téléchargement (32)

 

 

Selon un écrivain ukrainien bien informé, V. Krapiva, à la fin des années 1930, chercheur russe sur le paranormal, Grabovsky a mené un entretien avec un témoin réticent. Cet homme et ses amis avaient exploré une grotte près du lac Issik Kul, où ils ont découvert trois squelettes humains de plus de trois mètres chacun.

Les squelettes étaient ornés de décorations qui ressemblaient à des chauves-souris (mammifères volants) en argent. Les hommes sont devenus effrayés et ont gardé le silence sur leur découverte pendant de longues années.

Ils ont fait fondre les décorations en argent, mais un petit morceau avait été sauvé. Les scientifiques soviétiques qui avaient étudié la pièce ont déclaré qu'ils ne pouvaient pas déterminer son âge. Fait intéressant, une légende kirghize mentionne une ville submergée dans le lac. Le dirigeant de la ville, le roi Ossounes, était une créature aux «longues oreilles minces». Le lac lui-même a connu des phénomènes paranormaux.

La première mention d'êtres gigantesques similaires remonte au début des années 1900. Plusieurs garçons en Géorgie (à l'époque, faisant partie de l'Empire russe) ont découvert une grotte à l'intérieur d'une montagne, pleine de squelettes humanoïdes. Chaque squelette mesurait environ trois mètres de haut. Pour accéder à la grotte, les garçons ont dû plonger dans un lac. George Papashvili et sa femme se souviennent de l'incident d'un livre publié à New York en 1925, St. Martin's Press (Anything can occur). En 1953, Jose Ferrer a joué l'immigrant géorgien, George Papashvili, dont le livre est une histoire classique d'un immigrant s'adaptant à la vie aux États-Unis.

Plusieurs années plus tard, un incident bien plus sinistre eut lieu en Union soviétique. Le magazine russe sur les phénomènes paranormaux ANOMALIYA (numéro 4, 1992) contenait un article écrit par Mark Shteynberg, un vétéran soviétique de la guerre en Afghanistan.

 

Il est l'auteur de plusieurs livres; un expert de l'armée russe, qui réside maintenant aux États-Unis. À l'été 1982, Mark Shteynberg, avec le lieutenant-colonel Gennady Zverev, a activement dirigé l'entraînement périodique des plongeurs de reconnaissance («hommes-grenouilles») des régions militaires du Turkistan et de l'Asie centrale. Les exercices d'entraînement avaient eu lieu au lac Issik Kul.

Selon les médias, c'est là que des torpilles soviétiques puissantes mais pas trop précises, des missiles sous-marins, ont été testées à l'époque soviétique. Aujourd'hui, au Kirghizistan, il y aurait toujours un centre de communications navales à longue distance russe au bord du lac Issik-Kul.

 

Mais en 1982 (année mémorable dans l'histoire de l'ufologie soviétique), le major-général V.Demyanko, commandant du service de plongée militaire des forces du génie du ministère de la Défense, est arrivé à l'improviste et à la hâte pour informer les officiers locaux d'un extraordinaire événement survenu lors d'exercices d'entraînement similaires dans les régions militaires du Trans-Baïkal et de la Sibérie occidentale.

Au cours de leurs plongées d'entraînement militaire, les hommes-grenouilles soviétiques avaient rencontré de mystérieux «nageurs» sous-marins, des êtres très humanoïdes de taille énorme (près de trois mètres de haut). Les «nageurs» portaient des combinaisons argentées moulantes, malgré les températures glaciales de l'eau. A cinquante mètres de profondeur, ces «nageurs» n'avaient ni équipement de plongée sous-marine («aqualungs»), ni aucun autre équipement; seuls des casques en forme de sphère dissimulant leur tête.

