Et la Vieille rit. La Vieille rit à haute voix.
Elle l'avait trompé! elle l'avait piégé! Caïn était furieux comme jamais.
Caïn étendit ses pouvoirs, pour déchirer la Vieille avec sa force.

La Vieille gloussa et dit, " Ne le fait pas. "
Et Caïn ne put rien faire contre elle.
La Vieille pouffa et dit, "Aimes-moi. "
Et Caïn ne put rien faire que fixer ses yeux anciens, désirant sa peau semblable à du cuir.
La Vieille rit et dit, " Rends-moi immortelle. "

Et Caïn l'étreignit. Elle gloussa encore, riant avec la pure extase de l'étreinte, car elle ne lui faisait pas mal.

" Je t'ai rendu puissant, Caïn d'Énoch, Caïn de Nod, mais tu me seras lié pour toujours.
Je t'ai fait maître de tout, mais tu ne m'oublieras jamais!
Ton sang, puissant comme il l'est désormais, liera ceux qui le boiront, comme tu l'as fait, une fois par nuit, pendant trois nuit.
Tu seras le maître.
Ils seront tes servants, comme tu es le mien.
Car même si Zillah t'aime, comme tu l'as voulu, tu m'aimeras pour toujours. Va maintenant, et réclame ta promise bien-aimée.
Je t'attendrai dans les lieux les plus sombres, pendant que je préparerai plus de potions pour ta santé. "

Et ainsi, le coeur lourd, Caïn retourna a Énoch, et chaque nuit, pendant trois nuit, Zillah but de son Sire.
Et, la troisième nuit, Caïn annonça qu'il épouserait Zillah, sa plus douce Enfant, et elle accepta.

Pendant un an et un jour Caïn travailla au service d'une Vieille, qui avec la sagesse du sang, l'avait lié aussi sûrement que n'importe quel prisonnier.

Elle lui rendrait visite la nuit le forçant à lui céder son sang pour ses élixirs secrets et ses puissantes formules.
Elle prendrait les Enfants de ses Enfants, et on entendrait plus jamais parler d'eux.

Mais Caïn était sage. Il ne but plus jamais son sang.
Et elle ne lui demandait plus de le faire, pensant qu'il était toujours son esclave.

Une nuit, Caïn vint vers la Vieille dans la forêt, et lui parla des terribles rêves qu'il avait eu durant son sommeil.

" Je crains pour ma vie, Vieille Femme, je crains la prophétie d'Auriel,
Et ma progéniture désire mon sang.
Dis-moi un savoir secret, qui me rendrait puissant contre les miens. "

 

Et la Vieille alla vers un arbre fait de bois d'olivier,
Et brisa une branche. elle pris un couteau aiguisé et tailla la branche.

" Prend ce morceau de bois vivant, aiguisé, fort, perce le coeur de ton enfant capricieux.
Il le rendra immobile, et à tes ordres.
Au lieu de se nourrir du sang de ton coeur, il sentira le poids de ta justice. "

Caïn dit, " Merci, Mère, " et avec ça, en un mouvement rapide,
Caïn prit le pieu de bois, le brandit et le conduisit, profondément dans le coeur de la Vieille.

Parce que Caïn, Caïn le sage ne s'était pas nourrit sur elle pendant un an et un jour
Et parce qu'il avait forcé sa Volonté avec ses mains, il avait rompu le Lien qu'elle avait mis sur lui, et pris sa chance.

Elle rit encore, alors que le sang jaillissait et se déversait de sa bouche.
Ses yeux déversaient de la haine.

Caïn, l'embrassa une fois, embrassa ses lèvres, froides, flétries, et la laissa là au doux sourire de Raphaël, le soleil levant.

Au commencement il n'y avait que Caïn
Caïn qui avait sacrifié son frère dans un accès de colère.
Caïn qui fut banni.
Caïn qui fut maudit à jamais par l'immortalité.
Caïn qui fut maudit par la soif de sang,
C'est de Caïn que nous venons tous, le Sire de nos Sire.

Durant une époque il vécut sur la terre de Nod, dans l'isolement et la souffrance durant un éon il demeurant seul mais le souvenir s'effaçant noya son chagrin.
Et ainsi il retourna au monde des mortels, au monde que son frère Seth
Et les enfants de Seth avait créé.

Il revint et fut bien accueilli.
Car nul ne voulait se retourner contre lui, a cause de la marque qui était posée sur lui
Le peuple vit son pouvoir et le vénéra, il devint puissant, et son pouvoir était fort,
Ses manières d'inspirer la crainte et de commander étaient grandes.

Et les Enfants de Seth firent de lui le Roi de leur grande Cité, La Première Cité.

Mais Caïn demeurait seul dans son Pouvoir.
Au fond de lui, la graine de la solitude s'épanouissait, et devint une sombre fleur, il vit dans son sang la puissance de la fertilité en appelant les démons et en les écoutant murmurer la sagesse, il apprit la façon de se créer un enfant.
Il en vint à connaître son pouvoir, et, ainsi, il décidé d'étreindre un de ses proches.

Et, voici qu'Uriel, le terrifiant Uriel, se révéla à Caïn cette même nuit pour lui dire,

" Caïn, bien que tu sois puissant, et marqué par Dieu,
Sache ceci : que chaque enfant que tu créeras souffrira de ta malédiction, Que chaque membre de ta progéniture parcourra pour toujours la Terre de Nod, et craindra la flamme
Et le soleil, ne buvant que du sang et de mangeant que des cendres.

Et puisqu'ils porteront la graine de l'envie de leur père,
Ils conspireront et se battront toujours entre eux.
Ne condamne pas ceux des petits-enfants d'Adam qui cherchent à marcher dans le droit chemin.
Caïn ! Arrête ta redoutable étreinte ! "

Toutefois, Caïn savait ce qu'il avait à faire, et un jeune homme nommé Enosh,
Qui était le préféré des descendants de Seth, supplia d'être fait Fils du Sombre Père.
Et Caïn, bien qu'attentif aux paroles d'Uriel, saisit Enosh, et le lia
 dans la sombre étreinte.


Et ainsi, il advint que Caïn engendra Enosh, et ainsi fait, Enosh sollicita un frère, une soeur, et Caïn, Père complaisant, les lui donna, et leurs noms furent Zillah, dont le sang était le favori de Caïn, et Irad, dont la force servait le bras de Caïn.

Et ces Descendants de Caïn apprirent les façons de créer leurs propres descendants,
Et ils étreignirent davantage d'enfants de Seth, sans réfléchir.

Et alors Caïn le sage dit,
" Mettons fin à ce crime. Il n'y en aura plus d'autres. "
Et comme la parole de Caïn faisait loi, ses Rejetons lui obéirent.

La Cité se maintint durant plusieurs âges, et devint le centre d'un puissant Empire.
Caïn vieillit prêt de ceux qui n'étaient pas comme lui.
Les enfants de Seth le fréquentaient et lui, en retour, les fréquentait.

Mais le monde s'assombrit avec le péché.
Les enfants de Caïn errèrent ici et là, s'adonnant à leurs sombres voies.

Caïn ressentit la colère quand ses enfants se battirent
Il découvrit la tromperie quand il les vit se disputer
Il connut la tristesse quand il les vit abuser des enfants de Seth.

Caïn lut les signes dans le ciel obscur, mais ne dit rien.

Puis vint le grand Déluge, une grande crue qui déferla sur le monde.
La Cité fut détruite, les enfants de Seth avec elle.

A nouveau, Caïn retomba dans une grande tristesse et retourna à la solitude.
Et il nous abandonna, sa Progéniture, à notre propre sort.

Nous l'avons retrouvé, après de longues recherches,
Profondément sous terre, et il nous pria de partir, disant que le Déluge était une punition
Parce qu'il était revenu au monde des vivants et avait perverti la vrai loi.
Il nous demanda de partir, afin qu'il puisse dormir.

Ainsi nous sommes revenus seuls pour trouver les enfants de Noé,
Et annoncer que nous étions les nouveaux maîtres.
Chacun créa une Lignée afin de revendiquer la gloire de Caïn,
Cependant nous n'avions ni sa sagesse ni sa retenue.
Une grande guerre éclata, les Anciens contre leurs Enfants,
Comme Uriel l'avait dit, et les Enfants tuèrent leur parents.

Ils s'élevèrent utilisant le feu et le bois épées et griffes
Pour détruire ceux qui les avaient créés.

 

Les rebelles bâtirent une nouvelle cité.
Loin de l'Empire déchu, ils réunirent les treize clans,
Qui avaient été dispersés par la grande Guerre, et les rassemblèrent tous.

Ils y introduisirent le Clan de la Royauté [Ventrue],
Le Clan  de la Bête [Gangrel],
Le Clan de la Lune [Malkavian],
Le Clan des Cachés [Nosferatu],
Le Clan Errant [Ravnos],
Le Clan de la Rose [Toreador],
Le Clan de de la Nuit [Lasombra],
Le Clan des Façonneurs [Tzimisce],
Le Clan du Serpent [Sethites],
Le Clan de la Mort [Cappadociens],
Le Clan des Guérisseurs [Salubriens],
Le Clan de la Chasse [Assamite],
Et le Clan érudit [Brujah].