Shteynberg a déclaré que les commandants militaires locaux en Sibérie avaient décidé de capturer l'une des créatures. Dans cette optique, un groupe spécial de sept plongeurs, sous le commandement d'un officier, avait été dépêché. Alors que les hommes-grenouilles essayaient de couvrir la créature avec un filet, toute l'équipe a été propulsée hors des eaux profondes à la surface par une force puissante.

Parce que l'équipement autonome des hommes-grenouilles ne permet pas de remonter à de telles profondeurs sans un strict respect du processus des paliers de décompression, tous les membres de la malheureuse expédition ont été frappés par l'aéroembolie ou la maladie de Caisson. Le seul traitement curatif disponible consistait en un confinement immédiat en conditions de décompression dans une chambre de pression. Ils disposaient de plusieurs chambres de pression de ce type dans la région militaire, mais une seule était en état de marche. Il ne peut contenir plus de deux personnes.

Ces commandants locaux avaient forcé quatre hommes-grenouilles à entrer dans la chambre. En conséquence, trois d'entre eux (dont le commandant du groupe) ont péri et les autres sont devenus invalides. Le général de division a été dépêché et s'est envolé pour l'Issik Kul pour mettre en garde l'armée locale contre des tentatives similaires pour capturer des «nageurs». 9d4d688cb6c0424a9a845c65062916dc

Bien que le lac Issik Kul soit plus peu profond que le lac Baïkal, la profondeur du premier était suffisante pour contenir des créatures mystérieuses similaires. Le haut commandement soviétique savait que des «nageurs» se cachaient dans les profondeurs; un ordre a été émis contre la capture. Peut-être en savaient-ils beaucoup plus sur les habitants sous-marins d'Issik Kul que le chercheur indépendant Grabovsky.

 

Peu de temps après, l'état-major de la région militaire du Turkménistan avait reçu un ordre du commandant en chef des forces terrestres. L'ordonnance consistait en une analyse détaillée des événements du lac Baïkal et des réprimandes qui ont suivi. Il était complété par un bulletin d'information du quartier général des forces du génie du ministère de la Défense de l'URSS.

Le bulletin énumère de nombreux lacs en eau profonde où des phénomènes anormaux ont été enregistrés: apparitions de créatures sous-marines analogues au type Baïkal, descente et ascension de disques et de sphères gigantesques, puissante luminescence émanant des profondeurs, etc.

 Mikhail Demidenko, écrivain russe bien connu, a lu le récit de Shteynberg en 1992 et a rappelé que lors d'une mission de l'Union des écrivains en 1986 à Irkoutsk (Sibérie), il a passé quelque temps au lac Baïkal. Là, il a appris des pêcheurs locaux que quelques années auparavant, ils avaient observé comment des hommes-grenouilles soviétiques avaient été propulsés du lac à dix-quinze mètres au-dessus de l'eau. Les habitants n'ont jamais su pourquoi les militaires se comportaient de cette manière.

Demidenko a pensé que c'était le même épisode et a contacté ses sources dans les plus hauts échelons de l'armée russe en vain. Mais finalement, l'écrivain s'est entretenu avec un colonel de la Direction générale de la logistique qui a essayé de l'aider; Demidenko a appris plus tard de lui qu'une telle commande serait conservée dans des archives spéciales qui nécessitent une autorisation de haut niveau.

 Il est mort en 2003, un véritable humanitaire qui détestait le totalitarisme de toute teinte; un homme tolérant qui a survécu à l'occupation nazie et a gardé des souvenirs des atrocités nazies contre les juifs soviétiques; en tant que jeune homme, Demidenko (après avoir obtenu son diplôme d'une université militaire) devint traducteur et interprète de chinois.

Il a été envoyé par l'état-major général de l'armée soviétique au QG de l'armée de l'air de la Chine rouge; et a également servi en Corée du Nord pendant la guerre. Plus tard, Demidenko a voyagé à travers la Chine jusqu'au Tibet occidental; et quand il est devenu un auteur et scénariste bien connu, il a visité un certain nombre de pays d'Asie du Sud-Est et d'Europe. Il a rassemblé du matériel pour écrire des livres fascinants, y compris son dernier: Po sledam SS v Tibet (À la suite du sentier SS au Tibet), 1999.