Ils firent une magnifique cité, et le peuple les adorait tels des dieux.
Il créèrent leur propre Progéniture, la Quatrième Génération de Caïnites.

Mais ils craignaient le Jyhad, la Prophétie d'Uriel,
Et il était interdit à ces Enfants d'en créer d'autres de leur espèce.
Ce pouvoir leurs Anciens le gardait pour eux-même.
Lorsqu'un Enfant était créé, il était traqué et tué, et son Sire avec lui.

Même si Caïn était loin de nous, nous sentions son oeil attentif nous suivre,
Et nous savions qu'il observait nos actions et nos voies.

Il maudit Malkav, lorsque celui-ci diffama son image et le voua à la folie, pour toujours.
Quand Absimiliard fut trouvé s'adonnant a ses penchants infâmes sur ses propres Enfants,
Caïn posa sa main sur Absimiliard, et lui dit qu'il porterait éternellement
Sa malfaisance et déforma son visage.
Il nous maudit tous, pour avoir tué les meilleurs de ses Enfants, la Seconde Génération,
Puisque nous les avions traqués un par un, Zillah la Magnifique, Irad le Puissant, et Énoch le premier Souverain..

Et nous les pleurions tous, comme nous étions tous de la même espèce,
Et tous des familles des enfants de Caïn.

Bien que cette cité fut aussi grande que celle de Caïn, elle vieillit.
Comme le font toutes les choses vivantes, elle commença a mourir lentement.
Les dieux ne virent pas tout de suite la vérité
Et quand ils regardèrent enfin autour d'eux il était trop tard.

Car, comme Uriel l'avait dit, la graine du Mal plantée
Fleurit en une rose rouge sang, et Troile, l'Enfant de l'Enfant de son Enfant,
S'éleva et tua son Père, Brujah.
Et dévora sa chair.
Alors la guerre causa la perte de la cité et rien ne serait plus comme avant.

98615804

Ceux de la Troisième Génération virent leur cité détruite
Et leur pouvoir s'éteindre, et ils furent obligé de s'enfuir,
Leur Progéniture avec eux. Mais beaucoup furent tué dans leur fuite,
Car ils étaient devenu faibles.

Et bientôt il y eu beaucoup de nouveau membre de la Famille,
Qui régnèrent sur la surface de la Terre, mais cela ne pouvait durer.

Au bout d'un certain temps, ils y eut trop de membre de la Famille
Et il y eut à nouveau une guerre, les Anciens était déjà au fond de leur cachette,
Car ils avaient appris la prudence, mais leur Enfants avaient fondé
Leur propres cités et Lignées, et ce sont eux qui furent tués
Dans la grande vague de guerre. Cette guerre fut si absolue,
Qu'il ne reste plus personne de cette Génération pour parler d'eux.
Des vagues de mortels furent envoyées à travers les continents
Afin d'écraser et de brûler les cités de la Famille.
Les mortels pensaient mener leurs propres guerres.
Mais c'est pour nous qu'il versaient leur sang.

Une fois cette guerre terminée,
Tous les membres de la Famille se cachèrent les uns des autres et des humains qui les entouraient.
C'est dissimulés que nous reposons aujourd'hui, car le Jyhad continue encore.

Et nul ne pourra dire quand Caïn se relèvera de nouveau,
De son sommeil dans la terre, et appellera la cité Géhenne,
La Dernière Cité, la Cité du Jugement.
Car le Jyhad continue encore.

Voici les mots que Caïn prononça,
En observant notre Progéniture alors qu'il régnait sur Énoch, en Roi.
Ecoutez les paroles de Caïn le Donneur de Loi.

" Vous ne créerez pas de Progéniture contre Ma volonté,
Et si vous en recevez la permission, alors choisissez bien parmi les Enfants d'Adam,
Pensez à eux comme à vos futurs Frères et Soeurs.

Regardez la nuit éternelle devant, et connaissez la Prophétie d'Auriel :
Que pour toujours les Enfants se lèveront pour tuer leur Sire.

Sachez que, comme dans chaque chose, le Père
Triomphe de son Fils, la Mère de sa Fille :
Seulement par Moi vous viendrez à la Vérité,
Seulement par Moi vous viendrez à la Paix,
Seulement par Moi vous deviendrez Eveillé à vos Pouvoirs.

Sachez que le droit de vie et de mort tel qu'il était en Mon temps,
Sera toujours celui du Sire sur l'Enfant, car a été établit au Paradis
Aussi bien qu'en ce monde, l'ordre des choses.
Mon Père, Adam, sur moi, moi, sur vous, vous, mes Enfants, sur toute votre Progéniture.

Vous ne devrez pas admettre que votre Enfant vive
S'il a été prouvé qu'il a tué un de vos Frères et bu le sang de son coeur.
Ceci est la Voie du Serpent, et je ne m'y soumettrai pas.

Vous n'étreindrez pas ceux qui sont indignes,
Vous n'utiliserez pas l'étreinte comme une punition, ni vous n'étreindrez les plus jeunes,
Qui doivent vivre longtemps avant de d'être amené dans
Ma famille, ainsi la sagesse de notre lignée grandira.

Vous n'étreindrez pas ceux qui sont malades,
Fous, ou pleins d'humeurs mauvaise, car ils corrompront le sang..

Jamais il n'y aura plus de Parents de Caïn que de Parents de Seth en un même lieu, ni plus d'un descendant de Caïn pour trois descendants de Seth.

Tous les Enfants devront apprendre de leur Sire
La Loi et les Traditions, les Rites et les Coutumes, telles que je vous les ai donnés.

Vous n'embrasserez pas les Bêtes de la Lune,
Car ceux-ci seront bannis et appelés abomination.
Ni vous ne goûterez leur sang, car ils sont interdits, ils apporteront la Mort a vos portes.

N'étreignez pas le sang des Illuminés, écoutez plutôt leurs paroles, observez leurs actes,
Et bougez rapidement contre eux comme ils pourraient frapper :
Une épée utile, mais souvent trop aiguisée.

Ne gouttez pas le sang des Sauvages, car il est la Folie, ni vous ne les étreindrez : Car vous n'y survivrez pas.

N'étreignez pas l'Amour, car l'Amour par Mon étreinte deviendra froid, se fanera et mourra.

Voici les mots que Caïn prononça, en regardant les Enfants de Seth
Alors qu'il régnait sur Énoch, en Roi.
Ecoutez les paroles de Caïn le Donneur de Loi :

" On nous a donné la Domination sur la lignée de Seth,
Troisième fils d'Adam, puisqu'il est notre plus jeune Frère,
Nous veillerons ses Enfants comme s'ils étaient les nôtres,
Nous leur montrerons le droit chemin, et en retour, ils nous servirons à jamais.

 

Ils nous servirons lorsque le Soleil parcourra le ciel,
Et surveillerons nos demeures, avec de l'eau, contre le Feu de Michael.
Ils nous nourriront, et nous donneront des vêtements,
Ils danseront pour nous, et nous donneront des chansons,
Ils coucheront à nos côtés, et nous donneront le confort,
Ils nous conseillerons, et nous écouterons leur conseil.
Ils nous vénéreront, et nous ne devrons pas autoriser cette dévotion.

Vous ne devrez pas devenir des Dieux pour les Enfants de Seth,
Car Celui d'En Haut, devenant jaloux dans ses cieux,
Terrassera la lignée de Caïn pour toujours.
Souvenez vous d'Ashtareth au doux visage, souvenez-vous de Baal le doré,
Souvenez-vous du puissant Tammauz, sachez que les Enfants de Seth se lèveront
Avec les armes de Celui d'En Haut, et nous vaincrons, bien que nous soyons comme des Dieux pour eux.

Vous devrez guider les Enfants de Seth comme un berger guide son troupeau,
Et les sélectionner lorsqu'ils en ont besoin. Vous devrez purifier leur sang,
Et les préserver de la maladie.

Trouve toi un lieu qui soit le tien, et les mortels qui y demeureront,
Laisse les être ton troupeau,
Laisse les être ton calice,
Laisse les être ton pain béni.

Faites bien attention qu'un Mortel qui,
Marqué du Pouvoir d'un autre Caïnite, commet un acte, oui en vérité
Il le commet comme si cet Enfant de Caïn l'avait fait,
Et ce Damné paiera le prix du crime ou du châtiment, comme si
Il avait commis cet acte, car par ce moyen, il a des comptes à rendre,
Et les Enfants de Seth ne sont pas se simple épées dans les mains de sombres étrangers.

Faites bien attention à boire trois fois le sang, le Lien du Sang, et laissez
Ceux des Enfants de Seth dotés de grand talents, venir servir les Enfants de Caïn, comme si nous étions la meilleure part de la Sagesse, et devions être servi.

Ainsi, dans les Liens du Sang, sachez qu'il n'y a pas de plus grand Lien
Que celui que Caïn possède avec ses Enfants, et à travers Moi, toutes les chaînes sont rompues,
Toutes les entraves sont brisées.