 Tibet

En 1954, Demidenko accompagnait des commandants militaires de haut rang de Pékin et soviétiques alors qu'ils inspectaient les troupes chinoises rouges dans la province du Xinjiang (région autonome ouïgoure) et au Tibet occidental, où le groupe a passé une nuit dans un monastère lamaïste. Là, Demidenko a rencontré un vieux moine, qui était un Mongol russophone.Parmi de nombreux sujets fascinants, le moine lui a parlé des grottes des montagnes tibétaines où des géants de trois mètres de haut restent endormis par l'anesthésie; un jour, ils peuvent se réveiller. Plus tard, Demidenko a entendu des histoires selon lesquelles les Chinois rouges ont vidé une de ces grottes sacrées, en ont enlevé des «géants amphibiens endormis» et les ont pendu publiquement.

Comme le montre le livre bien documenté de Demdenko (il avait de grandes relations en Asie, en Allemagne de l'Est, dans les forces armées russes…), les nazis adorateurs d'occultes étaient tout à fait conscients des géants et des légendes des villes souterraines du Tibet.C'est pourquoi Hitler a envoyé ses expéditions SS au Tibet, car il était certain que ces géants-demi-dieux confirmeraient ses théories… mais il y a plus d'informations sur les géants dans son livre; et une multitude d'autres informations historiques sur les expéditions, les archives et les événements mystérieux d'Hitler.

Le géant de Borisoglebsk

Une forte augmentation de l'activité OVNI en 1978 avait forcé l'Académie des sciences de l'URSS à accepter un programme de recherche sur les phénomènes atmosphériques anormaux. Le nom de code de ce programme était SETKA-AN (Academy of Sciences Net, ou AS-NET). Le premier acte du SETKA-AN a abouti à la sanction officielle des «phénomènes atmosphériques anormaux» comme terme descriptif au lieu de l '«OVNI» interdit.

 

Les restrictions de censure sur le sujet OVNI ont été supprimées en 1989. Le ministère de la Défense s'est lancé dans un programme similaire, sous le nom de SETKA-MO (Ministerstva Oboroni Set '). Eduard A. Yermilov, un éminent scientifique russe du prestigieux Radio-Physics Science Research Institute avait participé au programme SETKA (alias Galaktika-AN) et enquêté sur le cas de 1982 qui impliquait très probablement un «géant» humanoïde similaire ...

Borisoglebsk, situé dans la région de Voronej, est l'une des zones les plus actives d'observations d'OVNIS, selon A. Plaksin, un expert du ministère de la Défense de la Fédération de Russie et ancien participant principal du programme SETKA. Une commission militaire spéciale a été créée dans les années 1980 spécifiquement pour étudier les OVNIS dans la région (les objets aperçus et rapportés par les observateurs militaires variaient en taille d'une balle de tennis à deux cents mètres de long, et manœuvrés à des vitesses allant de 0 à 600 km / h à des altitudes de 0 à 20 km).

Yermilov (selon un célèbre chercheur russe sur les phénomènes paranormaux Mikhail Gershtein, qui possède de nombreux documents SETKA) a rapporté que le 26 mai 1982, lors de la perte de communications avec un avion MIG-21 et de sa disparition ultérieure, un OVNI a été aperçu 1500 mètres. Une opération de recherche et de récupération a été organisée.