Faites bien attention aux Enfants de Celui d'En Haut,
Les Chérubins, les Séraphins, les Archanges,
Car leur toucher vous brûleront comme le ferait la Flamme de Michael.

Faites bien attention aux Enfants de Celui d'En Bas,
La progéniture du serpent, car leur toucher vous brûlera aussi,
Et leur langues vous tromperons et vous abuserons.

Au besoin, vous nourrirez peut-être les Bêtes des champs,
De votre Sang, et les cultiverez : elles grandiront
Fortes et loyales, mais attention à la Bête
Rongée par la Bête, et ne nourrissez pas une faim qui ne peut être rassasiée.

Ceux que vous choisissez de bénir avec la Puissance de Caïn,
Pourront venir vivre dans vos maisons, pour vous protéger,
Ne laissez personne étreindre ces gardiens, laissez les prendre du sang en temps voulu :
Laissez leur Force être votre Force, un Force qui ne faiblit pas avec le soleil.
Laissez leurs Yeux être vos Yeux, des Yeux qui peuvent voir le jour.
Laissez leurs oreilles être vos oreilles, des Oreilles qui peuvent entendre lorsque vous dormez.

 

Laissez à ceux qui servent d'être appelés les plus grands
Des Enfants de Seth, et le plus de privilèges.
Laissez les profitez des beaux habites des Caïnites,
Laissez les profitez des douces musiques des Caïnites, laissez les connaître la douceur ne notre vin.
Laissez nous les protéger contre ceux qui voudraient les gêner et les blesser,
Et laissez nous tous nous lever contre l'outrage si un de ceux qui servent
Est tué par un autre Caïnite, car aucun Caïnite n'a le droit
De tuer le Servant d'un autre sans provocation. Les Bêtes de la Lune, ceux qui changent,
Ils sont les plus Anciens de tous, avant mon Père ils parcouraient les terres.
Ne restez pas sur leur chemin, évitez les, ils sont sur nous
Comme des loups dans la bergerie.
Car nous sommes d'une race, et qu'ils sont d'une autre.
Méfiez-vous de leur terre sacrée, marchez prudemment  à travers leurs étendues sauvages.
Leur morsure est comme notre morsure,
Leurs griffes sont comme nos griffes ne restez pas sur leur chemin,
Ils sont d'une race, et nous sommes d'une autre.

Sur les fous, sur les sauvages, je dirais tout d'abord, ne buvez pas leur sang !
Mais observez les, car il sont beaux dans leur étrangeté,
Ils sont enchanteurs dans leur mystère, ils sont mortels dans leur talents de guerriers.
Seules de toutes les créatures de la nuit ils me tinrent compagnie sous terre
Et m'apportèrent de l'eau quand j'avais soif et que je pouvais encore respirer.

Comme moi, ils furent bannis,
Comme mes Enfants, ils sont sans maison,
Comme les Enfants de mes Enfants, ils errent,
Comme ma Mère et mon Père,
Ils en savent trop, mais ils gardent leurs propres conseils,
Et, d'eux, je dirais faites bien attention à moi : rester silencieux !
Ne dites rien.
Regardez et apprenez.

La Mère du Pouvoir, la sombre Lilith, est la plus grande d'entre eux,
Mais il y en a d'autres, et plus encore à venir.
Ne buvez pas leur sang, car il vous prendra au piège,
Restez prudent vis à vis d'eux, ils sont rusés.
Ils connaissent le savoir d'Adam, et la sagesse d'Eve,
Ils sont les porteurs de feu, les propagateurs de la souillure,
Les maîtres des animaux, ils sont les enfants du soleil, les étoiles Brillantes.
Ils chercheront à vous impliquer dans leur voyage,
Résistez ! résistez ! leur voie ne tient pas compte de la faim, du sang, et du corps.
Ne croyez pas ceux dont les yeux brillent vers l'aurore :
Souvenez-vous toujours, c'est l'Aube
Qui apportent votre mort. Faites bien attention : il y a un lieu
Au-delà de l'esprit, au-delà de la vie les Ténèbres, l'Ombre, et là les Ombres demeurent.
Un île, une forteresse, une terre de la Mort, j'y ai voyagé
A travers un chemin de mort et j'ai vu le redoutable roi
De la Cité Stygienne alors qu'il siégeait à sa cour.
J'ai vu les sans visage masqués traverser le Fleuve Styx.
Ils grouillent autour de nous comme des mouches sur un corps en putréfaction,
Et, comme nous, se nourrissent de peur, d'extase, et de colère.
Mort ils sont, mais non-mort, et ils sont plus proches de nous que nous ne le sauront jamais.
De Sang de mon Frère crie vers moi lorsque je dors quand le Soleil traverse les cieux,
J'entends mon Frère, Abel le deuxième-né, crier.
Faites bien attention aux esprits de ceux qui sont morts,
Sachez que leur force n'est pas la votre, écoutez leurs paroles :
Ils apportent la sagesse.
N'écoutez pas leurs chants :
C'est la voie vers le néant.
N'essayez pas de les lier, mais libérez les si vous pouvez,
Tel est le commandement de Caïn, qui a lui-même été emprisonné et libéré.