Le 27 mai, l'équipe de recherche (composée du sergent junior AA Panyukov et du soldat A. Yu. Kunin) alors qu'elle se trouvait dans la forêt de la région de Povorino, est entrée dans une clairière où elle a observé une entité humanoïde. Il ne mesurait pas moins de 3,5 mètres de haut, vêtu d'un vêtement argenté, aux teintes verdâtres. Après que l'entité a fui le site de l'incident, les témoins oculaires ont observé une explosion derrière les arbres et le vol d'un objet luminescent qui a laissé une traînée légèrement luminescente; l'objet a disparu derrière les arbres.

téléchargement (33)

Les «argentés»

Komsomol'skaya Pravda, un journal populaire russe, a publié un article de A. Pavlov dans son numéro du 1er décembre 2000. Le rapport décrivait une relation étroite qui s'était développée entre l'armée russe locale et les chercheurs sur les ovnis (parmi ces derniers, le Dr Dvuzhilni, célèbre pour ses recherches sur l'affaire Dalnegorsk Crash). Parmi les documents fournis par le commandant du district de défense aérienne d'Extrême-Orient aux ufologues locaux, il y en avait un qui mentionnait un cas le plus intéressant de 1990.

Une brigade militaire de la colonie de Timofeyevka a été dépêchée en raison d'une alarme déclenchée par une sentinelle qui a tiré un coup de semonce. Il a observé deux êtres vêtus de combinaisons argentées; ils mesuraient environ deux mètres et demi de hauteur; ils venaient d'une chênaie voisine.

Juste après le coup de semonce, les «argentés» sont immédiatement revenus. Le sol était humide à cause d'une pluie récente, et les officiers du contre-espionnage russes qui sont venus sur le site ont découvert de grandes empreintes de pas d'énormes «pieds» informes.

Plus de «nageurs»

B. Borovikov a chassé les requins de la mer Noire pendant de nombreuses années. Puis quelque chose s'est passé qui a mis fin à son passe-temps. Plongeant dans la région d'Anapa, il est descendu à huit mètres de profondeur. Il a vu des êtres gigantesques s'élever d'en bas. Ils étaient d'un blanc laiteux, mais avec des visages humanoïdes et quelque chose comme des queues de poisson. La créature devant ses compagnons remarqua Borovikov et s'arrêta.

 

Screenshot - 2020-12-06T111621





Il avait des yeux géants exorbités, semblables à de vagues lunettes. Les deux autres l'ont rejoint. Le premier fit un signe de la main (c'était définitivement une main avec des membranes) vers le plongeur. Tous se sont approchés de Borokivov et se sont arrêtés à une courte distance. Puis ils se sont retournés et ont nagé. L'expérience de Borovikov a été publiée dans XX vek: khronika neobjasnimogo ou «XXe siècle: une chronique de l'inexpliqué (Moscou, 1996).

D. Povaliyayev planait à la main au-dessus de Kavgolov (région de Leningrad) au début des années 1990. Il y a des lacs, et dans l'un d'eux le parachutiste a remarqué trois gigantesques «poissons». Il est descendu et a pu discerner des «nageurs» en costumes argentés. Il mentionne l'épisode dans son livre Letuchi Gollandets ou «Flying Dutchman» (1995). Il y a eu de nombreuses observations d'OVNIS dans la région.

Une partie de ces monuments funéraires de dimensions inhabituelles a été érigée en hommage à des saints musulmans vénérés en tant que personnages du Coran ayant vécu durant la période préislamique. C’est le cas des monuments qui surmontent les tombes du prophète Daniel (Dāniyāl-Payghambar) à Samarcande (plus de 20 mètres), d’Alexandre le Grand (littéralement « le bicornu », Iskandar Dhū al-Qarnayn) à Marguilan (Marg῾ilon/Marghīnān dans la vallée du Ferghana, 20 mètres de long), de Shamun-Nabī (Sham῾un) sur le site de Mizdakkhan (Mizdaxqon/Mīzdākhqān) près de Khodzhejli (Xo῾jayli/Khūğāylī) au Karakalpakstan (plus de 20 mètres)1, de YushuqPayghambar à Sajram/Sayrām, dans le district du sud-Kazakhstan (44 mètres), etc.

 

Par Paul Stonehill, source: Fate Magazine