Vous ne tuerez pas votre Sire et ne boirez pas le sang de son coeur.

Vous traiterez le plus ancien parmi vous comme un Seigneur,
Car si je suis votre Père, l'ancien est plus proche de moi.

Vous honorerez le Domaine de chacun.

Vous ne vous révélerez pas comme des Dieux aux Enfants de Seth.

Honorez la Progéniture d'autrui.

Honorez toujours votre Sire.

Vous devrez enseigner à votre progéniture les voies de la Famille.

Vous n'étreindrez pas par Amour.

Vous en vous nourrirez pas sur les Bêtes de la Lune,
Les Sauvages, les malades, les fous, ou les ivrognes.

Vous protégerez toujours ceux qui servent.

A vos  Frères et Soeurs, donnez toujours l'hospitalité.
Aux Frères et Soeurs de votre Sire, donnez toujours la meilleur partie de votre maison.
A la Progéniture de vos Frères et Soeurs
Donnez un toit contre le Soleil et le sang d'un mouton, pas plus.

N'oubliez jamais le Sire de votre Sire, Caïn l'Errant.

Et les ennemis de Caïn étaient grands, et tombèrent pour avoir combattu sur ses traces
Comme des chiens de chasse, l'odeur ne faiblirait pas
A travers le flot et la lune, et beaucoup de travail.

L'adresse des chasseurs était grande, alors qu'il cherchait leur Père, et ils virent ...
Une ancienne Discipline ils utilisèrent pour trouver le chemin de Shal-ka-mense.

Ils arrivèrent enfin en ce lieu secret ou Caïn se cachait, parmi les eaux en se dévoilant, Caïn les appelant ainsi,
" Mes nobles fils, mes nobles filles, pourquoi avez-vous troublé mon sommeil ? "

Et ils essayèrent d'étreindre leur Père avec les objets d'acier
Et des objets de bois, mais Caïn l'éclair, Caïn qui bougeait si rapidement,
Ne serait pas stoppé par ceux comme eux.

Sous les eaux ondulant, explosant, au-delà des eaux de Veyd-sah-me,
Dans la grotte de Shal-ka-mense se rassemblèrent-ils, se rassemblèrent-ils,
Pour étreindre la forme  de leur Père endormi.

Le trouvèrent-ils endormi ? ils le trouvèrent vigilant,
Prêt au combat, les yeux brillants, souriant a ses anciens Enfants
Engageant la bataille dans la lumière naissante.
Maintenant une par une les étoiles efface leur chemin dans le ciel brillant
Maintenant les feux brûlent l'enfer et les cendres
Maintenant la chaleur découvre le bûcher funéraire.

 

Trop longtemps ! les chasseurs on attendu au loin, trop longtemps ! ils ont a Veyd-sah-me
Demeuré assez longtemps pour voir la lumière de l'Aube sur le visage de leur Père.

Et dans le signe changeant, brûlant, ils virent la haine du propre Doigt de Dieu, tordant, ondulant, la Parole de Dieu qu'il posa sur le destin solitaire de Caïn.

Alors qu'il brûlaient dans des flammes infernales,
Alors qu'ils voyaient la chair fondue,
Alors qu'ils brûlaient avec leurs propres Progéniture
Caïn béni les bûchers funéraires apportant son sacrement sanglant.

Ne cherchez pas le sang de vos Anciens
Ne cherchez pas le sang du Sire de vos Sire
Ne cherchez pas le sang qui fait de vous un Parent
Car vous sentirez le bûcher quand vous paierez pur votre péché immortel.

Il est très dur, mes enfants, de vous prescrire la punition
De brûler,
D'être exsangue,
De la décapitation,
De la torture,
De la paralysie,
De la mort au soleil.

Vous êtes mes Enfants : seul durant le reste de l'existence,
Vous êtes mes seuls compagnons, pour toujours nous seront liés
De la façon dont les pères sont liés à leurs fils.

Et maintenant, j'arracherai la mauvaise graine,
J'éliminerai le pire de vous, je taillerai mon sombre arbre,
De la manière dont mon Père, Adam, me l'a appris.

Silence ! écoutez les cris des corbeaux !
Le calme du vent réchauffant les rue les tours cachent les ténèbres du jour.

Quand les rêves de Lasombra deviennent réalité
Le jour où la lune prend la couleur du sang
Et le soleil s'élève noir dans le ciel, voilà le jour des Damnés,
Quand les Enfants de Caïn se lèveront de nouveau.

Et le monde deviendra froid
Et des choses immondes monteront de la terre
Et de grandes tempêtes rouleront, la foudre allumera
Des feux, les animaux s'envenimeront et leurs corps, déformés, tomberont.

Alors, aussi, nos Grand-Sires s'éveilleront de la terre
Ils cesseront leur jeûne sur le meilleur d'entre nous ils nous consumeront tous.

Et ils demandèrent à Caïn l'ancien Père,
" Pourquoi nous as-tu ordonné de ne pas étreindre ceux que nous aimions ? "
Et Caïn leur dit, " L'Amour est la plus douce pluie qui tombe de Celui d'En Haut.
L'Amour est le don de la vie.
Ne vous rappelez-vous pas la Malédiction d'Auriel ?
Que nous sommes pour manger seulement des cendres, boire seulement du sang ?
Le Sang n'est pas une douce pluie. Notre ivresse prend la vie. "
Et alors les yeux de Caïn prirent l'apparence de Visions,
Et il se calma et parla :
" Mais si l'un d'entre nous reçoit le don de l'amour d'un mortel
Sans la Domination ou la Crainte, sans contrainte
Un Amour donné librement, alors cet Amour cet amour sera
Comme une douce pluie même pour le plus humble d'entre nous.
Et bien que nous ne devions pas étreindre,
Il nous nourrira comme si nous soupions à la table de notre Père
Il nous satisfera notre soif la plus profonde.
Mais écoutez moi, mes enfants !
Les Enfants de Seth nous haïront toujours encore et encore,
Car nous sommes leurs prédateurs nous sommes leurs Maîtres
Et ils le savent, au fond de leur âme.
Ne cherchez pas l'Amour parmi eux ! Il ne le donneront pas.
ne soyez pas dupe. "

" Que deviendront les Bêtes de la Lune qui nous chassent Père? "
" Il viendra un temps, dans les derniers jours,
Quand les Bêtes de la Lune grandiront difficilement et mourront
Comme un loup malade qui doit quitter la meute ils combattront plutôt que de mourir malade
Et alors ils nous trouveront et ils nous tueront.

Faites bien attention, le Clan de la Bête !
Car ils possèderont la clé
Ils ouvriront la voie de la protection
Ils ouvriront la voie de la tromperie
Ils ouvriront la voie de la paix. "

Le temps viendra, où la Malédiction de Celui d'En Haut
Ne pourra plus être tolérée où la Lignée de Caïn prendra fin
Où le Sang de Caïn sera faible et il n'y aura plus étreinte
Pour ces Enfants car leur sang sera comme de l'eau,
Et la Puissance de ce sang se ternira alors vous saurez à ce moment
Que la Géhenne sera bientôt sur vous.

Le temps viendra, quand les têtes de trois Princes
Regarderont l'ardeur de l'aube sur une colonne blanche.

Le temps viendra quand une soif ancienne s'éveillera
Au fond les forêts nordique et consumera tous ses enfants

 

Le temps viendra quand des Ténèbres Anciennes s'agiteront
Profondément sous une cité oubliée et surprendra les Anciens, ses Enfants

Par ces signes, vous saurez que le Sombre Père, bâtard de Caïn,
Se réveillera, et boira profondément le Sang qui lui aura été sacrifié

Par ces signes, vous saurez que le temps est venu de présenter vos droits
Pour la sauvegarde de vos Clan, pour combattre le Sombre Père.

De ces signes, vous devrez savoir, que la Géhenne attend, à la porte même,
Comme un acteur attend en coulisses elle vient ! Elle est proche !

Le soleil brille noir !
La lune brille de sang !
La Géhenne viendra bientôt.

La Chronique des secrets – Les signes de la Géhenne


Il arrivera un temps où les têtes de trois Princes feront face à la brûlure de l'Aube sur un pilier blanc.
Il arrivera un temps où une antique faim s'éveillera loin dans les forêts du Nord et consumera tous ses enfants. Il arrivera un temps où des Ténèbres Anciennes s'agiteront loin sous une cité qui aura oublié, et surprendra les Anciens, ses enfants.
Par ces signes, vous saurez que le Sombre Père, le Bâtard de Caïn, s'éveillera, et boira à grandes gorgées le sang qui lui sera sacrifié.
Par ces signes, vous saurez qu'il sera temps de demander la protection de votre Clan, de combattre le Sombre Père.
Par ces signes, vous devez reconnaître que la Géhenne attend, à votre porte même, tel un acteur attend en coulisse.
Elle arrive ! Elle est proche !
Noir sera le soleil !
Rouge sera la lune !
La Géhenne approche.

La Chronique des secrets - L’éveil du Sombre Père


Régulièrement, des rumeurs parlant de Caïn resurgissent. Celui qui y croit est soit fou, soit Malkavian. Si Caïn revenait, nous pourrions tous refermer nos cercueils et éteindre les lumières : ce serait le début de la fin. Toutefois, de nombreux vampires ont de bonnes raisons de proclamer le retour de Caïn.

Par exemple, quand un couple de Nosferatu d'Afrique du Sud voulurent forcer la Camarilla à déposer un Prince abusif, ils firent croire à une vision de Caïn. Aidés par leur Dissimulation et par la Présence d'un Toréador, ils ont fortement perturbés les vampires locaux (et les humains aussi). Assurément, ceci attira l'attention d'un Justicar.

Le Justicar et ses archontes déboulèrent à Johannesburg, interrogea tout le monde et mis à jour un groupe de membres de la Famille que personne ne savait être en ville. Il obligea le Prince à se calmer, tout allait bien. Il détruisit aussi les nouveau-nés instigateurs de toute l'action, ainsi qu'un bon nombre d'autres vampires. Une menace à la Mascarade était la raison officielle. La contrariété du Justicar est plus probable.

Un Noddiste du Sabbat m'a autrefois donné une bonne idée de que sont les histoires invoquant Caïn. Il avait noté que le dénominateur commun entre toutes ces fausses apparitions était le faux appel destiné à ceux désirant le suivre. On a rarement vu un caïnite dire: " J'ai vu Caïn et il m'a juste dit qu'il voulait rester seul ". Un événement des plus significatifs est survenu à Madagascar, quand une personne flamboyante et puissante est apparue près de la capitale. Elle prétendit être Caïn, demanda qu'on la suive et disparut avec près d'un tiers de la population vampirique de l'île. Personne n'a pu donner d'explication à ce qui est arrivé et pourquoi c'est arrivé.

Le Noddiste prétendait que ces histoires nous rappellent les circonstances particulières dans lesquelles nous avons reçu le Baiser. Il dit que l’événement diffère peu de notre naissance mortelle, mais alors que le bébé a deux parents, le choisi peut-être heureux de n'avoir qu'un seul Père pour le guider dans le nouveau monde.

Caïn devient la figure mythique du Père, capable de réparer l'injustice et d'annuler la tragédie de notre existence. Souhaiter voir Caïn, c'est désirer être déchargé de ses ennuis et des responsabilités, et espérer le monde doré de l'enfance.

Le Noddiste m'a dit que c'était l'une des nombreuses explications concernant Caïn. Une autre, plus hérétique, dit que Caïn est une projection créée par les vampires désirant atteindre la perfection. Bien que nous ne soyons pas parfaits, nous projetons ce désir, et ce désir devient Caïn. Par ce raisonnement, on aboutit à la conclusion que même le premier vampire (Caïn, si vous voulez l'appeler ainsi) éprouve le même sentiment de non accomplissement et s'imagine son propre " Caïn ".

Jocaste Ayisha – Postface au Livre de Nod


Le Livre des Mensonges, voilà comment il faut le nommer ! Le Livre de Nod est une vaste fumisterie. Il ne prend pas en compte les vraies puissances qui dirigent ce monde. Ou, devrais-je dire, cette illusion de monde… Il nous ment sciemment pour que nous ne nous posions pas les bonnes questions.

Nous savons tous ce qui a été écrit, dit, chanter, murmurer ou hurler sur Caïn. Nous connaissons tous ce qui doit être de notre fin : son éveil, son jugement, sa punition. Mais tout cela est faux ! Il ne sera pas notre fin, mais notre commencement. Il nous ouvrira les portes. Non, pas les portes, mais LA Porte ! Celle qui est verrouillée par les sceaux de l’Apocalypse. Par les sceaux de la Révélation.

Oui, mes frères, oui, comme je vous le dis, Caïn sera la clef de notre libération ! De notre libération absolue…

Révérend Kaltinius – Sabbat – Prêche à la Mano Negra